2019

  • Taxes douanières

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Une fois n’est pas coutume cette année, les taxes douanières pèsent lourdement dans les différentes économies. La preuve étant le ralentissement de l’économie chinoise au troisième trimestre avec une croissance du PIB atteignant son plus bas depuis 27 ans (6%). Alors même que les négociateurs chinois et américains ont trouvé un accord de principe que les Etats-Unis ne taxerait plus la Chine. A condition qu’elle achète davantage de produits agricoles en provenance des Etats-Unis. Désormais, ce sont même les Européens qui sont dans le collimateur du Président Trump. Ce dernier a décidé d’appliquer des taxes douanières punitives sur 7,5 milliards de dollars de produits dont l’aéronautique, le vin, les engins de chantier et même les fromages. A se poser la question si M. Trump n’essayerait pas de maintenir son pays au rang de première puissance mondiale en attaquant les autres qui le ressentent directement dans leur croissance comme vu précédemment avec la Chine. Du côté des résultats des sociétés, le titre Coca-Cola gagnait près de 2% après avoir publié de solides résultats. A contrario, Schlumberger a annoncé une perte nette de 11,38 milliards de dollars ce qui était malgré tout mieux qu’attendu pour les analystes. Le titre gagnait environs 2% à 18 heures. Du côté de Londres, le Premier ministre Boris Johnson doit convaincre aujourd’hui les membres de la Chambre des communes que l’accord trouvé avec Bruxelles est le bon. La Banque d’Angleterre se dit même prête à relever ses taux si l’accord est adopté par le Parlement. La livre sterling ne savait pas comment se comporter ce vendredi au vu des incertitude liée à ce vote crucial pour le pays. Vincent Wüthrich Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 35

  • IL Y EN A MARRE !

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Le titre de ce commentaire en dit long sur son contenu parce que oui, tout le monde en marre. Tout le monde en a marre de parler des mêmes sujets jours après jours, semaines après semaines et mois après mois… Tout indique que les marchés veulent réellement en finir avec ces négociations commerciales sino-américaines et celles liées au Brexit. D’autant plus que les négociations du Brexit n’ont plus beaucoup de temps pour aboutir… Rassurant. Mais surtout, tout le monde n’en peut plus de suivre les One-Man shows de l’humoriste, et accessoirement Président des USA, Donald Trump sur l’affaire des accords commerciaux avec la Chine. Le Nikkei a clôturé sa journée en hausse de 1.2%, sans trop de pression et grâce à leurs exportations. En Europe, les yeux sont tous rivés encore et toujours sur le fameux Brexit, étonnement. La prudence est donc le mot de la journée pour nos voisins Européens. Du coté de New York, nous nous sommes penchés sur la statistique de la vente au détail qui a chuté de 0.3% dans le contexte d’incertitude commerciale avec la Chine. Également étonnant. Le Brexit a mis son grain de sel également et a donc poussé l’ouverture de Wall Street dans le rouge. L’indice vedette Dow Jones a ouvert en recul de 0.4% à l’instar de l’indice Nasdaq, à forte coloration technologique, qui s’affaissait de 0.34%. MARCHÉ SUISSE À Zurich, comme à notre habitude, nous suivons l’humeur des autres. En ligne de mire, comme par hasard, la guerre commerciale et le Brexit… Du coup, le Swiss Market Index s’est pris un coup bas et clôture à -0.17% tout comme son cousin plus large SPI qui finit sa journée en baisse de -0.14%. Sur le podium des meilleures valeurs de la journée, Sika (+1.23%) finit en tête, suivie de CS Group (+1.18%) et LafargeHolcim (+0.63%).   Gorgoni Marco Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • L’OPTIMISME… DU JOUR

