2018

  • America, what else ?

    MARCHES INTERNATIONAUX Les marchés boursiers se tâtent. Les analyses fondamentales ne suffisent plus à inspirer les courtiers, car la politique semble prendre le dessus. Avec des acteurs qui changent d’avis comme de chemise, il n’est pas facile de s’investir. Une place boursière qui ne se pose pas de questions et qui continue à grimper c’est la bourse américaine. Le Président Trump claironne et n’en fait qu’à sa tête, mais il peut se le permettre. La locomotive US tourne à plein régime et les inscriptions au chômage sont au plus bas depuis plus de 50 ans. Rappelons toutefois que les indices américains progressent ainsi depuis près de 10 ans, soit depuis l’ère Obama et que Monsieur Trump est arrivé comme pour les vendanges, même s’il risque de gâcher la récolte. Le groupe Bayer continue à être empoisonné par le rachat de Monsanto. Des vendeurs américains de semences indépendants ont demandé aux autorités US d’interdire l’utilisation en été de l’herbicide Dicamba, développé par Monsanto. MARCHE SUISSE La bourse suisse est légèrement dans le rouge en perdant, à quelques minutes de la cloche, 0,16% à 8983 points pour l’indice phare SMI. La plupart des titres terminent en négatif, sauf par exemple notre pharma Novartis qui s’accroche en gagnant 0,83%. Nos 2 grandes banques sont plus faibles, notamment Crédit suisse qui perd 1,24%. Cette dernière veut restructurer sa division gestion de fortune avec un ancrage plus régionalisé, afin d’être plus proche de sa clientèle. Swisscom termine en baisse de 0,88%, malgré de relativement bons résultats semestriels, car certains courtiers lui préfèrent Sunrise. L’action Schindler progresse de 1,58%, après l’annonce d’un bénéfice en hausse de 25% et un carnet de commandes bien rempli. Meyer Burger parvient à reprendre des couleurs avec un gain de 1,97%, alors qu’elle perdait près de 9% pendant la séance. DEVISES Contre franc suisse, 1 dollar vaut 0,9950 franc et 1 euro 1,1350 franc. FRANCIS CORPATAUX Gestion de fortune – Bulle 026 919 24 43

  • Accalmie providentielle

    MARCHES INTERNATIONAUX La saison des résultats de sociétés touche à sa fin pour l’Amérique et il est réjouissant de constater que 79% des compagnies qui composent le S&P 500 ont dépassé les prévisions. A noter que la Chine souhaite renouer le dialogue avec les USA en envoyant son vice-ministre du Commerce Wang Shouwen discuter avec l’Oncle Sam, pardon avec son neveu Donald Trump, afin d’arrêter ces surenchères de taxes qui troublent la finance internationale. Apprécions cette accalmie providentielle dans ces joutes verbales qui n’apportent rien à personne. Au niveau de la guerre économique, la livre turque reprend des couleurs, mais une possible contagion aux autres monnaies émergentes est surveillée de près par les investisseurs. Au sujet de notre portemonnaie, la Banque nationale suisse a annoncé la sortie le 22 août du nouveau billet de 200 francs. Nouvelle plus surprenante, elle a confirmé la sortie en mars 2019 du nouveau billet de 1000 francs suisses, qui va encore renforcer la force de ce billet qui est le plus cher au monde. En effet, la Banque centrale européenne a décidé de ne plus imprimer les billets de 500 euros, mais ils restent en circulation pour le moment, même si personne n’en veut. Le billet de 1000 francs suisses est donc la plus grosse coupure au monde, très prisée notamment pour certaines transactions qui, disons, demandent de la discrétion. MARCHE SUISSE La bourse suisse parvient à progresser, à quelques minutes de la cloche, avec un gain de 0,81% à 8999 points pour l’indice phare SMI. Tous les titres du SMI sont dans le vert, à part Swisscom qui a un petit coup de mou en perdant 1,40%. Dans les valeurs élargies, citons Meyer Burger qui perd plus de 8% à 0,57 francs. Le fournisseur de l’industrie photovoltaïque a pourtant annoncé avoir pu dégager un bénéfice au premier semestre. L’entreprise est raisonnablement optimiste pour le secteur à moyen terme, mais elle a révisé à la baisse ses prévisions à court terme, ce qui a pénalisé l’action. DEVISES Contre franc suisse, 1 dollar vaut 0,9950 franc et 1 euro 1,1340 franc. FRANCIS CORPATAUX Gestion de fortune - Bulle 026 919 24 43

