2022

  • On ne capitule toujours pas

    MARCHES INTERNATIONAUX La tentative de rebond a fait long feu et est à peine sauvé par la légère hausse de ce vendredi. Les bourses ont été plus qu’hésitantes et à l’approche du weekend, réalisent sur la semaine -0.30% pour le CAC40, +0.44% pour le DAX, -3.60% pour le Dow Jones. Les inquiétudes proviennent des résultats de plusieurs chaînes de grands magasins américains (Walmart, Target ou Ross Stores) qui ont vu leurs résultats reculer au 1er trimestre 2022. Les sociétés n’arrivent pas à répercuter pleinement l’inflation ou voient leurs clients chercher moins cher ailleurs. La consommation représentant environ 60% du PIB américain, les économistes craignent que la récession ne puisse être évitée. En Chine, la banque centrale réduit son taux directeur afin de stimuler l’économie au début du déconfinement de plusieurs zones. Le gouvernement vise un redémarrage rapide de l’activité. BOURSE SUISSE Le SMI égare également -3.12% sur la semaine, poussé vers le bas par Nestlé, qui après l’annonce d’une plainte d’une ONG dans l’affaire Buitoni, baissait jeudi de -5.03%. Aujourd’hui, on notera la déconvenue de Richemont (-13.11%) ceci en raison de ses résultats annuels jugés comme mitigés et accompagnés de perspectives sur la Chine peu encourageantes. Dans un bearmarket (marché baissier), il faut attendre la capitulation pour que le retournement de tendance s’opère. Par capitulation, on entend une baisse violente générée par la vente souvent forcée des actions. Cette capitulation n’a pas encore eu lieu à ce stade d’où l’évolution hésitante et volatile des bourses. DEVISES Avec l’aversion au risque le dollar descend contre le franc suisse à 0.9755 après avoir atteint la parité et l'euro à 1.0295. MATIERES PREMIERES L’once d’or est en baisse de 0.08% à USD 1'840.-. Le WTI Crude Oil évolue en hausse de +0.67% à USD 110.-.   VALENTIN ROSSET Gestion de fortune – Bulle 026 309 42 08

  • Attention à l'ours

    MARCHES INTERNATIONAUX Dans le jargon boursier, lorsqu’un indice perd 20% depuis son dernier point le plus élevé, l’expression « bear market » est utilisée. Traduit littéralement en français, cela signifie « marché de l’ours », et cet animal reflète assez bien l’humeur mal léchée des marchés. Une diminution de 20%, c’est justement la performance que pourrait bientôt atteindre l’indice américain S&P 500 depuis le début de l’année, si la tendance baissière continue. Cela en prenait le chemin jeudi, cet indice perdant encore 1% peu après l’ouverture, tout comme le Dow Jones. Le Nasdaq 100, à forte pondération technologique, se remettait difficilement du massacre subi mercredi (-5%) et évoluait en très légère hausse (+0.2%). MARCHE SUISSE En Suisse, fait assez rare pour le souligner, Nestlé affichait la pire performance du SMI une deuxième journée de suite. Après la baisse de 2.6% affichée mercredi, le géant veveysan glissait encore de 4.7% jeudi. Ce fort mouvement est à mettre sur le compte de la diminution de l’objectif de cours d’un analyste, ainsi que d’une plainte déposée par l’association Foodwatch France suite à la contamination des pizzas surgelées Buitoni. L’action du chimiste de la construction Sika perdait également du terrain (-2.6%), malgré l’annonce d’acquisition de la société américaine UGL, spécialisée dans les solutions d’étanchéité. DEVISES Sur le marché des monnaies, les indicateurs décevants publiés aux Etats-Unis ont eu raison de la récente hausse du dollar US. Traité à 0.99 en tout début de journée, il s’échangeait à 0.9715 contre le CHF en fin d’après-midi. Dans une moindre mesure, l’euro perdait également du terrain face au CHF à 1.029. XAVIER BLANC Gestion de fortune – Bulle 026 309 40 14

  • Inflation encore et toujours…

    MARCHES INTERNATIONAUX Après le répit survenu mardi sur les marchés financiers, la tendance négative s’est à nouveau mise en marche mercredi. Plusieurs facteurs expliquent cette nouvelle baisse, avec pour commencer le président de la Réserve fédérale américaine, qui a rappelé que des mesures « plus agressives » seraient prises si l’inflation américaine ne diminue pas rapidement. Les résultats annoncés par Target, géant américain du commerce de détail, mettaient également en lumière une baisse de la consommation dans les biens non-essentiels ainsi que l’augmentation des coûts du travail et de l’énergie. Pas un jour ne se passe sans parler d’inflation, et la journée de mercredi n’y a pas fait exception. L’augmentation des prix s’est stabilisée à 7.4% dans la zone euro par rapport à avril 2021, tandis qu’au Royaume-Uni, l’inflation a atteint 9%, chiffre qui n’avait plus été atteint depuis 40 ans. Les bourses européennes présentaient donc toutes un résultat baissier (-1.1% pour l’indice Eurostoxx 50), tout comme les marchés américains qui perdaient plus de 2% peu après l’ouverture. MARCHE SUISSE Le marché suisse n’échappait pas à la tendance négative, le SMI clôturait en baisse de 1.18% après avoir évolué toute la matinée en positif. Toutes les valeurs de notre indice national évoluaient dans le rouge, mais c’est Nestlé qui pesait de tout son poids dans cette performance avec -2.5%. Seule l’action Lonza faisait moins bien et se délestait de 3%. Au niveau des nouvelles d’entreprises, Holcim a vu la Cour d’appel de Paris confirmer la mise en examen de Lafarge pour complicité de crimes contre l’humanité pour les activités menées en Syrie en 2014. L’action réagissait à la baisse en perdant plus de 2% mais se reprenait un peu à quelques minutes de la cloche (-0.9%). Le titre Logitech ouvrait en forte hausse suite à une recommandation d’achat émise par un analyste, mais n’arrivait pas éviter le mouvement baissier et a terminé à -0.85%. XAVIER BLANC Gestion de fortune – Bulle 026 309 40 14

  • Fin des chinoiseries ?

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La décroissance chinoise liée à une augmentation du chômage en raison du blocage de l’économie pour éradiquer le Covid, pèse lourd dans le bilan de la croissance mondiale. Les chiffres des ventes au détail ont été au plus bas niveau depuis deux ans. Bien évidemment nous pouvons espérer un rebond aussitôt que ce lockdown aura cessé. Dès l’après-midi, l’annonce d’un allègement des mesures sanitaires insuffle une bouffée d’oxygène ! Du reste, les grands argentiers, Madame Lagarde et Monsieur Powell en auront bien besoin pour leurs discours attendus dans la soirée concernant les mesures de hausse des taux à venir ! Un retour de confiance fait plier le billet vert. L’euro s’apprécie de 1% à 1.0539 dollar et il en va de même pour la livre britannique qui s’oriente à la hausse de 1.33% à 1.2483 dollar. Constatation faite de la baisse de chômage au Royaume Uni avec un retour de plein emploi d’avant pandémie, la Banque d’Angleterre pourrait aussi opérer un resserrement de sa politique monétaire. MARCHÉ HELVÉTIQUE Les mouvements de la bourse suisse évoluent positivement pour cette journée du mois de mai. Sonova, notre fabricant d’appareils auditifs a publié un résultat excellent pour l’année décalée de fin mars 2021 à 2022, avec des ventes en nette augmentation de 30%. La rentabilité est améliorée avec une hausse importante de 13.4% pour l’exercice. Les détenteurs de l’action seront récompensés avec un dividende à la hausse de 4.40 francs contre 3.20 précédemment. La société vit un développement rapide, plus particulièrement sur territoire américain avec une progression des ventes de 38,6%. Pour cette journée, Partners Group, leader et spécialiste dans le capital-investissement mondial, s’apprécie après l’annonce d’acquisition d’un portefeuille immobilier d’une valeur d’un milliard de dollars. Cette somme représente environ 3'500 maisons aux USA, dont principalement des villas familiales récentes. Pour rappel le groupe gère une fortune de 18 milliards dans l’immobilier privé. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.9925 et l'euro s'échange à CHF 1,0462. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 309 41 70

  • Bonjour l’ambiance

    MARCHES INTERNATIONAUX La semaine a commencé avec des nouvelles plutôt négatives provenant de la Chine, suite à la publication des chiffres de ventes au détail et de la production industrielle (respectivement -11.1% et -2.9% par rapport à avril 2021). Les analystes ne s’attendaient pas à une contraction aussi importante de ces deux indicateurs économiques, causée par les mesures sanitaires très strictes actuellement en vigueur. La Commission européenne n’a rien fait pour améliorer l’ambiance, en annonçant une réduction drastique des prévisions de croissance pour l’économie du Vieux-Continent. Et les Etats-Unis dans tout ça ? Guère mieux, l’activité manufacturière de la région new-yorkaise s’étant fortement réduite en mai. Avec ces différentes nouvelles, les marchés mondiaux évoluaient sans surprise dans le rouge, avec l’indice Eurostoxx 50 qui perdait 0.74% et ses équivalents américains qui ouvraient en baisse : -0.4% pour le S&P 500 et le Dow Jones, -1.4% pour les Nasdaq 100. MARCHE SUISSE Seul dans son coin, le Swiss Market Index prenait la direction inverse, avec une timide hausse de 0.19%, bien aidé par les trois poids lourds Nestlé, Roche et Novartis, qui clôturaient facilement dans le vert. Holcim était au centre de l’actualité avec l’annonce de la cession de ses activités en Inde au groupe Adani pour CHF 6.4 milliards. Cette opération permettra au cimentier zougois de probablement acquérir de nouvelles entreprises, mais également de présenter un meilleur bilan carbone. Les activités qui ont été vendues en Inde représentent en effet 26% des émissions totales du groupe en dioxyde de carbone. Le marché ne savait pas vraiment comment interpréter cette nouvelle, le titre a ouvert à l’équilibre, a ensuite perdu plus de 2%, pour finalement clôturer en baisse de 0.85%. Mercredi sera une nouvelle journée importante pour Holcim, avec le verdict de la cour d’appel de Paris concernant les activités douteuses menées jusqu’en 2014 en Syrie par Lafarge, avec qui l’entreprise suisse a entre-temps fusionné. XAVIER BLANC Gestion de fortune – Bulle 026 309 40 14

  • Un peu de répit

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La volatilité est toujours d’actualité sur les marchés financiers mais la semaine se termine sur une note positive. Le rebond est d’autant plus important sur le Nasdaq dont les valeurs technologiques avaient subi de très forts reculs durant la semaine. À noter le recul de l’or qui avait frôlé les 2'000 dollars l’once début mars et qui cote actuellement 1'812 dollars. Le prix du kilo en francs suisses est resté relativement stable grâce au rebond du dollar qui bénéficie de l’augmentation des taux d’intérêts. Le prix des métaux industriels recule également à cause du manque de demande en provenance de la Chine qui maintient, pour le moment, sa politique restrictive concernant le Covid-19. MARCHÉ HELVÉTIQUE Le SMI rebondit également (+1,25% à 11'650 points) mais proportionnellement moins que ceux de Francfort ou Paris qui enregistrent des gains de plus de 2%. Cela est dû notamment au comportement des poids lourds de notre indice dont Roche (-0,42% à 319 francs) qui doit digérer le revers clinique d’un traitement contre le cancer des poumons. Les analystes revoient leurs objectifs à la baisse sur le bon de jouissance. En effet, Jefferies l’abaisse de 430 à 360 francs et passe le titre d’acheter à garder. Les analystes de Julius Bär et Morgan Stanley en font de même. Nestlé ne rebondit que de 0,67% alors que Novartis s’adjuge 1,37%. La moins bonne performance du jour est à mettre au compte de Swisscom qui abandonne 0.72% à 580,60 francs mais reste à un niveau historiquement élevé grâce à son profil défensif. Le podium du jour est occupé par Lonza (+3,65% à 551,20 francs), Alcon (+3,46% à 71,12 francs) et Credit Suisse (+3.07% à 6,50 francs). DEVISES Le dollar se traite à la parité contre notre monnaie alors que l’euro cote 1,0422, ce qui doit soulager quelque peu les sociétés exportatrices et notre Banque Nationale. STEPHANE PEREY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 34

  • Trop d'incertitudes pour une direction claire

    MARCHES INTERNATIONAUX Les jours passent et ne se ressemblent pas. C’est très bien dans la vie courante d’avoir des changements et parfois quelques imprévus, moins dans le monde de la finance et encore moins sur les marchés boursiers. Les intervenants semblent agir au gré des nouvelles bonnes ou mauvaises, on dirait presque à l’instinct. Hier, les bourses étaient plutôt bien orientées et aujourd’hui, après une nuit de sommeil, les gens réalisent que l’inflation ne va pas disparaître comme ça et réagissent en vendant leurs actifs. Les chiffres de l’inflation US ont certes déçu, cependant, il faut quelque peu relativiser. La bonne nouvelle concerne le fait que l’inflation semble s’être arrêtée de galoper, avec un très léger repli en avril après moultes hausses consécutives. Cependant, il est vrai que les mauvaises nouvelles s’accumulent en ce début d’année. Entre la situation en Chine, celle en Ukraine et l’inflation dans le monde, on en a en veux-tu, en voilà. Toutefois, nous pouvons aussi contrebalancer que la consommation reste assez solide et les chiffres des sociétés sont plutôt positifs. En outre, le fait que les banques centrales avancent à reculons pour adapter leurs taux directeurs permet aux marchés actions d’avoir encore de beaux jours devant eux. Le manque d’alternative faisant le reste. MARCHE SUISSE A l’instar des autres places financières, notre marché helvétique voit son indice principal reculer à nouveau. Assez fortement en début de séance, puis le SMI se repositionne vers la barre des 11'500 points. Zurich Insurance commence en fanfare son début d’année, grâce une hausse des rentrées de primes, auprès de toutes ses activités. La direction est positive et s’attend à dépasser tous ses objectifs financiers. Le titre, dans un environnement négatif, consolide sa position vers les 452 francs. L’action Richemont qui avait très bien performé hier subit des prises de bénéfices et recule de près de 3%. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,999 et l'euro s'échange à CHF 1,04 CHF Marco Levis Gestion de fortune - Bulle 026 309 41 42

  • wait and see

    MARCHES INTERNATIONAUX Le prix du pétrole reprend l’ascenseur malgré les craintes d’une potentielle récession due à ralentissement économique global. Les inquiétudes en Chine sur les confinements à répétition et donc une baisse de la demande ne favorise pourtant pas la hausse du prix du brut. Cependant, les difficultés d’approvisionnement actuelles favorisent la hausse des prix. Encore et toujours, c’est la progression de l’inflation qui préoccupe le monde économique. En Chine, l’inflation augmente fortement en avril. En Europe, la Présidente de la BCE, Mme Lagarde, indique que celle-ci pourrait commencer à relever ses taux directeurs dès le mois de juillet. Aux Etats-Unis, les chiffres du mois d’avril concernant l’inflation sont attendus et scrutés comme jamais. Finalement, quelque peu décevant, le taux s’établit en léger recul à 8,3% sur un an, pour le mois d’avril. MARCHE SUISSE Notre marché helvétique évolue sans direction une grande partie de la séance. Le SMI est fortement pénalisé par le titre Roche ainsi que par le chiffre de l’inflation américaine, jugé en trop légère baisse sur le mois d’avril. Toutefois, en fin de séance, le SMI se ressaisit bien et termine sur ses niveaux de la veille à plus de 11'500 points. Le titre Alcon, spécialiste des soins oculaires, effectue un bond impressionnant de près de 9%. Les résultats du premier trimestre ont dépassé les attentes avec un chiffre d’affaires en hausse de 14% à 2,2 milliards de dollars. En outre, les perspectives de développement de nouveaux produits permettent d’être optimiste pour la suite de l’année. Le luxe se porte bien grâce à Richemont qui reprend des couleurs avec une hausse de plus de 4%. A contrario, nous avons l’action Roche qui dégringole de plus de 7% en partie à cause d’un résultat négatif dans une étude de phase III d’un médicament contre le cancer du poumon. Certains analystes rétrogradent le titre à garder, avec un objectif de cours à la baisse. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9950 et l'euro s'échange à CHF 1,0475. Marco Levis Gestion de fortune - Bulle 026 309 41 42

  • Le soleil brille après l'orage

    MARCHES INTERNATIONAUX Malgré les préoccupations récurrentes, les intervenants profitent de faire quelques emplettes auprès de titres bien massacrés. Hier soir, New York a terminé à près de 2% de perte. Ce matin, le Nikkei clôture avec un recul de 0,58%. Cependant, les bourses européennes se reprennent grâce à la chasse aux bonnes affaires. Certes, les périls actuels n’ont pas disparu en une nuit. Aux Etats-Unis, les récentes hausses de l’inflation font craindre pour la reprise économique du pays. Comme la quadrature du cercle est impossible à exécuter, on peut se poser la question comment la Réserve Fédérale va-t-elle s’y prendre pour éviter une surchauffe de l’économie, due à la forte consommation américaine et modérer l’inflation qui en découle ? La récession pourrait poindre le bout de son nez et d’une situation de ce genre, on sait qu’il est difficile d’en sortir facilement. En Europe, le président de la Bundesbank allemande préconise une hausse des taux dès le mois de juillet. M.Nagel plaide pour ne pas attendre qu’il ne soit trop tard et que l’intervention de la BCE doivent être trop brutale, à posteriori. En Chine, à cause des mesures anti-Covid, les importations ont enregistré le volume le plus faible depuis deux ans. MARCHE SUISSE Notre indice helvétique principal flirte à nouveau avec la barre des 11'600 points. Une hausse de près de 1% qui est le fait de l’ensemble des valeurs du SMI, à l’exception de l’action Alcon, en baisse, et du titre Nestlé qui reste sur ses niveaux de la veille. Geberit prend à contre-pied les abaissements d’objectifs de cours par différents analystes et l’action effectue une des meilleures performances de l’indice, avec une hausse de plus de 3%. Les titres bancaires se reprennent quelque peu, après avoir été bien pénalisés. L’action UBS gagne près de 2% et la Crédit Suisse termine positivement la séance. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9925 et l'euro s'échange à CHF 1,0475. Marco Levis Gestion de fortune - Bulle 026 309 41 42

  • Difficile d'être positif !

    MARCHES INTERNATIONAUX Lorsqu’il y a trop, il y a trop. Il est difficile de continuer de « faire avec » et permettre ainsi aux marchés boursiers internationaux de se maintenir. La guerre en Ukraine avec son lot de sanctions économiques de part et d’autre, le renforcement des mesures de confinement en Chine pour lutter contre le COVID ainsi que les conséquences sur le niveau de l’inflation dans le monde, n’autorisent pas l’optimisme, même modéré. Depuis le début de l’année, les marchés ont perdu entre 10 et 15% de leurs valeurs respectives. Cependant, le manque d’alternatives d’investissements permet aux bourses de ne pas reculer bien plus. Les soucis immédiats concernent encore et toujours l’inflation galopante que nous subissons. Les banques centrales reprennent à leur compte la célèbre phrase de notre Conseiller fédéral, Alain Berset, qui dit : « il faut agir aussi vite que possible, mais aussi lentement que nécessaire ». Cependant, la FED a montré l’exemple en modifiant à la hausse son taux directeur et la Banque d’Angleterre l’a suivie. Les autres banques centrales se tâtent pour le moment. Le prix du pétrole subit la situation économique actuelle et recule de plus de 3%. MARCHE SUISSE Les réalités économiques actuelles pénalisent lourdement l’ambiance de notre marché helvétique ainsi que le moral des investisseurs. Le SMI commence la semaine très négativement. Il passe sous la barre des 11'500 points, en fin de séance. Durant cette journée, les actions Crédit Suisse et Holcim subissent aussi le versement du dividende, mais la plupart des valeurs s’orientent en forte baisse. Swiss Ré et Roche réussissent péniblement à rester proche de la barre de flottaison. Pour la banque aux deux voiles, les déboires ne finissent pas. On apprend que le Parquet national financier français enquête sur l’établissement zurichois, selon Finanz und Wirtschaft. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9920 et l'euro s'échange à CHF 1,0480. Marco Levis Gestion de fortune - Bulle 026 309 41 42  

  • Ne perdez pas la boule !

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Le plongeon des bourses asiatiques couplé à celui de Wall Street, entraîne une séance digne d’un « strike au bowling » ! Les indices américains ayant connu la pire séance de l’année, perdant plus de 21% pour le Nasdaq, 15% pour le S&P 500 et 9% pour le Dow Jones, produisent un effet endémique sur les marchés européens. La productivité américaine est touchée par les coûts de la main d’œuvre, en augmentation de 11.6% au premier trimestre. Le marché de l’emploi continue dans la stabilité avec des créations d’emploi plus importantes que prévues et un taux de chômage à 3.6% pour avril. L’or noir poursuit son ascension, aidé par les mesures d’embargo progressif adoptées par les membres de l’Union européenne à l’encontre des produits pétroliers russes. De plus, l’OPEP et ses partenaires ont revu la production à la hausse à 432'000 barils par jour pour le mois de juin. En relevant le fait que pour l’heure, il n’y a pas de volonté à remplacer le pétrole russe. Le confinement chinois continue de détériorer sa croissance pour cette année. La fin justifie les moyens et Le Président Xi Jinping continue sa politique zéro Covid et argue de combattre tout ce qui pourrait entraver sa stratégie. Chez nos voisins, le gouverneur de la Banque de France, Monsieur Villeroy de Galhau, déclare qu’il serait temps que la BCE mette un terme aux taux négatifs d’ici cette fin d’année. Madame Lagarde, présidente de la BCE, n’a pas attendu pour annoncer la fin des rachats d’actifs à partir de juillet, visant à une normalisation. Dans ce même esprit, la Banque d’Angleterre a augmenté son taux directeur de 25 points de base à 1%. MARCHÉ HELVÉTIQUE Pour cette journée de bourse, notre indice SMI part à la dérive en dessous de 11'700 points. Seules les valeurs Swisscom et Swiss RE font de la résistance pour garder le niveau. La société de réassurance Swiss RE a vécu de sombres moments pour le premier trimestre, enregistrant une perte de 248 millions de dollars. Entre les catastrophes naturelles et le conflit en Ukraine qui n’est du reste pas encore terminé, les analystes ont des avis divergents quant à l’évolution du titre pour l’année en cours. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.9862 et l'euro s'échange à CHF 1,0422. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 309 41 70

  • Nervosität vor und nach US-Zinsentscheid

    Im Kampf gegen die Inflation hat die amerikanische Notenbank am Mittwoch den Leitzins wie erwartet um 0.5% angehoben. Die Aussage von FED-Chef Powell, die Zinsanpassungen in diesem Rahmen weiterzuführen, sorgte für Erleichterung an den Märkten. Schlechter ausgefallene Konjunkturdaten führten am Donnerstag jedoch zu einem regelrechten Ausverkauf in Übersee. Die Technologiebörse Nasdaq hat damit seit Jahresbeginn rund 20% verloren. Am heimischen Markt haben Logitech, Geberit und Swiss RE Zahlen vorgelegt. Der Computerzubehörhersteller Logitech hat mit seinem Jahresergebnis die Markterwartungen übertroffen, wegen des Ukrainekrieges die Prognosen jedoch gesenkt. Der Aktienwert des Pandemieüberfliegers hat sich seit dem Höchst im 2021 halbiert. Flott ins Jahr gestartet ist Sanitärtechniker Geberit. Einem 8% höheren Umsatz steht wegen Preisdruckes ein um 3.7% tieferer Gewinn gegenüber. Der Ausblick bleibt vorsichtig.   Rückversicherer Swiss RE konnte die Prämieneinnahmen zwar erhöhen, erlitt aufgrund von höheren Kosten aber einen Erstquartalsverlust von USD 248 Mio., die Jahresprognose wird bestätigt. Der US-Dollar setzt seinen Aufwärtstrend fort und notiert zum CHF so hoch wie seit 2020 nicht mehr. Daneben haben sich auch Öl und Gas wegen des geplanten Embargos gegen Russland weiter verteuert. Gas beispielsweise hat seit Jahresbeginn um 135% zugelegt. Der SMI beendet die Handelswoche bei 11'730.42 Punkten, einem Minus von 3.28%. MARIANNE FLÜHMANN Vermögensverwaltung - Murten    

  • Un rebond de courte durée…

    MARCHES INTERNATIONAUX Comme attendu, la Réserve fédérale américaine a annoncé hier une hausse de 0.5% sur ses taux directeurs, ainsi que la réduction de son bilan à raison de USD 47.5 milliards par mois à partir du 1er juin. Pour les prochaines étapes à venir, le Président de la Fed a pour l’instant exclu une nouvelle hausse de taux encore plus importante (estimée à 0.75%) lors de la prochaine réunion. Rassurés par ces propos, les indices américains ont fêté la nouvelle avec des gains de l’ordre de 3% pour clôturer la journée de mercredi. Mais c’est bien connu, les lendemains de fêtes sont difficiles et la règle n’a pas épargné Wall Street. Conscientes d’avoir crié victoire un peu trop vite, les bourses américaines se sont finalement rendu compte que l’inflation galopante n’est pas réglée, que la guerre en Ukraine fait toujours rage et qu’un ralentissement de la croissance est encore au programme. Retour donc à la case départ, avec le S&P 500 et le Dow Jones qui perdaient plus de 2.5% et le Nasdaq qui lâchait même 4%. MARCHE SUISSE Dans le sillage de la clôture new-yorkaise, notre indice SMI a ouvert en fanfare en dessus des 12'000 points, pour finalement rentrer dans le rang et afficher une performance neutre à quelques minutes de la cloche. Swiss Re baissait de presque 3% suit à l’annonce d’une perte au premier trimestre, en raison des coûts importants liés aux catastrophes naturelles, à la guerre en Ukraine et à la pandémie. L’action Credit Suisse dévissait également de plus de 2.5%, la banque zurichoise a indiqué que le coût lié au dossier des Bermudes s’élèverait à environ USD 600 millions, au lieu des 500 millions évoqués en mars. Au niveau des bonnes performances, le podium était constitué de Partners Group, Logitech et Geberit, les trois actions se renforçant de plus de 1%. XAVIER BLANC Gestion de fortune – Bulle 026 309 40 14

  • Chaque mot compte

    MARCHES INTERNATIONAUX Les marchés mondiaux étaient dans l’attente de la décision de la Réserve Fédérale américaine sur sa politique monétaire, annonce qui devait intervenir mercredi en début de soirée. Alors qu’une hausse des taux de 0.5% est largement attendue par le consensus, l’attention se portera surtout sur ce que compte faire la Fed lors de ses prochaines réunions. Lors de la conférence de presse qui suivra la décision, M. Jerome Powell donnera de plus amples explications sur la stratégie que souhaite adopter le comité et chaque mot sera scruté par les investisseurs. Autre donnée à être publiée mercredi, la création d’emplois privés aux Etats-Unis se situait nettement en dessous des attentes, ce qui témoigne de la difficulté des entreprises américaines à recruter de nouveaux salariés. MARCHE SUISSE Au niveau suisse, lorsque Nestlé, Roche et Novartis perdent du terrain, difficile pour notre indice national d’afficher un résultat positif. Le secteur financier permettait au SMI de limiter la casse, tout comme l’action Holcim qui ouvrait la marche avec +1.3% à l’approche de la clôture. Le titre Geberit était également en hausse, après avoir annoncé de bons résultats pour le 1er trimestre. Les investisseurs ne s’emballaient toutefois pas trop, car le coût des matériaux et l’inflation vont continuer à peser sur les prochains trimestres. Meilleur titre du SMI cette année, l’action Swisscom continuait sur sa lancée et grignotait 0.2% en plus. DEVISES Sur le marché des devises, la hausse attendue des taux sur le dollar US continue à profiter à cette monnaie, qui s’est appréciée de 6% face au franc suisse sur les 30 derniers jours. Elle se traite actuellement à 0.9825 XAVIER BLANC Gestion de fortune – Bulle 026 309 40 14

  • Que diantre !

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Comment garder le cap dans la tempête ou à l’approche de la tornade ? Le confinement chinois ne fait qu’accroître un freinage brutal de la croissance économique mondiale. Les tensions restent le quotidien de certains secteurs, dont l’industrie avec le manque de matières premières, la hausse des prix de l’énergie ! Hier, l’indice ISM manufacturier a été publié en baisse à 55,4 aux Etats Unis, l’emploi se confirme également en recul pour le mois de mars. En France, on observe aussi une croissance du premier trimestre nulle avec une inflation à 4.8%. Les prix des « softs commodities », huiles, céréales, produits surgelés sont directement impactés en raison de l’offensive russe en Ukraine. Est-ce que les banquiers centraux, FED et Banque Centrale européenne, vont enfin réagir et avec quelle intensité ? Demain, nous devrions enfin avoir une réponse. Après si vous n’aviez pas encore réservé vos vacances estivales, peut-être choisirez-vous un chalet d’alpage tranquille ? Garantie d'un retour à la nature et à l'essentiel, si possible sans électricité, pour ne plus entendre et savoir ce qui se passe en bas ! MARCHÉ HELVÉTIQUE Notre bourse suisse tentait de garder le moral jusqu’à se laisser aller à une morosité en dessous du seuil des 12'000 points pour le SMI. Les bancaires CS et UBS sont prisées, un regain de confiance des investisseurs qui misent sur une hausse des taux qui sera bien profitable pour ce secteur d’activité. Cie Financière Richemont conserve une place de choix dans le secteur du luxe. Elle a su élargir ses parts de marché avec Cartier et Van Cleef. En dépit de la situation sanitaire chinoise, principale clientèle cible, elle continue à évoluer dans la volatilité, mais reste cependant une valeur de choix des analystes qui la recommandent à l’achat. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.9758 et l'euro s'échange à CHF 1,0302. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 309 41 70

  • Les vicissitudes des marchés

    MARCHÉS INTERNATIONAUX L’indice japonais Nikkei termine la séance en léger repli de 0,11% avant le férié de quatre jours de la Golden Week, dont le 3 mai, jour de commémoration de la Constitution datant de 1947. Londres, Hong Kong et Shanghai sont fermés également pour cause de fériés. La bourse de New York a perdu pied vendredi, enregistrant des baisses importantes, le Nasdaq de 4.17% et le Dow Jones de 2.77%. Les investisseurs sont figés dans l’attente de la réunion de la FED, car une probable hausse des taux de 50 points, puis de 75 points de base en juin, viendrait confirmer une surchauffe de l’économie américaine. Les prix à la consommation ayant atteints 0,9% en mars, l’inflation a atteint le niveau le plus élevé depuis 40 ans. Espérons que la banque centrale américaine pourra concrétiser un atterrissage en douceur dans son plan de normalisation de la politique monétaire, face à un risque latent de récession ! MARCHÉ HELVÉTIQUE Sans surprise, le meilleur indicateur du jour est le VSMI (indice de la volatilité du SMI), il grimpe à plus de 13% ! Sans blague, nous allons devoir mettre le patient dans un coma « artificiel » pour calmer le jeu. Logitech fait exception et essaie de garder la tête hors de l’eau pour cette première journée de mai. En effet, le fabricant de souris et autres dispositifs et accessoires pour visioconférences et jeux vidéo vient de clore son exercice à fin mars et publiera demain ses chiffres. Ses résultats devraient être excellents au vu de la période passée en télétravail. Du reste, les analystes sont majoritairement très positifs quant à son évolution. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.9770 et l'euro s'échange à CHF 1,0287. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 309 41 70

  • Inflation quand tu nous tiens

    MARCHÉS INTERNATIONAUX En Asie, la bourse de Tokyo est restée fermée vendredi, la journée étant fériée au Japon. En Chine continentale, les déclarations du Bureau politique du parti communiste sur sa volonté d’amplifier le soutien à l’économie, a fait progresser les indices de respectivement 2,41% pour le Shanghai Composite, et de 2,43% pour le CSI 300. Le Hang Seng de la Bourse de Hong Kong a quant à lui bondi de 4,01%, bien aidé par le sursaut des valeurs technologiques. En Europe, la croissance économique de la zone euro a ralenti à 0,2% au premier trimestre comparé au trois mois précédents pour lesquels elle avait atteint 0,3%. Parmi les grands pays, l’Espagne et l’Allemagne ont vu leur économie progresser en glissement trimestriel de respectivement 0,3% et 0,2% sur les trois premiers mois de l’année tandis que la France a connu une stagnation (0%) et l’Italie une baisse de 0,2%. Quant au taux d’inflation, qui a battu chaque mois un nouveau record depuis novembre, celui-ci s’est maintenu à un niveau inédit en avril, à 7,5% sur un an. Aux États-Unis, les prix à la consommation ont également poursuivi leur ascension en mars, le taux d’inflation progressant de 6,6% sur un an et de 0,9% sur un mois. La Banque centrale américaine (Fed), qui tient sa réunion monétaire mardi et mercredi prochains devrait annoncer une nouvelle hausse des taux dans une volonté de contrôler la spirale inflationniste. MARCHÉ SUISSE À la bourse de Zurich, la meilleure performance du jour est à mettre à l’actif de Credit Suisse (+5.56%), lequel tenait son assemblée générale ordinaire ce vendredi, sans la présence physique des actionnaires, officiellement pour des raisons sanitaires… À l’autre extrémité du tableau, le réassureur zurichois Swiss Re (-0.72%) tenait la lanterne rouge, sans information particulière. David Hartmann Gestion de fortune 026 350 74 29

  • Rumeurs sur Temenos

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Au pays du Soleil levant, malgré l’inflation et la chute du yen, la banque du Japon (BOJ) a annoncé jeudi matin qu’elle maintenait sa politique monétaire ultra-accommodante, ce qui a fait chuter le yen face au dollar à son plus bas depuis 20 ans. A la Bourse tokyoïte, l’indice Nikkei des 225 valeurs vedettes japonaises en a profité pour progresser de 1,75% lors de sa dernière séance de la semaine, car ce vendredi est férié au Japon et la semaine prochaine elle ne sera ouverte que deux jours en raison des congés de la « Golden Week ». MARCHÉ SUISSE Nos indices helvétiques ont terminé la journée en hausse. Le Swiss Market Index prend 0,14% et l’indice élargi Swiss Performance Index monte de 0,34%. Du côté des nouvelles d’entreprises, le numéro un suisse des télécommunications Swisscom a dévoilé ses résultats pour les trois premiers mois de l’année. En raison d’effets exceptionnels, son bénéfice net s’est contracté de 29,9% à 447 millions de francs, contre 638 millions sur la même période en 2021. Le chiffre d’affaires recule de 1,2% à 2,77 milliards, mais le géant bleu confirme tous ses objectifs pour l’exercice en cours. Le fournisseur bâlois de l’industrie dentaire Straumann a publié ses chiffres pour le premier trimestre. Ses ventes ont bondi d’un quart à 588,9 millions de francs, ce qui s’est révélé supérieur aux attentes des analystes. Selon des informations de l’agence Bloomberg, la société américaine de capital-investissement Thoma Bravo serait intéressée à racheter l’éditeur de logiciels bancaires Temenos. L’action s’est envolée de 17,45% à 98 francs. A la suite de la publication des résultats décevants de Credit Suisse, plusieurs établissements bancaires ont revu leurs objectifs de cours à la baisse. La banque britannique Barclays passe de 7 à 5,50 francs, Bank of America l’abaisse de 30 centimes à 7 francs et la banque française Société Générale corrige son prix cible de 3 francs pour le fixer à 6,50 francs. JEROME DOUGOUD Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 24

  • UBS EN TRÈS BONNE VOIE

    Les publications de résultats continuent en ce mardi avec notamment UBS (+0.09%) et Novartis (+0.36%) qui ont retenus l’attention des investisseurs. Malgré les incertitudes géopolitiques, le numéro un bancaire helvétique a largement dépassé les attentes en signant une excellente performance sur les trois premiers mois de l’année. Le bénéfice net a progressé de 17% en glissement annuel et se monte à 2,14 milliards de dollars (2,05 milliards de francs) au premier trimestre 2022. Les produits se sont enrobés de 7,9% à 9,36 milliards de dollars tandis que les charges d’exploitation ont augmenté de 3,5% à 6,63 milliards. Le ratio charges/revenus se monte ainsi à 70,7%, dans la fourchette des 70-73% visée par la grande banque. Le bénéfice avant impôts s’inscrit à 2,73 milliards de dollars, en augmentation de près de 19%, et comprend la constitution de nouvelles provisions pour risque de crédit à hauteur de 18 millions de dollars. UBS rappelle en outre qu’elle ne réalise pas de nouvelles affaires en Russie et l’exposition de la banque y a été réduite de 0,4 milliards de dollars à fin mars, contre 0,6 milliards trois mois auparavant. De plus, la banque aux trois clés n’est pas exposée de manière significative et directe en Ukraine et au Bélarus. De son côté, le géant pharmaceutique rhénan Novartis a dévoilé des chiffres plus ou moins conforme aux projections des analystes avec un chiffre d’affaires de 12,53 milliards de dollars, en légère hausse de 1% à taux de change constant. Convertie en dollars, la croissance a tout de même atteint 5%. La contribution du cœur de métier dans les médicaments originaux (Innovative Medicines) a grignoté 0,7% à 10,18 milliards de dollars tandis que celles des génériques et biosimilaires (Sandoz) s’est accrue de 2,1% à 2,36 milliards. Le bénéfice net s’est quant à lui affaissé de 4,7% à 3,25 milliards de dollars, mais, sans la prise en compte de la cession en 2021 d’une importante participation dans le capital de son concurrent Roche, celui-ci aurait bondi de 11%. Quant au gain net effectivement comptabilisé, il s’est envolé de 32% à 2,22 milliards de dollars. David Hartmann Gestion de fortune 026 350 74 29

  • CHINE ET FED AU CENTRE DES INQUIÉTUDES

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les places boursières asiatiques terminent la séance fortement dans le rouge, plombées par la crainte de nouveaux confinements de grande ampleur en Chine qui pourraient peser sur les échanges mondiaux. L’indice de Shanghai a connu sa pire séance depuis février 2020 en cédant 5,13% alors que le Nikkei 225 recule de 1,9%. En Europe et aux Etats-Unis, le moral des investisseurs n’est pas meilleur, les marchés évoluant vers leur plus bas depuis près d’un mois, les craintes liées à la remontée des taux d'intérêt et à la santé de l'économie mondiale l'emportent sur le soulagement lié à la réélection d'Emmanuel Macron en France. Le patron de la Réserve fédérale américaine (Fed), Jerome Powell, a annoncé récemment qu’une hausse des taux de 50 points de base était sur la table pour la prochaine réunion en mai. A 17h30, le DJ Eurostoxx 50, indice regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, recule de 2,1% à 3'759,67 points. MARCHÉ SUISSE En Suisse, la semaine démarre aussi dans le rouge, un relèvement des taux abrupt par la Fed ne rassurant pas les investisseurs. Les valeurs du luxe, Richemont (-6,18%) et Swatch (-4,37%) pâtissent plus particulièrement du fait de la situation sanitaire en Chine. Roche publie de bons résultats trimestriels et confirme ses prévisions pour l’exercice 2022. Son chiffre d’affaires consolidé en francs suisses progresse de 10% sur les trois premiers mois. Le géant biopharmaceutique explique que son activité a été tirée à la hausse en raison d’une demande toujours aussi forte de tests Covid-19, toutefois Roche s’attend à un déclin significatif de la demande de ces tests par la suite. Le chiffre d'affaires de la division pharmaceutique a quant à lui progressé de 6% grâce notamment à la croissance continue des ventes de ses nouveaux médicaments contre les maladies graves. Malgré ces bons chiffres, le titre cède 1,2%, plombé par l’humeur ambiante. A la clôture, le Swiss Market Index recule de 1,4% à 12'085 points. JULIE CAMBOU Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 99

  • ABB en tête du SMI

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Pour l’avant-dernière séance de la semaine, à Hong Kong, l’indice Hang Seng s’est affaibli de 1,25% et l’indice composite de Shanghai a plongé de 2,26%. Tous les deux sont impactés négativement par les mesures drastiques de confinement prises contre le Covid-19 en Chine. A la Bourse tokyoïte, l’indice Nikkei des 225 valeurs vedettes japonaises a aligné sa troisième séance positive d’affilée, en progressant de 1,23%. Porté par le secteur des semi-conducteurs, Tokyo Electron a gagné 3,54% et Screen Holdings 2,68%. MARCHÉ SUISSE Nos indices helvétiques ont terminé la journée en ordre dispersé. Le Swiss Market Index perd 0,07% et l’indice élargi Swiss Performance Index monte de 0,10%. Du côté des sociétés, la multinationale de l’agroalimentaire Nestlé a annoncé pour le premier trimestre 2022 une croissance de son chiffre d’affaires de 5,4% à 22,2 milliards de francs. Sur la même période, le conglomérat industriel zurichois ABB (+4,92% à 31.55 francs) a vu ses entrées de commandes frôler les 9,4 milliards de dollars, en hausse de 21%, tandis que son chiffre d’affaires a grapillé 1% à 6,97 milliards. Le bénéfice net est en progression de 20% à 604 millions. De janvier à mars, le spécialiste des rayons X et radiofréquences Comet a généré un chiffre d’affaires de 124,8 millions de francs. Pour l’année 2022, le groupe fribourgeois confirme tabler sur un chiffre d’affaires net compris entre 570 et 610 millions de francs, ainsi qu’une marge Ebitda entre 21% et 23%. La banque britannique Barclays a revu ses objectifs de cours pour les deux grandes banques suisses UBS et Credit Suisse. La banque aux trois clés voit son action recommandée à neutre, avec un cours cible raboté d’un franc à 19 francs. La banque aux deux voiles voit le prix de son titre abaissé de 50 centimes à 7 francs, accompagné de la mention sous-pondérer. JEROME DOUGOUD Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 24

  • CREDIT SUISSE EN RAJOUTE

    Marchés internationaux Au Japon, la monnaie nippone est tombée à son plus bas niveau depuis 2002 et s’apprête à retrouver la valeur phare des 130 yens pour 1 dollar, après que la Banque du Japon soit à nouveau intervenue sur le marché pour défendre sa politique de taux d’intérêt ultra bas, contrastant fortement avec les États-Unis où les rendements du Trésor ont atteint de nouveaux sommets. En Europe, à cause d’une production ralentie par les pénuries de semi-conducteurs et la guerre en Ukraine, les ventes de voitures neuves ont dégringoler de 20,5% au mois de mars selon l’Association européenne des constructeurs (ACEA). Avec 844'187 véhicules vendus, il s’agit du plus faible volume de ventes pour un mois de mars depuis le début de la série statistique en 1990, hormis le cas exceptionnel de 2020 qui avait paralysé l’économie au début de la crise sanitaire. Marchés suisses À la Bourse de Zurich, notre indice national SMI (Swiss Market Index) a pu profiter du rebond pour clôturer dans le vert (+0.23%). Alcon (+3.02%), le leader mondial des soins ophtalmiques, qui aura une fois de plus une présence scientifique importante lors de la réunion annuelle 2022 de l’American Society of Cataract and Refractive Surgery (ASCRS) à Washington D.C., a terminé la journée en tête des gagnants devant Partners Group (+1.99%) et le cimentier Holcim (+1.96%) lequel vise une hausse de son chiffre d’affaires de 6% pour 2022 et qui publiera vendredi ses résultats au premier trimestre. À l’autre extrémité du tableau, on retrouve Credit Suisse (-1.48%) qui n’en finit plus de subir des avaries, avec désormais un avertissement sur perte pour le 2ème trimestre en raison notamment de la constitution de provisions à hauteur de 700 millions de francs pour de vieux litiges. Sur le marché élargi, la palme est revenue à la société de diagnostic médical Achiko (+24.6%) qui a levé 12 millions de francs suisses auprès de l’investisseur institutionnel Riverfort Global Opportunities, pour lui permettre de financer la production des tests rapides détectant le Covid-19 Aptamex.   David Hartmann Gestion de fortune 026 350 74 29

  • PREMIER TOUR

    MARCHES INTERNATIONAUX Weekend électoral en France où se jouera le premier tour de l’élection présidentielle. Le gagnant sera à nouveau l’abstentionnisme qui pourrait engendrer des surprises même si les sondages donnent gagnant le Président Macron et probablement Madame Le Pen. La campagne a été passablement parasitée par l’Ukraine et le non-débat avec le Président Macron. Les électeurs ne sont en tout cas pas enthousiasmés à se rendre aux urnes. La FED confirme sa politique monétaire qui se voudra suffisamment forte pour juguler l’inflation et douce pour éviter un départ en récession ou quand Jerome Powell fait du Alain Berset. La fréquence ou l’ampleur des prochaines montées du taux directeur sera adaptée pour cet objectif. Il faut donc s’attendre à un mouvement en juin de 0.50% ou à des mouvements intermédiaires hors trimestriels. Les marchés finissent positivement cette semaine et à 17h00 se traitent à : +1.09% pour le CAC40, +1.08% pour le DAX et +0.72% pour le Dow Jones. BOURSE SUISSE Le marché suisse évolue dans la même direction. Le SMI progresse de +0.97% avec en top Swiss Life (+2,60%) et en flop Zurich (-2.45%). Zurich se traitait toutefois ex-dividende. Le SMI termine ainsi l’ensemble de la semaine en hausse de +2.58% ceci fortement soutenu par Roche et Novartis. L’indice ne demeure qu’à 500 points de son record de début janvier. Cela reflète bien la résilience de l’économie suisse capable de naviguer entre inflation et conflit. DEVISES Le dollar se traite à 0.9343 et l'euro à 1.0163 contre franc suisse. MATIERES PREMIERES L’once d’or est en hausse de +0.68% à USD 1'943.87. Le WTI Crude Oil évolue en baisse de 1.28% à USD 95.83.   VALENTIN ROSSET Gestion de fortune – Bulle 026 309 42 08

  • Attente des décisions de la FED

    MARCHES INTERNATIONAUX Un nombre croissance de gouverneurs de la FED se montrent ouvert à une remontée plus rapide des taux de la réserve fédérale afin de contrer l’inflation supérieure aux attentes. Le bilan de la FED atteint USD 9000 milliards et devrait commencer à être réduit d’environ USD 95 milliards par mois. Ce resserrement de la politique monétaire américaine met sous pression les actions du secteur technologique. La tendance à l’inversion des taux, soit des taux courts plus haut que les taux longs, augmente. Les pays asiatiques ont choisi d’utiliser leurs réserves stratégiques pour réduire les prix du pétrole. Le WTI est repassé sous USD 100.- à USD 96.44. Les prix de l’énergie deviennent un problème de société dans de nombreux pays avec le risque d’émeutes ou manifestations comme au Sri-Lanka. Les marchés évoluent de manières irrégulières pour à 17h00 se situer à : -0.42% pour le CAC40, -0.15% pour le DAX et -0.54% pour le Dow Jones. BOURSE SUISSE La bourse suisse continue de mieux se tenir, grâce à ses valeurs défensives. Le SMI grimpe de +0.44% à 12373 points. Novartis continue d’avoir la cote après son annonce de réduction des coûts et gagne +0.99%. Nestlé tout comme Ferrero sont empêtrés dans des soucis de sécurité alimentaire. Pour Ferrero, il s’agit de salmonellose et du retrait à titre préventif des étales dans divers pays européens. Pour Nestlé et sa filiale Buitoni, le cas relève du pénal après la mort de plusieurs enfants en raison de la bactérie E-coli. L’usine a été fermée et Nestlé s’expose en sus du dégât d’image à une amende. La France a en la matière une des lois les plus contraignante qui permet des amendes records. DEVISES Le dollar se traite à 0.9334 et l'euro à 1.01837contre franc suisse. MATIERES PREMIERES L’once d’or est en hausse de +0.57% à USD 1'937.50.   VALENTIN ROSSET Gestion de fortune – Bulle 026 309 42 08

  • La guerre masque les autres problèmes

    MARCHES INTERNATIONAUX Les nouvelles sanctions discutées par les Américains et les Européens apportent leur lot de volatilité dans le marché mais ne sont pas les seuls vecteurs de tensions. La région de Shanghai et ses 28 millions d’habitants sont confinés. La ville a un poids économique considérable représentant 5% du PIB chinois. Le confinement va donc se répercuter sur l’économie chinoise et amener des contraintes d’approvisionnement supplémentaires en occident. L’inversion des taux US 2 ans versus 10 ans, empiriquement annonciateur de récession, intervient très tôt dans la période de relèvement des taux. Ces relèvements pourraient s’accélérer en raison de l’inflation nettement supérieure aux anticipations et fait craindre pour la croissance. Les bourses, dans ce contexte, baissent pour le CAC40 de -2.33%, le DAX de -2.14% et le Dow Jones de -0.84% (à 17h00). BOURSE SUISSE Le SMI profite de ses titres défensifs pour mieux résister en corrigeant de -0.68% à 12294 points. Novartis +2.03% et Roche +1.34% jouent pleinement leur rôle. Beyond Gravity, filiale du groupe d’armement Ruag, va livrer des transporteurs à Amazon. La société américaine prévoit 83 lancements pour déployer son système internet à l’échelle mondiale. Pour Beyond Gravity, il s’agit du plus gros contrat jamais signé. La probable impossibilité d’investir en Russie posera sans doute beaucoup de problème à certains groupes suisses exposées au marché russe. L’impact de ces sanctions sur certaines de nos entreprises causeront des dégâts collatéraux également chez nous. DEVISES Le dollar se traite à 0.9326 et l'euro à 1.0183 contre franc suisse. MATIERES PREMIERES L’once d’or demeure stable à USD 1’927.- tandis que le Brent se traite à USD 106.11.   VALENTIN ROSSET Gestion de fortune – Bulle 026 309 42 08

  • UN JOUR APRES L’AUTRE

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Asie : Le Japon a terminé la séance de mardi en demi-teinte, boosté d’une part par les gains des valeurs technologiques lundi à Wall Street mais freiné d’autre part par les conflits qui sévissent sur le vieux continent et menacent l’économie mondiale. Ainsi le Nikkei termine timidement à +0.19% alors que le Topix cède 0.23%. Les marchés chinois quant à eux, Hong Kong compris, sont restés fermés pour un jour férié. Europe : Avec les discussions en cours sur la liste des nouvelles sanctions à venir contre la Russie (et avec elle, le spectre d’une inflation difficile à maîtriser) les principales places européennes ont accusé le coup en cette deuxième journée de la semaine. Si lundi fût plutôt galvanisant, mardi les principales places boursières se retrouvaient dans le rouge. Etats-Unis : la Réserve fédérale, Fed, a annoncé se tenir prête à agir fortement sur les taux afin de ralentir l’inflation (au plus haut depuis 40 ans), et ce, dès sa réunion de mai. Les prix risquent bien de continuer à prendre l’ascenseur dans les mois à venir au pays de la grande pomme... et pas que chez eux. SUISSE Notre marché national a passé la journée à se chercher, sans tendance claire, tantôt positif, tantôt négatif pour terminer à +.029%, à 12'376.97 points. Le franc reste fort et s’échange à 1.015 contre EUR et 0.92 contre USD. Nathalie Wyss Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 12

  • Kiev se libère au prix fort

    MARCHES INTERNATIONAUX La région de Kiev est libérée des forces russes, mais les macabres découvertes inquiètent les investisseurs. L’Europe, les Etats-Unis et l’Otan ont ouvertement accusé Moscou de crimes de guerre contre les civils. La Russie crie à la manipulation et les Etats occidentaux étudient l’imposition de sanctions encore plus sévères. Les sanctions coûtent déjà environ 1.5 point de croissance à l’Europe et amènent leurs lots de contraintes dans la chaîne d’approvisionnement, ainsi que des contre-mesures mis en place par le Kremlin dont le paiement du gaz en rouble. Les bourses saluent surtout les chiffres de l’emploi US publiés fin de semaine passée et progressent pour le CAC40 de +0.59%, le DAX de +0.44% et le S&P500 de +0.42%. BOURSE SUISSE Le SMI suit la même tendance à 30 minutes de la clôture avec une hausse de +1.15% à 12'320.26 points. Le marché suisse est bien aidé par Nestlé, Novartis et Roche. Logitech profite pleinement du relèvement de la recommandation d’achat par Goldman Sachs en progressant de +4.97%. Il en va de même pour Richemont dont l’objectif est relevé par UBS à 167.- et qui monte de +2.39%. Roche voit son traitement Actemra homologué contre le Covid par la FDA et un essai concluant pour un traitement contre la sclérose. Le titre gagne +2.90%. Questionné par la Fondation Ethos, le Crédit Suisse indique qu’il ne sortira de l’affaire Greensill que d’ici 5 ans. DEVISES Le dollar se traite à 0.9250 et l'euro à 1.0174 contre franc suisse. MATIERES PREMIERES L’once d’or demeure stable à USD 1’934.- tandis que le Brent grimpe de 3% à USD 107.67.   VALENTIN ROSSET Gestion de fortune – Bulle 026 309 42 08

  • LA FACTURE DU GAZ

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Il l’avait annoncé, et maintenant il l’a fait. Le président Russe Vladimir Poutine a décidé qu’il n’accepterait plus d’autres devises que le rouble contre son gaz à destination de l’Europe. Europe qui est devenue une région « inamicale » à la Russie à la suite des sanctions économiques et financières mises en place un mois en arrière. L’Allemagne qui est un des pays les plus dépendants du gaz Russe est en train d’analyser les effets secondaires que pourraient avoir ces paiements en monnaie locale russe. Même si Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin, confirme que cette démarche n’aura aucun effet négatif sur les bénéficiaires de la matière première, le spectre d’une interruption des livraisons de gaz est apparu au-dessus de l’Europe, au même moment que la neige a fait son retour… Du côté de New York, l’humeur était au plus vert grâce aux annonces de l’emploi US, témoignant ainsi de l’excellente santé économique des Etats-Unis d’Amérique qui, soit dit en passant, reste très peu affectée par la guerre en Ukraine et par la flambée des prix des matières premières… Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a entamé sa journée en hausse de 0.28% et l’indice phare DowJones grimpait de 0.24%. Les amis Japonais du Nikkei se sont quant à eux repliés de 0.56%, lestés par la baisse de confiance des entreprises nippones et par la clôture négative de Wall Street la veille. MARCHÉ SUISSE Dans nos salles des marchés à Zurich, notre indice vedette Swiss Market Index a longuement hésité sur la direction à prendre durant la matinée pour finalement opter pour le vert et ce, malgré les inquiétudes liées aux livraisons de gaz russe aux Européens. Contrairement aux américains, leurs données sur l’emploi n’ont eu aucun impact. Le SMI est parti en week-end en hausse de 0.14% à l’instar de son cousin plus large SPI qui montait de 0.36%.   Gorgoni Marco Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • Fin du trimestre mais pas de la guerre

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La volatilité reste de mise sur les marchés avec des reculs de plus de 1% sur les marchés allemands et français alors que New York limite la baisse à 0,4% à la clôture de notre marché. Le léger vent d’optimisme qui avait régné l’espace de quelques temps avec les négociations russo-ukrainiennes à Istanbul est déjà bien loin. En effet, l’armée russe ne semble pas se retirer mais plutôt se regrouper pour mener des nouvelles attaques sur la partie est de l’Ukraine. De plus, le président russe menace de couper l’approvisionnement en gaz des pays inamicaux qui refuseraient de payer en roubles, ce qui affecterait principalement l’Union Européenne qui est très dépendante du gaz russe. Le chancelier allemand Olaf Scholz a aussitôt répliqué que les paiements se feraient toujours en euros et dollars comme le mentionnent les contrats. Pas sûr que cela fasse peur ni retienne Vladimir Poutine car la Russie ne peut plus traiter les euros ni les dollars. Le ministre français de l’économie, M. Bruno Lemaire, a indiqué que l’Europe doit se préparer à au scénario du pire par rapport à l’approvisionnement en gaz. Au chapitre des bonnes nouvelles, on peut mentionner le retrait progressif des forces russes du site nucléaire de Tchernobyl mais surtout la baisse du nombre de chômeurs aux Etats-Unis à 1,3 million contre 18 millions l’année dernière à la même période ! Cela représente le plus bas niveau depuis 1969. MARCHÉ HELVÉTIQUE Notre n’échappe pas au vent contraire venant de l’est. Notre indice clôture la séance sur une baisse de 0,67% à 12'161 points. Seuls 4 titres terminent en hausse, soit Partners Group (+1,01%), UBS (+0,67%), Sika (+0,56%) et Lonza (+0,33%). Du côté des perdants, on trouve notamment SGS (-4,73% suite au détachement du dividende de 80 francs), Logitech (-2,67%) et Richemont (-2,56%). Les poids lourds de notre indice limitent les dégâts avec des reculs de 0,32% pour Nestlé, 0,49% pour Novartis & 1,17% pour Roche. DEVISES L’euro et le dollar reculent face à notre monnaie à respectivement 1,0225 (-0,75%) et 0,9202 (-0,32%). STEPHANE PEREY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 34

  • Démondialisation

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Le modèle de mondialisation que nous connaissons depuis de nombreuses années est clairement à un tournant. Ce système bien huilé permettant aux entreprises occidentales de profiter d’une main-d’œuvre bon marché en Asie et d’une énergie abondante dans les quatre coins du monde est en train de voler en éclats. Déjà fortement chahuté par la pandémie, la mondialisation est à nouveau mise à mal par la guerre en Ukraine. Dans ce contexte, les entreprises occidentales vont devoir massivement investir pour ramener au maximum la production proche des consommateurs et ne dépendre que de son voisinage géographique et politique. Cette nouvelle approche est clairement un revirement dans l’organisation de l’économie mondiale qui va permettre de réduire de nombreuses aberrations et diminuer considérablement notre impact écologique. MARCHÉ HELVÉTIQUE Sur le marché suisse, Credit Suisse est dans le viseur du législateur américain dans le cadre de montages financiers que la banque offrait à des oligarques en échange de mises en gage. La banque a également annoncé recourir contre la décision d’un tribunal aux Bermudes pour un litige d’environ un demi-milliard. Les meilleures performances du jour sont réalisées par Givaudan (+0.71%), Novartis (+0.11%) et SGS (+0.07%). Principaux détracteurs, ABB (-3.94%), Compagnie Financière Richemont (-2.3%), Holcim (-2.02%). MATIÈRES PREMIÈRES Sur le marché des matières premières, la volatilité reste extrêmement élevée et les prix évoluent au gré des annonces des négociations entre l’Ukraine et la Russie. Dans ce contexte géopolitique instable, la Suisse et six autres pays européens viennent de signer une déclaration internationale afin d’assurer l’approvisionnement en gaz durant l’hiver. NICOLAS TERCIER Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 28

  • Vert, la couleur de l’espoir

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Le marché tokyoïte a repris du poil de la bête. Après être tombé dans les chiffres rouges après dix séances positives, le Nikkei augmentait de plus de 1%. Le marché boursier japonais profitait du yen bas qui favorise leurs exportations. La Banque du Japon continue d’avoir une politique monétaire expansive alors que nous observons de plus en plus de banque centrale fermer le robinet monétaire. En Europe, les bourses revêtaient le vert foncé. Vert, synonyme d’espoir de voir la situation s’améliorer au sujet du conflit russo-ukrainien. En effet, les investisseurs réagissaient positivement après que les négociateurs soviétiques ont indiqué une volonté de réduire les activités belliqueuses envers l’Ukraine et sa population. Ainsi, le CAC 40 montait de plus de 2,5% en fin d’après-midi alors que le DAX de Frankfort faisait légèrement moins bien avec une ascension de 2,3%. Si le sourire était sur tous les visages des opérateurs, le marché des matières premières corrigeait sérieusement. Le confinement de la ville de Shanghai faisait craindre une baisse de la demande de l’or noir et provoquait une chute de plus de 3% sur le brut. MARCHÉ SUISSE Le marché suisse suit la tendance européenne mais dans sa retenue que le caractérise. Notre indice boursier principal, le SMI, grimpait de 1,40% pour clôturer à 12'325,58 points. L’indice était porté par Richemont qui explosait de 6,85% à 123,95 francs. L’industrie du luxe était à la fête car Swatch imitait son concurrent avec un profit de 5,69%. Sonova caracolait aussi avec le peloton de tête après avoir annoncé un nouveau programme de rachat d’actions alors que le précédent vient de se terminer. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • BOULE DE NEIGE

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Il est incroyablement beau d’être humain, non pas parce que nous sommes des machines (presque) parfaites mais parce que bien que la situation soit dramatique, l’être humain va toute façon aller chercher ce qui pourrait lui donner raison et sera tout à fait d’accord d’oublier ce qui pourrait lui montrer qu’il a tort… Pour comprendre pourquoi je vous dis ça, il faut que nous nous envolions vers Shanghai et que nous constations que la première moitié de la mégapole est confinée. Suite à ça, je vous laisse calmement faire le lien entre confinement partiel d’une énorme ville chinoise et surplus pétrolier dû à la diminution de demande  causée par cette décision sanitaire.  Donc en additionnant toutes ces nouvelles, faites un très court raccourci entre baisse du pétrole et sortie de crise et vous aurez un marché plus ou moins positif. Vous l’aurez compris, la baisse du cours du pétrole fais passer la pandémie, l’inflation et la guerre à l’est de l’Europe en second plan et ça ne semble déranger personne. Bien heureux les simples d’esprit comme le disait si bien ma grand-mère… MARCHÉ SUISSE Les traders Zurichois n’ont pas laissé passer l’occasion de faire des bonnes affaires non plus et le marché s’est ancré dans le vert toute la journée et s’est même approché des 12'300 points. En espérant que la réalité de nous rattrape pas trop fort et trop vite les prochains jours. Le Swiss Market Index a fermé en hausse de 0.28% à l’instar de son cousin plus large SPI qui a fermé à +0.53%.   Gorgoni Marco Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • L’ART DU SURPLACE

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Ainsi les marchés européens, après une entame de journée plutôt incertaine, se sont orientés en cours de séance vers un positivisme modéré de pré-weekend, avant de se laisser glisser plus ou moins vers le statu quo. Peu de nouvelles et surtout énormément d’attentes. Les investisseurs se montrent prudents car si l’activité en Europe et aux Etats-Unis semble avoir bien résisté pour l’instant, selon les chiffres positifs sortis jeudi, les prochains mois risquent de s’avérer plus difficiles. L’absence d’avancée dans les négociations entre la Russie et l’Ukraine ne permet guère de projection. Les pourparlers continuant à stagner, le processus de négociation pourrait bien durer, durer, durer… et avec lui la guerre. Les marchés américains ont quant à eux ouvert en ordre dispersé. Les chiffres de l’indice de la confiance des consommateurs sont sortis pour mars. Avec l’inflation grignotant leur pouvoir d’achat, la confiance des consommateurs est tombée à son plus bas niveau depuis dix ans. Le seul domaine pour lequel les consommateurs restent encore optimistes est la vigueur du marché du travail. SUISSE Le marché national a lui aussi cherché toute la journée une direction, tantôt positif, tantôt négatif, pour terminer en léger repli de 0.08%, à 12'121.67 pts. Nathalie Wyss Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 12

