2019

  • A QUAND LE REFROIDISSEMENT

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Asie : Les marchés clôturent ce matin en léger positif pour l’indice Nikkei 225 à +0.15%, Hong Kong à +0.41% et à la traîne pour la Chine à -0.34%. Les investisseurs restent toujours dans l’attente de nouvelles informations sur les négociations sino-américaines. Etats-Unis : La Banque centrale américaine (Fed) a confirmé mercredi son souhait d’adopter une attitude «patiente». Elle avait surpris en janvier dernier en suspendant son cycle de resserrement monétaire en cours depuis 3 ans. Les questions ouvertes aujourd’hui : Jusqu’à quand sera-t-elle patiente ? Sa prochaine décision de mouvement sera de relever ou d’abaisser les taux ? Un assouplissement monétaire pourrait être providentiel afin de contrer les nuages qui s’accumulent au-dessus de la croissance économique américaine. Les marchés corrigent à l’ouverture suite à l’annonce des ventes de biens durables en dessous des attentes. Europe : Marchés à la traîne. L’Europe regarde elle aussi vers les Etats-Unis. Quand les négociations avec la Chine seront terminées, M.Trump pourrait bien se pencher sur le dossier «surtaxe des importations de véhicules» à laquelle il pense depuis des mois... Bruxelles se dit déjà prête à réagir mais espère éviter l’escalade des menaces. Les investisseurs ont donc encore beaucoup de sujets à cheveux gris… . SUISSE Notre indice SMI continue son ascension vers son plus haut historique (CHF 9'611.61 en janvier 2018) pour clôturer à CHF 9'333.57. Espérons que la joie des investisseurs d’avoir récupéré une fin d’année 2018 en apnée ne sera pas gâchée par un «bis repetita» de l’année écoulée. Nathalie Wyss Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 12

  • UBS sur le banc des accusés

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Alors que Paris et Berlin sont sur le point de trouver un accord sur un projet détaillé de budget pour la zone euro, les marchés actions profitent pour engranger des gains bienvenus. A la clôture, le DJ Eurostoxx 50, indice regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, avance de 0,62% à 3'259,5 points. Wall Street démarre la séance du bon pied, toutefois prudente dans l’attente du compte-rendu du comité de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed) en janvier. Pour rappel, la Fed avait montré son intention d’être patiente dans son cycle de resserrement monétaire. Par ailleurs, les quelques signaux issus des discussions entre la Chine et les Etats-Unis semblent plutôt positifs et permet aux places boursières américaines de maintenir le cap. MARCHÉ SUISSE UBS se fait remarqué suite à l’amende record de 3,7 milliards d’euros qui lui est infligée pour « démarchage bancaire illégal » et « blanchiment aggravé de fraude fiscale » en France de 2004 à 2012. Notre géant bancaire conteste évidemment ce jugement en avançant que la démarche « n’est étayée par aucune preuve concrète », la banque maintient sa ligne et entend toujours faire appel. L’accusation reposerait sur des allégations infondées de la part d’anciens employés de la banque qui n’ont pas eu l’occasion d’être entendus durant le procès. Selon UBS, aucune infraction n’a été constatée sur le territoire français et cela revient donc « à appliquer le droit français en Suisse » ce qui porte atteinte à la souveraineté du droit suisse. A la fin des échanges, le titre du géant bancaire helvétique recule de 2,7% à 12,5 francs, après avoir touché un plus bas à -4,5% de performance aux alentours de 14h30. Tous les autres titres du Swiss Market Index (SMI) clôturent dans le vert. Au final, le SMI avance de 0,64% à 9'315,63 points, alors que l’indice plus large Swiss Performance Index gagne 0,68% à 10'899,97 points. DEVISES En fin d’après-midi, le franc suisse gagne légèrement du terrain face à l’euro et s’échange à 1,1349 franc, tout comme face au dollar et se négocie à 0,9988 franc. JULIE MURITH Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 99

  • GUERRE COMMERCIALE

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les négociations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine reprennent ce jour dans la capitale américaine. Les discussions, pour mettre fin à la guerre des droits de douane, avaient progressé la semaine dernière à Pékin, sans pour autant régler les points délicats qui restent en suspens. Ce sujet sera particulièrement suivi par les investisseurs et donnera la tendance des prochains jours. MARCHÉ HELVÉTIQUE Après un début de semaine sans impulsion avec un marché américain fermé en raison du President’s Day, le SMI a évolué légèrement en baisse suite aux premières indications d’une ouverture négative de Wall Street. Notre indice phare a terminé la séance sans grand changement sur une perte de -0,12% à 9'256 points. Nos « blue chips » évoluaient en ordre dispersé, avec une baisse pour Nestlé (-0.58%) et inchangé pour Novartis (0%). Roche (+0.48%) de son côté, après avoir obtenu de l’Agence américaine du médicament (FDA) un examen accéléré pour deux de ses produits, a tiré son épingle du jeu. Nos financières étaient quant à elles sous pression, UBS (-0.81%) devrait avoir ce mercredi le verdict de la justice française concernant « le démarchage bancaire illégal » et « le blanchi-ment aggravé de fraude fiscale ». La meilleure performance du jour est réalisée par Swiss Life (+0,75%) suivi par LafargeHolcim (+0,75%) et Zurich (+0.53%). La publication par la Fédération horlogère de l’évolution des exportations en baisse de -14,8% vers la Chine sur le mois de janvier a pesé sur les valeurs du luxe Richemont (-0.06%) et Swatch Group (-1.32%). DEVISES Au niveau du marché des changes, le dollar est sous pression face aux diverses devises. Les tensions commerciales et la menace du président Donald Trump de taxer à l’importation les véhicules européens, permettent malgré tout à l’euro de progresser face au dollar. NICOLAS TERCIER Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 28