  • Grosse migraine pour Bayer

    MARCHES INTERNATIONAUX En juin dernier, Bayer a finalisé le rachat de Monsanto pour la bagatelle de 63 milliards de dollars. Le but était de doubler son chiffre d’affaires dans l’agronomie en absorbant un concurrent, mais du coup elle a surtout doublé ses soucis. L’action Bayer a en effet chuté de plus de 10% après la condamnation de Monsanto aux Etats-Unis dans le cadre du très contesté désherbant Roundup. La migraine soudaine de Bayer tombe mal, et ça ne s’invente pas, car l’entreprise est en rupture de stock pour la fabrication d’aspirine. Autre action qui a dégringolé, celle du boulanger industriel et spécialiste des produits surgelés Aryzta. L’entreprise a enfin réussi à dégeler sa propre situation et elle doit finalement se résoudre à procéder à une hausse de capital de 800 millions d’euros. Certains courtiers estiment qu’elle va encore manger son pain noir, congelé ou pas. En effet, l’opération vient un peu tard et elle aurait dû avoir lieu beaucoup plus tôt, à des conditions plus favorables, car l’action a pratiquement perdu 90% de sa valeur. Pour cette séance toutefois, elle récupère près de 12%. MARCHE SUISSE La bourse suisse a navigué toute la séance entre le vert et le rouge. A quelques minutes de la cloche, son indice phare SMI termine pratiquement inchangé à 9002 points. Geberit est en baisse de 1,72%. L’entreprise a annoncé des résultats plus ou moins dans les attentes, mais elle reste très prudente pour l’avenir, dans le contexte international de guerre économique. Lonza subit également des prises de bénéfices en perdant 1,16%. Givaudan fait mieux que l’indice en progressant de 1,18%. Dans les valeurs secondaires, citons la belle progression de Tornos avec un gain de 2,35% à 10,90 francs. Le bénéfice annoncé a connu une belle envolée et le carnet de commandes se situe à des records historiques. DEVISES Contre franc suisse, 1 dollar vaut 0,9915 franc et 1 euro 1,1285 franc. FRANCIS CORPATAUX Gestion de fortune – Bulle 026 919 24 43

  • Où vont les marchés boursiers ?

    MARCHES INTERNATIONAUX Les bourses internationales se tâtent dans ce théâtre qu’est devenue la finance internationale, surtout quand la politique s’en mêle ou s’emmêle c’est selon. On peut effectivement parler de théâtre, car les acteurs dirigeants du monde semblent jouer une pièce de mauvais goût, alternant entre le comique et la tragédie. L’acteur le plus puissant, le Président américain, se croit le droit de décider qui est bon ou mauvais, surtout envers l’Amérique évidemment. De tous les côtés on s’accuse de tous les maux. A force de fermer son pays à coups de taxes sur les marchandises importées il va devenir difficile de vendre des produits à ses voisins. L’économie va souffrir, avec des répercussions sur le chiffre d’affaires des entreprises, donc pour leurs actions en bourse. Les devises subissent aussi les conséquences, notamment l’euro qui était en forte chute. La Turquie souffre également des foudres de l’Oncle Sam et la livre turque enregistre une dégringolade abyssale. Un acteur qui devrait se réjouir de tout ça c’est l’or. Etonnamment ces jours il chute, passant même en-dessous des 1200 dollars l’once. Conséquence peut-être du fait que le Président turc Erdogan a exhorté ses compatriotes qui posséderaient de l’or sous leur oreiller à l’échanger contre des livres turques, par souci de lutte nationale. On ne voit pas bien comment font les Turcs pour dormir avec des lingots d’or sous leur coussin, car cela ne doit pas être confortable. En admettant qu’ils en possèdent, pas sûr que les Turcs obéissent, car même si le coussin est dur, il est rassurant. MARCHE SUISSE La bourse suisse subit les aléas des disputes de ses voisins et, à quelques minutes de la cloche, l’indice phare SMI perd 0,25% à 9009 points. La plupart des titres sont dans le rouge. Nos 2 grandes banques sont en baisse, malgré qu’elles s’affirment peu exposées en Turquie, à l’inverse des banques américaines et françaises notamment. DEVISES Contre franc suisse, 1 dollar vaut 0,9940 franc et 1 euro 1,1390 franc. Francis Corpataux Gestion de fortune - Bulle 026 919 24 43

