2020

  • Vain combat de coqs

    Vain combat de coqs Au lendemain du débat tant attendu en vue des élections américaines de novembre, le moins que l’on puisse dire est que la réaction des marchés n’a pas été tonitruante. Cet affrontement finalement plus médiatique que constructif n’a pas amené de grands enseignements sur la politique économique américaine et ses implications en cas d’élection d’un ou de l’autre des candidats. Un élément de réponse a été donné hier matin, le secrétaire américain au Trésor affirmant qu’un compromis avec les démocrates sur un nouveau plan d’aide économique était possible. Les deux camps malgré leurs profondes dissensions semblent s’accorder sur ce point ce qui a plu aux marchés américains orientés à la hausse hier soir. En cas de nécessité, l’américain peut être solidaire et enterrer la hache de guerre. Un bon niveau de création d’emplois et des chiffres de croissance encourageants ont soutenu cette tendance positive. Le rapport sur l’emploi attendu pour vendredi nous donnera plus de visibilité. Du côté des devises le dollar n’a pas beaucoup bougé non plus. Même son de cloche pour l’or et le baril de pétrole. Les places boursières européennes ont profité de ce vent optimiste outre atlantique pour clôturer proche de l’équilibre. En Suisse, le baromètre conjoncturel a poursuivi son rebond en septembre même si a un rythme plus modéré. Ces données laissent augurer une amélioration de la situation ce qui pourrait être revu en fonction de l’intensité d’une deuxième vague Covid. Laurent Genoud Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 03

  • Début de semaine en vert

    Alors que la pandémie de coronavirus a passé le cap du million de morts, que les tensions commerciales sino-américaines ont regagné en intensité et que les négociations post Brexit s’enlisent, les marchés ont plutôt bien commencé la semaine avec un rebond vigoureux. Après une semaine douloureuse, la bonne tenue de Wall Street vendredi passé confirmé ce lundi matin sur les marchés asiatiques a évidemment poussé les places boursières européennes à une bonne entame de séance. Les gains significatifs de hier matin ont pu être maintenus sur toute la journée maintenant le SMI au-dessus de la barre des 13'000 points. Les estimations économiques semblent montrer que l’économie résiste un peu mieux que prévu. Pour la Suisse le PIB s’est contracté de 7,3 % au lieu des 8,2% estimés, ce qui reste néanmoins historique. La reprise se confirmait également sur New York avec une ouverture sensiblement en hausse stimulée par de bons indicateurs économiques en Chine. Le rebond s’est fait particulièrement sentir sur les valeurs bancaires, UBS et Crédit Suisse en tête. Après avoir essuyé des dégagements massifs ces dernières séances sous fonds de nouvelles rumeurs d’opérations de blanchiment d’argent à large échelle, la situation semble se calmer quelque peu ramenant les investisseurs à l’achat. Les valeurs du Luxe étaient également recherchées grâce à leur association sur une plateforme ambitieuse « Watches and Wonder » destinée à renforcer le canal E-commerce et les ventes en général. La situation sanitaire et la réduction des déplacements internationaux poussent les sociétés à se réinventer, ce qui peut naturellement être un bienfait à long terme. Laurent Genoud Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 03