  • PRESIDENTS DAY

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les Etats-Unis commencent la semaine par un jour férié. En effet, les présidents des Etats-Unis étaient à l’honneur en ce troisième lundi du mois (date choisie pour se situer entres les anniversaires de Georges Washington et Abraham Lincoln). Si les prédécesseurs de M. Trump avait Twitter, on peut se demander ce qu’ils penseraient des annonces de l’avancement des négociations avec la Chine. Les bourses asiatiques terminèrent la journée dans le vert grâce à un optimisme provoqué par un tweet du Président des Etats-Unis sur l’avancement des négociations « très productives » sino-américaines. Pendant ce temps, le précieux métal jaune continue son escalade discrète mais concrète et passe à travers toutes les résistances psychologique de prix. Le pétrole continue aussi son ascension qui serait liée à la baisse de la production de l’Opep notamment à cause du Venezuela et de l’Iran qui sont touchés par des sanctions sur leurs exportations. Sur les places européennes, c’est le même discours pour presque tous. Les détenteurs d’actions TF1 ont passé une bonne journée. En effet, le titre de la chaîne privée française s’envolait de 16.83% pour terminer à 7.88 euros par actions. MARCHÉ SUISSE Le SMI clôture sa journée à 9'267.46 points, soit 0.27% de hausse. A noter que sur les 365 derniers jours, le SMI touche un plus haut. D’un point de vue analyse technique, nous pouvons observer que la moyenne mobile des 50 derniers jours va repasser sur celle des 200 jours si nous continuons comme ça. VINCENT WÜTHRICH Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 35

  • Hausse généralisée

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les acteurs des marchés financiers asiatiques partent en week-end avec le cœur lourd. En effet, plombé par les statistiques des ventes au détail aux Etats-Unis et la hausse du yen, Tokyo termine en baisse de -1,13%. Shanghai et Hong-Kong suivent la tendance, clôturant tous deux dans le rouge, respectivement à -1,40% et -2%. Sur le vieux continent, les marchés sont bien orientés après la petite correction de hier. Le DAX évoluent hausse de +1,74% à 11'283.78 points. Le CAC 40 fait encore mieux en progressant de +1,79% à 5’153,34 points. À noter qu’en Grande-Bretagne, Theresa May essuie un nouveau revers face au parlement qui a refusé sa proposition de modification de l’accord du Brexit. Aux Etats-Unis, les tensions commerciales continuent de peser sur les investisseurs. Les deux parties s’efforcent de trouver un accord qui éviterait des taxes sur les importations chinoises. Cependant, Wall Street semble confiant sur l’issus des négociations car le Dow Jones ouvrait à +1,31%. À Washington, le Congrès a soumis à Donald Trump un projet de loi loi visant à éviter une nouvelle fermeture du gouvernement alors qu’un nouveau conflit se profile au sujet de sa décision de déclarer une urgence nationale pour obtenir davantage d’argent fédéral pour la construction du mur à la frontière du Mexique. MARCHÉ SUISSE Porté par ses voisins européens, le SMI enregistre une progression de +1,09% pour s’arrêter à 9'242,12 points. La palme d’or revient à Julius Baer qui réalise +3,16% sur la journée. Le rôle du mauvais élève est incarné par Sika qui perd –0,38 %. L’indice élargi prend +0,93% et clôture à 10'805,08 points. Pour conclure, notez que l’assureur Bâloise a indiqué avoir dépassé le seuil de 1 milliard d’afflux nets cumulés dans son activité de gestion d’actifs, lancée en 2017. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • Schindler prend l’ascenseur