  • ACCES DE FAIBLESSE A LA BOURSE SUISSE

    Marchés internationaux A la Bourse de Tokyo, l'indice Nikkei a chuté de 1,33%. Les investisseurs ont choisi de vendre massivement à la veille de vacances. Au niveau des changes, le dollar évolue autour de 111,00 yens, contre 110,95 yens jeudi à la fermeture. L'annonce peu avant l'ouverture de la place financière d'un regain de croissance nippone au deuxième trimestre n'a pas suffi à redresser la barre. Sur la période d'avril à juin, le Produit intérieur brut (PIB) a progressé de 0,5% par rapport au trimestre précédent, tiré par la consommation des ménages (+0,7%) et de solides investissements des entreprises (+1,3%). Le rebond observé au deuxième trimestre est plus important que ne l'avaient anticipé les analystes. Pour autant, ils ne cèdent pas à l'euphorie quant aux perspectives de la troisième économie du monde qui n'a pas retrouvé la vigueur espérée par le Premier ministre Shinzo Abe, initiateur de la stratégie qui porte son nom "abenomics" fin 2012. BOURSE SUISSE La Bourse suisse évolue en baisse pour la dernière séance de la semaine. Le Swiss Market Index (SMI) abandonne 1,25% à 9031,33 points, passant ainsi sous le seuil psychologique des 9100 points.  Adecco demeure toujours pénalisée pour les mauvais résultats publiés sur les six premiers mois de l'année, chiffres qui ont franchement déçu les analystes. Les poids lourds pharmaceutique Roche et Novartis et alimentaire Nestlé ne sont pas arrivés à soutenir l’indice. Les bancaires UBS, Credit Suisse et Julius Bär descendent au classement. Malgré une baisse de ses revenus, la Banque cantonale bernoise (BCBE) a poursuivi sa croissance au premier semestre 2018. L'établissement a vu son bénéfice net progresser de 2% au regard des six premiers mois de l'an dernier à 58 millions de francs. Son directeur général, Hanspeter Rüfenacht, quittera ses fonctions à mi-2019 pour prendre sa retraite.

  • La prudence domine

    Après un début de semaine plutôt encourageant, les différentes places boursières marquent le pas depuis mercredi sous fond de tensions géopolitiques internationales. La frilosité des investisseurs se confirme dans un climat d’incertitude et face aux craintes persistantes sur le dossier commercial entre les Etats-Unis et la Chine. Non content de ces mesures le président américain s’attaque maintenant aux Russes qu’il accuse d’avoir fait usage de produits chimiques contre l’ex-agent double russe Skripal et sa fille et à qui il veut également imposer des sanctions. Quelle santé ! Pendant ce temps l’économie américaine se porte comme un charme où le marché de l’emploi s’améliore encore avec une baisse des inscriptions au chômage la semaine dernière. En Europe l’issue du Brexit reste incertaine et renforce encore un peu plus cet attentisme sur les marchés. Le scénario d’une sortie dans la douleur prédomine les partis n’arrivant pas à trouver de consensus. L’euro est d’ailleurs passé en dessous des 1,15, niveau au-dessus duquel il s’était maintenu depuis deux mois. Sur le marché suisse, les principaux indices restaient sous pression notamment à cause des valeurs pharmaceutiques qui marquaient le pas hier après avoir réalisé des performances très solides depuis début juin avec des progressions proches de 15 % pour Novartis et Roche. On relèvera les bons chiffres de Zurich qui semble à même d’atteindre ses objectifs ambitieux fixés à horizon 2019. Adecco avec des chiffres décevants dont une baisse de son bénéfice de 11 % restait lanterne rouge du Swiss Market Index. Laurent Genoud Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 03

  • VIVE LA POMME !