  • La volatilité règne en maître

    MARCHES INTERNATIONAUX C’est le maître mot de ces derniers jours : volatilité. Les intervenants ne sachant plus sur quel pied danser et à quel moment se lancer, l’incertitude grandit et s’installe sur les marchés. Les perdants d’un jour peuvent être les gagnants du lendemain. Au Royaume-Uni, la production automobile chute fortement de plus de 44%, au mois d’août. Ce coup d’arrêt tombe mal dans le contexte actuel de négociation du Brexit. En France, la dette publique augmente à 114,1 % du PIB. Ce chiffre pourrait encore grandir, selon le gouvernement, qui s’attend à une hausse à plus de 117% du PIB en fin d’année. L’autre grand danger concerne le ras-le-bol grandissant de la population vis-à-vis des restrictions actuelles. C’est clair qu’elles pénalisent d’abord notre vie sociale et bien entendu aussi l’économie de plusieurs branches d’activité. Cependant, il faudra voir si la population arrivera à s’accommoder de cette façon de vivre ou alors veut se retrouver rapidement comme la période pré-Coronavirus et risquer de mettre en surchauffe le système de santé. Le dicton dit bien que : « La liberté des uns s’arrête ou commence celle des autres ». Enfin, pour ses 60 ans d’existence, l’OPEP ne pensait pas vivre une période telle qu’aujourd’hui. La demande est biaisée par la pandémie et la transition énergétique pénalise encore plus le domaine. MARCHE SUISSE Le SMI termine la dernière séance de la semaine sur une évolution latérale et se retrouve à quelques encablures de la clôture à 10'200 points. Comme toujours, lors de ce type de situation, ce sont les actions défensives qui sont à l’honneur. Le titre Nestlé se négocie de nouveau au-delà des 109 francs avec une hausse de 1,20 %. Les bancaires souffrent quelque peu avec des performances assez négatives. L’action Crédit Suisse est en baisse de 1,68 % et le titre UBS est en recul de 2,97 %. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9282 et l'euro s'échange à CHF 1,08. MARCO LEVIS Gestion de fortune - Bulle 026 919 24 30

  • NI OUI, NI NON

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Quand quelqu'un veut faire une remarque négative tout en restant positif, au bout d’un moment, s’il n’est pas fin orateur, on sent que le commentaire n’est pas optimiste mais que l’on cherche uniquement à ne pas froisser. C’est exactement ce qu’il s’est passé lors de la conférence de la BNS qui annonce garder sa politique monétaire inchangée mais qui se montre quand même moins pessimiste que prévue sur la reprise économique pronostiquée quelques mois auparavant. Pour vulgariser : on continue d’inonder le marché de liquidités pour soutenir une économie fragilisée tout en annonçant qu’au final, ça va aller, ce n’est pas si dramatique que ça. Comprenez donc bien que les investisseurs aient vu 36 chandelles suite à ces allégations. Ce qui est bien avec les institutions bancaires nationales, c’est que la responsabilité in-combe toujours aux autres. Et comme la BNS se rend bien compte de l’incohérence de son annonce, il fallait se justifier en pointant du doigt la décision de la FED des dernières semaines en disant qu’elle « était bloquée à cause de la banque centrale américaine ». Ce qui est vrai pour certains ne l’est pas forcément pour les autres. Les marchés principaux du nouveau continent ont décidé de rester volatiles mais de progresser positivement en début de journée. Contrairement, l’Europe suivait plus ou moins notre tendance et perdaient quelque peu du terrain. MARCHÉ SUISSE C’est donc dans le rouge que le marché boursier Suisse aura navigué toute la journée sans savoir comment interpréter les dires de la BNS. Alors que les dernières semaines ont eu même un espoir de voir passer la performance du SMI dans le vert, tout d’un coup, tout s’est flouté pour laisser place aux doutes et à l’incertitude. Affaire à suivre, de près, de très près même.   Gorgoni Marco Gestion de Fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • On attend la FED !

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Une ambiance mitigée se fait ressentir sur les marchés américains, à six semaines des présidentielles, les projecteurs sont tournés sur Le Président de la FED et le secrétaire au Trésor américain. Ils seront entendus lors de trois séances devant des Commissions de la Chambre du Sénat au sujet des mesures monétaires et politiques prises pour soutenir l’économie pendant cette crise sanitaire. Au moment où la barre des 200'000 décès liés au covid-19 est franchie, la bourse de New-York clôture en hausse, soutenue par les technos. La marque de sport NIKE explose avec ses ventes en ligne, soit 82% d’augmentation sur l’année pour atteindre un bénéfice net trimestriel de 1,52 milliard de dollars. Le titre est recherché par les investisseurs, il s’envole de 9%. Du reste la question est à l’ordre du jour, est-ce que les surfaces commerciales vont résister à cette nouvelle habitude de consommation ? Redressement de la tendance pour les bourses européennes avec le retour d’une bonne humeur contagieuse. Le CAC40 s’apprécie de plus d’un pourcent. En France, l’activité du secteur privé enregistre son premier repli depuis quatre mois à 48.5% en septembre, par rapport à août à 51.6%. Les activités de services reculent aussi à 47,5%. Seule l’activité manufacturière se reprend en augmentation de 1,1% depuis août, à 50,9%. MARCHÉ HELVÉTIQUE La crise sanitaire impactera cette année le produit intérieur brut (PIB) romand avec une chute de 5.7%, selon la publication des banques cantonales romandes. Malgré cette annonce, le SMI clôture en légère hausse. La société autrichienne AMS, fabricante de capteurs semi-conducteurs, a conclu un contrat qui a pour but de transférer une partie des bénéfices sur l’entreprise Osram, le spécialiste allemand de l’éclairage, qu’elle détient à 71%. Certains analystes se voient optimistes avec cette valeur en lui fixant un objectif à 27 francs. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.92 et l'euro s'échange à CHF 1,07. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 919 24 29