    MARCHÉS INTERNATIONAUX En Europe, les marchés étaient orientés en hausse jusqu’à l’ouverture des places boursières américaines qui sont venues plomber l’ambiance. La journée avait commencé du bon pied dans l’espoir d’un accord commercial entre la Chine et les Etats-Unis. A la clôture, le DJ Eurostoxx 50, indice regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, recule de 0,62% à 3'182,66 points. A Wall Street, les marchés sont en mode « prise de profits » après la publication des chiffres des ventes au détail aux Etats-Unis qui enregistrent la plus forte baisse mensuelle en dix ans. Toutefois, aux débuts des échanges, les pertes restent relativement moindres, entre -0,1% et -0,5% selon les indices. Ces données sont tellement faibles que leur crédibilité est mise en doute, des effets de saisonnalité pourraient être à l’origine de cette distorsion. MARCHÉ SUISSE Sur le marché suisse, la séance est rythmée par la publication des résultats de Nestlé. Le groupe alimentaire helvétique annonce une solide performance en 2018, son bénéfice net augmentant de plus de 40%. Les analystes sont très satisfaits puisque la société « s’améliore sur tous les plans » les investisseurs se montrent alors confiants pour l’avenir. Ces derniers s’attendent à une croissance en 2019 ainsi qu’à une amélioration des marges. Les analystes d’UBS relèvent qu’il existe des disparités dans la marche des affaires selon les régions, Nestlé faisant mieux que prévu en Europe et compense ainsi une croissance organique décevante dans d’autres régions. Sur la journée, Nestlé avance de 1,59% à 88,06 francs. Schindler est aussi sous les feux de la rampe avec un bénéfice net qui franchit la barre du milliard de francs en 2018 et des ventes en hausse de près de 7%. Malgré ces excellents résultats et des prévisions toujours optimistes, la rémunération des actionnaires n’a pas été augmentée. Les investisseurs ne s’arrêtent pas à ce détail et saluent chaleureusement cet exercice puisque Schindler surpasse même les projections les plus optimistes des analystes, le titre avance de 3,8% à 218 francs. A la clôture, le Swiss Market Index recule de 0,23% à 9'142,7 points, alors que l’indice plus large Swiss Performance Index gagne 0,08% à 10'705,15 points. JULIE MURITH Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 99

  • Clariant déçoit

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Le président de la Fed Jérôme Powell et Donald Trump poussent les marchés à l’optimisme. Le premier a précisé que l’économie américaine connaît une solide croissance et le second a fait savoir qu’il est défavorable à une nouvelle fermeture partielle des administrations fédérales américaines « shutdown ». Pour couronner le tout, les pourparlers sensés être positifs de ce jeudi et vendredi à Pékin sur le dessein d’un accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine redonnent l’appétit du risque aux investisseurs. Les marchés asiatiques ont clôturé en hausse. Hong-Kong a avancé de 1,16% et Shanghai a gagné 1,84%. A la Bourse de Tokyo, l’indice vedette Nikkei 225 a progressé de 1,34% et dépasse les 21'000 points pour la première fois depuis mi-décembre, pour atteindre 21’144 points. En fin d’après-midi, l’indice DJ Eurostoxx 50 avance de 0,36% et de l’autre côté de l’Atlantique, l’indice Dow Jones Industrial Average ouvre la séance sur une note à nouveau positive. MARCHÉ SUISSE Nos indices helvétiques ont terminé la journée sur une nouvelle hausse. Le Swiss Market Index prend 0,40% à 9'164 points et l’indice élargi Swiss Performance Index monte de 0,33% à 10'696 points. Du côté des sociétés, le groupe bâlois de spécialités chimiques Clariant a publié ses résultats pour 2018. Ses revenus sont en croissance de 4% à 6.62 milliards de francs et son bénéfice a fait un bond de 18% à 356 millions de francs. Toutefois, les chiffres énoncés sont inférieurs aux attentes des analystes et son titre perd 1,37% à 19,73 francs. Par contre, les actionnaires se verront proposer à la prochaine assemblée générale un relèvement du dividende de 5 centimes, soit 55 centimes par action. Le géant pharma bâlois Roche (- 0,66% à 270,50 francs) voit son objectif de cours relevé par UBS. Ce dernier passe de 253 francs à 270 francs avec une recommandation inchangée à neutre. DEVISES En fin d’après-midi, sur le marché des devises, notre monnaie helvétique s’échange à 1,007 pour un dollar américain et se négocie à 1,1370 pour un euro. JEROME DOUGOUD Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 24