  • Statu quo de la BNS

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Le marché tokyoïte a fait le yoyo durant la journée de jeudi. Après avoir ouvert en baisse, le Nikkei 225 est parvenu à combler ses pertes pour terminer la séance sur une huitième journée de rang dans les chiffres verts. Ainsi, l’indice principal nippon gagnait 0,25% à 28'110,39 points. Il fallait également noter la reprise partielle de la Bourse de Moscou après plus d’un mois de fermeture. Avec seulement une trentaines de cotations qui reprenaient l’exercice, l’indice Moex libellé en roubles prenait plus de 9% alors que l’indice RTS, coté en dollars, égarait plus de 5%. Pour rappel, le 24 février dernier, jour de l’entrée des troupes russes en Ukraine, les marchés soviétiques avaient chuté de plus de 30%. Par conséquent, les autorités avaient décidé de suspendre ses activités dès le lendemain. En Europe, Frankfort évoluait en territoire négatif à la mi-journée. Le DAX échappait 0,60%. Le CAC 40 faisait un peu mieux en lâchant 0,40%. Sur les bourses européennes, la prudence restait de mise en attendant le sommet du G7 et de l’OTAN. Ceux-ci pourraient déboucher sur de nouvelles sanctions à l’encontre de la Russie. De plus, les analystes constataient un ralentissement de la croissance de la zone euro. L’assouplissement des mesures sanitaire n’a pas réussi à combler l’impact des répercussions des sanctions contre la Russie. MARCHÉ SUISSE Le marché suisse n’a pas été surpris par l’annonce de la BNS de maintenir sa politique monétaire. Malgré la revue de ses prévisions d’inflation pour notre pays en 2022 de 0,9% à 2,1%, le garant de la stabilité monétaire a décidé de ne pas changer sa politique d’un iota. Dans ce contexte, le SMI augmentait de 0,26% à 12'131,45 points. Zur Rose faisait figure de vilain petit canard. Certes, après la publication des résultats, le spécialiste de la vente de médicaments en ligne dégringolait de 12,71% pour clôturer à 112,60 francs. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • MI-SEREINS

    MARCHÉS INTERNATIONAUX On ne va pas se mentir, la chroniques ne va et ne peut que tourner autour du sujet de l’inflation, des redressements des taux aux USA et du conflit Russo-Ukrainien. L’inflation étant officiellement galopante aux Etats-Unis, Jerome « Le Magnifique » Powell, président de la réserve fédérale américaine, confirmait sans hésitation le resserrement de la politique monétaire pour y faire face. En d’autres termes, les taux vont continuer de remonter aux USA et donc il est légitime de se poser la question suivante : Est-ce que les taux du vieux continent risquent de remonter prochainement après ces longues années d’argent gratuit ? Qui vivra verra. Du coup Powell permettant une remontada positive en début de séance pour l’Europe, le soufflet s’est vite affaissé à cause de celui dont on ne peut plus prononcer le nom depuis fin février : Vladimir Putin. Eh oui, la nouvelle est tombée, la guerre ne s’arrêtera pas de sitôt, car les Ukrainien et les Russes campent sur leurs positions et ne veulent pas faire de compromis sur leurs désirs de l’issu de ce conflit… Pour pimenter cela, le président Russe a cette fois contre-attaqué et a peut-être trouvé une solution pour rester dans le système SWIFT et pour sa monnaie nationale puisse reprendre des couleurs. Il n’accepte plus que des paiements en Roubles Russe contre son gaz et son pétrole. Une manière d’atténuer la pression économique que la Russie subit ? Dieu seul ou peut-être Goldman Sachs le savent… MARCHÉ SUISSE À l’intérieur de nos frontières helvétiques, il est intéressant de parler de l’affaire qui tache de rouge le logo de notre chère et tendre Nestlé. La société a essuyé tellement de lourdes critiques en raison de son maintien d’activité en Russie que le géant veveysan a décidé de la réduire, notamment avec la suspension des marques Kitkat et Nesquik… Seule l’alimentation de base sera desservie.   Gorgoni Marco Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • Inflation galopante

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Lundi, en réaction aux chiffres sur l’inflation, le président de la Réserve fédérale américaine (Fed) Jerome Powell a annoncé être prêt à accélérer la hausse des taux en 2022 en les relevant de plus d’un quart de point de pourcentage, et ce à plusieurs reprises si nécessaire. Jerome Powell a également précisé que « les perspectives d’inflation s’étaient considérablement détériorées cette année avant même l’invasion de l’Ukraine par la Russie ». Cette déclaration démontre que la Fed souhaite agir rapidement et agressivement pour combattre cette inflation galopante. La réaction a été immédiate sur le marché obligataire avec une hausse de l’emprunt US à 10 ans à 2.3%. MARCHÉ HELVÉTIQUE Sur le marché suisse, Partners Group a clôturé la journée en hausse après avoir généré l’année dernière une robuste croissance de ses revenus lui permettant de relever son dividende de 20%. Le spécialiste zougois de l'investissement dans les entreprises non cotées a atteint une croissance des volumes de 17% en 2021. Les meilleures performances du jour sont réalisées par UBS (+2.24%), Compagnie Financière Richemont (+1.98%) et Zurich (+1.83%). Principaux détracteurs, Geberit (-1.56%), Lonza (-1.01%), Novartis (-0.5%). MATIÈRES PREMIÈRES Galvanisé par la détermination du président de la Fed d’augmenter le rythme de hausse des taux US, le dollar américain montait face aux autres grandes devises. Sur le marché des matières premières, le pétrole reste hésitant après le fort rebond de lundi. Les investisseurs ne savent pas sur quel pied danser sur fond de pourparlers entre l’Ukraine et la Russie mais aussi sur un possible embargo européen sur l’or noir russe. De son côté, l’or se stabilise aux alentours de USD 1930.-. NICOLAS TERCIER Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 28

  • C'est bien trop calme

    MARCHES INTERNATIONAUX Les bourses sont presque comme en léthargie ce lundi. Le Nikkei a clôturé à +0.08% et les places encore ouvertes comme le CAC40 (-0.41%), le DAX (-0.31%) ou le Dow Jones (-0.49%) n’ont pas eu beaucoup d’allant. Il n’y avait pas d’indicateurs notoires aujourd’hui pour motiver les marchés à partir dans un sens ou l’autre, ce hormis le pétrole Brent qui rebondit à 114.78 $ (+6.43%). Aramco, société pétrolière d’Arabie Saoudite, a publié un bénéfice 2021 plus que doublé à 110 milliards de dollars. Les groupes comme BP ou Shell sont de plus en plus sous pressions en Europe pour réduire leurs marges et éviter que la hausse des prix ne devienne un problème pour l’économie. Les pays craignent également la grogne des citoyens dont le pouvoir d’achat baisse fortement. La stratégie chinoise de zéro-covid pose un souci en raison du nombre grandissant de foyers et donc de confinements de villes. L’impact sur la production augmente et de fait nourri l’inflation mondiale déjà exacerbée. BOURSE SUISSE La bourse suisse évolue, comme ses consœurs, à -0.18% ou 12'162.-. Les financières tirent dans l’ensemble leur épingle du jeu avec par exemple +1.24% pour SwissLife, +1.34% pour UBS ou +0.61% pour SwissRe. Le marché ne sanctionne pas non plus fortement Nestlé pour le maintien de certaines activités en Russie (-0.64%). Actares demande toutefois au groupe à ne pas aider le gouvernement russe et à plutôt soutenir l’Ukraine par de l’aide en biens de premières nécessitées. DEVISES Le dollar se traite à 0.9303 et l'euro à 1.0276 contre franc suisse. MATIERES PREMIERES L’once d’or stagne à USD 1’936.-. Le nickel perd 12% pour s’établir à USD 37'115.-, bien loin de son top, mais en hausse de 49% sur le mois. VALENTIN ROSSET Gestion de fortune – Bulle 026 309 42 08

  • La bourse ferme les yeux

    MARCHES INTERNATIONAUX Depuis le 24 février 2022, la guerre en Ukraine fait rage et bien que des pourparlers soient en cours, une solution n’est apparemment pas prête d’être trouvée pour stopper ce conflit. Au début de ces tristes événements, les marchés boursiers mondiaux ont reculé, les prix de certaines matières premières se sont envolés et l’inquiétude sur l’inflation grandissait également. Au moment d’écrire ces lignes, la plupart des indices boursiers ont récupéré toute la baisse enregistrée depuis le début de la guerre, pour afficher en moyenne une hausse d’environ 2%. Un vieil adage boursier dit que le marché a toujours raison. Apparemment, il détient une information que nous ignorons, car difficile d’expliquer la logique entre l’évolution des bourses et la réalité des tristes événements qui se déroulent actuellement… MARCHE SUISSE Pour cette dernière journée de la semaine, l’indice SMI est brièvement passé en dessous de la barre des 12'000 points pour finalement clôturer en positif de 0.8%. Nestlé était le fer de lance de cette séance, avec une hausse de 1.7%, malgré de fortes critiques formulées à l’égard du géant de l’alimentation sur le maintien de certaines de ses activités en Russie. Roche continuait sur sa lancée de la veille et ajoutait encore 1.6% à sa performance hebdomadaire. Sur le peu de valeurs négatives du SMI, Swisscom fermait la marche avec une baisse de 1.2%. DEVISES ET MATIERE PREMIERES Au niveau des devises, l’euro se stabilisait face au franc suisse à 1.0310, tandis que le dollar perdait légèrement du terrain à 0.9320. Après la hausse de 8% affichée hier, le pétrole se stabilisait à USD 106.- le baril. XAVIER BLANC Gestion de fortune – Bulle 026 309 40 14

  • SUR LE QUI-VIVE

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Tel un enfant en bas âge qui a enfin découvert qu’il pouvait communiquer avec ses parents avec le mot « Non » sans savoir ce que cela signifie, nous aussi nous n’avons eu qu’un seul mot à la bouche toute la journée : FED. Eh oui, la réserve fédérale américaine devait se réunir en fin de journée ce mercredi afin de confirmer ou non la première hausse de ses taux directeurs pour combattre cette peste qu’est l’inflation qui s’est installé dans son économie. Bien évidemment, tout le monde semble heureux de ce qui s’annonçait et donc les principales places boursières se sont enflammées pour reprendre du poil de la bête après ces derniers jours et semaines tachés de sang. Mais n’oublions pas que bien que la Fed parle pour essayer de sauvegarder les intérêts économiques des USA, ce n’est pas pour autant que la guerre en Ukraine ou que le Covid sont partis en vacances. Non, nous avons simplement décider de se tourner sur un autre sujet et d’espérer que ça nous fera oublier, le temps d’une soirée, que les problèmes sont loin d’être résolus. Oui, le marché se comporte comme un dépressif qui ingère du Xanax pour voir quelques heures la vie en rose. Le problème du Xanax c’est que nos problèmes ne se volatilisent pas réellement et il ne faut donc pas oublier que le conflit Ukrainien est bel et bien réel et toujours d’actualité. MARCHÉ SUISSE Dans nos frontières aussi l’humeur était au vert et notre indice phare Swiss Market Index se contentait confortablement de rester dans le vert et rattraper le temps perdu ces derniers temps. En espérant que ça ne soit pas une stratégie du « remonter pour mieux tomber » … L’humeur était tellement bonne que nous avons pu renouer des liens affectifs avec les 11'900 points au SMI.   Marco Gorgoni Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • Tous les yeux rivés sur la Fed

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les marchés asiatiques évoluaient en ordre dispersé. En effet, Tokyo profitait de la baisse du pétrole et espérait des issues positives des négociations engagées entre la Russie et l’Ukraine. Au Japon, l’indice principale gagnait 0,15%. Inversement, Hong Kong souffrait de l’effondrement des valeurs technologiques. Certes, l’indice Hang Seng dévissait de près de 6%. L’ensemble des investisseurs portent leur attention sur la décision future de la Réserve fédérale des Etats-Unis. L’institut monétaire américain se trouve devant un dilemme. Son mandat se divise principalement en deux points. Le premier s’agit de maintenir une inflation maîtrisée. Le deuxième consiste à maintenir le plein emploi. La Fed devra donc trouver un équilibre afin d’augmenter ses taux directeurs sans toutefois porter préjudice à une économie déstabilisée par la crise géopolitique. Dans ce contexte, le président Jerome Powell devrait annoncer une hausse d’un quart de point lors de la réunion de cette semaine. Cette attitude attentiste coûtait aux marchés européens en milieu de journée. Le DAX de Frankfort échappait plus de 1% à la mi-journée. De son côté, le CAC 40 évoluait dans le même registre. À l’inconnue concernant l’aboutissement de la réunion de la Fed, s’ajoute encore et toujours les inquiétudes de l’évolution du conflit Russo-ukrainien. Au chapitre des matières premières, le pétrole chutait de plus de 5% à la suite d’inquiétudes de ralentissement de l’économie chinoise. Une nouvelle flambée de cas de Covid-19 dans l’Empire du Milieu faisait craindre les conséquences d’un confinement prolongé sur sa croissance. MARCHÉ SUISSE Si le marché suisse a souffert à l’ouverture de la séance, celui-ci s’est bien repris. Dans le rouge vif en début de séance, notre SMI a terminé à sur un gain de 0,03% à 11'682,22 points. Le géant de la communication Swisscom emmenait le principal indice boursier helvétique avec une progression de 1,68% à 555,80 francs. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • MATIÈRES PREMIÈRES

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La forte augmentation du prix des matières premières depuis le lancement de l’offensive russe sur l’Ukraine est en train d’amplifier les craintes pour l’économie mondiale. L’impact de cette augmentation est bien sûr dérisoire par rapport à la crise humanitaire qui se déroule chez nos voisins. Toutefois, dans le but d’endiguer la baisse de la consommation et la hausse de l’inflation, les gouvernements doivent apporter une réponse forte pour contrer les effets négatifs de l’envolée des prix des matières premières. Selon une information de la Réserve fédérale américaine, chaque hausse de USD 10.- du prix du pétrole engendre une augmentation de 0.2% de l’inflation qui se trouve à fin février à 7,9% aux Etats-Unis. Pour rappel, l’inflation est actuellement au plus haut depuis 1982. Scénario similaire pour la zone euro avec une inflation qui atteint 5.8% en février sur un an. MARCHÉ HELVÉTIQUE Sur le marché suisse, les valeurs du luxe Richemont et Swatch, étaient toujours fortement pénalisées par la situation géopolitique et évoluaient à contre-courant. Les meilleures performances du jour sont réalisées par Lonza (+2.99%), Swiss Re (+2.79%) et Holcim (+2.74%). Principaux détracteurs, Compagnie Financière Richemont (-2.4%), Alcon (-1.42%), Swisscom (-0.76%). MATIÈRES PREMIÈRES Sur le marché des matières premières et malgré l’insécurité géopolitique actuelle, les prix du pétrole ont connu une forte baisse en ce début de semaine. Après un plus haut il y a une semaine à 130 dollars, le baril de Brent s’échangeait autour de 105 dollars. Cette forte baisse était principalement entrainée par l’espoir de progrès dans les négociations entre l’Ukraine et la Russie mais également par le confinement de plusieurs villes chinoises après de nouveaux foyers de Covid-19. Nicolas Tercier Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 28

  • Le yoyo continue

    MARCHÉS INTERNATIONAUX L’indice japonais a terminé hier la séance en baisse de 2,05%. L’Europe rebondit légèrement à l’ouverture, baisse ensuite et termine finalement en hausse. La volatilité est importante et l’évolution de la situation dans le conflit russo-ukrainien continue de dicter la tendance des marchés. Suite à l’annonce de la Banque centrale européenne (BCE) du retrait progressif de ses rachats de dette, les rendements des obligations souveraines de la zone euro ont grimpé. La dette allemande à 10 ans est maintenant rémunérée à 0,30%, la française à 0,77%, l’italienne sur la même durée à 1,90% et la grecque à 2,57%. Le rendement réel, c’est-à-dire après inflation, reste cependant négatif. En conséquence, une allocation en actions demeure sans alternative. C’est sans doute une explication à la résistance des marchés actions aux mauvaises nouvelles, soit l’explosion de l’inflation, la guerre en Ukraine et la nouvelle hausse des cas Covid. Du côté des sociétés, Goldman Sachs est la première banque américaine à quitter la Russie. Quelques heures plus tard, JP Morgan fait la même annonce. MARCHÉ HELVÉTIQUE Du côté helvétique, Swiss Life affiche la meilleure performance du SMI et clôture en hausse de 3,69%. La société paiera un dividende de 25 francs fin avril. Le rendement sur dividende est actuellement de 4,5%. Le SMI clôt la semaine en hausse de 0,8% à 11 495 points. MATTHIAS NEUBRAND Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 37

  • Réunion de la BCE

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Décision pas facile pour la Banque centrale européenne. Faut-il retarder un resserrement monétaire pour soutenir l’économie ou agir pour contrer l’inflation qui se situe au-dessus de 5% dans la zone européenne ? La BCE a finalement décidé de passer ses achats nets mensuels de dette privée et publique à 40 milliards d'euros en avril, 30 milliards d'euros en mai et 20 milliards d'euros en juin. Si les perspectives d’inflation à moyen terme ne s’affaiblissement pas, elle conclura les achats nets au troisième trimestre de cette année. L’inflation aux Etats-Unis est passée de 7.5% en janvier à 7.9% en février sur une année, son plus haut niveau depuis 1982 ! Selon l’agence de notation Fitch, la Russie se situe au bord de l’insolvabilité. Le 16 mars, des coupons pour 107 millions de dollars sont à payer, les sanctions et les restrictions commerciales pourraient l'amener à ne pas honorer ses engagements. Du côté des sociétés, Amazon a annoncé un split par 20 de ses actions ainsi qu’un nouveau programme de rachat d’actions de 10 milliards de dollars. MARCHÉ HELVÉTIQUE L’assureur Baloise a publié ses chiffres pour 2021. On y observe une progression du bénéfice net de 35.5% à CHF 588.4 millions. Il sera proposé un dividende de CHF 7 contre CHF 6.40 précédemment. Le SMI clôt la journée en baisse de 0.89% à 11’391 points. L’or se situe à 1’994 dollars. MATTHIAS NEUBRAND Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 37

  • Suspension des activités en Russie

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Il a fallu des décennies pour mettre en place des partenariats avec des multinationales qui sont venues s’installer en Russie et de quelques jours pour réduire les relations à néant. Suite à la pression publique en réaction à l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe, de nombreuses sociétés ont cédé et suspendent leurs activités. McDonald’s a annoncé la fermeture temporaire de ses 850 succursales. La chaine de restaurant rapide était présente en Russie depuis 30 ans et le marché représente 9% de son chiffre d’affaires. Starbucks ferme 130 succursales, le patron avait qualifié les attaques russes sur l’Ukraine d'« horribles ». Coca-Cola suit également ainsi que le concurrent Pepsico, présent depuis plus de 60 ans dans le pays. Ce dernier cessera la vente des boissons Pepsi, 7Up et Mirinda et continuera la vente des aliments jugés essentiels comme les produits laitiers ainsi que la poudre pour bébés. MARCHÉ HELVÉTIQUE Du coté helvétique, le groupe Swatch qui avait déjà suspendu ses exportations vers la Russie la semaine dernière fermera temporairement ses boutiques. A contre-courant, Lindt & Sprüngli a surpris mardi avec le maintien de leurs activités en Russie où le groupe génère moins de 1% de son chiffre d’affaires. Indiquant avoir réévalué la situation, le groupe fermera temporairement ses activités en Russie. Le SMI clôt la journée en hausse de 3.95% à 11’493 points. L’or se situe à 2’002 dollars. MATTHIAS NEUBRAND Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 37

  • Les montagnes russes

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La volatilité est toujours de mise sur les marchés financiers à cause de la guerre en Ukraine et la flambée des prix de l’énergie. Alors que la bourse japonaise avait encore abandonné 1,71% à la clôture, les marchés européens entamaient la journée largement dans le vert avant de baisser à nouveau dans la matinée puis remonter en début d’après-midi et repartir à la baisse suite à la hausse du prix du pétrole ! En effet, le président américain Joe Biden devrait annoncer un embargo sur le pétrole russe aux Etats-Unis. L’Europe se refuse, pour le moment, à les imiter étant donné que la part du gaz naturel russe est de 40% et de 30% pour le pétrole contre 8% pour les Etats-Unis qui, par ailleurs, n’importent pas de gaz russe. Le principal problème de cette mesure est qu’elle alimentera(it) encore plus l’inflation qui est déjà très élevée actuellement. De côté de l’Atlantique, l’Allemagne a demandé à l’OPEP d’augmenter sa production afin de réduire le prix du baril qui flambait de près de 6% à plus de 127 dollars. MARCHÉ HELVÉTIQUE Notre indice termine en recul de 1,32% à 11'057 points. L’écart entre le plus haut et le plus bas de la journée a été de 412 points ! Au niveau des performances, le grand écart est également de mise avec des rebonds de 4,21% pour UBS, 3,15 pour Swiss Re de 3,15% et 2,23% pour ABB. À l’inverse, d’importants reculs sont enregistrés sur certaines valeurs, telles que Givaudan qui abandonne 5,56%, Lonza 4,69% ou encore Richemont qui lâche 4,41%. Les analystes de Bernstein ont réduit leur objectif sur l’action du groupe de luxe en le passant de 160 à 149 francs tout en maintenant leur recommandation d’achat. À noter que Novartis a détaché 3,10 francs de dividende par action (-3.23% à 74,37 francs). Le groupe australien CSL a indiqué détenir 74% du capital de Vifor. DEVISES L’euro et le dollar se reprennent quelque peu contre notre monnaie à respectivement 1,0126 (+0,77%) et 0,9304 (+0,48%). STEPHANE PEREY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 34

  • La situation reste tendue

    MARCHES INTERNATIONAUX On commence cette semaine avec le même état d’esprit qu’on a terminé la dernière, soit négativement. Les intervenants du monde entier courent se protéger sur les valeurs refuges que sont l’or, le franc suisse et toutes les matières premières. Les marchés internationaux ont déjà perdu, en moyenne, entre 15 et 20%. La situation actuelle sur les marchés restera extrêmement tendue tant que la situation en Ukraine sera toujours aussi terrifiante. Les décisions économiques que prennent les pays occidentaux à l’encontre de la Russie ne produisent, pour le moment, aucun effet sur la détermination du Cremlin. D’autre part, l’augmentation des prix de toutes les matières premières provoque une flambée encore plus forte de l’inflation qui aura forcément une répercussion sur les taux directeurs des différentes banques centrales. Les conséquences risquent d’être très importantes sur la consommation et bien entendu sur l’immobilier. Le prix du brut de pétrole a déjà augmenté de près de 60% depuis le début de l’année. Durant cette journée, le baril a flirté avec les 130 dollars. L’or, quant à lui, continue sa progression et s’approche fortement de la barre symbolique des 2000 dollars l’once. MARCHE SUISSE Notre indice principal chute fortement dès le début de la journée. Cependant, dans l’après-midi, il se reprend nettement pour repasser les 11'200 points. Finalement, à quelques instants de la cloche, le SMI est sur un recul plus modéré de près de 1%. Contrairement à son grand rival national, il semblerait que, selon ses dires, l’UBS ne soit pas trop exposée à la clientèle russe, ukrainienne et biélorusse. Ce qui n’empêche pas les investisseurs de se délester du titre et ainsi voir son prix reculer en direction des 14 francs. Pour sa part, l’action Crédit Suisse ne fait pas beaucoup mieux et baisse vers les 6,50 francs. Nous n’avions plus revu ce niveau depuis mars 2020. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9235 et l'euro s'échange à CHF 1,008. MARCO LEVIS Gestion de fortune - Bulle 026 309 41 42

  • JOUER AVEC LE FEU

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Quand on se réveil un vendredi matin ensoleillé comme nous avons pu l’expérimenter, la seule chose qu’on se dit et qu’on attend est le Week-End. On se dit qu’on pourra profiter des terrasses, de prendre l’apéro avec les collègues et amis. On prend sa douche avec un sourire jusqu’aux oreilles, on noue notre cravate en fredonnant une chanson des années 80 et puis on va boire le café en lisant les dernières nouvelles. C’est à ce moment-là que tout s’est envolé, nos espoirs de passer une bonne journée, que peut-être les belligérants ont trouvé une solution. A la place, nous avons découvert que Vladimir Putin s’amuse à tirer sur les pigeons qui trainent sur le toit de la plus grande centrale nucléaire d’Europe avec des chars d’assauts et des missiles grande distance. Tout s’est enchainé après cela. Premièrement, nous nous sommes étouffés avec notre café, ensuite les bourses Européennes sont restées ancrées dans le rouge toute la journée en vue d’une escalade d’engagement dans le conflit Russo-Ukrainien et ce jusqu’à l’ouverture de la bourse américaine qui s’est également affaissée dès la première minute de trading du vendredi. Le cours de change Euro-Franc Suisse est officiellement entré en réanimation en atteignant la parité. Même les données américaines sur l’emploi sont restées sans effet. En même temps, qui en a quelque chose à faire si les américains sont au chômage ou pas dans des circonstances pareilles. MARCHÉ SUISSE La Suisse n’est pas épargnée par ce bain de sang et on peut même dire qu’il y en sur les murs. Certaines valeurs du Swiss Market Index ont pu perdre au-delà des 6% de leur valeur au plus bas et l’indice lui-même a carrément dépassé la barre psychologique des 11'300 points. Nos yeux seront rivés tout le weekend sur les futures discussions entre parties belliqueuses je ne le crains.   Marco Gorgoni Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • Biais émotionnel?

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les marchés asiatiques ont reculé durant la journée de mercredi. L’indice de Tokyo baissait de 1,70%. La baisse était plus faible sur la bourse chinoise avec un abandon de 0,13% pour Shanghai et de 1,86 sur Hong Kong. Les investisseurs sont toujours victimes de l’escalade des tensions entre la Russie et l’Ukraine. L’avalanche des sanctions européennes vis-à-vis du pays soviétique fait régner un climat d’incertitude qui défavorise les actifs risqués. Dans le même temps, le marché a revu ses attentes envers les futures hausses de taux par la Fed. En effet, la situation a drastiquement changé à la suite du début de la guerre. Celle-ci a mis à mal les marchés financiers et les hausses de taux initialement apporteraient probablement le coup de grâce à des bourses internationales déjà en souffrance. Les matières premières sont l’un des actifs à profiter du contexte actuel. Le baril augmentait de 5% dans la journée et de près de 44% depuis le début de l’année. Le débat est ouvert quant à la conséquence de cette augmentation pour la croissance mondiale. Profitons de rappeler à ce sujet que les statistiques économiques annoncées ont été bonnes. Ainsi, lorsque nous observons la baisse généralisée, nous sommes en droit de nous poser la question : le factuel aurait-il laissé sa place à l’émotionnel ? MARCHÉ SUISSE Le marché helvétique allait à l’encontre de la tendance amorcée par ses homologues de l’Extrême-Orient malgré un début de journée chaotique. À noter que le secteur du luxe enregistrait une performance contrastée entre Richemont qui gagnait 1,15% et Swatch qui perdait 0,40%. Le logisticien Kühne+Nagel (+2,66%) faisait figure de bon élève dans l’indice élargi après avoir surpris son monde lors de l’annonce de ses résultats et annoncé avoir interrompu l’essentiel de ses activités en Russie. Finalement, le SMI grapillait 0,08% pour terminer la séance à 11'871,59 points. L’indice élargi, le SPI, évoluait dans le même registre en gagnant 0,10% à 15'034,27 points. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • AU SON DES CANONS

    MARCHÉS INTERNATIONAUX En cette dernière journée de février et après un week-end d’informations guère réjouissantes, les marchés se recroquevillent. Le regain de positivisme de vendredi, imaginant d’éventuelles négociations possibles, s’efface et les sanctions prises contre la Russie ne semblent guère porter leurs fruits. Guère, guère mais pas guerre selon certains ! Le durcissement du conflit armé en Ukraine pèse lourdement sur le moral des marchés, mais pas que ! C’est le moral du monde qui en prend un coup et les menaces à peine voilées du maître du Kremlin d’utiliser une force de dissuasion, comprenons une composante nucléaire, ne sont pas pour rassurer. Espérons que les pourparlers russo-ukrainiens en cours ce lundi apporteront une issue aussi rapide qu’efficace. Car tout cela n’arrange pas le spectre de l’inflation. En effet, le bond des prix des matières premières énergétiques face aux craintes sur les approvisionnements complique encore la tâche des banques centrales, Avec ce conflit, les pressions inflationnistes s’accentuent alors même que les perspectives de croissance s’atténuent. SUISSE Après les +3.04% du SMI vendredi dernier, l’indice phare du marché suisse ouvrait la semaine à -1.08% pour remonter la pente en dents de scie et terminer flat à 0%. Sur le marché élargi, c’est Stadler Rail qui prenait l’eau. Malgré l’annonce qu’en cas de durcissement des sanctions contre Minsk, le groupe se tenait prêt à déplacer rapidement sa production vers l’UE (son site biélorusse représentant plus de 20% de son volume de production), le titre corrige fortement et termine à -8.24%. Coté devises, le CHF s’échange à 1.03 contre EUR et à 0.918 contre USD. Nathalie Wyss Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 12

  • Une semaine incroyable

    Cette semaine nous a valu bien des émotions avec un décodage à lire sur les marchés boursiers qui ont la vertu de prendre connaissance des informations disponibles selon tous les vecteurs de communication et d’en tirer des enseignements destinés à prévoir l’avenir. Arrêtons-nous quelques temps sur ce point qui mérite d’être exposé pour toutes les personnes qui suivent les marchés et s’interrogent parfois sur la manière dont peut réagir le marché aux nouvelles du monde. Après de longues journées d’intimidations, de négociations et de fausses intentions, la réalité du terrain a pris le dessus avec l’entrée des troupes russes sur plusieurs fronts en Ukraine. Le poids des sanctions prises et la menace d’autres plus sévères encore n’a pas impressionné le leader russe qui a l’avantage d’avoir un axe de décision plus simple et plus réactif. Face à cet état de fait au réveil du jeudi matin annonçant le début de la guerre, le marché a naturellement accusé le coup avec une correction générale mais finalement pas assimilable à un vent de panique. Comment expliquer que le pire scénario redouté de tous puisse avoir des conséquences en fin de compte limitées sur le marché, avec même un redressement inattendu des cours sur la séance de vendredi ! On serait tenté de dire selon l’interprétation du marché que rien de très grave s’est passé, le marché n’ayant finalement rien cédé sur la semaine et clôturé sur les niveaux de lundi matin ! D’ailleurs sur le front des matières premières, véritables baromètres de la situation en Ukraine, les cours marquaient également un apaisement, le pétrole repassant en dessous de 100 $, l’or en sous les 1900 $ et les devises restant plutôt stables. Un weekend bienvenu qui peut nous réserver de nouvelles surprises. Laurent Genoud Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 03

  • Bas les masques

    Après de longues journées d’intimidations, de négociations et de fausses intentions, la réalité du terrain a pris le dessus avec l’entrée des troupes russes sur plusieurs fronts en Ukraine. Le poids des sanctions prises et la menace d’autres plus sévères encore n’a pas impressionné le leader russe qui a l’avantage d’avoir un axe de décision plus simple et plus réactif. Un réveil douloureux sur les marchés s’en est naturellement suivi avec des baisses finalement assez mesurées sur les indices, dont la Suisse qui cède 2,56 %. Le marché américain ouvrait également en baisse dans les mêmes eaux qui restent marécageuses. Sans agitation massive sur le marché des devises et sur le prix de l’or, le pétrole a par contre lui connu une flambée de ses cours dépassant allégrement les 100 dollars, niveaux plus enregistrés depuis 2008. Le marché évoluera ces prochains jours selon les opérations russes et un enlisement possible du conflit. Un petit rayon de soleil tout de même dans cette grisaille est à mettre à l’actif du fabricant suisse de panneaux solaires Meyer Burger dont la signature d’un important contrat portant sur l’installation d’une centrale photovoltaïque sur le toit du nouveau stade de football du SC Freiburg a réveillé le cours de l’action en berne depuis quelques temps. La société qui jusqu’alors vendait des chaines de fabrication de panneaux solaires a réalisé qu’elle cédait par ce biais son expertise pointue dans le domaine. Depuis 2020, une réorientation stratégique a amené le groupe a fabriquer elle-même les panneaux, garder la marge et stopper ainsi le pillage industriel des Chinois notamment. La Suisse n’est pas naïve et a du talent ! Laurent Genoud Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 03

  • Poker menteur

    La semaine boursière se poursuit attentive aux bruits de bottes venus de l’Est et surtout au fait de savoir si elles font du sur place ou progressent sur le territoire ukrainien. Suite à son envoi de troupes dans les régions séparatistes dont il a reconnu l’indépendance, Vladimir Poutine tout en affirmant garder la porte ouverte à la diplomatie, reste évasif sur ses réelles intentions et joue au poker menteur avec les occidentaux. Ces derniers qui ont aussitôt engagé des sanctions envers la Russie se sont efforcés de le faire de manière coordonnée afin de donner corps à l’OTAN qui au passage en a bien besoin. Chacun abat une carte afin de voir comment l’autre réagit sans limite de temps. Cette temporisation permet aux marchés boursiers de se maintenir principalement soutenues par les grosses valeurs défensives de la côte. Cette respiration nous permet également, sur le marché secondaire, d’observer d’un peu plus près quelques résultats pour 2021 publiés hier. Valora mène le bal avec un redressement plus rapide que prévu après une période covid difficile qui semble maintenant réellement derrière, avec en prime la réintroduction d’un dividende de 3 francs. Kudelski, le spécialiste du cryptage et des accès sécurisés, a également surpris par de très bons chiffres s’adjugeant près de 8 % au même titre que Valora. Sur le front des matières premières souvent considérées comme valeurs refuges, le prix de l’or est resté élevé tout comme le prix du pétrole s’orientant inexorablement vers la barre symbolique des 100 dollars, l’OPEP n’ayant toujours pas manifesté son intention d’augmenter la production pour compenser des possibles coupures d’approvisionnement du côté russe. Concernant le bitcoin et les autres cryptomonnaies, beaucoup pensaient qu’ils seraient l’équivalent numérique de l’or en tant que valeur refuge. A défaut d’expériences passées, la situation actuelle du marché a pu démontrer que non ! Laurent Genoud Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 03

  • Sueurs froides

    Après un début de semaine clairement orienté à la baisse et marqué par les inquiétudes liées à la situation en Ukraine, les marchés se sont réveillés mardi matin avec quelques sueurs froides. La décision de Poutine de reconnaître les états séparatistes en mettant un pied armé sur le territoire a créé un sentiment de panique avec de grosses pressions à la vente à l’ouverture. Les risques d’embrasement du conflit et de nouvelles sanctions économiques sévères allaient forcément aggraver la situation sur les marchés. Et là comme par miracle, les propos du leader russe qui justifie l’engagement de forces militaires dans le Donbass pour préserver la paix et protéger les pro-russes, a rassuré et permis aux indices de retrouver des couleurs pour finir en terrain positif. A croire que les acteurs du marché s’accrochent à toute déclaration positive afin de se convaincre que le pire scénario n’est pas envisageable et que la voie diplomatique va s’imposer. Les marchés américains retrouvaient également une forme de sérénité, sûrement provisoire, avant l’intervention de Jo Biden prévue dans la soirée. Cette situation de tension a poussé les prix du pétrole encore plus haut frôlant la barre symbolique des 100 dollars en cours de séance, l’OPEP n’ayant pas manifesté son intention d’augmenter la production pour compenser des possibles coupures d’approvisionnement du côté russe. En Suisse, le marché a suivi le mouvement pour finir en légère hausse après avoir vu rouge à l’ouverture, les gros titres pharmaceutiques jouant pleinement leur rôle de valeur défensive. Côté devises, le franc suisse, habitué à s’apprécier dans ce genre de situation d’incertitude, est resté stable face au dollars et face à l’euro. Laurent Genoud Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 03

  • Weekend reposant ou pas

    MARCHES INTERNATIONAUX On boucle la semaine avec des marchés en baisse hebdomadaire de 1.61 pour le CAC40, 3.04% pour le Dow Jones et 4.64% pour le Nasdaq100. La semaine a été rythmée par la crise ukrainienne et à tour de rôle par le changement de politique monétaire US. Il reste à savoir lequel de ces événements verra son déroulement intervenir en premier. Le premier mouvement de taux de la FED interviendra en mars, espérons que le Président Poutine ne profitera pas de la fin de jeux olympiques pour intervenir en Ukraine. La géopolitique et les taux d’intérêts ont été les stars de ce début d’année et ont occulté les bons résultats d’ensemble des entreprises. La grande majorité d’entre-elle ont dépassé les chiffres d’avant pandémie. BOURSE SUISSE La bourse suisse termine cette journée en légère baisse de 0.45% à 12021 points. Elle en perd néanmoins sur la semaine -1.72%. Sika a dépassé le milliard de bénéfice mais a déçu les investisseurs en ne relevant pas suffisamment son dividende et baisse de 2.97%. Nestlé continue de surfer sur ses bons résultats publiés plus tôt dans la semaine pour grapiller 0.78%. En Suisse, on retiendra donc autre chose soit l’excellent bilan de notre délégation aux JO qui totalise déjà 14 médailles, dont 7 d’or. Félicitations à nos athlètes. DEVISES Le dollar se traite à 0.9206 et l'euro à 1.0440 contre franc suisse. MATIERES PREMIERES Le pétrole (WTI) baisse sensiblement à USD 89.54 (-0.46%). L’once d’or vaut USD 1’892.-.   VALENTIN ROSSET Gestion de fortune – Bulle 026 309 42 08

  • Ça s’en va et ça revient

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Une grosse confusion règne au sujet du retrait des troupes russes de la frontière de l’Ukraine. En effet, si le Kremlin a publié une vidéo montrant des soldats et des équipements militaires faisant leur retour vers la mère patrie, Washington a de son côté affirmé que Vladimir Poutine a ajouté 7000 soldats supplémentaires. Difficile dans ces conditions de savoir à quel saint se vouer. D’autant plus que les deux pays ne méritent pas d’être canonisés au vu de leur gestion diplomatique de la crise. Ce contexte, bien évidemment, est tout sauf rassurant pour les investisseurs. En effet, après s’être bien repris lors de la journée de mercredi, le Nikkei est retombé dans des territoires négatifs en clôturant à -0,83%. L’or profitait de ces tensions pour augmenter de 1,3% à la mi-journée. Le pétrole, de son côté, retombait nettement à la suite d’une éventuelle reprise des exportations iraniennes. En Europe, l’ambiance dans les salles de trading était peu animée en milieu d’après-midi. Certes, en France, le CAC 40 évoluait à l’équilibre alors que le DAX échappait 0,3%. Le Nasdaq ouvrait en baisse de plus de 1,5%. Les titres technologiques, victimes expiatoires en cas de hausse des taux souffraient particulièrement du futur durcissement de la politique monétaire de la Fed. MARCHÉ SUISSE Le marché helvétique a bien tenu jusqu’à l’ouverture de la bourse de New York. Si l’influence des salles de marchés du pays de l’Oncle Sam sur celles du continent européen n’est plus à prouver, il n’en reste pas moins frustrant de les voir nous mettre la tête sous l’eau alors que tout semblait sous contrôle. Ainsi, Logitech chutait de 8,27% à 68,30 francs. Finalement le SMI égarait 0,95% pour terminer la séance à 12'075,27 points. L’indice élargi, le SPI, faisait un peu mieux en perdant 0,89% à 15'272,57 points. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • BAS LES MASQUES !

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Comme le disait si bien un des ancien secrétaire d’Etat des Etats-Unis d’Amérique, Dean Rusk ; “Lorsque vous résolvez un problème, vous devriez remercier Dieu et passer au problème suivant.” Et c’est exactement ce que l’on a fait aujourd’hui. Le bruit de bottes Russe proche de la frontière Ukrainienne s’estompant quelques peu, nous a permis de continuer d’alimenter un espoir de sortie de crise. Mais malgré ces annonces porteuses de lumière, il nous reste à régler le problème de l’inflation qui revient nous hanter. En effet, les détenteurs de capitaux restent tout de même sous pression vis-à-vis des coûts de financement qui pourraient augmenter fortement pour les sociétés et donc réduire la voilure des investissements et donc réduire les bénéfices. Le Nikkei de Tokyo a procédé à une belle séance en augmentant de 2.22%, soutenu par le retrait russe. Les USA se sont réveillés de mauvaise humeur et n’ont cessé de broyer du noir à cause de l’inflation, notamment l’indice technologique Nasdaq dont les membres sont des sociétés ayant fortement besoin de financements externes. MARCHÉ SUISSE Dans nos salles des marchés aussi l’humeur était à la méfiance malgré les bonnes nouvelles arrivant d’Ukraine. L0inflation étant un mauvais esprit à chasser de nos horizons. Heureusement, notre ministre de la santé, Alain Berset, nous a mis de bonne humeur et permet à bon nombre d’investisseur de se remonter le moral en préparant son week-end en avance pour pouvoir jouir de la levée totale des mesures avec son entourage. Manœuvre saluée par le grand public et par les milieux économiques qui se réjouissent de voir cette belle victoire de la raison sur les restrictions sanitaires. Le Swiss Market Index (+0.08%) aura navigué de manière incertaine toute la journée à l’instar de son cousin plus large SPI (0%).   Gorgoni Marco Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • L'Ukraine et la FED

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Depuis le début de la semaine, les marchés actions sont tenus en haleine par le va-et-vient diplomatique autour de l’Ukraine et sur l’action à venir de la Réserve fédérale américaine. Même si le chancelier allemand Olaf Scholz, qui s’est rendu lundi à Kiev, a permis une légère accalmie sur la journée de lundi, sa visite à Moscou mardi est pleine d’espoir après un week-end chargé en émotion à la suite de l’annonce de Washington d’une intervention militaire imminente de la Russie sur le territoire ukrainien. Malgré cette légère accalmie sur le front russo-ukrainien, une autre incertitude pèse fortement sur les marchés financiers : Avec quelle vigueur la Fed va-t-elle intervenir dans sa lutte contre l’inflation ? Une hausse de taux de 0,25% en mars semble être le minimum mais selon plusieurs analystes, cette hausse pourrait même être de 0.5% ce qui pourrait, à court terme, générer une possible baisse des marchés. MARCHÉ HELVÉTIQUE Sur le marché suisse et après l’importante correction ce lundi de Clariant à la suite de son annonce du report de la publication de ses résultats pour une enquête sur des irrégularités comptables, le titre Temenos connait un sort similaire ce mardi en bourse. La société suisse spécialisée dans les applications bancaires a dévissé après des chiffres inférieurs aux projections des analystes. Les meilleures performances du jour sont réalisées par ABB (+2.9%), Sika (+2.5%) et Givaudan (+2.12%). Principal détracteur, le titre Swisscom (-0.11%). MATIÈRES PREMIÈRES L’insécurité actuelle tant géopolitique que financière pousse les investisseurs à se tourner vers des valeurs refuges comme l’or ainsi que le franc suisse qui s’est renforcé face à ses pairs. Sur le marché des matières premières, les prix du pétrole amorçaient une légère baisse, rassurés par des signes de détente en Russie. NICOLAS TERCIER Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 28

  • Lundi pluvieux, lundi malheureux

    MARCHÉS INTERNATIONAUX En Asie, les bourses sont tendues par la situation en Ukraine. Washington a jeté un froid sur les marchés en jugeant que l’invasion de l’Ukraine par la Russie pouvait arriver à tout moment. Malgré les efforts diplomatiques européens, plusieurs puissances occidentales ont recommandé à leurs ressortissants de quitter l’Ukraine. Devant les craintes de l’instabilité que provoquerait cette guerre éventuelle le Nikkei 225 égarait 2,23% alors que la Chine perdait également plus de 1%. SoftBank, le géant spécialiste des investissement dans les nouvelle technologies, souffrait particulièrement et s’égratignait de près de 4%. Un des seuls actif qui profitait de la situation se trouvait être le pétrole qui progressait de plus de 1%. En Europe, l’ambiance dans les salles de trading était morose. En France, le CAC 40 échappait près de 2,7% en milieu d’après-midi. Le DAX fait un peu moins pire avec une baisse de 2,2%. Aux Etats-Unis, la crainte d’un resserrement monétaire plus sévère que prévu s’est fait ressentir. L’annonce de l’inflation en hausse de 7,5%, un sommet historiques depuis quarante ans, à quelque peu douché l’appétit des investisseurs pour les actifs risqués. Le Dow Jones ouvrait en début de semaine en légère baisse, tout comme le S&P500. MARCHÉ SUISSE Si la baisse est marquée en Europe, celle-ci est plus timide sur notre territoire. Toutefois, notre indice boursier imitait ses voisins et s’inquiétait du spectre d’un escalade des violences. Ce sont les financières qui ont le plus souffert de l’insécurité régnant sur les marchés. Ainsi, comme souvent en 2021, le bonnet d’âne revient à Crédit Suisse. Le numéro deux bancaires helvétique chutait de 3,60% à 8,31 francs. D’un point de vue général, notre indice principal, le SMI clôturait juste en-dessus des 12'000 points et lâchait 1,71%. L’indice élargi, le SPI, corrigeait de son côté de 1,79% à 15'206,08 points. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • Célébration de la naissance de l’Empire du Soleil levant

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Le marché a mal digéré l’accélération de l’inflation américaine de 7% en décembre à 7.5% en janvier sur un an, soit au plus haut depuis 40 ans ! Une hausse des taux dès mars de 0.5% au lieu de 0.25% semble nécessaire. De plus, la banque américaine Goldman Sachs anticipe maintenant 7 hausses de taux en 2022 au lieu de 5 auparavant. Le marché a pris peur et l’indice S&P500 a brusquement reculé de 1.81%. En conséquence, l’Asie a également baissé, sauf le Japon qui était fermé pour la célébration du jour de fondation de l’Etat japonais. Plus précisément, le 11 février de l’an 660 avant Jésus-Christ. Jimmu Tennô, un descendant de la déesse du Soleil, Amaterasu Omikami, érigea le premier palais du Japon. MARCHÉ HELVÉTIQUE Du côté helvétique, notre indice des prix à la consommation a progressé de manière moins conséquente qu’aux Etats-Unis et qu’en Europe (5.1%). Soit 0.2% en janvier et 1.6% sur un an. Les meilleures performances sont Zurich Insurance et Nestlé, les principaux détracteurs Sika et Lonza parmi les titres de notre indice principal. Le SMI clôt la journée en baisse de 0.66% à 12’231 points. Enfin, pour ce qui est du marché des devises, un euro se négocie à 1.055 franc et un dollar américain s’échange à 0.925. MATTHIAS NEUBRAND Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 37

  • Credit Suisse à nouveau malmené

    MARCHÉS INTERNATIONAUX L’inflation aux Etats-Unis a continué sa progression en janvier, passant à 7,5% sur un an, ce qui devrait pousser la banque centrale à augmenter son taux directeur de manière plus marquée et rapide qu’escompté. Notre indice des prix à la consommation sera publié ce vendredi. À la clôture de notre marché, les principaux indices internationaux sont tous en baisse à l’exception de Francfort. MARCHÉ HELVÉTIQUE Le SMI clôture la séance en recul de 0,44% à 12'313 points, pénalisé notamment par les reculs de ses poids lourds, Nestlé abandonnant 0,74% à 118,02 francs, Novartis 0,55% à 80,15 francs et Roche 0,14% à 355,40 francs. La pire performance de l’indice est encore une fois réalisée par Credit Suisse avec une chute de 6,62% à 8,63 francs. La banque aux deux voiles a publié ses résultats qui se sont montrés encore pire qu’attendus, notamment durant le dernier trimestre. De plus, l’année en cours s’annonce toujours compliquée. La comparaison avec les résultats de ses concurrents est peu flatteuse pour le numéro deux bancaire helvétique. D’ailleurs, plusieurs analystes révisent leurs objectifs de cours à la baisse, comme Bank of America qui passe de 8,50 francs à 8 francs. De son côté, l’assureur Zurich a publié de bons résultats malgré les nombreuses catastrophes naturelles. Les primes ont progressé de plus de 10% à 53,2 milliards de dollars pour un bénéfice net de 5,2 milliards de dollars. Ces résultats ayant été largement anticipés par les analystes, le cours de l’action Zurich a clôturé en baisse de 1,22% à 446,10 francs. La meilleure performance du SMI est réalisée par Logitech (+1,67% à 75,30 francs). Le podium est complété par Givaudan (+0,94% à 3'643 francs) et Lonza (+0,70% à 628,80 francs). DEVISES L’euro reprend quelques couleurs contre notre monnaie à 1,0598 (+0,40%) alors que le dollar est stable à 0,9230. STEPHANE PEREY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 34

  • Dans le vert

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Encouragée par la séance positive à Wall Street et en dépit des préoccupations sur l’inflation, la bourse japonaise clôture à 27'579 points, une hausse de 1.08%. L’Europe suit, tout est dans le vert. Maersk a annoncé ses résultats pour 2021. Porté par les prix records du fret par conteneurs, le géant du transport maritime a enregistré un bénéfice net qui a sextuplé, 18,03 milliards de dollars. Un record pour une entreprise danoise ! De plus, le groupe annonce devenir neutre en carbone à l'horizon 2050 et a rapporté une baisse de près de 42% de ses émissions sur l'ensemble de l'année. MARCHÉ HELVÉTIQUE La meilleure performance du jour parmi les titres du SMI est affichée par Richemont avec +4.1% suivie ex aequo de Partners Group et Alcon +2.91%. Sur l’indice élargi SPI, Von Roll est en tête avec +8.29% suivi de Metall Zug qui clôture avec +8.16%. Le groupe zougois cède sa division Wire Processing, activité dans les câbles. Il prend en contrepartie une participation de 25% dans le Komax, le fabricant lucernois de machines et systèmes de production de câblage. MATTHIAS NEUBRAND Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 37

  • Déficit commercial record aux USA

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Wall Street (+0,77% à la clôture du marché suisse) ne semble pas être affectée par le déficit commercial des Etats-Unis qui a explosé l’année dernière, augmentant de 27% à cause du rebond de la demande intérieure ainsi que des échanges internationaux. Tant le déficit des services que des biens ont atteint des niveaux historiques. Si les exportations ont fortement rebondi, les importants ont connu une croissance encore plus importante. Le déficit a augmenté de 14,5% avec la Chine, 19,2% avec l’Union Européenne et triplé avec le Canada ! La seule baisse notable à relever est un recul de 4,8% avec le Mexique. Les marchés sont focalisés sur la publication, ce jeudi, de l’indice américain des prix à la consommation (CPI) pour le mois de janvier. MARCHÉ HELVÉTIQUE Notre indice termine en recul de 0,31% à 12'155 points pour le SMI. Les valeurs financières sont particulièrement recherchées avec notamment les bancaires sur les deux premières marches du podium. En effet, UBS progresse de 1,55% à 19,30 francs suivi de près par le Credit Suisse (+1,52% à 9,09 francs) qui publiera ses chiffres ce jeudi. Le podium est complété par Swiss Life (+1,03% à 609,40 francs). À la veille de la publication de ses résultats, Zurich Insurance clôture la séance en territoire légèrement positif (+0,27% à 445,50 francs). Le consensus des analystes prévoir un résultat opérationnel de 5,6 milliards de dollars. Plusieurs analystes ont adapté leurs objectifs de cours sur l’assureur, par exemple à 495 francs pour HSBC et à 525 francs pour JP Morgan. Les poids lourds de l’indice connaissent des fortunes diverses, Roche s’adjugeant 0,32% alors que Novartis et Nestlé reculent de respectivement 0,22% et 1,01%. Sur le marché élargi, on peut relever le bond de 9% réalisé par l’action AMS Osram qui prévoit un excellent début d’année malgré la perte d’un contrat important avec Apple l’année dernière. DEVISES Stabilité sur le marché des changes contre notre monnaie avec un dollar en hausse de 0,16% à 0,9246 alors que l’euro recule de 0,09% à 1,055. STEPHANE PEREY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 34

  • Bon début de semaine

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Sur les marchés asiatiques, Tokyo s’inquiétait d’une politique monétaire moins accommodante de Washington. La hausse des taux d’intérêt imminente et ses conséquences ont eu raison de l’optimisme des investisseurs. Ainsi, le Nikkei perdait 0,7%. Autre son de cloche du côté de Shanghai où l’indice boursier composite grimpait de plus de 2%. L’indice PMI des services chinois a dépassé les attentes des analystes, même si sa croissance est réduite par rapport au mois précédent. Aux Etats-Unis, tous les yeux seront rivés sur l’annonce jeudi des prix à la consommation pour le mois de janvier. Cela pourrait remettre le thème de l’inflation dans tous les esprits des opérateurs. Vendredi, l’annonce des emplois créés dans le pays de l’Oncle Sam a surpris. En effet, les chiffres ont été plus de trois fois supérieurs à la prédiction. Cela a pour conséquence de faire craindre aux investisseurs une politique monétaire plus ferme de la part de la Fed et une hausse des taux obligataires. Sur le Vieux Continent, tout va bien dans le meilleur des mondes. Le CAC 40 français augmentait de près de 1% en fin d’après-midi. Le DAX de Frankfort suivait les traces de son homologue français. MARCHÉ SUISSE Si la hausse est marquée en Europe, celle-ci est plus timide sur notre territoire. Toutefois, notre indice boursier imitait ses voisins et ne s’inquiétait guère du spectre de l’inflation. Les financières ont endossé le rôle de locomotive. Certes, dans un SMI en positif de 0,44% à 12'193,18 points, Crédit Suisse et UBS s’enrichissait respectivement de 1,75% et 1,69%. ABB faisait également partie du peloton de tête avec un gain de 2,33%. Le géant zurichois a annoncé une commande de près de 75 millions de la part de la société Stadler dans le but d’équiper des trains espagnols en système de propulsion et batteries. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • Le pétrole flambe

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Après une pause de trois jours pour fêter le Nouvel An lunaire, la Bourse de Hong Kong s’est envolée de 3,24%. Au pays du Soleil levant, l’indice Nikkei des 225 valeurs vedettes japonaises a pris 0.73% et gagne ainsi 2,7% sur l’ensemble de la semaine. Le géant japonais du jeu vidéo Nintendo a vu son titre progresser de 3,61%, à la suite de la hausse de ses prévisions pour l’exercice annuel décalé 2021-2022, qui se terminera fin mars. Concernant les matières premières, le cours du baril poursuit sa flambée et évolue désormais au-dessus de la barre symbolique des 90 dollars, boosté par une forte demande en plus des tensions géopolitiques autour de la crise ukrainienne. L’or noir atteint des niveaux plus observés depuis 2014. MARCHÉ SUISSE Nos indices helvétiques ont terminé la journée dans le rouge. Le Swiss Market Index perd 0,77% et l’indice élargi Swiss Performance Index s’allège de 0,75%. Du côté des sociétés, le Credit Suisse revoit sa stratégie en Afrique et lâche la gestion de fortune dans neuf Etats africains, ce qui représente des avoirs sous gestion de 2,5 milliards de dollars. Ils seront repris par la banque britannique Barclays. Les Etats concernés sont le Botswana, la Côte d’Ivoire, le Ghana, l’île Maurice, le Kenya, le Nigeria, les Seychelles, la Tanzanie et la Zambie. Le spécialiste de l’usinage de tôle Bystronic, qui était anciennement le groupe Conzzeta, a publié ses chiffres annuels. Il annonce des entrées de commandes en forte hausse de 51% à 1,18 milliard de francs ainsi que des revenus en croissance de 17,2% à 939,3 millions de francs. Ces chiffres dépassent les attentes du consensus AWP. La banque française Société Générale a revu ses objectifs de cours à la baisse pour deux titres suisses. Le premier concerne le chimiste de la construction Sika, qui voit son action recommandée à acheter, avec un cours cible à 420 francs. Le second est le groupe de technique sanitaire Geberit, avec un prix fixé à 625 francs, accompagné de la mention garder. JEROME DOUGOUD Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 24

  • Novartis sans surprise

    MARCHÉS INTERNATIONAUX En Asie, les marchés chinois sont restés fermés en raison des festivités du Nouvel An lunaire tandis qu’au Japon, l’indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a gagné 1,68%, grâce aux achats à bon compte, motivé par la progression de Wall Street la veille, qui a alimenté le retour de l’appétit pour le risque. En zone euro, le renchérissement continue d’être propulsé par la flambée des prix de l’énergie. En conséquence, le taux d’inflation a battu un nouveau record en janvier, à 5,1% sur un an, selon une première estimation publiée mercredi par Eurostat. L’inflation des biens industriels, hors énergie, a cependant ralenti, progressant de 2,3% en janvier, après 2,9% le mois précédent. Pour la Banque centrale européenne (BCE), cette hausse des prix reste un phénomène transitoire et devrait diminuer en 2023, après un pic en 2022. Aux Etats-Unis, la reprise du marché du travail a marqué un coup d’arrêt au mois de janvier en raison de l’effet du variant Omicron et de son impact significatif sur la croissance de l’emploi. Ainsi, 301'000 emplois privés ont été supprimés au cours du premier mois de 2022 tandis que les analystes tablaient sur 220'000 emplois créés pour la période. La majorité des secteurs d’activité ont été touchés bien que les loisirs et l’hôtellerie ont connu le plus grand recul. MARCHÉ SUISSE À la Bourse de Zurich, Novartis (-3,06%), qui a requis de la patience à ses actionnaires, a publié ses résultats au sortir d’un exercice 2021 sans surprise. La multinationale bâloise a vu son chiffre d’affaires annuel enfler de 6% à 51,63 milliards de dollars. Le bénéfice net a certes pratiquement triplé à 24,08 milliards mais la performance comprend une contribution exceptionnelle de 14,6 milliards issu de la cession, à son concurrent Roche, du gros paquet d’actions au porteur de ce dernier, dont elle disposait depuis le début du millénaire. Ce produit unique sera intégralement rétrocédé aux actionnaires sous la forme d’un programme de rachat d’actions à finaliser d’ici fin 2023. Sans cet effet exceptionnel comptabilisé au dernier trimestre, Novartis revendique un bénéfice net en hausse de 17% à 9,45 milliards de dollars. David Hartmann Gestion de fortune 026 350 74 29

  • GIVAUDAN DÉÇOIT

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les prix du pétrole ont poursuivi leur hausse vendredi, dépassant les 90 dollars le baril de Brent, après une courte pause due à la montée du billet vert, l’escalade des tensions géopolitiques en Ukraine et en Russie laisse toujours planer un risque sur l’approvisionnement en brut. Au Japon, la Bourse de Tokyo a clôturé en nette hausse après avoir été ébranlée jeudi par les annonces de la réserve fédérale américaine (Fed) sur le prochain resserrement de sa politique monétaire. Le Nikkei a ainsi progressé de 2,09% après avoir plongé de plus de 3% la veille. En Allemagne, après deux trimestres de hausse, le produit intérieur brut (PIB) a chuté de 0,7% au quatrième trimestre 2021. Cette baisse illustre les pénuries ayant frappé l’industrie et les restrictions liées à la pandémie de coronavirus, selon les chiffres préliminaires publiés vendredi. Au total, en 2021, l’activité économique allemande a tout de même progressé de 2,8%. En France, après la récession record de 2020 (-8%), la croissance du produit intérieur brut a atteint 7% en 2021, portée par la forte progression de la production de biens et de services. Aux Etats-Unis, la consommation a marqué le pas en décembre (-0,6%), l’activité économique ayant été perturbée par le variant Omicron, tandis que les revenus des ménages ont progressé moins qu’attendu selon les données du département du Commerce. L’inflation a par ailleurs ralenti sur un mois selon l’indice PCE, et les prix ont augmenté de 0,4% par rapport à novembre. MARCHÉ SUISSE En Suisse, les perspectives restent encourageantes et le baromètre établi par le centre d’études conjoncturelles de l’EPFZ a légèrement progressé en janvier, après un faible recul le mois dernier. A la Bourse de Zurich, dans un SMI (Swiss Market Index) resté bien ancré dans le rouge tout au long de la journée, la meilleures performance est à mettre à l’actif de Lonza (+2.54%) après que CFRA ait relevé la recommandation pour l’action à « buy », contre « hold » précédemment. A l’autre extrémité du tableau, c’est Givaudan (-6.54%) qui tenait fermement la lanterne rouge malgré des résultats améliorés et un dividende relevé, les chiffres annuels ont fait moins bien qu’espéré par la communauté financière. David Hartmann Gestion de fortune 026 350 74 29

  • Exportations suisses en progression

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les places boursières européennes évoluent en ordre dispersé au lendemain des conclusions du comité de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed). La saison des résultats anime la séance avec par exemple Deutsche Bank (+4,4%) qui annonce le quadruplement de son bénéfice net pour atteindre son plus haut niveau depuis dix ans. A la clôture, le DJ Eurostoxx 50, indice regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, avance de 0,5% à 4'184,97 points. A Wall Street, les marchés évoluent dans le vert (+1% environ), portés par la publication des chiffres de la croissance américaine au quatrième trimestre qui montrent une nette accélération. Le produit intérieur brut des Etats-Unis a augmenté de 6,9% en rythme annualisé sur le dernier trimestre 2021 (un plus haut depuis près de 40 ans), grâce notamment à la reconstitution des stocks des entreprises pour répondre à la reprise de la demande. Suite à sa réunion de mercredi, la Fed confirme le durcissement de sa politique monétaire avec une hausse imminente des taux, considérant désormais que toutes les conditions sont réunies. La première hausse de taux est attendue lors de la réunion de mars. Si l'inflation reste élevée au second semestre et que la croissance des salaires s'accélère davantage, la Fed pourrait bien passer à un relèvement des taux une fois par réunion. MARCHÉ SUISSE En Suisse, les exportations ont nettement rebondi en 2021 et retrouvent leur niveau d'avant-crise après la baisse historique en 2020 à cause du Covid-19. Ces dernières progressent de 15,2% à près de 260 milliards de francs, niveau qualifié de record par l'Office fédéral de la douane et de la sécurité des frontières. Les produits chimiques et pharmaceutiques restent très largement les principaux contributeurs aux exportations helvétiques. Novartis (+1,9%) précède Zurich (+1,8%) et Roche (+1,6%) sur le podium du jour. Les bancaires Credit Suisse (+1,3%) et Julius Bär (+0,2%) ont fini dans le vert, UBS (-0,8%) dans le rouge. A la clôture, le Swiss Market Index avance de 0,65% à 12'176,9 points. JULIE CAMBOU Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 99

  • Regards sur la Fed

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Ce mercredi, tous les regards sont fixés vers la Banque centrale américaine. En effet, le discours de clôture de la réunion de la Fed est très attendu. Son président, Jerome Powell, nous en dira un peu plus sur l’évolution des taux d’intérêts aux Etats-Unis. Les projections sont une hausse des taux directeurs dès le mois de mars, afin de lutter contre l’inflation galopante. Pour rappel, en 2021, les prix ont augmenté de 7%, soit leur plus forte hausse en près de 40 ans. L’objectif de la Réserve fédérale américaine est de ralentir la demande en rendant le crédit plus onéreux pour les ménages et les entreprises. Le revers de la médaille est que si ces derniers consomment et investissent moins, les marchés financiers pourraient sérieusement en pâtir. Le Fonds monétaire international a également mis en garde sur une hausse des taux trop rapide qui pourrait pénaliser les pays émergents et en développement, dont la dette est libellée en dollars. Dans cette attente, au Japon, l’indice Nikkei des 225 valeurs vedettes a reculé de 0.44% pour terminer à 27'011,33 points, ce qui est son plus bas niveau de clôture depuis décembre 2020. MARCHÉ SUISSE Nos indices helvétiques ont terminé la journée dans le vert. Le Swiss Market Index prend 1,28% et repasse sur la barre symbolique des 12'000 points. Du côté des nouvelles d’entreprises, le leader mondial des fabricants de produits à base de cacao et de chocolat de qualité supérieure Barry Callebaut a annoncé pour les trois premiers mois de son exercice décalé de septembre à novembre un chiffre d’affaires en hausse de 14% à 2,03 milliards de francs, dopé par le renchérissement des matières premières. La croissance des volumes est de 8,9% à plus de 610 tonnes de marchandise par apport à la même période un an plus tôt. Le Credit Suisse a revu ses objectifs de cours à la baisse pour deux titres dont les recommandations restent inchangées à surperformer. Le premier concerne le groupe horloger biennois Swatch, qui voit son cours cible raboté de 15 francs à 360 francs. Le second est le spécialiste des périphériques informatiques Logitech, dont le prix passe de 114 à 107 francs. JEROME DOUGOUD Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 24

  • Netflix dévisse

    MARCHES INTERNATIONAUX Comme déjà évoqué hier, la saison des résultats d’entreprises et des prévisions de croissance bat son plein. Les chiffres de Netflix étaient particulièrement attendus et la plupart des indicateurs annoncés par le géant du streaming étaient meilleurs qu’attendu. Seule ombre au tableau, la concurrence se fait de plus en plus sentir et le nombre de nouveaux abonnés attendus pour le 1er trimestre 2021 était en dessous des attentes. Conséquence directe : le titre perdait plus de 20% à l’ouverture. Plusieurs études annonçaient une année 2022 plus volatile sur les marchés, et bien nous y voilà ! L’ensemble des indices européens évoluait très nettement dans le rouge pour clôturer la semaine, avec en moyenne des baisses de 1.5% à 2%. Les investisseurs sont globalement inquiets par le prochain resserrement monétaire aux Etats-Unis et attendent des précisions à l’issue de la prochaine séance de la Reserve fédérale américaine agendée la semaine prochaine. Après cinq séances négatives, le Dow Jones se reprenait timidement (+0.3%), et le Nasdaq arrivait à se stabiliser après sa spirale négative amorcée depuis le début de l’année. MARCHE SUISSE Notre indice national n’était pas épargné et a affiché une baisse de 1.69% à la clôture. Swiss Re était le seul rescapé et finit la journée en très légère hausse. Toutes les autres valeurs du SMI évoluaient en territoire négatif, et c’est Logitech qui clôturait la marche en perdant 6%. Le fabricant de périphériques informatiques publiera mardi les résultats de son 3e trimestre décalé, et le consensus table pour l’instant sur un bénéfice net de l’ordre de CHF 167 millions. DEVISES Dans ce contexte baissier, le franc suisse s’est sans surprise renforcé face aux principales monnaies, pour se traiter à 1.0350 contre l’Euro et 0.9120 contre le dollar US. A noter également la baisse de 9% du Bitcoin, qui s’échange désormais en dessous de USD 39’000.-. XAVIER BLANC Gestion de fortune – Bulle 026 309 40 14

  • La Chine remet ça

    MARCHES INTERNATIONAUX La journée de mercredi a commencé par l’annonce de la Banque Populaire de Chine de baisser son taux directeur à un an, pour la deuxième fois en un mois. L’assouplissement de cette politique monétaire a permis à la bourse de Hong Kong de terminer en hausse de plus de 3%, tirée en avant par les actions des secteurs de la technologie et de l’immobilier. Aux Etats-Unis, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont augmenté pour la troisième semaine d’affilé, mais les marchés ont finalement très peu réagi à cette nouvelle, préférant se concentrer sur les résultats d’entreprises qui sont progressivement annoncés. Après les premiers chiffres décevants communiqués par certaines grandes banques américaines, les entreprises qui ont suivi ont publié des résultats meilleurs qu’attendu, avec notamment des prévisions satisfaisantes. Les indices Dow Jones et S&P 500 se reprenaient après plusieurs séances difficiles, pour afficher une hausse de plus de 1%. Suite à la baisse de mercredi, le Nasdaq 100 était officiellement entrée en niveau de correction (perte de 10%). Piqué au vif, il réagissait jeudi en récupérant plus de 1.5% à la mi-journée. MARCHE SUISSE Le Swiss Market Index a longtemps oscillé autour des 12'500 points pour finalement se décider à finir la journée en positif à +0.28%. Logitech regagnait presque le terrain perdu hier et affichait un gain de 2.5%. De l’autre côté du classement, SGS clôturait la marche avec une baisse de 2.4%, suite à un abaissement de recommandation d’un analyste ainsi qu’une vue plus modérée sur l’objectif de cours. Au niveau du marché élargi, les premiers résultats d’entreprises étaient également annoncés, avec de bons chiffres publiés par Galenica et un relèvement de ses projections pour le bénéfice 2021. Toujours dans le domaine de la santé, Zur Rose, Medacta et Comet ont également dépassé les attentes des analystes. XAVIER BLANC Gestion de fortune – Bulle 026 309 40 14

  • Un pas de plus vers le changement !