  • Les marchés respirent

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Après la douche froide de lundi, pire journée boursière en trois mois en Europe, les marchés reprennent leur souffle. Royal Dutch annonce baisser les coûts de production de pétrole et de gaz de 30 à 40%. Fortement impacté par l’évolution du cours du pétrole, le géant pétrolier perd 54% depuis le début de l’année. Deutsche Bank va fermer 20% de ses agences bancaires en Allemagne. Les emplois perdus feront partie des 18 000 suppressions d’emplois déjà annoncées. MARCHÉ HELVÉTIQUE La société immobilière Epic Suisse entre en bourse le 1er octobre de cette année. La fourchette de prix se situe entre 66 et 77 francs, correspondant à une capitalisation boursière totale de 695 millions à 778 millions. Cette opération devrait permettre au groupe zurichois de lever 200 millions de francs. Le directeur général d’UBS, Sergio Ermotti, juge qu’une consolidation des banques européennes est inévitable: «Le train a déjà quitté la gare.» Les débats en Europe sont selon lui trop centrés sur le too big to fail plutôt que le too small to survive, to small to compete. Le SMI clôture la journée avec +0,29% à 10 355 points. Les meilleures performances du jour sont Alcon (+1,9%) et SGS (+0,99%). Les principaux détracteurs sont Givaudan (–1,01%) et Swiss Re (–0,8%). Enfin, pour ce qui est du marché des devises, un euro se négocie à 1,0765 (–0,01%) franc et un dollar américain s’échange à 0,9198 (+0,57%). MATTHIAS NEUBRAND Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 37

  • Tous aux abris

    MARCHES INTERNATIONAUX Les investisseurs se montrent craintif et prennent les bénéfices de ces dernières semaines. Vendredi, New York avait terminé en zone rouge à cause de plusieurs valeurs technologiques qui poursuivent leur correction. Il est clair que la situation sanitaire dans le monde et plus précisément aux Etats-Unis empire. Les craintes que la reprise économique tant promise par le Président US actuel tarde à se concrétiser poussent les intervenants à rester prudent. D’autre part, avec des promesses en veux-tu en voilà, concernant un vaccin efficace et rapidement sur le marché, M. Trump ne fait que confirmer le proverbe disant : « qui promet légèrement tiens sa promesse rarement ». Dès lors, la nervosité des intervenants est de plus en plus forte à moins de 2 mois de l’élection présidentielle américaine. La reprise des prix du pétrole est ralentie par le retour sur les marchés du brut libyen. Celui-ci alimentera un marché que les membres de l’OPEP essaient de maîtriser au mieux en réduisant leur production ce qu’il faut afin de maintenir un rapport offre/demande acceptable, avec un prix aussi élevé que possible. MARCHE SUISSE Sur notre marché et à quelques minutes de la cloche, le SMI est en fort recul de 2,05 %. Les grands perdant sont les bancaires avec les titres Crédit Suisse et UBS qui chutent brutalement. CS et UBS perdent les deux plus de 5 %. Ces reculs sont en grande partie dû à une enquête du consortium international des journalistes d’investigation. Celle-ci accuse certains grands groupe bancaires mondiaux d’avoir permis le blanchiment d’argent au niveau international, malgré l’alerte de leurs propres employés. UBS et Crédit Suisse sont cités, entre autres. L’effet boule de neige fait que pratiquement tous les titres terminent négativement la séance. Lonza, Nestlé et Swisscom arrivent à se maintenir plus ou moins à niveau avec une performance flat par rapport à vendredi soir. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9138 et l'euro s'échange à CHF 1,0760. MARCO LEVIS Gestion de fortune - Bulle 026 919 24 30

  • Pas facile tout ça !