  • Compromis trouvé aux USA

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Le compromis trouvé par les parlementaires républicains et démocrates devrait permettre d’éviter un nouveau « shutdown », soit une paralysie de l’administration américaine en fin de semaine. Il faudra encore que cet accord soit entériné par le congrès et le président Donald Trump. À noter que cet accord prévoit 1,3 milliard de dollars pour la construction de 90 kilomètres de nouvelles barrière à la frontière avec le Mexique et non un mur complet comme l’exigeait le président américain. Ce compromis soulage les marchés qui progressent en moyenne de plus de 1% sur les principales places boursières européennes et américaines. Du côté du Brexit, on peut signaler que la première ministre britannique, Madame Theresa May, a indiqué aux députés qu’elle avait besoin de temps pour négocier avec Bruxelles alors que les délais deviennent serrés d’ici au 29 mars ! D’ailleurs, le chef de l’opposition travailliste, M. Jeremy Corbyn, accuse la première ministre de jouer la montre pour imposer son accord initial afin d’éviter une sortie sans accord. MARCHÉ HELVÉTIQUE Notre marché suit la tendance globale avec un gain de 0,65% à 9’127 points. Toutefois, la performance de notre indice est ternie par le recul de Nestlé (-0,28% à 86,40 francs) qui publiera ses résultats trimestriels ce jeudi. L’autre valeur à terminer la séance en territoire négatif est Swisscom (-0,20% à 446,80 francs) qui est pénalisé par une décision du Tribunal fédéral administratif qui lui impose d’abaisser ses tarifs pour l’utilisation de son réseau par d’autres opérateurs. Credit Suisse (+1,70% à 11,95 francs) publiera également ses résultats trimestriels ce jeudi. Le consensus des analystes prévoit un bénéfice net de 214 millions de francs pour le dernier trimestre de l’année. Goldman Sachs a abaissé son objectif de cours de 19,20 à 18,40 francs tout en maintenant la recommandation d’achat. Bobst (+2,60% à 78,90 francs) a obtenu une commande en Equateur pour une installation de pliage et découpage de carton ondulé. DEVISES L’euro se rapproche de la barre des 1,14 contre notre monnaie (+0,61% à 1,1392) alors que le dollar cote de nouveau en-dessus de la parité à 1,0065 (+0,26%). STEPHANE PEREY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 34

  • Reprise des négociations

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Début de semaine bien orienté sur les marchés, qui se reprennent après avoir souffert en fin de semaine passée. Alors que Trump avait annoncé la semaine dernière qu’il n’avait pas l’intention de rencontrer son homologue chinois avant l’échéance du 1er mars concernant un accord sur la guerre commerciale que se livrent les Etats-Unis et la Chine, l’espoir renaît en ce début de semaine. En effet, un nouveau cycle de négociations débute entre Pékin et Washington ce lundi, avec en point d’orgue la participation du représentant au Commerce et du secrétaire au Trésor en fin de semaine. Les marchés profitent ainsi de cet environnement d’optimisme contenu, l’indice Eurostoxx 50 progressant en fin d’après-midi de 0.96% à 3'165 points, tandis qu’Outre-Atlantique, Wall Street débute la séance dans le vert, l’indice S&P500 enregistrant une hausse de 0.11% à 2'710 points. Sur le plan des nouvelles macroéconomique, les données de croissance au Royaume-Uni ont retenu l’attention des investisseurs. En effet, sur l’année 2018, la conjoncture britannique enregistre sa plus faible croissance depuis 2012, en progression de 1.4% contre 1.8% pour 2017. Sur le dernier trimestre 2018, les incertitudes liées au Brexit se sont faites ressentir, notamment au travers des dépenses d’investissement dans les capacités de production, qui ont reculé de 1.4% sur la période. La croissance a ainsi connu un ralentissement marqué sur les trois derniers mois de l’année, enregistrant une hausse de 0.2% par rapport au trimestre précédent, contre une progression de 0.6% au troisième trimestre 2018. MARCHÉ SUISSE A l’instar de ses consœurs européennes, le Swiss Market Index termine la séance dans le vert, en hausse de 0.72% à 9’068 points, tandis que l’indice élargi Swiss Performance Index progresse de 0.69% à 10’600 points. Sur la séance, Julius Baer avait la faveur des investisseurs, le titre terminant en hausse de 2.72% à 40.47 francs, suivi de SGS (+2.14%) et Sika (+2.04%) qui viennent clôturer le podium. En fond de tableau, on retrouve Novartis qui enregistre une progression de 0.25% sur la journée. YANNICK MULLER Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 04