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Avec l’annonce ce mardi d’une prévision de croissance mondiale pour 2019 la plus faible depuis la crise financière, l’économiste en chef du Fonds Monétaire International (FMI), Gita Gopinath, a exhorté les décideurs politiques mondiaux à réduire urgemment les tensions commerciales. En premier lieu, la crise sino-américaine. Washington et Pékin, qui se livrent une guerre des tarifs douaniers depuis 18 mois, enregistrent tous deux des croissances moins fortes qu’estimées en juillet dernier. L’impact se fait également ressentir sur les autres marchés. D’autres sujets créent également de l’incertitude : Le Brexit, les tensions au Moyen-Orient ou encore le secteur manufacturier (plus particulièrement automobile). Dès lors, chaque annonce d’avancement dans des négociations boostent momentanément l’optimisme des investisseurs. C’est le cas ce mardi avec les dernières nouvelles provenant de Chine : la situation semblant bien se décanter du point de vue commercial avec les Etats-Unis. Elles font suite à l’accord sino-américain présenté comme « Phase 1 » vendredi dernier. Cet accord commercial partiel portait notamment sur une forte hausse des achats de biens agricoles américains par la Chine et, en signe de trêve, la suspension par le président américain de la hausse des droits de douanes prévue ce jour et portant sur 250 milliards de dollars de marchandises chinoises importées. Aucune décision toutefois concernant les tarifs douaniers de 15% sur les produits de grande consommation qui devraient entrer en vigueur en décembre. Quelques lueurs d’espoir également semblent se profiler sur l’aboutissement possible d’un accord sur le Brexit avant la date butoir du 31.10.19. Les principales places boursières européennes terminent dans le vert. SUISSE Le marché suisse ne fait pas exception et, après une matinée des plus timides, l’indice principal SMI repasse la barre des 10'000 points pour terminer à 10'048.75, soit +0.85%. L’indice plus large (SPI) clôture quant à lui à 12'200.47, soit +0.68%.

  • Pharmaceutiques

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Après un regain d’espoir des investisseurs en fin de semaine concernant un éventuel accord sino-américains, les incertitudes semblent reprendre le devant de la scène ne permettant pas à la bourse suisse de poursuivre sur sa lancée positive. De nombreuses zones d’ombres subsistent, principalement concernant le retrait des taxes sur les produits chinois exportés vers les Etats-Unis. Ce point impacte fortement les exportations de la Chine avec un fort repli sur le mois de septembre. MARCHÉ HELVÉTIQUE La volatilité actuelle sur les marchés reste bien marquée. Après trois dernières séances dans le vert, la bourse suisse a été pénalisée ce jour par les menaces américaines envers nos sociétés pharmaceutiques. Le gouvernement amé-ricain songerait à taxer plus durement l’importation de médicaments. Nos Blue chips, plus précisément Roche (-0.38%) et Novartis (-0,84%) pèsent ainsi sur notre indice SMI, l’empêchant de repasser la barre des 10'000 points. Les meilleures performances du jour sont réalisées par Alcon (+0.89%), Richemont (+0.36%) et Lonza (+0.21%). Principaux détrac-teurs de la journée, Swiss Re (-2.17%) et SGS (-1.34%). DEVISES Au niveau des changes, belle reprise de la livre sterling, poussée par les investisseurs sur l’espoir d’une possible résolution de l’impasse du Brexit. L’euro a également profité de cet optimisme ainsi que de la reprise des négociations sino-américaines. Le pétrole, après une forte hausse en fin de semaine passée suite à une attaque d’un tanker iranien au large des côtes saoudiennes, semble quelque peu rassuré par l’annonce de la reprise des négociations. NICOLAS TERCIER Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 28

  • C'est l'heure de l'apéro !

    Marchés internationaux Un regain d’optimisme sur les marchés ce matin. Les négociations commerciales entre Monsieur Donald Trump et le vice-Premier Ministre Liu He vont reprendre, toujours dans l’espoir qu’un accord puisse être conclu à la Maison Blanche. Si l’on en croit les tweets du Président américain, cela n’est pas encore gagné ! Nos voisins européens outre-manche, sont occupés à régler les divergences en faveur d’une sortie de l’UE, si possible sans trop de dégâts vis-à-vis de l’Irlande, avec le rétablissement d’une frontière. A Bruxelles, il semblerait que les choses se passent, mais pour le moment aucune fuite d’information au sujet du divorce de l’histoire européenne. La livre sterling continue de s’apprécier, à des niveaux plus vus depuis 5 mois, gagnant 1,62% face au dollar américain à 1,2644 à la mi-journée. Les marchés s’envolent et les indices confirment leurs gains, c’est la fièvre du vendredi après-midi ! Marché suisse A l’ouverture du marché, notre indice phare le SMI ouvre sur une note positive. Il va même tutoyer le sommet de 10'000 points en début d’après-midi. SGS se taille une belle part, avec une ouverture à 2'490 francs, recommandée par Vontobel avec un objectif de cours à 2'800 francs. Le spécialiste de la certification et de l’inspection a racheté certaines activités du FIOH, Finnish Institute of Occupational Health. Les bancaires reviennent dans la course, les titres UBS et CS gagnent environ 3.5%, Julius Bär s’affiche à + 4,26%. En effet, la pression diminue un peu pour les banques, la FED a adopté des normes moins strictes en ce qui concerne les exigences de fonds propres et les réserves de liquidités. L’exploitant de boutiques dans les aéroports, Dufry anticipe une restitution d’impôts pour une somme de l’ordre de 40 à 50 millions au Brésil. Cette nouvelle est bien accueillie, après avoir passé le premier semestre dans le rouge. Les ventes de détail hors-taxes ont progressé de 2%, améliorant la croissance organique à 2.2%. L’action affiche une prise de 3,5% à 82.90 francs en fin d’après-midi. Nestlé est en repli avant l’annonce prévue de ses résultats pour jeudi prochain. Devises Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.99 et l'euro s'échange à CHF 1,10. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 919 24 29