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les bourses américaines et européennes changent de direction pour un retour à l’optimisme. La Bank of America a publié son résultat du 4ème trimestre 2021, soit un bénéfice en hausse de 30%, grâce à ses secteurs d’activités de la banque d’affaires et gestion d’actifs. Le secteur de conseil aux entreprises, en l’occurrence pour les fusions-acquisitions, a également été très profitable pour l’établissement. En finalité, il n’y a eu que peu de faillites en raison de la pandémie de Covid, dès lors les réserves peuvent être réduites. Du côté de la City, la vie devient chère, l’inflation s’est fortement accrue et connaît un niveau des plus élevés depuis 30 ans. L’indice des prix à la consommation atteint 5,4%, soit une inflation de 7,1%. Principalement en cause, les prix des produits alimentaires, l’essence et le gaz ont flambé. Un défi pour Monsieur Boris Johnson qui va devoir composer pour aider les personnes défavorisées et dans la précarité ! La Banque d’Angleterre a déjà relevé une fois son taux directeur à 0,25% en décembre dernier. Néanmoins, elle va certainement continuer son relèvement de taux pour 2022 jusqu’à atteindre au moins 1%. Le marché du travail aux Etats-Unis, comme au Royaume-Uni est en remodelage complet. Selon le FMI (Fonds monétaire International), la fin des aides sociales accordées pendant la pandémie n’a pas forcément contribué à un retour au travail. Un nouveau phénomène est apparu : « la grande démission » ! Tous cherchent une meilleure offre d’emploi, des conditions plus attractives ou carrément se préparent à une reconversion professionnelle.   MARCHÉ HELVÉTIQUE Notre indice SMI bascule au vert à la mi-journée, le vent tourne et à en croire le marché, nous n’avons pas tout jeté par-dessus bord ! Un certain père Noël a été généreux à voir les résultats spectaculaires du groupe de luxe Richemont. Les recettes du secteur de la joaillerie, grâces aux marques du groupe Cartier, Van Cleef & Arpels ont réalisé un chiffre d’affaire de 3,3 milliards d’euros soit 41% de plus. Quant à l’horlogerie, principalement les marques Piaget, IWC et Jaeger-Lecoultre ont engrangé 977 millions, soit 29% de plus. Les résultats records de fin 2021 propulsent l’action de 10% à un plus haut prix historique pour la journée de 147.50 francs. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.9162 et l'euro s'échange à CHF 1,0393. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 309 41 70

  • Ambiance plombée par les taux

    MARCHES INTERNATIONAUX Comme c’est le cas depuis plusieurs semaines, l’attention du marché s’est portée sur les rendements des bons du trésor américain, qui ont atteint des niveaux qui n’avaient plus été vus depuis janvier 2020. En règle générale, une hausse de ces taux met les actions sous pression, car elle augmente le rendement des obligations, qui comportent moins de risques. Les titres des valeurs technologiques étaient particulièrement pénalisés, car ces dernières ont pu profiter des taux bas pour emprunter à de bonnes conditions. Une augmentation de la charge d’intérêt de ces entreprises pourrait impacter leur rentabilité, ce qui explique la forte baisse de l’indice technologique Nasdaq 100, qui perdait 1.8%. Les autres indices américains ne s’en sortaient pas beaucoup mieux (-1.5%), tandis que les places boursières européennes perdaient en moyenne 0.8%. MARCHE SUISSE Le Swiss Market Index évoluait dans la même direction que ses équivalents, avec une baisse de 0.6% à quelques minutes de la clôture. Swiss Re arrivait à se maintenir dans le vert (+0.9%), tout comme Swisscom (+0.6%) et Nestlé (+0.6%), qui montrait une nouvelle fois son caractère défensif. L’effet de prise de bénéfices à continuer à se faire sentir sur les titres qui ont très bien performé en 2021, Partners Group perdait 3.5%, Sika baissait de 2.3% et Lonza lâchait 2%. MATIERE PREMIERES Le prix du pétrole a atteint un nouveau plus haut depuis 7 ans, ce qui amène quelques craintes supplémentaires liées à l’inflation et pourrait accélérer encore le changement de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine. XAVIER BLANC Gestion de fortune – Bulle 026 309 40 14

  • Stadler sur de bons rails

    MARCHES INTERNATIONAUX La première journée de la semaine a été globalement positive sur les marchés, notamment suite à l’annonce du PIB en Chine, qui a évolué en hausse de 8.1% sur l’année 2021. Cela constitue la plus forte croissance sur la dernière décennie, avec toutefois un ralentissement observé sur le quatrième trimestre. Les principaux indices mondiaux évoluaient donc dans le vert, que ce soit au Japon (+0.7%), en Chine (+0.6%), ou en Europe, où la plupart des places boursières gagnait 0.5%. Le marché américain était quant à lui fermé en raison du jour férié en hommage à Martin Luther King. MARCHE SUISSE Du côté de la Suisse, le SMI affichait l’une des meilleures performances parmi les indices, avec un gain de 0.9%. Richemont était clairement en tête avec + 3.8%, les recettes trimestrielles qui seront annoncées mercredi sont attendues à plus de EUR 5 milliards par le consensus d’analystes. En hausse à l’ouverture, l’action Credit Suisse a ensuite évolué en territoire négatif (-2%) suite à la démission du président du Conseil d’Administration, qui sera remplacé par M. Axel Lehmann, bien connu sur la place financière suisse pour avoir longtemps évolué auprès de Zurich Insurance et UBS. En dehors des titres du SMI, l’action Stadler Rail (+5%) était très recherchée à la suite de la plus grosse commande de son histoire. Le constructeur ferroviaire a remporté un contrat qui prévoit la livraison de 246 rames à un consortium d’entreprises basées en Autriche et en Allemagne. Une option est également prévue pour commander 258 trains-trams supplémentaires. Avec un contrat de maintenance s’étalant sur 32 ans, le volume de cette commande approcherait les 4 milliards d’euros. MONNAIES Au niveau des devises, le cours EUR/CHF se stabilisait à 1.0420 tandis que le dollar US évoluait à 0.9140 face à notre monnaie nationale. XAVIER BLANC Gestion de fortune – Bulle 026 309 40 14

  • Changeons de sujet !

    MARCHES INTERNATIONAUX Toute la semaine, nous avons parlé d’inflation, de renchérissement des prix et des réactions possibles de la part des banques centrales. Changeons un peu de sujet afin d’aborder ce qui va bien aujourd’hui. Soyons positif. Les entreprises ont déjà commencé à faire connaître leurs chiffres d’affaires et bénéfices et nous sommes plutôt bien surpris. La gestion de la pandémie, avec le nouveau variant Omicron, semble vouloir se diriger vers une maîtrise des cas qui semblent moins graves et occasionnent moins de lourdes et pénibles hospitalisations. Ce n’est pas encore la panacée, mais gentiment nous avons le sentiment que ça pourrait aller de mieux en mieux. Le nombre de personnes qui veulent se vacciner (avec réticences ou volontairement) continue d’augmenter, même modestement. Les marchés se focalisent sur les risques actuels (inflation et pandémie). D’autre part, les indices viennent récemment d’atteindre des niveaux records. Dès lors, il est plus facile de justifier ainsi une raison de vendre et prendre ses bénéfices que de maintenir, voir augmenter ses positions. Cependant, il est clair que gérer un portefeuille c’est aussi savoir anticiper et donc vu ce qui nous attend, les ventes de ces dernières séances sont logiques. Toutefois, sur le moyen terme, nous avons aussi à y gagner avec une croissance plus importante et des taux passifs qui peuvent permettre une alternative de placement. MARCHE SUISSE Notre marché helvétique ne se distingue pas des autres bourses et à quelques minutes de la cloche, il est en baisse de 0,70% et flirte avec la barre des 12'500 points. Dans ce contexte tendu, le titre Roche tire les marrons du feu avec une légère hausse de 1,02%, peut-être aussi grâce à une objectif de cours revu à la hausse par Morgan Stanley. La lanterne rouge est pour l’action Sika qui recule fortement de 4,09%, se stabilisant vers la barre des 330 francs. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9100 et l'euro s'échange à CHF 1,0435. MARCO LEVIS Gestion de fortune - Bulle 026 309 41 42

  • On prend les mêmes et on recommence

    MARCHES INTERNATIONAUX On prend les mêmes intentions et on recommence. Les marchés internationaux restent englués dans une situation paradoxale. On a envie d’acheter afin de rentabiliser le cash qui ne rapporte rien, mais on attend car l’inflation est là à nos portes et les conséquences exactes ne sont pas encore connues. Aux Etats-Unis, la publication d’un niveau de l’inflation au plus haut depuis 40 ans laisse entrevoir une mise en route d’une politique monétaire bien plus restrictives, de la part de la FED. Déjà, on entrevoit un certain pessimisme qui se propage auprès des investisseurs. Les prises de bénéfices commencent à se faire et les discours se font moins optimistes. Cependant, il faut relativiser, nous sommes qu’au début d’un changement de paradigme. Les banques centrales sont bien conscientes que d’elles dépendent la croissance et le plein emploi. Il serait suicidaire d’y aller au marteau-piqueur. Dès lors, on peut aussi penser qu’à la force de résultats d’entreprises plutôt bons, les marchés ont encore quelques beaux jours devant eux. Autre sujet brûlant, sans jeux de mots, c’est le prix du pétrole. Il se maintient à des niveaux très élevés, grâce à une production bien maîtrisée des producteurs ainsi qu’à une demande de plus en plus importante. MARCHE SUISSE Notre marché helvétique reste scotché à la zone rouge, sans réussir à décoller. A quelques instants de la clôture, le SMI est en baisse de 0,50% vers les 12'607 points. Le titre Geberit n’est pas gâté par la réaction des investisseurs. Il indique ses chiffres de 2021 avec une hausse des recettes et de son chiffre d’affaires. Cependant, le titre est pénalisé par les perspectives maussades à court terme. L’action recule fortement de 4,19%. Le titre Crédit Suisse poursuit sa lente remontée avec une belle hausse de 1,86%. Aussi, le groupe annonce avoir remboursé 6,7 milliards en lien avec l’affaire Greensill. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9100 et l'euro s'échange à CHF 1,0435. MARCO LEVIS Gestion de fortune - Bulle 026 309 41 42

  • Inflation, what else ?

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Le Sénat américain a confirmé le deuxième mandat de Monsieur Jerome Powell, en tant que Président de la FED (banque de la réserve fédérale américaine). Son précédent mandat a démontré qu’il a su gérer au mieux l’économie américaine tout au long de la récession provoquée par la pandémie de Covid-19. Les intentions communiquées par M. Powell sont claires, la banque se tient prête à relever ses taux pour ralentir l'inflation. Elle compte relever les taux en plusieurs fois cette année ! Dans l’après-midi, le Labor Departement (bureau du travail) fait l’annonce de l’inflation américaine à 7 % pour 2021, soit bien au-delà de la cible qui voudrait un idéal à 2% annuellement. Malgré tout, le marché accueille cette publication avec optimisme et sans perturbation. En Allemagne, les prix de gros sont en augmentation exponentielle pour atteindre la moyenne de 9,8% en 2021. Le manque de matières premières et composants est toujours en cause, couplé à la forte hausse des prix de produits pétroliers, mettant à mal l’industrie allemande. Tous ces éléments font que l’on peut s’attendre à une période inflationniste plus longue qu’attendue, ce qui poussera aussi la banque centrale européenne à réagir sous peu. MARCHÉ HELVÉTIQUE L’entreprise VAT, spécialisée dans la conception, fabrication et commercialisation de vannes à vide pour l’industrie des semi-conducteurs, a enregistré des commandes atteignant 1,23 milliard de francs en 2021, soit une hausse de 69% sur une année. Son chiffre d’affaire est en hausse de 30%. Le titre était recherché et s’appréciait même de 6% pour un prix de 427 francs dans l’indice SPI. La gagnante du jour de l’indice SMI, est la société de gestion de fortune, Partners Group qui publiera ses chiffres demain. Selon les analystes, les pronostics sont très favorables, recommandée à l’achat, elle tend vers une hausse de 4% à 1'401 francs. Le groupe pharmaceutique Roche lance un nouveau système Cobas de gestion de la glycémie. Celui-ci permettra d’améliorer la qualité et suivi des soins des patients. En dépit de cette nouvelle, le titre se dévalue de 2.37% à 366.65 francs. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.9166 et l'euro s'échange à CHF 1,0469. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 309 41 70

  • Inflation, quand tu nous tiens !

    MARCHES INTERNATIONAUX Le réveil des banques centrales risque d’être brutal. Le Président de la FED, Jérome Powell, indique vouloir faire tout ce qu’il pourra afin d’empêcher l’inflation de perdurer. Rude tâche qui l’attend. La flambée des prix met à mal la croissance américaine et le consommateur moyen voit son pouvoir d’achat baisser rapidement. Cette problématique semble, soudainement, aussi inquiéter la vieille Europe. Le Président de la banque centrale d’Allemagne indique que la zone euro doit rester sur ses gardes. Tout ces discours sont bien beaux, mais il sera très difficile de conjuguer croissance à maintenir et inflation à maîtriser. Les deux objectifs cités sont assez antinomiques. L’augmentation des taux directeurs semble la direction à prendre, cependant les conséquences sur l’investissement et donc sur l’emploi seront aussi négatifs. En attendant, les marchés internationaux se redressent quelque peu avec résilience et recherche de rentabilité. Les intervenants semblent avoir bien intégré que les taux directeurs devraient probablement grimper, reste à connaître le tempo et la force de ce redressement. MARCHE SUISSE Le SMI reprend en une séance ce qu’il a perdu hier. A quelques minutes de la cloche, il est en hausse de 0,88% et flirte à nouveau avec les 12'700 points. On constate donc que les investisseurs continuent de privilégier la prise de risque, du moins sur le court terme. Le titre Crédit Suisse qui avait bénéficié de rumeurs positives la veille, subit quelques prises de bénéfices avec un recul de 0,45%. A l’autre bout de la chaîne, nous avons l’action Logitech qui avait subit les foudres des investisseurs en ce début d’année et qui se reprend fortement avec un bond de 4,92%. Enfin, l’action Nestlé n’arrive pas à redécoller et se maintient grâce à une évolution latérale, après les dernières baisses récentes. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9260 et l'euro s'échange à CHF 1,0495. MARCO LEVIS Gestion de fortune - Bulle 026 309 41 42

  • Il est urgent d'attendre !

    MARCHES INTERNATIONAUX Beaucoup d’investisseurs semblent vouloir prendre le temps d’y voir plus clair sur les tendances futures. Les marchés ne semblent pas pressés d’opter pour une direction ferme et décidée. D’autre part, les résultats des entreprises vont commencer à affluer et ils ne semblent, à priori, pas mauvais. Dès lors, l’attentisme est roi et tous les intervenants scrutent les nouvelles macroéconomiques, afin d’avoir une idée des réactions possibles des banquiers centraux, in primis ceux de la FED et de la BCE. Une autre problématique qui perdure concerne la vague Omicron qui touche les entreprises avec tout l’impact lié à l’absentéisme. Très probablement, les mentalités et l’organisation du travail vont devoir changer et évoluer. Cependant, tout est très rapide et beaucoup de manager ont de la peine à gérer ce changement de paradigme. MARCHE SUISSE En Suisse, ce qui frappe, c’est le retour de rendements positifs sur les emprunts de la Confédération à dix ans. L’inflation s’installe aussi sur nos terres et la BNS va bientôt aussi devoir avoir un œil sur le niveau de ses taux de références. Dans ce cadre, le SMI évolue dans le même sens que les autres indices internationaux. Il termine la séance comme il l’a commencée, soit en baisse. A quelques instants de la cloche, notre indice principal recule nettement de 1,75% en dessous des 12'600 points. Une fois n’est pas coutume, c’est le titre Crédit Suisse qui est à l’honneur, grâce à des rumeurs de fusion/acquisition. La banque italienne Unicredit et la française BNP Paribas sont citées. L’action grimpe de 0,97%. L’action Nestlé reste sujette à des prises de bénéfices sur fond d’augmentation des coûts des matières premières et de transports qui pénalisent le géant alimentaire Veveysan. Le titre poursuit son repli en direction des 120 francs avec une baisse de 2,20%. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9240 et l'euro s'échange à CHF 1,0450. MARCO LEVIS Gestion de fortune - Bulle 026 309 41 42

  • L’effet Ketchup ?

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Tout laisse présumer la probabilité d’une prochaine hausse des taux par la FED (Banque de la Réserve Fédérale américaine). Les créations d’emplois représentent 199'000 postes, soit moins importantes que prévues, une baisse du taux de chômage à 3,9% et une hausse des salaires moyens de 0,6% par rapport au mois de novembre, une constellation différente se dessine à l’horizon. Dès l’ouverture de la bourse de New York, les trois indices Dow Jones, S&P500 et Nasdaq Composite perdaient du terrain. Les contrats à terme des bonds du trésor américain reflètent déjà des anticipations et laissent présager d’un relèvement de taux en mars. La pression des taux anémiques ou négatifs diminue pour les institutions financières, compagnies d’assurances et secteur bancaire, certes, une bouffée d’oxygène bienvenue ! A contrario, les entreprises et surtout les valeurs technologiques se prennent une première lame de fonds dans la morosité de ce vendredi. MARCHÉ HELVÉTIQUE La vedette du jour, UBS, la banque aux trois clés, se positionne avantageusement selon les analystes qui augmentent l’objectif de cours à divers niveaux de 19, 22 ou même 23 francs. La banque publiera ses résultats du 4ème trimestre 2021 dans 3 semaines. Faisant suite à cette nouvelle, elle se targue d’une augmentation de 2,42 pourcents à CHF 17.76. Préparez-vous à revoir un cours tant attendu par bon nombre d’actionnaires, le fameux « 20 francs » ! Eh oui, nous pourrions à cette occasion ouvrir une bouteille de champagne, depuis 2015 qu’on l’attend ! En attendant, je vous souhaite une bonne santé ! DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.9198 et l'euro s'échange à CHF 1,04385. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 309 41 70

  • Les vaches grasses sont-elles terminées ?

    MARCHES INTERNATIONAUX Une phase de consolidation pourrait s’entamer sur les marchés internationaux. Le dernier procès-verbal de la réunion de la Réserve Fédérale américaine indique que l’institution compte s’attaquer au problème de l’inflation plus tôt et à un rythme plus soutenu que prévu. Ceci a provoqué un repli sur les marchés US avec un Dow Jones en baisse de 1% et le Nasdaq en recul de 3%. Pour l’anecdote, le bitcoin supporte mal la nouvelle avec une chute de près de 10%. Cela prouve que ça reste un actif proche, dans son évolution, de celui des actions. Cependant, en contre-poids, nous avons les économies qui se redressent. En Chine, l’accélération de l’activité liée aux services est notable. En Allemagne, les commandes à l’industrie repartent à la hausse au mois de novembre. En outre, l’inflation aussi augmente à 5,3% en décembre. Enfin, il faut aussi relativiser. Une éventuelle rectification des taux de références était attendue depuis plusieurs mois et la surréaction de ce jour semble être plus le fruit d’une opportunité concrète de prendre ses gains, associé à un début d’année sans entrain véritable. MARCHE SUISSE L’ouverture se fait dans le rouge vif auprès de notre marché helvétique. La pensée que les taux de références pourraient augmenter rapidement et relativement fortement favorise les prises de bénéfices et la consolidation du SMI. A quelques minutes de la clôture, l’indice principal est en recul de 0,98%. Dans ce cadre, les valeurs à la peine sont, sans surprise, les entreprises technologiques avec Logitech qui chute fortement de 5,61% et les valeurs liées au luxe, comme Richemont qui est en baisse de 2,30%. Paradoxalement, les valeurs défensives n’arrivent pas à soutenir l’indice et on voit Nestlé qui continue son repli avec un recul de 0,27%. A l’opposé, nous trouvons le titre UBS, en hausse de 0,90%, consolidant sa base à 17 francs. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9175 et l'euro s'échange à CHF 1,0385. MARCO LEVIS Gestion de fortune - Bulle 026 309 41 42 

  • Départ pour un « restart » !

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les chiffres de l’emploi américain ont doublé pour le mois de décembre 2021, soit 807'000 emplois priés créés, signe de bonne augure de la reprise. Le secteur des services étant bien entendu le plus demandeur, avec 669'000 postes, dont 246'000 pour le secteur hôtelier. Compte tenu du déséquilibre entre l’offre et la demande d’emploi, les employeurs ont dû revoir les salaires à la hausse pour pouvoir répondre partiellement à leur besoin d’embauche. Le secteur automobile a connu une année 2021 pénible en raison des fermetures d’usines et pénuries de matières premières et de composants, principalement pour l’industrie phare allemande. A relever une annonce intéressante dans le secteur automobile, le partenariat conclu par Stellantis (maison mère de Peugeot, Fiat, Opel, Dodge) avec Amazon pour connecter ses véhicules en utilisant des technologies de commandes vocales. En connectant ces véhicules, le constructeur devrait améliorer son chiffre d’affaires avec objectif de réalisation de 4 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel d’ici à 2026. D’autres constructeurs automobiles ont déjà initié de telles alliances l’an passé avec Google pour Ford, et Microsoft pour Volkswagen et GM. MARCHÉ HELVÉTIQUE Le géant de la pharma, Roche, vient de communiquer les premiers essais sur l'homme pour le traitement anti-cancéreux à large spectre, actuellement déjà sur le marché sous la marque Tecentriq. La combinaison de ce nouveau médicament avec le Miladémétan pourrait permettre de traiter diverses tumeurs solides. L’analyste Bernstein relève l’objectif de cours à 420 francs contre 400 précédemment. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.91 et l'euro s'échange à CHF 1,03. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 309 41 70

  • Réservez vos vacances !

    MARCHÉS INTERNATIONAUX L’ambiance est à la reprise ! Les investisseurs sont plutôt rassurés que le nouveau variant du virus Omicron semble moins méchant qu’attendu. Les indices américains sont en course pour continuer leur ascension. L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs dix alliés viennent d’annoncer un ajustement du niveau total de production à 400.000 barils par jour pour le mois de février 2022. Rolls-Royce, le spécialiste de moteurs d’avion britannique, a finalisé la vente du producteur norvégiens de moteurs de bateaux Bergen Engines au groupe industriel Langley Holdings, soit une transaction de 91 millions d’euros. Les actions européennes sont aussi portées par le sentiment d’une amélioration et poursuite de la reprise économique. Du reste aussi en Chine, on observe une activité manufacturière croissante depuis décembre, signe d'amélioration de la santé du secteur. MARCHÉ HELVÉTIQUE La bourse suisse n’annonce favorable dès les premiers échanges après la première journée sous le signe d’un lundi vert, cependant en dessous des 13'000 points ! Un regain d'enthousiasme pour le tourisme suisse, plus particulièrement dans les régions de montagne, on constate une augmentation des nuitées pour les vacanciers d’hiver, soit environ 15% de plus que l’an passé pour la même période. Ceci grâce au retour des fidèles clients français, allemands et anglais principalement, qui ont pu revenir, en dépit des mesures COVID en place. Pour les transports aériens, la compagnie Edelweiss est à la recherche d’équipage pour cet été, la flotte va s’agrandir avec deux nouveaux Airbus A320. Elle envisage recruter 150 employés pour pouvoir étayer son offre estivale avec pour but de multiplier par trois les vols longue distance. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.91 et l'euro s'échange à CHF 1,03. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 309 41 70

2021

  • Champagne!

    MARCHES INTERNATIONAUX Vu la performance affichée par les marchés actions sur l’année 2021, le réveillon peut se fêter au champagne plutôt qu’au Rimus ! En effet, les principaux indices actions ont gagné en moyenne 20% depuis le début de l’année. M. Macron peut être fier du CAC 40, l’indice français a affiché l’une des meilleures performances avec +29%. Le Nasdaq 100 suivait de près avec 28% de hausse, pas mal après une année 2020 où l’indice technologique avait déjà grimpé de 47% ! Du côté des marchés asiatiques, l’année a été plus modérée, avec +4.9% Nikkei 225 (Japon), +4.2% pour le Shanghai Composite et même -15% pour le Hang Seng (Hong Kong). MARCHE SUISSE Au niveau suisse, avant la dernière séance de l’année, le SMI était parfaitement dans la moyenne avec une hausse depuis le début 2021 de 20.5%. Le podium était composé de Partners Group (+49%), Sika (+59%) et loin devant, Richemont (+75%). Sur l’indice élargie SPI, les performances étaient encore plus impressionnantes, avec par exemple le fabricant de microcapteurs Sensirion (+131%), la banque en ligne Swissquote (+135%) et Medartis. Cette entreprise bâloise est spécialisée dans la fabrication de dispositifs médicaux et d’implants, notamment pour la réparation de fractures. Son action s’est envolée de 183% sur l’année ! MONNAIES Du côté des devises, l’Euro continue à se déprécier contre le Franc Suisse et a touché un nouveau plus bas de l’année à 1.03445, soit une baisse d’environ 4% depuis janvier. Le dollar US s’est quant à lui renforcé de 3.5% face à notre monnaie nationale sur l’année, il se traitait à 0.9145 à la clôture du marché suisse. Avec mes meilleurs vœux pour une excellente année 2022 ! XAVIER BLANC Gestion de fortune – Bulle 026 309 40 14

  • Tristes records

    MARCHES INTERNATIONAUX Dans une journée calme en termes de volumes et de nouvelles économiques, la séance de mercredi a été principalement impactée par l’annonce de nouveaux records de cas quotidiens de Covid dans la plupart des pays européens, y compris la Suisse. Entre le 22 et le 28 décembre, 935'000 nouvelles contaminations par jour auraient été recensées au niveau mondial, du jamais vu depuis le début de la pandémie. A l’exception des Etats-Unis, tous les indices mondiaux évoluaient en territoire négatif et reprenaient leur souffle suite aux belles performances affichées sur les derniers jours. Du côté de Wall Street, les indices Dow Jones Industrial et S&P 500 continuaient sur leur lancée positive et affichaient une timide hausse de 0.1% à l’ouverture. MARCHE SUISSE En Suisse, l’indice SMI suivait le même mouvement que ses équivalents européens et se délestait de 0.4% à l’approche de la clôture. Les titres en lien avec la construction tiraient leur épingle du jeu, avec Sika, Holcim et Geberit qui s’appréciaient de 0.4%. L’action ABB se traitait à l’équilibre, le président du géant zurichois indiquait que le plus gros des problèmes d’approvisionnement était certainement passé, mais qu’il faudrait encore quelques mois avant de pouvoir retrouver un fonctionnement normal. Les titres financiers se comportaient moins bien, avec en queue de peloton UBS (-0.8%) et Credit Suisse (-1.6%), cette dernière a ouvert une enquête interne suite à la violation des règles de quarantaine par le président du conseil d’administration. MONNAIES ET MATIERES PREMIERES Le cours EUR/CHF a touché son plus bas niveau de l’année à 1.03605, tandis que notre monnaie nationale se renforçait à nouveau contre le dollar US à 0.9135. Au niveau des matières premières, le pétrole continuait sa hausse amorcée depuis le début du mois, avec un baril WTI qui se traitait à USD 76.80. XAVIER BLANC Gestion de fortune – Bulle 026 309 40 14

  • Record encore battu

    MARCHES INTERNATIONAUX La journée de lundi était globalement positive sur les marchés mondiaux, sauf pour les bourses asiatiques qui ont clôturé légèrement dans le rouge. En Europe, la majorité des indices affichaient une hausse de l’ordre de 0.7%, tout comme l’indice américain Dow Jones Industrial, qui a ouvert en positif de 0.5%. La technologie se portait très bien, avec l’indice Nasdaq 100 qui gagnait 1.3% peu après l’ouverture. Vu le peu de nouvelles économiques à disposition, l’attention s’est concentrée sur le variant Omicron et les craintes que de nombreuses quarantaines puissent paralyser notre vie sociale et économique. En effet, même si ce dernier variant provoquerait moins d’hospitalisations, son fort degré de transmission pourraient provoquer de sévères désorganisations dans les économies. Des records de contaminations ont été malheureusement battu dans plusieurs pays d’Europe, et même en Chine, où le nombre de cas n’avait jamais été aussi élevé depuis deux ans. MARCHE SUISSE Mais où s’arrêtera l’évolution du SMI en 2021 ? C’est la question que l’on peut se poser après que l’indice suisse ait une nouvelle fois battu son record historique lundi en début d’après-midi en atteignant les 12'885.29 points. A quelques minutes de la cloche, les valeurs pharmaceutiques étaient les meilleurs élèves, avec en tête Lonza (+2%), puis Alcon (+1.4%) et Roche (+1%). Cette dernière a premièrement reçu une autorisation d’urgence pour un nouvel autotest, qui permet d’avoir un résultat fiable, exact et rapide pour toutes les variantes connues du coronavirus, omicron y compris. Le laboratoire rhénan a également reçu le feu vert de Swissmedic pour son médicament Ronapreve, qui pourra être utilisé pour le traitement du Covid. Au niveau des valeurs négatives, seule l’action Swisscom perdait du terrain (-0.3%). MONNAIES L’euro s’est à nouveau affaibli par rapport au CHF pour se traiter à 1.0390, plus très loin de son plus bas de l’année à 1.0367. Notre monnaie nationale se renforçait également par rapport au USD à 0.9180. XAVIER BLANC Gestion de fortune – Bulle 026 309 40 14

  • Un froid de canard sauf au Groenland

    MARCHES INTERNATIONAUX Pendant que nous avons froid en Suisse avec des températures largement négatives, la température au Groenland est positive. Dans le nord de l’ile, le différentiel est même supérieur à 20 degrés. Cette situation météorologique est sans précédents et démontre l’accélération du réchauffement de cette zone. Les marchés évoluent à nouveau dans le vert avec pour le CAC40 +0.86%, le DAX +0.96% et le Dow Jones +0.62%. BOURSE SUISSE La bourse suisse participe au rebond général des marchés, le SMI progresse en cette fin de journée de +0.49% ou 12’775 points et le SPI de +0.48% ou 16'306 points. Novartis (+0.89%) reçoit l’agrément de la FDA américaine pour son Cosentyx sur deux nouvelles pathologies. Ce médicament est un des blockbusters du groupe qui verra donc ses recettes augmenter. Holcim profite d’une grosse acquisition pour gagner +2.04%. La société familiale Läderach, pour laquelle 1300 personnes travaillent dans le monde, procède à la transition intra-familiale de sa gouvernance. L’entreprise continue son expansion y compris aux Etats-Unis après la reprise des magasins appartenant à Godiva. DEVISES Le dollar se traite à 0.9202 et l'euro à 1.0405 contre franc suisse. MATIERES PREMIERES Le pétrole (WTI) continue son rebond à USD 72.97 (-0.06%). L’once d’or vaut USD 1’806.-. Joyeuses fêtes de Noël   VALENTIN ROSSET Gestion de fortune – Bulle 026 309 42 08

  • Un plan pour Noël

    MARCHES INTERNATIONAUX Pas de grandes restrictions liées au variant Omicron aux Etats-Unis pour Noël, mais l’administration Biden appelle toujours en encore à la vaccination et au dépistage. L’Europe, elle, se barricade afin de faire face à l’augmentation des cas et des potentielles hospitalisations. Les marchés évoluent dans le vert avec pour le CAC40 +0.70%, le DAX +0.51% et le Dow Jones +0.51%. Le plan « social » à 2000 milliards du Président Biden est bloqué par un élu démocrate qui serait prêt à le valider si celui-ci était revu à la baisse et édulcoré de quelques décisions principalement liées à l’environnement. L’administration fait le forcing pour réussir à le faire voter avant les élections de mi-mandat durant lesquelles les républicains espèrent reprendre la majorité. BOURSE SUISSE Après avoir évolué toute la journée dans le rouge, le SMI se reprend en cette fin de journée à -0.04% ou 12’678 points. Le SPI évolue en positif à +0.15% ou 16’181points. Novartis (-0.15%) acquiert la société Gyroscope Therapeutics pour 1.5 milliards. L’entité est active dans la thérapie génique. Sika (-0.14%) va procéder à une augmentation de capital conditionnel et convoque une assemblée générale extraordinaire le 25 janvier 2022. Logitech participe au rebond des technologiques avec +2.65%. DEVISES Le dollar se traite à 0.9210 et l'euro à 1.0430 contre franc suisse. MATIERES PREMIERES Le pétrole (WTI) se traite à USD 71.60 (+0.42%) mais demeure dans sa tendance à la baisse. L’once d’or vaut USD 1796.-.   VALENTIN ROSSET Gestion de fortune – Bulle 026 309 42 08

  • Soldes de fin d'année

    MARCHES INTERNATIONAUX Après la braderie de lundi, les investisseurs appréciant les soldes sont à l’achat. Les places boursières progressent dans l’ensemble avec +1.11% pour le CAC40, +1.06% pour le DAX et +0.99% pour le Dow Jones. Les fluctuations de l’appétit au risque devraient continuer d’animer les marchés conséquences du changement de politique monétaire de la FED et du variant Omicron. Il est fort probable que cette situation perdure. Nike mène la course (+6.58%) suite à un bénéfice et un chiffre d’affaires trimestriel au-dessus des attentes. Pendant que FWD, assureur asiatique propriété du milliardaire hong-kongais Richard Li, renonce à faire son IPO à New-York sur fonds de tension avec Pékin. BOURSE SUISSE Les exportations sur le mois de novembre ont rebondi de +4.30% et le secteur de l’horlogerie a été un moteur de cette hausse. Le SMI bénéficie de cette embellie et à 30 minutes de la clôture gagne 0.55% à 12'659 points. Le SPI quant à lui grimpe de 0.45% à 16'120. On notera principalement la bonne orientation des bancaires, CS est en hausse de 3.79%, UBS de +2.03% et Julius Baer de 3.22%. Zur Rose, par contre, voit la mise en fonction des ordonnances numériques retardée en Allemagne induisant une correction de 15.68% de son action. DEVISES Le dollar se traite à 0.9250 et l'euro à 1.0420 contre franc suisse. MATIERES PREMIERES Le pétrole (WTI) se stabilise à USD 70.45 (+1.77%) toujours dans la tendance baissière initiée en novembre. Les craintes sur la croissance et les contraintes liées à Omicron ont cassé sa dynamique haussière. L’once d’or vaut USD 1787.-.   VALENTIN ROSSET Gestion de fortune – Bulle 026 309 42 08

  • Sur un fil

    MARCHES INTERNATIONAUX La semaine des derniers achats avant Noël ne démarre pas sous les meilleurs hospices pour la bourse qui doit composer avec le variant Omicron. Des mesures strictes s’installent un peu partout comme le confinement au Pays-Bas, l’imposition de la 2G dans plusieurs pays ou des restrictions de nombres de convives pour les fêtes. Dans ce contexte, la morosité envahit le marché qui s’éloigne des récents records. Le marché US corrige de -1.82% avec la palme à Goldman Sachs et son -3.74%. Les cinémas, eux, se sont raccrochés à un fil avec la sortie de Spider-Man. Le 5ème volet des aventures de l’homme-araignée a engrangé un impressionnant 587 millions de USD de recettes sur son premier weekend d’exploitation. Il s’agit de très loin pour Disney du meilleur démarrage de l’année. BOURSE SUISSE Le SMI évolue dans un contexte d’actualité au ralenti hormis évidemment le variant Omicron. Le SMI évolue à 30 minutes de la clôture à 12'581 points en nette baisse de 1.05% et le SPI avec la même orientation à 16'029 (-0.95%). Novartis, après une bonne semaine dernière, annonce cette fois une déconvenue sur un anticorps en phase 3 est égare -1.62%. Le plan de rachat d’action qui a débuté, soutiendra toutefois le titre. Pour rester sur la pharma, Vifor Pharma est l’une des rares à progresser nettement aujourd’hui avec +1.60% à 162.25. DEVISES Le dollar se traite à 0.9210 et l'euro à 1.0398 contre franc suisse. Une évolution plutôt stable dans un marché approchant les vacances. MATIERES PREMIERES Le pétrole (WTI) vaut USD 66.52 en baisse de 5.27% reflétant les craintes sur la croissance et l’once d’or USD 1793.70. VALENTIN ROSSET Gestion de fortune – Bulle 026 309 42 08

  • Lendemain difficile

    Marchés internationaux En Asie, les marchés boursiers ont terminé la semaine en baisse, lestés par la chute du Nasdaq la veille. A la Bourse de Tokyo, où la Banque du Japon a annoncé la réduction de ses programmes d’urgence liées à la pandémie, le Nikkei s’est délesté de 1,79%. Dans l’Empire du milieu, les restrictions commerciales imposées par les Etats-Unis à plus de 30 instituts et entités de recherche chinois ont également pesé sur les marchés, faisant rétrograder l’indice CSI des 300 plus grandes capitalisations boursières chinoises de 1,59%. A la Bourse de Hong Kong, l’indice Hang Seng, fortement teinté de valeurs technologiques, a également terminé dans le rouge, en baisse de 1,2%. En Allemagne, la Bundesbank a abaissé sa prévision de croissance pour 2022, face aux pénuries persistantes qui plombent l’industrie du pays ainsi qu’à la virulente vague de Covid-19 à laquelle fait face la première économie européenne. L’institution prévoit une hausse de 4,2% du PIB l’an prochain, contre 5,2% dans ses dernières estimations en juin. Pour l’année en cours, elle table sur une croissance de 2,5%, contre 3,7% précédemment. En France, l’endettement public qui s’est fortement creusé depuis début 2020 à cause de la crise sanitaire s’est établie à 116,3% du PIB à la fin du troisième trimestre 2021, contre 114,8% à la fin juin et un point culminant à 118,1% à la fin du 1er trimestre 2021. Marché suisse A la Bourse de Zurich, le SMI (Swiss Market Index) a passé et terminé la journée dans le rouge au lendemain d’une journée de folie qui a vu notre indice national s’enrobé de plus de 2%. La meilleure performance du jour est à mettre à l’actif du bâlois Novartis (+0,63%) devant le réassureur Swiss Re (+0,43%) et l’autre géant de la pharma Roche (+0,21%). A l’autre extrémité du tableau, le spécialiste genevois du luxe Richemont tenait la lanterne rouge (-3,99%), précédé par le zougois Sika (-3,32%) et le géant bancaire UBS (-2,45%).   David Hartmann Gestion de fortune 026 350 74 29

  • La fête après la Fed

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La Réserve fédérale américaine (Fed) a décidé de lutter contre l’inflation élevée devenue durable aux Etats-Unis, en annonçant une accélération de la réduction de ses achats d’actifs, ainsi que son intention de relever trois fois ses taux directeurs durant l’année prochaine. Suite à ces annonces, les marchés sont euphoriques. Les places financières ont terminé la journée de jeudi dans le vert. A Hong Kong, l’indice Hang Seng a gagné 0,23% et l’indice composite de Shanghai a progressé de 0,75%. A la Bourse tokyoïte, l’indice Nikkei des 225 valeurs vedettes japonaises a terminé en progression de 2,13% à 29'066,32 points et retrouve ainsi son niveau de clôture d’avant le communiqué de la découverte du variant Omicron. En début d’après-midi, c’était au tour de la Banque centrale européenne d’informer du maintien de ses taux directeurs, mais également d’un allègement de son dispositif de soutien à l’économie, tout en se tenant prête à réagir à la hausse de l’inflation. MARCHÉ SUISSE Le Swiss Market Index s’est envolé de 2,07% à 12’790,89 points, marquant ainsi un nouveau record historique en clôture, avec un plus haut durant la séance à 12'823.30. Du côté des sociétés, le groupe pharmaceutique Novartis (+5,73% à 79,30 francs) annonce le lancement d’un vaste programme de rachat d’actions propres pour un montant de 15 milliards de dollars. Le financement de l’opération, qui durera jusqu’à fin 2023, est assuré par le produit de la récente cession des titres Roche. Le groupe bancaire américain JPMorgan revoit à la baisse son objectif de cours pour le logisticien Kühne+Nagel, qui passe à 293 francs, accompagné d’une recommandation inchangée à neutre. La banque d’investissement américaine Goldman Sachs a augmenté son cours cible à 140 francs pour l’action de la multinationale de l’agroalimentaire Nestlé, tout en maintenant le titre à l’achat. JEROME DOUGOUD Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 24

  • Regards rivés sur la Fed

    MARCHÉS INTERNATIONAUX En Europe, les marchés progressent dans l’attente du discours de la patronne de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, qui aura lieu jeudi. L’enthousiasme s’est quelque peu estompé en milieu d’après-midi avec l’ouverture des marchés américains. Si la Fed et la BCE sont toutes deux confrontées à l’accélération de l’inflation, l’ampleur n’est pas la même en Europe où les derniers chiffres signalent une progression des prix à 4,9% contre 6,8% aux Etats-unis. A 17h30, le DJ Eurostoxx 50, indice regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, avance de 0,5% à 4'164.9 points. A Wall Street, les marchés démarrent la séance dans le rouge en attendant la décision de la Réserve fédérale américaine (Fed) qui tient sa dernière réunion de l’année. Avec l’inflation qui atteint des sommets sur presque 40 ans, la Fed laisse entendre qu’elle pourrait accélérer le retrait de son soutien monétaire. Jusqu’à présent, elle mettait l’accent sur la réduction des achats d’actifs, mais il se pourrait qu’un relèvement de taux se fasse courant 2022. Les investisseurs guetteront par ailleurs scrupuleusement les nouvelles projections de taux ainsi que les prévisions économiques. Les marchés sont aussi pénalisés par une déception concernant l’évolution des ventes au détail. En effet, ces dernières n’ont progressé que de 0,3% en novembre aux Etats-Unis alors que ce chiffre était de 1,8% en octobre. MARCHÉ SUISSE La bourse suisse suit la tendance européenne et évolue dans le vert tout au long de la journée. La tendance est portée par le poids lourd Nestlé (+1,14%), alors que nos deux géants bancaires, UBS et Credit Suisse, enregistrent une perte de respectivement -0,89% et -0,46%. A la clôture, le Swiss Market Index avance de 0,96% à 12'530,95 points, alors que l’indice plus large Swiss Performance Index gagne 0,91% à 15'993,8 points. JULIE CAMBOU Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 99

  • SMI au sommet

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Pour l’avant-dernière séance de la semaine, à Hong Kong, l’indice Hang Seng a bondi de 1,08% et l’indice composite de Shanghai s’est valorisé de 0,98%. Au Japon, après deux séances consécutives dans le vert, l’indice Nikkei des 225 valeurs vedettes a abandonné 0,47%, pénalisé par Honda et Toyota. Les deux constructeurs automobiles nippons sont accusés de violation de brevets par la société américaine Intellectual Ventures. MARCHÉ SUISSE Le Swiss Market Index à encore grignoté 0,08% à 12’607,63 points et finit la séance tout proche de son plus haut historique qui est à 12'687,85 points. Du côté des nouvelles d’entreprises, après l’annonce surprise mercredi soir d’une augmentation de capital du grossiste en médicaments et exploitant de pharmacies Zur Rose, le groupe thurgovien informe avoir placé un total de 650'000 nouvelles actions au prix de 290 francs, ce qui représente une levée de fonds de 188,5 millions. Le groupe pharmaceutique Novartis confirme un rapport bénéfice-risque favorable pour son traitement ophtalmique Beovu dans l’indication contre l’œdème maculaire diabétique. L’énergéticien argovien Axpo a publié ses chiffres pour son exercice annuel décalé 2020-2021 clos fin septembre. Ses recettes ont progressé de 26% à 6,1 milliards de francs, mais au niveau de la rentabilité, le résultat d’exploitation (Ebit) a chuté de 34,8% à 516 millions de francs. Par contre, le bénéfice net a gagné 6,5% à 607 millions de francs. La banque britannique Barclays a revu ses objectifs de cours pour trois titres suisses. Le premier concerne le géant franco-suisse des matériaux de construction Holcim, qui voit son action recommandée à surpondérer, avec un cours cible à 56 francs. Le second est le groupe de technique sanitaire Geberit, avec un prix fixé à 680 francs, accompagné de la mention neutre. Le troisième est le chimiste de la construction Sika, qui voit son titre recommandé à surpondérer, avec un objectif de cours qui passe de 480 à 500 francs. JEROME DOUGOUD Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 24

  • SYNCOPE

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Nous connaissons tous quelqu’un qui ne supporte pas la vue du sang et qu’on doit mettre sur le dos avec les jambes en l’air parce qu’il en a vu un goute. Mais que faire pour éviter de devoir le mettre les jambes en l’air ? c’est simple, lui détourner son regard sur autre chose que sa blessure… c’est ce qu’on a tenté de faire en essayant de parler de toute autre chose que le variant Omicron. Sans succès, la nouvelle version de ce satané virus a primé sur toutes les autres informations mediatico-financières de la planète. On ne parle toujours et encore que de cela. Et cette fois la peur se fait sentir fortement sur les marchés. L’Europe qui était déjà fortement touché par un regain de l’épidémie avant l’avènement du seigneur noir Omicron semble s’être lancé dans un jeu de « Yo-Yo » sur ses Indices. L’ensemble des bourses Européennes ont été destinées à s’enfoncer dans le rouge vif et à subir le bain de sang. Les Japonais du Nikkei ont aussi essuyé des pertes, certes moindre vis-à-vis des Européens, mais pertes quand-même et ont éteins leurs écrans en baisse de 0.65%. Outre Atlantique, comme d’habitude, les américains se portent toujours mieux que les autres, vu que c’est les plus forts du monde et leur Indice Phare Dow Jones a commencé sa journée en hausse de 0.42% MARCHÉ SUISSE En Suisse nous sommes plus préoccupés a avoir un nombre de cas impressionnant en 24 heures et nous y arrivons à merveille ! Toutes les nouvelles faisaient allusion uniquement et purement à propos de l’évolution de la pandémie du Covid-19. En d’autres termes, nos deux indices nationaux (SMI & SPI) ont navigué toute la journée en zone rouge et continuaient de péjorer nos statistiques mensuelles, la marque de l’espoir n’étant pas encore arrivé.   Gorgoni Marco  Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • Les marchés insensibles à l’inflation et Omicron

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Lors de son échange avec le congrès, Monsieur Powell doutait du caractère transitoire de la Fed et affirmait que celle-ci pourrait se maintenir sur une plus longue durée. De ce fait, Le président de la réserve fédérale évoquait une réduction possible de son programme d’achat d’actifs et ce malgré la situation sanitaire qui redevient incertaine. Malgré ces nouvelles peu réjouissantes, le Nikkei parvenait à clôturer la séance de mercredi dans le vert avec une hausse de 0,41%. En Chine, nous constations une petite contraction de l’activité manufacturière. Cela n’a pas empêché Shanghai de grimper de 0,36% et Hong Kong de 0,79%. Après une forte baisse hier due aux annonces du grand argentier américain et aux inquiétudes persistantes au sujet du nouveau variant, le pétrole a retrouvé sa cote de popularité auprès des opérateurs et augmentait à la mi-journée de plus de 4%. Sur le Vieux Continent, les bourses européennes suivaient la voie royale tracée par leurs homologues asiatiques. En effet, à la mi-séance, le CAC 40 gagnait plus de 1% tandis que le DAX performait de 1,42%. C’est l’industrie automobile qui portait le marché allemand avec gains de près de 3% pour BMW et Porsche. MARCHÉ SUISSE Si la hausse est marquée en Europe, celle-ci est plus timide sur notre territoire. Notre indice boursier semblait imperturbable face aux annonces de la Fed et à l’émergence du variant Omicron. Les financières ont endossé le rôle de locomotive. Certes, dans un SMI en positif de 0,88% à 12'266,46 points, Crédit Suisse et UBS s’enrichissait respectivement de 0,90% et 1,41%. Le numéro un bancaire helvétique annonçait un changement au sein de son comité exécutif. Sarah Youngwood devient ainsi la première femme à chapeauter les finances du groupe. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • Verre à moitié plein ou moitié vide ?

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les craintes liées à l’inflation ainsi qu’au Co-vid-19 et à son nouveau variant Omicron ont un impact sur la confiance des consommateurs américains dont l’indice a reculé. De même, la croissance de l’activité manufacturière de la région de Chicago recule mais reste positive. L’indice ISM recule à 61,8 points en novembre contre 68,4 en octobre. Pour rappel, l’activité est en croissance lorsque l’indice est supérieur à 50 points, ce qui signifie que l’économie tourne tout de même à un rythme soutenu. Certes, les tensions dans les chaînes d’approvisionnement sont toujours fortes mais les entreprises augmentent leurs stocks afin d’éviter les problèmes rencontrés ces derniers temps. D’ailleurs, le niveau des stocks est au plus haut depuis 3 ans et la production s’accélère. En revanche, les carnets de commande sont en recul tout comme les prix alors que les entreprises ont toujours de la peine à trouver de la main-d’œuvre. Le président américain Joe Biden rencontrait les géants de la distribution comme Walmart et ceux-ci estiment que la situation commence à s’améliorer. En résumé, on n’est pas beaucoup plus avancé avec des indicateurs positifs et d’autres négatifs. À vous de savoir si vous regardez le verre à moitié plein ou celui à moitié vide. MARCHÉ HELVÉTIQUE En Suisse, les dernières nouvelles macroéconomiques sont toujours favorables malgré un recul observé en novembre selon le KOF Notre indice suit la tendance générale avec un recul de 0,5% du SMI qui clôture à 12’159 points. La meilleure performance de l’indice est à mettre au crédit de Lonza qui gagne 1,73% grâce à la signature d’un nouveau mandat d’approvisionnement. UBS occupe la deuxième marche du podium avec une hausse de 1,17% suivi de Swiss Life qui s’adjuge 0,99%. À l’opposé, on trouve Logitech qui chute de 3,42% suivi de SGS (-2,42%) et Holcim (-2,26%). Sur le marché élargi, on peut signaler le bond de 12,7% enregistré par l’action Molecular Partners qui assure que son antiviral expérimental conserverait son potentiel contre les variants découverts en Afrique du Sud. DEVISES Le dollar est inchangé contre notre monnaie à 0,9230 alors que l’euro recule légèrement de 0,17% à 1,0403. STEPHANE PEREY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 34

  • Rebond du lundi

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La bourse de Tokyo a terminé la séance dans le rouge vif après une séance de vendredi dans les mêmes tons. Le Nikkei baissait de 1,63%. Les inquiétudes étaient toujours présentes au sujet du variant Omicron. Les compagnies aériennes nipponnes se sont présentées en victimes expiatoires et ont été sanctionnées par les investisseurs alarmés par les restrictions de voyage déjà en place. Par conséquent, Japan Airlines et ANA égaraient près de 4%. En Chine, la dégringolade était moins spectaculaire. En effet, Hong Kong perdait 0,86% tandis que Shanghai se maintenait à l’équilibre. Plus réjouissant, le prix de l’or noir connaissait un rebond technique en ce début de semaine. Après une chute de près de 10% vendredi, le pétrole remontait de plus de 4%. De plus, une série de publications sur la situation de l’économie américaine pourraient rassurer les marchés. Une attention particulière sera portée sur les chiffres mensuels de l’emploi qui seront publiés vendredi. Entre l’Asie et l’Europe, c’était deux salles, deux ambiances. Même si la reprise n’est pas spectaculaire, elle était tout de même tangible. En France, le CAC 40 gagnait 1,15% à la mi-journée alors que le DAX était plus timide avec une augmentation de 0,63%. Sur la marché allemand, c’était surtout le marché de l’énergie qui était à l’honneur avec des hausses importantes pour E.ON et RWE. MARCHÉ SUISSE La bourse suisse a connu une journée similaire à celle de ses homologues européens, quoique plus timide. Après la journée catastrophique de vendredi, notre indice national a repris du poil de la bête. Si tout n’est pas rose, il est toutefois évident que les opérateurs ont profité de l’abattement de la fin de la semaine passée pour faire des emplettes à prix réduit. Dans ce contexte, le SMI grapillait 0,18% pour clôturer à 12'220,74 points. En profitant d’une augmentation d’objectif de cours par HSBC, Richemont s’affichait au chapitre des grand gagnant de la journée. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • « Black Covid »

    MARCHÉS INTERNATIONAUX En cette journée de folie spéciale à l’occasion du « black Friday » les bourses accueillent avec pessimisme la nouvelle du nouveau variant sud-africain du Covid. Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), il semble avoir des nouvelles particularités qui diffèrent complètement de ceux connus à ce jour. Il est beaucoup plus contagieux et diffère des variants originaux. Le marché des changes est également secoué par cette annonce et les valeurs refuges sont les francs suisses et le yen qui s’apprécient contre le dollar américain. A contrario, le billet vert fait pâle figure dans ce scénario. En clair, la politique des banquiers centraux qui auraient une intention de hausse de taux, comme la FED (Réserve Fédérale américaine), va plutôt amener à « lever le pied » en attendant que la situation soit éclaircie. Face à ce regain de méfiance de la part des investisseurs, même les cryptos monnaies perdaient de leur aplomb. Dès l’ouverture, les bourses asiatiques et européennes broyaient du noir ! Les valeurs liées aux secteurs du voyage ont tout de suite été très éprouvées et impactées. Entre autres, le constructeur d’aéronautique Airbus baissait de 12% et la compagnie allemande Lufthansa perdait plus de 14%. MARCHÉ HELVÉTIQUE Face à cette situation générale de nouvelle vague, le marché suisse suit le mouvement de baisse et bien entendu dès l'ouverture, au palmarès des perdants, nous pouvons constater les dégâts, par exemple le géant de boutiques hors taxes, Dufry, baissait de plus de 10%, Flughafen Zürich perdait plus de 5%. Les gagnants du jour sont les Logitech, avec une hausse de 4,47% et Lonza avec une appréciation de 3,13%. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.92 et l'euro s'échange à CHF 1,04. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 309 41 70

  • On se rattache à ce qu'on peut

    MARCHES INTERNATIONAUX Les investisseurs se montrent résilient. C’est vrai que le manque d’alternative n’autorise pas à faire la « fine bouche » sur les choix à disposition pour trouver de la rentabilité. Comme la situation sur les taux reste, somme toute, sans trop de visibilité à moyen terme, que le marché immobilier est toujours prohibitif, les intervenants préfèrent rester investis et profiter d’engranger des dividendes que les sociétés promettent de garder juteux. En Allemagne, moteur économique de l’Union Européenne, la croissance du PIB a été de 1,7% au troisième trimestre, un peu plus bas qu’estimé. Cependant, vu la flambée récente de la pandémie, la fin de l’année s’annonce pleine d’incertitudes. MARCHE SUISSE Notre marché helvétique se nourrit de peu de choses, le manque de nouvelles en provenance des entreprises ne favorise pas le dynamisme du marché. Le SMI ouvre la séance positivement et remonte lentement la pente après le recul de mardi passé. Il termine la journée en hausse de 0,46% é 12'453 points. L’action Crédit Suisse continue son yo-yo avec tantôt une progression, tantôt un recul. Blackrock abaisse sa participation dans la grande banque à 4,88%. Le titre se maintient inchangé vers les 9,20 francs. A l’autre bout de la chaîne, nous avons Swiss Life qui annonce une bonne nouvelle à ses actionnaires, avec le relèvement du dividende. L’assureur annonce aussi vouloir procéder à un programme de rachat d’actions de 1 milliard de francs. L’action progresse fortement de 3,47%. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9360 et l'euro s'échange à CHF 1,0490. MARCO LEVIS Gestion de fortune - Bulle 026 309 41 42

  • Moral en berne

    MARCHES INTERNATIONAUX Le moral des investisseurs n’est pas au beau fixe. Entre les restrictions qui repointent le bout de leur nez ainsi que la morosité ambiante sur les marchés, les intervenants préfèrent rester dans les starting-blocks. Les autorités cherchent à juguler la hausse des prix de l’énergie par tous les moyens. Concernant le pétrole, plusieurs pays puisent dans leurs réserves afin de diminuer la facture d’approvisionnement. Cependant, cette démarche ne peut-être valable que pour le très court terme. Il suffit que les pays producteurs diminuent encore leur production et les prix repartiront à la hausse aussi sèchement. En outre, le problème économique le plus important, en ce moment, concerne l’inflation due essentiellement à une offre insuffisante, couplée à une demande de plus en plus forte. Dès lors, les banques centrales font face à un dilemme cartésien. Elles doivent soit adapter leur politique monétaire au trend actuel de l’inflation et prendre le risque de tuer la reprise économique dans l’œuf ou patienter encore et se retrouver à devoir maîtriser une inflation encore plus marquée ultérieurement. Madame Lagarde et M. Powell devront probablement allumer quelques cierges, ces temps-ci. Aux Etats-Unis, l’inflation augmente à 5%, en octobre. En même temps, les inscriptions hebdomadaires au chômage diminuent à leur plus bas niveau depuis plus de 50 ans. MARCHE SUISSE Notre marché helvétique se cherche une direction. A quelques minutes de la cloche, le SMI est sur les mêmes niveaux que la veille avec une légère hausse de 0,28%. Le titre Holcim effectue une belle performance avec un bond de 1,96 %. D’autre part, la société cherche par tous les moyens de démontrer sa bonne volonté de devenir un producteur « vert », respectueux de l’environnement. Sans trop de succès pour le moment auprès des investisseurs. Le titre Novartis perd quelques plumes et recule de 0,71 %, en dessous des 77 francs. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9370 et l'euro s'échange à CHF 1,0496. MARCO LEVIS Gestion de fortune - Bulle 026 309 41 42

  • Quo vadis ?