    MARCHES INTERNATIONAUX   Etonnant de voir comment se comportent les bourses mondiales, notamment pour cette séance de grande échéance Eurex, par rapport aux nouvelles alarmantes au niveau sanitaire. Un proverbe disait si tu as la santé tu as tout. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les statistiques de propagation du virus sont en train d’exploser. Certains hôpitaux dans le monde n’ont même plus suffisamment de places en soins intensifs, notamment certaines villes espagnoles. Et que dire d’Israël qui procède à un re confinement général ? Mais apparemment, même si les gens ne peuvent plus sortir ni se rencontrer pour faire des affaires, les bourses mondiales pensent que les entreprises continueront à travailler et à procurer de juteux dividendes. Les temps parleront, mais en tout cas la prudence reste de mise. Au Japon, l’indice des prix à la consommation a connu un nouveau repli en août. Le nouveau gouvernement et la Banque du Japon vont devoir composer pour relancer l’économie nationale suite à la pandémie, un grand défi les attend ! BOURSE SUISSE   Dès l’ouverture, les indices affichent un sentiment d’hésitation des investisseurs, en contrecoup de l’annonce de la Réserve Fédérale américaine. Le SMI évoluait vers 10542 points, le SLI stagnait vers 1596 et le SPI s’améliorait à 13'079. La pharma est dans une bonne tendance. Dans l’après-midi, un avis favorable tombait pour un médicament Teentriq/Avastin qui traite le cancer du foie pour la pharma Roche. Elle publie des données positives sur son anti-inflammatoire Actemra/Roactemra (tocilizumab). Ce médicament aurait une action pour éviter le recours à un respirateur pour les patients hospitalisés en raison d'une pneumonie, puis lance un nouveau test sérologique, le 12e lié au nouveau coronavirus. Le laboratoire Vifor est aussi en bonne position, avec une embellie de plus de +2,75% en cédant sa filiale genevoise OM Pharma à Optimus Holding pour un montant initial de 435 millions de francs. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.9098 et l'euro s'échange à CHF 1,078. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 919 24 29

  • Allons promener Milou !

    MARCHES INTERNATIONAUX Le Président de la FED a adopté une politique prudentielle et accommodante. Après deux jours de réunion, les taux directeurs sont maintenus proches de zéro, l’idée étant de se contenter d’une inflation très modeste jusqu’à fin 2023. Même si l'on constate une reprise, les perspectives économiques sont encore très incertaines. Le taux de chômage attendu aux Etats Unis à fin 2020 devrait être moins important qu’estimé il y a trois mois, de 9,3% à 7,6%. Cependant cela reste une inconnue majeure aussi longtemps que le virus n’est pas maîtrisé. Un climat de déception générale se fait sentir du côté des investisseurs sur tous les marchés de ce jeudi. La valeur phare du CAC40 est aujourd’hui VIRBAC, elle flambe de plus de 11%, après l’annonce de solides résultats intermédiaires avec un bénéfice opérationnel à 85,5 millions pour le premier semestre. Grâce à la diversité de ses produits et son portefeuille géographique très élargi, le laboratoire vétérinaire qui produit de la nourriture pour les animaux de compagnie ne connaît pas la crise, En cette période sauvage, bon nombre de personnes ont adopté un petit animal domestique pour ne pas être seules ! Dans le secteur alimentaire, Delivery Hero SE, l’allemand spécialiste de plats cuisinés, vient d’acquérir Glovo’s operations basé en Amérique latine pour plus de 230 millions d’euros. Le géant renforce sa position et souhaite élargir son marché à l’Argentine, Panama et la République Dominicaine. L’action renchérit de 2,34%. BOURSE SUISSE Les indices suisses évoluent selon l’humeur morose des investisseurs. Le spécialiste des consommables et dispositifs chirurgicaux ophtalmiques a été révisé à la hausse par Goldmann Sachs qui augmente sa prévision de cours à 62.50 francs. Alcon est le gagnant du jour de l’indice SMI avec une appréciation de l’ordre de +1,67% à 53,66 francs. Le spécialiste du placement de personnel Adecco modifie son comité exécutif. Sont nommés Christophe Catoir, en tant que président de la marque, puis Valérie Beaulieu, ancienne responsable du marketing de Microsoft, à titre de cheffe des ventes et marketing. Un renouveau bien accueilli par le marché, la société prend + 1%. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.9098 et l'euro s'échange à CHF 1,0751. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 919 24 29