  • Perplexité

    Marchés internationaux Est-ce que nous allons enfin pouvoir nous reposer ? Est-ce possible qu’un accord puisse être conclu entre Washington et Pékin ? Les marchés financiers aspirent à un temps de répit dans cette spirale infernale de l’escalade des droits de douane. Tous espèrent que cette journée de négociations aboutisse enfin à un accord, même partiel. Le fait est que Washington a planifié des sanctions dès le 15 octobre prochain, en prélevant des taxes sur 250 milliards de dollars de marchandises chinoises pour la première étape. Ensuite une deuxième étape est prévue pour décembre, avec l’instauration de taxes sur la totalité des biens chinois importés. De plus, le ministère chinois des affaires étrangères demande aux USA de stopper la pression sur les firmes chinoises. Le pétrole change de direction pour partir en forte hausse, résultat d’une augmentation des stocks de brut américains pour la semaine passée, soit de 2,9 millions au lieu de 1,9 millions de barils. Les chiffres des prix à la consommation aux USA sont en stagnation pour le mois de septembre. Quant à l’inflation elle se maintient à 1,7%, en dessous des attentes de la FED qui pourrait bien essayer de stimuler encore l’économie en baissant ces taux de 0,25% à fin octobre. Du côté de Londres, le Premier ministre britannique Boris Johnson et son homologue irlandais Leo Varadkar se rencontrent dans la journée pour la problématique de la frontière irlandaise dans la sortie de l’UE. Marché suisse Notre bourse ouvre en hausse suivant l’élan venu d’outre-Atlantique. Les valeurs du luxe se reprennent et La Cie Financière Richemont se place au top avec plus de 2% de hausse, suivie du titre Swatch Group avec 1,42%. Givaudan se fait remarquer par le lancement d’un nouveau produit qui détermine rapidement les types de peau. Elle est en bonne voie pour assurer une croissance à deux chiffres, ses revenus ont augmenté de 4,66 milliards sur les 9 premiers mois de l’année. Des rumeurs de marchés laissent entendre que le cimentier LafargeHolcim pourrait racheter la division active dans la chimie de la construction de l’allemand BASF, en reprise de 1,73%. Devises Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.99 et l'euro s'échange à CHF 1,09. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 919 24 29

  • Wait and see, take a cup of tea !

    Marchés internationaux Avec les craintes que le conflit commercial ne s’aggrave, les investisseurs sont d’humeur très maussade en ce milieu de semaine. En effet, Washington a mis sur liste noire 28 entités chinoises dont 8 sociétés technologiques et 20 organisations gouvernementales, ce qui a mis en colère la partie adverse selon le commentaire du porte-parole de la diplomatie chinoise, Monsieur Geng Shuang. Les tensions entre les deux pays concernés ont fait fléchir les indices à la clôture de Wall Street. Les titres les plus touchés sont les valeurs chinoises dont Alibaba, Baidu et JD.com. L’indice Dow Jones a cédé 1,19% à 26164 points, le S&P500 a reculé de 1,56% à 2893 points, quant au Nasdaq, il s’est contracté de 1,67% à 7823 points. L’or noir est resté presque stagnant, avec le brut léger américain WTI qui a cédé 0,23% à 52.63 dollars et le Brent qui a reculé de 0,19% à 58,24 dollars. Du côté de la City, Michel Barnier a déclaré à la chaîne de télévision Sky News, qu’un accord est possible, très difficile mais possible ! Selon des sources britanniques, lors de la dernière conférence téléphonique entre Boris Johnson et Angela Merkel, beaucoup de points restaient encore à régler, n’ayant pas trouvé d’accord. Marché suisse Après une ouverture en baisse marquée par la Trade War, notre indice phare SMI s’affiche à nouveau en positif en fin de matinée, soutenu par les valeurs pharmaceutiques. Le titre Swatch prend même la première place du classement avec une progression de 1,64% à 253.80 francs, suivi par Adecco Group avec 0,94% à 53,72 francs pour les TOP du jour. Le chimiste du bâtiment SIKA est en baisse, bien que recommandé à l’achat par des analystes avec un objectif de cours à 195 francs, et il clôture en file du jour. Onze mois après la banque aux trois clés, c’est maintenant la deuxième banque de suisse, CS, qui envisage un retour sur le terrain de la gestion de fortune pour la clientèle des Latino-américains à Miami. Devises Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.99 et l'euro s'échange à CHF 1,09. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 919 24 29

  • N'ayez pas peur !