  • AMBIANCE NEGATIVE

    MARCHES INTERNATIONAUX Entre la France et l’Italie rien ne va plus et il ne s’agit pas de casino. Les relations actuelles de ces deux pays de l’Union Européenne, qui n’a d’union bientôt plus que le nom, ont pris une direction qu’il ne faudra pas suivre trop longtemps. Depuis le Brexit, avec son lot d’arguments (plus ou moins démagogiques) qui ont été utilisés pour influencer les résultats de ce vote, les paroles des politiciens et politiciennes se sont « libérées » et pas en bien. Les pays de l’Est de l’Union ont aussi amené leurs vérités dans les relations entre états en n’acceptant aucune solidarité dans le traitement de la problématique de la migration et laissant ainsi des pays comme l’Italie, la Grèce et maintenant l’Espagne seuls avec ce problème. Finalement, les politiques ont préféré surfer sur les peurs actuelles des masses populaires, pensant ainsi se faire élire ou réélire plus facilement. Ils feraient mieux de trouver des solutions pour la croissance économique de leurs pays respectifs, ce qui atténueraient probablement bien des peurs actuelles. En fait, la situation politique actuelle dans le monde influence fortement les marchés financiers. Avec un Président américain qui twitte à tout va, à tort et à travers, sur des sujets qu’il ne donne pas l’impression de connaître ni encore moins de dominer, avec la sortie du Royaume Uni de l’UE qui devient un cauchemar tant pour les britanniques que pour les européens, une Union Européenne qui peine aussi à se sortir du marasme économique dans lequel elle baigne depuis trop longtemps ; les marchés financiers avancent à soubresaut et dans une incertitude inquiétante. Aussi, les intervenants redoutent des résultats des négociations commerciales entre la Chine et les Etats-Unis et comme certains résultats d’entreprises sont mitigés, les prises de bénéfice vont bon train. BOURSE SUISSE A la bourse helvétique, le SMI, à quelques encablures de la fermeture, est en recul de 0,53 % à 8’989 points. Le repli de Wall Street ainsi que les prises de bénéfices ne permettent pas à notre indice phare de continuer sa belle progression du début de mois. Swisscom ne profite guère de son annonce sur ses chiffres ainsi que sur l’attribution de la 5G par la Confédération. Son titre recule quelque peu vers les 440 francs. Crédit Suisse voit son action reculer en direction des 11,50 CHF, le groupe bancaire a de la peine à faire progresser son titre. Ceci est peut-être aussi dû à l’attente du groupe de devoir payer plus d’impôts à cause de changements dans le régime fiscal américain. Les 3 titres défensifs par excellence, Nestlé, Novartis, Roche soutiennent le SMI. La meilleure performance est pour l’action Roche qui se situe à 268 francs à quelques minutes de la cloche. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 1,00 et l'euro s'échange à CHF 1,1340. MARCO LEVIS Gestion de fortune - Bulle 026 919 24 30

  • Accès de faiblesse

    Les résultats mitigés des entreprises américaines, en dessous des attentes, plus particulièrement dans le secteur technologique, ont eu un effet givrant sur Wall Street. La bonne humeur des jours précédents s’est envolée et les indices ont clôturé en baisse, perdant 0,08% pour le Dow Jones à 25'390 points, 0,36% pour le Nasdaq à 7'375 points et 0,22% pour le S&P 500 à 2'731 points. Les investisseurs restent sur leurs gardes, toujours dans l’attente de visibilité sur les dossiers en cours depuis déjà un certain temps. Un accord devrait se conclure avant le 2 mars prochain entre les USA et la Chine pour les droits de douane sur les produits chinois. De plus, l’Union européenne ne souhaite pas renégocier l’accord du Brexit. Dès l’ouverture de notre bourse suisse, l’indice SMI affiche un tableau peu convainquant. Les valeurs s’accrochent à l’équilibre pour finalement céder en deuxième partie d’après-midi. Seulement deux vedettes sont à l’ordre du jour. Le banquier privé Julius Baer se démarque avec une hausse confirmée de plus de 2%, libéré du risque de poursuites et amendes de la part de la justice américaine pour avoir eu des activités transfrontalières. La Zurich Assurances affiche aussi une embellie, fortement demandée suite à l’annonce de chiffres supérieurs aux attentes. Le résultat d’exploitation 2018 représentant une hausse de 20%, au final, le conseil d’administration propose de payer un dividende de CHF 19.00 par action. A contresens, malgré des données annoncées selon les attentes, Swisscom se profile en lanterne rouge du jour. M. Urs Schaeppi, directeur général, communique que la société est malgré tout bien positionnée face à la concurrence. Les données allemandes sur la production industrielle sont en recul, couplées avec l’entrée en récession de l’Italie à fin 2018, les perspectives de croissance dans la zone euro deviennent difficiles. Sans surprise, la Banque d’Angleterre maintient son taux directeur à 0,75%. Mireille Overney Gestion de fortune 026 919 24 29