  • Statu quo

    Marchés internationaux Tous sont dans l’attente de la réunion de la FED (Réserve Fédérale américaine) dans la journée. Les Bourses n’ont pas vraiment une direction. Jérôme Powell doit donner une conférence de presse pour dévoiler les prévisions d’évolution des taux directeurs jusqu’en 2023. Pour rappel, depuis mars, la FED les maintient entre 0% et 0.25%. En principe aucun changement de politique monétaire n’est attendu. Le marché du pétrole remonte depuis l’annonce hier des chiffres économiques chinois et aussi en raison de l’ouragan Sally qui menace la production dans le Golfe du Mexique. Le prix du brut WTI reste bien orienté et s’achemine proche des USD 40. En Europe les investisseurs ne prennent pas de risque. Les valeurs bancaires de la bourse parisienne sont malmenées, alors que les technologiques sont renforcées. Outre-manche, dans le secteur de l’aéronautique, IAG (maison mère de British Airways) et le motoriste Rolls-Royce sont en nette baisse en raison des restrictions de déplacements.   Bourse suisse Une reprise de l’économie suisse se fait ressentir. Notre indice phare SMI a plutôt une évolution haussière pour la journée. Le franc s’apprécie face à l’euro à 1,0749 EUR/CHF et il se relâche face au USD à 0,9065 USD/CHF. Le palmarès de la journée pour les valeurs en hausse : plus de 8% pour la société AMS, secteur électronique et semiconducteurs. L’objectif de cours a été rehaussé à 23 par les analystes du Credit Suisse. VAT Group voit un changement de recommandation amélioré à « neutre » par JP Morgan. Temenos, Swisscom et Logitech sont également en croissance de plus de 2%. Monsieur Urs Jordi accède à la présidence d’Aryzta, le boulanger industriel. Sous sa nouvelle direction, il annonce des changements et améliorations dans toutes les activités pour regagner la confiance des actionnaires. Le titre perd plus de 7%.   Devises Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.90 et l'euro s'échange à CHF 1,07. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 919 24 29

  • Faut-il croire au « Signal » ?

    Marchés internationaux Les indices américains affichent une certaine bonne humeur pour ce mardi de mi-septembre. Le Dow Jones termine à 7 points des 28'000 acquis au cours de la séance. Le S&P 500 progresse à 3'383 points, et pour le Nasdaq, grâce à ses principales valeurs technologiques et biotechs, il clôture à 11'056 points. En effet, les annonces de fusions ou acquisitions démontrent que le marché n’est pas surévalué pour tout le monde. Une bonne nouvelle depuis la Chine qui voit sa croissance repartir en août pour un retour à la presque normale. Elle enregistre une augmentation des ventes au détail de 0,5% et surtout une hausse de la production industrielle de 5,6%. A Tokyo, le renchérissement du yen affecte la bourse en raison des valeurs exportatrices et par les prises de bénéfices à la suite à l’élection de Monsieur Yoshihide Suga, le candidat du Parti libéral plébiscité par les investisseurs. Les bourses européennes évoluent positivement ou proches de l’équilibre. Les mesures prises dans le contexte actuel pour éviter les risques d’accélération de la pandémie freinent le rebond de l'activité économique. L’espoir d’un vaccin à court terme semble quand même peu probable, ou pas réaliste, quand on sait le temps qu’il faut pour effectuer des tests, puis les faire valider. Bourse suisse La bourse zurichoise ouvre à l’équilibre, après une nuit blanche pour la plupart des employés des deux grandes banques suisses. Les deux valeurs perdent une partie des gains de la veille engendrés par la rumeur de marché d’un possible mariage. Le signal n’est pas encore au vert, le « to big to fail » et autres difficultés réglementaires rendent ce projet difficile à réaliser. Imaginez que cette nouvelle banque représenterait 270% du PIB suisse ! Le groupe pharmaceutique Roche évolue vers 336 francs, aidé par la recommandation à l’achat par les analystes de Bryan Garnier qui la voient à 395 francs. Devises Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.90 et l'euro s'échange à CHF 1,07. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 919 24 29

  • Heureusement qu'il y a les rumeurs...