    Marchés internationaux Un début de semaine mi-figue, mi-raisin… entre le vert et le rouge les investisseurs restent dans l’hésitation ! Quid d’un accord commercial entre les deux grandes puissances, qui de Donald Trump ou Xi Jinping aura le dernier mot ? Bien que Monsieur Powell affirme que dans l’ensemble l’économie est dans une bonne position, on comprend bien qu’il joue le rôle de la tempérance ! Force est de constater que les résultats des indicateurs chiffrés ne sont pas au top, que la FED conserve des taux d’intérêts faibles, face à une inflation faible et une croissance faible. Les indices américains, Dow Jones, Nasdaq et S&P 500 sont en recul pour continuer la baisse de la veille. Les marchés sont peu optimistes quant à un débouché possible d’accord global de négociation entre les Etats Unis et la Chine. En Allemagne, bien que l’on soit en phase de récession technique, la production industrielle a augmenté de 0,3% sur un mois en août. La France enregistre un déficit commercial à 5 milliards d'euros pour ce mois d’août. Monsieur Johnson confirme vouloir une sortie « coûte que coûte » de l’UE le 31 octobre prochain. Ce qui n’est pas pour calmer le jeu avec l’Irlande du Nord. En effet, avec un « no deal », elle risque de se retrouver privée d’emplois et en même temps perdre 6% de PIB au passage. Pour contrer cet impact, elle devrait injecter 1,2 milliard d’euros pour soutenir son économie. Marché suisse Après une ouverture du marché suisse en baisse, la journée est au rouge, seule Nestlé résistait jusqu’au moment de l’ouverture de Wall Street en baisse, qui a fait plonger notre indice SMI. Il se détériore encore pour finalement passer la barrière en dessous des 9800. Dans le classement des valeurs en fin d’après-midi, on peut dire ainsi qu’au top du flop, c’est le titre LafargeHolcim qui perd 2,8%, suivi d’Adecco et Swatch Group qui reculent de 2%. Quand même une bonne nouvelle pour cette journée, le taux de chômage est stable avec 2,1% à fin septembre. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 919 24 29 Devises Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.99 et l'euro s'échange à CHF 1,08.

  • Chaud froid ...

    Marchés internationaux Après les annonces des indicateurs avancés en nette baisse, un ralentissement se profile avec des conséquences négatives pour l’ensemble de l’économie mondiale. Un grand merci à Monsieur Trump, grâce à lui et sa guerre commerciale, il n’a fait qu’accélérer les baisses des échanges, amenant aussi une diminution de la consommation de biens industriels. En sus, viennent s’ajouter de nouvelles contraintes liées aux problèmes environnementaux qui entraînent également une contraction. Tous ces éléments amènent à croire que le cycle d’expansion arrive à bout de souffle. A Bruxelles, les discussions ont repris pour négocier la sortie des Britanniques de l’UE. Sir Boris Johnson a jusqu’à ce vendredi pour modifier les propositions présentées la semaine passée aux Européens, encore un épisode difficile. En contrecoup, l’euro et la livre sterling perdent du terrain face au dollar. Marché suisse Sur le marché suisse, un regain d’optimisme est à l’ordre du jour. Au top, nous avons SIKA qui se démarque avec une augmentation de plus de 3,5%. Le groupe cimentier table sur une croissance annuelle future de 6 à 8%. Du côté du secteur de la pharma, la multinationale Novartis se positionne avec une hausse de 0.6% dès l’ouverture. Elle a récemment acquis AveXis, société à l’origine d’un développement d’une nouvelle thérapie avec le médicament le plus cher de l’histoire, du nom de Zolgensma. Ce médicament présenté dans un congrès a semble-t-il démontré une efficacité prouvée pour soigner l’amyotrophie spinale ou SMA, maladie génétique rare. N’ayant pas subi des catastrophes redoutées, comme des ouragans dans l’hémisphère nord, la compagnie de réassurance Swiss Re est recherchée par les investisseurs, elle s’apprécie de plus de 1%. La Zurich Assurance suit le mouvement avec une hausse de 1%. Malgré la crainte d’un ralentissement mondial, le pétrole reprend un peu de vigueur et se traite à 53,7 dollars le baril de Brent WTI en fin d’après-midi. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 919 24 29 Devises Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.99 et l'euro s'échange à CHF 1,09.