  • Pause-café

    MARCHES INTERNATIONAUX Après les belles hausses du mois de janvier et de ce début de février, les marchés semblent vouloir reprendre leur souffle. Quelques prises de bénéfices sont à faire et il ne faut pas se faire prier. Un vaudra toujours mieux que deux tu l’auras. New York se ressaisit après la chute du mois de décembre et efface une grande partie de la perte. Les valeurs technologiques reprennent du poil de la bête avec comme exemples Facebook qui repasse la barre des 170 dollars et Apple qui l’imite. Dans le monde, les différentes puissances commerciales se livrent une guerre qui laissent des traces sur la croissance économique et donc sur les marchés boursiers. Aux Etats-Unis, le Président Trump tente de reprendre la main avec un discours sur l’état de l’Union teinté de sobriété et avec une certaine retenue, inédite chez lui. En fait, il a trouvé un adversaire politique, en la personne de Madame Pelosi, plus redoutable qu’il ne pensait. Il a profité de son discours pour inciter la Chine à changer structurellement sa pratique commerciale envers les USA qu’il juge injuste. Signe des temps, le déficit commercial des Etats-Unis a baissé en novembre, selon les derniers chiffres annoncés. C’est à mettre en rapport avec une forte diminution des importations en provenance de Chine, grâce ou à cause des taxes douanières mises en place par M. Trump. En Europe, les taux bas et la difficulté actuelle de stimuler la conjoncture ont des effets néfastes sur les taux d’intérêts pratiqués par la Banque Nationale Suisse. Les risques politiques comme le Brexit ne favorisent pas non plus une inflation plus importante. Dès lors, il est peu probable que les taux négatifs disparaissent cette année 2019. Les analystes repoussent déjà au début 2020 une première hausse des taux en Suisse. BOURSE SUISSE Notre bourse helvétique fait du surplace avec une légère régression de son indice qui à quelques minutes de la cloche est en baisse de 0,12 % à 9’140 points. Le manque d’impulsion du aussi à une pause dans les résultats d’entreprises explique en partie l’apathie du marché. L’évolution des titres du SMI est plutôt latérale. Une des déceptions de la journée est le recul du titre Swatch Group qui se rapproche de la barre des 280 francs avec une baisse de près de 1,70 %. La bonne surprise est la hausse de Julius Baer qui voit son action repasser la barre des 40 francs avec une hausse de 1,05 % à quelques instants de la clôture du marché. Sur le marché élargit, nous avons le titre AMS qui avait fortement reculé la veille, suite à la publication de ses résultats, pour finalement ne perdre que 6,90 %. Aujourd’hui, l’action se reprend fortement avec une hausse de plus de 10 %. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 1,001 et l'euro s'échange à CHF 1,1390. MARCO LEVIS Gestion de fortune - Bulle 026 919 24 30

  • Patience

    MARCHES INTERNATIONAUX Le Président Trump avait promis de faire ce qui était bon pour l’Amérique. Pas sûr que mettre au chômage 800'000 fonctionnaires pendant plus d’un mois soit une décision qui va dans le bon sens, surtout qu’il s’agit d’un chantage pour la construction de « son » mur. D’ailleurs, en parlant de chômage aux USA, celui-ci est remonté un peu à 4% en janvier, la faute justement au « shutdown ». Cela dit les nouvelles embauches ont explosé à 304'000 créations d’emploi, ce qui édulcore fortement la temporaire hausse du chômage. Anecdote amusante « à la Trump », même les cuisiniers de la Maison Blanche n’avaient pas le droit de travailler et le Président, qui n’en loupe pas une, en a profité pour faire de la pub pour la super nourriture américaine en se faisant livrer des… Big Mac. L’image des tables recouvertes de burgers, frites et autres délicates pizzas a fait le tour du monde. Il y avait un proverbe à l’époque qui affirmait « Dis-moi ce que tu manges et je te dirai qui tu es ». Monsieur Powell, le patron de la Réserve fédérale américaine (FED), en a surement mangé des Big Mac, car vu le temps qu’il faut pour digérer cette délicatesse américaine, depuis il n’a plus qu’un mot à la bouche : patience. En tout cas, il a mis de l’eau dans son vin avec ce mot patience, en déclarant que les hausses de taux prévues aux USA n’étaient pas urgentes et pas certaines. Du coup, les bourses, notamment américaines, en ont profité pour repartir à la hausse. MARCHE SUISSE Belle progression de la bourse suisse et à quelques minutes de la cloche, l’indice phare SMI gagne 1,44% à 9141 points. Pratiquement tous les titres sont dans le vert, surtout Julius Bär qui récupère 4,55% à 39,52 francs après la chute de la veille. Lonza n’en finit pas de grimper avec une nouvelle progression de 2,92%. Seul titre en baisse Sika qui perd 0,60% à 131,70. DEVISES Contre franc suisse, 1 dollar vaut 1 franc et 1 euro 1,1410 franc. FRANCIS CORPATAUX Gestion de fortune – Bulle 026 919 24 43

  • 2019 ? Une année en or

    MARCHES INTERNATIONAUX Après la débâcle boursière de fin 2018, les marchés reprennent des couleurs et le moins que l’on puisse dire c’est que le jaune est redevenu très tendance, et pas seulement dans les rues de Paris. En effet, l’or a fortement progressé dès la mi-novembre 2018. A force de déclarations contradictoires, notamment de dirigeants fantasques à la chevelure jaune justement, l’or retrouve sa notion historique de valeur refuge. Cela dit, il parait que la demande émerge surtout des Banques centrales et non des bijoutiers. Etonnant quand on se rappelle que ces dernières années ces mêmes Banques centrales ont jeté sur le marché des tonnes d’or. Mais voilà le contexte politique a changé et les tensions font que certains gouvernements n’hésitent pas à bloquer les avoirs d’autres pays, par exemple les USA avec le Venezuela. L’or physique, bien à l’abri chez soi, est aussi devenu un moyen technique pour contourner les éventuels embargos financiers, notamment avec les transactions en dollars. C’est Alan Greenspan (ancien patron de la Réserve fédérale américaine) qui a dit « Dans le pire des cas, la monnaie fiduciaire ne sera plus acceptée par personne, alors que l’or le sera encore ». Gageons que 2019 sera une année… en or. MARCHE SUISSE A quelques minutes de la cloche, la bourse suisse fait du surplace en gagnant un petit 0,07% à 9003 points pour l’indice phare SMI. La Banque cantonale de Zurich estime que le SMI poursuivra sa tendance baissière à moyen terme et il faudrait franchir la barrière des 9120 points pour repartir à la hausse. La palme des baisses revient à Julius Bär qui chute de 4,35% à 37,83 francs. Les résultats publiés ont fortement déçu les investisseurs. A l’inverse, belle progression de Lonza qui gagne 1,45% à 272,40 francs. DEVISES Contre franc suisse, 1 dollar vaut 0,9970 franc et 1 euro 1,1396 franc. FRANCIS CORPATAUX Gestion de fortune – Bulle 026 919 24 43