    MARCHES INTERNATIONAUX Les intervenants s’interrogent de plus en plus sur les marchés et surtout dans quelle direction ceux-ci vont-ils se diriger. De plus en plus d’investisseurs pensent que les banques centrales n’auront d’autres choix que de relever leurs taux directeurs, vu les hausses de prix que nous observons. Les politiques monétaires ont été tellement accommodantes qu’à la longue elles ne peuvent que porter leurs fruits. En outre et clairement, la pandémie du Covid 19 a joué un rôle déterminant en rebrassant les équilibres économiques dans le monde. L’approvisionnement a été chamboulé, la production aussi et donc les frais ont pris l’ascenseur. A ceci, on peut ajouter que les consommateurs ont été stimulés après une année 2020 de restrictions. En 2022, certains paradigmes vont être redéfinis et l’investisseur qui n’aime pas l’incertitude attend d’en savoir un peu plus avant d’aller de l’avant. On peut penser que la fin de l’année se fera dans un mode « wait and see ». Au Royaume-Unis, la reprise économique se poursuit avec une forte demande des consommateurs. Cependant, l’inflation grimpe aussi à 4,2% et une hausse des taux par la Banque d’Angleterre avant la fin de l’année semble de plus en plus probable. MARCHE SUISSE Notre marché n’échappe pas à la morosité ambiante. A quelques instants de la clôture, le SMI est en recul passant sous la barre des 12'400 points, avec une baisse de 1,20%. Peu de titres réussissent à progresser durant cette séance. Crédit Suisse, Holcim et Novartis tirent leur épingle du jeu avec des hausses intéressantes de près de 1%, avec Crédit Suisse qui effectue la meilleure progression de 1,20%. Une des moins bonnes performances est pour l’action Lonza en nette baisse de plus de 5%. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9335 et l'euro s'échange à CHF 1,0498. MARCO LEVIS Gestion de fortune - Bulle 026 309 41 42

  • Jerome Powell reconduit à la Fed

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La nouvelle du jour nous vient des Etats-Unis avec la reconduction, par Joe Biden, de Jerome Powell en tant que président de la Réserve Fédérale pour un bail de 4 ans. Cet ancien banquier d’investissement de Carlyle âgé de 68 ans est un républicain modéré qui avait été nommé, adoubé puis honni par Donald Trump suite aux augmentations de taux décidées en 2018. Il a bénéficié du soutien de Janet Yellen qui l’avait précédé à la tête de Fed et qui est désormais responsable du trésor américain. Ce renouvellement doit encore être validé par le Sénat. Les extrêmes politiques le critiquent fortement mais il devrait bénéficier du soutien de la majorité des sénateurs. Son principal défi sera de relever les taux au moment opportun afin d’éviter de casser la reprise économique ou de laisser l’inflation s’emballer. MARCHÉ HELVÉTIQUE Notre indice démarre la semaine gentiment et termine sur une légère baisse 0,27% à 12’510 points. L’action de la Compagnie Financière Richemont réalise la meilleure performance de l’indice avec un gain de 0,98% à 139,25 francs. À l’opposé on trouve, une fois n’est pas coutume, Geberit qui abandonne 2,84% à 719,40 francs. En effet, les analystes de Kepler Chevreux ont revu leur objectif à la baisse sur l’action de la société saint-galloise, le passant de 660 à 645 francs, car ils estiment que la croissance et les marges devraient baisser l’année prochaine alors que les prix des matières premières augmentent. L’opposition de style se poursuit chez les deux premières banques de notre pays, UBS gagnant 0,86% à 16,38 francs alors que Credit Suisse reculait de 0,92% à 9,06 francs. La banque aux trois clés proposera l’ancien président de Morgan Stanley, M. Colm Kelleher, en remplacement d’Axel Weber lors de sa prochaine assemblée générale. À noter encore l’acquisition de deux concurrents par Vifor Pharma (+0.08% à 119,05 francs). Ces entreprises développent des traitements contre la calcification vasculaire progressive et les affections des tissus mous. DEVISES L’euro (-0.06% à 1,0475) se rapproche de la parité alors que le billet vert reprend quelques couleurs contre notre monnaie (+0.12% à 0,9302). STEPHANE PEREY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 34

  • L’Euro s’affaiblit

    MARCHES INTERNATIONAUX La journée de vendredi a été marquée par l’annonce du gouvernement autrichien de confiner la totalité de sa population, y compris les personnes vaccinées ou guéries. Dans le sillage de cette nouvelle, l’Allemagne a également imposé de nouvelles restrictions plus sévères, destinées aux personnes non-vaccinées. Ces décisions ont pesé sur les principaux marchés mondiaux, qui affichaient globalement une baisse de 0.5 à 1%. En conséquence directe, les titres du secteur de l’aviation, du tourisme et de l’énergie cédaient le plus de terrain, tandis que les valeurs de la santé et de la technologie affichaient les meilleures performances. Aux Etats-Unis, le plan de réformes sociales de M. Biden a remporté une victoire supplémentaire, en étant approuvé par la Chambre des représentants. Ce programme de USD 1'800 milliards prévoit les plus gros investissements dans les travaux publics de puis plus de 60 ans aux USA. La prochaine étape cruciale sera la validation de ce plan par le Sénat. MARCHE SUISSE L’indice SMI affichait vendredi une meilleure forme que ses équivalents européens, en évoluant à l’équilibre à quelques minutes de la clôture. Logitech profitait des nouvelles inquiétudes liées à la pandémie et gagnait 5%. Les valeurs pharmaceutiques ont également terminé en hausse, avec Lonza en tête (+2%), suivie par Novartis et Roche (+0.5%). Richemont a été le titre le moins performant de la journée (-3%), suite à de probables prise de bénéfices sur cette valeur qui a brillé depuis le début de l’année (+75%). Les valeurs financières évoluaient également toutes dans le rouge pour clôturer la semaine. MONNAIES L’euro a continué à s’affaiblir contre le CHF pour toucher le niveau le plus bas de ces dernières années à 1.0447. Il s’agit plus d’une faiblesse de l’EUR que d’une vigueur du CHF, car la Banque Centrale Européenne doit maintenir une politique ultra-accommodante, toute en voyant les chiffres de l’inflation sur un an dépasser les 4%. XAVIER BLANC Gestion de fortune – Bulle 026 309 40 14

  • Coup de froid et Kleenex !

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La situation mondiale fait état d’une augmentation globale des cas de Covid sur la plupart des continents, Europe, Corée du Sud, Chine et Amérique du Nord. Vacciné ou pas, vous pourrez prochainement prendre la nouvelle « pilule » anti-covid, dont on ne connaît pas encore la couleur… ! Elle est en préparation dans les laboratoires du géant Pfizer ! Des incertitudes viennent un peu ternir la bonne humeur des marchés, malgré les annonces des bons résultats des entreprises américaines. Les craintes d’inflation donnent un sentiment partagé pour les investisseurs. Le plafond de la dette, encore un sujet non résolu, selon les dires de Madame Janet Yellen qui affirme que le gouvernement fédéral risque d’avoir des difficultés à honorer ses échéances pour le 15 décembre prochain. Si l’on observe le marché obligataire, un point de base fébrile supplémentaire depuis la veille, soit 1.59% pour les taux à 10 ans pour les bons du Trésor US. MARCHÉ HELVÉTIQUE Pour notre pays, nous observons quelques indicateurs. Les exportations sont en régression de 1.4% pour le mois d’octobre et les importations ont diminué de 2.3% pour ce même mois. L’industrie et la construction jouissent encore d’une augmentation par rapport à la situation d’avant pandémie. Bien entendu, l’hôtellerie a encore bénéficié d’une bonne fréquentation pour la période écoulée, en dépit de la météo estivale de cette année. Globalement, le manque de matières premières, la hausse des prix de celles-ci, ont d’un côté contribué à une érosion des marges dans le secteur de l’industrie. Pour l’année à venir, les carnets de commandes sont pleins, un effet positif à cet égard. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.92 et l'euro s'échange à CHF 1,05. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 309 41 70

  • Inflation or not inflation ?

    MARCHES INTERNATIONAUX Tout le monde constate que l’inflation est présente, dans toutes les régions économiques du monde. Le producteur augmente ses prix, l’importateur augmente ses prix, le transporteur idem et enfin le distributeur augmente ses prix, on ne peut échapper à cette spirale. Cependant, les grandes banques centrales ne bougent pas et tentent de calmer le jeu, par tous les moyens. On ne veut pas tuer la reprise dans l’œuf. En outre, les dettes publiques sont tellement astronomiques que les budgets nationaux en pâtiraient fortement. Cependant, une fois au l’autre, il faudra réagir et ça risque d’être plutôt sanglant, surtout si on tempère trop et trop longtemps. Aznavour disait qu’il parlait d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître… C’est vrai que la fin des années 80 et le début des années 90 sont un lointain souvenir. Mais l’histoire a tendance, malheureusement et même si c’est pour des raisons différentes, à se répéter. Au Royaume-Uni, la Banque d’Angleterre avait annoncé une hausse des taux, pour se rétracter au dernier moment. En octobre, l’inflation bondit à 4,2% ! La hausse des prix est tellement rapide qu’elle prend de cours même les analystes les plus pointus. Heureusement, les chiffres de l’emploi s’améliorent aussi et le chômage poursuit son repli à 4,3%. Au Canada, l’inflation est à 4,7% en octobre et sa banque centrale pense rehausser ses taux dans la première moitié de l’année prochaine. MARCHE SUISSE A quelques minutes de la clôture, le SMI progresse quelque peu vers les 12'600 points, en ayant pris soins d’établir un nouveau record, au passage. On constate une très belle performance de l’action Crédit Suisse, en hausse de près de 3%. Il y a peu de perdants sur cette journée. Zurich subit quelques petites prises de bénéfice en reculant en direction des 400 francs. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9290 et l'euro s'échange à CHF 1,0515.

  • Projection au sommet

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La bourse américaine connaît une hausse orientée par deux bons indicateurs macroéconomiques et des résultats meilleurs qu'attendus des deux géants de la grande distribution, Walmart et Home Depot. Les ventes au détail sont en hausse de 1,7% en octobre par rapport à septembre. L’indicateur de la production industrielle est également en hausse et progresse de 1,6%, aidé aussi par une augmentation de la capacité de production. L’inflation est palpable, les prix à l’importation ont bondi de 1,2% contre 0,4% au mois de septembre. Certains magasins risquent de connaître des problèmes d’approvisionnement d’ici la fin de l’année, particulièrement en raison de l’offre élargie de produits pour Noël. Le motif principal est la hausse du prix du pétrole. Le carburant impacte directement le coût du frêt des cargos et bateaux. MARCHÉ HELVÉTIQUE Une surprise en ce mois de novembre, le pic du SMI se fait remarquer avec un nouveau record historique à 12'573,98 points vers le début de l’après-midi. Le géant de produits ophtalmiques Alcon gagne des parts de marché aux Etats Unis et développe de nouvelles lignes de production. Cela tend à améliorer la croissance organique des résultats à venir pour la société. Sa notation auprès de certains analystes passe de « Hold » à « Buy ». Côté banque, la tendance est clairement moins réjouissante pour le numéro deux helvétique, Credit Suisse Group, qui se voit dégrader son rating. La banque vient de lancer une première procédure de dédommagement avec les assureurs ayant couvert les risques pour les fonds Greensill. Elle vit un changement stratégique et va externaliser les services d’achats de matériel et de services dans un but de rationalisation. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.92 et l'euro s'échange à CHF 1,05. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 309 41 70

  • Naviguer dans la nébuleuse

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La bourse de Tokyo est en progression de 0,56% pour l’indice NIKKEI et de 0,39% pour l’indice Topix, malgré une baisse du PIB au troisième trimestre de 0,8%. La vague record de Covid-19 a bien entendu eu raison de l’activité, couplée à la pénurie mondiale de semi-conducteurs et autres composants pour l’industrie. En Chine, les ventes aux détails ont atteint un rebond inattendu avec 4.9% pour le mois dernier. Le nombre de cas de contamination au virus est largement inférieur à ceux enregistrés dans les autres pays. A la veille des prochains JO d’hiver de Pékin qui débuteront le 4 février 2022, la vie est redevenue presque à la normale dans le pays. L’immobilier étant le fer de lance principal du pays, à l’heure du risque de faillite de certains promoteurs comme Evergrande, le risque épidémique pourrait avoir un impact assez négatif sur l’économie. Du reste, les prix de l’immobilier neuf sont en repli en octobre. A contrario, la production industrielle se porte bien avec une croissance de 3.5% pour ce même mois. Les pays européens prennent des mesures assez fortes pour freiner la progression des contaminations au coronavirus. L’heure est aux négociations entre le Japon et les Etats Unis au sujet des contraignants droits de douane sur l’acier et l’aluminium que M. Donald Trump avait infligé en juin 2018. Mesdames Tai et Raimondo, représentantes américaines, rencontrent le premier ministre Monsieur Hagiuda, pour traiter d’une nouvelle coopération à améliorer dans plusieurs domaines, comme les semi-conducteurs. MARCHÉ HELVÉTIQUE Une journée brumeuse à la bourse de Zurich, qui se déroule finalement plutôt en baisse. Le fabricant d’appareils auditifs Sonova est en baisse. En raison des difficultés à s’approvisionner en cette période de pénurie de semi-conducteurs, un ralentissement est attendu au deuxième semestre. Malgré tout, son bénéfice net a rebondi de 48,5% pour atteindre 301,9 millions de francs. On peut statuer sur un résultat au niveau des attentes et les analystes confirment leur confiance dans cette entreprise. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.92 et l'euro s'échange à CHF 1,05. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 309 41 70

  • Sika s'envole

    MARCHÉS INTERNATIONAUX A la Bourse de Tokyo, le Nikkei a progressé de 0,59% profitant d’achats à bon compte sur des valeurs jugées sous-valorisées alors que la saison des publications de résultats d’entreprises se poursuit. Les Bourses chinoises étaient aussi orientées à la hausse, soutenues par le rebond des valeurs immobilières en raison d’anticipations d’un assouplissement de la politique de Pékin sur le secteur. L’indice CSI 300 a ainsi progressé de 1,61% et le Shanghai Composite a clôturé en hausse de 1,15%. En zone Euro, l’économie s’est bien redressée après la récession historique provoquée l’an dernier par la crise sanitaire et la Commission européenne estime que l’expansion se poursuivra l’an prochain, malgré la nouvelle vague de contaminations. La croissance du PIB est particulièrement forte en France (+6,6%) ainsi qu’en Italie (+6,2%) tandis qu’en Allemagne, première économie européenne, la progression n’est « que » de 2,7%. A Wall Street, Elon Musk a procédé à la cession d’actions Tesla pour environ 5 milliards de dollars, et devrait être en voie d’achever sa vente de 10% de participation au cours des prochains jours. MARCHÉ SUISSE A la Bourse de Zurich, l’action Sika (+10,88%) a crevé le plafond après l’annonce du rachat à un fond d’investissement américain, de l’allemand MBCC, ancienne filiale du géant BASF spécialisée dans les matériaux de construction, dont la valeur est estimée à 5,5 milliards de francs. Avec cette acquisition, qui fera de Sika le numéro un incontesté dans la chimie de la construction, la multinationale zougoise espère porter son chiffre d’affaires, dès 2023, à 13 milliards de francs, contre 8 milliards actuellement. La transaction, dont la finalisation est attendue pour la deuxième moitié de l’année prochaine sous réserve des autorisations d’usage, est génératrice de valeur pour les actionnaires et devrait se refléter positivement dans le bénéfice par action dès la première année complète d’activité. David Hartmann Gestion de fortune 026 350 74 29

  • Novartis cède Roche

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La décision du comité de la Réserve fédérale américaine de diminuer dès ce mois ses rachats d’obligations du Trésor et de titres adossés à des prêts hypothécaires était largement anticipée, mais les marchés financiers ont été soulagés que la Fed ne semble pas pressée de relever ses taux directeurs. Cette conclusion a poussé la Bourse de New York vers de nouveaux sommets historiques. Les autres places financières ont eu le même entrain. A Hong Kong, l’indice Hang Seng a progressé de 0,80% et l’indice composite de Shanghai a fait légèrement mieux avec plus 0,81%. Au pays du Soleil levant et après un jour férié, l’indice Nikkei des 225 valeurs vedettes japonaises a gagné 0,93%. Le constructeur automobile Toyota a participé à cette hausse en relevant ses prévisions de bénéfice net et opérationnel pour son exercice en cours, et ceci en dépit de la pénurie de composants électroniques et semi-conducteurs. MARCHÉ SUISSE Nos indices helvétiques ont terminé dans le vert. Le Swiss Market Index prend 0,16% et l’indice élargi Swiss Performance Index monte de 0,42%. Du côté des sociétés, le groupe pharmaceutique Novartis annonce la vente de sa participation de 53,3 millions de titres au porteur Roche, qu’il détient depuis plus de vingt ans. L’acquéreur n’est autre que son concurrent bâlois Roche. Cette transaction représente un montant de quelques 19 milliards de francs. La banque aux deux voiles Credit Suisse a publié ses résultats financiers du troisième trimestre. Le bénéfice net se monte à 434 millions de francs, en recul de 20,5% sur un an. Le produit d’exploitation a augmenté de 5% à 5,437 milliards de francs. A la suite de ses chiffres publiés mercredi, le groupe de technique sanitaire Geberit voit la banque d’investissement Berenberg adapter son objectif de cours à la baisse. Ce dernier passe de 723 à 703 francs, accompagné d’une recommandation inchangée à garder. JEROME DOUGOUD Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 24

  • Optimisme avant la Fed

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les places boursières européennes progressent, à l’exception de Londres qui voit son indice Footsie reculer de 0,19% plombé par les groupes miniers. Le DJ Eurostoxx 50 avance de 0,37% à 4'194,8 points, la tendance ayant été soutenue par le secteur de la santé. La progression des indices est toutefois limitée à la veille des conclusions de deux jours de débats du comité de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed) qui devrait déboucher sur le début de la réduction des achats d’actifs. Au chapitre macroéconomique, la croissance de l'activité manufacturière en zone euro a souffert en octobre des goulets d'étranglement dans les chaînes d'approvisionnement et des problèmes logistiques, qui ont fait grimper le coût des intrants. A Wall Street, les marchés démarrent la séance dans le vert portés par les résultats des sociétés qui continuent de battre des records et les attentes des analystes. Pfizer rebondit de près de 5% après avoir révisé à la hausse sa prévision de vente de son vaccin contre le Covid-19. MARCHÉ SUISSE En Suisse, l’humeur est aussi festive, le Swiss Market Index regroupant les vingt valeurs phares rebondit de 0.86% à 12'321 points, atteignant son plus haut niveau de la journée. Les trois poids lourds, Nestlé (0,2%), Novartis (0,3%) et Roche (2,4%) achèvent la journée en territoire positif, Roche se place sur la plus haute marche du podium. Sur le marché plus élargit, nous pouvons noté en particulier AMS et Adecco qui affichent respectivement des pertes de 8,44% et 4% après des prévisions trimestrielles jugées décevantes. Du côté des données macroéconomiques suisses, les chiffres d’affaires du commerce de détail sont ressortis à des niveaux quasiment identiques que le mois précédent, maintenant ainsi une progression confortable sur un an. Quant aux chiffres d’inflation, ils ont été soutenus par les carburants alors que le marché automobile helvétique continue de souffrir à cause de la pénurie de composants à l'échelle mondiale. JULIE CAMBOU Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 99

  • RUMEUR SUR TEMENOS

    MARCHÉS INTERNATIONAUX À la Bourse de Tokyo, le Nikkei a terminé la journée de mercredi sur un léger recul de 0,03% après sa nette progression de la veille, pénalisé par le repli de Canon (-5,89%) en réaction à son avertissement sur résultats et par la prudence de mise avant les élections législatives de dimanche. En Chine continentale, le repli des valeurs liées au charbon, qui sont soumises à une pression accrue des autorités face à la hausse des prix, a pesé sur les marchés, faisant baisser l’indice CSI 300 des grandes capitalisations de 1,31%. À la Bourse de Hong Kong, c’est le recul des valeurs technologiques qui a pénalisé l’indice Hang Seng, lequel s’est délesté de 1,57%. En Allemagne, le ministre de l’économie Peter Altmaier a indiqué que le PIB devrait connaître une hausse de 2,6% sur l’année 2021, une reprise post-pandémie nettement moins forte qu’attendue en raison des perturbations des chaînes d’approvisionnement qui occasionnent des pénuries de matières premières et de composant, accroissant les tensions inflationnistes. En France, le nombre de chômeurs dans la catégorie des travailleurs à plein-temps a enregistré une baisse de 5,5% au troisième trimestre selon les chiffres du ministère du travail, qui précise qu’en incluant l’activité réduite, la baisse du nombre de demandeurs d’emploi s’inscrit à 1,9%. MARCHÉ SUISSE À la Bourse de Zurich, le développeur de logiciels bancaires Temenos (+8,27%) était sous le feu des projecteurs après des informations de Bloomberg indiquant que le fonds d’investissement suédois EQT évalue une potentielle acquisition du groupe genevois dont la valorisation boursière atteint 9,1 milliards de francs. Selon les calculs de Bloomberg, cette acquisition, en cas de succès de l’opération, serait la plus importante pour une entreprise cotée en Europe en 2021. Sur le marché élargi, Sulzer (+0,44%) a enregistré pour 803 millions de francs d’entrées de commandes entre juillet et fin septembre, soit une hausse de 15,7% sur la même période par rapport à l’an dernier. David Hartmann Gestion de fortune 026 350 74 29

  • UBS dépasse les attentes

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Mardi, à Hong Kong, l’indice Hang Seng a plié de 0,36% et l’indice composite de Shanghai a terminé en recul de 0,34%. A la Bourse tokyoïte, l’indice Nikkei des 225 valeurs vedettes japonaises a clos en progression de 1,77%, boosté par un sondage sur les futures élections, qui accrédite une possible victoire du Parti libéral-démocrate (PLD) du Premier ministre Fumio Kishida. Ceci lui permettrait de maintenir une confortable majorité au Parlement. MARCHÉ SUISSE Nos indices helvétiques ont terminé dans le vert. Le Swiss Market Index monte de 0,69% et l’indice élargi Swiss Performance Index progresse de 0,61%. Du côté des nouvelles d’entreprises, le géant bancaire helvétique UBS (+1,25% à 16,565 francs) a publié pour le troisième trimestre des résultats supérieurs aux attentes des analystes. Le bénéfice net a atteint 2,28 milliards de dollars, en progression de 8,9% sur un an. La banque aux trois clés revendique une bonne performance dans toutes les régions et dans l’ensemble de ses divisions. Autre société à présenter ses résultats, le concepteur de logiciels et périphériques informatiques Logitech a communiqué ses chiffres pour son 2ème trimestre décalé (juillet-septembre). Le chiffre d’affaires a augmenté de 4% sur un an à 1,31 milliard de dollars, mais la tendance n’a pas été la même pour le bénéfice net, qui est en recul de 43,6% à 180,4 millions. La raison est surtout due à la hausse des dépenses dans le marketing, la recherche et développement, couplé à l’augmentation des coûts au niveau de la logistique et des composants. La banque britannique Barclays revoit légèrement à la baisse son objectif de cours pour l’action du chimiste de la construction Sika, qui passe de 380 à 370 francs. La recommandation sur le titre est maintenue à surpondérer. JEROME DOUGOUD Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 24

  • Une vague de résultats se profile

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les places boursières européennes évoluent dans le désordre durant la journée, tiraillées par les mêmes questions sur la reprise de l’inflation et de l’éventuel resserrement monétaire des banques centrales qui en découlerait. La Banque centrale européenne se réunit jeudi et devrait jouer la carte de la prudence en maintenant son biais expansif pour soutenir la croissance. A la clôture, le DJ Eurostoxx 50 avance de 0,14% à 4'194,8 points. A Wall Street, les marchés démarrent la séance en timide hausse, les investisseurs préférant attendre la vague de résultats trimestriels prévus ces prochains jours avec notamment les sociétés du secteur technologique. La semaine sera effectivement chargée puisque près d’un tiers des sociétés de l’indice S&P500 vont dévoiler leurs chiffres pour le trimestre dont les grands noms sont Apple, Alphabet, Amazon, Boeing, Ford ou General Motors. Jusqu’à présent, la plupart des sociétés ont publié des résultats supérieurs aux attentes, Facebook les dévoilera après la clôture des marchés. Tesla a reçu une commande de 100'000 Model 3 par le loueur de voitures américain Herz, le titre avance plus de 6% lors des premiers échanges. MARCHÉ SUISSE En Suisse, l’humeur est plutôt vacillante en ce début de semaine avec peu d’événements à se mettre sous la dent d’autant plus que de grands rendez-vous vont avoir lieu ces prochains jours avec les vagues de résultats trimestriels et les comités de politique monétaire. Le Swiss Market Index a oscillé tantôt dans le rouge et tantôt dans le vert et c’est finalement avec un gain dérisoire de 0,06% à 12'063,17 points qu’il termine sa journée. Le podium se compose d'UBS (+1,8%), Sonova (+1,5%) et Credit Suisse (+1,4%). UBS publie ses résultats mardi alors que Credit Suisse ne semble pas souffrir des nouvelles révélations sur l’affaire de filatures sanctionnée par le gendarme financier Finma. Novartis (-0,9%) essuie un nouvel échec clinique avancé avec son « canakinumab » contre un type de cancer du poumon. JULIE CAMBOU Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 99

  • Rieter puissance 4

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Pour la dernière séance avant le week-end, les places financières asiatiques ont été rassurées par l’annonce positive concernant le groupe immobilier chinois Evergrande, lourdement endetté. En effet, ce dernier a informé avoir effectué un versement de 83,5 millions de dollars afin de régler les intérêts d’une obligation datant du 23 septembre. Cependant, le géant de l’immobilier a bénéficié d’un délai de grâce d’un mois, ce qui lui a permis d’éviter in extremis un défaut de paiement. Evergrande n’est pas pour autant sauvé, car dans un avenir proche, il devra rembourser plusieurs milliards de dollars. La Bourse de Hong Kong a avancé de 0,42%. Au pays du Soleil levant, l’indice Nikkei des 225 valeurs vedettes a gagné 0,34% mais, sur l’ensemble de la semaine, il affiche une perte de 0,9%. MARCHÉ SUISSE Nos indices helvétiques ont terminé la journée en légère hausse. Le Swiss Market Index grignote 0,14% et se maintient sur la barre psychologique des 12'000 points. L’indice élargi Swiss Performance Index monte de 0.18%. Du côté des sociétés, sur les neuf premiers mois de l’année, le fabricant zurichois de machines textiles Rieter a vu ses entrées de commandes multipliées par près de quatre par rapport à il y a un an, pour atteindre une somme totale de 1,67 milliard de francs. L’entreprise explique cet envol par l’effet de rattrapage lié à la crise sanitaire ainsi qu’un déplacement de la demande hors du marché chinois. Sur la même période, le chimiste de la construction Sika a réalisé un chiffre d’affaires en progression de 18,2% à 6,86 milliards de francs, ainsi qu’un bénéfice net qui a bondi de 36,3% à 765,1 millions de francs, ce qui est en ligne avec les estimations des analystes. A la suite des résultats de la multinationale de l’agroalimentaire Nestlé, les établissements bancaires Goldman Sachs et UBS ont revu leur objectif de cours à la hausse. Le premier le fixe à 130 francs et le second est un peu plus optimiste avec 135 francs. Tous les deux s’accordent sur une recommandation à l’achat. JEROME DOUGOUD Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 24

  • Nestlé dépasse les attentes

    L’action du géant alimentaire Nestlé tenait le haut du pavé mercredi à la Bourse suisse, après la publication de ses chiffres du troisième partiels qui étaient nettement supérieurs aux attentes, et ce malgré une base de comparaison spécialement élevée lors des deux premiers trimestres. Les analystes ont été impressionnés par la performance de la multinationale veveysane, qui, dans la foulée, a relevé ses objectifs annuels. Les ventes réalisées entre janvier et septembre se sont montées à 63,3 milliards de francs, ce qui correspond à une croissance organique de 7,6%, soutenue par une progression d’au moins 6,4% dans cinq des sept catégories de produits, notamment ceux à plus forte rentabilité que sont le café et les aliments pour animaux, alors qu’en termes de volumes (RIG), la croissance s’est établie à 6%. Durant cette période, Nestlé a ajusté ses prix de manière responsable tout en parvenant à maintenir une forte croissance interne réelle, selon les déclarations de son administrateur délégué Mark Schneider, lequel se félicite que le groupe ait été à même de gérer l’inflation des coûts ainsi que les contraintes d’approvisionnement. La seule ombre au tableau vient du fait que le groupe veveysan n’est pas parvenu à redresser la marche des affaires en Chine, lesquelles sont grevées par les aliments pour bébés et nourrissons. Le faible volume des produits de ce segment écoulés au troisième trimestre dans le pays le plus peuplé du monde ont péjoré l’ensemble de la région Asie, Océanie, Afrique subsaharienne. Les activités d’alimentation pour bébés connaissent des difficultés depuis quelques temps dans l’Empire du milieu, ce qui a obligé la multinationale vaudoise à se concentrer davantage sur ce segment, en élargissant notamment sa palette de produits. Au vu de l’importance du marché chinois à l’échelle du groupe, le pays sera considéré dès l’année prochaine comme une zone géographique à part entière, sous l’appellation « Greater China ». David Hartmann Gestion de fortune 026 350 74 29

  • Nestlé et Roche plombent le SMI

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les places boursières européennes évoluent dans le désordre durant la journée, tiraillées par la question de la reprise de l’inflation et de l’éventuel resserrement monétaire des banques centrales qui en découlerait. Au final c’est l’optimisme qui l’emporte, le DJ Eurostoxx 50, indice regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, avance de 0.37% à 4'166,8 points. A Wall Street, les investisseurs mettent temporairement ces questions de côté et se focalisent sur les publications de résultats qui continuent de battre des records. Cette journée est aussi symbolique pour la popularisation des cryptomonnaies puisque la bourse américaine accueille son premier fonds indiciel lié au bitcoin. MARCHÉ SUISSE Le marché suisse est pénalisé par ses poids lourds Nestlé (-1.8%) et Roche (-1,7%), la veille de la publication de leurs résultats. Pour Nestlé, les analystes affichent des prévisions plutôt disparates, curieux de connaître l’impact de l’inflation et de la hausse des coûts des matières premières sur les marges du groupe. Au troisième trimestre, les résultats du géant veveysan devraient encore progresser mais probablement à un taux inférieur en raison de la base de comparaison élevée. De son côté, Roche annonce l’échec de l’étude de phase 2 sur un antiviral oral contre le Covid-19 (réalisé par son partenaire américain Atea Pharmaceuticals). Novartis, en revanche, soutient l’indice grâce à sa progression de 0,5%. Au final, le Swiss Market Index recule de 0,21% à 11'942,7 points. Le commerce extérieur suisse se porte plutôt bien grâce aux produits chimiques et pharmaceutiques. Les exportations atteignent un nouveau pic historique à 63 milliards de francs. Les exportations horlogères poursuivent leur lancée positive en atteignant près de 1,9 milliards de francs, soit une hausse de 16.6% sur un an, la Chine et les Etats-Unis étant les plus gros contributeurs de ce succès. JULIE CAMBOU Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 99

  • Cycle économique

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Selon les derniers chiffres économiques et d’après la théorie financière, il semblerait que l’économie mondiale a basculé dans la deuxième phase du cycle économique qui comporte trois phases. La première phase du cycle, débutée il y environ une année, est souvent marquée par une forte accélération de la croissance du PIB, une absence d’inflation et une politique monétaire accommodante. La deuxième phase du cycle se définit quant à elle par une croissance économique plus faible, une légère reprise de l’inflation et une normalisation de la politique monétaire. La dernière phase est généralement marquée par un ralentissement de la croissance économique et par le resserrement des politiques des banques centrales. Les données actuelles en provenance des différentes banques centrales souhaitant débuter la réduction de leurs interventions, la hausse de l’inflation ainsi que les pénuries de matériaux vont certainement freiner la croissance économique. Ces divers signaux, qui devraient encore être confirmés, tendraient significativement vers un changement de cycle synonyme d’une volatilité accrue sur les marchés financiers. MARCHÉ HELVÉTIQUE Sur le marché suisse, l’action Temenos a lourdement chuté à la Bourse de Zurich ce vendredi. Malgré des résultats du 3ème trimestre en ligne avec les attentes du marché et la confirmation de ses objectifs pour 2021, certains analystes ont diminués leurs estimations entrainant une de baisse de -13.74% du titre. Les meilleures performances du jour sont réalisées par Credit Suisse (+1.92%), Richemont (+1.2%) et Swiss Life (+1.17%). Principaux détracteurs, Logitech (-1.91%), SGS (-0.51%) et Alcon (-0.14%). MATIÈRES PREMIÈRES Sur le marché des matières premières, les prix du pétrole continuaient vendredi leur ascension après un nouveau rapport de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) annonçant une hausse de ses prévisions pour la demande mondiale de pétrole en 2021 et 2022 principalement utilisé en remplacement du gaz et du charbon devenus hors de prix. NICOLAS TERCIER Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 28

  • Accalmie passagère

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La bourse de Tokyo terminé la séance dans le rouge pâle après la clôture des marchés américains. Le Nikkei baissait de 0,32%. Les inquiétudes étaient toujours présentes au sujet de l’inflation et nous constations une attitude attentiste due à la future publication trimestrielles des résultats. Causes partielles de l’inflations, les goulets d’étranglement dans les chaînes d’approvisionnement mondiales ont engendré une baisse des prévisions de croissance du PIB par le Fonds monétaire international. Même le géant Apple n’est pas épargné. Le colosse de la Silicon Valley a annoncé qu’il ne pourrait pas atteindre ses objectifs de production pour son nouvel iPhone à cause de la pénurie mondiale de micro-processeurs. Le prix de l’or noir connaît une pause dans son ascension fulgurante. On commence à percevoir les dangers de la hausse des prix de l’énergie. Certes, selon les analystes ceux-ci pourrait menacer la reprise économique post-covid s’il venait à trop augmenter. En Europe, les indices principaux évoluaient dans le vert en milieu d’après-midi. Le DAX progressait de près de 0,8% à la mi-journée alors que le CAC 40 faisait légèrement moins bien en grapillant 0,4%. Le marché allemand était soutenu par SAP qui voyait son objectif de cours relevé. En France, c’était LVMH qui jouait le rôle de catalyseur. Le groupe parisien a annoncé qu’il poursuivait sa croissance à un niveau supérieur aux attentes des analystes. MARCHÉ SUISSE La bourse suisse a connu une journée similaire à celle de ses homologues européens. En baisse en début de journée, le SMI a bien su se reprendre pour terminer la journée sur un gain de 0,49% à 11'814,59 points. Comme tous les acteurs du marchés, les intervenants de notre pays avaient les yeux rivés sur l’annonce future de l’inflation en septembre aux Etats-Unis et les Minutes de la Fed. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • Démarrage en douceur

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les marchés démarrent la semaine en douceur après le rebond enregistré en fin de semaine dernière. À cause du décalage, Tokyo a clôturé la première séance de la semaine sur un gain de 1,6% tandis que Paris et Francfort terminent proches de l’équilibre. Merck a demandé une homologation en urgence à l’agence américaine du médicament (FDA) de sa pilule contre le Covid-19. La prise de ce traitement quelques jours après un test positif réduit de moitié les risques d’hospitalisation et de décès selon un essai clinique effectué par le laboratoire américain. Un accord a été passé avec certaines Etats, dont les Etats-Unis qui ont déjà précommandé 1,7 millions de doses en cas d’approbation par l’autorité sanitaire. MARCHÉ HELVÉTIQUE Notre indice a évolué une grande partie de la séance en territoire négatif avant de finalement clôturer sur un gain de 0,06% à 11’771 points. La meilleure performance du jour est réalisée par Richemont qui continue sa remontée avec une hausse de 0,95% à 101,15 francs. À l’opposé on trouve Holcim qui abandonne 1,40% à 44,33 francs, toujours pénalisé par la crise immobilière en Chine, les problèmes juridiques de l’affaire Lafarge en Syrie ainsi que le plan de relance américain qui tarde à démarrer. ABB (-0,55% à 30,52 francs) devrait publier de bons chiffres au niveau du carnet de commandes mais souffrirait du manque de composants donc du retard dans la production selon plusieurs analystes. Roche (+0,55% à 362,60 francs) a toujours le vent en poupe après avoir obtenu un statut particulier auprès de la FDA concernant un traitement contre la maladie d’Alzheimer. De plus, le groupe bâlois a soumis une demande d’autorisation à l’agence européenne des médicaments concernant son traitement contre le Covid-19. Credit Suisse clôture en hausse de 0,33% à 9,66 francs malgré un article du Financial Times annonçant du retard quant à la publication du rapport sur la débâcle Greensill, ce que la direction de la deuxième banque du pays a refusé de commenter. Ce rapport devrait sortir le 4 novembre, soit en même temps que les résultats trimestriels. DEVISES Le dollar et l’euro sont quasiment inchangés contre notre monnaie à respectivement 0,9266 et 1,0722. STEPHANE PEREY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 34

  • Bonne ou mauvaise nouvelle ?

    MARCHES INTERNATIONAUX La journée de vendredi a été marquée par la publication des chiffres de l’emploi aux Etats-Unis, données qui étaient particulièrement attendues par le marché. La principale statistique était la création d’emplois durant le mois de septembre, qui s’est élevée à 194'000 places de travail, bien en-dessous des attentes qui se situaient aux alentours de 450'000. Ces chiffres étaient donc clairement décevants, surtout en comparaison avec la création d’emplois du mois d’août (366'000 postes en plus). Mais le marché a apparemment décidé de voire le verre à moitié plein et a préféré se concentrer sur les bonnes nouvelles du rapport : la baisse du taux de chômage à 4.8% et l’augmentation des salaires de 0.6% par rapport au mois passé. Les indices américains ouvraient donc en légère hausse, tandis que leurs homologues européens évoluaient proche de l’équilibre. Tous les regards sont désormais tournés vers les résultats du troisième trimestre, qui commenceront à être annoncés par les entreprises la semaine prochaine. MARCHE SUISSE Notre indice national était parfaitement corrélé aux autres places boursières, avec une performance neutre par rapport à la veille. Les gagnants de la journée étaient Credit Suisse et Roche, qui ont tous les deux affiché une hausse de 1%. Une fois n’est pas coutume, Partners Group fermait la marche en perdant plus de 2%, ce qui ne l’empêche pas d’afficher toujours la meilleure performance 2021 du SMI avec +40%. Dans le marché élargi, à noter la forte baisse du titre Zur Rose (-5%), qui a vu la recommandation d’un analyste être diminuée de « Acheter » à « Conserver ». MONNAIES ET MATIERE PREMIERES L’EUR/CHF a clôturé sa semaine de baisse à 1.0725, tandis que l’USD/CHF restait plus stable à 0.9270. Le pétrole WTI a quant à lui franchi la barre des USD 80.- pour la première fois de l’année. XAVIER BLANC Gestion de fortune – Bulle 026 309 40 14

  • Montagnes russes

    Décidément la semaine est riche en émotions et en retournement de situation. C’est le cœur bien accroché qu’on traverse ces montagnes russes avec une forte remontée des cours hier grâce à la perspective d’un accord entre républicains et démocrates sur quant au report de la date limite de relèvement du plafond de la dette. Finalement dans un monde boursier où l’interprétation et l’anticipation sont reines, on se réjouit non plus des décisions prises mais sur le fait de pas avoir besoin d’en prendre. Vive la pensée positive ! L’enjeu est tout de même important car un non relèvement du plafond de la dette entraine, faute de ressources, un arrêt partiel de l’administration américaine et une suspension possible du paiement des intérêts. On se donne donc rendez-vous en décembre pour un nouvel épisode. Cette embellie doit également son salut à une légère détente des prix de l’énergie qui ont flambé en quelques semaines, principalement sur la marché du gaz avec une progression spectaculaire depuis début septembre. On reparle d’un scénario de ‘’stagflation’’ qui associe stagnation de l’économie et une montée des prix. A cet égard, le rapport de l’emploi publié ce vendredi donnera de nouveaux éléments qui pourraient inciter la Réserve fédérale américaine à confirmer son programme de resserrement monétaire, restant le grand thème du moment à l’origine de ces mouvements de yoyo observés ces derniers jours. Les créations d’emploi seront-elles suffisantes pour justifier un tel resserrement ? That the question !

  • Reprise avortée

    Après une entame de semaine plutôt morose, les marchés se sont quelque peu réveillés ce mardi portés par des espoirs de reprise a Wall Street. Ce rebond plutôt technique des indices nécessitait d’être confirmé au vu d’un certain empressement de racheter, à bon compte, des titres baissiers ces derniers temps. Le constat a été plutôt amer ce mercredi avec une chute généralisée mais finalement contenue des places boursières grâce à redressement inespéré des cours outre-atlantique. Le contexte d’incertitude et le spectre d’une nouvelle augmentation de la dette américaine ont soudainement créer une forte tension sur les rendements du bon du Trésor, exprimant une pression plus forte sur les prix et l’inflation. En Allemagne, les commandes de l’industrie ont fortement reculé en août et dans l’Espace européen ce sont les ventes de détail qui battaient de l’aile, alimentant ce retournement des marchés. Dans ce marasme, la société pharmaceutique Bayer sortait légèrement la tête de l’eau grâce à une première victoire juridique dans le cadre des poursuites interminables engagées contre son désherbant Roundup accusé de provoquer des cancers. Un tribunal californien a jugé que le lien de causalité entre ce produit et le cancer contracté en 2016 par un enfant alors âgé de quatre ans. C’est le quatrième verdict et le seul pour l’instant en faveur de Bayer. Pour rappel, le géant allemand avait racheté en 2018 le fabricant de semences et de pesticides Monsanto et doit toujours s’en mordre les doigts face aux quelques cinq milliards provisionnés jusqu’ici pour indemniser les plaignants. Laurent Genoud Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 03

  • Léger mieux

    Après une entame de semaine plutôt morose, les marchés se sont quelque peu réveillés ce mardi portés par des espoirs de reprise des cours a Wall Street suite au trou d’air ressenti sur le Nasdaq lundi digérant la baisse de 5 % de Facebook confronté à une gigantesque panne. Le déficit commercial américain s’est encore creusé en août souffrant de la fermeté du dollar privilégiant les importations au détriment des exportations. L’indice PMI des directeurs d’achat s’est montré à son avantage dénotant un certain optimisme des entreprises. Dans l’ensemble et fort heureusement les principaux indicateurs économiques restent solides malgré les craintes sur l’inflation, les doutes sur la croissance chinoise et les difficultés financières du géant de l’immobilier Evergrande, les discussions autour du plafond de la dettes et enfin la montée des prix de l’énergie. Dans un tel climat, ce rebond des indices nécessitera confirmation car on sent un certain empressement de racheter, à bon compte, des titres baissiers ces derniers temps. Les valeurs pétrolières profitent pleinement de la hausse des cours du brut attisée par la non réaction de l’OPEP pour poursuivre leur redressement ou rattrapage affichant des performances avoisinant les 20 % sur les deux dernières semaines. Le moment fort de la semaine restera la publication des chiffres de l’emploi vendredi qui pourrait inciter la Réserve fédérale américaine à confirmer ou pas son programme de resserrement monétaire. Laurent Genoud Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 03

  • Dans la grisaille

    Les marchés ont entamé la semaine dans des tons maussades de fin d’été indien malgré une très belle fin de semaine passée sur les marchés américains. Lundi matin les futurs américains avaient déjà abandonné l’idée de rebond amorcée vendredi, ce qui s’est confirmé à l’ouverture avec un recul de Wall Street au-delà du pourcent. La prudence continue de dicter l’attitude des investisseurs soucieux du contexte inflationniste. L’enjeu reste le même, accompagner la reprise économique en évitant les chocs par une augmentation graduelle des taux pour contenir une inflation alimentée par l’aide monétaire massive injectée depuis plus d’un an dans une économie très affectée par la pandémie. La forte montée des prix du pétrole et les difficultés d’approvisionnement ont naturellement renforcé ces craintes. Petite nouvelle sur Aryzta qui publiait ses chiffres hier, considérés en ligne avec les attentes, concrétisant une bonne évolution de sa profonde restructuration entamée il y a deux ans. Malgré ce constat plutôt encourageant, l’impact des restrictions sanitaires sur les recettes du groupe a sanctionné le titre en recul de 10 % illustrant une certaine impatience des investisseurs. Côté Covid, la société américaine Merck a annoncé le développement d’une pilule, comparable au Tamiflu pour la grippe conventionnelle, capable de réduire sensiblement le risque d’hospitalisation et de décès. La perspective d’un premier traitement du virus se profile donc ce qui permet au titre Merck d’évoluer à contre-courant du marché avec un bond de 16 % depuis la fin de la semaine passée. La concurrence est décidément féroce sur ce marché porteur où à contrario Moderna voit son cours baisser de 30 % depuis une semaine subissant des forts mouvements de vente en faveur de Merck. Une pilule difficile à avaler pourrait-on dire ! Laurent Genoud Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 03

  • LE PIRE MOIS DE LA DECENNIE

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Nous avons survécu au mois de septembre et on peut mettre un point final à ce chapitre qui nous aura fait vibrer et pas qu’un peu. Comme chaque fin de mois et cette fois encore plus que les autres, car nous sommes en fin de trimestre, il est important de tirer un bilan intermédiaire et de constater ce qu’il s’est produit. C’est officiel, septembre 2021 sera élu le pire mois depuis 2011, ce qui fait de lui, le pire mois de la décennie. Nous sommes passés par tous les états d’âmes. En plus de ça, il faut noter que la Chine est en train de faire face à ce qui semble être une des plus grosses crises identitaires de son histoire en augmentant les inquiétudes quant à la crise énergétique qui s’accentue et qui s’ajoute à la progression de l’inflation qui ne semble pas du tout passagère. En gros, l’inflation devient vraiment un problème car il semble que nous ne soyons plus capables de produire suffisamment d’énergie pour tout le monde et tout ceci devient un cercle vicieux qui pèse fortement sur les marchés. Même sans avoir un master en Supply Chain management, on peut se rendre compte que le système est en train de s’agripper sur tous les obstacles qu’il trouve sur son chemin tel un petit enfant qui apprend à marcher et qui doit passer par-dessus ses blocs de Duplos posés par terre. Vous m’avez compris. Sur le mois, le Nasdaq s’est pris 5.7% de baisse en pleine figure et je demande un applaudissement pour les voisins Européens qui s’en sortent (pour une fois) mieux que les autres en ne baissant que de 4%. MARCHÉ SUISSE En Suisse nous sommes habitués à faire mieux que les autres et cette fois aussi nous l’avons fait en lâchant un bon 6.35%. Bravo à nous.     Gorgoni Marco Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • Marchés désorientés !

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Après le rebond de la veille, les marchés reculent légèrement mais semblent surtout ne pas savoir quelle direction prendre ! Le dilemme est : profiter des opportunités qui se sont créées ou prendre des bénéfices et attendre de voir ce qui va se passer au niveau de l’inflation et des taux d’intérêts ? Il n’y a bien évidemment pas de réponse claire à ce di-lemne et ce ne sont pas les données macroéconomiques publiées ce jour qui permettent d’avoir une idée plus précise. En effet, l’indice mesurant l’activité manufacturière dans la région de Chicago (ISM), qui est un bon indicateur de la situation pour l’ensemble des Etats-Unis, est toujours en progression mais celle-ci est moins forte que le mois précédent. Les carnets de commande sont en repli ce qui est négatif alors que les coûts de production ont reculé, ce qui est positif. Il en est de même concernant l’emploi avec un indicateur positif pour l’ISM tandis que les inscriptions hebdomadaires au chômage sont en progression pour la troisième semaine de suite. Les présidents des banques centrales américaine et européenne ont réaffirmé que la tension inflationniste était passagère. MARCHÉ HELVÉTIQUE Notre indice parvient en toute fin de séance à clôturer sur un gain de 0,12% à 11'642 points. La meilleure performance du jour est réalisée par Roche (+1,15% à 341,95 francs) dont son médicament Ronapreve s’avèrerait efficace pour réduire la charge virale des patients hospitalisés selon une étude clinique. La deuxième marche du podium est occupée par Swiss Life qui progresse de 0,89%. Sur la troisième marche on retrouve Givaudan et Lonza ex-aequo avec un gain de 0,69%. À l’opposé, Swiss Re réalise la pire performance avec un recul de 0,84%, suivie par Credit Suisse (-0,58%) et Novartis (-0,52%) qui a pourtant annoncé des résultats encourageants contre la malaria et l’urticaire selon des études cliniques. DEVISES Le dollar (-0,22%) et l’euro (-0,28%) reculent légèrement contre notre monnaie. STEPHANE PEREY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 34

  • Rebond généralisé

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La bourse de Tokyo a chuté à la suite de la sombre journée subie par les marchés internationaux mardi. En effet, le Nikkei dévissait de 2,17%. La chute de plusieurs grosses valeurs boursières américaines a entamé la confiance des investisseurs. Cette baisse connaît plusieurs causes. La première étant l’augmentation générale des prix de l’énergie. Ce facteur d’inflation qui à lui seul pousse les taux d’intérêts à la hausse. La deuxième se trouvait être une conséquence directe de la première. Les valeurs technologiques, friande de financement, se retrouvait négativement impactée par l’augmentation du coût des crédits. Aux Etats-Unis, les tensions restaient présentes entre les démocrates et les républicains. Les deux partis s’opposaient au sujet du projet de loi sur le plafond de la dette. Si un accord n’est pas rapidement trouvé, un shutdown de l’administration pourrait déstabiliser l’économie américaine. Ces incertitudes pesaient sur le moral des investisseurs. En Europe, les indices principaux ont bien rebondi après l’hécatombe de hier. Le DAX progressait de près de 1% à la mi-journée alors que le CAC 40 faisait légèrement moins bien. Airbus profitait d’une recommandation plus généreuse pour gagner plus de 2,5%. MARCHÉ SUISSE La bourse suisse a connu une journée similaire à celle de ses homologues européens. En hausse de 1,24%, le SMI clôturait à 11'628,33 points. L’indice élargi engrangeait 1,07% et terminait la journée à 15'016,78 points. Au chapitre des gagnants, nous comptions Nestlé. Après la baisse enregistrée hier, la société veveysane a rattrapé 2,27%%. Grand ciel bleu également pour les sociétés actives dans le domaine pharmaceutique. Roche enregistrait un gain de 1,64 %, imité par Novartis qui s’enrichissait de 1,46%. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • Net repli des indices

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les indices boursiers évoluent largement en territoire négatif. Cela est dû notamment à la fin possible de l’argent très bon marché suite aux annonces des banques centrales indiquant un futur resserrement de leurs politiques monétaires. De plus, la crainte d’une inflation non maîtrisée vient se rajouter au marasme ambiant. En effet, le renchérissement du prix des matières premières et des frais logistiques ainsi que la pénurie de certains composants tels que les semi-conducteurs inquiètent les intervenants. Tout cela impacte bien évidemment la confiance des consommateurs, l’indice Conference Board américain reculant pour le troisième mois d’affilée. Toutefois, la présidente de la Banque Centrale Européenne, Mme Christine Lagarde, a estimé qu’il ne fallait pas modifier la politique monétaire de la zone euro trop tôt afin de ne pas surréagir à une inflation dues à des effets transitoires. MARCHÉ HELVÉTIQUE Le SMI n’a malheureusement pas tenu compte des propos de Mme Lagarde et abandonne 1,76% à 11’485 points. Logitech (-7,25% à 83,42 francs) et Partners Group (-6,99% à 1'450 francs) sont à la lutte pour remporter la palme de la pire performance de notre indice. Le groupe valdo-californien a vu son objectif de cours passer de 119 à 82 dollars par action de la part des analystes de Morgan Stanley qui devaient avoir un compas dans l’œil jusqu’à présent ou alors qui surestiment le potentiel recul des affaires de Logitech. Quant au courtier lausannois, il subit le recul des valeurs cotées en bourse et notamment les obligations. Aucune des valeurs cotées au SMI ne termine la séance dans le vert. Les moins mauvaises performances sont réalisées par UBS (-0,37%), Swisscom (-0,38%) et Novartis (-0,70%). Cette dernière a obtenu un statut prioritaire pour un produit actuellement en développement et qui pourrait être utilisé contre certaines formes du cancer de la prostate. DEVISES Le dollar continue de remonter contre notre monnaie à 0,9280 (+0,28%) alors que l’euro est quasiment inchangé à 1,0835. STEPHANE PEREY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 34

  • Faux départ pour le SMI

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les principaux marchés internationaux débutent la semaine en territoire positif et semblent avoir mieux digéré que notre indice le probable retour à une certaine normalité de la politique monétaire américaine. Au niveau macroéconomique, les commandes de biens durables ont progressé plus qu’attendu par les analystes le mois dernier aux Etats-Unis selon les données publiées par le département du Commerce. MARCHÉ HELVÉTIQUE Le Swiss Market Index avait bien démarré la séance avant de gentiment mais sûrement glisser en territoire négatif à cause notamment des craintes inflationnistes (-1,07% à 11’691 points). Pour une fois, il n’a pas été soutenu par ses poids lourds que sont Nestlé (-1,71% à 111,50 francs), Roche (-0,84% à 337,55 francs) et Novartis (-0,39% à 76,66 francs). Les plus forts reculs sont enregistrés par Sika (-4,66% à 306,90), Geberit (-3,57% à 697 francs) et Givaudan (-3,11% à 4'236 francs).Une fois n’est pas coutume, les valeurs bancaires sont particulièrement recherchées. En effet, Credit Suisse rebondit de 2,46% à 9,42 francs suite au remboursement de 400 millions de dollars à des détenteurs de fonds Greensill ainsi qu’au déclarations du président du conseil d’administration, M. Antonio Horta-Osorio, qui a démenti les rumeurs insinuant qu’il voulait remplacer le directeur général Thomas Gottstein. UBS s’adjuge 1,22% à 14,90 francs suite au report de la décision de la cour d’appel concernant les poursuites pour blanchiment aggravé de fraude fiscale et démarchage illégal en France. Holcim n’est pas en reste avec un gain de 1,52% à 46,20 francs suite à l’annonce du rachat de la société américaine Utelite Corporation et de la polonaise Polcalc. DEVISES Le dollar reprend quelques couleurs contre notre monnaie à 0,9255 (+0,11%) alors que l’euro fait chemin inverse à 1,0830 (-0,12%). STEPHANE PEREY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 34

  • EN ROUE LIBRE

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Bon, ce n’est pas que les traders sont à bout de souffle, mais comme tout le monde, ils ont besoin de repos un jour ou un autre et avec la semaine qu’ils ont passée et après avoir tenté de dénouer et de comprendre toutes les informations liées au géant chinois de l’immobilier Evergrande, qui est, rappelez-vous, au bord de l’asphyxie financière, la fin de la semaine a été fortement saluée par tout le monde. Donc bien évidemment la tension et la pression s’est relâchée et bien que les craintes liées au possible défaut de ce mastodonte immobilier se soient un peu estompées durant la journée de jeudi, vendredi elles ont repris des plus belles en poussant le marché vers le bas. Pour continuer dans le registre de la Chine qui fait beaucoup parler d’elle encore une fois, le Bitcoin et l’utilisation du bitcoin est donc devenu illégal. Et ce pour n’importe quelle utilisation. Le minage est devenu aussi une manœuvre impliquant la justice et nous avons l’impression encore une fois que le gouvernement de Xi Jin Ping est en train de mettre en place sa volonté de tout vouloir contrôler. Le plus inquiétant dans tout c’est que cette volonté est exprimée ouvertement et au niveau public. Affaire à suivre, de près, de très près. Les marchés Européens et américains subissaient eux aussi l’humeur du bitcoin. MARCHÉ SUISSE En ce qui concerne le marché Suisse, la correction s’est accentuée plus la journée avançait. Là où certains voient la porte d’entrée d’une catastrophe ou l’antre du diable s’ouvrir sous leurs pieds, certains courtiers et traders pensent déjà au prochain coup fumant à faire sur les marchés. C’est là qu’on voit qu’on n’a pas toute la même aversion au risque et aux baisses. Notre Indice phare Swiss Market Index s’est fortement rapproché de la barre symbolique des 11'800 points.   Gorgoni Marco Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • Les banques centrales

    MARCHÉS INTERNATIONAUX L’annonce mercredi de la Réserve Fédérale américaine de maintenir les taux d’intérêt actuels a rassuré les marchés financiers. L’institution financière a cependant annoncé à l’issue de la réunion de son Comité monétaire, qu’elle pourrait bientôt diminuer ses aides à l’économie dans un communiqué publié. Le resserrement de la politique monétaire américaine semble donc imminent et cela malgré une croissance moins forte que prévu et une inflation qui semble toujours progresser. Du côté de la Banque nationale suisse, aucune surprise avec l’annonce du maintien de son taux directeur à -0.75% et il semblerait qu’aucune hausse des taux ne devrait arriver dans un avenir proche. En ce qui concerne la croissance, la BNS a revu à la baisse sa prévision pour 2021 passant de 3.5% à 3%. L’inflation quant à elle a été quelque peu relevée de 0.5% à 0.7% selon ses prévisions. MARCHÉ HELVÉTIQUE Sur le marché suisse, l’action Credit Suisse était recherchée et montait de +1.88%. La banque a annoncé que les investissements en liens avec le géant immobilier chinois en crise Evergrande étaient très limités. Les meilleures performances du jour sont réalisées par Richemont (+3.4%), Logitech (+2.59%) et Credit Suisse (+1.88%). Principal détracteur, Geberit (-0.3%). DEVISES ET MATIÈRES PREMIÈRES Dans son commentaire, la Banque nationale suisse a jugé que le franc était toujours surévalué, mais à ce jour pas de gros changement pour le franc suisse qui malgré tout reprend quelques couleurs face aux principales devises. Sur le marché des matières premières, les prix du pétrole restent à des niveaux élevés après les annonces de la FED et le rapport sur les stocks américains qui sont en diminutions de 3,5 millions de barils en comparaison de la semaine dernière. Il s’agit de la septième semaine d’affilée de baisse des réserves de brut qui atteignent leur plus bas niveau depuis octobre 2018. NICOLAS TERCIER Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 28

  • VIRUS IMMOBILIER ?