  • Léger rebond

    Marchés internationaux Suite à la forte correction des marchés ces 2 derniers jours, on espérait voir un rebond des indices boursiers mais celui-ci fût relativement modéré. En effet, les derniers chiffres économiques liés à la croissance américaine ont plombé l’ambiance jeudi et continuent de faire croire à une prochaine récession. Les données à scruter vendredi étaient les chiffres liés au chômage et à la variation de l’emploi aux Etats-Unis. Ceux-ci se sont révélés encourageants. Le taux de chômage est ressorti à 3.5 % alors que la moyenne des analystes tablait sur 3.7%. Quant à la création de l’emploi, ceux-ci sont ressortis légèrement inférieur aux attentes. Autre nouvelle rassurante dans le secteur technologique, Apple annonce vouloir augmenter sa production d’iPhone 11 de 10 %. La firme à la pomme semble être victime de son succès sur son nouveau téléphone. La semaine prochaine sera marquée par les rencontres des divers intervenants dans le dossier de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine et devrait donc nous ramener un nouvel élan. Bourse suisse A la bourse suisse, on prend les mêmes et on recommence. Les financières, UBS et Credit Suisse, ainsi que ABB figuraient à nouveau dans le bas du classement. Le Swiss Market Index retrouve les 9'800 points avec une hausse de 40 points. Aryzta, le spécialiste des plats industriels, grimpait de plus de 7 % après s’être séparé de 43 % du Groupe Picard. La transaction se monte à un prix de 156 millions d’euros et devrait lui permettre de retrouver des chiffres noirs. Contre le franc suisse, l’euro se négocie en hausse à 1.0920 et le dollar à 0.9965. L’once d’or est stable à 1'500 dollars FRANÇOIS JELK Conseiller gestion de fortune – Bulle 026 919 24 45

  • Craintes sur la croissance

    MARCHÉS INTERNATIONAUX L’indice Nikkei 225 de la bourse de Tokyo a terminé la séance de jeudi en baisse de 2,01% à 21'341,74 points en raison de nouvelles craintes quant à l’évolution de la conjoncture internationale. La bourse de Hong Kong résiste mieux et termine dans le vert, soutenue par l’espoir d’un retour au calme dans le cadre des manifestations pro-démocratie. En Europe, les principales places boursières ouvrent proche de l’équilibre et évoluent sans direction claire malgré la publication de l’indice PMI des directeurs d’achats au sein de la zone euro, en baisse de 0,3 points à 50,1 pour le mois de septembre. A noter que l’estimation du ralentissement de l’activité économique est plus importante au Royaume-Uni, où l’indice des directeurs d’achat est passé au-dessous du seuil de croissance des 50 points en raison de l’incertitude grandissante au sujet de l’issue du Brexit. En fin d’après-midi, l’indice DJ Eurostoxx 50 des valeurs les plus importantes cotées en euros progresse de 0,12% à 3'417,37 points. A New York, Wall Street ouvre en baisse en réaction à la publication du même indice des directeurs d’achats pour le secteur des services aux Etats-Unis. En effet, le recul de cet indice fait échos à la contraction constatée en début de semaine dans le secteur manufacturier et ravive le spectre d’une récession dans les mois à venir. MARCHÉ SUISSE L’indice Swiss Market Index (SMI) progresse de 0,03% à 9'760.44 points. Sur le marché élargi, l’indice Swiss Performance Index (SPI) gagne 0,12% à 11'882,52 points. Le groupe Sika fait partie des gagnants du jour, en progression de 1,94% à 147,25 francs. A l’occasion de sa journée des investisseurs, le chimiste zougois a en effet relevé son objectif de marge à l’horizon 2023 et dévoilé la stratégie qu’il entend appliquer pour atteindre cet objectif. DEVISES Sur le marché des changes, le franc suisse s’affaiblit face à la monnaie unique à 1,0959 francs pour un euro. Contre le billet vert, la monnaie helvétique s’échange au-dessous de la parité à 0,9972 franc pour un dollar. JULIEN YERLY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 78