    MARCHÉS INTERNATIONAUX ASIE La Chine vient de céder au Japon sa place de numéro 2 des marchés boursiers du monde en valeur cumulée. Le conflit commercial qui oppose les USA à la Chine ainsi qu’un ralentissement économique marqué ont eu raison de cette commutation. La Chine clôture en recul de 0.14%, le Japon à +0.06%. USA Suite à l’annonce hier du record mondial de capitalisation boursière de tous les temps, avec Apple (USA), laquelle passe ainsi le cap des 1'000 milliards, force est de constater que ce secteur est plus porteur que jamais. Notons que dans les «viennent ensuite» nous trouvons Amazon (USA) Alphabet (USA), Microsoft (USA) et Facebook (USA) pour ne citer que le haut du panier. Autant dire que les Etats-Unis se taillent la part du lion en terme de poids dans le marché mondial et des Technos ! Sur l’Europe Brexit : Rencontre en France de la Première ministre britannique avec le Président français à l’heure où les négociations Royaume-Uni – Union Européenne peinent à avancer. Cette réunion précède le sommet crucial des Etats membres de l’EU, lequel devrait se tenir à Salzbourg en septembre prochain. Les principaux marchés européens clôturent la semaine sur une note positive. MARCHÉ SUISSE Inflation : Le CPI (indice à la consommation)annonce les résultats mensuels à -0.2%, soit légèrement mieux qu’attendu et les résultats sur un an à +1.2%, en ligne avec les attentes. Swiss Re quant à elle annonçait aujourd’hui ses résultats semestriels. Décevant les attentes d’environ 10%, le titre clôture à CHF 88.64, soit en baisse de 1.49%. Toutefois, son intention d’introduire en bourse de Londres au 1er semestre 2019 sa filiale britannique ReAssure, spécialisée dans les assurances-vie fermées, pourrait lui rapporter une valorisation plus proche de la réalité. En effet, l’IPO occasionnerait une mobilisation des fonds propres moins importante pour Swiss Re et soignerait son taux de solvabilité («Swiss Solvency Test»), l’activité de ReAssure pesant sur l’indicateur. Toutefois, Swiss RE en resterait un actionnaire significatif afin de participer au potentiel de développement dans ce secteur.

  • Journée de baisse à la bourse suisse

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La Bourse de Tokyo a terminé en net repli après deux séances positives, sur fond de regain d'inquiétudes des investisseurs après l'annonce par l'administration Trump d'une possible augmentation des taxes douanières sur les marchandises chinoises. A la clôture, le Nikkei des 225 valeurs vedettes cède 1,03% à 22.512,53 points. Au niveau des changes, le dollar valait 111,56 yens à la fermeture, contre 112 yens mercredi. La perspective d’une augmentation des tarifs douaniers a refroidi les marchés, qui espéraient la veille une reprise du dialogue entre les deux pays. Les titres des entreprises faisant affaire en Chine ont par conséquent été délaissés, à l'image du fabricant d'engins de chantier Komatsu (-3,65% à 3.239 yens) ou encore du spécialiste des robots industriels Fanuc (-3,17% à 21.665 yens). BOURSE SUISSE La Bourse suisse évolue dans le rouge au len-demain du jour férié de la fête nationale. La saison des résultats marque le pas. Les perspectives conjoncturelles demeurent favorables, mais les consommateurs sont moins optimistes que par le passé. Francfort a de bonnes chances de devenir le siège européen des opérations de banque d'affaires et de marché de capitaux de Credit Suisse. Ce dernier aurait choisi le centre financier allemand comme solution de remplacement pour Londres dans la perspective du Brexit. Dans le camp des poids lourds, Nestlé soutient l'indice alors que Roche et Novartis cédent du terrain. Les deux entreprises pharma se préparent à un Brexit dur et prévoient d'augmenter leurs stocks de médicaments selon divers articles de presse. Le spécialiste des valves, VAT a publié ses résultats semestriels. Le bénéfice net a progressé et légèrement dépassé les attentes. Dans le même temps, le groupe saint-gallois a cependant révisé nettement à la baisse ses attentes en terme de chiffre d'affaires pour l'année, en raison d'une chute des commandes au 2e trimestre.