    MARCHÉS INTERNATIONAUX C’est un air de déjà vu et franchement nous ne sommes pas rassurés. Rappelez-vous (désolé d’avance de vous remémorer cet épisode) février 2020 qui annonçait une fermeture économique et sociale en Chine suite à l’essor public de l’existence du Coronavirus, et bien, cette fois et à l’instar de 2020, la Chine fait à nouveau parler d’elle avec l’affaire Evergrande, 2ème plus gros promoteur immobilier chinois qui n’arriverait plus à honorer ses engagements en matière de crédit et qui s’est délesté de 84% de sa valeur sur une année. Contrairement au COVID-19 qui n’a pas de concurrent, il y a bien pire que le groupe mentionné un peu plus haut : Sinic Holding, qui a viré au rouge en perdant plus de 80% de son cours en une seule et unique journée, mettant à jour un vrai risque domino et systémique sur l'économie chinoise. Toutes les places financières occidentales sont en train donc d’espérer que le marché chinois soit vraiment resté imperméable et que nous n’avons pas pu faire de business avec eux sur ce coup. Il n’en reste pas moins que le gouvernement siégeant à la Cité Interdite doit absolument trouver une solution pour stopper cette spirale infernale et réduire l’endettement global de USD 350 milliards. Oui vous avez bien lu, 350 milliards de dollars, soit, des enjeux 4 fois plus grands que la tristement célèbre saga Lehmann Brothers en 2008. MARCHÉ SUISSE Nos traders Zurichois ont repris quelques peu leurs esprits suite aux coups encaissés la veille à cause des craintes d’un éventuel dépôt de bilan du géant chinois de l’immobilier et de l’effondrement de tout le secteur associé et avons pu repasser à nouveau au-dessus de la symbolique barre des 11'800 points sur le Swiss Market Index, redonnant un peu d’oxygène au marché malgré que tout le monde observe d’un œil méfiant la situation en Chine.   Gorgoni Marco Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • Logitech remplace Swatch au SMI

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La bourse de Tokyo termine une séance volatile en hausse de 0.58% à 30'500 points. La campagne électorale pour la présidence du parti au pouvoir a démarré. Il s’agira d’une élection interne le 29 septembre, cette bataille déterminera aussi le nouveau premier ministre. En Europe, l’inflation a encore progressé et se situe à son niveau le plus élevé depuis novembre 2011. L’augmentation en août était de 3% sur une année, en juillet celle-ci se situait encore à 2.2%. L’objectif d’inflation de 2% de la Banque Centrale Européenne est ainsi atteint. La BCE s’attend cependant à ce que celle-ci soit temporaire. En Allemagne, l’indice des actions, le DAX comptera dès lundi 40 sociétés, soit dix de plus qu’actuellement. MARCHÉ HELVÉTIQUE Du côté helvétique, Logitech prendra la place de Swatch dans notre indice principal. Le SMI est constitué de 20 sociétés. Chaque année, SIX, l’opérateur de la bourse Suisse décide sur la base de la capitalisation boursière et du volume des échanges les titres du top 20. Seulement 9 sociétés qui font actuellement partie de l’indice étaient présentes lors de la création il y a 33 ans. Logitech prend la 16ème place, tandis que Swatch se situe en 24ème place, un retour dans l’indice n’est donc pas exclu. Le SMI clôture la semaine en baisse de 1.03% à 11’935 points. L’or se situe à 1'754 dollars. MATTHIAS NEUBRAND Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 37

  • Inflation freinée

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La bourse de Tokyo continue de surfer sur la vague verte. En effet, l’effet produit par la démission de l’impopulaire premier ministre Yoshihide Suga a été très positif. La perspective de voir une nouvelle équipe au gouvernement continue de stimuler l’indice japonais. Dans ce contexte, le Nikkei progressait de 0,73% et atteignait un sommet inédit depuis 1990. En Chine, l’ambiance se différenciait clairement de celle régnant dans le Pays du Soleil-Levant. Certes, l’indice de Shanghai perdait plus de 1%. Le groupe Evergrande continuait de faire trembler les investisseurs en annonçant un risque de défaut de plusieurs produits financiers. En Europe et aux Etats-Unis, tous les yeux des opérateurs étaient rivés vers les chiffres de l’inflation américaine. Une augmentation de celle-ci aurait pu suggérer une politique monétaire moins accommodante de la part de la réserve fédérale. Cependant, la hausse des prix à la consommation s’est établie à 0,3% contre un chiffre de 0,4% attendu par les économistes. Il est néanmoins important de contextualiser cette nouvelle. Effectivement, la montée de prix sur un an se chiffre à 5,3%. Les acteurs du marché continuent donc de craindre un resserrement monétaire plus précoce que prévu. Nous constations donc une ouverture sans direction claire de la part des différents indices principaux américains. MARCHÉ SUISSE La bourse suisse a connu une journée hésitante. Toutefois, dès que les chiffres de l’inflation américaine ont été connus, le SMI s’est orienté timidement dans le vert. Notre indice principal clôturait la journée en hausse de 0,19% à 12'097,28 points. Le secteur du luxe faisait figure de mauvais élève avec la chute de Richemont de plus de 3%. Le SPI de sont côté faisait un peu moins bien en gagnant 0,18% à 15'633,05 points. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • Légère reprise des marchés

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les marchés se reprennent quelque peu après les reculs enregistrés la semaine dernière. À l’exception du Nasdaq, les principaux indices boursiers sont en territoire positif. Le discours nuancé prononcé jeudi dernier par la présidente de la Banque Centrale Européenne, Mme Lagarde, a une fois n’est pas coutume atténué les prises de bénéfice des places financières du Vieux-Continent par rapport aux marchés américains. MARCHÉ HELVÉTIQUE Notre indice est pénalisé par ses poids lourds mais parvient tout de même à terminer sur un gain de 0,12% à 12’074 points. Novartis (-0,09%) a obtenu l’autorisation de Swissmedic pour le lancement de son traitement anticholestérol Leqvio. De plus, le groupe bâlois a reçu l’homologation pour l’immunothérapie tislelizumab traitant les problèmes d’œsophage. Les représentants de la famille du fondateur de Roche (-0,68%), M. Fritz Hoffmann-La Roche, ont réitéré leur engagement à conserver la majorité dans la société pharmaceutique dont le concurrent Novartis détient par ailleurs un tiers depuis fin 2007. Le président d’ABB (+0,33%), M. Peter Voser, a déclaré que la pandémie avait fait prendre conscience aux entreprises de l’importance d’avoir des usines de production décentralisées et plus petites. Il s’attend à une certaine réindustrialisation mais avec des emplois plus qualifiés et une robotisation des processus de fabrication. Le président du conseil d’administration de Credit Suisse (+1,45%), M. Antonio Horta-Osorio, semblerait se rapprocher de la direction opérationnelle selon le Financial Times qui cite des sources proches du dossier. L’implication importante du président se fait par l’entremise du comité de crise tactique créé suite aux débâcles des fonds Greensill et Archegos. À signaler encore les bons résultats enregistrés par l’assureur Helvetia (+2,33%) qui a battu les attentes des analystes malgré les intempéries subies depuis le début de l’année. DEVISES Le dollar et l’euro sont à l’unisson contre notre monnaie avec des gains de 0,32% à respectivement 0,9210 et 1,0880. PEREY STEPHANE Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 34

  • Politique monétaire

    MARCHÉS INTERNATIONAUX L’annonce jeudi par la Banque centrale européenne (BCE) de réduire légèrement le rythme de rachats de dette publique et privée sur le marché dans les prochains mois n’a pas créé l’effroi sur les marchés financiers. En effet, cette nouvelle était anticipée. Cependant, la mission de Madame Christine Lagarde est particulièrement compliquée car elle doit prendre en compte dans sa politique monétaire non seulement les effets actuels et à venir du variant Delta, mais aussi la hausse de l’inflation. A l’heure actuelle et selon la conviction de Madame Christine Lagarde, la hausse de l’inflation devrait être temporaire car elle est principalement liée à des facteurs passagers comme la rareté de certains composants industriels. A l’inverse, si cette pression devait se montrer plus persistante, la BCE serait dans l’obligation d’intervenir avec un possible ralentissement sur la bonne croissance économique actuelle. MARCHÉ HELVÉTIQUE Sur le marché suisse, l’action Holcim était sous le feu des projecteurs après l’annonce de la cession de ses activités au Brésil, valorisées à 1 milliard de dollars. Les meilleures performances du jour sont réalisées par Richemont (+2.81%), Swatch Group (+0.64%) et ABB (+0.36%). Principaux détracteurs, Swisscom (-1.61%), Swiss Re (-1.5%) et Crédit Suisse (-1.47%). DEVISES ET MATIÈRES PREMIÈRES A ce jour pas de changement notable sur le marché des changes. Cependant, la forte hausse en cours de l’inflation pourrait potentiellement modifier la politique actuelle des banques centrales. Sur le marché des matières premières, les prix du pétrole repartaient en hausse vendredi dans un marché optimiste après un entretien téléphonique entre le président Joe Biden et son homologue chinois Xi Jinping. Les relations sino-américaines semblant s’améliorer, les échanges mondiaux devraient en profiter. NICOLAS TERCIER Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 28

  • Rouge vif

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Après 7 séances de rang dans le vert, il était facile d’imaginer les investisseurs nippons allait réaliser une partie de leur bénéfice. Il n’en a rien été. En effet, les marchés japonais ont enregistré une 8ème journée de hausse d’affilée. Le Nikkei a profité des espoirs de l’établissement d’un nouveau plan de relance par le nouveau gouvernement. Par conséquent, le Nikkei s’est envolé de 0,89 % pour dépasser pour la 1ère fois depuis les 30'000 points. En Chine, les indices clôturaient en faible repli. Shanghaï baissait de 0,04% alors que le Hang Seng hongkongais égarait 0,12%. Son de cloche complétement différent sur les marchés du Vieux Continent. Certes, embourbés dans un nuage de statistiques macroéconomiques contradictoires, les indices évoluaient en territoire largement négatifs. Si les nouvelles du côté européen sont plutôt encourageantes au sujet de la reprise économique, nous ne pouvons en dire autant en posant notre regard en Asie ou aux Etats-Unis. Dans ce contexte, le DAX perdait à la mi-journée plus de 1,3%. Son voisin français, le CAC40, galvaudait 1,2%. Les différents acteurs de la place financière comptent sur la conférence de la BCE de jeudi pour lever les incertitudes sur sa politique monétaire future. MARCHÉ SUISSE Notre SMI national emboîtait le pas de ses voisins européens. Des 20 plus grandes capitalisations boursières de notre pays, seules deux sociétés terminaient la journée en territoire positif. Par conséquent, l’indice dégringolait de 1,05% à 12'215.14 points. Les plus grandes pertes ont été assumées par Partners Group. La société financière tombait de 2,84% à 1590 francs. Zurich parvenait à sauver les meubles avec un gain de 0,33%. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • Croissance mondiale

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Le marché de Wall Street ayant été fermé ce lundi pour célébrer le Labor Day, les autres places financières se sont focalisées sur la Banque centrale Européenne (BCE) qui devrait annoncer cette semaine le probable maintien de son programme très généreux de soutien à l’économie. Les chiffres décevants de l’emploi en août aux Etats-Unis éloignent pour l’heure la perspective d’un « tapering » de la Réserve fédérale, ce qui influencera clairement les décisions européennes. Cependant et malgré la déception sur l’emploi, la croissance semble belle et bien de mise. Preuve en est le fort rebond en août des importations et des exportations chinoises. Après trois mois de baisse, la production industrielle allemande est également repartie à la hausse, confirmant la reprise de la croissance mondiale. MARCHÉ HELVÉTIQUE Sur le marché suisse, à l’exception des valeurs du luxe à l’image de Swatch et Richemont, le SMI a terminé la journée en baisse de 0.69% à 12'344.38. Les bonnes données conjoncturelles en provenance de la Chine avec des importations nettement supérieures aux attentes des analystes ont galvanisées nos sociétés horlogères. Les meilleures performances du jour sont réalisées par Swatch Group (+3.03%), Richemont (+2.43%) et UBS (+0.16%). Principaux détracteurs, Holcim (-3.06%), ABB (-1.42%) et Lonza (-1.4%). DEVISES ET MATIÈRES PREMIÈRES Pas de changement notable sur le marché des changes qui reste à l’affût des chiffres macroéconomique et d’une éventuelle indication des banques centrales. Le pétrole, quant à lui, hésite entre les bonnes nouvelles en provenance de Chine et le pessimisme saoudien face au variant Delta du Covid-19 qui pourrait saboter la reprise économique en cours. NICOLAS TERCIER Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 28

  • NE JAMAIS APPLAUDIR AVANT LA FIN DU SPECTACLE

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Vendredi était un jour d’annonce importante et ceci signifie que nous allions partir en wee-kend, soit plus riche, soit plus pauvre. Cette information tant attendue était la création de l’emploi américain attendue à 720'000 places nouvelles crée sur le mois d’aout. Malheureusement, et comme vous aurez pu le constater sur votre portefeuille d’actions, l’annonce a totalement déçu tous les analystes qui se sont monumentalement trompés sur leur prédiction. Face aux 720’000 places que les analystes ont vu dans leur boule de Crystal, seules 235'000 places ont été créés, soit trois fois moins. Je vous laisse deviner qui est le responsable de cette mésaventure : oui, c’est bien lui et en-core lui : le Covid-19. Et quand je dis Covid-19 je ne pense pas au variant Anglais ou variant Suisse, mais bien le variant Delta. Eh oui, le variant Delta a pesé sur la reprise économique et logiquement sur l’activité économique dans son ensemble. En plus de cela, les new-yorkais ont dû faire face à Ida l’ouragan (on pourrait croire que c’est le surnom de la petite fille tumultueuse de la voisine qui fais pleurer tous les enfants du quartier et terrorise le voisinage, mais non c’est bel et bien une tempête qui a inondé New-York) qui n’a bien évidemment pas arrangé les choses, surtout lorsqu’on parle de la région la plus prospère des Etats-Unis. MARCHÉ SUISSE Dans notre capitale économique, les traders ont été tendus toute la journée jusqu’à l’ouverture du marché américain ou finalement le Swiss Market Index a décidé de prendre l’escalier en direction du 3ème sous-sol. Je tiens à préciser que l’annonce de l’emploi américain n’est pas le seul point qui péjore le SMI mais le retour covidé des vacances n’amène pas bonne la bonne humeur, laissant place à un certain niveau de nervosité.   Gorgoni Marco Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • Indice de confiance en baisse aux Etats-Unis

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Au lendemain du nouveau record enregistré sur le Nasdaq, les principaux indices internationaux évoluent légèrement en territoire négatif. L’économie canadienne s’est contractée lors du deuxième trimestre, ce qui tombe mal pour le Premier ministre Justin Trudeau qui est en pleine campagne pour sa réélection. Ce recul surprenant provient notamment de la baisse de l’immobilier et des exportations. Plus au sud, l’indice de confiance des consommateurs américains (Conference Board) est passé en un mois de125 à 113 points et retrouve les niveaux du mois de février. Cet important recul est dû au variant Delta qui perturbe la reprise économique mais également par la hausse des prix de l’essence et de l’alimentation. MARCHÉ HELVÉTIQUE Après être resté en territoire positif jusqu’en fin d’après-midi, notre indice SMI a finalement clôturé en recul de 0,20% à 12'411 points. Les valeurs pharmaceutiques surnagent avec des gains de 0,86% pour Novartis et 0,53% pour Roche qui contrebalancent le recul du 3ème poids lourd de l’indice, Nestlé (-1,06%). Le plus mauvais élève se nomme Swatch (-1,30%) suit d’ABB (-1.25%) et de Swiss Life (-1,24%). Du côté des valeurs secondaires, on peut relever les bons chiffres du chimiste EMS-Chemie qui a vu son résultat d’exploitation grimper de plus de 40% sur un an. L’action du groupe géré par Madame Blocher subit quelques prises de bénéfice et repasse sous la barre des 1'000 francs (-1,64% à 992,50 francs). Le laboratoire vaudois AC Immune, qui est coté au Nasdaq, annonce un succès d’étape contre la maladie d’Alzheimer. En effet, une étude clinique de phase II réduirait de près de la moitié du déclin cognitif des patients atteints de cette terrible maladie. Cette nouvelle permet au partenaire de recherche de Genentech, filiale de Roche, de bondir de plus de 30% à la clôture de notre marché. DEVISES Le dollar et l’euro ont inchangés contre notre monnaie à 0,9165 et 1,0817. STEPHANE PEREY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 34

  • Hausse des taux

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Vendredi 27 août, lors du forum de Jackson Hole dans le Wyoming, le Président de la Réserve Fédérale américaine, Jerome Powell, a annoncé que la hausse actuelle de l’inflation ne devrait pas être durable. Au niveau des taux, le chômage se réduisant vers les objectifs de plein-emploi, M. Powell estime que le soutien à l’économie américaine reste malgré tout nécessaire et de ce fait il souhaite maintenir le rythme actuel de rachat d’actifs sans augmenter les taux, de peur de casser la croissance. Ce message mesuré montre la fragilité de la croissance mais il a rassuré les marchés financiers qui ont fini la journée de vendredi en hausse, battant de nouveaux records historiques. A l’image de l’emblématique tiramisu, l’économie américaine semble solide malgré des fondations imbibées. MARCHÉ HELVÉTIQUE Sur le marché suisse, le SMI a terminé la journée sans tendance à 12'436.58. Le réassureur Swiss Re était sous pression à la suite du passage de l’ouragan Ida. Les investisseurs restent prudents face à l’ampleur des prestations que Swiss Re devra débourser pour couvrir les dégâts. Les meilleures performances du jour sont réalisées par Alcon (+0.88%), Nestlé (+0.53%) et ABB (+0.44%). Principaux détracteurs, Swiss Re (-1.23%), Richemont (-1.06%) et Swatch Group (-0.53%). DEVISES ET MATIÈRES PREMIÈRES Sur le marché des changes, le dollar a montré une importante volatilité face aux autres devises en lien avec les annonces de M. Powell évoquant une prochaine normalisation de la politique monétaire sans articuler de dates. Après une semaine de forte hausse, les prix du pétrole cédaient du terrain lundi. Les investisseurs sont attentifs aux conséquences sur la production américaine du passage de l’ouragan Ida en Louisiane. NICOLAS TERCIER Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 28

  • L’attente est terminée

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Alors que le Japon a clos en retrait, les actions chinoises ont terminé en hausse. Ces dernières étaient tirées par les valeurs technologiques qui ont rebondit cette semaine. Du côté des sociétés, une faille informatique a été découverte sur le cloud Microsoft. La société a dû avertir des milliers d'entreprises clientes de son service. Microsoft a désactivé le système faillible, malheureusement celui-ci était exploitable pendant plusieurs mois. L’action s’en sort plutôt bien et reste immobile à la clôture européenne. Le patron d’Apple Tim Cook a reçu 5 millions d’actions Apple qu’il a vendu pour une valeur de 750 millions de dollars. La compensation était partiellement dépendante de la performance du cours de l’action en comparaison avec l’indice S&P500. Il confirme qu’il restera dans la société jusqu’en 2026. En Europe, les indices ont évolué à l’équilibre avant le discours du président de la banque centrale américaine Jerome Powell. La FED réduira son programme mensuel de rachats de 120 milliards de dollars en obligations encore cette année pour autant que l’économie poursuive son expansion. Une hausse des taux n’est pas prévue de sitôt. En conséquence, les marchés sont soulagés et reprennent leur hausse. MARCHÉ HELVÉTIQUE Notre indice principal suisse, le SMI clôt la semaine en légère hausse de 0.19 % à 12’439 points. L’indice élargi, le SPI a pris sur la même durée 0.36%. Les meilleures performances du jour sont Lonza (+1.81%) et Nestlé (+0.69%). Les principaux détracteurs sont Credit Suisse (-0.43%) et ABB (-0.41%). L’or rebondi de 0.93% à 1'807 dollars. MATTHIAS NEUBRAND Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 37

  • Le SMI à contrecourant

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les principaux marchés boursiers internationaux sont en territoire négatif avant la réunion des banquiers centraux prévue ce vendredi aux Etats-Unis. Le compte-rendu de la dernière réunion de la Banque Centrale Européenne a confirmé le maintien d’une politique monétaire accommodante. A contrario, la Réserve Fédérale américaine envisagerait de limiter son soutien à l’économie afin d’éviter un emballement de l’inflation. Toutefois, ce scénario ne fait pas l’unanimité auprès des analystes. A noter encore que les inscriptions hebdomadaires au chômage sont reparties légèrement à la hausse à la mi-août aux Etats-Unis après quatre semaines de recul. MARCHÉ HELVÉTIQUE La bourse Suisse évolue à contrecourant des autres indices avec un gain de 0,36% à 12’409 points pour le SMI. Au niveau macroéconomique, baromètre de l’emploi a continué de rebondir au deuxième trimestre porté principalement par le secteur tertiaire. Les poids lourds de notre indice sont tous dans le vert avec Roche (+0,99%), Nestlé (+0,45%) et Novartis (+0,50%). Alcon (+0,95%) et Geberit (+0,95% terminent ex-aequo sur la deuxième marche du podium de la séance. A part Lonza (-0,60%) qui a annoncé la nomination d’un nouveau directeur financier, les perdants sont à chercher du côté des valeurs financières avec Credit Suisse (-0,83%), Partners Group (-0,55%), UBS (-0,55%) et Zurich (-0,47%). À noter encore que la Bâloise (-0,86%) a vu son bénéfice semestriel rebondir à 302 millions de francs pour un chiffre d’affaires de 5,89 milliards de francs en progression de plus de 9%. Par contre, les dégâts liés aux dernières intempéries ne sont pas complétement intégrés dans les comptes arrêtés à fin juin et devraient impacter la compagnie d’assurance sur le deuxième semestre. DEVISES Le dollar américain reprend quelques couleurs contre notre monnaie à 0,9175 (+0,50%) de même que l’euro qui cote à 1,0750 (+0,43%). STEPHANE PEREY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 34

  • Jackson Hole

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Dès ce jeudi s’ouvre le symposium économique de Jackson Hole. Cet événement, qui a lieu chaque année en août dans les montagnes du Wyoming aux Etats-Unis, rassemble un grand nombre d’économistes, acteurs des marchés financiers et représentants des gouvernements. Les grands argentiers de la planète y débattent alors des moyens et solutions ayant pour objectif de favoriser l’économie mondiale. Les investisseurs attendent impatiemment le discours de ce vendredi du patron de la Réserve fédérale américaine (Fed) Jerome Powell, afin d’en apprendre plus sur l’avenir de la politique monétaire de soutien à l’économie américaine. Dans cette attente, les places financières n’évoluent que légèrement. A Hong-Kong, l’indice Hang Seng a plié de 0,13% et l’indice composite de Shanghai a terminé dans le vert. A la Bourse tokyoïte, l’indice Nikkei des 225 valeurs vedettes japonaises a terminé quasi inchangé à -0,03%. MARCHÉ SUISSE Nos indices helvétiques ont terminé la journée en baisse. Le Swiss Market Index a perdu 0,58% et l’indice élargi Swiss Performance Index s’est allégé de 0,47%. Du côté des sociétés, le fabricant zurichois de capteurs environnementaux et de flux Sensirion a annoncé des résultats en forte progression pour son premier semestre 2021. Il voit son bénéfice net atteindre 34,8 millions de francs. Sur la même période, le constructeur de matériel ferroviaire Stadler Rail a également publié des résultats en hausse. Le résultat avant intérêts et impôts (Ebit) a été multiplié par près de dix à 48,9 millions et le chiffre d’affaires a pris 51,6% pour s’établir à 1,42 milliard de francs. L’entreprise explique cet envol par l’effet de rattrapage lié à la crise sanitaire et au décalage de la forte saisonnalité de ses activités. Le Credit Suisse revoit à la hausse ses objectifs de cours pour deux titres suisses, à commencer par celui de Vifor, qui passe de 136 à 141 francs. Le second concerne l’action Galenica, qui est augmentée de 8 francs à 75 francs. JEROME DOUGOUD Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 24

  • En attendant la Fed

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Après une semaine passée compliquée, la bourse japonaise reprenait des couleurs. En effet, les intervenants tokyoïtes ont profité de faire leurs emplettes à prix réduit après les dernières baisses enregistrées. Ainsi, le Nikkei gagnait 0,87%. Le rythme de la vaccination au Japon commence gentiment son rythme de croisière, de quoi encourager les différents investisseurs. Si le taux de vaccination de l’archipel nipponne venait à augmenter, cela pourrait attirer l’attention des acteurs du marché sur les valeurs japonaises qui ont moins performé cette année que leurs homologues européennes ou américaines. L’euphorie régnait également sur les marchés chinois. La bourse de Hong Kong progressait de plus de 2%, imitée par celle de Shanghai, 1,05%. En milieu de journée sur le Vieux Continent, le CAC 40 se trouvait à l’équilibre alors que l’on constatait une légère hausse du DAX. Les différentes parties prenantes ont les yeux rivés sur vendredi et la future réunion virtuelle de la Fed à Jackson Hole. Ainsi, les courtiers se trouvaient dans l’expectative et les volumes échangés sur les différentes places de bourses étaient relativement faibles. MARCHÉ SUISSE Le SMI retombait en dessous des 12’5000 points et ne parvenait pas à capitaliser sur son bon début de semaine. Finalement, le SMI clôturait en baisse de 0,29% à 12'436.66 points imité par l’indice élargi, le SPI qui égarait 0,25% à 15’948.78 points. Cembra relevait la tête après la catastrophe de lundi et l’annonce de la perte du contrat avec la Migros. Le spécialiste du crédit à la consommation reprenait 3,59%. Malgré la petite forme des indices helvétiques, la prévision d’une prolongation du soutien des banques centrales et l’autorisation totale du vaccin Pfizer/Biontech aux Etats-Unis devraient soutenir les marchés à moyen terme selon les analystes. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • Plongeon des actions Cembra

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La semaine a commencé sur une bonne note. Hong Kong, Shanghai et Tokyo ont clôturé leur séance avec une hausse de plus de 1%. Du côté du pétrole, les craintes liées à la reprise économique et le renforcement du dollar avaient provoqué une correction de près de 15% sur le cours du pétrole. Ce dernier évolue maintenant au plus bas depuis trois mois et se reprend quelque peu. MARCHÉ HELVÉTIQUE En Suisse, Swatch et Richemont ont souffert la semaine passée suite aux craintes liées à la conjoncture asiatique quant à l’évolution de la variante Delta du Covid-19. Ces deux titres se remettent quelque peu aujourd’hui et affichent les meilleures performances de notre indice phare helvétique, respectivement +1.44% et 3.79%. Le spécialiste du crédit à la consommation, du leasing et de l'émission de cartes Cembra Money Bank chute de 30.89%. Le contrat avec la Migros n’est pas renouvelé. La Migros s’occupera dorénavant de la gestion de sa carte de crédit Cumulus-Mastercard elle-même. Le partenariat qui avait débuté en 2006 était un succès pour Cembra. Dès 2022, le bénéfice net devrait avoisiner une baisse de 10 à 15% par rapport aux anticipations, la société annonce vouloir compenser ce recul à moyen terme par des mesures appropriées. Toutes les actions du SMI sont en hausse sur la journée. En conséquence, notre indice suisse clôture la journée avec +0.49% à 12’476 points. Le métal jaune traite à 1'804 dollars l’once. MATTHIAS NEUBRAND Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 37

  • Marchés à l’heure de l’Oncle Sam

    MARCHES INTERNATIONAUX Comme toujours, le rythme est donné par Wall street. En effet, après la publication du compte-rendu de la réunion de la FED, indiquant une possible diminution du soutien monétaire de celle-ci aux marchés, New York recule nettement et les marchés européens lui emboîtent le pas lors de leur ouverture. Cependant, on en saura bien plus après la réunion de Jackson Hole des banquiers centraux qui aura lieu le 26 août prochain. D’autre part, les cours du pétrole reculent aussi à cause des inquiétudes liées à l’augmentation des infections dues au variant Delta ainsi qu’au renforcement du dollar US. Enfin, la bonne nouvelle vient des inscriptions hebdomadaires au chômage américain qui continuent leur recul, début août. Cette baisse des marchés induit une reprise de la volatilité. Elle aura au moins le mérite de rendre les marchés quelque peu attractifs, tant il est vrai que l’immobilier atteint ses limites et le monde de la dette reste en marge. MARCHE SUISSE Après avoir fixé un nouveau record mercredi, le SMI se replie abruptement à cause de prises massives de bénéfices de la part des investisseurs. Dans cette configuration, la moindre nouvelle est prétexte à une réaction. Après avoir navigué en-dessous des 12'300 points durant la séance, à quelques minutes de la fermeture, l’indice principal est en baisse à 12'390 points. Le luxe prend de plein fouet les nouvelles en provenance des Etats-Unis avec des chutes importantes tant pour Richemont que pour Swatch. Richemont recule vers les 100 francs et Swatch revient vers les 255 francs. Pourtant les exportations horlogères suisse sont en nette hausse de 29% pour le mois de juillet. La défensive Nestlé fait de la résistance et ne perd que quelques plumes avec un petit recul de 0,15 %, effectuant ainsi une des meilleures performances du SMI. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9175 et l'euro s'échange à CHF 1,0730. Marco Levis Gestion de fortune - Bulle 026 309 41 42

  • Pékin serre la vis

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La bourse japonaise progressait malgré les craintes liées au coronavirus. En effet, les cas japonais continuaient leur ascension pour dépasser pour la première fois la barre des 20'000 cas. Dans l’archipel nipponne, la confiance en la reprise économique du pays souffre et d’après les spécialistes, il faudra du temps pour que les valeurs japonaises égalent celles des autres marchés. Dans ce contexte tendu, le Nikkei parvenait tout de même à gagner 0,33%. En Chine, l’annonce du gouvernement de réguler la performance sur Internet a douché les valeurs technologiques. L’emprise de Pékin a notamment provoqué la chute des cours d’Alibaba et de Tencent. En milieu de journée, les indices européens se montraient relativement indécis. Le CAC 40 égarait 0,18%. Son homologue allemand, le DAX de Frankfort perdait 0,33%. Outre-Manche, l’inflation annuelle britannique s’affichait à 2%, en baisse de 0,5 point par rapport aux valeurs mesurées au mois de juin. Sur le Vieux Continent, le hausse des prix était confirmée à 2,2%, soit en légère hausse depuis le mois de juin (1,9%) MARCHÉ SUISSE Le SMI dépassait pour la première fois les 12’5000 points en poursuivant sur sa lancée de la veille et faisait fi des séances décevantes Outre-Atlantique. Finalement, le SMI clôturait en hausse de 0,54% à 12'545,35 points imité par l’indice élargi, le SPI qui montait de 0,52% à 16'064,52 points. L’indice principal était porté par la bonne santé financière d’Alcon. En effet, l’entreprise spécialisée dans les consommables ophtalmiques a publié des résultats trimestriels largement supérieurs aux attentes des analystes. La direction, qui voit le futur d’un bon œil, en a profité pour revoir à la hausse leurs objectifs. Eric Boschung Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 06  

  • C'est encore les vacances!

    MARCHÉS INTERNATIONAUX On le sent et on le voit sur le marché, les vacances d’été ne sont pas encore terminées et il ne se passe pas grand-chose. Quand un pool de traders et d’analyste revient au bureau – Oui, car le Home Office n’est qu’un lointain souvenir déjà – un autre pool prend ses valises pour partir au soleil. Les seuls qui restent vraiment n’ont qu’une crainte cependant, le Variant Delta. La peur qui les gagne est cette peur de revoir la reprise économique freiner à nouveau. D’autant plus qu’au milieu des vacances d’été, les pays du sud soient aux proies avec des chaleurs sans nom, le gouvernement Afghan en place a échoué à sa mission de rétablissement de l’ordre et a cédé le pouvoir à la communauté Talibane, suscitant l’effroi de revoir un régime totalitaire se réinstaurer à l’instar des années 1996 – 2001. Cela étant dit, il n’y a pas à argumenter et à trouver d’autres excuses au marché pour être autant indécis que cela. L’Europe aura navigué toute la journée entre le négatif et le positif sans trouver une nette préférence. La plupart des bourses asiatiques ont boudé la journée et se sont repliés de 2% à Shangai contre -0.36% à Tokyo. Les américains ont un pas plus décidé que les européens et se sont dit que ce mardi il fallait être pessimiste et dans le rouge dès l’ouverture. MARCHÉ SUISSE Aux abords du Stauffacherbrücke à Zurich, dans notre salle nationale de négoce, les traders ont subi une avalanche d’annonce de résultats trimestriels de grosses valeurs cotées et se sentent assez à l’aise pour décider de se pencher sur le vert pour la journée de mardi. Dans les grands perdants de la journée, l’assureur vie Swiss Life fais face à une prise de bénéfice pour donner suite à un bouclement du semestre nettement supérieur aux attentes. Comme quoi il n’est pas toujours bon être le premier de la classe. Gorgoni Marco Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • Inquiétudes sur la reprise

    MARCHES INTERNATIONAUX En Chine, les ventes de détail ont enregistré leur plus faible progression depuis le début de l’année, soulevant des inquiétudes sur la reprise de la deuxième économie mondiale. Le Japon a vu un rebond de sa production industrielle de 6.5% en juin, légèrement révisé à la hausse. Le produit intérieur brut du deuxième trimestre a progressé de 0,3% par rapport à la période précédente. Malheureusement, le pays enregistre actuellement des niveaux record de nouvelles infections quotidiennes au Covid-19. Les mesures d’urgences mises en place devraient être prolongées. En Allemagne, l’Etat, qui détient 20% de Lufthansa depuis la mise en place du plan de sauvetage massif face à la pandémie de coronavirus, a décidé de vendre 5% de ses parts dans les prochaines semaines. Cette vente est expliquée par le développement actuel positif de l’entreprise. MARCHE SUISSE En Suisse, Metall Zug a inscrit des chiffres positifs pour le premier semestre de cette année, contrairement au premier semestre de l’année passée. L’entreprise zougoise prévoit également une poursuite de la reprise réjouissante des affaires. Le Zurich Insurance Group a levé 200 millions de francs suisses via un emprunt obligataire. Le coupon est de 0% et l’échéance est en 2031. Malgré le coupon nul, l’intégralité du montant a été souscrite en quelques heures seulement. Toutes les actions du SMI sauf Lonza (+0,55%) sont en baisse sur la journée, Richemont affiche la moins bonne performance avec – 2,79%. Notre indice suisse clôture la journée en baisse de 0,36% à 12 419 points. Le métal jaune traite à 1785 dollars l’once. MATTHIAS NEUBRAND Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 37

  • Un tiens vaut mieux que deux tu l'auras!

    MARCHES INTERNATIONAUX Les freins à l’essor économique reprennent de la vigueur, essentiellement à cause du COVID et ses multiples variants. Tous les gouvernements ont préféré laisser souffler les gens, cet été, après plusieurs mois de restrictions plutôt sévères. Le résultat est devant nos yeux. Reprise de la hausse des hospitalisations partout dans le monde, avec quand même une bonne nouvelle qui concerne le nombre de décès encore faible. Les tensions et les braises de la colère s’attisent de plus en plus entre les gens sur la façon de gérer cette crise pandémique. Et c’est probablement un des problèmes le plus grave que les gouvernements auront à gérer, c’est-à-dire la solidarité citoyenne. Conséquences de la reprise pandémique, l’inflation redoutée et en même temps un peu espérée se replie. Il reste la forte hausse des prix de l’énergie, principalement du pétrole, avec toutefois un ralentissement de la hausse des prix à la consommation. MARCHE SUISSE En Suisse, le SMI continue sa marche vers les sommets. Or, il faudra bientôt les masques, mais à oxygène, cette fois. Cependant, l’absence d’alternatives ainsi que le soutien indéfectible des banques centrales poussent les indices vers le haut. A quelques encablures de la clôture, l’indice principal termine la journée là où il l’a commencée, toutefois avec une légère hausse à 12'446 points. Aujourd’hui la maxime qui prévaut est « un tiens vaut mieux que deux tu l’auras » et les intervenants l’appliquent à la lettre. Les prises de bénéfice sont la norme et malgré une économie en meilleur état qu’il y a 6 mois, le niveau actuel des marchés induit à la prudence. Une des meilleures performances du SMI a été l’évolution de l’action Zurich qui continue sa progression au-delà des 400 francs, avec une hausse de 0,49 % à quelques minutes de la fermeture. Peu de titres déçoivent vraiment durant cette séance, mais on trouve Crédit Suisse en recul de 0,94 % peu avant la clôture. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9215 et l'euro s'échange à CHF 1,0830. Marco Levis Gestion de fortune - Bulle 026 / 309 41 42

  • La course continue

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Du Côté de Wall Street, dès l’ouverture la bourse s’oriente en légère baisse après les nouveaux records de la veille, les indices perdaient 0,06% pour le Dow Jones et 0,17% pour le Nasdaq. Une perspective de hausse des taux et d’inflation modérée fait partie des objectifs de la Banque centrale américaine (FED). Les marchés boursiers européens et japonais se rassurent et continuent à évoluer dans un équilibre presque parfait. Aux Etats Unis, on observe une hausse des prix liés à la pandémie, plus précisément une forte demande et une offre restreinte. L’indice PPI, prix à la production des produits fabriqués et services fournis aux Etats-Unis, mentionne une augmentation de 1% pour le mois de juillet, plutôt stable par rapport à juin. Par contre, l’indice des consommateurs pour le domaine des services, connaît un record, notamment forte chez les concessionnaires automobiles et dans les activités liées au tourisme. Bien entendu la progression du variant Delta pousse à cet effet ! MARCHÉ HELVÉTIQUE A la bourse suisse, l’assureur Zurich vient de publier ses résultats semestriels que l’on peut qualifier d’excellents. En dépit de l’impact du coronavirus, le ratio de rentabilité a été nettement meilleur qu’attendu et le résultat d’exploitation a pu croître de 60%, avec un bénéfice net de 2,2 milliards, soit 86% d’augmentation pour un an. Le titre est au top du palmarès de notre indice SMI à 4% ! Dans le même secteur, le titre de la Swiss RE, ayant dû faire face aux catastrophes naturelles dans le monde, tend à s’apprécier malgré une évaluation des pertes assurées pour 42 milliards de dollars au premier semestre. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.92 et l'euro s'échange à CHF 1,08. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 309 41 70

  • Optimisme ambiant

    MARCHES INTERNATIONAUX Ces jours, les intervenants sont dans une bulle d’optimisme. A Wall Street, le Dow Jones termine sa séance de mardi sur un nouveau record et le bat à l’ouverture du jour en s’approchant des 35'500 points. Le succès du président américain, Joe Biden, avec l’accord obtenu sur le plan de relance de plus de 1'000 milliards de dollars booste les marchés. Cependant, on peut aussi s’attendre à ce que la Réserve Fédérale resserre sa politique monétaire, afin de maîtriser au mieux la croissance économique. L’autre inconnue concerne l’évolution du nouveau variant Delta et de ses conséquences sur les économies mondiales. Le prochain rendez-vous de la FED, à la fin du mois d’août, permettra probablement de voir plus clair dans les intentions de celle-ci. En attendant, l’inflation US ralentit quelque peu au mois de juillet par rapport à juin et reste stable sur un an à 5,4 %. En Chine, ce qui préoccupe concerne la politique du Parti Communiste qui semble vouloir réaffirmer sans ambiguïté son autorité à tous les niveaux de la vie sociale des chinois. La reprise en main assez rude de certains secteurs d’activités de l’économie laisse un goût amer aux investisseurs étrangers. L’économie de marché libérale n’est pas encore totalement d’actualité, auprès de l’Empire du Milieu. MARCHE SUISSE Notre marché helvétique profite aussi de la bonne ambiance régnant sur les marchés internationaux. Durant la journée, notre SMI se permet une excursion au-delà des 12'400 points et ainsi voir si l’air y est plus frais. Le retour d’une chaleur estivale pousse peut-être les investisseurs à rechercher les sommets. A quelques minutes de la fin de séance, l’indice principal est en hausse à 12'395 points. Swatch Group continue son va-et-vient, autour de la barrière des 300 francs. Le titre se retrouve en fin de séance en recul de près de 1 % à 296,50 francs. Holcim effectue une bonne séance et voit son action progresser de 0,73 %. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9210 et l'euro s'échange à CHF 1,0820. Marco Levis Gestion de fortune - Bulle 026 309 41 42

  • Qui va freiner?

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Depuis lundi, avec un retour de propagation du coronavirus, le prix du pétrole a baissé assez fortement en raison d’un possible ralentissement de production pour les deux pays principaux consommateurs de brut que sont la Chine et les Etats Unis. La stagnation est latente, d’autant plus que mercredi les chiffres américains de l’inflation seront publiés pour le mois de juillet. Les yeux se tournent vers Monsieur Powell, président de La FED, qui pourrait prendre une décision de réduire son aide à l’économie. Un record pour le principal indice de Wall Street, le Dow Jones qui franchi le pas du plus haut à 35'268 points. La Chine qui représente le plus important marché automobile mondial, accompli une spectaculaire avancée pour le futur ! Les ventes de véhicules propres sont en augmentation de plus de 200% pour une année, avec un repli pour le mois de juillet. Une bonne nouvelle pour le constructeur français Renault, le chinois Geely, maison-mère de Volvo Cars, a annoncé une collaboration pour le développement des modèles hybrides. MARCHÉ HELVÉTIQUE Coté tourisme, l’été 2021 pourrait s’annoncer largement inférieur aux niveaux d'avant la crise du coronavirus d’après une première analyse de Suisse Tourisme (ST). Probablement un résultat inférieur d’environ 40% par rapport à l'été 2019, année record pour le tourisme suisse. Pour le vendeur hors taxes des aéroports, Dufry, on constate une amélioration des chiffres depuis la reprise des voyages. Cependant le long redémarrage en raison des règles et restrictions assez lourdes n’ont pas permis de passer aux chiffres noirs pour le premier semestre. Dans certaines régions, le bilan est lourd et les ventes n’ont cessé de chuter. Pour l’heure, la société n’a pas émis de prévisions quant à l’avenir des résultats. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.92 et l'euro s'échange à CHF 1,08. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 309 41 70

  • Altitude 12'300 et plus

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Nous constatons un bon dynamisme pour le commerce international. Pour l’empire du Milieu, les exportations se maintiennent et consolident à un niveau de 19% sur une année. La hausse des prix à la production pour le mois de juillet s’inscrit au plus haut depuis une décennie. En même temps, les prix à la consommation ont augmenté de 1%. Wall Street hésitait à l'ouverture lundi après des records vendredi à la suite d'un bon rapport sur l'emploi américain. La bourse américaine accuse un léger repli pour le Dow Jones de 0,07% et une progression de 0,18% pour le Nasdaq. En zone européenne, à fin juin, les exportations se situent au même stade d’avant la pandémie du Covid-19 pour la France et l’Allemagne a même dépassé ce seuil. MARCHÉ HELVÉTIQUE La montagne la plus haute en Suisse ? Notre indice SMI qui ce jour a franchi un cap supplémentaire allègrement ! Bien que certains attendent la chute, que nenni ! La pharma Roche se targue d’une hausse de 2,5%, grâce au développement d’un traitement du lymphome qui aiderait à stopper le développement de la maladie et visant ainsi à prolonger la vie des patients. Une bonne nouvelle également, le groupe français Accor envisage d'ouvrir entre 30 et 40 établissements hôteliers dans les deux ans à venir. Dans ce projet, 10 à 15 devraient être de nouvelles constructions. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.91 et l'euro s'échange à CHF 1,07. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 309 41 70

  • Vaccinés ou licenciés!?

    MARCHÉS INTERNATIONAUX L’avancée de la pandémie COVID-19 appelle à de nouvelles mesures en raison de son évolution partout dans le monde. A Manille, dès aujourd’hui, les autorités ont choisi de reconfiner pour parer à la progression du nouveau variant Delta. La chaîne CNN agit de façon brutale et licencie trois employés non vaccinés ayant enfreint la règle. En effet, depuis mai, le gouvernement américain a légalisé le fait que les entreprises peuvent exiger que le personnel présent sur le lieu de travail soit vacciné contre le coronavirus. Dans ce contexte un peu morose, les marchés restent positifs et les indices continuent dans la stabilité. La publication des chiffres de l’emploi pour le mois de juillet démontre un redressement de l’activité, ce qui réjouit le président M. Biden. Cependant il faut prendre cette nouvelle avec des pincettes ! Si l’on compare à février 2020, avant le lockdown, il manque encore 5,7 millions de postes. Côté matières premières, le retentissement du signal du chiffre de l’emploi met une baffe au métal jaune qui perd tout de suite plus de 2%, laissant présager un changement à venir de la part de la FED. MARCHÉ HELVÉTIQUE Notre président tessinois, Ignacio Cassis, termine son voyage en Asie, de retour du Vietnam, il annonce une aide de la Suisse pour faire face à la pandémie avec une livraison de treize tonnes de matériel médical. Il a également profité pour plaider en faveur d’un accord de libre-échange avec l’AELE, pour améliorer les interactions économiques. Ce pays représente un grand potentiel pour les firmes suisses. Depuis trente ans, la Suisse a déjà alloué plus de 600 millions de francs avec des programmes d’aide et de soutien, visant un développement durable. A la bourse, la bancaire CS annonce un remboursement pour les clients ayant détenu des parts de fonds partis en faillite à la suite du scandale Greensill, message positif pour les investisseurs, elle prend place sur le podium. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.91 et l'euro s'échange à CHF 1,07. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 309 41 70

  • Attentisme exacerbé

    MARCHES INTERNATIONAUX Le manque d’entrain des intervenants sur les marchés internationaux fait que les indices évoluent dans une fourchette assez serrée. Aussi, le manque de nouvelles ne favorise pas les impulsions que pourraient recevoir les marchés. En Europe, la France et l’Allemagne voient leur production industrielle se reprendre. C’est surtout l’Allemagne qui montre l’exemple avec une hausse de 4,1 % de rebond sur le mois de juin. L’espoir d’un élan positif sur les marchés peut venir des résultats des entreprises qui sont plutôt bons pour le 1er semestre de l’année. Il nous faut maintenant consolider le tout avec une baisse des contaminations et ainsi un retour plus facile à une vie sans restriction. La solution existe, reste à l’appliquer. Beaucoup d’investisseurs se posent la question d’un prochain crash boursier. Impossible de donner une réponse à cette question sans être devin. Cependant, il faut aussi tenir compte que le rebond économique devrait encore être devant nous, avec la fin une fois ou l’autre de la pandémie. D’autre part, les politiques accommodantes des banquiers centraux ne sont pas près de cesser. Cependant, le risque peut venir d’une hausse rapide et incontrôlée de l’inflation. Toutefois, ce n’est pas pour demain. MARCHE SUISSE Notre bourse helvétique flirte toujours avec ses sommets. Après avoir été à 12'215 points, l’indice ne fait que voltiger autour de cette marque, dans une fourchette assez étroite. En fin de séance, le SMI est à 12'197 points. Le titre Swisscom est la bonne surprise de la séance. Les chiffres semestriels sont en progression et l’action progresse sensiblement en tournant autour des 550 francs. A l’opposé, nous avons Alcon qui perd quelques plumes et revient vers les 66 francs. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9070 et l'euro s'échange à CHF 1,0737. Marco Levis Gestion de fortune - Bulle 026 309 41 42

  • Attention faux départs!

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Déception après la publication des chiffres de l’emplois, la bourse américaine se relâche un peu. Le secteur privé a annoncé des créations d’emplois, largement inférieures à ce qui était attendu, avec seulement 330'000 postes. Cette nouvelle est quelque peu inquiétante, d’autant plus que vendredi le rapport officiel sur l'emploi sera publié. Si la mauvaise nouvelle se confirme, l’impact pourrait se faire ressentir auprès des investisseurs. Dans ce contexte positif au vu des bons résultats des entreprises sur les trois dernières semaines, l’incompréhension pourrait faire sonner le glas. Au palmarès américain, la biotech Novavax à l’origine du futur vaccin anti-Covid a été propulsée de plus de 17% juste après l’annonce de la conclusion d’un contrat pour l'achat anticipé de 200 millions de doses de son vaccin, dès l’approbation de l'Agence européenne des médicaments. MARCHÉ HELVÉTIQUE Seuls les indicateurs sont au beau fixe avec « 4 soleils » et laissent présumer d’une reprise de la conjoncture dans notre pays de lacs et de flaques. Notre indice SMI se comporte toujours avec optimisme, dans les plus fortes hausses de cette journée, le fabricant d’aides auditives Sonova, propulsé avec plus de 60% depuis la fin 2020. En contresens à la baisse, nous avons Swatch et Oerlikon pour les plus marquées. Le secteur hôtelier connaît un vif succès depuis le début de l’année grâce à la clientèle suisse, comme quoi mieux rester chez nous ! En effet, pas de chance pour les nombreux voyageurs restés bloqués dans les aéroports du pays, sans les certificats Covid, ou expirés, faute de traduction en anglais ou encore avec des données non conformes à leurs pièces d'identité. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.90 et l'euro s'échange à CHF 1,07.   Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 309 41 70

  • Marchés sans élan

    MARCHES INTERNATIONAUX Les principaux marchés internationaux sont dans une sorte de léthargie, attendant une impulsion pour avoir une direction plus franche. C’est vrai que cette période de l’année est plutôt propice au « far niente » et que beaucoup d’investisseurs profitent d’une période d’accalmie bien méritée. Cependant, les craintes d’un ralentissement liés à la sortie de la pandémie se ravivent un peu partout et les gouvernements font tout ce qu’ils peuvent pour convaincre les populations de se faire vacciner. Le prix du pétrole se reprend quelque peu après la correction de la veille. Cette baisse s’est expliquée par la menace que fait peser sur la reprise économique le variant Delta du coronavirus. Avec la progression assez faible des vaccinations, l’apparition de nouveaux variants risque bien de se multiplier dans l’avenir. En Chine, le gouvernement central reprend la main ces derniers jours avec de nouvelles réglementations contraignantes dans le domaine du jeux vidéo et des semi-conducteurs. MARCHE SUISSE Notre marché helvétique établit à nouveau un plus haut historique, dépassant momentanément la barre symbolique des 12'200 points. L’après-midi a été moins positif et à quelques encablures de la fin de séance, notre SMI est revenu proche de son niveau d’ouverture à 12'165 points. Les fourchettes de négociation de la plupart des actions de notre indice principal sont assez étroites. Peu de titres se distinguent. ABB se positionne en haut du tableau avec un gain au-delà des 1 %. De l’autre coté de la barre nous retrouvons Swiss Ré avec un recul de près de 0,90 %. La bonne nouvelle de la journée concerne le moral des ménages suisses qui est au beau fixe avec des attentes positives sur l’évolution économique prochaine. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9040 et l'euro s'échange à CHF 1,0730. Marco Levis Gestion de fortune - Bulle 026 309 41 42

  • Entre espoir et crainte

    MARCHES INTERNATIONAUX Comme à leur habitude, les Etats-Unis montrent l’exemple au reste du monde sur le thème de la relance économique. Wall street avait terminé négativement la semaine dernière, cependant un certain entrain règne quand même sur les marchés internationaux. Ceci est dû à l’optimisme qui résulte d’une possible acceptation d’un gigantesque plan de relance des infrastructures américaines d’environ 1'200 milliards de dollars. En Europe, les craintes sur le développement très contagieux du variant Delta font peur pour la fin de la saison touristique de plusieurs pays. L’Espagne, le Portugal, la France et l’Italie ont des hausses de contaminations qui sont exponentielles et même si les chiffres des hospitalisations restent relativement bas, les hôpitaux prévoient déjà le pire. L’anticipation d’une reprise économique qu’on voyait poindre à l’horizon du deuxième semestre semble devoir subir un net refroidissement. La prudence des investisseurs quant à l’avenir des marchés se fait sentir sur les cours du pétrole qui sont en baisse. Le risque de nouveaux confinements dans le monde pèserait sur les déplacements et donc sur la demande d’or noir. MARCHE SUISSE En Suisse, le SMI commence la semaine positivement en améliorant, durant la matinée, son plus haut historique. Toutefois, dans l’après-midi, il se contracte et à quelques minutes de la clôture, il est à 12'168 points. Aussi, notre industrie a vécu un mois de juillet excellent, ceci grâce à la forte hausse des entrées de commandes, avec des délais de livraison plus court et des prix d’achat en hausse. Cependant, dans le domaine des services, l’élan constaté au tout début de l’été s’est émoussé. Comme escompté, ce sont surtout les ménages helvétiques qui ont contribué à l’industrie des services et non le tourisme en provenance de l’étranger. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9050 et l'euro s'échange à CHF 1,0760. Marco Levis Gestion de fortune - Bulle 026 309 41 42

  • Swiss Re dépasse les attentes

    À la bourse de Zurich, Swiss Re a publié ses résultats pour le premier semestre 2021 et a, comme attendu, renoué avec les chiffres noirs. Grâce à la hausse des primes et des revenus encaissés, le réassureur zurichois a réussi à dégager un bénéfice net de 1,04 milliard de dollars (930 millions de francs), contre une perte de 1,13 milliard un an plus tôt, dépassant largement les attentes des analystes. Sans la prise en compte des charges et des prétentions relevant de la pandémie de Covid-19, lesquelles ont fortement baissé par rapport à l’année dernière, de 2,5 milliards à 825 millions de dollars, le bénéfice net du groupe s’est inscrit à 1,73 milliards de dollars pour le numéro deux mondial de la réassurance, derrière l’allemand Munich Re. À l’échelle du groupe, les primes nettes encaissées et les honoraires ont augmenté de 7,6% sur les douze derniers mois à 20,8 milliards de dollars. À taux de change constants, la progression s’est élevée à 3,2%. Sur le premier semestre, les pertes liées à la crise sanitaire ont surtout pénalisé les activités de réassurance d’affaires vie et santé en raison des décès. Dans le segment des couvertures de dommages, les charges liées à la pandémie devraient atteindre un montant inférieur à 200 millions pour le restant de l’année. Au sujet des récentes inondations en Europe ainsi que les troubles sociaux en Afrique du Sud, le réassureur anticipe une perte de plusieurs millions de dollars, mais devrait rester dans les limites des prévisions de gros sinistres pour le 3ème trimestre. Dans le cadre du renouvellement des contrats, Swiss Re a encore réussi à améliorer la rentabilité de son portefeuille, signalant que les tarifs ont été relevés de 4% en moyenne et soulignant que de manière générale, le marché est de plus en plus conscient que les coûts des sinistres sont plus importants qu’auparavant. David Hartmann Gestion de fortune 026 350 74 29

  • Credit Suisse déçoit

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Pour l’avant-dernière séance de la semaine, les places financières asiatiques ont terminé en hausse. A Hong Kong, l’indice Hang Seng a bondi de 3,30% et l’indice composite de Shanghai s’est valorisé de 1,49%. A la Bourse tokyoïte, l’indice Nikkei des 225 valeurs vedettes japonaises termine en progression de 0,73%, aidé par le relèvement des prévisions annuelles du constructeur automobile Nissan, dont le titre s’est apprécié de 5,76%. MARCHÉ SUISSE Nos indices helvétiques ont terminé la journée en faible progression. Le Swiss Market Index prend 0,11% et l’indice élargi Swiss Performance Index monte 0,13%. Du côté des sociétés, le numéro deux bancaire helvétique Credit Suisse (-1,98% à 9,11 francs) a publié ses chiffres pour le deuxième trimestre. La banque aux deux voiles paie les conséquences de ses engagements dans le fonds spéculatif américain Archegos et Greensill, du nom de la société britannique d’affacturage en faillite. Le bénéfice net s’est établi à 253 millions de francs, amputé de 78% par rapport au résultat de 1,16 milliard engrangé entre avril et juin 2020. Sur la même période, le groupe bâlois de spécialités chimiques Clariant annonce une croissance de son chiffre d’affaires de 11% à 1,03 milliard de francs. Cette performance s’inscrit dans le haut des projections du consensus AWP. Le colosse agroalimentaire Nestlé a terminé son premier semestre sur une croissance organique de ses ventes de 8,1%, qui se sont établies à 41,76 milliards de francs. Par catégorie de produits, le café a été le principal contributeur. Le fournisseur de l’industrie photovoltaïque Meyer Burger étend son portefeuille de produits avec des tuiles solaires. Deutsche Bank et Société Générale ont revu leur objectif à la hausse pour l’action du sous-traitant de l’industrie pharma Lonza. La banque allemande passe de 680 à 800 francs, et l’établissement français fixe son cours cible à 885 francs. JEROME DOUGOUD Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 24

  • Bonne surprise de Lindt & Sprüngli

    MARCHÉS INTERNATIONAUX En Asie, les indices chinois continuent de reculer en raison des inquiétudes persistantes concernant l’impact d’une réglementation plus stricte. Le Shanghai composite abandonne 2,49% après être déjà tombé la veille au plus bas depuis la mi-avril. A la bourse de Hong Kong, le Hang Seng se retrouve quant à lui à un niveau plancher plus atteint depuis le mois de novembre, se délestant de 4,22%. Au Japon, le Nikkei de la bourse de Tokyo a gagné 0,49% dans le sillage de la séance positive à New-York la veille. Aux Etats-Unis, les commandes de bien durables ont augmenté bien moins qu’attendu en juin, et ont ralenti par rapport à mai, les Américains dépensant désormais plutôt leur argent dans les services qui reprennent leur activité. En outre, la Fed a débuté mardi matin (13h00 GMT) sa réunion de politique monétaire, qui s’achèvera mercredi, et à l’issue de laquelle sont attendus des commentaires sur l’inflation et les risques posés par le variant Delta du coronavirus. MARCHÉS SUISSES A la bourse de Zurich, dans un SMI (Swiss Market Index) en baisse de 0,24%, la meilleure performance du jour est à mettre à l’actif de Givaudan (+1,06%), devant le géant bleu Swisscom (+0,59%) et le mastodonte veveysan Nestlé (+0,17%). A l’inverse, le genevois Richemont (-2,22%) et l’horloger biennois Swatch (-2,42%) terminaient en queue de peloton. Sur le marché élargi, Lindt & Sprüngli a dépassé toutes les attentes au premier semestre, dépassant même légèrement, pour les ventes, son niveau d’avant la crise. Le chocolatier de Kilchberg a relevé dans la foulée ses objectifs pour l’ensemble de l’année. David Hartmann Gestion de fortune 026 350 74 29

  • La Chine en repli

    MARCHÉS INTERNATIONAUX En Asie, les marchés chinois sont en net repli, le secteur de l’éducation étant lourdement pénalisé par une nouvelle réglementation de Pékin qui interdit aux entreprises de soutien scolaire de réaliser des bénéfices sur les matières fondamentales dans le but d’alléger les pressions financières sur les familles. En outre, les actions ont été pénalisée par des informations de presse selon lesquelles la Banque populaire de Chine a demandé aux banques de Shanghai de relever le taux des prêts hypothécaires pour les primo-accédants. Dans ce contexte, le Hang Seng de Hong Kong a plongé de 4,13% alors qu’en Chine continentale, le Shanghai composite s’est délesté de 2,34%. Au Japon, la Bourse de Tokyo a fini en hausse de 1,04%, rattrapant son retard après être restée fermée pendant quatre jours. En Allemagne, le moral des entrepreneurs a connu en Juillet sa première baisse depuis janvier sous l’effet de la pénurie de matières premières, dont les puces, et de craintes sur une nouvelle hausse des infections qui pèsent sur les perspectives des prochains mois. MARCHÉS SUISSES A la Bourse de Zurich, notre indice SMI (Swiss Market Index) est resté ancré dans le rouge tout au long de la journée avant de clôturé en baisse de 0,67%. Crédit Suisse, qui a tiré un trait définitif sur l’affaire d’espionnage qui l’opposait à son ancien top-manager Iqbal Khan, a fini la journée en tête des gagnants (+1,77%) devant le concurrent UBS (+1,64%) et le spécialiste genevois du Luxe Richemont (+0,9%). A l’autre extrémité du tableau, le sous-traitant dans l’industrie chimique et pharmaceutique Lonza qui s’était enrobé de plus de 4% vendredi, fermait la marche en baisse de 2,78%. Sur le marché élargi, Relief Therapeutics (+7,26%) a réalisé un placement privé auprès de deux investisseurs institutionnels américains non identifiés. L’opération concerne 71,4 millions d’actions au prix unitaire de 21 centimes, qui doivent générer des revenus bruts d’environ 15 millions de francs. David Hartmann Gestion de fortune 026 350 74 29

  • Record battu

    MARCHES INTERNATIONAUX Optimisme en Europe et aux Etats-Unis, inquiétudes en Asie. Voilà le résumé de la journée de vendredi, qui a vu ces régions du monde évoluer dans des sens différents. En effet, les indices asiatiques ont tous clôturé dans le rouge, avec notamment Hong Kong qui perdait 1.45% et l’indice continental chinois CSI 300 qui glissait de 1.2%. Outre les craintes liées à la propagation du virus, de nouvelles restrictions du gouvernement chinois ont pesé sur le marché. Les autorités du pays ont entre autres interdit les investissements étrangers dans les sociétés chinoises du secteur de l’éducation. Cela a mis un sérieux coup de pression sur le cours de ces entreprises, mais également sur toutes les sociétés chinoises dont les actions sont cotées à l’étranger. Du côté européen, les indices s’appréciaient d’environ 1%, portés par d’excellents indicateurs d’activité économique. Wall Street évoluait également de manière positive, avec une hausse moyenne de 0.5%. MARCHE SUISSE Le SMI avait égaré son côté défensif vendredi, pour afficher l’une des meilleures performances parmi les indices mondiaux et clôturer à son plus haut historique. Swisscom était le seul titre du SMI légèrement dans le rouge, tandis que la palme revenait à Lonza (+3.5%). Le sous-traitant pharmaceutique a publié des résultats semestriels dépassant même les attentes des analystes les plus optimistes. Le partenariat signé avec Moderna a été l’un des éléments fondamentaux des bons chiffres annoncés. A noter également la bonne performance de l’action Comet (+3.3%), qui a procédé à un avertissement positif sur les résultats qui seront prochainement publiés par le spécialiste des rayons X et fréquences radio. MATIERE PREMIERES L’or perdait légèrement du terrain pour se trouver à USD 1'800.- l’once, et le pétrole réussissait à boucler la semaine en positif, malgré la forte correction survenue lundi. XAVIER BLANC Gestion de fortune – Bulle 026 309 40 14

  • Plombé par les poids lourds

    MARCHES INTERNATIONAUX Les marchés évoluaient de manière dispersée jeudi, avec les principaux indices européens qui finissaient tous en positif à la suite de la réunion de la Banque Centrale Européenne. Mme Lagarde a en effet confirmé le maintien de la politique monétaire accommodante, en citant que la propagation du variant Delta était une source croissante d’inquiétude pour l’économie européenne. Autre son de cloche aux Etats-Unis, où Wall Street a ouvert légèrement en baisse, principalement à cause d’une hausse d’inattendue des inscriptions au chômage. Autre indicateur observé, la vente de logements anciens a à nouveau affiché une croissance après plusieurs mois de baisse, mais en augmentant toutefois mois que les attentes des analystes. MARCHE SUISSE Le SMI connaissait une journée assez similaire à celle de mercredi, avec la plupart des titres en hausse, mais deux poids lourds qui pèsent sur la performance. En effet, Nestlé se délestait de 1.6%, mais c’est Roche qui impactait le plus notre indice national, avec 3.6% de baisse à la suite de la publication des résultats trimestriels. La multinationale baloise dépassait légèrement les attentes des analystes, qui considéraient les chiffres comme excellents, mais trop tirés par l’effet de la pandémie. L’ampleur de la baisse s’explique aussi par un effet de prise de bénéfice suite à la récente bonne performance du bon de jouissance. Comme souvent cette année, c’est Partners Group qui était en pole position, avec un gain journalier de 2.5%. Sur le marché élargi, la volatile Zur Rose prenait plus de 5% après avoir vu un courtier américain débuter le suivi du titre avec recommandation d’achat. Sulzer n’était pas en reste (+3.3%) après l’annonce de solides résultats semestriels par le groupe industriel basé à Winterthour. DEVISES Les principales monnaies restaient relativement stables jeudi, avec le CHF qui s’échangeait à 1.0825 contre EUR, 0.92 contre USD et 1.2640 contre GBP XAVIER BLANC Gestion de fortune – Bulle 026 309 40 14

  • De bonnes surprises

    MARCHES INTERNATIONAUX Les résultats du deuxième trimestre sont progressivement publiés par les différentes sociétés cotées en bourse. Sur les chiffres qui ont été annoncés jusqu’à maintenant, quatre entreprises sur cinq ont dépassé les attentes des analystes. En moyenne, il est désormais attendu que les bénéfices globaux sur cette période augmentent de plus de 80% par rapport à l’année précédente. Certes, cette comparaison se fait avec un printemps 2020 très impacté par la pandémie, mais cela témoigne du rebond vigoureux observé au niveau du commerce mondial. Les bourses asiatiques ont toutes terminé en positif, avec des performances comprises entre 0.5 et 0.8%. Sur le Vieux-Continent, l’humeur était encore meilleure, l’indice Eurostoxx 50 affichant une hausse de 1.7%. Les regards sont désormais tournés vers la Banque Centrale Européenne, qui se réunit jeudi pour discuter de sa politique monétaire. Aux Etats-Unis, les différents indices ouvraient en hausse, là-aussi à la suite de résultats printaniers meilleurs que prévu, notamment pour Coca-Cola. MARCHE SUISSE De nombreux titres suisses ont très bien performé mercredi, à l’image du secteur des assurances, qui n’a pas été épargné dernièrement avec la pandémie, les intempéries et les taux toujours très bas. Swisslife montrait la voie en gagnant plus de 3%, suivie de près par Swiss Re. Malgré cela, le SMI ne s’appréciait que de 0.6%, en raison des baisses affichées par les poids lourds Nestlé et Novartis. Le géant pharmaceutique a annoncé des résultats rassurants et devrait prochainement pouvoir renouer avec des performances d’avant Covid. Son action baissait toutefois de 1%, les chiffres des départements des génériques et de l’oncologie se situaient en dessous des attentes. XAVIER BLANC Gestion de fortune – Bulle 026 309 40 14

  • UBS en pleine forme

    MARCHES INTERNATIONAUX Les principaux marchés asiatiques avaient la gueule de bois suite à la journée rouge foncé que l’on a connue hier. A Tokyo et à Hong Kong, les indices perdaient près de 1%, tandis que la Chine continentale a terminé en très légère baisse. Le rebond était de mise en Europe, où les bourses étaient en hausse de 0.5 à 1%. La réaction du marché américain était très attendue, et à l’heure d’écrire ces lignes, le S&P 500 gagnait 1.3% pendant que l’indice technologique Nasdaq se reprenait plus timidement avec +0.8%. Après Richard Branson la semaine passée, c’était au tour de Jeff Bezos de partir dans l’espace. Le fondateur d’Amazon a bouclé le premier vol habité de son entreprise Blue Origin. Bel accomplissement, mais quel est le sens de cette nouvelle course à l’espace ? MARCHE SUISSE La journée a débuté en fanfare pour UBS, avec d’excellents résultats annoncés pour le deuxième semestre 2021. L’action de la banque aux trois clés décollait de plus de 5% et aidait Credit Suisse a repassé au-dessus des CHF 10.- (+3%). Au niveau du SMI, seule l’action Roche perdait légèrement du terrain (-0.4%). Dans les plus petites capitalisations, Rieter continue d’affoler les statistiques. L’action du fabricant de machines textiles, qui a plus que doublé depuis le début de l’année, gagnait encore 6% aujourd’hui. DEVISES Sur le marché des changes, le franc suisse se dépréciait légèrement face au dollar US (0.9220), et restait stable contre l’Euro (1.0850). Quant au pétrole, il reprenait ses esprits suite à la gifle reçue hier et gagnait 1%. XAVIER BLANC Gestion de fortune – Bulle 026 309 40 14

  • Comme un lundi…

    MARCHES INTERNATIONAUX La semaine a débuté avec une journée fortement négative sur les marchés, principalement en raison de l’augmentation globale des contaminations au Covid. En effet, la plupart des pays européens commence à remettre en place des restrictions afin de limiter au mieux le début d’une nouvelle vague. Le pays le plus touché est l’Angleterre, où le nombre de nouveaux cas quotidiens a dépassé les 50'000 deux jours de suite. Ironie du sort, c’est justement maintenant que les restrictions sont levées dans ce pays, avec notamment le port du masque qui n’est plus obligatoire mais seulement recommandé. En Asie, l’inquiétude est de mise à Tokyo, où les cas positifs se multiplient au Village olympique. L’Indonésie, plutôt épargnée par la pandémie jusqu’à maintenant, se profile comme l’un des épicentres du virus, avec une explosion de nouveaux cas et de décès. Cette situation met les marchés sous pression, avec la majorité des indices européens qui perdent entre 2.5 et 3%. Aux Etats-Unis, le S&P 500 et le Dow Jones baissaient de 2%, tandis que le Nasdaq se délestait de 1.2%. MARCHE SUISSE En Suisse, le SMI perdait 1.6% peu avant la clôture, suivi de près par l’indice élargi SPI (-1.5%). Seul Givaudan parvenait à garder la tête hors de l’eau (+0.9%), tandis que Nestlé et Lonza se maintenaient péniblement à flot. Sans surprise, les titres du secteur du tourisme affichaient les plus grosses corrections, avec lastminute.com (-5.5%) et Dufry (-5%). En parallèle aux tensions liées au Covid, les récentes intempéries mettaient les actions des assurances sous pression, avec en tête Swiss Re qui lâchait plus de 4%. DEVISES Sur le marché des changes, notre monnaie nationale s’est légèrement renforcée face au dollar US à 0.9180 ainsi que contre l’Euro à 1.0840. MATIERES PREMIERES A la suite d’une décision des membres de l’Opep+ d’augmenter leur production dès le mois d’août, le pétrole perdait près de 6%. XAVIER BLANC Gestion de fortune – Bulle 026 309 40 14

  • PIB chinois décélère

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La deuxième puissance économique de la planète a enregistré une croissance de 7,9% au second trimestre, après 18,3% sur les trois premiers mois. Cette nette décélération du PIB chinois était largement anticipée, d’où le peu d’impact sur les places financières asiatiques. A Hong Kong, l’indice Hang Seng a gagné 0,75% et l’indice composite de Shanghai a grimpé de 1,02%. Par contre, au Japon, après avoir enregistré un nouveau record de cas Covid-19 depuis le début de l’année, et ceci juste avant l’ouverture des Jeux olympiques, son indice Nikkei des 225 valeurs vedettes a baissé de 1.15%. MARCHÉ SUISSE Nos indices helvétiques ont terminé dans le rouge. Le Swiss Market Index perd 0,55% et termine en dessous des 12'000 points. L’indice élargi Swiss Performance Index s’allège de 0,52%. Du côté des sociétés, le leader mondial des fabricants de produits à base de cacao et de chocolat de qualité supérieure Barry Callebaut a annoncé pour les neuf premiers mois de son exercice décalé un chiffre d’affaires en hausse de 2,1% à 5,35 milliards de francs. D’ici 2022/23, le transformateur de cacao cible une croissance des volumes de 5 à 7%. Le facilitateur de distribution DKSH a publié pour les six premiers mois de l’année un chiffre d’affaires de 5,49 milliards de francs, soit une progression de 5,3% à taux de change constant. Son résultat d’exploitation (Ebit) a crû de 21% à 131,5 millions de francs. Sur la même période, le fabricant zurichois de machines textiles Rieter a réalisé un chiffre d’affaires en progression de 57,1% à 400,5 millions de francs, ainsi qu’un bénéfice net de 5,3 millions, contre une perte nette de 54.4 millions à fin juin 2020. Ces chiffres ont largement battu les attentes des analystes. La banque d’affaires Morgan Stanley revoit à la hausse ses objectifs de cours pour deux titres suisses, à commencer par celui de Givaudan, qui passe de 3'700 à 3'800 francs. Le second concerne l’action Schindler, qui est augmenté de 10 francs à 260 francs. JEROME DOUGOUD Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 24