  • Statistiquement possible

    Marchés internationaux Début du 4ème trimestre pour les marchés qui présentent tous jusque-là une performance positive avoisinant même les 20 % de hausse pour certains. Si on se remémore la fin d’année passée et les divers commentaires des analystes, on devrait plutôt se retrouver dans le meilleur des cas 20 % plus bas. Cela dit, on se souvient que l’année boursière 2018 fût bonne voire même d’un excellent cru jusqu’en décembre, moment où les plus grands spécialistes des marchés ont annoncé leur pari pessimiste sur l’année à venir et que 1 mois a suffi pour en détruire 11 autres. Statistiquement, octobre est le pire mois de l’année. En effet, il est connu pour être le mois des fameux crash boursiers, 1929, 1987 ou encore 2008. Mais bon, tout ceci relève uniquement de statistiques et comme dirait l’économiste Aaron Levenstein, les statistiques c’est comme le bikini. Ce qu’elles révèlent est suggestif. Ce qu’elles dissimulent est essentiel. Le mois d’octobre sera notamment marqué par la poursuite des négociations dans le dossier Chine-USA à Washington au tour du 10 et par la pression des démocrates sur le président Trump pour une éventuelle destitution. De plus, plusieurs entreprises présenteront leurs résultats du 3ème trimestre. De quoi alimenter les marchés. Bourse suisse Sur fond d’inquiétude quant à un éventuel ralentissement économique, le Swiss Market Index (SMI) chute en-dessous des 10'000 points. En tête, Sika grimpe de 0.75 % tandis que LafargeHolcim fait les frais des analystes et recule de 3.60%. Du côté des changes, l’euro remontre à 1.0870 alors que le dollar s’échange à 0.9960. L’or remonte à 1'485 dollars l’once FRANÇOIS JELK Conseiller gestion de fortune – Bulle 026 919 24 45

  • SMI au beau fixe

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Début de semaine maussade pour les marchés chinois qui ont terminé la journée dans le rouge. Le Trésor américain a néanmoins démenti les rumeurs affirmant qu’il avait l’intention de restreindre l’accès des entreprises chinoises aux marchés de capitaux américains. Le PMI manufacturier chinois, indice reflétant la confiance des directeurs d’achat des entreprises du secteur manufacturier, s’est repris puisqu’il s’est établi à 51,4. Il s’agit de la valeur la plus haute enregistrée pour cet indice depuis février 2018. Les traders de Shanghai auront toutefois le temps de revenir longuement sur ces informations puisque leur marché sera fermé jusqu’à la fin de la semaine. Le Nikkei 225 a baissé également de 0,85%. L’indice phare japonais a été visiblement attentiste vis-à-vis de plusieurs évènements prévus cette semaine, dont la hausse de la TVA mardi qui devrait avoir un impact important sur l’économie nippone. À la mi-journée, le CAC40 et le DAX évoluaient à l’équilibre. L’indice parisien était porté par les sociétés du domaine bancaire mais fortement pénalisé par les sociétés actives dans la technologie. La même analyse était valable pour le voisin de Franckfort, qui voyait des sociétés comme Wirecard et Infineon s’égratigner de 1%. MARCHÉ SUISSE La dernière journée du mois de septembre a été positive sur le marché suisse. En effet, les financières parvenaient à tirer leur épingle du jeu, Crédit Suisse tout comme UBS gagnant respectivement 0,95% et 0,62%. De plus, le poids lourd de l’industrie alimentaire mondiale, Nestlé, a maintenu le cap indiqué en gagnant 0,54%. Par conséquent, le SMI termine la journée à 10'078,32 points, en hausse de 0,40%. L’indice élargi s’est établi à 12'228,38 points, progressant de 0,37%. Le métal jaune n’a pas profité de l’apathie générale régnant sur les marchés puisque l’once égarait 0,65% en milieu d’après-midi. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • Surenchère d'AMS