  • Un long fleuve tranquille…

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Suite à sa réunion de mardi, La Banque du Japon (BoJ) maintient ses objectifs de taux «bas» voire «très bas». Avec une faible inflation, la BoJ poursuit sa stimulation monétaire massive en confirmant son taux court terme à -0.10% ainsi que ses objectifs de rendement à 10 ans aux alentours de 0%. L’inflation est revue à la baisse et la hausse des prix pourrait être inférieure aux objectifs fixés pour les 3 années à venir. L’indice Nikkei 225 clôture à 22'553.73, soit +0.04%. Dans ces marchés d’été où le volume est faible, les principales places de bourse européennes finissent dans le vert. En Allemagne, le dernier chiffre annoncé du chômage est au plus bas à 5.7%. Les résultats semestriels des entreprises françaises publiés entre hier soir et aujourd’hui, notamment Vivendi et EDF, ont été dans l’ensemble bien accueillis. MARCHÉ SUISSE La star du jour est incontestablement CS Group qui, suite à ses résultats du 2ème trimestre avec un bénéfice net à CHF 647 millions, tient le haut du pavé dans le résultat du SMI aujourd’hui (+0.12%). Clôturant à +1.14% elle entraîne la majorité des Financières dans son sillage. A noter également les excellents résultats de Logitech, mal payé puisque le titre perdait 4.74% pour clôturer à CHF 43.62 Pour l’Heure, c’est encore Swatch Group qui ferme la marche de cette journée, en recul de 1.20%. Sur le marché élargi, GAM dévisse et clôture à -12.63% suite à l’annonce de ses résultats ainsi qu’à la suspension du Directeur des in-vestissements. Les nouveaux afflux de capitaux attendus pour le 2ème semestre pourraient bien en pâtir sérieusement. A l’inverse, les résultats semestriels de Swissquote Group, ainsi que leur vision sur les crypto-monnaies et technologies les accompagnant, boostent le titre qui termine la journée à CHF 65, soit 10.17%. La BNS quant à elle boucle son 2ème trimestre sur un bénéfice de 11,96 milliards, après un 1er trimestre dans le rouge avec un perte de 6,8 milliards. Les résultats dépendent essentiellement des marchés des Devises, des Capitaux et de l’or. Nathalie Wyss Gestion de Fortune - Fribourg 026 350 74 12