    MARCHES INTERNATIONAUX A l’international, ce qui préoccupe toujours concerne la pandémie du COVID, le Brexit qui n’en finit pas de finir, le regain de tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine et enfin l’élection présidentielle US du début novembre. Un autre sujet de préoccupation devrait concerner le déficit budgétaire américain qui dépasse les 3'000 milliards de dollars. En proportion et pour moins que ça (c’est un euphémisme) on a cloué au pilori la Grèce. Faite comme je dis et pas comme je fais…. Dans ce contexte, la volatilité reste importante et la vision des marchés se résume à du court terme. En Europe, l’industrie automobile indique craindre fortement un échec des négociations entre le Royaume-Uni et l’UE sur l’après Brexit. Comme toujours, la période qui précède le deadline est sujette et propice aux différents bluffs de part et d’autre. Cependant, attention à ne pas trop jouer avec le feu. Une erreur d’appréciation et ce sont les citoyens qui trinquent. Les incertitudes actuelles pénalisent le prix du brut. Le pétrole est en baisse à cause d’une demande anémique et aussi dû à l’épée de Damoclès du coronavirus qui pend sur la population mondiale. A l’opposé, l’or se renforce avec une once qui se rapproche des 1'960 dollars US. MARCHE SUISSE A quelques minutes de la clôture, notre SMI se retrouve en légère hausse à 10448 points. Swiss Ré est la lanterne rouge de la séance avec un recul de 1,12 %. Sur notre marché helvétique, ce sont des rumeurs qui planent sur notre indice principal. En effet, différents titres de presse pensent que les deux grands groupes bancaire suisse, Crédit Suisse et UBS, se résoudraient à une fusion à l’aube de 2021. C’est surtout le titre du Crédit Suisse qui bénéficie de ces rumeurs et s’apprécie au-delà des 10,20 francs. L’action UBS consolide au-dessus des 11,30 francs. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9070 et l'euro s'échange à CHF 1,0770. MARCO LEVIS Gestion de fortune - Bulle 026 919 24 30

  • Rotation sectorielle ?

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Après un rebond de près de 80% des valeurs technologiques depuis les plus bas de l’année, une correction somme toute logique et saine est survenue la semaine passée. La hausse des actifs risqués, engendrée principalement par les nombreux plans de relance, semblait tout de même surfaite. A titre d’exemple, la capitalisation boursière de Tesla, célèbre constructeur automobile ayant lancé la révolution automobile, avait atteint au plus haut une capitalisation de plus de USD 400 milliards, dépassant à elle seule celle du secteur automobile mondial. Cette correction est-elle annonciatrice d’une rotation sectorielle vers des actifs délaissés ou une « simple » prise de bénéfices ? Les marchés devraient rapidement répondre à cette question. MARCHÉ HELVÉTIQUE Sur le marché suisse, Partners Group, société spécialisée dans la gestion de placements dans les marchés privés, a publié des résultats au premier semestre meilleurs qu’attendu. Cette dernière va également faire son entrée dans la cour des grands en rejoignant l’indice SMI le 21 septembre. De son côté, Logitech n’a pas échappé cette semaine à la forte correction des valeurs technologiques en subissant une perte d’environ 10%. Les meilleures performances du jour sont réalisées par Richemont (+2.93%), Swatch (+2.47%) et Adecco (+1.7%). Principaux détracteurs, UBS (-0.8%), Credit Suisse (-0.71%) et ABB (-0.38%). DEVISES Sur le marché des changes, face à un accord commercial post-Brexit dans l’impasse, la livre sterling continue à s’affaiblir face aux diffé-rentes devises avec un GBP/CHF aux alentours de 0.85. Du côté des matières premières, le cours du pétrole se replie fortement depuis le début du mois de septembre face à une demande mo-rose et inquiète de la reprise mondiale de la demande. NICOLAS TERCIER Gestion de fortune- Fribourg 026 350 74 28