  • UN JEUDI SANS RELIEF

    MARCHÉS INTERNATIONAUX L’Asie  a profité de la bonne ambiance des marchés de mercredi soir et clôture avec l’indice Nikkei 225 qui reprend des couleurs à +1.06%, Hong Kong à +1.08% et la Chine à +0.35%. Etats-Unis : La Banque centrale américaine (Fed) a laissé mercredi soir ses taux d’intérêts inchangés et, pour la première fois depuis longtemps, n’a pas parlé de futures hausses. Les raisons en sont principalement le ralentissement économique mondial ainsi qu’une faible inflation attendue. Elle a également affirmé vouloir se montrer désormais patiente en matière monétaire, ce qui a eu pour effet un léger affaiblissement du billet vert. Les marchés américains ont réagi positivement mercredi à cette nouvelle ainsi qu’aux résultats d’Apple et Boeing, toutes deux dopées par des résultats au-dessus des attentes. Le Dow Jones Industr. clôturait mercredi soir à +1.77% et le Nasdaq 100 à +2.64%. Ce jeudi voit l’ouverture de Wall Street en ordre dispersé, suite à une série de résultats d’entreprise mitigés. Europe : Suite aux publications de LVMH avec un résultat net du Groupe à +18% pour 2018, le titre du numéro un mondial gagnait mercredi 6.3% à la clôture. Dans son sillage, Hermes et Kering avec respectivement 2.6% et 3,8%. Malgré les craintes qui se sont multipliées ces derniers mois au sujet de l’économie chinoise, la tendance de consommation de l’ex-empire du Milieu ne semble pas faiblir en ce début d’année. Le secteur luxe aurait-il encore de beaux jours à venir ? Les marchés européens terminent cette journée de jeudi sans vagues. SUISSE Notre indice national SMI, après une ouverture en légère hausse, continue à tutoyer la barre des 9'000, sans toutefois l’atteindre et finit à +0.04% malgré le fort soutien de Roche, qui a dévoilé ce matin des résultats annuels solides et voit son titre boosté à +1.01% à l’ouverture, pour clôturer à CHF 263.95, soit +2.54% Le mauvais élève : Swatch a ouvert en forte baisse à -6.16% suite à ses résultats décevants et termine, après une journée mouvementée à -6.09%. Nathalie Wyss Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 12

  • Surprise chez Lonza

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La Bourse de Tokyo a terminé la séance de mercredi en baisse dans l’attente de la reprise des négociations commerciales entre Washington et Pékin. L’indice Nikkei 225 recule ainsi de 0,52% à 20'556,54 points. Dans ce contexte, la récente mise en accusation par l’administration américaine du groupe de téléphonie chinois Huawei limite l’appétit des investisseurs pour les actions chinoises et les places boursières de Shanghai et Shenzhen enregistrent des baisses respectives de 0,72% et 1,28%. En France, l’Insee a publié sa première estimation du produit intérieur brut (PIB) français au dernier trimestre de l’année dernière, laquelle confirme le ralentissement de la croissance de l’économie française en 2018 par rapport à 2017. Malgré la crise des « gilets jaunes », le croissance du PIB est restée stable au quatrième trimestre à 0,3%. Néanmoins, le mouvement contestataire observé en France depuis le mois de novembre a vraisemblablement contribué à une stagnation de la consommation des ménages et des investissement des entreprises sur les trois derniers mois de l’année dernière. A New York, Wall Street ouvre en hausse en réaction notamment à la publication de chiffres de l’emploi encourageants et dans l’attente d’un discours très attendu du président de la Fed dans la soirée. MARCHÉ SUISSE En Suisse, l’indice Swiss Market Index (SMI) progresse de 0,28% à 8'965.71 points. Sur le marché élargi, l’indice Swiss Performance Index (SPI) gagne 0,42% à 10'509,19 points. La publication des résultats de Lonza pour 2018 fait état d’une hausse du chiffre d’affaires ainsi que du résultat d’exploitation du groupe. L’annonce du départ du directeur général, Richard Ridinger, a cependant éclipsé ces chiffres et suscité l’inquiétude des investisseurs. A la clôture, l’action du groupe bâlois s’échange à 258,80 francs, en baisse de 7,34% sur la journée. DEVISES Sur le marché des changes, le franc suisse se déprécie face à la monnaie unique à 1,1406 francs pour un euro. Contre le billet vert, la monnaie helvétique s’affaiblit également à 0,9988 franc pour un dollar. JULIEN YERLY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 78

  • Les incertitudes demeurent !