  • La canicule, la torpeur estivale

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Aux Etats-Unis, les promesses de vente de logements du mois de juin ont été annoncées. +0.9% par rapport au mois de mai, à comparer aux 0.1% attendus. Une bonne nouvelle qui n’a pourtant pas emballé les marchés. Si les analystes sont «rassurés» pour le moment sur le dossier commercial suite à la rencontre Trump/Junker, il n’en reste pas moins vigilants, conscients que le Président américain est peu prévisible et peut renverser la valeur à tout moment. La faiblesse des volumes traités en cette période estivale et quelques prises de bénéfice sont venues égratigner le CAC 40 qui clôture à 5'491.22, soit une baisse de 0.37%. L’Allemagne quant à elle termine à 12'798.20 soit une baisse de 0.48%. Côté obligations, tension sur le marché de la dette dans l’attente des résultats de trois banque centrales. En effet, la réunion du comité monétaire de la Réserve fédérale (Fed) ces mardi et mercredi, la Banque du Japon, mardi ainsi que la Banque d’Angleterre devraient faire le point sur leur politique monétaire. MARCHÉ SUISSE Après une entrée dans la semaine en légère baisse, le Swiss Market Index s’est vu reprendre quelques couleurs en milieu de séance, notamment grâce aux trois Swiss... Swiss Life Holding N (+1.08%) Swiss Re N (+1.23%) et Swisscom N (+1.58%). Cela n’a pas suffi et en fin de journée, influencé par les marchés internationaux, l’indice clôturait à 9'163.38 soit -0.11%. Swatch Group , qui a annoncé dimanche son retrait de la Baselworld, essuie quant à lui la plus mauvaise performance de la séance (-1.90%). DEVISES Sur le marché des devises, le franc suisse se renforce et voit le prix du dollar à 0.9888 et l’euro à 1.1580   Nathalie Wyss Gestion de Fortune - Fribourg 026 350 74 12

  • Twitter déçoit

    MARCHÉS INTERNATIONAUX A la bourse de Tokyo, l’indice Nikkei 225 a terminé la séance de vendredi en hausse de 0,56% à 22'712.25 points alors que la saison des résultats bat son plein et que l’attention des investisseurs est déjà portée vers la prochaine réunion de la Banque du Japon (BoJ) la semaine prochaine. Après Facebook jeudi, c’est au tour de Twitter de décevoir les investisseurs après la publication vendredi de ses résultats trimestriels. Malgré un bénéfice net conforme aux attentes des analystes à 100 millions de dollars, le titre du réseau social américain est durement sanctionné pour la perte d’utilisateurs et ouvre en baisse de 15%. En effet, il a suffi d’une légère baisse du nombre d’utilisateurs actifs mensuels, en recul d’un million à 335 millions, pour que les investisseurs revoient à la baisse leurs prévisions de croissance du groupe californien. MARCHÉ SUISSE Sur le marché suisse, la journée a été marquée par la publication des résultats sur les six premiers mois de l’année du groupe franco-suisse LafargeHolcim. Si le numéro un mondial du ciment a réussi à augmenter ses ventes sur cette période, il publie néanmoins un bénéfice net en baisse en raison du coût élevé de sa réorganisation en cours, laquelle prévoit entre autres la fermeture de ses bureaux de Zurich, Paris, Miami et Singapour. Le directeur général Jan Jenisch, arrivé de Sika en octobre 2017, a en outre confirmé le maintien des objectifs du groupe pour 2018, ce qui a éveillé l’intérêt des investisseurs et permis au titre d’ouvrir en nette hausse. Sur le marché élargi, le spécialiste des revêtements de sol Forbo enregistre une hausse de son chiffre d’affaires au premier semestre tout en augmentant sa rentabilité, une performance saluée par les analystes dans un contexte difficile marquée par la hausse du prix des matières premières. DEVISES Sur le marché des changes, le franc suisse reste stable à 1,1584 francs pour un euro. Contre le billet vert, la monnaie helvétique s’échange à 0,9942 franc pour un dollar. JULIEN YERLY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 78