  • La barre des 12'000 points résiste

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Au Japon, la Bourse de Tokyo a terminé en recul de 0,38% mercredi, dans le sillage de Wall Street la veille, plombée notamment par des chiffres d’inflation plus élevés que prévu aux Etats-Unis et avant l’audition semi-annuelle du patron de la Fed devant les parlementaires américains. Les Bourses chinoises ont également clôturé en baisse, l’indice Hang Seng de Hong Kong perdant 0,63% mais faisant tout de même mieux qu’en Chine continentale, où le Shanghai Composite s’est délesté de 1,07%. De l’autre côté de l’Atlantique, le président de la Banque centrale américaine (Fed), Jérôme Powell, table toujours sur une inflation temporaire seulement aux Etats-Unis, assurant de nouveau que cette hausse des prix ne justifie pas un resserrement des conditions monétaires et que l’institution soutiendra l’économie jusqu’à ce que la reprise soit totale. L’emploi reste loin du niveau maximal que la Fed veut atteindre avant de réduire son soutien. MARCHÉS SUISSES A la Bourse de Zurich, dans un SMI (Swiss Market Index) en baisse de 0,23%, la porteur Swatch (+2,81%) terminait largement en tête des gagnants. Après les bons chiffres semestriels publiés lundi soir par l’horloger biennois, plusieurs analystes ont augmenté l’objectif de cours avec des recommandations entre «neutral» et «buy». Le concurrent genevois Richemont (+1,92%), qui publiera ses chiffres au 1er trimestre 2021/22 vendredi, prenait quant à lui la deuxième place du classement devant le géant du ciment Holcim (+0,56%). A l’autre extrémité du tableau, la lanterne rouge était tenue par Lonza (-1,08%), derrière le géant bleu Swisscom (-0,99%) et le spécialiste des solutions ophtalmiques Alcon (-0,93%). Sur le marché élargi, le producteur de visserie et de solutions de fixation Bossard (-0,87%) a confirmé avoir réalisé un premier semestre exceptionnel en termes de ventes, frôlant la marque du demi-milliard de francs. La surprise avait toutefois été largement éventée. David Hartmann Gestion de fortune 026 350 74 29

  • Dans l’attente de l’ouverture du bal

    MARCHÉS INTERNATIONAUX A défaut d’avoir des nouvelles majeures à se mettre sous la dent, les marchés se focalisent sur le variant Delta et son impact potentiel sur l’économie, alors que la saison des résultats débutera mardi avec les banques américaines. Une ombre continue de planer sur le rythme de la reprise économique mondiale, puisque de nombreux pays réintroduisent des mesures de restriction. Toutefois, en Asie, l’indice Nikkei 225 réalise un rebond spectaculaire de 2,25% dans le sillage des records enregistrés à Wall Street vendredi. En Europe, après une ouverture dans le rouge, les places boursières repassent finalement dans le vert. A la clôture, le DJ Eurostoxx 50, indice regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, avance de 0,62% à 4'093.38 points. Aux Etats-Unis, les marchés temporisent un peu après avoir battu des records historiques vendredi dernier. La prochaine vague de résultats trimestriels, l’audition du patron de la Fed mercredi ainsi que la publication des chiffres tant scrutés des prix à la consommation mardi incite les investisseurs à la prudence. MARCHÉ SUISSE Le marché suisse ne fait pas exception et atteint des records historiques. L’action nominative du chocolatier Lindt & Sprüngli dépasse pour la première fois la barre des 100'000 francs et devient ainsi le titre le plus cher de la bourse suisse. Swatch (+1,3%) et Richemont (+1,5%) reprennent des couleurs alors que ABB est la seule à terminer la séance dans le rouge (-0.1%). Partners Group culmine en tête du classement avec une performance de 2,46%, porté par un relèvement d’objectif de cours de Morgan Stanley. A la clôture, le Swiss Market Index avance de 0,77% à 12'081,62 points, alors que l’indice plus large Swiss Performance Index gagne 0,79% à 15'530.43 points. JULIE CAMBOU Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 99

  • Le Delta plane en Asie

    MARCHES INTERNATIONAUX Le variant Delta continue de progresser dans toutes les régions du monde, mais c’est principalement en Asie et en Afrique qu’il provoque des flambées épidémiques. Plusieurs pays ont pris des mesures drastiques pour essayer d’en freiner l’impact. Au Japon, la majorité des épreuves des prochains Jeux Olympiques se dérouleront à huis clos, suite à l’état d’urgence décrété à Tokyo. En Thaïlande, un couvre-feu nocturne est instauré après un nouveau record de contaminations quotidiennes. La Corée du Sud, pourtant élève modèle dans la gestion de la crise, va appliquer les restrictions les plus dures depuis le début de la pandémie. La grande majorité des marchés boursiers évoluent en hausse, principalement en rebond à la suite de la correction survenue jeudi. Mme Lagarde a formulé des propos rassurants en affirmant que la BCE a décidé de relever son objectif d’inflation, la politique monétaire européenne va donc rester accommodante. MARCHE SUISSE Après la séance négative de jeudi, le SMI reprenait sa marche en direction des 12'000 points, avec une hausse de +0.5% à l’approche de la clôture de la semaine. Swatch récupérait 3% après avoir fermé la marche jeudi soir, son cours ayant été revu à la hausse par un analyste. Les actions pharmaceutiques Roche et Lonza étaient les rares à évoluer dans le rouge, avec respectivement -0.25% et -0.5%. Au niveau élargi, à noter la performance du titre Polypeptide, récemment introduit sur la bourse suisse, qui était recherché et gagnait plus de 7%. DEVISES L’euro se renforce légèrement contre le franc suisse à 1.0860 tandis que le cours USD/CHF se consolide autour de 0.9150. XAVIER BLANC Gestion de fortune – Bulle 026 309 40 14

  • Fiscalité universelle

    MARCHES INTERNATIONAUX Le G20 discutent aujourd’hui et demain de la taxation des entreprises à un taux minimal de 15%. L’objectif est de valider le procédé ainsi que ses exceptions. Les exceptions seront sans doute nombreuses et la réticence de certains pays pourrait peser. Les républicains n’y sont pas non plus favorables eux qui ont réduit les taxes sur les entreprises durant le mandat de Trump. Les minutes de la FED n’ont pas été surprenante. La FED s’est contentée de rappeler le scénario transitoire de l’inflation et que sa politique accommodante allait perdurer tant que l’économie ne serait pas rétablie. Le marché US corrige de -1.42% après des statistiques, dont l’emploi, en deçà des attentes. BOURSE SUISSE La bourse suisse va modifier sa composition le 17 septembre en retirant Swatch Group et en introduisant Logitech. Swatch rejoindra le SMIM. Logitech devient ainsi le premier groupe informatique à atteindre l’indice phare suisse. Le SMI évolue à 30 minutes de la clôture à 11'881 points en nette baisse de 1.70% et le SPI avec la même orientation à 15'290 (-1.60%). Logitech se traite après cette annonce à 115.- (-0.56%) tandis que Swatch tombe à 299.90 (-4.06%). Le top du jour revient à Komax qui progresse de 7.04% après une révision à la hausse de ses prévisions et le flop à Polyphor qui se déleste de 9.47%. DEVISES Le dollar se traite à 0.9138 et l'euro à 1.0831 contre franc suisse. Le franc suisse se renforce en tant que valeur refuge. MATIERES PREMIERES Le pétrole (WTI) vaut USD 71.67 et l’once d’or USD 1801.85. VALENTIN ROSSET Gestion de fortune – Bulle 026 309 42 08

  • L’activité manufacturière se maintient

    MARCHÉS INTERNATIONAUX En Asie, les principaux indices boursiers sont en repli, à l’image de l'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo qui cède 0,4%. En Europe, les investisseurs se montrent optimistes après que l'indice américain S&P 500 ait terminé mercredi son meilleur semestre depuis 1998. Les indicateurs d’activité (indice PMI) sur le mois de juin relatent toujours une forte progression de l’économie dans la zone euro avec un nouveau sommet historique pour un quatrième mois consécutif. A 17h30, le DJ Eurostoxx 50, indice regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, avance de 0,3% à 4'077,68 points. Aux Etats-Unis, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont baissé plus que prévu pour tomber à leur plus bas niveau depuis le début de la pandémie. Les indicateurs d’activité manufacturière donnent la même image qu’en Europe, l’économie croît fortement, l’indicateur IHS Markit sortant à 62,1 points, soit son niveau le plus élevé depuis le début des enquêtes en 2007. Malgré ces données favorables, Wall Street évolue d’un pas hésitant à l’ouverture, en attente du rapport mensuel sur l’emploi publié le lendemain. MARCHÉ SUISSE Roche (+0,46%) envisage de réduire de 5% à 7% ses effectifs dans le domaine du développement de produits, en charge notamment des études cliniques. Il y aurait entre 300 à 400 suppressions de postes. Quant à Credit Suisse (+0,83%), son nouveau président, António Horta-Osório, souhaite prendre des décisions d’ici la fin d’année afin de restructurer l’établissement secoué par les scandales financiers Archegos et Greensill. A la clôture, le Swiss Market Index avance de 0,28% à 11'976,26 points. JULIE CAMBOU Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 99

  • Recentrage chez Calida

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Suite aux craintes de la propagation rapide du variant Delta, les places financières asiatiques ont terminé leur séance dans le rouge. A Hong Kong, l’indice Hang Seng s’est allégé de 0.94% et l’indice composite de Shanghai a fait de même avec -0.92%. Au pays du Soleil levant, l’indice Nikkei des 225 valeurs vedettes japonaises a lâché 0.81%, pénalisé de surcroît par la hausse du taux de chômage, qui se situe au plus haut depuis début 2021. En effet, il est passé de 2,8% au mois d’avril à 3% au mois de mai. En fin d’après-midi, l’indice DJ Eurostoxx 50, regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, était en hausse de 0,43%. De l’autre côté de l’Atlantique et dans l’attente du rapport mensuel de l’emploi aux Etats-Unis qui sera publié ce vendredi, l’indice Dow Jones Industrial Average ouvre la séance en territoire positif. MARCHÉ SUISSE Nos indices helvétiques ont terminé la journée à la hausse. Le Swiss Market Index prend 0,16% et reste en dessus des 12'000 points. L’indice élargi Swiss Performance Index progresse de 0,20%. Du côté des sociétés, le laboratoire genevois Relief Therapeutics annonce avoir signé un accord définitif pour l’acquisition du laboratoire tessinois Applied Pharma Research. Le fabricant textile Calida émet le vœu de se désengager du français Millet Mountain Group, qui est spécialisé dans les vêtements et équipements de montagne et de randonnée, avec ses marques Millet et Lafuma. Cette transition permettrait au groupe lucernois de se recentrer sur le secteur de la lingerie et des sous-vêtements, qui est son cœur de métier. La banque d’affaires Morgan Stanley revoit à la hausse son cours cible pour l’action Nestlé, qui passe de 120 à 127 francs, tout en maintenant le titre à surpondérer. La banque d’investissement américaine Jefferies rehausse de 300 francs son objectif de cours pour le spécialiste des arômes et parfums Givaudan à 3'600 francs, accompagné d’une recommandation à sous-performer. JEROME DOUGOUD Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 24

  • Tourisme sous pression

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La bourse de Tokyo a terminé la journée de lundi en légère baisse sur fond de craintes d’une reprise de la crise sanitaire au Japon, l’indice Nikkei 225 perdant ainsi 0,06% à 29'048,02 points. En Europe, les principales places boursières évoluent sans direction claire à deux jours de la clôture du premier semestre et, en fin de journée, l’indice DJ Eurostoxx 50 des valeurs les plus importantes cotées en euros est en baisse de 0,75% à 4'089,91 points. A Wall Street, la prudence est également de mise chez les investisseurs dans l’attente de la publication ce vendredi du rapport mensuel sur l’emploi aux Etats-Unis pour le mois de juin. Une attention particulière sera accordée à l’évolution des salaires, laquelle pourrait donner une indication sur le caractère transitoire ou durable de l’inflation récemment observée. En effet, une inflation salariale, si elle devait être constatée, nourrirait les craintes d’un resserrement prématuré des politiques monétaires lui-même peu favorable aux marchés actions. MARCHÉ SUISSE La bourse suisse est orientée à la hausse dès l’ouverture et l’indice Swiss Market Index (SMI) termine la journée en progression de 0,08% à 12'009,17 points. Le géant pharmaceutique Roche enregistre l’une des meilleures performances de la journée, en hausse de 0,94% à 348,05 francs suite à l’annonce d’homologation par la Commission européenne du Enspryng utilisé pour le traitement des troubles du spectre de la neuromyélite optique (TSNO). Sur le marché élargi, l’indice Swiss Performance Index (SPI) perd 0,01% à 15'419,10 points. La propagation du variant delta dans certains pays, y compris en Europe, met les titres du secteur touristique sous pression. Ainsi, le spécialiste des boutiques hors-taxe Dufry perd 7,94% à 55,92 francs alors que Flughafen Zürich est en recul de 3,52% à 156,20 francs. DEVISES Le franc suisse s’affaiblit face à la monnaie unique à 1,0964 francs pour un euro. Contre le billet vert, la monnaie helvétique se déprécie également à 0,9187 franc pour un dollar. JULIEN YERLY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 78

  • Répit sur l’inflation

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La bourse de Tokyo a terminé la journée de vendredi en hausse, réagissant à l’annonce faite la veille d’un accord préliminaire au Sénat américain en ce qui concerne un plan d’investissement ambitieux dans les infrastructures aux Etats-Unis. L’indice Nikkei 225 gagne ainsi 0,66% à 29'066,18 points alors que les bourses continentales chinoises de Shanghai et Shenzhen enregistrent des hausses respectives de 1,15% et 1,11%%. En Europe, les principales places boursières évoluent proche de l’équilibre et, en fin de journée, l’indice DJ Eurostoxx 50 des valeurs les plus importantes cotées en euros est en baisse de 0,04% à 4'120,66 points. Numéro un mondial de la sidérurgie, ArcelorMittal est bien positionnée pour bénéficier de l’augmentation des dépenses en infrastructures de dessinant aux Etats-Unis et voit son cours s’apprécier de 2,60% sur la journée à 26,20 euros. Outre-Atlantique, les craintes inflationnistes restent au centre des débats et les investisseurs accueillent favorablement la publication de l’indice des prix de base « core PCE » très observé par la Réserve fédérale américaine (Fed) pour mesurer l’évolution des prix dans le pays. En effet, l’augmentation des prix telle que mesurée par cet indice s’est limitée à 0,5% alors que les économistes tablaient sur une hausse de 0,6%. Dans ce contexte, Wall Street ouvre en hausse et ses principaux indices atteignent des niveaux record. MARCHÉ SUISSE Après une ouverture en baisse, la bourse suisse reprend des couleurs en cours de séance et l’indice Swiss Market Index (SMI) termine la journée en progression de 0,05% à 11'999,70 points. Sur le marché élargi, l’indice Swiss Performance Index (SPI) gagne 0,08% à 15'420,47 points. Toujours dans le sillage de l’annonce d’un plan d’investissement dans les infrastructures américaines, les titres du secteur de la construction font partie des gagnants du jour, à l’image de Holcim (+ 1,07%) et Sika (+ 0,20%). DEVISES Le franc suisse reste stable face à la monnaie unique à 1,0953 francs pour un euro. Contre le billet vert, la monnaie helvétique s’apprécie à 0,9164 franc pour un dollar. JULIEN YERLY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 78

  • Acquisitions au menu

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Au lendemain d’un record du Nasdaq, les marchés retrouvent la confiance. Les places financières asiatiques ont terminé proches de l’équilibre. La Bourse de Hong-Kong a grapillé 0,23% et l’indice composite de Shanghai est resté stable, tout comme l’indice Nikkei des 225 valeurs vedettes japonaises. En fin d’après-midi, l’indice DJ Eurostoxx 50, indice regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, était en hausse de 1,14% MARCHÉ SUISSE Nos indices helvétiques ont terminé dans le vert. Le Swiss Market Index prend 0,80% et termine juste en dessous des 12'000 points. L’indice élargi Swiss Performance Index monte de 0,79%. Du côté des sociétés, deux acquisitions sont au menu. Le leader mondial des fabricants de produits à base de cacao et de chocolat de qualité supérieure Barry Callebaut annonce avoir signé un accord pour le rachat de la société belge Europe Chocolate Company, qui fabrique des spécialités ainsi que des décorations personnalisées en chocolat. Autre société à faire ses emplettes, le concepteur de machines de laboratoires Tecan (+10,76% à 475.60 francs) qui tire profit de l’acquisition de son homologue américain Paramit Corporation pour une somme de 1 milliard d’USD. Autres nouvelles, le groupe pharmaceutique bâlois Roche informe que sa filiale japonaise Chugai a obtenu l’autorisation des autorités nippones pour la commercialisation du médicament evrysdi contre l’amyotrophie spinale. Le fournisseur schaffhousois de composants électroniques Carlo Gavazzi a publié ses résultats annuels pour son exercice décalé clos fin mars. Son bénéfice a quasiment doublé à 12,1 millions de francs et notifie que les actionnaires se verront proposer, lors de la prochaine assemblée générale, la reprise du versement d’un dividende de 12 francs. UBS revoit à la hausse son cours cible pour l’action Swatch, qui évolue de 254 à 310 francs, tout en maintenant le titre à neutre. Credit Suisse bénéficie également d’une augmentation d’objectif de cours de la part de Berenberg, qui passe de 9,50 à 11 francs, avec une recommandation d’achat. JEROME DOUGOUD Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 24

  • Le SMI s'essouffle

    MARCHÉS INTERNATIONAUX A la Bourse de Tokyo, la progression des valeurs liées aux semi-conducteurs a été contrebalancé par le repli des laboratoires pharmaceutiques et le Nikkei 225 à clôturé la journée tout proche de l’équilibre (-0,03%). En Chine, les indices étaient mieux orientés, soutenus par les gains enregistrés la veille à Wall Street et rassurés par l’allocution du patron de la Fed sur la politique monétaire américaine. Le Shanghai Composite a gagné 0,25% et le Hang Seng de la Bourse de Hong Kong s’est enrobé de 1,79%. Jérôme Powell a réitéré son point de vue selon lequel les pressions inflationnistes seront transitoires même après une augmentation notable ces derniers mois. Il a ajouté que la Fed serait patiente en attendant de relever les coûts d’emprunt et a aussi déclaré que les augmentations de prix avaient récemment été plus importantes que prévues, mais qu’elles diminueraient probablement, tout en reconnaissant l’incertitude entourant cette opinion. En Europe, l’activité du secteur privé dans la zone euro a enregistré en juin sa plus forte croissance depuis 15 ans, grâce à l’allégement des restrictions sanitaires, laissant augurer d’une forte croissance du PIB au printemps, selon l’indice PMI composite du cabinet Markit. MARCHÉS SUISSES A la Bourse de Zurich, notre indice SMI (Swiss Market Index) est passé sous la barre des 11’900 points et a clôturé la journée en baisse de 0,7%. La meilleure performance du jour est à mettre l’actif du spécialiste zougois des matériaux de construction Sika (+0,43%) qui termine en tête devant Crédit Suisse (+0,32%) tandis que l’horloger biennois Swatch (+0,25%) grimpait sur la troisième marche du podium. A l’autre extrémité du tableau, le mastodonte bâlois de la pharma Roche (-1,39%) tirait l’indice vers le bas. Sur le marché élargi, le constructeur de machines-outils Klingelnberg (-6,8%) a bouclé son exercice décalé 2020/21 (clos fin mars) sur une perte nette de 7,3 millions d’euros, contre un déficit de 25,4 millions un an plus tôt. A la faveur d’un carnet de commandes bien rempli, le groupe se veut confiant pour l’exercice en cours. David Hartmann Gestion de fortune 026 350 74 29

  • Powell sous les projecteurs

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Au Japon, le Nikkei 225 rebondit fortement de 3,12%, essuyant ainsi la majorité des pertes subies la veille. Que ce soit en Europe ou aux Etats-Unis, les marchés ont les yeux rivés sur l’inflation et ne cessent de faire des pronostics sur les possibles réactions de la Réserve fédérale américaine (Fed). Les dernières remarques du patron de la Fed, Monsieur Powell, ne révèlent pourtant pas de grandes nouveautés, il continue de défendre l’idée que les pressions inflationnistes seront temporaires. Toutefois, le calendrier de hausse des taux se discute au sein du comité de politique monétaire et le premier mouvement de taux pourrait bien se faire déjà en 2023 plutôt qu’en 2024. Les places boursières européennes terminent en hausse modérée après une séance très hésitante, alors que Powell sera auditionné après la clôture. Le DJ Eurostoxx 50, indice regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, avance de 0,26% à 4'123,13 points, alors que Wall Street évolue sans direction claire en début de séance, après le rebond de la veille. MARCHÉ SUISSE Le marché suisse n’échappe pas à l’incertitude ambiante. Les bancaires UBS (-0,5%) et Credit Suisse (-0,3%) sont en baisse alors que Nestlé clôture tout juste dans le vert (+0.03%). Roche fait figure de mauvais élève et termine la séance en bas du classement (-1.1%). A la clôture, le Swiss Market Index termine en repli de 0,11% à 11'982,48 points, alors que l’indice plus large Swiss Performance Index cède 0,04% à 15'382,88 points. JULIE CAMBOU Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 99

  • Le jour des quatre sorcières

    MARCHÉS INTERNATIONAUX L’indice japonais clôture la séance sans entrain à – 0,19%. La reprise économique traîne et la Banque du Japon (BoJ) a prolongé, comme attendu, de six mois ses mécanismes exceptionnels de prêts aux entreprises face au Covid-19. La BoJ a cependant surpris en annonçant vouloir rejoindre d’autres banques centrales pour atténuer les effets des changements climatiques. A la suite de l’annonce de la Réserve fédérale américaine (Fed) de deux éventuelles augmentations de taux en 2023, le dollar s’est apprécié. En conséquence, l’or, qui se traite en dollars américains, a corrigé de 5% en quelques jours. Les marchés vivaient hier un quadruple witching day, traduit par «jour des quatre sorcières», un terme utilisé dans le milieu boursier qui caractérise une journée boursière exceptionnelle au cours de laquelle quatre types de produits dérivés expirent les troisièmes vendredis de mars, de juin, de septembre et de décembre. Il s’agit des options sur les indices et les actions ainsi que des contrats à terme (futures) sur les indices et les actions. Les investisseurs s’en méfient car des volumes importants peuvent être échangés ces jours-là. MARCHÉ HELVÉTIQUE La Banque nationale suisse (BNS) s’attend à une évolution de l’inflation de l’ordre de 0,6% pour 2022 et de 0,6% pour 2023. La hausse des prix est surtout attendue dans les hydrocarbures et dans les services liés au tourisme. Il n’y a donc pas encore de quoi sauter au plafond car ces chiffres ne justifient pas de hausses de taux. La Suisse continuera donc à suivre l’évolution des taux américains et européens. Le SMI n’a pas réussi à défendre le nouveau seuil des 12 000 et clôture la semaine à 11 941 points. MATTHIAS NEUBRAND Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 37

  • L'inflation s'emballe

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les annonces en provenance de la Réserve fédérale américaine (Fed) ont surpris les investisseurs. En effet, la Fed a révisé à la hausse ses prévisions d’inflation passant de 2,4% au mois de mars à 3.4%. En complément, une tendance semble clairement se dessiner en faveur de deux hausses successives des taux directeurs d’ici la fin de l’année 2023 afin d’accompagner la reprise de l’économie américaine. Cependant, le président de la Fed Jerome Powell, a souhaité rassurer le marché en soulignant que cette forte hausse de l’inflation semblait être transitoire et qu’elle devrait se stabiliser vers 2,2% en 2023. Cette forte augmentation de l’inflation est certes un signe de l’accélération de l’économie mondiale mais elle ne doit pas être prise à la légère, car même si, selon les autorités monétaires, elle ne devrait être que passagère, cette dernière pourrait peser défavorablement sur les marchés actions. MARCHÉ HELVÉTIQUE Sur le marché suisse, le SMI a passé pour la première fois de son histoire la barre des 12'000 points avant de finir la journée à 12'011.11. Les meilleures performances du jour sont réalisées par Alcon (+0.97%), Novartis (+0.88%) et Zurich (+0.74%). Principaux détracteurs, Swatch Group (-1.24%), Holcim (-1.2%) et Givaudan (-1.14%). DEVISES ET MATIÈRES PREMIÈRES Sur le marché des changes, le dollar est fortement monté face aux autres devises à la suite de l’annonce de la Fed d’une possible remontée des taux d’intérêt d’ici 2023. Cette hausse est également à mettre en relation avec la soudaine reprise de l’inflation en cours aux Etats-Unis. Les autres Banques centrales, ayant également pratiqué une politique monétaire accommodante, vont également devoir prendre position à l’image de la Banque nationale suisse concernant la valorisation du franc suisse. NICOLAS TERCIER Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 28

  • Le poids des mots

    MARCHÉS INTERNATIONAUX En cette journée de mercredi, sur tous les marchés, peu de direction claire. Les investisseurs restaient dans l’attente des annonces de la Banque centrale américaine (FED). Cette dernière, après deux jours de réunion, livrera ses conclusions dans un communiqué de presse en fin de journée. Il sera suivi de l’intervention de son président, Jérôme Powell. Le suspense réside dans les indices du discours, lesquels renseigneront sur le rythme auquel la FED envisage de réduire son soutien à l’économie. En effet, le choix des mots va avoir un poids con-sidérable sur la manière dont elle envisage l’inflation, laquelle augmente plus vite que prévue, poussant ainsi l’économie à croître à son rythme le plus rapide de ses dernières décennies. Bien qu’attendu sans grand changement à court terme par le consensus, quelques surprises ne sont pas à exclure. Ainsi, les marchés actions sont dans l’expectative. Un signe trop « agressif » d’une politique moins accommodante pourrait bien effrayer les marchés. SUISSE Le marché national continue son ascension, notre indice phare SMI convoitant sans l’atteindre… pour l’instant, le cap historique des 12'000 points. Il termine à 11'982.03 points (+0.5%). Il rattrape ainsi en quelques semaines, les autres marchés européens. Sur le marché élargi, avec un chiffre d’affaires semestriel attendu à +62% sur un an et un bénéfice avant impôt qui devrait plus que doubler, Swissquote Group explose et termine la journée à +18.77%, soit +90,65% depuis le 1er janvier. Comme quoi, toutes les bancaires ne connaissent pas le même sort… NATHALIE WYSS Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 12

  • L'euphorie se poursuit

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La bourse japonaise poursuit sa marche en avant. En effet, après la journée de mardi, elle progressait de 0,96%. Dans l’attente de la réunion de la Fed, les marchés chinois évoluaient dans une autre direction. Hong Kong, Shanghai et Shenzhen avaient accordé leurs violons pour terminer tous les trois dans les chiffres rouges. L’ambiance est surtout rythmée par les craintes d’inflation qui se dissipent peu à peu. Les analystes semblent s’accorder sur le fait que celle-ci est principalement due aux matières premières. Elles font face à un goulot d’étranglement à la suite de la reprise économique. L’offre ne suit pas la demande. Leurs prix augmentent logiquement. L’inflation sera justement au centre des débats de la réunion de la Fed. L’enjeu est de taille. Sur la base de la reprise économique enregistrée, l’institution américaine va-t-elle durcir sa politique monétaire ? Le consensus des spécialistes affirme qu’aucune mesure ne serait prise pour augmenter les taux d’intérêts ou diminuer leur programme d’achat d’actif. Les vannes devraient donc rester ouvertes pour soutenir la reprise économique. Dans ce contexte, les bourses européennes se montraient positives mardi après-midi. Paris grapillait 0,40%. Son homologue allemand, le DAX de Frankfort gagnait 0,3%. MARCHÉ SUISSE L’euphorie gagnait également les acteurs du marché helvétique. Les incertitudes liées à l’augmentation des prix à la consommation semblaient s’être complètement envolées. Notre indice principal, le SMI, a clôturé sur la barre symbolique des 11'900 points en augmentant de 0,47%. Dans les gagnants du jour, nous comptions Sulzer. Alors que l’entreprise restructure ses activités, le management du groupe industriel a annoncé qu’il relevait ses ambitions pour l’exercice 2021. Le titre s’envolait de 3,86%. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • De bonne humeur

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Est-ce l’effet du retour du soleil et de l’arrivée tant attendue de l’été ou de ce mois de foot-ball qui a commencé ? peu importe, retenez juste que les marchés étaient bons et ce de-puis vendredi déjà. Prenons un peu de temps pour se pencher sur l’inflation qui semblait revenir et tout le monde se posait la question : « Inflation ou pas inflation ? » à l’instar de William Shakespeare qui se demandait « être ou ne pas être ? ». Eh bien, vraisemblablement, pas inflation. De notre côté on semble être fixés, contrairement à William qui n’a jamais pu répondre à son dilemme et dont les chances d’y réussir sont aujourd’hui nulles. Bref. L’inflation semble donc ne pas vraiment revenir et n’était que passagère tout comme l’engouement autour de cette affaire. Dans la rubrique de l’engouement, on ne pas ne pas parler du dieu de la finance, Elon Musk qui a pris la place de Donald Trump sur Twitter et qui sème une zizanie sans nom sur les marchés en faisant la pluie et le beau temps grâce à ses messages. Notamment et principalement sur les cryptomonnaies. Et comme à chaque fois qu’il publie un message sur le Bitcoin il le fait bouger de plus ou moins 10%, et sans que personne ne le mette en porte à faux, ce serait bête de s’en priver et de se mettre un peu plus d’argent dans les poches… MARCHÉ SUISSE A Zurich les traders arborent fièrement le maillot et le drapeau du SMI qui est en train de s’approcher du jalon psychologique des 11'900 points et au lieu de crier HOPP SCHWIZ avec une énorme bière à la main et un drapeau peint sur le visage, ils chantent en chœur pour encourager notre indice boursier principal. Gorgoni Marco Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • Emoji de coeur brisé

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Un simple tweet d’Elon Musk avec un emoji de coeur brisé et le bitcoin, laissant croire qu’il faisait allusion à une scission potentielle. Résultat, la cryptomonnaie a chuté de près de 6%. Ceci montre une fois de plus la fragilité des cryptomonnaies. Plus sérieusement, l’inflation en Russie continue son ascension, soit 5,9% annualisé. Le ministre des Finances met en garde contre une surchauffe de l’économie. En conséquence, la Banque centrale russe pourrait augmenter les taux de 0,5% le 11 juin, le niveau actuel étant à 5%. La Commission européenne prévoit de mobiliser dans le cadre d’un partenariat avec Bill Gates 1 milliard de dollars dans les énergies propres sur les cinq prochaines années. Les Bourses ont évolué à l’équilibre dans l’attente de la publication du taux de chômage et des créations d’emplois aux Etats-Unis: en effet, 559 000 nouveaux emplois créés étaient inférieurs aux attentes de 671 000 emplois.Le taux de chômage a quant à lui affiché 5,8% contre 5,9% attendu. Tesla se reprenait quelque peu hier après avoir perdu 5% jeudi. Les commandes de véhicules Tesla en Chine ont chuté de près de 50% en mai par rapport au mois précédent. MARCHÉ HELVÉTIQUE Et sur les marchés suisses? Dans notre pays, la meilleure performance du jour est à mettre au crédit de Roche (+1,25%). Le groupe pharmaceutique indique avoir enregistré des données encourageantes pour son traitement du cancer du sein, type de cancer le plus répandu au monde. Notre indice suisse clôt la semaine en hausse de 1,26% et la journée en hausse de 0,52% à 11 570 points. Le métal jaune, pour sa part, se traite à 1893 dollars l’once. MATTHIAS NEUBRAND Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 37

  • Les marchés attentistes

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La journée boursière avait bien mal commencé pour les investisseurs japonais qui voyaient leur indice principal, le Nikkei 225, ouvrir largement dans les chiffres rouges. Toutefois, les statistiques encourageantes de l’accélération de la vaccination sur l’archipel nippone ont donné du baume aux cœurs des acteurs de la place financière. Ainsi, l’indice clôturait dans le vert sur une hausse de 0,46%. En Chine, Hong Kong progressait de 0,68%. De leur côté, Shanghai et Shenzhen terminait en légère baisse. Le pétrole poursuit sa marche en avant. En milieu de journée, le Brent dépassait les 70 dollars. Les pays de l’Opep et leurs alliés ont décidé comme prévu d’augmenter progressivement la production de pétrole. Ils gardent toutefois un œil attentif sur la situation épidémiologique afin de ne pas se retrouver avec des stocks de barils plein les bras. Vous le devinez, la volonté de ne pas augmenter trop rapidement la production a aussi comme but la maîtrise des prix. En fin d’après-midi, les bourses européennes se montraient hésitantes. Frankfort se maintenait à l’équilibre après avoir fait le yoyo toute la journée. Le Cac 40 français évoluait avec plus d’optimisme, grapillant 0,26%. Nous sentons une certaine tension de la part des investisseurs qui attendent le Livre beige de la Fed. Le document préparatoire à la future réunion de son comité de politique monétaire est très attendu dans un contexte où l’inflation reprend du terrain. MARCHÉ SUISSE L’attentisme ambiant se fait sentir également sur le marché suisse. Sans grande conviction, le SMI a gagné 0,31% à 11'469,81 points. L’indice élargi, quant à lui, grapillait 0,29% à 14'794,69 points. Richemont enregistrait une belle journée. Après les déceptions de 2020, le groupe horloger grimpait de 1,69% à la suite d’un relèvement d’objectif de cours de Deutsche Bank. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • Le SMI franchit la barre des 11'500 points durant la séance

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les marchés ont retrouvé un certain entrain au lendemain d’un jour férié aux Etats-Unis. Le Dow Jones ouvre en hausse alors que le Nasdaq fait le contraire. Les marchés européens sont en nette hausse, soit plus de 0,6% pour Paris et proche de 1% pour Francfort alors que Tokyo avait terminé la séance sur une nouvelle baisse de 0,16%. Le pétrole progresse de 2% pour le WTI tandis que l’or subit quelques prises de bénéfices avec un recul de 0,85% à 54'700 francs le kilo. MARCHÉ HELVÉTIQUE Notre indice a franchi la barre symbolique et record des 11'500 points en milieu d’après-midi avant de terminer la séance à 11'433 points, soit un gain de 0,6% grâce notamment aux valeurs cycliques. La meilleure performance de l’indice est à mettre au crédit d’Holcim qui s’adjuge 2,73% à 54,92 francs, suivie de près par Richemont qui progresse de 2,64% à 112,55 francs. Le podium est complété par Lonza (+1,55% à 588 francs). Swatch continue sa belle remontée avec un gain de 1,44%, de même que UBS (+1,44%) et Credit Suisse qui gagne 1,33% et se rapproche à nouveau de la barre des 10 francs. Seules trois valeurs terminent la séance en territoire négatif, à savoir Partners Group (-0,84%), SGS (-0,36%) et Roche (-0,03%). Novartis (+0,48% à 79,30 francs) a annoncé la signature d’un accord de collaboration avec la société zurichoise Cellerys qui mène des recherches sur une thérapie innovante contre la sclérose en plaques. Cet accord est complété par une option d’achat. DEVISES Notre monnaie se renforce contre le dollar (-0,44% à 0,8950) et contre l’euro (-0,25% à 1,0960). STEPHANE PEREY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 34

  • Début de semaine sans impulsions

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Peu d’activité sur les marchés en ce dernier jour du mois de mai. En effet, New York est fermé pour cause de Memorial Day de même que Londres pour cause de Spring Bank Holiday. Tokyo a terminé la séance en recul de près de 1% mais on peut plutôt considérer ceci comme une prise de bénéfice après les gains réalisés la semaine dernière sur les principaux marchés financiers. MARCHÉ HELVÉTIQUE Notre indice souffre également du manque d’impulsions et recule de 0,55% à points. Les principaux reculs concernent notamment les valeurs pharmaceutiques. Roche abandonne 0,92% à 312,70 francs et Novartis suit de près avec un recul de 0,85% à 78,92 francs. Cette dernière a annoncé, après la clôture de vendredi, l’interruption prématurée de plusieurs études concernant le médicament ophtalmique Beovu. Holcim se fissure de 0,85% à 53,46 francs malgré le règlement d’un litige juridique aux Etats-Unis concernant des expropriations de terrain à Cuba. Nestlé (-0,38% à 110,70 francs) affirme être en train de revoir sa stratégie concernant ses produits alimentaires après la publication d’un article du Financial Times. Celui-ci indique que la majorité des produits de la multi-nationale veveysanne n’obtiennent pas une évaluation suffisante pour être considérés comme bons pour la santé. Seulement deux valeurs terminent la séance en hausse, soit Partners Group qui s’adjuge 0,51% à 1'367 francs suivi de Richemont qui gagne 0,32% à 109,65 francs. Sur le marché élargi, sachez encore que Dufry (-1,51% à 56,12 francs) est en conflit avec Aena, exploitant espagnol d’aéroports concernant les loyers de ses magasins durant la pandémie. Cela paraît logique mais cela l’est moins quand on sait que le groupe coté à la bourse helvétique a relevé les bonus de ses dirigeants ! DEVISES Le dollar recule légèrement contre notre monnaie à 0,8990 alors que l’euro effectue le chemin inverse à 1,0990. STEPHANE PEREY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 34

  • L’économie française clouée au sol

    MARCHÉS INTERNATIONAUX L’indice japonais Nikkei 225 a clôturé hier la journée en hausse de 2,1%. Ceci malgré un taux de chômage qui est remonté de 2,6% en mars à 2,8% en avril. Cela s’explique par plusieurs facteurs, comme les progrès de la vaccination contre le coronavirus ou la baisse de la monnaie contre le dollar, favorable pour les entreprises exportatrices japonaises. De son côté, l’économie française a vu une contraction de son produit intérieur brut (PIB) de 0,1% au premier trimestre de cette année. Cette nouvelle vient atténuer les espoirs d’un rebond. Parallèlement, l’institut national de la statistique et des études (Insee) annonce une contraction de 8% pour 2020, un peu meilleure que l’estimation initiale de 8,2%. Il s’agit toutefois du plus important recul depuis 1949. Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire annonce maintenir l’objectif de 5% de croissance du PIB en 2021. MARCHÉ HELVÉTIQUE Du côté helvétique, Swatch affiche la meilleure performance de la journée. La banque américaine Goldman Sachs réitère sa recommandation à l’achat et a monté l’objectif de cours à 380 francs contre 370 francs auparavant. L’analyste souligne une croissance des chiffres des exportations horlogères et les possibilités pour une expansion de la marge en raison du chiffre d’affaires diversifié régionalement et du contrôle continu des coûts. Les meilleures performances du jour sont Swatch (+3,16%) et Richemont (+2,44%). Notre indice suisse clôture la semaine en hausse de 1,78% et la journée en hausse de 0,76% à 11 426 points. MATTHIAS NEUBRAND Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 37

  • Les chiens aboient, la caravane passe

    MARCHÉS INTERNATIONAUX À l’instar de Charon, Passeur de l’enfer dans la mythologie grecque, qui accompagnait les âmes perdues qui avaient reçu une sépulture vers l’antre du diable, la Fed a fait en sorte de nous faire passer la nouvelle que l’inflation s’est bel et bien installée. « Comment ? » me diriez-vous, et bien elle répète sans cesse qu’elle ne va pas du tout arrêter de soutenir la première économie au monde qui est enfin en train de reprendre des couleurs après l’arrêt brutal de mars 2020. De plus, elle nous tranquillise en nous disant que l’inflation n’est que passagère et qu’elle n’est pas autant vigoureuse qu’elle parait. J’ai l’impression d’entendre Bernanke en 2007 qui annonçait publiquement que les Subprimes n’étaient pas un problème systémique. Malgré tout ce qu’on entend, n’importe quel économiste digne de ce nom sait qu’un jour ou l’autre, toutes les politiques monétaires vont devoir se resserrer et il est complétement humain de regarder et de surveiller les prochaines données macroéconomiques afin d’évaluer la vitesse à la quelle les banquiers centraux se décideront à réduire la voilure. Affaire à suivre. Le marché New Yorkais Dow Jones a ouvert en hausse de 0.60% soutenu par l’annonce des inscriptions au chômage qui sont plus basses que prévues. MARCHÉ SUISSE Du côté de nos salles des marchés à Zurich, notre indice phare Swiss Market Index (SMI) a peiné à trouver une décision claire et nette en naviguant entre rouge et vert. Les hésitations sont principalement dues au fait que les exportations sont fortement retombées en avril contre une hausse le mois précédent et face aux chiffres de l’emploi qui se sont détériorés également. Pour couronner le tout, la délégation suisse a également enterré le projet de l’accord-cadre avec l’UE, poussant encore plus la bourse à hésiter sur la direction à emprunter. Gorgoni Marco Fribourg - Gestion de fortune 026 350 74 19

  • Biden-Poutine

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Le 16 juin, le président russe Vladimir Poutine et son homologue américain Joe Biden se rencontreront à Genève. L’objectif, après de nombreuses provocations et après un sommet de l’OTAN à Bruxelles, est de retrouver un dialogue entre les deux pays et de sortir des années Trump. Les sujets de discorde sont nombreux et sensibles ; il faudra user de diplomatie. Cela dit, il s’agit d’un événement extrêmement positif dans la gestion des relations internationales, où la Suisse jouera à nouveau son rôle grâce à sa neutralité. Genève, de son côté, pourra profiter d’une exposition médiatique importante et bienvenue, le temps du sommet entre ces deux superpuissances. MARCHÉ HELVÉTIQUE Sur le marché suisse et après les solides résultats de Richemont dans le secteur du luxe, les analystes continuent de recommander le titre avec des objectifs de cours allant jusqu’à CHF 130.-. Les meilleures performances du jour sont réalisées par Richemont (+3.02%), SGS (+2.05%) et Swatch Group (+1.86%). Principaux détracteurs, UBS (-1.32%), Crédit Suisse (-0.5%) et Swiss Life (-0.31%). DEVISES ET MATIÈRES PREMIÈRES Sur le marché des changes, le franc suisse était stable face à l’euro mais perdait quelques couleurs par rapport au dollar. Regain d’espoir pour les cryptomonnaies après un nouveau Tweet d’Elon Musk annonçant être à la recherche d’alternatives pour diminuer l’empreinte carbone générée par les transactions en cryptomonnaies. A titre d’exemple, l’énergie dévorée sur une année en lien avec le marché du Bitcoin représente environ 120 térawatt-heure, ce qui correspond à l’équivalent énergétique consommé par un pays comme la Norvège. Cette consommation gargantuesque est clairement un frein au développement de cette technologie et nécessite d’aborder rapidement le sujet en cette période de mutation climatique et de guerre contre les émissions de CO2. NICOLAS TERCIER Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 28

  • Le vent en poupe

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les craintes d’inflation semblent s’apaiser quelque peu suite aux diverses déclarations qui se veulent plutôt rassurantes du côté des responsables de la Réserve fédérale américaine (FED), lesquels continuent de prôner une politique accommodante. Ainsi, la gouverneure de la FED, Lael Brainard, déclarait que la récente remontée de l’inflation sur certains secteurs de l’économie des Etats-Unis devrait se stabiliser sitôt que les prix se seront éloignés des plus bas atteints au début de la pandémie et que les déséquilibres entre offre et demande se seront résorbés. Les marchés asiatiques ont accueilli comme il se doit cette bonne nouvelle et terminaient en confortable hausse. A noter que les actions chinoises enregistraient leur meilleure séance depuis près d’un an, la vigueur du yuan favorisant également l’afflux de capitaux étrangers. Ouverture en légère hausse ce mardi aux Etats-Unis. L’indice de confiance des consommateurs reste stable en mai. Toutefois, si ces derniers restent optimistes, ils sont moins enthousiastes qu’en avril. De leur côté, certains économistes craignent que la hausse des prix ne soit pas que passagère, l’approvisionnement restant difficile au niveau mondial pour bons nombres de produits. SUISSE Après le long week-end de la Pentecôte, le marché suisse a ouvert dans le vert, boosté par les marchés américains de lundi et notamment les valeurs technologiques. Après avoir touché le plus haut sommet à plus de 11'330 points, notre indice national SMI a terminé la journée à +0.71%, soit 11'305.74. La palme au secteur du luxe, avec en tête : Richemont (+3.25%) suivi de Swatch Group (+3.14%), les plus fortes hausses du SMI. NATHALIE WYSS Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 12

  • La BCE se dit alarmée

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Triste début de journée avec une clôture du Japon en baisse de 1.28%, effaçant une partie des profits de la veille. La Banque centrale européenne (BCE) a mis en garde mercredi les Etats de la zone euro face au risque d'une hausse de l'insolvabilité des entreprises après la pandémie, en raison de l'arrêt attendu des aides publiques d'urgence. Aux Etats-Unis, 90% des sociétés faisant parties de l’indice S&P 500 ont annoncé les résultats du premier trimestre. Le bilan est positif, 86% ont battu les attentes, ce qui représente le pourcentage le plus élevé depuis 2008. Le 4 mai de cette année, les prix des droits d'émission de CO2 européens dépassent les 50 euros pour la première fois. Les entreprises ne disposent que d'un nombre limité de droits d'émission et doivent en acheter davantage si elles émettent plus de CO2 pendant la production. Le seuil se situait à environ 20 euros avant la crise sanitaire, aujourd’hui le prix se situe à 53 euros et semble se stabiliser pour devenir la nouvelle norme. Ce « permis de polluer » a donc atteint un prix sérieux incitant les entreprises à investir davantage dans les technologies propres. MARCHÉ HELVÉTIQUE Du côté helvétique, Stadler Rail et la Deutsche Bahn annoncent une collaboration dans la sécurité. Ils développeront un système en commun pour réduire le nombre d'accidents de trains. UBS biffera 700 emplois en Suisse, comme elle l’avait annoncé en avril. Objectif: de réduire ses charges d’un milliard de dollars par année d’ici 2023. Parallèlement, Credit Suisse annonce vouloir embaucher plus de 1'000 employés cette année. Un échange reste toutefois compliqué, il s’agira d’informaticiens localisés en Inde. MATTHIAS NEUBRAND Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 37

  • Sans direction

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La chasse aux bonnes affaires a été ouverte à la bourse de Tokyo. En effet, après une dernière semaine qui l’a vue accuser de lourdes pertes, les investisseurs japonais ont profité de la baisse pour rentrer sur le marché et ont fait fi des nouvelles macroéconomiques. Certes, malgré l’annonce d’un recul plus important que prévu du PIB nippon, le Nikkei a gagné plus de 2%. En Chine, Hong Kong progressait de 1,32%. De son côté, Shanghai grapillait 0,17%. Le pétrole connaît lui aussi les joies de la reprise économique. Le baril d’or noir s’échangeait à plus de 70 dollars, une première depuis plus de deux mois. L’époque du baril négatif semble lointaine. Les réouvertures en Europe et aux Etats-Unis soutenaient la hausse. Seul nuage à l’horizon, l’augmentation de la demande en Asie pourrait être menacée par la situation sanitaire indienne. En fin d’après-midi, les bourses européennes se montraient hésitantes. Paris se tenait à l’équilibre après avoir évolué dans le vert tout le reste de la journée. Le DAX allemand évoluait aussi sans direction en s’égratignant de 0,04%. MARCHÉ SUISSE La bourse suisse a traîné toute la journée autour de l’équilibre. Malgré le manque d’enthousiasme ambiant, une valeur mettait la puce à l’oreille des investisseurs. Sonova, le spécialiste en assistances auditives, a réussi à améliorer sa rentabilité nette. Malgré une baisse des recettes, la direction entend renouer avec une croissance vigoureuse très prochainement avec la normalisation de la situation sanitaire. La société clôture à 291,20 francs enregistrant une progression de 11,66%. Le SMI clôturait à +0,06% à 11'141,75. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • L'Eloncoin

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Après une semaine très volatile marquée par une importante hausse de l’inflation, le marché commence la semaine plus paisiblement. Pour de nombreux analystes, la question actuelle concerne cette récente hausse et la persistance de cette dernière qui pourrait pousser les banques centrales à modifier leur politique monétaire. La prochaine information de la FED sera décortiquée afin d’y détecter un éventuel changement de ton. MARCHÉ HELVÉTIQUE Sur le marché suisse, bonne performance de Crédit Suisse malgré l’information de la NZZ du week-end mentionnant un rapport de la Finma au sujet des avertissements répétés dans le cadre de l’une des plus grosses affaires d’escroquerie qui ont été sciemment ignorés par des managers de la banque. Les meilleures performances du jour sont réalisées par Swatch Group (+1.31%), Crédit Suisse (+0.82%) et Givaudan (+0.76%). Principaux détracteurs, Partners Group (-1.65%), ABB (-0.91%) et Novartis (-0.42%). DEVISES ET MATIÈRES PREMIÈRES Sur le marché des changes, le franc suisse était stable face à l’euro mais reprenait quelques couleurs par rapport au dollar. Après un tweet d’Elon Musk annonçant tout d’abord la suspension des transactions pour Tesla en bitcoins, jugés trop polluants, provoquant une baisse importante des cryptomon-naies, un deuxième tweet dimanche soir est venu aggraver la correction. En effet et malgré son premier message qui précisait que Tesla allait garder ses cryptos, le fantasque milliardaire a annoncé ne pas en exclure la vente… Une fois de plus, il convient de rester prudent avec les cryptomonnaies et de se rappeler que la volatilité sur ces instruments est très importante et dépendante de simples tweets. Après Tesla, SpaceX et Starlink, à quand l’Eloncoin ? NICOLAS TERCIER Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 28

  • Le verre à moitié plein

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Asie : Optimisme au Japon où l’indice phare Nikkei 225 a terminé la dernière journée de la semaine en nette hausse, soit + 2.32% après trois séances de baisse consécutives. Les investisseurs ont préféré considérer les bonnes nouvelles et résultats encourageants, soufflés des Etats-Unis jeudi, plutôt que de se focaliser sur le risque inflationniste latent. La Chine a également terminé en hausse à +1.80% pour l’indice Shenzhen et +1.77% pour le Shanghai composite. Europe : Vent d’optimisme également sur les places boursières européennes. Avec son programme de vaccination le plus avancé d’Europe, les perspectives économiques du Royaume-Uni ont été réajustées. En effet et après trois confinements, la reprise est plus rapide que chez ses voisins de l’Union Européenne. Ainsi, la Banque d’Angleterre a revu à la hausse ses attentes sur le PIB pour 2021, passant de 5% à 7.25%, et note un pic du taux de chômage à 5.4% au lieu des 8% précédemment estimés. Etats-Unis : Les résultats des ventes au détail pour avril stagnent quelque peu mais le marché a ouvert en nette hausse, boosté par l’idée que les banques centrales ne sont pas prêtes à réduire leurs soutiens monétaires. SUISSE Négoce plutôt calme en cette journée de pont, après le férié de l’Ascension. La tendance favorable des marchés ouverts jeudi ont donné le ton à notre indice phare SMI, lequel termine cette journée de vendredi à +0.79%. Coup d’œil sur le bitcoin… Après l’annonce « choc » mercredi du patron de Tesla, Elon Musk, à savoir que son entreprise n’accepterait plus la cryptomonnaie, le bitcoin a perdu momentanément 15% dans la nuit de mercredi à jeudi… Son impact croissant sur l’environnement, avec une consommation énergétique de « dingue » selon son tweet de jeudi, pose la question de l’avenir de ces monnaies… L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a comparé la consommation actuelle du bitcoin, soit 149 terrawatt-heure (TWh) à celle de Google pour 2019, à savoir : 12,2 TWh. D’après certains analystes, si le bitcoin était un pays, il utiliserait la même quantité d’électricité par an que la Suisse. Avis aux amateurs… NATHALIE WYSS Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 12

  • Inflation aux Etats-Unis

    MARCHÉS INTERNATIONAUX L’inflation a été le thème de cette courte semaine, pour ceux qui ont la chance de faire le pont. Mardi, la Chine annonçait une hausse généralisée de ses prix de production. Les marchés ont donc logiquement eu peur que cette augmentation des coûts se répercutent sur le coût général de la vie et freine les envies de consommation. Mauvaise nouvelle alors que nous commençons à voir les effets de la vaccination et que la perspective de vider une partie de son compte en banque pour des loisirs post-Covid pointe le bout de son nez. Mercredi, Washington annonçait une accélération des prix à la consommation plus franche qu’attendu au mois d’avril. L’indice des prix à la consommation (CPI) a progressé de 4,2% en une année. Les investisseurs craignent de voir la Fed resserrer sa politique monétaire. Une augmentation des taux ou une diminution des injections de liquidités pourraient freiner la reprise économique tant attendue. Toutefois, les indices européens semblaient bien digérer la nouvelle. Le DAX allemand augmentait de 0,5% en milieu d’après-midi. Son homologue français, le CAC 40 faisait un peu moins bien en grapillant 0,4%. MARCHÉ SUISSE En Suisse, comme en Europe, nous n’avons pas cédé à la panique. Même si le SMI a fait un bref passage dans le rouge après l’annonce de la hausse des prix aux Etats-Unis, l’indice boursier a bien su se reprendre pour finalement clôturer à +0,41% à 11'033,90 points. Les bancaires soutenaient le marché. En effet, après un début de semaine maussade, Crédit Suisse gagnait 1,81% tandis que UBS raflait 1,28%. L’indice élargi, le SPI, empochait 0,38% à 14'160,36 points. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • Début de semaine maussade

    MARCHÉS INTERNATIONAUX En ce premier jour de la semaine de l’Ascension, les principaux marchés sont plutôt en mode descente, du moins pour les marchés européens. Le pays du soleil levant porte bien son adage avec un gain de 0,55% pour le Nikkei 225 à Tokyo. Du côté des Etats-Unis, c’est le grand écart entre le Dow Jones qui ouvert en nette hausse alors que le Nasdaq enregistre un net recul. MARCHÉ HELVÉTIQUE Notre indice est quelque peu douché en ce début de semaine pluvieux mais le SMI se maintient toujours au-dessus des 11'000 points (-0,45% à 11'123 points). On ne trouve pas grand-monde du côté des gagnants. En effet, seuls Swatch (+0,75%), Swiss Life (+0,48%), Swiss Re (0,41%), Zurich (+0,34%) et Givaudan (+0,18%) terminent la séance en territoire positif. La baisse la plus importante est enregistrée par Alcon (-3,42% à 62,04 francs) suivie par Lonza (-2,39%) et Sika (-1.35%). Les poids lourds de l’indice Novartis et Nestlé limitent les dégâts avec des reculs de respectivement 0,06% et 0,11% alors que Roche recule de 0,48%. Geberit (-1,46% à 622 francs) ne profite pas du relèvement d’objectifs de cours par les analystes de Baader Helvetia qui visent un prix de 680 francs contre 650 auparavant alors que ceux de Kepler Chevreux voient le titre atteindre 660 francs contre 635 précédemment. Sur le marché élargi, Swissquote (-2,59%) a détaché 1,50 franc de dividende, Vifor Pharma (-1,87%) 2 francs et Stadler Rail (-1,73%) 85 centimes. DEVISES Le dollar (-0,16% à 0,90) et l’euro (-0,17% à 1,0940) reculent contre notre monnaie. STEPHANE PEREY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 34

  • Inflation le retour?