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Pour la dernière séance de la semaine, les places financières asiatiques ont terminé en ordre dispersé. Hong-Kong s’est allégé de 0,33% et Shanghai a grignoté 0,11%. Au pays du Soleil levant, l’indice Nikkei des 225 valeurs vedettes a perdu 0,77%. En fin d’après-midi, l’indice DJ Eurostoxx 50, indice regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, monte de 0,39%. De l’autre côté de l’Atlantique, l’indice Dow Jones Industrial Average ouvre la séance sur une tendance positive. MARCHÉ SUISSE Nos indices helvétiques ont terminé la journée dans le vert. Le Swiss Market Index prend 0,27% et se maintient en dessus des 10'000 points. L’indice élargi Swiss Performance Index avance de 0,25% à 12'188 points. Du côté des nouvelles d’entreprises, le fabricant vaudois de périphériques informatiques Logitech se renforce dans le domaine des jeux vidéo, en rachetant la société américaine du streaming Streamlabs. Cette dernière est spécialisée dans les logiciels et outils utilisés par les joueurs diffusant en direct leurs parties sur la plateforme Twitch. Le prix d’acquisition pour cette société juvénile fondée en 2011 sera d’environ 118 millions de dollars. Autre annonce de rachat, le groupe de luxe Richemont reprend l’intégralité du joaillier Buccellati Holding Italia, qui est actif dans l’horlogerie et l’argenterie. Les détails financiers de l’opération n’ont pas été dévoilés. Le fabricant de puces électroniques AMS surenchérit dans la bataille qui l’oppose aux américains Bain Capital et Advent pour la reprise du fabricant allemand d’ampoules et de solutions d’éclairage Osram, et relève son offre de 6,5% à 41 euros par action. Le numéro un mondial des arômes et parfums Givaudan (-0,57% à 2’772 francs) voit son titre recommandé à neutre par JP Morgan avec un objectif de cours à 2'720 francs. DEVISES En fin d’après-midi, sur le marché des devises, notre monnaie helvétique s’échange à 0,99 pour un dollar américain et se négocie à 1,0850 pour un euro. JEROME DOUGOUD Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 24

  • Le marché, c'est Trump

    Marchés internationaux En mythologie, on dit que c’était les dieux tout-puissants qui avaient le pouvoir de maîtriser la pluie et le beau temps. Et bien en économie, on peut désormais affirmer que c’est celui qui se prend pour le dieu tout puissant, qui a le pouvoir de faire monter et baisser les marchés. Vous comprendrez donc que le dieu en question, n’est ni plus ni moins que, le président Trump. En effet, il a le pouvoir de vous faire bondir un indice en annonçant qu’un super accord sur le commerce va arriver tout soudain et avant même que quiconque ne puisse l’imaginer. De plus, en partant du principe qu’un dieu est indétrônable, on peut donc estimer que les bourses ont de beaux jours à venir devant elles. A moins que celui-ci soit américain et qu’il soit sous le coup d’un «impeachment ». Bref, c’est donc en territoire positif que les marchés ont évolué jeudi, emportés par cet élan d’optimisme quant à l’issue prochaine de l’accord sino-américain. S’il devait y avoir un dieu de la bourse, il devrait se réjouir comme nous de l’épilogue de cette histoire tant le sujet monopolise toute l’attention des investisseurs. Bourse suisse A la bourse suisse, les poids lourds du Swiss Market Index (SMI) étaient bien disposés et ont reconduit l’indice au-delà des 10'000 points. Bonne nouvelle pour l’opérateur téléphonique Sunrise, qui a reçu l’accord de la commission de la concurrence pour le rachat du groupe UPC. Après les envolées des 2 derniers jours, Kuros Bioscience marquait le pas et cédait 9 %. L’euro est légèrement en recul à 1.0870 et le dollar s’échange à 0.9930. FRANÇOIS JELK Conseiller gestion de fortune – Bulle 026 919 24 45

  • Limitation des dégâts

    MARCHÉS INTERNATIONAUX En Europe, les marchés étaient très mal orientés en début de séance mais ont finalement limité les pertes dans le sillage de l’ouverture positive de Wall Street. Dans les premiers échanges, les investisseurs étaient sur leur garde, au lendemain de l'annonce par les Démocrates du lancement d'une procédure de destitution du président américain Donald Trump. Cette procédure est très rare puisqu’elle n’a été utilisée qu’à trois reprises et n’a que très peu de chance d'aller jusqu'à la destitution. Dans l’après-midi, les marchés limitent la casse avec Donald Trump qui surprend favorablement en assurant qu'un accord commercial avec la Chine pourrait être conclu plus tôt qu'on ne le pense. Les secteurs les plus exposés aux tensions commerciales ont réduit leurs pertes en fin de séance mais figurent toutefois parmi les plus grands perdants de la journée. Aux cotations, la plus forte baisse est observée sur le titre EDF (-6,6%), sanctionné par l’annonce de surcoûts sur le chantier d’une centrale nucléaire britannique. De son côté, British American Tobacco (+3,3%) profite de l’abandon du projet de fusion entre ses deux grands concurrents américains, Philip Morris et Altria. A la clôture, le DJ Eurostoxx 50, indice regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, recule de 0,54% à 3'513 points. MARCHÉ SUISSE Le marché suisse ne fait pas exception et termine la séance dans le rouge. A la clôture, le Swiss Market Index recule de 0,77% à 9'914,82 points, tout comme l’indice plus large Swiss Performance Index. Credit Suisse est le grand perdant de la journée avec une performance de -1,9%, alors que la compagnie d’assurance, Zurich, termine la séance en tête du classement avec une performance de 1%. DEVISES En fin d’après-midi, le franc suisse reste stable face à l’euro et s’échange à 1,0855 franc, alors qu’il se déprécie face au dollar et se négocie à 0,9919 francs. Le dollar profite du soudain regain d’espoir sur le front du commerce international. JULIE MURITH Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 99