  • Compromis à Washington

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La rencontre entre le président américain Donald Trump et le président de la Commission européenne Jean-Claude Junker a donné naissance à plusieurs compromis qui ont pour effet d’apaiser les tensions commerciales entre Washington et Bruxelles. Dans les faits, les taxes sur l’acier et l’aluminium européens vont être revues. Aucun nouveau tarif douanier ne sera imposé sur les importations de voitures européennes aux Etats-Unis et en contrepartie, l’Union européenne va acheter une grande quantité de soja et augmenter ses importations de gaz naturel liquéfié (GNL) en provenance du pays de l’Oncle Sam. Tout ceci reste encore à confirmer. Les marchés asiatiques ont terminé en baisse. Hong-Kong s’est allégé de 0,48% et Shanghai a perdu 0,74%. A la Bourse de Tokyo, l’indice vedette Nikkei 225 termine en très légère baisse de 0,12%. En fin d’après-midi, l’indice DJ Eurostoxx 50 avance de 1,18% et de l’autre côté de l’Atlantique, l’indice Dow Jones Industrial Average ouvre la séance sur une note positive. MARCHÉ SUISSE Nos indices helvétiques ont terminé la journée à la hausse. Le Swiss Market Index prend 1,33% à 9'139 points et l’indice élargi Swiss Performance Index monte de 1,21% à 10'880 points. Deux poids lourds de notre indice, Nestlé (+ 1,85% à 81,38 francs) et Roche (+ 1,51% à 241,90 francs), ont publié leurs résultats pour les six premiers mois de l’année. Le groupe alimentaire a annoncé une hausse 2,3% de son chiffre d’affaires, accompagnée d’un bénéfice net de 5,8 milliards. Concernant le groupe pharmaceutique, il a dépassé les prévisions des analystes avec une progression de 7% du chiffre d’affaires ainsi qu’un bond de 10% pour le bénéfice d’exploitation (EBIT). Pour la suite de son exercice, Roche a révisé ses prévisions à la hausse et le dividende pourrait être augmenté. DEVISES En fin d’après-midi, sur le marché des devises, notre monnaie helvétique s’échange à 0,9930 pour un dollar américain et se négocie à 1,1580 pour un euro. JEROME DOUGOUD Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 24

  • Lonza en pleine croissance

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Alors que la saison des résultats ne démarre véritablement qu’en fin de semaine au Japon, l’indice Nikkei 225 enregistre pourtant mercredi sa deuxième séance de hausse consécutive, soutenu par les publications financières encourageantes de plusieurs sociétés américaines de premier plan. En Europe, les marchés actions évoluent en terrain négatif dans l’attente de la prochaine réunion de la Banque centrale européenne (BCE) ce jeudi. Si aucune nouvelle décision n’est attendue de la part de l’institution gardienne de l’euro, les analystes s’attendent à ce que Mario Draghi s’exprime au sujet des risques pour la conjoncture européenne du conflit commercial qui oppose les Etats-Unis à l’Union européenne, alors même que se tient mercredi une rencontre déterminante à ce sujet entre Donald Trump et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker. Selon toute vraisemblance, la BCE devrait maintenir ses prévisions sur l’évolution conjoncturelle en Europe et se concentrer sur sa tâche principale qui est de mener à bien l’abandon de son important programme de rachat d’actifs d’ici la fin de l’année. Au chapitre des statistiques macroéconomiques, on notera également la publication mercredi de l’indice de confiance compilé par Credit Suisse et CFA Society Switzerland qui indique une détérioration des attentes des analystes financiers au sujet de la situation économique en Suisse. MARCHÉ SUISSE Sur le marché suisse, la journée a été marquée par la publication des résultats en nette progression de Lonza au premier semestre de l’année en cours. En effet, les récentes acquisitions ont permis au groupe de spécialités chimiques bâlois d’augmenter à la fois son chiffre d’affaires et sa rentabilité. De plus, la direction du groupe a également revu à la hausse ses objectifs de vente sur l’exercice en cours, ce qui augmente encore l’intérêt des investisseurs pour le titre. DEVISES Sur le marché des changes, le franc suisse reste stable à 1,1601 francs pour un euro. Contre le billet vert, la monnaie helvétique s’échange à 0,9937 franc pour un dollar. JULIEN YERLY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 78