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Et oui ! On en reparle de cette inflation qui avait claqué la porte il y a quelques années telle une ou un ex en ne laissant derrière que désespoir et tristesse. Et comme ces derniers, elle refait surface en nous demandant pardon et de lui ouvrir les portes de nos portefeuilles à nouveau. Sauf que cette fois on n’a pas le choix, si l’inflation est sortie par la porte et qu’elle décide de revenir par la fenêtre, alors elle reviendra par la fenêtre. Et vous savez qui est derrière tout ça ? l’emploi et le plan de Recovery, car oui, on s’y attend et on espérait cela depuis longtemps, la reprise d’une vie normale et quand je parle de vie normale, je parle d’un retour à la surconsommation, aux voyages éclairs à travers le globe et j’en passe parce que je ne peux rédiger que 320 mots au maximum. Du coup je me permets de me poser la question suivante : est ce que la lumière au bout du tunnel que nous apercevons, est une lumière générée par les rayons d’une vie radieuse et libre ou est-ce un train qui nous arrive en pleine tronche à pleine vitesse ? L’ambiance était donc plutôt prudente sur les marchés mondiaux surtout lorsque l’on regarde l’or qui a pris l’initiative de monter au-dessus de 1830 $ l’once. En ce qui concerne les nouvelles du vendredi, et pour sourire un peu, nos amis du Royaume de France Macroniste ont décidé d’ouvrir les parcs d’attractions, sans les attractions. Génis. Au niveau de la conjoncture, certains indices présagent la confirmation d’une reprise sur le vieux continent aussi. MARCHÉ SUISSE En Suisse, la vaccination s’accélère enfin ! Coté macroéconomie, le chômage à reculé à 3.3% et les nuitées hôtelières se sont envolées en Mars mais restent tout de même nettement plus basses qu’un an plus tôt. Gorgoni Marco Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • Levée des brevets

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Après l’annonce des Etats-Unis de soutenir la levée des brevets sur les vaccins anti-Covid, les marchés ont été volatiles avec une pression particulière sur les valeurs pharmaceutiques. Cette annonce, qui a été accueillie positivement par l’OMS, permettrait d’accélérer la production des vaccins afin que les pays les plus défavorisés frappés par une crise sanitaire mondiale sans précédent puissent y avoir plus rapidement accès. A l’inverse, et sans véritable surprise, la Fédération internationale de l’industrie pharmaceutique a réagi défavorablement en rappelant qu’il s’agit d’une levée des protections de propriété intellectuelle. Au niveau des chiffres macro-économiques, bonne nouvelle en ce qui concerne les inscriptions hebdomadaires au chômage qui ont passé pour la première fois depuis le début de la pandémie sous la barre des 500'000. MARCHÉ HELVÉTIQUE Sur le marché suisse, la période des résultats continue amenant régulièrement son lot de bonnes surprises avec des résultats pour le premier trimestre en forte progression par rap-port à 2020. Bonne performance des financières et principalement des assureurs. Les meilleures performances du jour sont réalisées par Swiss Re (+1.52%), Swiss Life (+1.34%) et Zurich (+1.20%). Principaux détracteurs, Alcon (-2.01%), Lonza (-1.74%) et Crédit Suisse (-0.92%). DEVISES ET MATIÈRES PREMIÈRES Sur le marché des changes, le franc suisse était stable face à l’euro mais reprenait quelques couleurs par rapport au dollar. Du côté des matières premières, la situation alimentaire dans de nombreux pays pauvres devient critique par suite d’une flambée des prix agricoles. A titre d’exemple, le prix du maïs est au plus haut depuis mars 2013. NICOLAS TERCIER Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 28

  • Cinq sur cinq

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Asie : Calme plat au troisième et dernier jour férié de la semaine sur les marchés chinois et japonais. Les nouvelles intentions de l’Union Européenne afin de contrecarrer les entreprises chinoises bénéficiant de larges subventions du régime communiste, et favorisant ainsi une concurrence déloyale sur le territoire européen, sont dans le viseur. Europe : Les principales places boursières sont reparties en nette hausse après la journée maussade de mardi, certains éludant les craintes inflationnistes soufflées de Wall Street mardi et d’autres se concentrant sur les bons résultats et de solides indicateurs. Etats-Unis : Après l’annonce « controversée » mardi de Janet Yellen, secrétaire au Trésor, laquelle avait laissé entendre qu’une légère hausse des taux pourrait s’avérer nécessaire afin d’éviter une sur-chauffe de l’économie américaine, les craintes des investisseurs ne s’étaient pas fait attendre… Après la clôture, elle a néanmoins nuancé sa version, affirmant qu’il ne s’agissait ni d’une prédiction, ni d’une recommandation à la FED et qu’elle ne s’attendait pas à ce que l’inflation soit un problème majeur et persistant. Message reçu 5/5. La journée de mercredi voit l’ouverture de New York en positif, porté par le léger rebond des valeurs technologiques, touchées de plein fouet la veille, ainsi que par de solides données sur l’emploi dans le privé. SUISSE L’indice des prix à la consommation est repassé en positif en avril et ce, pour la première fois depuis un an. Le marché suisse, à l’instar des marchés européens, a également ouvert en pleine hausse, repassant même le cap des 11'100 points, pour terminer la journée à 11'108.88 points, soit +1.26%. NATHALIE WYSS Gestion de Fortune - Fribourg 026 350 74 12

  • Semaine chargée

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Une semaine riche en publications de résultats d’entreprises s’achève. Les indices japonais-Nikkei 225 et chinois-CSI 300 clôturent cependant la semaine en légère baisse, respectivement de 0.63% et de 0.26%. Parmi les publications de la journée figurent notamment Astrazeneca, le groupe pharmaceutique a doublé son bénéfice net sur un an au premier trimestre. Le chiffre d’affaires a augmenté de 15% à 7.3 milliards de dollars. Il est surprenant de constater que les ventes du vaccin ne représentent que 4% des ventes. Barclays, la banque britannique a vu son bénéfice net multiplié par trois au premier trimestre en raison d’une réduction des provi-sions pour impayés suite aux meilleures perspectives économiques. MARCHÉ HELVÉTIQUE Le constructeur d’escaliers mécaniques Schindler prend l’ascenseur avec un chiffre d’affaires qui atteint 2.6 milliards de francs, le bénéfice net affichant une hausse de 70% à 213 millions de francs. Bonnes nouvelles également du côté de Swiss Re qui affiche la meilleure performance de l’indice sur la journée avançant de 2.91%. Le réassureur termine le premier trimestre avec un bénéfice net de 333 millions contre une perte de 225 millions un an auparavant. Nestlé confirme l’achat du producteur de vitamines Bountiful pour un montant de 5.75 milliards de dollars. Le baromètre conjoncturel suisse du KOF a grimpé à 134 points. Ce score représente un pic historique, se situant même au-dessus de 2010 suite à la crise financière. Notre indice suisse clôture la semaine en baisse de 1.59% et la journée en baisse de 0.52% à 11’022 points. MATTHIAS NEUBRAND Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 37

  • La saison des récoltes

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Asie : le marché japonais est resté fermé en cette journée du Showa, qui symbolise la commémoration de la mémoire de l’empereur. Les principales autres places boursières ont, elles, profité d’un optimisme prudent notamment après l’engagement de la FED, Réserve Fédérale Américaine, au maintien de sa politique de soutien économique ainsi qu’aux promesses de réformes du président Joe Biden. Ainsi, sur la Chine, le Shanghai Composite clôture à +0.52% et à Hong Kong le Shenzhen termine sur le fil à +0.02% Europe : Après une entame de journée positive, les marchés européens repas-sent dans le rouge. Etats-Unis : Avec une croissance qui repart au premier trimestre, un rebond des promesses de vente de logements en mars (bien que largement en dessous des attentes des analystes), les indices US ouvraient ce jeudi également en positif. Pour assurer croissance et emplois, à la veille de ses 100 jours en poste, eh oui… déjà, l’administration Biden a des plans d’investissements pour le moins colossaux : son projet prévoit 1.800 milliards de dollars sur 10 ans « pour les familles américaines » ainsi que 2.000 milliards pour les investissements dans les infrastructures… La pilule devra passer au Congrès… ce qui n’est pas sûr ! A suivre. SUISSE A l’instar des marchés européens, le marché suisse a également ouvert en hausse avant de perdre son élan, pour terminer à -0.22%. C’est la saison des résultats. Quelques valeurs clés telles Clariant, Logitech, Straumann et Swisscom affichaient ainsi les leurs. Les deux premiers n’ont pas réussi à conserver leurs ouvertures en hausse et ont terminé à respectivement CHF19.455 (-4.16%) et CHF 98.90 (-3.89%). Les deux dernières quant à elles ont magnifiquement réussi et clôturé à resp. CHF 88.50 (+7.31%) et CHF 496 (+4.36%). NATHALIE WYSS Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 12

  • Solide reprise

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Malgré l’évolution négative de la pandémie dans de nombreuses régions du monde, le climat actuel reste positif pour les actifs à risques. Les derniers chiffres macroéconomiques publiés en Europe et aux Etats-Unis présagent une solide reprise qui doit encore être confirmée. Les responsables de la Banque centrale américaine (FED) sont réunis depuis mardi matin dans le cadre de la politique monétaire en vigueur. Malgré les signes positifs de cette reprise et grâce aux vaccinations, ainsi qu’au soutien apporté aux ménages et aux entreprises par le gouvernement américain, la FED devrait continuer à rester prudente et ne pas modifier sa politique monétaire. MARCHÉ HELVÉTIQUE Sur le marché suisse, la période des résultats bat son plein. Les sociétés, en dépit des circonstances exceptionnelles liées au Covid-19, annoncent des résultats qui surprennent agréablement. En parallèle, malgré de bons résultats, UBS - à l’image de sa consœur - n’échappe pas à la débâcle d’Archégos avec une perte estimée à 774 millions. Les meilleures performances du jour sont réalisées par Swatch (+2.23%), UBS (+1.88%) et Crédit Suisse (+1.59%). Principaux détracteurs, Roche (-0.97%), Givaudan (-0.77%) et Geberit (-0.42%). DEVISES ET MATIÈRES PREMIÈRES Sur le marché des changes, l’euro reste stable face au franc suisse. Légère baisse du dollar face à cette même devise avant la FED et un discours de Joe Biden. Du côté des matières premières, le pétrole continue sur sa lancée en direction des USD 65.-. Le marché reste attentif à l’évolution de la compagne de vaccination et à la croissance mondiale. Importante volatilité sur le prix des cryptomonnaies et du bitcoin qui, après avoir aisément franchi la barre des USD 60'000.-, est rapidement repassé en-dessous des USD 50'000.- avant de se reprendre. Ces mouvements, extrêmement rapides et basés sur diverses « informations » ne font que renforcer la prudence à avoir face à ce genre d’investissements. NICOLAS TERCIER Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 28

  • Marathon de la finance, acte II

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La première étape de ce tour de la Finance qu’est cette semaine s’est déroulé plutôt sans embûches et nous avons pu passer la ligne d’arriver sans trop de déchirures musculaires. C’est une semaine remplie de chiffres économiques, de bilans, de profits ou pertes trimestriels. Si certains n’ont plus aucune raison de se lever le matin, Mardi aurait pu être une raison pour avoir une envie de se lever et de suivre les informations économiques et financières car notre cher ami Google ainsi que le mastodonte Microsoft allaient animer le marché avec leurs résultats. Quoi qu’il en soit, le marché reste performant et on espère vraiment qu’il continuera de ce pas vers la ligne d’arrivée. Mais pendant que nous sommes pleinement concentrés par les chiffres de ces belles multinationales responsables et solidaires, les pays Européens se démènent pour balancer les stocks de vaccins AstraZeneca vers l’Inde, où le COVID-19 est en train de battre lui aussi des records. Il pleut des records dans tous les sens. A croire que ce variant Indien est tombé à pic car l’Europe ne savait plus quoi faire de vaccins qui procuraient des thromboses. En résumant le tout, l’Europe a trouvé comment liquider ses stocks d’AstraZeneca, les bilans de certaines sociétés ont été présentées avant l’ouverture mais tout le monde attend la fermeture du marché américain pour découvrir les résultats des gros poissons. Je me réjoui de lire le commentaire boursier de mon collègue demain. MARCHÉ SUISSE Du côté de nos frontières l’ambiance sur le marché est un peu plus calme mais CS Group reprend des couleurs et à faute de devoir se taper la file d’attente virtuelle pour acheter les billets du Paléo, les Rendez-vous pour la vaccination sont partis tout autant vite et le Canton de Vaud affiche complet jusqu’à fin mai. Ça faisait longtemps que je n’avais plus écrit que quelque chose affichait complet, ca fait plaisir. Gorgoni Marco Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • Robin des bois

    MARCHES INTERNATIONAUX L’administration Biden lâche une petite bombe en portant le projet de taxer les plus-values à 39.6% pour les personnes gagnant plus d’un million par an. La taxe actuelle est de 20% avec en sus 3.8% pour financer l’Obamacare. Les plans de relance et d’investissements dans les infrastructures ainsi que l’abyssal déficit fédéral doivent bien être comblés. Bien que nombres milliardaires souhaitent être soumis à des taxes spéciales afin de soutenir l’Etat, cette nouvelle n’est pas forcément bien prise par les investisseurs. La porte s’ouvre également de ce coté de l’Atlantique où les déficits et plans de relance provoquent également un aggravement de la dette des Etats qu’il faudra bien repayer. Les PMI flash publiés ce jour sont dans l’ensemble en ligne avec les attentes. On constate toujours un fort rebond des indicateurs manufacturiers et à contrario une stagnation de l’indicateur pour les services, ce hormis aux Etats-Unis où il se redresse plus rapidement. BOURSE SUISSE Le SMI ne trouve pas beaucoup de soutien et va probablement finir la journée en baisse. Il se traite à l’heure où ses lignes sont écrites en baisse de 0.44% à 11175 points. Sur la semaine, il termine presque à l’équilibre. LafargeHolcim a publié des résultats trimestriels largement supérieurs aux attentes et surtout atteindra les objectifs fixés pour 2022 avec un an d’avance. Le titre laisse toutefois de marbre les investisseurs et progresse mollement de 0.07% à CHF 56.78. DEVISES Le dollar se traite à 0.9170 et l'euro à 1.1048 contre franc suisse. VALENTIN ROSSET Gestion de fortune – Bulle 026 919 24 44

  • Il faut bien s'alimenter

    MARCHES INTERNATIONAUX La Banque Centrale Européenne qui s’est réunie aujourd’hui, sous la présidence de Christine Lagarde, a décidé de maintenir inchangé son taux directeur à 0%. La BCE ne resserre pas non plus sa politique monétaire et continuera son plan de rachats obligataires au moins jusqu’à fin mars 2022. Ce dernier point doit rassurer les investisseurs sur le fait que la BCE demeurera accommodante encore un certain temps afin de permettre à l’économie européenne, encore empêtrée dans des mesures anti-covid, d’asseoir sa reprise économique. Les résultats des entreprises européennes au 1er trimestre témoignent de la vigueur de celle-ci. En moyenne, l’augmentation des résultats est de 61% par rapport au même trimestre de l’an dernier et uniquement de 4% inférieur à ceux de 2019. BOURSE SUISSE Le SMI progresse à l’approche de la clôture de 0.07% à 11216 points ceci principalement grâce à Nestlé qui a publié des résultats trimestriels et des perspectives solides. Le titre gagne 2.66% et se traite proche de son plus haut de l’année. CS Group a publié comme attendu une perte en lien avec l’affaire Archegos, mais sensiblement moindre qu’estimée par les analystes. Le titre corrige de 2.26% à CHF 9.17 en raison de l’émission de deux nouveaux emprunts convertibles visant à renforcer ses fonds propres. La Finma lance par ailleurs deux enquêtes distinctes à l’encontre de CS Group en raison des pertes liées à Archegos et Greensill. DEVISES Le dollar se traite à 0.9173 et l'euro à 1.1027 contre franc suisse. La décision de la BCE n’a fait que très sensiblement bouger les devises. VALENTIN ROSSET Gestion de fortune – Bulle 026 919 24 44

  • Perspectives réjouissantes

    MARCHES INTERNATIONAUX Les ventes de smartphone se sont envolées sur le 1er trimestre de 24% par rapport à la même période de l’année passée, ceci pour un total de 340 millions d’unités. Samsung et Apple dominent toujours le marché, pendant que Huawei dégringole en raison des sanctions US. On constate également une nette accélération des ventes de smartphone 5G. Les fabricants font toujours face, comme toute l’industrie mondiale, à une certaine pénurie de puce qui ne se résorbera durablement que dans les trimestres à venir. Les ventes d’Apple ont progressé à elle seule de 44% sur le trimestre de quoi justifier le récent rebond de la cotation. Le secteur manufacturier de la région de New-York montre de forts signaux de croissance avec un niveau comparable à ceux de 2019. La reprise doit maintenant se transcrire dans de la création d’emploi et une augmentation des heures de travail. Les perspectives sont toutefois bonnes avec un grand nombre d’entreprises interrogées prêtes à engager. Les investisseurs demeurent nerveux vis-à-vis de l’envolé des cas de covid en Inde ou au Japon, mais initient déjà, après une journée de baisse, un rebond technique. Le Dow Jones Index progresse ainsi de 0.61% à l’heure où ces lignes sont écrites. BOURSE SUISSE Le SMI rebondit à l’approche de la clôture de 1.30% à 11223 points suite aux perspectives de Roche qui maintient ses prévisions pour l’année et grimpe de 3.02%. Vifor Pharma se rapproche peu à peu de son pic annuel proche de 140.-. Le directeur général confirme l’objectif à moyen terme de voir une croissance à deux chiffres. Il estime donc que le titre conserve du potentiel malgré son cours actuel de 134.-. DEVISES Le dollar se traite à 0.9175 et l'euro à 1.1035 contre franc suisse. Les annonces et commentaires de la BCE demain entrainent un statu quo des devises. VALENTIN ROSSET Gestion de fortune – Bulle 026 919 24 44

  • Conquête spaciale

    MARCHES INTERNATIONAUX Alors que la Nasa a annoncé un juteux contrat signé avec SpaceX pour 2.9 milliards en vue de retourner d’ici à 2024 sur la Lune. BlueOrigin, la société de Jeff Bezos, qui n’a pas décroché ce contrat, prévoit toujours d’envoyer des hommes dans l’espace ainsi que le lancement de satellites internet pour Amazon. Les investissements dans le domaine spatial sont conséquents, se privatise de plus en plus, et les délais de réalisation sont très courts. Une nouvelle course s’est déclenchée entre super-puissance. Les entreprises du secteur, ainsi que les divers fournisseurs, vont profiter des retombées de ces investissements. On pensera à Airbus en Europe ou Boeing aux Etats-Unis, dont l’activité spatiale est importante. Il y a peu de chiffres économiques aujourd’hui pour rassurer les marchés. Les craintes prennent donc le dessus. BOURSE SUISSE Le SMI se traite à l’approche de la clôture en baisse de 1.17 % à 11'077 points. Les investisseurs sont effectivement nerveux face à l’explosion des cas de covid en Inde et l’apparition de variant rendant la vaccination moins efficace. Ils ne sont pas plus enthousiastes quant aux annonces de la BCE ce jeudi, attendant un débat sur le retrait des soutiens pandémiques. Sika sauve l’honneur du SMI grâce à des résultats solides sur le 1er trimestre (croissance de 10.2%). L’action progresse ainsi de 0.89%. AMS, active dans les semi-conducteurs, souffre de rumeur sur la rupture du contrat d’approvisionnement qu’elle détient avec Apple. La baisse de 12.6% reflète l’importance de ce contrat pour la société. DEVISES Le dollar se traite à 0.9140 et l'euro à 1.1010 contre franc suisse. Les échanges sont stables ce mardi.  VALENTIN ROSSET Gestion de fortune – Bulle 026 919 24 44

  • Cela ne tourne pas rond

    MARCHES INTERNATIONAUX La fronde dans le monde du football où 12 clubs souhaitent lancer une ligue semi-fermée. Les clubs fondateurs pourraient se voir octroyer 3.5 milliards d’euro dans le but d’investir dans les infrastructures. Cette Super League regrouperait au total 20 clubs européens. L’UEFA ne goûte évidemment pas à cette idée et menace d’exclure clubs et joueurs de toutes compétions européennes, tout en cherchant une parade. Les clubs de football, mais pas uniquement, souffrent fortement de l’impossibilité de remplir les stades. Les manques à gagner conduisent certains grands clubs à vouloir plus de retombées financières et une plus grande attractivité à leurs matchs internationaux. Les diffuseurs sont eux touchés par la baisse des recettes publicitaires et peinent à rentabiliser les coûts vertigineux des contrats de diffusion signés avec les fédérations. On citera le cas français avec la fin brutale du contrat de diffusion de Mediapro. Les secteurs frappés par les restrictions sanitaires vont continuer de souffrir dans les régions où le virus n’est pas maîtrisé grâce à la vaccination et le football n’est qu’un exemple parmi d’autres de ces difficultés. Le sport représente tout de même 1.7% du PIB suisse. BOURSE SUISSE Le SMI se traite à l’approche de la clôture en baisse de 0.61% à 11'194 points. Le marché pâtit du détachement du dividende de Nestlé et de l’ouverture négative de New-York. Les décisions et commentaires de la BCE quant à sa politique monétaire face à l’inflation sont à suivre ce jeudi. Elles rendent les investisseurs prudents. DEVISES Le dollar se traite à 0.9155 et l'euro à 1.1005 contre franc suisse. Le franc suisse est un peu moins sous pression. La Réserve Fédérale américaine a sorti la BNS et donc la Suisse de la liste noire des pays manipulateurs de devises. VALENTIN ROSSET Gestion de fortune – Bulle 026 919 24 44

  • On aime le rose!

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Au pays de l’oncle Sam, les nouvelles macroéconomiques font bondir les indices de Wall Street. Ils atteignent des records, pour le Dow Jones à 34'083 points, le S&P500 à 4'170 points et les valeurs technologiques du Nasdaq à 14'038 points. Le secteur bancaire bénéficie de résultats extraordinaires, avec une réduction des réserves pendant la pandémie. La Bank of America a doublé son bénéfice et Citigroup a triplé le sien. Les activités manufacturières démontrent aussi un niveau de production élevé, le plus haut depuis quelques années. En définitive, l’avenir semble un peu plus « rose » et laisse entrevoir une possible sortie de récession pour les Etats-Unis ! Conséquence du BREXIT, selon une étude, 10% des actifs des banques basées en Angleterre ont déplacé leurs actifs vers l’Union Européenne, soit 1'140 milliards de francs. Les rentrées fiscales pourraient en souffrir, tout comme l’emploi. En effet, le passeport financier dont bénéficiait les banques et compagnies d’assurances s’est éteint au 1er janvier de cette année. Déjà bon nombre de sociétés ont déplacé une partie de leurs activités et emplois dans d’autres pays de l’Europe. L’élue principale est Dublin pour les sociétés financières, derrière elle Paris, Luxembourg, Francfort pour les banques, puis Amsterdam pour les courtiers et plateformes boursières. Le marché automobile européen se reprend pour le mois de mars. La vente de véhicules neufs augmente de 87%, par rapport à mars 2020. Le constructeur allemand, Volkswagen, enregistre 650'000 ventes au premier trimestre, vient derrière le nouveau groupe Stellantis (Peugeot, Citroën et Fiat-Chrysler). MARCHÉ HELVÉTIQUE Du changement à la bourse suisse, le géant des matériaux de constructions LafargeHolcim qui s’appellera dorénavant Holcim. Il se prépare à publier ses résultats pour les premiers mois de l’année. Les analystes s’attendent à une solide performance. De plus, selon la promesse du Président américain, Joe Biden, ce dernier veut déployer un large programme d’investissement dans les infrastructures. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.91 et l'euro s'échange à CHF 1,10. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 919 24 29

  • Trop forts ces Américains!

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Que d’excellents résultats au premier trimestre pour le secteur bancaire américain, ainsi que d’autres grandes entreprises qui ont connu une forte croissance pour ce début d’année ! Ces résultats viennent conforter l’optimisme des investisseurs et se veulent rassurants pour l’économie. Les nouvelles inscriptions au chômage sont tombées au plus bas depuis le début de la pandémie, passant sous la barre des 600'000, selon le département du travail des Etats-Unis. Les ventes au détail ont largement repris avec un rebond de 9,8% pour le mois de mars. Selon le département du Commerce, les raisons évoquées sont la distribution du chèque de 1'400 dollars à chaque ménage, la température plus clémente et bien entendu l’assouplissement des restrictions liées au COVID. Pendant ce temps, le reste du monde est toujours à compter les nombreux décès à cause du Covid-19 et les nouveaux vaccins sont encore en production ou en phase de l’être. La Russie va produire le fameux « Spoutnik V » en Serbie, une première européenne, après la Russie et la Biélorussie. Une crainte ressurgit que les JO de Tokyo soient annulés en raison des risques encore trop importants ! MARCHÉ HELVÉTIQUE La bourse helvétique évolue en vert après les demi-bonnes nouvelles de déconfinement progressif. Le dépistage préventif dans certaines écoles du centre de la Suisse vise à diminuer et si possible limiter les foyers d’infections. En même temps, cela permet aussi l’enseignement en présentiel et diminue les risques de quarantaines trop importantes. Dans les pharmas, Lonza et l’américaine Immunitas Therapeutis, signent un accord de collaboration pour développer un nouveau traitement contre le cancer, plus particulièrement pour les tumeurs solides et hémopathies malignes. Le géant de l’électrotechnique ABB surprend avec des résultats supérieurs aux attentes, le titre progresse de 3.14% à 30,20 francs. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.92 et l'euro s'échange à CHF 1,10. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 919 24 29

  • Banques américaines au top!

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Une journée spéciale s’inscrit pour la littérature financière : Monsieur Bernard Madoff s’en est allé à l’âge de 82 ans. Il purgeait une peine de 150 ans dans une prison fédérale américaine, après sa condamnation en 2009. Il a marqué les mémoires avec la plus grande escroquerie financière, un génie ayant déployé un gigantesque montage financier connu sous le nom de pyramide de Ponzi, alors qu’il était aux commandes d’une des principales sociétés d’investissements de Wall Street. Les indices américains se montrent positifs avec les résultats des grandes banques américaines. Les publications des résultats du premier trimestre sont supérieurs aux attentes pour les banques JPMorgan Chase, Goldman Sachs et Wells Fargo. JPMorgan Chase annonce un bénéfice net de 14,3 milliards de dollars. Les secteurs les plus rentables ont été la banque d’affaires, avec des revenus en augmentation de 46% et la banque d’investissement avec une progression de 70%, principalement grâce aux opérations de fusions-acquisitions ! Le bitcoin continue son explosion et sa progression depuis la veille, supporté par l’introduction en bourse de Coinbase, le plus gros émetteur de cryptomonnaie. MARCHÉ HELVÉTIQUE Dans l’attente des nouvelles du conseil fédéral, la journée reste au vert et la situation sanitaire est à moitié bonne. Dès lors, la Confédération veut encourager la production de vaccins et médicaments contre le COVID-19. Des contacts ont été pris avec Lonza et des discussions visent à garantir un approvisionnement suffisant pour la population. Roche, concerné par le médicament Regen-COV, progresse dans l’attente de sa prochaine autorisation. Richemont fait le score du jour avec les résultats excellents obtenus avec LVMH, en hausse de 3 pourcents. Le perdant du jour est la société Partner Group, en baisse de 1,71%. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.92 et l'euro s'échange à CHF 1,10. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 919 24 29

  • Que des doutes!

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La bourse de Wall Street se prépare à introduire une nouvelle plateforme d’échange appelée Coinbase. Pour un mardi 13, le plus haut est atteint par le bitcoin ayant dépassé le seuil de 62'000 dollars, record historique pour la cryptomonnaie, soit une hausse de 114% depuis le début de l’année, « What else ? » Nombre d’investisseurs se posent la question, est-ce qu’il faut encore y aller ? Globalement les marchés européens se tiennent à niveau, en attente des chiffres de l’inflation et du commerce de vente au détail américains. Bien que le grand argentier, Monsieur Powell, répète que la hausse de l’inflation ne durera pas assez longtemps pour dépasser l’idéal de 2 pourcents, le marché s’interroge ! En effet, la sortie de crise sanitaire pourrait déclencher une hausse des prix et en même temps une hausse des taux obligataires. Dans ce contexte, les cours du brut restent en hausse et progressent pour faire face à la demande et aussi sous l’influence de la production iranienne de 137'000 barils par jour entre février et mars pour atteindre 2,3 millions de barils par jour. MARCHÉ HELVÉTIQUE A l’image des anglosaxons, tous les « petits suisses » rêvent de pouvoir enfin reprendre les habitudes de l’apéro du vendredi avec les collègues ou amis ! Pour le moment, rien n’est encore gagné ! Et si j’ose dire : aussi vite que possible, mais avec toutes les précautions et gestes barrières à respecter, il faudra attendre le joli mois de mai ? Au palmarès de notre indice SMI, le titre Givaudan se taille la part du lion avec une forte croissance organique du premier trimestre grâce à 1,67 milliards de chiffre d’affaires, il affiche une hausse de 2.21%. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.92 et l'euro s'échange à CHF 1,10. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 919 24 29

  • Sommes-nous prêts?

    MARCHES INTERNATIONAUX La gestion des risques est un sujet complexe qui ne doit pas être ignoré. On a pu le constater avec la pandémie de coronavirus. Notre impréparation nous a conduit à un blocage de l'économie mondiale et une récession sans précédent. On l'a vu au niveau d'une société comme CS Group et les pertes liées à la mauvaise appréciation du risque que représentaient le fonds Archegos et la société Greensill. Les conséquences sont vites dramatiques et coûteuses. Jerome Powell, Directeur de la FED, voit quant à lui un risque plus grand d'une cyberattaque pour l'économie US que la probabilité d'une crise financière comme celle de 2008. Les tensions récurrentes, en mer de Chine ou à la frontière ukrainienne avec la Russie, exposent les USA en priorité à une cyberattaque. Il estime qu'il est primordial de protéger le système financier mais également les infrastructures du pays. La FED évalue les moyens potentiels, comme la mise en place d'une crypto-monnaie pour garantir les échanges sans avoir à passer par des crypto-monnaies "privées" comme le Bitcoin. La question est sommes-nous réellement prêts ? Il juge pour le moment que la reprise continuera d'être forte aux USA, conforté par les bons chiffres du chômage ou la bonne tenue de l'immobilier. L'effet de rattrapage dans la consommation va s'étendre au fur et à mesure des levées de restrictions et soutiendra la croissance dans la durée. BOURSE SUISSE Le marché a débuté la séance ce matin sans grande direction et ce malgré quelques bonnes nouvelles concernant Roche et son produit contre le covid co-développé avec son partenaire new-yorkais Regeneron. Le SMI se traite à 30 minutes de la clôture en baisse de 0.63% à 11167 points. La prudence reste de mise à l'orée d'une semaine chargée en données macroéconomiques. DEVISES Le dollar se traite à 0.9218 et l'euro à 1.0982 contre franc suisse. Le franc suisse s'apprécie légèrement en raison de ce début négatif des marchés boursiers. VALENTIN ROSSET Gestion de fortune – Bulle 026 919 24 44

  • Dégradations en chaîne pour Crédit Suisse

    MARCHES INTERNATIONAUX Partout en Europe, les chiffres de la production industrielle sont en baisse. En Allemagne, la locomotive de l’Europe, le ralentissement en février se confirme avec un recul de 1,6 %. En France, la production chute de 4,7 % et en Espagne, la baisse est de 2,1 %. Sur le front de l’or noir, les prix du pétrole reculent quelque peu, refroidis par la situation pandémique dans des pays gros importateurs comme l’Inde ainsi qu’une probable augmentation de la production iranienne. MARCHE SUISSE A quelques encablures de la cloche, notre indice principal est en très légère hausse de 0,13 % à 11’221 points. Il a évolué dans une fourchette plutôt étroite, sans grandes impulsions, l’ensemble de la séance. Le calimero du SMI continue d’être le titre Crédit Suisse. L’action recule significativement de près de 2 % en dessous des 10 francs. Divers analystes dégradent leur recommandation sur le groupe bancaire, en ordre dispersé, JPMorgan, Kepler, Vontobel, Morgan Stanley et d’autres abaissent leurs prévisions. Le moins que l’on puisse dire, c’est que Crédit Suisse n’a pas le vent en poupe. Une certaine dynamique dont a fait part le groupe dans le management et dans la recherche absolue de la rentabilité se retourne peut-être contre lui. Sans surprise, la pire performance est celle de Zurich Insurance Group dont le généreux dividende de 20 francs contribue, à lui tout seul, au recul du titre. Cependant, les feux semblent toujours au vert, avec Vontobel qui relève l’objectif de cours sur le titre. C’est l’action Lonza qui effectue la meilleure évolution de la séance avec un gain de 1,90 %, se stabilisant vers la barre des 550 francs. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9255 et l'euro s'échange à CHF 1,10. MARCO LEVIS Gestion de fortune - Bulle 026 919 24 30

  • La locomotive américaine

    MARCHES INTERNATIONAUX Les nouvelles sont contrastées sur le front international. La Réserve fédérale américaine a réitéré que sa politique monétaire resterait expansive et ce tant que l’emploi et l’inflation ne seraient pas au niveau attendu. Cependant, les perspectives liées à une possible hausse de l’inflation demeurent. Une forte demande liée à une sortie de la crise pandémique pourrait pousser les prix vers le haut. Toutefois, les intervenants sont plutôt rassurés par la FED qui confirme son soutien, à moyen terme, à l’économie. En outre, l’ancienne patronne de la banque centrale US et actuelle secrétaire américaine au Trésor incite les grands argentiers du monde à maintenir l’effort budgétaire. En Europe, la situation est différente avec une campagne de vaccination qui avance cahin-caha et dès lors une reprise économique qui ressemble plus à un pétard mouillé qu’à un feu d’artifice du 1er août. Toutefois, la BCE assure, elle aussi, qu’elle reste sur une politique monétaire accommodante tant qu’il le faudra. Toutefois, une crainte commence à parcourir certains opérateurs, celles que les marchés pourraient être quelque peu surachetés. C’est vrai que ceux-ci sont à nouveau à leur plus haut niveau, cependant un retour à une certaine normalité devrait permettre à l’économie mondiale de se reprendre fortement et les perspectives restent donc positives. MARCHE SUISSE A quelques encablures de la cloche, notre indice principal est en légère hausse de 0,56 % à 11’190 points. Le titre Roche a été l’un des principaux soutiens au SMI avec un gain de 1,59 % à 307 francs. A contrario, les bancaires sont à la peine avec UBS qui recule de 0,67 % et Crédit Suisse de 0,05 %. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9275 et l'euro s'échange à CHF 1,1015. MARCO LEVIS Gestion de fortune - Bulle 026 919 24 30

  • Journée maussade

    MARCHES INTERNATIONAUX Le peu d’allant des investisseurs à intervenir sur les marchés ne permettent pas à ceux-ci d’être très animés. Les bourses européennes ont vu New York terminer en baisse, la veille et le cœur n’y est plus. Comme toujours et depuis plusieurs mois, les prises de bénéfice sur les marchés se succèdent aux dernières hausses. Aux Etats-Unis, certains doutent que le mirobolant plan de relance de 2'000 milliards de dollars, du Président Biden, soit adopté comme une lettre à la poste et aussi vite mis en œuvre. Cependant, les américains nous ont toujours prouvé qu’ils ont cette capacité de changer de cap rapidement et contrairement à la zone euro, le Président Biden n’a qu’un seul parlement à convaincre. Comme toujours, les différences de mentalité entre le vieux continent et le nouveau monde se distinguent dans la rapidité de réaction face à une problématique. En Europe, nous tergiversons, nous sommes prudents et sommes surtout divisés dans les approches et dans les solutions. Cependant, partout, les grands argentiers ont mis la main au portemonnaie, avec plus ou moins d’efficacité. A la sortie de la crise pandémique, il faudra que l’économie réelle soit forte, afin de continuer à alimenter les espoirs des investisseurs boursiers. MARCHE SUISSE La séance a été marquée par peu d’entrain. A quelques minutes de la cloche, notre indice principal est en légère baisse de 0,34 % à 11’144 points. L’évolution positive de l’action Nestlé en fin de journée permet au SMI de se reprendre quelque peu. Comme hier, le titre LafargeHolcim a les faveurs des investisseurs. L’action termine sur une note positive avec une hausse de 0,64% à 56,86 francs. L’action profite du relèvement de l’objectif de prix par Morgan Stanley. De l’autre côté de la barre, on a le titre Novartis qui baisse de 1,27 % à 80,33 francs. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9285 et l'euro s'échange à CHF 1,1040. Marco Levis Gestion de fortune - Bulle 026 919 24 30

  • «Ménage de printemps» chez Crédit Suisse Group

    MARCHES INTERNATIONAUX Les marchés internationaux sont portés par Wall Street qui a clôturé lundi en forte hausse. Les Etats-Unis vivent un printemps rempli d’espoir avec les vaccinations qui avancent bon train, des créations d’emploi en veux-tu en voilà et à l’horizon, un retour de la croissance économique. En Europe, le taux de chômage stagne en février par rapport à janvier avec 8,3 % de la population active. Cependant, vu les semi-confinements mis en place dans les différents pays, la croissance n’est pas encore à portée de vue. Le couac de l’organisation des vaccinations en zone euro va laisser des traces dans les populations européennes. Les jalousies et égoïsmes des différents pays l’un envers l’autre ne vont pas contribuer à souder l’Europe. L’absence d’une vision commune sur la façon de sortir économiquement de la pandémie du Covid pénalise la relance de l’économie. MARCHE SUISSE A quelques minutes de la cloche, notre indice principal, le SMI, est en hausse de 0,65 % à 11’190 points. La majorité des valeurs vedettes ont évolué dans le vert l’ensemble de la séance. L’exception notable venait du titre Swisscom qui s’est détaché de son dividende de 22 francs et perdait de facto plus de 4 % à l’ouverture. Il termine la séance en baisse de 4,91%. L’autre action qui faisait la une des journaux et celle du Crédit Suisse Group en liaison avec la débâcle du fonds Archegos. Le groupe a tiré quelques conséquences et a fait du « ménage » dans sa direction. Les charges liées devraient se monter à plus de 4 milliards de francs. La perte avant impôts au 1er trimestre va être à la hauteur d’environ 900 millions de francs. Toutefois, l’action réussit à stopper l’hémorragie et arrive à se maintenir au-dessus des 10 francs. Le titre LafargeHolcim continue sa progression sur fonds de bonnes perspectives économiques, avec une hausse de 2,16 % à 56,72 francs. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9355 et l'euro s'échange à CHF 1,1065. Marco LEVIS Gestion de fortune - Bulle 026 919 24 30

  • En vert avant Pâques

    MARCHES INTERNATIONAUX Pour cette dernière séance boursière avant Pâques, les indices étaient résolument au vert. Sur le continent asiatique, la palme revient au Hang Seng, qui s’est apprécié de 1.97%, suivi par le CSI 300 avec +1.24% puis le Nikkei 225, qui a pris également 0.72%. En Europe, l’indice des 50 plus grandes capitalisations de la zone euro gagnait 0.7%. On peut remercier M. Joe Biden, qui a mis les investisseurs de bonne humeur avec les détails de son plan de relance. Evidemment, les marchés américains suivaient le même mouvement, avec en tête le secteur technologique représenté par le Nasdaq 100 (+1.7%). L’armée américaine va justement disposer de beaucoup de technologie à l’avenir, suite au contrat signé avec Microsoft pour s’équiper de casques à réalité augmentée, pour la modique somme de USD 21 milliards sur 10 ans ! L’indice élargi S&P 500 a quant à lui franchi la barre des 4'000 points pour la première fois de son histoire. MARCHE SUISSE Le marché helvétique n’était pas en reste, avec une performance de +0.6% pour le SMI. L’action Credit Suisse a repris quelques couleurs après sa terrible semaine et termine à +3%. Toujours dans le secteur financier, Partners Group gagnait 2% après la vente du développeur de logiciels GlobalLogic au japonais Hitachi pour USD 9.6 milliards, la société zougoise détenait 45% du capital. Dans les meilleures performances du SPI, citons notamment Landis+Gyr (+6%), le spécialiste des compteurs électriques serait l’une des entreprises suisses qui devrait le plus bénéficier du plan de relance américain, avec également Stadler, Sika et LafargeHolcim. DEVISES Avec ce marché positif, le franc suisse s’est affaibli contre les principales monnaies. Il vient tester le niveau de 1.11 contre EUR, se traite à 0.9440 contre USD et a franchi le cap des 1.30 contre GBP. XAVIER BLANC Gestion de fortune – Bulle 026 919 24 45

  • Biden détaille son plan

    MARCHES INTERNATIONAUX Journée globalement négative sur les différents marchés, avec les indices asiatiques qui ont clôturé dans le rouge, avec respectivement -0.86% pour le Nikkei 225, -0.91% pour le CSI 300 et -0.7% pour le Hang Seng. Le son de cloche était le même sur la scène européenne, où les principaux marchés perdaient entre 0.2 et 0.4%. Aux Etats-Unis, Joe Biden a donné plus de détails sur son plan de relance de USD 2 trillions. Ce montant gigantesque servira par exemple à rénover les infrastructures de transport (dont USD 200 milliards pour développer l’utilisation des véhicules électriques), investir dans les soins aux personnes malades et âgées ainsi qu’améliorer les infrastructures d’eau potable et d’électricité. Wall Street réagissait positivement à ces nouvelles, avec une ouverture en légère hausse pour le Dow Jones et le S&P 500. L’indice technologique Nasdaq 100 prenait quant à lui 1.8%, en réaction à la légère baisse du taux obligataire américain à 10 ans. MARCHE SUISSE Notre marché national a connu une journée plutôt maussade, le SMI ayant perdu 0.5% et respectivement 0.4% pour l’indice élargi SPI. Pour la 3ème journée de suite, c’est l’action Credit Suisse qui fermait le classement en perdant à nouveau plus de 4%. L’agence de notation Standard & Poors a abaissé les perspectives de rating de la deuxième banque helvétique, toujours en raison de l’affaire Archegos. Roche parvenait à tirer son épingle du jeu avec une hausse de 0.8%, suite au lancement de nouveaux tests immunologiques du virus d’Epstein-Barr sur les marchés européens. Au niveau des plus petites capitalisations, Straumann continue sur sa lancée en gagnant 2%, son objectif de cours a été revu à la hausse par plusieurs analystes. DEVISES Le franc suisse continue d’évoluer dans la zone des 1.1050 contre l’euro et 0.9420 contre le dollar US. Face à la livre sterling, notre monnaie se traite proche des 1.30, niveau qui n’avait plus été atteint depuis décembre 2019. XAVIER BLANC Gestion de fortune – Bulle 026 919 24 45

  • Quels dégâts pour Credit Suisse?

    MARCHES INTERNATIONAUX Les bourses asiatiques ont clôturé la journée en hausse, avec des résultats plus marqués à Shanghai (CSI Index + 0.95%) et Hong Kong (Hang Seng + 0.84%), tandis que Tokyo restait plus timide (Nikkei 225 + 0.16%). En Europe, l’indice phare Eurostoxx 50 s’est également apprécié de 1%, tiré notamment par Volkswagen, qui ajoutait encore 4% à son incroyable performance depuis le début de l’année (hausse de 62%). Aux Etats-Unis, le taux de rendement des bons du Trésor à 10 ans a atteint 1.77%, soit le plus haut niveau depuis plus de 14 mois. Le déploiement du programme de vaccination et les dépenses d’infrastructure ont fait augmenter les attentes de reprise économique et de hausse de l’inflation. MARCHE SUISSE Le SMI évoluait au-dessus des 11'100 points, soit légèrement en hausse par rapport à la veille. C’est à nouveau Credit Suisse qui affichait la moins bonne performance du jour (-3.5%). Après avoir rebondi en début de journée, l’action repassait nettement en territoire négatif, en raison de la difficulté à estimer l’impact du défaut d’Archegos sur la banque aux deux voiles. Selon certains analystes, des questions se posent sur le maintien du rachat d’actions prévu par la banque zurichoise, et même sur le versement du prochain dividende, deux éléments qui rendaient l’action intéressante pour les investisseurs. Du côté des vainqueurs du jour, citons notamment Richemont et Alcon (+2.5% chacun), Straumann (+3%) et Swatch (+3.5%), qui a gagné une nouvelle procédure d’appel contre Apple, qui portait sur l’utilisation de la fameuse expression de Steve Jobs « One more thing ». DEVISES Au niveau des devises, notre monnaie nationale se déprécie légèrement face à l’EUR (1.1060) ainsi que contre le USD (0.9430). XAVIER BLANC Gestion de fortune – Bulle 026 919 24 45

  • Credit Suisse plonge

    MARCHES INTERNATIONAUX A l’exception de Wall Street, qui évoluait en légère baisse à la mi-journée, la plupart des indices mondiaux ont affiché une timide hausse pour la première session de la semaine. Le secteur financier dans son ensemble était particulièrement scruté, en raison d’une vente massive d’actions qui a eue lieu vendredi par un fonds d’investissement basé à New York. Il s’agit vraisemblablement de Archegos Capital Management, dont le portefeuille a subi d’importantes pertes la semaine passée. Des garanties supplémentaires ont été demandées à cette société pour faire face à ses engagements, ce qui l’a obligé à se délester pour environ USD 20 milliards d’actifs. Plusieurs instituts financiers ont annoncé détenir des positions dans ce fonds, notamment la banque japonaise Nomura, dont la perte liée à cette affaire pourrait s’élever à USD 2 milliards. MARCHE SUISSE Au niveau national, l’action Credit Suisse affichait la pire performance de la journée suite à un avertissement que son exposition au dossier Archegos aurait un impact substantiel sur les résultats du premier trimestre. Déjà dans la tourmente avec la faillite de la société britannique Greensill, l’action du numéro deux bancaire perdait 15% à l’approche de la clôture et entrainait dans son sillage l’action UBS qui perdait quant à elle 4%. Au niveau des bonnes performance, Schindler gagne 2%, tandis que Nestlé s’est apprécié de 1.3%, de bonnes surprises sont attendues pour la publication du chiffre d’affaires du géant de l’alimentation. DEVISES Sur le marché des changes, l’EUR/CHF évolue de manière latérale autour des 1.1050, tandis que le niveau de 0.9400 continue de résister à l’USD/CHF. A noter également la baisse de 1% du prix du pétrole, le canal de Suez est désormais à nouveau libre à la circulation. XAVIER BLANC Gestion de fortune – Bulle 026 919 24 45

  • Aevis Victoria souffre

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Pour la dernière séance avant le week-end, les places financières asiatiques ont terminé sur de solides gains. La Bourse de Hong-Kong a avancé de 1,57% et l’indice composite de Shanghai a pris 1,63%. Au pays du Soleil levant, l’indice Nikkei des 225 valeurs vedettes a gagné 1,56% mais, sur l’ensemble de la semaine, il affiche une perte de 2,1%. L’indice DJ Eurostoxx 50, indice regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, progresse de 0,87%. MARCHÉ SUISSE Nos indices helvétiques ont terminé la journée en légère hausse. Le Swiss Market Index grignote 0,16% et termine sur la barre symbolique des 11'100 points. L’indice élargi Swiss Performance Index monte de 0.18%. Du côté des sociétés, le groupe fribourgeois de cliniques privées et d’immobilier médical Aevis Victoria a publié pour l’exercice 2020 une perte nette de 30,9 millions de francs, contre un bénéfice net de 173,7 millions l’année précédente. 2019 est l’année où l’entreprise a bénéficié de la vente de participations dans Infracore et Générale Beaulieu Immobilière. Son conseil d’administration proposera une nouvelle fois un renoncement au dividende lors de la prochaine assemblée générale. Le chimiste de la construction Sika rachète les activités de colle pour revêtements de surface de l’américain DriTac. Le fabricant d’implants dentaires Straumann renforce sa présence en Chine en signant un accord d’investissement avec Shanghai Xin Zhuang Industrial Park, dans l’optique d’y installer un centre de production, de formation et de recherche. La banque d’investissement new yorkaise Goldman Sachs a revu ses objectifs de cours pour deux titres suisses. Le premier concerne le numéro un mondial du travail temporaire Adecco, qui voit son action recommandée à garder, avec un cours cible à 65 francs. Le deuxième est le spécialiste de l’inspection et de la certification SGS, dont le titre est à la vente avec un prix à 2'470 francs. JEROME DOUGOUD Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 24

  • Statu quo à la BNS

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La bourse de Tokyo a terminé la journée de jeudi en hausse après quatre séances consécutives de baisse, les investisseurs restant sereins malgré le tir par la Corée du Nord de deux missiles en mer du Japon. L’indice Nikkei 225 gagne ainsi 1,14% à 28'729,88 points alors que les bourses continentales chinoises de Shanghai et Shenzhen ne connaissent pas le même enthousiasme et enregistrent des baisses respectives de 0,10% et 0.02%. En Europe, les détenteurs de capitaux s’inquiètent des difficultés d’approvisionnement en vaccins et les principales places boursières ouvrent en baisse. La journée a également été marquée par la baisse du prix du pétrole effaçant en partie les gains de la veille et entraînant dans son sillage les sociétés pétrolières du Vieux Continent. Cette baisse du prix du baril est expliquée non seulement par les perspectives de déblocage du canal de Suez mais également par une flambée de cas de Covid-19 dans des pays grands consommateurs de pétrole, à l’image du Brésil. En fin de journée, l’indice DJ Eurostoxx 50 des valeurs les plus importantes cotées en euros est à l’équilibre à 3'832,57 points. MARCHÉ SUISSE Conformément aux attentes des analystes, la Banque nationale suisse (BNS) a décidé du maintien de sa politique monétaire accommodante à l’issue de sa réunion trimestrielle. Le taux directeur de -0,75% est donc maintenu et l’institut d’émission reste disposé à intervenir sur le marché des changes « si nécessaire ». Quant aux prévisions d’inflation, elles sont relevées à 0,2% pour l’année en cours et 0,4% en 2022 pour finalement atteindre 0,5% en 2023. Dans ce contexte, l’indice Swiss Market Index (SMI) termine la journée en progression de 0,32% à 11'098,81 points. Sur le marché élargi, l’indice Swiss Performance Index (SPI) gagne 0,22% à 14'009,97 points. DEVISES Le franc suisse reste stable face à la monnaie unique à 1,1053 francs pour un euro. Contre le billet vert, la monnaie helvétique s’affaiblit à 0,9397 franc pour un dollar. JULIEN YERLY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 78

  • Le pétrole remonte

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les prix du pétrole ont repris plus de 5% mercredi, portés par de possibles perturbations de l’approvisionnement d’or noir, dues au blocage temporaire du canal de Suez par un porte-conteneur de 400 mètres qui s’est échoué, tandis qu’aux Etats-Unis, la progression des stocks commerciaux de pétrole brut ralentit. En Asie, la Bourse de Tokyo a terminé en baisse (-2,04%) pour la quatrième séance consécutive. Les Bourses chinoises ont également fini la journée dans le rouge, sur fond d’un resserrement mondial des politiques monétaires après les propos de Robert Kaplan, le président de la Réserve Fédérale de Dallas, qui a évoqué une hausse des taux aux Etats-Unis dès l’an prochain. L’indice Hang Seng de la Bourse de Hong Kong a ainsi reculé de 2,03% tandis qu’en Chine continentale, le Shanghai Composite abandonnait 1,3%. En Zone Euro, pour la première fois depuis six mois, l’activité du secteur privé a renoué avec la croissance en mars grâce à une hausse record de la production manufacturière, et cela malgré la pandémie. Cependant, les chiffres de mars indiquent une divergence importante entre l’Allemagne, première économie de la zone Euro, qui profite davantage du rebond industriel, et la France, davantage dépendante des services. MARCHÉS SUISSES A la Bourse de Zurich, dans un SMI (Swiss Market Index) en baisse de 0,31%, le colosse du ciment LafargeHolcim (+2,28%) termine la journée en tête des gagnants devant le réassureur zurichois Swiss Re (+1,02%) tandis que le spécialiste du travail temporaire Adecco (+0,89%) complète le podium. Le géant des dispositifs et consommable ophtalmiques Alcon (+0,53%) ambitionne de générer à l’horizon 2025 un chiffre d’affaires annuel de 10 milliards de dollars, contre moins de 7 milliards en 2020. L’ancienne filiale de Novartis table sur un retour à la normalité pré-pandémique sur la seconde moitié de l’année en cours. En queue de peloton, Roche (-1,52%) pesait fortement sur l’indice. Sur le marché élargi, Dufry (-6,97%) était sous pression après le placement d’un emprunt convertible senior non garanti à échéance 2026 pour un montant total d’environ 500 millions de francs. David Hartmann Gestion de fortune 026 350 74 29

  • Telegram emprunte près d’un milliard

    MARCHÉS INTERNATIONAUX L'audition très attendue du président de la Réserve fédérale américaine Jerome Powell et de la secrétaire au Trésor, Janet Yellen, n'a pour l'instant pas apporté d'élément nouveau quant aux perspectives économiques aux Etats-Unis ou à la politique monétaire de la Fed. Powell a répété qu'il s'attendait à une accélération de l'inflation cette année, mais que celle-ci ne serait que passagère. En Europe, les marchés sont en légère baisse à l’image du DJ Eurostoxx 50, indice regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, qui recule de 0,18% à 3'827,02 points. L’Allemagne annonce le prolongement des mesures de confinement jusqu'au 18 avril, ce qui risque de plomber la fragile reprise économique de l'Europe. La montée des tensions diplomatiques et économiques entre la Chine et plusieurs pays occidentaux autour de la question des droits humains dans la région du Xinjiang n’aide pas à les investisseurs à être optimistes. A New York, l’humeur n’est guère plus optimiste, les marchés évoluent en ordre dispersé lors des premiers échanges. La populaire messagerie cryptée Telegram lève plus d’un milliard de dollars au travers d’obligations auprès de certains des investisseurs clés pour financer sa croissance. En début d’année, la société s’était faite connaître après l’annonce par son concurrent, WhatsApp, d’un plus grand partage de données avec sa maison mère Facebook. Telegram avait alors pu collecter près de 25 millions d’utilisateurs en quelques jours, dépassant les 500 millions au total. MARCHÉ SUISSE Le marché suisse parvient à se hisser en territoire positif, à la clôture, le Swiss Market Index avance de 0,45% à 11'098,66 points. Les poids lourds Nestlé (+1,7%) et Novartis (+1,2%) ont soutenu l'indice, alors que Roche (-1,7%) a nettement reculé. Novartis a fait part de résultats positifs en étude clinique de phase III Vision sur le radioligand Lu-PSMA-617, améliorant significativement la survie de patients atteints d'un cancer de la prostate métastatique résistant à la castration. JULIE CAMBOU Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 99

  • L'intérêt pour l'inflation

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Début de semaine tendue pour les marchés. La détérioration de la situation sanitaire et les retards de livraison faisaient pester les différents acteurs de places financières. Ces deux facteurs ont eu pour conséquence de réduire la mobilité dans plusieurs pays d’Europe et de consumer l’optimisme quant à l’établissement d’une immunité collective. À cela s’ajoute la remontée progressive des taux d'intérêt à 10 ans aux Etats-Unis qui inquiète. Cet indicateur est largement considéré comme un des prémices de l’inflation et par conséquent, de la hausse des taux par les Banques centrales. En théorie, une hausse des taux prétérite le marché des actions. Malheureusement ou heureusement, ce n’est pas si simple. Il se trouve que lorsque nous examinons les données historiques, l’augmentation du taux à 10 ans engendre dans la majorité des cas une hausse des marchés. Par conséquent, difficile pour qui que ce soit de déterminer une tendance claire à court terme. En milieu de journée, ce contexte favorisait des bourses européennes hésitantes. Paris terminait sa matinée en baisse de 0,38%. Le DAX allemand augmentait légèrement de 0,18%. Volkswagen poursuivait sa mise en orbite. Le titre gagnait plus de 7% alors que le plus gros constructeur automobile mondial progresse de plus de 50% depuis le début de l’année. Il ambitionne d’être le plus grand vendeur de voiture électrique d’ici 2025 et a investi 46 milliards dans le but d’amorcer son virage technologique. MARCHÉ SUISSE Après un dur réveil, le SMI a affiché une humeur optimiste dès le milieu d’après-midi. Celui-ci est même repassé au-dessus des 11'000 points pour clôture à 11'048,58 points (+0,74%). Les gagnants du jour se nomment Richemont et Roche qui grimpaient respectivement de 3% et 2,14%. Richemont profitait d’une montée de l’objectif de son cours par des analystes. Ceux-ci prévoient une évolution positive du secteur du luxe grâce à la reprise des vols internationaux et la démocratisation du commerce en ligne pour ce genre de bien. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • Wisekey s'envole

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Si la Banque Centrale Européenne et la Fed ont tenté de rassurer quant au maintien prolongé de leur dispositif très accommodant, la Banque du Japon (BoJ) a légèrement modifié sa politique monétaire vendredi et les investisseurs ont semblé y voir une amorce de resserrement. La nervosité sur les marchés d’actions était aussi alimentée par le repli des cours du pétrole, en recul de près de 8% sur la semaine. Dans ce contexte, le Nikkei de la bourse de Tokyo s’est allégé de 1,41%, à l’instar du Hang Seng à Hong Kong en baisse de 1,41% également, tandis qu’en Chine continentale, le Shanghai Composite se délestait de 1,69%. En Europe, les marchés étaient refroidis par les nouvelles restrictions annoncées par plusieurs Etats à cause du regain de la pandémie de coronavirus qui sonne comme le début d’une troisième vague. L’indice Eurostoxx des 50 principales valeurs cotées en Euro a ainsi terminé la journée dans le rouge, en baisse de 0,65%. Aux Etats-Unis, après avoir terminé la journée de jeudi en repli, Wall-Street tentait de rebondir vendredi et les indices évoluaient en ordre dispersé. Si le Nasdaq était en hausse de 0,6%, le Dow Jones abandonnait 0,4% à l’heure de clôture des marchés européens. MARCHÉS SUISSES En Suisse, la saison des résultats pour l’exercice 2020 est quasiment bouclé et si une majorité des entreprises cotées ont enregistrés des revenus et des bénéfices inférieures à ceux de l’année précédente, nombre d’entre elles ont déjoué les scénarii les plus noirs brossés par les observateurs. A la Bourse de Zurich, les poids lourds ont soutenu notre indice SMI (Swiss Market Index) qui terminait la journée presque à l’équilibre (-0,06%). La meilleure performance du jour est à mettre à l’actif de Nestlé (+1,16%), devant ABB (+0,86%) et Roche (+0,57%). Novartis (+0,43%) est la seule autre valeur du SMI a terminé dans le vert tandis qu’à l’autre extrémité du tableau, le genevois Richemont (-3,06%) tenait la lanterne rouge. Sur le marché élargi, Wisekey s’est senti poussé des ailes et s’est envolée de 45,77%, sans information particulière. David Hartmann Gestion de fortune 026 350 74 29

  • Optimisme généralisé

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La bourse de Tokyo a terminé la journée de jeudi en hausse, rassurée par la décision de la Réserve fédérale américaine (Fed) de maintenir une politique monétaire accommodante. L’indice Nikkei 225 gagne 1,01% à 30'216,75 points et reste ainsi proche de son plus haut niveau des trente dernières années atteint le 16 février dernier. Ailleurs en Asie, les principales places boursières sont également bien orientées, à l’image des bourses continentales chinoises de Shanghai et Shenzhen qui enregistrent des hausses respectives de 0,51% et 0,87%. L’optimisme est également de mise sur le Vieux Continent et les bourses européennes évoluent en terrain positif malgré la forte hausse des rendements des bons du Trésor américain à 10 ans à 1,72%, leur plus haut niveau depuis fin janvier 2020. Dans ce contexte, l’indice DJ Eurostoxx 50 des valeurs les plus importantes cotées en euros enregistre un gain de 0,46% à 3'867,54 points. A Wall Street, l’indice S&P 500 perdait du terrain à la mi-journée après avoir atteint la veille un nouveau niveau record. MARCHÉ SUISSE Selon les chiffres de l’Administration fédérale des douanes (AFD), après avoir connu une forte diminution en 2020, les exportations horlogères suisses n’ont pas encore repris le chemin de la croissance et ont connu un léger recul de 0,3% sur un an. L’indice Swiss Market Index (SMI) termine la journée en progression de 0,47% à 10'973,76 points, soutenu notamment par la forte progression des géants bancaires CS Group (+2,54%) et UBS Group (+3,96%) Sur le marché élargi, l’indice Swiss Performance Index (SPI) gagne 0,91% à 13'866,47 points. Le courtier en ligne Swissquote se distingue avec une performance de 6,51% à 121 francs suite à la publication de résultats bien au-dessus des attentes pour 2020 et des prévisions de croissance marquée pour l’exercice en cours. DEVISES Le franc suisse reste stable face à la monnaie unique à 1,1074 francs pour un euro. Contre le billet vert, la monnaie helvétique s’affaiblit à 0,9287 franc pour un dollar. JULIEN YERLY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 78

  • Regards sur la Fed

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Ce mercredi, la prudence est de mise. Tous les regards sont fixés vers la Réserve fédérale américaine. En effet, le discours de clôture de la réunion de la Fed est très attendu. Son président, Jerome Powell, va nous transmettre des informations sur les projections de croissance, les anticipations d’inflation ainsi que les prévisions sur l’évolution des taux d’intérêts aux Etats-Unis. Dans cette attente, les investisseurs restent frileux. Les marchés évoluent sans réelle tendance. Au Japon, après six séances consécutives dans le vert, l’indice Nikkei des 225 valeurs vedettes a très légèrement reculé de 0.02%. A l’instar de plusieurs de ses concurrents, Honda a également des problèmes d’approvisionnement en pièces détachées et subit entre autres une pénurie de semi-conducteurs. En conséquence, le constructeur automobile japonais a annoncé qu’il allait suspendre la production dans cinq usines sises aux Etats-Unis et au Canada. En fin d’après-midi, l’indice DJ Eurostoxx 50, indice regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, a terminé la séance proche de l’équilibre. MARCHÉ SUISSE Nos indices helvétiques ont terminé la journée dans le rouge. Le Swiss Market Index perd 0,20% et l’indice élargi Swiss Performance Index cède 0,23%. Du côté des nouvelles d’entreprises, le fabricant d’électroménager de Suisse centrale V-Zug (+5% à 94,50 francs) a terminé l’année 2020 avec des ventes annuelles nettes en hausse de 4,7% à 569,4 millions de francs et un bénéfice net qui a bondi de plus de moitié, se situant à 43,2 millions de francs. Selon la direction, l’année 2021 s’annonce prometteuse. La banque d’investissement new yorkaise Goldman Sachs a revu ses objectifs de cours pour deux titres suisses. Le premier est le spécialiste du capital-investissement Partners Group, qui voit son action recommandée à l’achat, avec un cours cible à 1'185 francs. Le second est l’exploitant bâlois des boutiques hors taxe Dufry, dont le prix passe de 61 à 70 francs, accompagné de la mention acheter. JEROME DOUGOUD Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 24

  • Prudence en ce début de semaine

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Après une ouverture dans le vert, les places boursières européennes ont perdu de leur souffle à la mi-journée pour finalement clôturer légèrement dans le rouge, à l’image du DJ Eurostoxx 50, indice regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, qui recule de 0,1% à 3'829,84 points. Après l’Autriche, l’Allemagne, l’Italie, c’est au tour de la France d’annoncer la suspension de l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca. Même si pour l’heure aucun lien de cause à effet ne peut être établi, les graves problèmes sanguins chez des personnes vaccinées amènent les pays à la prudence. Cette situation suscite des interrogations sur le rythme du retour à la normale sur le front économique. Après ses records de la semaine passée, Wall Street se montre plus indécise en ce début de semaine. Les investisseurs attendent avec impatience l’issue de la réunion du comité de politique monétaire de la Fed (FOMC), qui aura lieu mardi et mercredi à Washington. Si aucune décision formelle n’est attendue de cette réunion, le marché voudra toutefois déceler des indices pour savoir jusqu'où la Fed laissera les taux de rendement sur le marché obligataire monter. En effet, le taux d'intérêt sur la dette américaine à 10 ans stagne sur des niveaux élevés (autour de 1,6%) et suscite quelques inquiétudes depuis le début de l’année. MARCHÉ SUISSE Le marché suisse perd aussi de son élan en cours de journée, mais parvient toutefois à se hisser dans le vert. Le Swiss Market Index avance de 0,25% à 10'867,33 points. Roche (+2,1%) profite de l’annonce de la conclusion d’un accord de reprise de Genmark Diagnostics, un développeur américain de solutions de diagnostic. La cible de rachat dispose notamment d'une palette de tests permettant de détecter divers agents pathogènes dans un échantillon unique, dont le Sars-Cov-2 à l'origine de la pneumonie Covid-19. Sur le marché élargi, Aryzta reprend des couleurs (+7,64%), les investisseurs saluent la réorganisation rapide du groupe qui va permettre de réduire son endettement. JULIE CAMBOU Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 99

  • Hausse des taux obligataires

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La bourse de Tokyo a terminé la journée de vendredi en forte hausse, portée à son tour par la signature du plan de relance américain intervenue la veille à Washington. L’indice Nikkei 225 progresse ainsi pour la quatrième séance consécutive et gagne 1,73% à 29'717,83 points alors que les bourses continentales chinoises de Shanghai et Shenzhen enregistrent des hausses respectives plus limitées de 0,47% et 0,17%. Les bourses européennes ouvrent en baisse en réaction à la reprise de la hausse des rendements obligataires. En effet, après quelques jours d’accalmie, le rendement des bons du Trésor américain est repassé au-dessus du seuil psychologique de 1,60% pour atteindre 1,64% en milieu de journée, son plus haut niveau depuis le mois de février 2020 et le début de la crise du coronavirus. Le ton accommodant de la Banque centrale européenne (BCE) qui avait rassuré les investisseurs jeudi lors de la conférence de presse de Christine Lagarde a donc rapidement cédé la place à de nouvelles craintes quant à la résilience du marché des actions. Dans ce contexte, l’indice DJ Eurostoxx 50 des valeurs les plus importantes cotées en euros enregistre une perte de 0,32% à 3'833,36 points. Outre-Atlantique, les valeurs technologiques et de croissance, sensibles aux taux d’intérêt, marquent le pas et le Nasdaq perdait 1,42% à la mi-journée. MARCHÉ SUISSE La bourse suisse ne fait pas exception et l’indice Swiss Market Index (SMI) termine la journée en recul de 0,40% à 10'839,93 points. La hausse des rendements obligataires bénéficie aux valeurs bancaires dont la profitabilité est positivement impactée par la différence entre les taux à long terme et court terme. Le numéro un bancaire helvétique UBS Group progresse ainsi de 0,94% à 14,425 francs. Sur le marché élargi, l’indice Swiss Performance Index (SPI) perd 0,41% à 13'628,25 points. DEVISES Le franc suisse reste stable face à la monnaie unique à 1,1095 francs pour un euro. Contre le billet vert, la monnaie helvétique s’affaiblit à 0,9288 franc pour un dollar. JULIEN YERLY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 78

  • Le SMI franchit la barre des 10'900 points

    MARCHÉS INTERNATIONAUX En Asie, les marchés n’ont pas profité du rebond technique des valeurs technologiques américaines de mardi et les indices ont stagnés. A Tokyo, le Nikkei a fini à l’équilibre (+0,03%) à 29'036,56 points tandis qu’en Chine continentale, le Shanghai composite n’a cédé que 0.05% à 3'357,73 points. A Hong Kong, l’indice Hang Seng à quant à lui progressé en fin de séance pour clôturer en hausse de 0,47% à 28'907,52 points. En Europe, les marchés étaient bien orientés tout au long de la journée et l’indice EuroStoxx 50 de la zone euro a clôturé en hausse de 0,88% à 3'819,20 points. Aux Etats-Unis, l’inflation s’est un peu accélérée en février, les prix augmentant de 0,4% sur un mois, comme attendu, plus forte hausse depuis août, tirée par la forte augmentation des prix de l’essence qui ont bondi de 6,4% et comptent pour la moitié de cette hausse. Les prix de l’énergie et de l’alimentation ont également augmenté. En excluant ces prix volatils, la hausse de l’inflation sous-jacente n’est que de 0,1%, moins que les 0,2% attendus. Dans ce contexte, à l’heure de clôture des bourses européennes, les indices américains gagnaient 0,4% pour le Nasdaq et 1,2% pour le Dow Jones. MARCHÉ SUISSE Après une ouverture négative, la Bourse de Zurich s’est bien reprise et le SMI (Swiss Market Index) a franchi la barre des 10'900 points pour clôturer en hausse de 0,48% à 10'909,77 points. La meilleure performance du jour est à mettre à l’actif de Roche (+2,24%), devant SGS (+1,27%) et Givaudan (+1.26%). Au SLI (Swiss Leader Index), la volatile AMS s’est quant à elle habillée de rouge vif et termine la journée en baisse de 4,6%. Sur le marché élargi, le groupe alimentaire Orior (+3,44%) a souffert dans ses activités de vente d’aliments à l’emporter et le bénéfice net a reculé de 30% l’an dernier. Le chimiste de spécialités Dottikon a levé 199,5 millions de francs dans le cadre d’une augmentation de capital. Ce montant servira à soutenir la croissance du groupe argovien. David Hartmann Gestion de fortune 026 350 74 29

  • Revers pour Novartis

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Au Japon, après trois séances consécutives de baisse, l’indice Nikkei des 225 valeurs vedettes a bondi de 0,99%, ceci malgré la chute de 6,63% de l’action Panasonic. Selon des rumeurs, le géant japonais de l’électroménager et des batteries électriques serait intéressé par l’acquisition du développeur américain de logiciels Blue Yonder pour 700 milliards de yens. En fin d’après-midi, l’indice DJ Eurostoxx 50, indice regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, progresse de 0,76%. MARCHÉ SUISSE Nos indices helvétiques ont terminé la journée dans le vert. Le Swiss Market Index gagne 0,25% et termine tout proche de la résistance des 10’864 points. L’indice élargi Swiss Performance Index monte de 0,40%. Du côté des nouvelles d’entreprises, le groupe pharmaceutique Novartis (-0,84% à 78,20 francs) a essuyé un revers lors d’un essai clinique de phase III, baptisé Canopy-2, concernant le traitement du cancer du poumon non à petites cellules avancé ou métastatique. Le fabricant zurichois de machines textiles Rieter (-1,32% à 119,60 francs) termine l’année 2020 sur une perte nette de 89,8 millions de francs, contre un bénéfice net de 52,4 millions un an auparavant. Le groupe établi à Winterthour prévoit malgré tout un résultat d’exploitation positif pour l’ensemble de son nouvel exercice. Autre société touchée de plein fouet par la crise sanitaire, le spécialiste bâlois des boutiques hors taxe Dufry, qui publie des chiffres en dessous des prévisions du consensus des analystes. Le chiffre d’affaires a plongé de 71,1% à 2,56 milliards de francs. La perte nette ajustée est de 1,65 milliard de francs contre un bénéfice net de 349,3 millions de francs en 2019. Roche voit son objectif de cours raboté par la banque américaine Citigroup, qui passe de 385 francs à 360 francs, avec une recommandation inchangée à acheter. Le gestionnaire de fortune zurichois Julius Baer rehausse de 2 francs le cours cible pour le groupe industriel schwytzois OC Oerlikon à 10,30 francs et maintient le titre à l’achat. JEROME DOUGOUD Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 24