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Malgré des nouvelles encourageantes au plan international, des incertitudes demeurent chez les investisseurs, créant ainsi une forte volatilité sur les marchés financiers. Que cela soit sur le plan politique avec le « Shutdown » aux Etats-Unis, la guerre commerciale sino-américaine, la politique monétaire de la FED, les modalités d’applications du Brexit ou sur les annonces de résultats d’entreprises, les indices ne savent plus sur quel pied danser. La publication des chiffres d’Apple, Microsoft, Facebook, Amazon et AMD est très attendue suite au plongeon lundi soir des titres Caterpillar et Nvidia annonçant des résultats inférieurs aux attentes. MARCHÉ HELVÉTIQUE Après avoir débuté la journée légèrement en baisse, le SMI a inversé sa tendance en cours de matinée suite aux premières indications d’une ouverture positive de Wall Street. Notre indice phare termine la séance une fois de plus proche de la barre symbolique des 9'000 points sur un gain de 0,93% à 8'940 points. Nos « blue chips » ainsi que nos valeurs financières participent largement au rebond du marché helvétique. La meilleure performance du jour est réalisée par Givaudan (+2,21% à CHF 2’410) suivi par Nestlé (+1,63% à CHF 85.84) et Novartis (+1.61% à CHF 85.66). Seules ombres au tableau, les valeurs du luxe qui étaient sous pression suite à des chiffres publiés par l’Administration fédérale des douanes qui indiquent un léger recul des exportations horlogères au mois de décembre. Swatch (-2.15%, à CHF 300.6) et Richemont (-1,39 à CHF 68.18) sont donc les mauvais élèves. DEVISES Au niveau du marché des changes, le dollar est en attente de la prise de position de la FED sur un éventuel changement du taux directeur. La livre sterling, après quelques prises de bénéfices, semble reprendre sa tendance haussière. Quant à notre monnaie nationale, elle recule très légèrement à la clôture du marché suisse face à l’euro (EUR/CHF 1.1374) et également face au dollar (USD/CHF 0,9945).   Nicolas Tercier Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 28

  • Nestlé mise sur la Blockchain

    MARCHÉS INTERNATIONAUX En fin de semaine dernière, les marchés avaient bénéficié de la fin temporaire du « shutdown » aux Etats-Unis qui pesait sur l’économie américaine et le moral des investisseurs. Toutefois, le fait que le problème ne soit pas réglé mais reporté tire les marchés vers le bas. De plus, certaines chaînes de supermarché britanniques ont prévenu qu’un Brexit sans accord pourrait entraîner une baisse de l’offre dans leurs rayons et une hausse de prix pour certains produits importés. MARCHÉ HELVÉTIQUE Notre marché termine à l’unisson des places financières européennes avec un recul de 0,72% à 8'857 points. Lonza, qui publiera ses résultats annuels mercredi, termine en queue de classement du SMI avec une perte de 1,95% à 277,20 francs. L’avant-dernière place est occupée par ABB qui abandonne 1,89% à 18,99 francs. L’action du groupe électrotechnique a vu sa recommandation passer de garder à vendre par les analystes de Berenberg. L’objectif de cours a été réduit de 21 à 17,50 francs. Les raisons en sont une faible demande et une hausse des coûts. Seuls deux titres terminent la séance en territoire positif. Swisscom progresse de +0,62% à 485,30 francs après avoir remplacé Lonza dans le portefeuille des valeurs standards suisses de la Banque Cantonale de Zurich. Nestlé s’adjuge 0,21% à 84,46 francs après avoir indiqué vouloir miser sur la blockchain pour assurer la traçabilité de ses produits. Ce projet, appelé IBM Food Trust, rassemble une dizaine de géants de l’alimentaire, comme Walmart ou Unilever. Sur le marché élargi, on peut signaler le contrat remporté par Implenia (+0,11% à 35,84 francs). L’entreprise de construction se chargera, avec 3 partenaires, d’une partie de la construction du Grand Paris Express pour un montant d’un demi-milliard de francs. Ce lot comprend un tunnel de 6 kilomètres, deux gares souterraines, et 6 ouvrages. Implenia gérera le projet et le mandat technique. DEVISES L’euro progresse légèrement contre notre monnaie à 1,1337 (+0,05%) alors que le dollar américain perd quelques couleurs à 0,9908 (-0,20%). STEPHANE PEREY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 34