  • BONS RESULTATS POUR UBS

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La bourse de Tokyo rebondit (Nikkei 225, +0,51%) après trois séances négatives, soutenue par le repli du yen ainsi que par la bonne tenue des marchés chinois suite aux mesures de soutien à l’économie annoncée par Pékin. Les marchés internationaux sont globalement bien orientés grâce à de bons résultats de part et d’autre et à l’espoir que la rencontre entre Jean-Claude Juncker et Donald Trump mercredi réduise les tensions commerciales. A la clôture, le DJ Eurostoxx 50, indice regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, avance de 0,85% à 3'483,3 points. Wall Street démarre la séance dans le vert, portée par les bons résultats d’entreprises ainsi que par la poursuite de la hausse des taux d’intérêt américain. Google bondit de près de 5% à l’ouverture, après l’annonce d’un bénéfice de 8,26 milliards de dollars une fois soustrait la pénalité record infligée par l’Union européenne pour abus de position dominante sur son système d’exploitation Android. Google emporte les valeurs technologiques avec elle, l’indice Nasdaq à dominante technologique avance de près de 1% dans les premiers échanges. MARCHÉ SUISSE Sur le marché suisse, c’est UBS qui retient l’attention des investisseurs. La banque enregistre une solide performance au deuxième trimestre et les dirigeants sont confiants pour la suite de l’exercice. Le numéro un bancaire suisse dépasse les attentes des analystes avec un bénéfice net en hausse de 9,4% sur un an à 1,3 milliards de francs. Le ratio coûts sur revenus s’améliore et ressort à 77,5% se rapprochant ainsi de l’objectif à moyen terme de passer sous la barre des 75%. Par ailleurs, la banque enregistre un reflux d’argent nouveau de 1,2 milliards de francs dans la gestion de fortune, le coeur de son métier. Sur ces bonnes nouvelles, le titre UBS avance de 4,32% à 15,95 francs. A la clôture, le Swiss Market Index avance de 0,51% à 9'005,58 points, alors que l’indice plus large Swiss Performance Index gagne 0,43% à 10'741,1 points. DEVISES En fin d’après-midi, le franc suisse perd légèrement du terrain face à l’euro et s’échange à 1,1618 franc, alors qu’il reste stable face au dollar et se négocie à 0,9935 francs. JULIE MURITH Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 99

  • MA FERRARI EST AU GARAGE…

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La chevauchée de la semaine dernière ne se prolonge pas et ceci est compréhensible vu la sortie de route magistrale de Sebastian Vettel ce dimanche aux commandes de sa Ferrari, ainsi que de la malheureuse annonce de l’état de santé de Sergio Marchionne, emblème salvateur de Fiat Chrysler. A l’issue de ces nouvelles, rajoutez une poignée de tweets incendiaires de Monsieur Trump, remuez le tout avec beaucoup de doutes sur certains résultats d’entreprises mitigés et observez votre marché se dégonfler tel un soufflé raté. La plupart des bourses mondiales ont donc démarré leur semaine dans le rouge. L’indice Nippon, tributaire du niveau de sa monnaie, était en net repli après que le Yen se soit renforcé contre le dollar US. En Europe, tous les yeux étaient rivés sur les titres Fiat Chrysler (-1.50%) et Ferrari (-4.88%). Le leader du groupe, à la suite d’une dégradation de son état de santé, a quitté son poste d’administrateur délégué pour laisser plein de doutes sur l’efficacité de la continuité des sociétés mentionnées. La bourse de Milan perdait de ce fait 0.87% à la clôture. A Wall Street, pour changer, les commentaires de Donald Trump sur l’Iran provoque une ouverture en baisse et n’annonce rien de bon pour cette nouvelle semaine chargée en résultats d’entreprises. Le Nasdaq perdait 0.18% à l’ouverture, à l’instar de l’indice phare Dow Jones qui laissait derrière lui 0.05% MARCHÉ SUISSE Dans les salles de marché helvétiques, la situation n’était pas meilleure entre escalades d’engagement dans la guerre commerciale Sino-Europeo-Américaine et période de résultats semestriels. Le Swiss Market Index n’arrivait pas à s’accrocher aux gains de la semaine passée et terminait sa course à –0.35%. L’indice plus large SPI emboitait le pas et clôturait à –0.34%. La palme du cancre de la journée est décernée à un Julius Baer décevant (-4.01%) tandis qu’en haut du podium, CS Group sauvait l’honneur en terminant sa course à CHF 15.34 (+0.79%).   Gorgoni Marco Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 19