  • L'optimisme domine

    MARCHÉS INTERNATIONAUX En Europe, les marchés rebondissent fortement portés par l’approbation ce samedi du plan de relance budgétaire de 1'900 milliards de dollars voulu par le président Joe Biden. Le texte doit être examiné mardi par la Chambre des représentants avant sa promulgation d'ici le 14 mars par le locataire de la Maison Blanche. A la clôture, le DJ Eurostoxx 50, indice regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, avance de 2,55% à 3'763,2 points. A Wall Street, les places boursières faisaient une ouverture plus timide, tiraillées par la remontée des taux du Trésor américain, conséquence d'une anticipation de la hausse des prix avec le retour de la croissance. Mais finalement, c’est l’optimisme qui l’emporte, les marchés mettant l’accent sur la réouverture progressive des économies, les bons résultats des entreprises et par le soutien perpétuel des banques centrales et des gouvernements. Parmi les valeurs du jour, GameStop grimpent de plus de 30% lors des premiers échanges. La chaîne de magasins de jeux vidéos, à l'origine d'une fièvre spéculative à Wall Street fin janvier, a annoncé que l'actionnaire activiste Ryan Cohen allait diriger un comité au sein du conseil d'administration chargé d'accélérer la transformation digitale de l'entreprise. MARCHÉ SUISSE En Suisse, les marchés suivent la même tendance optimiste. Le Swiss Market Index avance de 2,10% à 10'830,4 points, alors que l’indice plus large Swiss Performance Index gagne 1,96% à 13’571,43 points. Aux cotations, les grands gagnants du jour sont ABB (+4,5%), Julius Bär (+4,0%) et Swatch (+3,8%). Les deux géants bancaires UBS (+3,1%) et Credit Suisse (+1,9%) ont aussi eu les faveurs des investisseurs, tout comme les assureurs Swiss Life (+3,2%), Swiss Re (+3,3%) et Zurich Insurance (+2,3%). Du côté des statistiques, nous apprenons que le taux de chômage a très légèrement reculé à 3,6% en février, après avoir atteint 3,7% en janvier, ce qui était du jamais vu depuis avril 2010. Le Seco table sur une augmentation du chômage partiel. Les secteurs de l'hôtellerie et du commerce de détail restent particulièrement touchés. JULIE CAMBOU Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 99

  • Encore des diableries

    MARCHES INTERNATIONAUX En pleine pandémie, la rivalité mythique entre deux titans de la finance bat son plein, celle du diable noir (pétrole) contre le diable jaune (l’or). On dirait que le pétrole est vacciné et que l’or vient d’être contaminé . Le pétrole ça pollue et ça sent mauvais, mais on l’a peut-être enterré un peu vite. Avant la crise sanitaire le baril WTI valait environ 62 $ et à la mi-avril 2020 il était tombé en territoire négatif, à environ - 40 $. Pour les anciens, il faut faire preuve d’imagination tant c’est incroyable, mais on pourrait comparer avec l’achat d’une voiture neuve. Le garagiste vous livre la voiture, vous ne payez rien, au contraire c’est lui qui vous donne de l’argent et vous repartez avec un véhicule flambant neuf. Evidemment ça n’a pas duré. Aujourd’hui, le baril WTI est revenu vers les 65 $, en progression constante. L’or lui ne brille plus et subit même une fessée. Avant la crise, l’once d’or valait environ 1528 $ et le prix est monté jusqu’à environ 2038 $ en août 2020. Aujourd’hui, il vaut à peine 1700 $ l’once ou 50'800 francs le kilo et la tendance est baissière. Mais ne commettons pas la même erreur qu’avec le pétrole, il ne faut pas l’enterrer trop vite. D’abord il est plus facile de stocker de l’or et vous pouvez même le garder à la maison, l’or pas le pétrole. Et le diable jaune est très sensible, pouvant bondir de son terrier aussi vite que l’éclair. BOURSE SUISSE A quelques minutes de la cloche, la bourse suisse continue à faiblir avec une perte de 1,08% à l’indice phare SMI. Pratiquement tous les titres sont dans le rouge, à part quelques sursauts à l’image des actions Swisscom et Nestlé en légère hausse. Les assurances sont toutes en baisse, notamment Swiss Life qui diminue de 2% à 446 francs. Les bancaires, le luxe, la pharmacie, tous les secteurs participent à la baisse. P.S. Tous mes remerciements aux fidèles lecteurs des commentaires boursiers BCF, car le soussigné vient de vous livrer son dernier texte, pour cause de retraite. DEVISES Contre franc suisse, 1 dollar vaut 0,93 franc et 1 euro 1,1090 franc. FRANCIS CORPATAUX Gestion de fortune – Bulle 026 919 24 43

  • Dividendes chéris

    MARCHES INTERNATIONAUX Les entreprises ne sont pas toutes à égalité dans la crise sanitaire que nous vivons, à l’image du poème de Voltaire « Jean qui pleure et Jean qui rit ». Les perspectives pour tous les secteurs se reflètent dans les résultats annoncés et également au niveau des propositions de dividendes. Citons quelques exemples suisses. Kühne-Nagel, le spécialiste de la logistique notamment au niveau du fret, relève son dividende de 50 centimes, malgré des résultats 2020 mitigés. Le laboratoire saint-gallois Vifor maintient son dividende inchangé. L’industriel schaffhousois Georg Fischer rabote son dividende de près de 50% par rapport à l’année précédente. La palme revient au groupe de construction Implenia qui propose carrément de supprimer le dividende, pour faire face à des amortissements et restructurations. Quand on pense que pour vérifier si une action était chère ou non, on utilisait le price earning ratio (rapport cours/dividende), il faudra revoir la stratégie, d’autant plus que nul ne sait comment 2021 finira. A noter également la forte hausse des taux hypothécaires en février. Le taux moyen à 10 ans pratiqué par les banques est passé à 1,30%, soit en hausse de 13 points de base. Cela reste bon marché historiquement, mais il ne faudrait pas le cheval s’emballe. Dans ce même contexte, relevons que les taux américains à 10 ans risquent de dépasser à nouveau les 1,50% de rendement, ce qui fait tousser les marchés boursiers.  BOURSE SUISSE Encore un léger coup de mou pour la bourse suisse dont l’indice phare SMI perd 0,19% à 10'752 points, à quelques minutes de la cloche. Nestlé retrouve la faveur des investisseurs en gagnant 2,36% à 99,21 francs. Zurich Assurances progresse également de 1,13% à 392,90 francs, l’action est encore qualifiée de sous-évaluée par certains courtiers eu égard au beau dividende de 20 francs. Novartis est en forte baisse de 3,49% à 77,96 francs, mais elle se traitait ex-dividende de 3 francs. DEVISES Contre franc suisse, 1 dollar vaut 0,9253 franc et 1 euro 1,1137 franc. FRANCIS CORPATAUX Gestion de fortune – Bulle 026 919 24 43

  • Drôle de climat

    MARCHES INTERNATIONAUX On pourrait établir des points de comparaison entre la bourse et la nature. La nature nous envoie des signaux pour dire dans quelle saison nous sommes, avec des cycles de 3 mois. Quand les feuilles commencent à tomber c’est signe d’automne et on se dirige vers l’hiver. Et après l’hiver viendra le printemps et les beaux jours d’été. Au niveau de la bourse, les économies nous envoient également des signaux pour nous dire où nous nous situons, avec des saisons établies. Il y a la saison des placements à court terme, la saison des obligations, la saison des actions, etc… avec des cycles de plusieurs années parfois. En revanche, avec la pandémie que nous vivons, les bourses sont chamboulées et le gouvernail semble bloqué direction les actions en oubliant les autres saisons. Depuis des années, nous avons vécu un bel été boursier, suivi immédiatement sans crier gare par un hiver brusque et rigoureux en mars 2020, sans passer par la case automne. Il y a de quoi perturber le brave investisseur. Pourtant, des signes classiques et reconnaissables réapparaissent : les taux d’intérêts frémissent comme les feuilles des arbres, le dollar monte, le pétrole reprend des couleurs etc… Tous ces signes nous annoncent peut-être que le gouvernail actions est débloqué et que nous pourrions changer de cap et de saison. Si cela se confirme, au vent mauvais comme le disait Verlaine, il faudra adapter les stratégies. BOURSE SUISSE Séance en demi-teinte et à quelques minutes de la cloche, la bourse suisse baisse de 0,66% à 10'745 points pour l’indice phare SMI. Belle progression d’Adecco qui gagne 2,74% à 60,66 francs. Le luxe continue à nouveau dans le vert à l’image de Richemont qui gagne 0,83% à 90,02 francs. Dans les perdants, signalons Lonza qui perd 2,39% à 564,20 francs et également Givaudan avec une perte de 2,25% à 3433 francs. DEVISES Contre franc suisse, 1 dollar vaut 0,9172 franc et 1 euro 1,1080 franc. FRANCIS CORPATAUX Gestion de fortune – Bulle 026 919 24 43

  • Des bourses vaccinées

    MARCHES INTERNATIONAUX Dans le climat actuel, chaque jour de hausse est bon à prendre au niveau de la bourse. Cela dit, si on prend un peu de temps pour la réflexion, les chiffres commencent à inquiéter les investisseurs. A croire que les grands laboratoires ont créé aussi un vaccin pour les bourses mondiales qui se sentent invulnérables. On a vécu beaucoup de choses en matière boursière, mais avec un tsunami mondial sous forme de pandémie, on aurait pu penser que la bourse s’écroule. En fait, la bourse a vraiment dégringolé en mars 2020 pour atteindre les 8623 points environ. Aujourd’hui, pratiquement une année plus tard, l’indice phare SMI vaut environ 10'800 points, en rappelant que son plus haut de tous les temps se situe à près de 11'268 points. Après l’orage, il est sain que le beau temps revienne, mais les investisseurs commencent à se poser des questions sur la météo future. Un trouble-fête qui temporise notre optimisme retrouvé revient sur le devant de la scène et il suffit de prononcer son nom pour avoir des frissons : l’inflation. Beaucoup de gens se demandent notamment comment on va payer toute cette casse pandémique, tant au niveau des entreprises que des états. Même le budget de la Confédération explose. Comptons sur la sagesse de nos édiles pour calmer le jeu et que la bourse, reflet de la santé de nos entreprises, continue son bonhomme de chemin. Mais il faudra payer quand même… BOURSE SUISSE Encore une belle journée pour la bourse suisse et à quelques minutes de la cloche, l’indice phare SMI gagne 0,97% à 10'810 points. Pratiquement tous les titres sont à nouveau en hausse, hormis CS Group qui perd 2,58% à 13,03 francs et Swatch qui connait un léger coup de mou en s’allégeant de 0,14% à 279,40 francs. La palme du jour revient à Sika qui gagne 2,80% à 252,90. Les assurances sont également en verve avec plus de 2% en moyenne. DEVISES Contre franc suisse, 1 dollar vaut 0,9148 franc et 1 euro 1,1038 franc. FRANCIS CORPATAUX Gestion de fortune – Bulle 026 919 24 43

  • La bourse c'est simple

    Marchés internationaux Beaucoup d’investisseurs sont perturbés par les marchés boursiers qui ne sont pas écroulés avec cette épidémie mondiale qui nous a frappés. Non seulement ils n’ont pas chuté mais ils continuent à grimper, certains battant même des records jamais vus. Certes les bénéfices sont conséquents pour bien des investisseurs, mais la moisson n’est pas engrangée. Alors que faire ? Vendre et laisser traîner l’argent sur un compte sans intérêts voire même à taux négatifs ? Jouer au jeu de l’avion en achetant des bitcoins ? Quand on ne sait plus que faire, il faut se référer aux anciens et leur bon sens. Par exemple en bourse, comme dans la vie, il faut se fixer des objectifs et s’y tenir. A titre de comparaison, si vous prenez un ascenseur et que vous pesez sur le 8ème étage, une fois cet étage atteint vous sortez sans plus réfléchir. Il ne faut pas rester dans l’ascenseur, car il risque de redescendre au rez-de-chaussée, point de départ. Quant à l’expression laisser traîner l’argent sur un compte si vous avez su engranger les moissons boursières, c’est relatif. Certes l’épargne ne rapporte plus rien, mais en fait l’argent n’a jamais eu autant de valeur. Il suffit de regarder les promotions dans les vitrines et les journaux avec des rabais énormes parfois à deux chiffres. Les économies d’argent sont aussi des gains et en plus, vous aurez saisi l’occasion de vous faire plaisir en profitant de ces offres pour votre maison et votre bien-être. Et le bien-être en ces temps de pandémie, ça vaut de l’or. Marché suisse La bourse suisse semble euphorique avec un gain de 1,70% à 10'700 points pour l’indice phare SMI. Tous les titres sont dans le vert. La palme revient à Swatch qui progresse de 3,21% à 279,90 francs. Richemont n’est pas en reste avec un gain de 1,92% à 89,26 francs et se rapproche de son plus haut de tous les temps. Nos deux grandes banques sont en hausse de plus de 2% en moyenne. Devises Contre franc suisse, 1 dollar vaut 0,9126 franc et 1 euro 1,1008 franc. FRANCIS CORPATAUX Gestion de fortune – Bulle 026 919 24 43

  • Forte baisse à Tokyo

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La bourse de Tokyo a terminé la journée de vendredi en forte baisse en réaction notamment à la hausse des rendements obligataires qui continue d’inquiéter les investisseurs des marchés actions. L’indice Nikkei 225 perd ainsi 3,99% à 28'966,01 points alors que les bourses continentales chinoises de Shanghai et Shenzhen subissent des baisses respectives plus limitées de 2,12% et 1,79%. Selon les derniers chiffres de l’Insee, l’inflation sur un an en France a ralenti à 0,4% en février contre 0,6% un an auparavant. Néanmoins, les craintes d’un scénario inflationniste durant les prochains mois impactent également les principales places boursières européennes et, en fin de journée, l’indice DJ Eurostoxx 50 des valeurs les plus importantes cotées en euros enregistre une perte de 1,33% à 3'636,44 points. Aux Etats-Unis encore plus qu’ailleurs, la hausse des taux d’intérêt sur les dettes publiques réduit l’appétit des investisseurs pour les actions puisque le rendement à 10 ans des bons du trésor américain est désormais comparable au rendement en dividende des actions américaines entrant dans la composition de l’indice S&P 500. MARCHÉ SUISSE En Suisse, les données publiées par le Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco) montrent que le recul de 2,9% du PIB helvétique en 2020 est plus sévère que la baisse de 2,1% enregistrée lors de la crise financière de 2009. L’indice Swiss Market Index (SMI) est orienté à la baisse dès l’ouverture et termine la journée en recul de 1,28% % à 10'522,22 points. Le spécialiste des matériaux de construction LafargeHolcim fait partie des perdants du jour, en baisse de 2,49% à 50,16 francs malgré la publication de résultats supérieurs aux attentes des analyste pour l’année 2020. Sur le marché élargi, l’indice Swiss Performance Index (SPI) perd 1,32% à 13'134,38 points. DEVISES Le franc suisse s’apprécie face à la monnaie unique à 1,0995 francs pour un euro. Contre le billet vert, la monnaie helvétique s’affaiblit à 0,9093 franc pour un dollar. JULIEN YERLY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 78

  • Powell rassure

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les marchés sont affectés par la hausse des rendements obligataires américains, car ceci va faire augmenter le coût des emprunts. Cette situation impacte particulièrement les entreprises technologiques. Les investisseurs essaient tant bien que mal de se rassurer avec les déclarations du président de la Réserve fédérale Jerome Powell, comme quoi les taux resteront durablement bas tant que l’inflation ne dépassera pas 2% aux Etats-Unis et que l’économie américaine ne sera pas proche du plein emploi. Les places financières asiatiques ont fortement chuté. Hong-Kong a pâti de l’annonce d’un projet d’augmenter les taxes sur les opérations boursières pour la première fois en près de 30 ans. Son indice Hang Seng a dégringolé de 2,99% et Shanghai a également terminé en net recul. A la Bourse tokyoïte, l’indice vedette Nikkei 225 a fini en baisse de 1,61%. MARCHÉ SUISSE Nos indices helvétiques ont terminé la journée en forte hausse. Le Swiss Market Index grimpe de 1,12% et l’indice élargi Swiss Performance Index monte de 1,02%. A la suite de la baisse de fréquentation de ses points de ventes due au confinement, l’exploitant de kiosques et de commerces de proximité Valora a annoncé pour l’année écoulée une perte nette de 6,2 millions de francs. Son chiffre d’affaires s’est contracté de 16,4% à 1,7 milliard de francs. Le conseil d’administration du détaillant bâlois proposera un renoncement au dividende lors de la prochaine assemblée générale. Le fournisseur argovien de l’industrie pharmaceutique Siegfried a publié des résultats 2020 en hausse. Ses ventes ont progressé de 1,4% pour s’établir à 845,1 millions de francs et les actionnaires se verront proposer un dividende relevé de 20 centimes à 3 francs. La banque d’investissement américaine JP Morgan a relevé plusieurs de ses objectifs de cours. Le sous-traitant de l’industrie pharma Lonza voit le sien passer de 600 à 680 francs, celui d’UBS augmente de 50 centimes à 16,50 francs et Credit Suisse a son cours cible qui passe de 14 à 15 francs. Tous les trois sont assortis d’une recommandation à surpondérer. JEROME DOUGOUD Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 24

  • Jérôme Powell devant le Sénat

    MARCHÉS INTERNATIONAUX En Asie, les bourses chinoises ont terminé la journée de mardi en ordre dispersé. Le Shanghai Composite est ainsi passé dans le rouge peu avant la clôture et cède finalement 0,17% à 3'636,35 points, les inquiétudes quant à un resserrement éventuel de la politique monétaire ayant pris le dessus. A Hong Kong, le Hang Seng s’est quant à lui enrobé de 1,03% à 30'632.64 points tandis qu’au Japon, la bourse de Tokyo était fermée en raison d’un jour férié. En Europe, à l’exception de Paris, les principales places de bourse ont clôturé en baisse, sous pression face a une nouvelle tension sur le marché obligataire. La remontée des taux constitue une inquiétude pour les investisseurs à cause de l’endettement élevé des entreprises et des Etats, qui laisse penser qu’une hausse trop brutale pourrait vite peser sur l’activité. Aux Etats-Unis, Wall-Street a ouvert en nette baisse, la hausse des rendement obligataires ravivant les inquiétudes concernant la valorisation du secteur technologique particulièrement sensibles aux doutes des investisseurs en raison de ses niveaux de valorisation élevés. Jérôme Powell, le patron de la Fed, se voulait pourtant rassurant durant son audition devant le Sénat, en promettant le maintien d’une politique monétaire durablement accommodante. MARCHÉ SUISSE A Zurich, dans un SMI en baisse de 0,83% à 10'609,83 points, Crédit Suisse (+1.45%) a pris la tête des gagnants, bénéficiant d’une rafale de relèvement d’objectif de cours. Swiss RE (+1,17%) monte sur la deuxième marche du podium et précède Alcon (+0,71%) qui a publié ses résultats 2020 après la clôture des marchés. A l’autre bout du tableau, Sika fermait la marche, abandonnant 2,69%. Sur le marché élargi, la Banque Cantonale de Genève (-0,93%) a pâti l’année dernière de l’impact conjoncturel de la crise sanitaire mais également d’éléments non-récurrents. Les recettes ont dégringolé de près de 13% à 366,7 millions de francs, cependant, grâce à la libération de réserves pour risques bancaires généraux et une facture fiscal allégée, le bénéfice net a progressé de 8,4% à 105 millions de francs. David Hartmann Gestion de fortune 026 350 74 29      

  • Rendements obligataires en hausse

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La bourse de Tokyo a terminé la journée de lundi en hausse après avoir enregistré trois séances consécutives de baisse en fin de semaine passée. L’indice Nikkei 225 gagne ainsi 0,46% à 30'156,03 points alors que les bourses continentales chinoises de Shanghai et Shenzhen subissent les craintes d’un resserrement progressif de la politique monétaire et enregistrent des pertes respectives de 1,45% et 2,11%. En Europe, la hausse des rendements obligataires continue de susciter des interrogations quant à la valorisation actuelle du marché des actions et les principales places boursières ouvrent en baisse. En fin de journée, l’indice DJ Eurostoxx 50 des valeurs les plus importantes cotées en euros enregistre une perte de 0,37% à 3'699,85 points. A New York, les craintes d’un retour de l’inflation l’emportent également sur les progrès réalisés dans les programmes de vaccination et Wall Street ouvre en baisse. MARCHÉ SUISSE La bourse suisse ne fait pas exception et l’indice Swiss Market Index (SMI) recule de 0,07% à 10'697,38 points, pénalisé par la mauvaise performance des valeurs cycliques, à l’image du spécialiste de l’industrie du luxe Richemont, en baisse de 0,72% à 87,88 francs. La hausse des taux d’intérêt à long terme profite aux valeurs financières et la meilleure performance du jour est enregistrée par le géant bancaire zurichois Credit Suisse, en hausse de 1,55% à 12,78 francs. Sur le marché élargi, l’indice Swiss Performance Index (SPI) perd 0,08% à 13'393,04 points. Le spécialiste des transports Kühne+Nagel se distingue par une performance de 2,24% à 214,80 francs suite à l’annonce de son rachat de la société chinoise Apex International Corporation. Cette acquisition devrait permettre au groupe schwytzois de renforcer sa position logistique en Asie et d’augmenter la proportion de son chiffre d’affaires réalisé dans la région de 10 à 18%. DEVISES Le franc suisse s’affaiblit face à la monnaie unique à 1,0886 francs pour un euro. Contre le billet vert, la monnaie helvétique reste stable à 0,8960 franc pour un dollar. JULIEN YERLY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 78

  • L’or noir qui chauffe

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Après une pause pour les célébrations du Nouvel-An lunaire, les bourses chinoises ont rouvert. L’indice CSI 300 qui représente les grandes capitalisations chinoises a clôturé la séance en baisse de 0.68% alors qu’il démarrait en hausse de 2%. Entraînés par la vague de froid au Texas, les cours de l’or noir continuent leur montée. Les installations subissent des coupures de courant et les transports sont perturbés. Certains puits ont été mis à l’arrêt. Le Brent et le WTI traitent à des niveaux pré-Covid, soit respectivement 64.33 et 61.13 dollars. En Allemagne, Daimler annonce un chiffre d’affaires de 154.4 milliards d’euros pour 2020, une baisse de 11% comparé à l’année d’avant. Il prévoit pour l'année 2021 une hausse significative de leurs ventes et du résultat d'exploitation. Le constructeur automobile souhaite également introduire en bourse sa branche poids lourds d'ici la fin de l'année. L’action bondit de 2.22% et clôture à 66.89 euros. En France, Airbus a publié jeudi une perte nette de 1.1 milliard d'euros en 2020. Le constructeur aéronautique a vu son chiffre d'affaires reculer de 29%, à 49.9 milliards d'eu-ros. L’action recule de 2.78% à 91.29 euros. MARCHÉ HELVÉTIQUE Du côté helvétique, Nestlé dévoile ses résultats annuels pour 2020. Le géant alimentaire a vu son chiffre d’affaires reculer de 8.9% sur un an à 84.3 milliards de francs. Son bénéfice affiche une baisse de 3% à 12.2 milliards. La progression rapide du commerce en ligne continue et atteint maintenant 12.8% des revenus, une hausse de 48.4% par rapport à l’exercice précédent. Un dividende de 2.75 francs est proposé à l’assemblée générale le 15 avril. L’action clôture la journée à 99.24 francs, en baisse de 1.12%. MATTHIAS NEUBRAND Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 37

  • Forte progression du pétrole

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Après un début de semaine atone sur les marchés financiers en lien avec la fermeture du marché chinois pour le Nouvel An et le week-end prolongé pour le « President’s Day » aux Etats-Unis, la journée de ce mardi a évolué sans réelle tendance. Plus proche de nous, le Royaume-Uni avance rapidement dans sa campagne de vaccination et pourrait se diriger vers un premier déconfinement. Cette approche permettrait une rapide reprise de l’économie britannique qui est anticipée par les cambistes. En effet, la livre a atteint ce mardi de nouveaux sommets face au dollar et à l’euro. MARCHÉ HELVÉTIQUE Sur le marché suisse, la période des résultats bat son plein. Les financières, malgré les cir-constances exceptionnelles liées au Covid-19, annoncent des résultats qui surprennent agréablement. Tant au niveau des assurances que des banques, les résultats démontrent une fois de plus la stabilité du système financier suisse. Les meilleures performances du jour sont réalisées par UBS (+1.22%), ABB (+1.06%) et Crédit Suisse (+0.75%). Principaux détracteurs, Alcon (-1.14%), Novartis (-0.97%) et Geberit (-0.89%). DEVISES ET MATIÈRES PREMIÈRES Sur le marché des changes, légère hausse du dollar face à l’euro et le franc suisse. Du côté des matières premières et après avoir atteint un nouveau record en ce début de semaine, le pétrole reprend quelque peu son souffle. Le marché reste attentif à l’évolution de la compagne de vaccination et à la vague de froid qui traverse actuellement le continent nord-américain. Le prix du bitcoin a quant à lui franchi un nouveau seuil à USD 50'000.- continuant sa vertigineuse performance avec une hausse de plus de 60% depuis le début de l’année. Elon Musk y serait-il pour quelque chose ? NICOLAS TERCIER Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 28

  • Fêtes en tête

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Pendant que la Chine fête, durant une semaine et jusqu’à mercredi, le Nouvel An lunaire, les Etats-Unis fêtent ce lundi le «President’s Day». Les marchés chinois et américains sont dès lors restés fermés. Pendant ce temps, au Japon, L’indice Nikkei 225 dépasse les 30’000 points, avec +1.91% pour cette première journée de la semaine. Ce niveau n’avait plus été atteint depuis 1990. Les espoirs du nouveau plan de relance américain ainsi que de reprises des activités économiques ne sont pas étrangers à cette « bonne humeur » des investisseurs. Côté européen, malgré une séance assez calme en l’absence des acteurs américains et chinois, les marchés évoluaient dans le vert. L’accélération des campagnes de vaccination semble faire miroiter une possible reprise de l’économie au printemps déjà. Par ailleurs et selon une publication ce lundi de l’institut européen des statistiques, le rapide rebond de l’économie chinoise suite à la pandémie a propulsé la Chine premier partenaire commercial de l’Union européenne (UE) en 2020, passant ainsi devant les Etats-Unis. Pour mémoire, si, depuis 2004, l’UE était déjà le principal partenaire commercial de la Chine, l’inverse ne l’avait jamais été. En 2020, les importations de Chine vers l’EU ont augmenté de +5.6% et de l’UE vers la Chine de +2.2%. SUISSE Calme et tranquille également sur notre marché national. L’indice phare SMI termine sa journée en progression de +0.56%, soit à 10'940.99 points. L’indice plus large SPI termine quant à lui à +0.53%, à 13'647.37 points. Nathalie Wyss Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 12

  • Le lundi au soleil

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Sur les marchés asiatiques, l’euphorie était de mise. En effet, le Nikkei 225, indice principal du japon, clôturait en hausse de 2,12% pour passer la barre symbolique des 29'000 points. Cette liesse était due à la perspective d’un nouveau plan de soutien américain. Ces espoirs ont porté la plupart des indices du globe. Pour en revenir au pays du Soleil-Levant, les sociétés technologiques profitaient pleinement de l’engouement actuel pour leurs produits. En début d’après-midi, le sourire s’affichait sur la mine des investisseurs européens. À Frankfort, le Dax s’étoffait de 0,30%. À Paris, le CAC40 prenait 0,66%. Malgré le confinement de beaucoup de pays du Vieux Continent, certaines lumières commencent à apparaître au bout du tunnel. Mondialement, le nombre de nouvelle contamination est au plus bas depuis octobre et les campagnes de vaccination avancent. Aux Etats-Unis, on célébrait également l’espoir de l’acceptation d’un plan de soutien de 1'900 milliards de dollars. Ce montant devrait être destiné à des aides pour les PME et les ménages dans les situations les plus précaires. Madame Yellen, présidente de la Fed, a annoncé s’attendre à un retour au plein emploi d’ici 2022 si cette proposition était votée. Dans ce contexte, Wall Street ouvrait en hausse de 0,50% MARCHÉ SUISSE En Suisse, le taux de chômage atteignait 3,7% en janvier contre 3,5% en décembre. Il faut remonter en avril 2010 pour trouver un taux aussi important. Cependant, les bonnes nouvelles Outre-Atlantique passait du baume au cœur sur la place financière suisse. En effet, le SMI grapillait 0,22% à 10'778,83 points. L’indice élargi gagnait 0,28% à 13'467,41 points. Le grand gagnant de la journée était UBS. La banque helvétique augmentait de 1,71% et annonçait un programme de rachat d’actions pour un montant maximal de 4 milliards. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • Chômage aux USA: un mieux

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Emporté par les marchés américains, l’indice japonais Nikkei 225 a clôturé hier en hausse de 1,54%. Le marché européen évolue plus timidement dans l’attente de l’annonce du taux de chômage aux Etats-Unis pour janvier. Les chiffres sont en légère amélioration à 6,3% contre 6,7% attendus. Au niveau des sociétés, Total se diversifie dans l’électricité renouvelable. Le groupe pétrolier a racheté 4 projets solaires au Texas, chacun associé avec des systèmes de stockage d’énergie par batterie. Sanofi proposera un dividende de 3,20 euros, soit un versement de 4 milliards à ses actionnaires. Le géant pharmaceutique français avait publié d’excellents résultats, le bénéfice net était de 12,3 milliards d’euros contre 2,8 milliards un an auparavant. Ces chiffres fantastiques incluent une plus-value de 7 milliards générée par la vente de ses actions dans son partenaire Régénérons, une biotech américaine qui développe des anticorps de synthèse utilisés contre le Covid. MARCHÉ HELVÉTIQUE Du côté helvétique, la société immobilière Mobimo annonce une baisse de son chiffre d’affaires et bénéfice en 2020. Le groupe a consenti à des baisses de loyer pour certains clients commerciaux en raison de la crise sanitaire. Selon le communiqué, il s’agit notamment de mesures de soutien en faveur de locataires des branches de la restauration, de l’hôtellerie et du commerce de détail. Swatch Group affiche la meilleure performance de la journée. Recommandée à l’achat par Goldman Sachs avec un objectif de 322 francs, l’action bondit de 1,55%. Malgré une journée positive en Europe, Roche et Nestlé contrebalancent et font passer le SMI en négatif avec respectivement –2,4% et –1,73%. Notre indice suisse clôture la semaine en hausse de 1,55% et la journée en baisse de 0,97% à 10 755 points. MATTHIAS NEUBRAND Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 37

  • Importante volatilité sur Roche

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les principaux indices internationaux sont bien orientés à la clôture de notre marché avec des gains de 0,8% en moyenne. Aux Etats-Unis, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont reculé, passant de 812'000 à 779'000 personnes alors qu’une progression était attendue. Le taux de chômage du mois de janvier sera publié ce vendredi. Joe Biden pousse pour faire adopter son plan de sauvetage d’urgence de 1'900 milliards de dollars, ce qui est jugé bien trop important par une partie des élus républicains. Outre-Manche, la Banque d’Angleterre a maintenu son taux directeur au niveau historique de 0,1% et révisé sa prévision de croissance pour cette année de 7,25% à 5% à cause du nouveau confinement. MARCHÉ HELVÉTIQUE Notre indice a suivi la tendance avec un gain de 0,79% à 10’860 points. Pourtant, la séance avait mal démarré avec un important recul de Roche suite à la publication de ses résultats annuels. Le bon de jouissance a retrouvé de la vigueur durant la séance pour conclure sur un gain de 2,23% à 316,25 francs. Le géant pharmaceutique bâlois a connu un exercice difficile en 2020 malgré le forte demande en matière de tests sur le Covid-19. Par contre, le CEO Severin Schwann est très positif pour l’avenir, ce qui a soutenu le titre ainsi que la légère augmentation du dividende à 9,10 francs. Le rival bâlois, Novartis, a terminé la séance en hausse de 1,58% à 81,53 francs grâce notamment à de bons tests pour un produit antiviral développé en collaboration avec Molecular Partners et qui résisterait aux variants, notamment britannique et sud-africain. ABB a abandonné 4,99% à 26,09 francs suite à l’annonce d’une perte nette de 79 millions de dollars sur le dernier trimestre contre un bénéfice de 325 millions un an plus tôt. Toutefois, le groupe électrotechnique a réalisé un bénéfice de plus de 5 milliards de dollars sur l’ensemble de l’année 2020 grâce notamment à vente de son unité de réseaux électriques. Swisscom (+0,02% à 485,60 francs) a présenté des résultats solides et un dividende inchangé de 22 francs par action. DEVISES Le dollar se reprend face au franc avec un gain de 0,5% à 0,9035 alors que l’euro est inchangé à 1,0816. STEPHANE PEREY Gestion de fortune 026 350 74 34

  • Les marchés déjà vaccinés

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les entreprises productrices de vaccins s’organisent. Elles mettent en place des chaînes logistiques gigantesques et forment des partenariats avec d’autres sociétés pour accélérer la production. Ces perspectives d’une accélération des vaccinations font monter les marchés financiers. Le Nikkei 225 clôture la journée en hausse de 1%. Du côté des sociétés, Alphabet a dépassé les attentes au dernier trimestre 2020 avec un bénéfice net de 15,2 milliards de dollars, une hausse de 50% sur un an! L’action s’apprécie de 7% à la clôture du marché européen. Le fondateur d’Amazon, Jeff Bezos, annonce qu’il quittera le rôle de directeur général cette année; il reste cependant président du conseil d’administration. Parallèlement, la société annonce d’excellents résultats. Le chiffre d’affaires 2020 est en hausse de 38%, à 386 milliards de dollars, et le bénéfice grimpe de 84%. L’action est inchangée à la clôture du marché européen. En Europe, Banco Santander affiche la première perte annuelle de son histoire avec 8,7 milliards d’euros pour l’année 2020. Ceci en raison des coûts de restructuration et de l’augmentation des provisions provoquées par la pandémie. Le résultat est cependant en ligne avec les prévisions des analystes, et l’action monte de 0,79%. MARCHÉ HELVÉTIQUE Logitech lancera deux nouvelles campagnes marketing aux Etats-Unis pour 700 millions de dollars. La première sera un spot publicitaire de 60 secondes au Super Bowl, la seconde un spot de 30 secondes aux Grammy Awards. Les meilleures performances du jour sont Zurich Insurance Group (+1,61%) et Alcon (+0,81%). Les principaux détracteurs sont Sika (–1,30%) et Partners Group (–1,14%). Le SMI clôture en baisse de 0,26% à 10 775 points. MATTHIAS NEUBRAND Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 37

  • La lune pour le Spoutnik V?

    MARCHÉS INTERNATIONAUX L’économie européenne a fortement été impactée par la pandémie l’an dernier, subissant un recul du produit intérieur brut de 6,4% selon l’office européen des statistiques Euros-tat. Les écarts entre les pays sont importants, l’Allemagne reculant de 5%, la France de 8,3%, l’Italie de 8,9% et l’Espagne de 11%. Toutefois, ce recul est moins élevé que les prévisions de la Commission Européenne qui tablait sur une chute de 7,8%. Pourtant, le constat est impitoyable quand on compare avec les Etats-Unis (-3,5%), la Russie (-3,1%) ou la Chine qui n’a, officiellement reculé que de 2,3%. De plus, les perspectives pour cette année ne parlent pas en faveur des l’Union Européenne avec un rebond estimé à 4,2% contre 5,1% pour les Etats-Unis et 8,1% pour la Chine d’après les dernières prévisions du Fonds Monétaire International. Les strictes mesures de restriction et la lenteur des campagnes de vaccination devraient freiner le redémarrage de l’économie du vieux-continent. Le vaccin russe, Spoutnik V, devrait décrocher la lune grâce à un taux d’efficacité de 91,6% selon des résultats publiés dans la revue médicale The Lancet et validés par des experts indépendants. Ce vaccin est déjà distribué en Russie, Algérie et Argentine notamment. MARCHÉ HELVÉTIQUE Notre indice (+0,59% à 10'803 points) ne profite pas de la bonne tenue des marchés internationaux à cause des poids lourds de l’indice. En effet, Novartis abandonne 0,30% et Roche 0,08% alors que Nestlé parvient à grapiller 0,18%. La multinationale veveysanne progresse dans le processus de vente de ses activités eaux en Amérique du Nord. Swisscom (+0,06% à 484,20 francs) annoncera ses résultats ce jeudi et le consensus des analystes prévoit un bénéfice net de 1,44 milliard de francs. ABB (+2,02% à 27,26 francs) fera de même avec un chiffre d’affaires estimé à 7 milliards de dollars. Le principal perdant de la séance se nomme pour une fois Givaudan à un recul de 1,56% à 3'596 francs suite à des baisses de recommandations de plusieurs analystes. À l’inverse, on trouve Swatch qui bondit de 2,89% à 267,10 francs. DEVISES Légère hausse du dollar contre notre monnaie à 0,8988 (+0,20%) alors que l’euro recule légèrement de 0,13% à 1,0805. STEPHANE PEREY Gestion de fortune 026 350 74 34

  • Rebond des marchés

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les indices rebondissent après les importants reculs enregistrés en fin de semaine dernière. Aux Etats-Unis, le secteur manufacturier a enregistré son huitième mois de croissance consécutive. Toutefois, le rythme de progression s’est légèrement ralenti par rapport au dernier mois de l’année 2020, soit de 58,7% pour janvier contre 60,5% pour décembre selon l’indicateur ISM publié ce jour. Pour rappel, un indice supérieur à 50% signifie une croissance de l’activité. MARCHÉ HELVÉTIQUE Notre indice SMI (+1,41% à 10'740 points) bénéfice du retour en grâce des poids lourds que sont Nestlé (+2,30% à 102,34 francs) et Roche (+1,51% à 311,80 francs) alors que Novartis ne rebondit que de 0,43% à 80,88 francs. La performance du jour est signée par Sika qui s’adjuge 3,63% à 251,20 francs, probablement dopée par l’augmentation de l’objectif de cours de 230 à 265 francs par les analystes de la Société Générale. Swatch (+1,01% à 259,60 francs) a également vu plusieurs analystes relever leurs objectifs de cours sur le grouper horloger, soit notamment ceux de Credit Suisse qui l’ont relevé de 280 à 300 francs mais surtout ceux de Kepler Cheuvreux qui sont passés de 300 à 320 francs. Enfin, les analystes de Morgan Stanley ont également actualisé leur objectif de cours sur Lonza (+0,53% à 573 francs) de 630 à 645 francs. Au niveau des valeurs bancaires, le match est sans conteste remporté par UBS, avec un gain de 1,51% à 13,07 francs contre +0,34% à 11,79 francs pour Credit Suisse. Le groupe cimentier LafargeHolcim (+1,45% à 48,95 francs) a annoncé l’acquisition de Edile, une société active dans la région de Milan, et de Cemex, active dans la région lyonnaise, sans annoncer les montants de ces transactions. DEVISES Notre monnaie lâche un peu de lest contre l’euro à 1,0820 ainsi que face au dollar à 0,8960. STEPHANE PEREY Gestion de fortune 026 350 74 34

  • Ouvrir les yeux

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Si vous êtes actifs sur les réseaux sociaux vous aurez toute façon déjà croisé les philosophes des temps modernes qui s’affichent fièrement avec la fameuse phrase faiseuse de morale : « Ne rêve pas ta vie, mais vis tes rêves ». Et on a donc essayé de suivre leurs conseils mais le réveil en cette journée boursière est comparable à un seau d’eau qu’on vous viderait dessus en plein sommeil profond. Vous savez, ce sommeil qui vous permettait de raconter vos rêves le lendemain au petit-déjeuner à vos proches. Et bien, ce n’est pas pareil cette fois, parce que cette fois on s’est rendu compte que l’économie ne va pas bien du tout. En plus de tout ça, Johnson & Johnson qui nous avait promis de pouvoir livrer un milliard de dose en très peu de temps. Donc notre rêve de début de mois qui a duré 25 jours s’est brutalement arrêté sur des mauvaises nouvelles de ce genre. À Tokyo le Nikkei 225 a vite réagi de manière négative et a clôturé en baisse de 1.89%. Le marché européen se fait littéralement tabasser tel quelqu’un qui oubli de porter son masque de protection dans un métro parisien. Les USA avaient bien commencé la journée mais ont décidé de retourner leur veste à la mis séance pour se tourner vers le rouge. MARCHÉ SUISSE Dans nos salles des marchés à Zurich, nous avons la palme du plus mauvais marché d’Europe tiré largement vers le bas par les mastodontes Roche, Nestlé et Novartis qui ont clôturé en baisse de plus de 2% chacun. De qui nous donner le blues pour le week-end. Du côté des valeurs colorées en vert, le bilan est très maigre avec comme seule et unique témoin de cette catégorie Swatch Group (+2.47%). C’est à se demander s’ils ont décidé d’arrêter l’horlogerie pour faire des vaccins… Gorgoni Marco Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • Prudence et attentisme

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Dans l’attente de l’annonce de la Banque centrale américaine, les marchés européens ont évolué hier proches de l’équilibre en début de journée puis ont dévissé. Aux tensions s’est ajoutée la sortie des résultats d’Apple, Facebook et Tesla après la clôture. Du côté des sociétés, Microsoft annonce d’excellents résultats. Les ventes de matériel informatique, de services internet comme l’application Teams, de jeux comme la Xbox sortie en fin d’année et des outils d’informatique à distance comme le Cloud se sont accélérées. Le cours de Microsoft est à son plus haut historique, à 238 dollars, au moment de la clôture des marchés européens. La plus importante société européenne en termes de capitalisation boursière de l’indice des top 50 en Europe (Euro Stoxx 50) vient de publier ses résultats du dernier trimestre 2020. LVMH a vu une croissance de ses revenus globaux de 18% sur un an, tirés par une augmentation de 21% en Asie. L’action clôture la journée à 504 euros. MARCHÉ HELVÉTIQUE Lonza a amélioré son chiffre d’affaires de +7,2% sur un an. Le sous-traitant de l’industrie pharmaceutique informe vouloir se séparer encore ce printemps de Lonza Specialty Ingredients (LSI), promettant à ses actionnaires une redistribution de valeur ajoutée. L’action s’est appréciée de plus de 40% en une année. Les actions Swisscom étaient recherchées parmi les investisseurs. L’action a quasiment rattrapé le montant qu’elle avait perdu l’année passée. Son dividende de près de 4,5% la rend également particulièrement attractive. Le SMI clôture avec une baisse de 0,55% à 10 904 points. MATTHIAS NEUBRAND Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 37

  • A chacun son vaccin

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Le mot vaccin a dû être mentionné une quan-tité inchiffrable de fois ces derniers temps et en parlant de vaccins, celui de l’économie amé-ricaine est aussi sorti sur le marché et il s’appelle « Stimulus ». Bien évidemment cette fois ce n’est pas une multinationale qui est l’initiateur de ce stimulus économique. Si ce n’est pas une big Pharma ou une autre grosse firme cotée en bourse qui va nous sauver, qui est-ce alors ?! Et oui, c’est encore lui, le nou-veau super-héros de notre époque, l’incontournable, Joe Biden. Et pendant que la Federal Reserve va statuer sur ce qu’elle a l’intention de faire avec ses taux, l’Italie est en train de s’engouffrer dans une énième crise politique avec en prime, une démission du premier ministre Conte. Pour une fois qu’on entend parler de l’Italie pour autre chose que le football ou le Covid-19. Quoi qu’il en soit, si le Coronavirus et l’économie américaine a trouvé son vaccin, on ne peut pas en dire autant des pays Europe qui se permettent le luxe de tenter des changements de gouvernements en pleine pandémie. Les traders japonais à Tokyo ont vu le Nikkei fermer en baisse de 0.96% contrairement aux américains qui ont ouvert en hausse en plein élan de confiance. MARCHÉ SUISSE Dans les salles des marchés à Zurich, les traders étaient tenus en haleine car le flirt avec la fameuse barre psychologique des 11'000 points sur le SMI s’est concrétisé telle deux adolescents tentant de danser ensemble lors d’une Boom de fin de camp de ski. Le devant de la scène du Swiss Market Index étais occupé par UBS qui a clôturé à +2.4%, suivi de Zurich Assurances (+1.69%) et de Partners Group qui clôture en hausse de 1.59%. Le SMI, lui, a fermé ses portes à +0.35%. Marco Gorgoni Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • WEF Virtuel

    MARCHÉS INTERNATIONAUX En ouvrant dimanche la réunion en ligne du WEF, le président de la confédération Guy Parmelin, a appelé les grands dirigeants politiques et économiques de la planète, à œuvrer en faveur d’une croissance durable « pour éviter une nouvelle crise ». L’idée principale de ce WEF virtuel est d’élaborer des pistes de réflexions pour préparer l’après pandémie. Cette crise, un peu à l’image de ce qui s’est passé pour le vaccin, pourrait être le déclencheur d’un nouveau paradigme. Face aux grandes crises du type, sanitaire, réchauffement climatique ou terrorisme, il devient urgent de mettre en place une gouvernance mondiale. Le terme utilisé est « La Grande Réinitialisation ». L’idée est de tirer parti de la crise actuelle pour réaligner les forces afin de moins polluer, d’être moins destructeurs et plus équitables. MARCHÉ HELVÉTIQUE Sur le marché suisse, Partners Group a annoncé une nouvelle acquisition au Royaume-Uni pour une valeur de 253 millions de livres (308 millions de francs). Cette acquisition est composée de 27 propriétés industrielles. Les biens comptent environ 250 locataires actifs dans le secteur de la logistique, de l’ingénierie et de la distribution. Les meilleures performances du jour sont réalisées par Givaudan (+1.89%), Swisscom (+1.73%) et Alcon (+1.68%). Principaux détracteurs, Richemont (-2.78%), LafargeHolcim (-2.13%) et Zurich (-1.84%). DEVISES ET MATIÈRES PREMIÈRES Sur le marché des changes, légère hausse du dollar face à l’euro et le franc suisse à la veille d’une réunion de la Fed qui sera la première en 2021 une semaine après l’arrivée à la Maison Blanche de Joe Biden. Du côté des matières premières et après l’annonce de nombreux plans de relance, léger rebond du pétrole anticipant une augmentation de l’activité économique outre-Atlantique. Nicolas Tercier Gestion de Fortune - Fribourg 026 350 74 28

  • Biden fait le «ménage»

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Le nouveau Président américain, Joe Biden, commence son mandat sur les chapeaux de roue et détricote les décisions de son prédécesseur. A commencer par l’engagement du retour des Etats Unis dans l’accord de Paris sur le climat ainsi qu’au sein de l’Organisation mondiale de la santé. Autres points tests de ce nouveau mandat : le soutien à l’économie, la reprise du dialogue avec l’Iran et le bras de fer avec la Chine. D’ailleurs, les trois géants des télécoms chinois, évincés des marchés de Wall Street par Donald Trump au début du mois ont d’ores et déjà demandé à la Bourse de New York, dès l’entrée en fonction de l’administration Biden, de revenir sur cette décision. Le Japon et la Chine ont terminé cette journée de jeudi dans le vert avec, respectivement +0.82% pour le Nikkei 225 et +1.07% pour le Shanghai Composite. Hong Kong quant à lui corrigeait légèrement, suite à quelques prises de bénéfice, après 5 jours de hausses consécutives. L’Europe ouvre en demi-teinte malgré la dissipation de plusieurs facteurs d’incertitude de ces derniers mois, à savoir : la confirmation des Démocrates aux Etats Unis, la vaccination massive contre le coronavirus, les accords signés entre l’Union européenne et le Royaume Uni. Pas de surprise dans l’annonce ce jeudi de la Banque centrale européenne, laquelle confirme ses mesures de soutien monétaire. Le taux des liquidités déposés auprès de la BCE reste à -0.5% et le taux directeur servant au refinancement des banques à court terme est maintenu à 0%. Aux Etats-Unis, les marchés ont ouvert en légère hausse. SUISSE Notre indice SMI, après avoir tutoyé les 11'000 points, a viré au rouge dans l’après-midi pour clôturer à -0.3% à 10'913.11. Nathalie Wyss Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 12

  • Un souffle nouveau

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Ça y est, c’est fait, nous y sommes ! le dernier jour officiel du Futur-Ex-Président des Etats-Unis d’avant, j’ai nommé, Donald Trump. Le jour de l’investiture de Joe Biden est arrivé et pour certains il était attendu depuis 4 ans, pour d’autres ce sera un jour de deuil. Comme dans chaque histoire, le malheur des uns fait le bonheur des autres. Cette investiture marque le début d’une nouvelle ère et un nouveau souffle sur les USA et donc sur le reste du monde vu toute l’influence qu’ils ont sur nous. Et le premier signe de ce renouveau c’est l’arrivée tonitruante de Janet Yellen aux commandes de la FED. Son speech d’accueil était clair et concis : Noyer le peuple, les entreprises et tout ce qui est inondable, sous des montagnes et des montagnes d’argent ! Parce que oui Monsieur, il faut sauver l’économie et les USA. Encore une fois, ce genre de discours est porteur d’espoir mais surtout, il nous fait oublier brièvement que le COVID-19 est toujours là et qu’il continu de sévir, surtout aux USA. Dans tous les cas, tous les yeux sont rivés sur la Maison Blanche et sur le déménagement de Magic Joe Biden et à présent nous serons tous graciés et tout ira bien, même si on n’est pas encore sûr de comment on va réussir à éradiquer définitivement Coronavirus qui nous pourrit la vie depuis bientôt un an maintenant. MARCHÉ SUISSE Dans nos frontières nationales, le marché était plutôt en forme et se disait qu’il était temps de gagner un peu d’argent. Le Swiss Market Index a pu clôturer sereinement sa journée en hausse de 0.63% à l’instar de son cousin plus large Swiss Performance Index qui clôture en hausse de 0.65%. Le meilleur élève du SMI se trouve être Richemont qui est monté de 2.8%. Gorgoni Marco Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • L'investiture approche

    MARCHÉS INTERNATIONAUX A quelques jours du serment de Joe Biden, Washington prend des allures de forteresse. Ce mercredi marquera le coup d’envoi de la présidence du 46ème président des Etats-Unis dans un contexte sanitaire et politique particuliers. La cérémonie d’investiture est un moment symbolique de la démocratie américaine qui marque le transfert du pouvoir de l’ancien vers le futur président. Cependant, cette transition ne se fera pas comme à l’accoutumée. En effet, Donald Trump quittera Washington quelques heures avant, montrant une fois de plus son désaccord face au résultat de cette élection. Malgré cela les préparatifs se poursuivent en vue de la prestation de Joe Biden qui pourrait être mouvementée après les violences du Capitole. Dans cette attente et dans la crainte de nouveaux débordements, la volatilité sur les marchés pourrait monter d’un cran. MARCHÉ HELVÉTIQUE Sur le marché suisse, performance très décevante de Logitech qui baissait de 6,41% malgré des résultats solides au troisième trimestre et un relèvement de ses objectifs. Profitant de l’essor du télétravail, le fabricant de matériel informatique a vu ses revenus augmenter de 85% à 1,67 milliard. Le titre, après avoir atteint les CHF 100.-, semble avoir subi des prises de bénéfices. Les meilleures performances du jour sont réalisées par Alcon (+1.198%), Roche Hldg (+1.03%) et Novartis (+0.58%). Principaux détracteurs, Richemont (-2.47%), Crédit Suisse (-1.46%) et UBS (-1.45%). DEVISES ET MATIÈRES PREMIÈRES Sur le marché des changes, légère baisse du dollar avant l’annonce de la politique budgétaire qu’adoptera le futur président des Etats-Unis. Du côté des matières premières, léger rebond du pétrole à la suite du rapport de l’agence internationale de l’énergie (AIE) qui estime que la demande en brut va repartir à la hausse en NICOLAS TERCIER Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 28

  • Nouveau plan de relance aux USA

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Joe Biden a dévoilé jeudi un nouveau plan d’urgence gargantuesque de 1900 milliards de dollars qui a pour but de soutenir les Etats-Unis dans cette crise comparable à celle des années 30. Ce nouveau plan va non seulement soutenir l’économie américaine mais également la lutte contre la propagation du virus en accélérant la mise à disposition des différents vaccins. Tous ces plans de relance sont certes les bienvenus, mais les sommes dépensées atteignent des niveaux affolants qui devront d’une manière ou d’une autre un jour être épongés… Ce nouveau plan dévoilé par Joe Biden, conjugué à l’annonce du président de la Réserve fédérale américaine (Fed) sur le maintien des taux à des niveaux extrêmement bas, auraient dû soutenir les marchés actions. Mais cela était évidemment sans compter sur le soudain bond des nouvelles inscriptions hebdomadaires de personnes au chômage d’environ un million aux Etats-Unis alors qu’une baisse était attendue. MARCHÉ HELVÉTIQUE Sur le marché suisse, bonne performance de Partners Group qui montait de 0,92% après avoir publié dans la soirée de jeudi l’état de ses volumes sous gestion supérieurs aux 100 milliards dépassant les prévisions des analystes. Les meilleures performances du jour sont réalisées par Novartis (+2.13%), Roche Hldg (+1.47%) et Swisscom (+1.02%). Principaux détracteurs, ABB (-3.35%), Givaudan (-2.79%) et Sika (-2.43%). DEVISES ET MATIÈRES PREMIÈRES Sur le marché des changes, et après une légère reprise du dollar sur le début de la semaine, l’euro s’est retrouvé légèrement sous pression vendredi face au franc suisse. Du côté des matières premières, légère baisse du pétrole ainsi que de l’or dans les conditions actuelles instables. NICOLAS TERCIER Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 28

  • Prudence avant Biden

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les marchés asiatiques ne trouvaient pas de tendance générale jeudi. En effet, le Nikkei, indice boursier principal nippon, profitait d’une hausse de plus de 1%. Celui-ci bénéficiait de la reprise de la croissance des exportations chinoises. De plus, les investisseurs japonais ont prêté l’oreille aux médias américain qui annonçaient que le montant du paquet d’aide pourrait atteindre les 2'000 milliards de dollars. Etonnamment, la scène est moins festive sur les marchés chinois. Malgré les données positives sur leur commerce, les indices boursiers de l’Empire du Milieu n’étaient pas à la fête. Shanghai perdait ainsi près de 1% alors que son homologue de Shenzhen faisait encore pire. Sur le Vieux Continent, le CAC40 grimpait timidement en milieu d’après-midi tout comme son voisin allemand, le DAX de Frankfort. Les marchés européens sont quelque peu suspendus en attendant l’annonce de Joe Biden qui devrait présenter les bases du plan de relance qui permettrait aux Etats-Unis de se sortir de la pire crise économique depuis les années 1930. MARCHÉ SUISSE Le marché suisse était peu animé. Comme ses voisins, il attendait les paroles du futur président de la plus grande puissance mondiale dont l’allocution tombait après la fermeture. Les acteurs de la bourse de Zürich se sont donc montrés prudents. Geberit a fait état d’un recul des ventes ce qui punissait fortement la cotation du titre de l’équipementier de salles de bains. Pour vous décrire l’ambiance générale, le SMI grapillait 0,04% à 10’’805,81 points. Le SPI faisait un peu mieux, +0,16% à 13'486,84 points. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • Destitution du président bis

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Du jamais-vu, en moins d’une année après la première mise en accusation du président, une deuxième s’annonce. Nancy Pelosi, cheffe des démocrates a donné un ultimatum de 24 heures au vice-président Mike Pence à déclarer le président inapte à assurer ses fonctions. A noter qu’une fois destitué, Trump ne pourrait pas se représenter aux prochaines élections dans quatre ans. Les marchés qui semblaient immunisés contre toutes mauvaises nouvelles ces dernières semaines commencent à réagir. Le Shanghai Composite baisse de 1.08% et l’Eurostoxx50 de 0.65%. A la clôture des marchés européens, le S&P500 recule de 0.37%. Au niveau des sociétés, Baidu a annoncé son alliance avec Geely, maison-mère de Volvo Cars pour produire en Chine des voitures électriques autonomes. Le géant chinois de l'internet fournira les technologies, tandis que Geely apportera son expertise dans la conception et la production des véhicules. L’action Baidu traite à 225 dollars, en hausse de 4% depuis le début de l’année. Teamviewer, qui a fêté son entrée en bourse en septembre 2019 à 25 euros, continue avec quelques soubresauts son élan positif. Le fournisseur de logiciel de téléassistance annonce une croissance de 32% pour le quatrième trimestre 2020 et dépasse ainsi ses attentes pour 2020. Néanmoins, l’action traîne et clôture à 40.80 euros, une performance de -7% depuis le début de l’année. MARCHÉ HELVÉTIQUE Du côté helvétique, Roche affiche la meilleure progression de la journée de l’indice principal suisse. Le groupe pharmaceutique a lancé un nouveau procédé d'imagerie médicale pour détecter le cancer du sein. Avec une pondération de près d’un cinquième dans le SMI, il hisse l’indice dans le vert à 10'870 points ou +0.67%. Matthias Neubrand Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 37

  • Saint Joe Biden

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Alors que le monde réel se prend des coups de matraque dans les gencives toutes les heures, les bourses mondiales s’envolent et ce pour les mêmes raisons à chaque fois. Biden est finalement confirmé Président par le Sénat, Biden soutient la lutte pour le climat, Biden soutient la campagne de vaccination, Biden condamne les ultras Pro-Trump d’avoir tenté un coup d’état, Biden salue son publique en portant un masque. En gros, quoi que fasse ce gars, quoi qu’il dise, le marché monte. N’oublions pas que 48 heures plus tôt, le Capitole, symbole de l’inaliénable démocratie américaine, a été envahi par des sortes d’hommes de Cromagnon tout droit sorti de leurs cavernes et se heurtant à la civilisation moderne. Mais peu importe, Joe Biden est là et il va sauver le monde en nous administrant des anti-anxiolytiques à foison pour que nous puissions continuer à sourire plutôt que pleurer. Je me réjoui qu’on nous annonce que le feu ça brûle et voir les bourses mondiales toucher d’autres records. Le marché américain a donc accueilli à bras ouverts son nouvel « Homme le plus riche du monde » en la personne de Elon Musk et en touchant des plus hauts historiques. Pour rester dans les bonnes nouvelles, Facebook et Twitter ont bloqué les comptes de Donald Trump et du côté Asiatique, la Chine a décidé de censurer les médias en prônant des menaces à tout journaliste qui oserait prononcer l’affaire « Jack Ma ». MARCHÉ SUISSE Dans nos frontières helvétiques, on a entamé notre dernière journée de Fitness et de patinage, et ce jusqu’à fin février. Heureusement que nous avons pu profiter des ces instants pour prendre des photos et des vidéos à contempler pour combler l’attente de fin février. Le Swiss Market Index a navigué timidement toute la journée en zone verte pour clôturer en hausse de 0.18%. Marco Gorgoni Gestion de Fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • Joe Biden prêtera bien serment le 20 janvier

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Après une folle journée marquée par la double élection sénatoriale en Géorgie des deux candidats démocrates, Donald Trump qui s’est exprimé à proximité de la Maison-Blanche, a galvanisé ses milliers de militants avec des propos incendiaires exprimant sa colère face à l’élection de Joe Biden. Selon ses propres termes, « Nous n’abandonnerons jamais. Nous ne concéderons jamais. Nous avons remporté cette élection, et nous l’avons remportée largement ». Malgré cette ultime pression, le Congrès a bel et bien validé la victoire de Joe Biden pour son assermentation du 20 janvier. La messe étant dite pour Donald Trump, de nombreux défis attendent le 46ème présidents des Etats-Unis. Joe Biden aura la lourde tâche de maintenir le cap dans cette tempête mê-lant crise sanitaire et sociale dans un pays couvert de dettes. Cette situation extrêmement délicate pourrait encore être aggravée par un regain des tensions entre la Chine et les Etats-Unis. MARCHÉ HELVÉTIQUE Sur le marché suisse, la pression sur les blue ships semblent se maintenir face aux sociétés cycliques. Les meilleures performances du jour sont réalisées par Richemont SA (+3.84%), Al-con (+3.68%) et Crédit Suisse (+3.08%). Princi-paux détracteurs, Roche (-1.78%), Novartis (-0.56%) et Givaudan (-0.48%). DEVISES ET MATIèRES PREMIèRES Sur le marché des changes, depuis le début de l’année, la pression continue sur le dollar américain en faveur des valeurs refuges comme le franc suisse et l’or. Le dollar a at-teint cette semaine contre le franc suisse son plus bas niveau depuis 2015. Du côté du pétrole, après un plus bas en avril 2020 suivi d’une nette progression sur la fin de l’année, la tendance semble se maintenir en ce début d’année avec une hausse d’environ 5%. NICOLAS TERCIER Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 28

  • La couronne des rois

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les yeux sont rivés en direction de la Géorgie en cette journée de l’épiphanie. En effet, le suspense entourant les résultats des élections sénatoriales fait planer le doute dans les marchés financiers internationaux. Une double victoire des démocrates dans cet Etat leur donnerait le contrôle du Sénat. Etant déjà majoritaires à la Chambre des représentants, cela permettrait au nouveau président Joe Biden de chausser la couronne et ainsi de mettre en œuvre son programme politique. Réformes fiscales, régulation de la tech, de la finance ou encore de l’énergie, tant de projets qui pourraient bien venir ébranler la confiance sur les marchés… mais rien n’est fait. D’autre part, le durcissement possible des confinements un peu partout dans le monde ne facilitent pas la tâche des investisseurs. Dès lors, les bourses asiatiques ont terminé cette journée de mercredi en ordre dispersé avec, pour la Chine +0.63% pour le Shanghai Comp. mais -0.03% pour le Shenzhen et pour le Japon -0.38% pour le Nikkei 225 mais + 0.28% pour l’indice élargi Topix. A New York, les marchés ouvraient en demi-teinte, également tiraillés entre positif pour le Dow Jones Indutr. et négatif pour le Nasdaq 100. L’Europe quant à elle est restée résolument positive en ce début d’année, les principales places boursières évoluant largement dans le vert. SUISSE Notre marché national, après une première partie de séance pour le moins indécise, s’est finalement rangé du côté positif et son indice phare SMI efface ainsi les pertes de la veille et grapille même quelques points pour terminer à 10’747,08 points, soit +0.5%. Nathalie Wyss Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 12

  • Bitcoin doré

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Un mardi en demi-teinte pour les marchés asiatiques. En effet, à Tokyo, on craint un nouvel état d’urgence alors que le Japon enregistre une hausse inquiétante des cas de Covid-19. Cette tension a été ressentie par les investisseurs. Dans cette ambiance morose, le Nikkei perdait 0,37%. Le son de cloche est différent pour la Chine. Les analystes restent optimistes quant à la reprise économique de l’Empire du Milieu. D’autant plus que la bourse de New York a renoncé à retirer de la cotation trois sociétés de télécom chinoises. D’aucuns voient cet acte comme un signe de retombée des tensions sino-américaine. Au chapitre des devises, le Bitcoin continuait de profiter de l’appétit de certains investisseurs institutionnels qui le considère, au même titre que l’or, comme une valeur refuge. De plus, cet actif numérique est en train d’être adopté par plusieurs grandes plateformes de paiement en ligne. L’omniprésence de la pandémie et le développement de l’e-commerce participe également à son renchérissement. Dans ce contexte, La cryptomonnaie gagnait 2% en milieu d’après-midi et corrigeait un peu la journée décevante de hier. Sur le Vieux Continent, le CAC40 baissait de 0,88% en milieu d’après-midi tandis que son voisin allemand, le DAX de Frankfort, chutait de plus de 1%. L’industrie automobile était à la traîne et plombait la performance de l’indice national. MARCHÉ SUISSE Le marché suisse faisait mieux que ses voisins européens mais n’était pas au beau fixe pour autant. La bourse de Zurich a fait le yo-yo entre le vert et le rouge toute la journée pour finalement égarer -0,41% à 10'694,09 points. Lonza s’est à nouveau mis en évidence en glânant 1,66%. Le sous-traitant pharmaceutique est reparti comme en 2020, année durant laquelle il a enregistré la plus forte progression du SMI. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06