  • Un jour oui, un jour non

    Marchés internationaux On sait désormais qu’il n’y a plus qu’un futur espoir de voir un accord sur le commerce qui fait monter les marchés et que c’est la future probable (ou pas) récession qui les font baisser. Dans ce cas de figure, un jour on vous parle de la fin de la hausse des marchés actions et que désormais tout va s’écrouler, et le lendemain on apprend qu’une délégation entre américains et chinois se prépare afin de trouver le fameux accord commercial. Du coup, je vous annonçais hier que la volatilité était de retour, et bien aujourd’hui elle a disparu et les indices évoluaient donc dans le vert. Ce n’était pas l’allégresse non plus, mais une hausse certes. Afin de soutenir le marché, l’indice allemand IFO , traduction du climat d’affaires, est ressorti à 94.6 points en légère hausse face au dernier sondage ainsi qu’aux attentes. Ce jeu de patience risque donc de perdurer encore un moment tant qu’aucune décision ne tombe et tant que les Banques Centrales continuent d’inonder les marchés à gros coups de milliards. Mais pour ceux qui trépignent d’impatience de voir les marchés corriger, Goldmann Sachs a publié un rapport dans lequel il annonce que la volatilité devrait fortement augmenter en octobre. Ah oui ? Et pourquoi ? Et bien tout simplement, parce qu’en octobre, elle monte en moyenne de 25 % et ceci depuis 1928. Si tout était si simple… Bourse suisse Nestlé continue de vivre de bons jours à la bourse Suisse et évoluait mardi à nouveau en tête du Swiss Market Index. Dans le marché secondaire, Kuros s’envolait de plus de 50 % à 2.30 francs après la commercialisation de Magnetos, un substitut osseux. Les assureurs SwissLife et Zurich s’affichaient quant à eux en bas de classement. Contre le franc suisse, l’euro est légèrement en recul à 1.0870 et le dollar stable à 0.9880. FRANÇOIS JELK Conseiller gestion de fortune – Bulle 026 919 24 45

  • Retour de la volatilité

    Marchés internationaux Début de semaine relativement en recul pour les places boursières européennes. Les craintes de récession, ou tout simplement d’un ralentissement économique important, à la suite de propos de M. Powell, pèsent sur le moral des investisseurs. En effet, les marchés sont en manque de bonnes nouvelles et se laissent donc emporter vers le bas avec des prises de bénéfices et un retour de la volatilité. La semaine devrait être relativement calme avec peu d’intervention. On portera tout de même attention au rapport final du président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, dans le cadre de son départ. Du côté des sociétés, les touristes sont désormais orphelins du plus ancien organisateur de voyage. Thomas Cook, créé il y a 178 ans, a demandé au gouvernement britannique de prendre le contrôle du groupe. L’action qui valait encore 3.45 pences vendredi, (-88 % depuis le début de l’année), a été suspendue à la bourse de Londres. Après les envolées des cours du pétrole de la semaine passée, le Brent de la mer du nord revenait à 64 dollars le baril tandis qu’avec le regain de volatilité, l’or et l’argent progressaient. Du côté des changes, l’euro recule face au franc suisse à 1.0880 alors que le dollar reste stable à 0.9910. Bourse suisse A la bourse suisse, Nestlé affichait largement la meilleure performance (+1 %) et a maintenu le Swiss Market Index (SMI) proche des 10'000 points. La multinationale de Vevey conserve son rating de «AA-» évalué par l’agence Fitch et rassure les investisseurs. En recul, les financières avec notamment UBS qui lâchait plus de 2.4 %. Le secteur du luxe était également sous pression avec Richemont qui cédait -2.5 %. FRANÇOIS JELK Conseiller gestion de fortune - Bulle 026 919 24 45