  • TOUT POUR LA RHÉTORIQUE

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Jeudi n’aura eu qu’un seul et unique but durant toute la journée : Celui d’écouter et d’accepter, ou pas, ce que la Banque Centrale Européenne avait à nous dire. C’était écrit et quasiment évident, la BCE garde le Statu Quo sur ses taux directeurs. Ce qu’il y a de bien dans les annonces des banques centrales, c’est que les investisseurs sont plus focalisés sur la rhétorique et sur les mots employés par les intervenants durant la séance que le fait que l’économie s’est pris un énorme tacle dans les dents à cause du COVID. Madame Lagarde s’est donc montrée, « inquiète » mais pas trop, « optimiste » mais pas trop et comme les financiers adorent voir le verre à moitié rempli, entre l’inquiétude et l’optimisme, on a retenu que le deuxième terme. Malin comme manœuvre. L’analyse du discours prends plus d’ampleur qu’une analyse de texte d’un écrivain français du 19e siècle. L’économie semble être encore affaiblie et peu stable mais peu importe, il faut garder l’objectif en tête : « rendements boursiers ». Du coup toutes les mesures pour soutenir et tenter de revenir à la belle époque, désormais révolue, de l’inflation. Pendant l’Europe était embourbée dans l’analyse de texte, le Nasdaq, à forte coloration technologique, reprenait des couleurs après 3 jours de souffrances et démarrait sa journée en hausse de 0.87%. C’est quand même plus facile quand on a des sociétés très forte dans le marketing de s’en sortir. MARCHÉ SUISSE Du coté helvétique, comme d’habitude, on ne prend pas partie et on se laisse porter par le vent. On suivait donc le mouvement des voisins et cousins Européens et tout en continuant de surveiller l’évolution de la pandémie. Le SMI s’est pris une petite pichenette dans le nez en clôturant en baisse de -0.18%. Tout comme le SPI qui perdait -0.26%.       Gorgoni Marco Fribourg - Gestion de Fortune 026 350 74 19

  • MARCHÉS EN BERNE

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Asie – La bourse de Tokyo, encouragée par une première journée positive des marchés européens, a terminé ce mardi avec +0.8% pour l’indice Nikkei 225. La diminution des nouveaux cas quotidiens d’infection au coronavirus dans le pays ainsi que le nouveau projet du gouvernement visant à créer un système de bons de réduction soutenant le secteur de la restauration ont également profité au marché. Côté chinois, même plus peur des déclarations de Monsieur Trump, lequel a notamment menacé de sanctions lundi les entreprises américaines externalisant en Chine. D’autre part, les ventes de voitures particulières en Chine ont enregistré la plus forte hausse depuis mai 2018. Les principaux indices ont donc clôturé à +0.72% pour le Shanghai Composite et +0.38% pour le Shenzhen. Europe – Les principaux marchés boursiers ont accusé le coup ce mardi et repassent dans le rouge à l’approche de l’ouverture de New York. La crainte d’une bulle des Technos, fortement montés depuis la crise COVID, poussent les investisseurs à la prudence. De plus, les marchés européens restent particulièrement sous tension dans l’attente de la réunion ce jeudi de la Banque Centrale Européenne. Les mesures pour éviter un renforcement de l’euro, avec une inflation historiquement basse, met cette dernière sous pression. Côté matière première, le baril de pétrole dévisse. Le Pétrole Brut WTI perd plus de 8%, au plus bas depuis trois mois. C’est un signe clair des craintes du marché quant au niveau des demandes mondiales d’or noir dans le futur. SUISSE Après une entame de journée tentant de capitaliser le gain de la veille, le marché suisse a fini par courber l’échine, plus l’ouverture des marchés américains approchait, pour terminer dans le rouge, à l’instar de ses voisins. Ainsi l’indice SMI finit à -0.46%. Nathalie Wyss Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 12

  • Quand le chat n'est pas là

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Le soufflé est retombé hier sur les marchés asiatiques. En effet, à la suite des deux séances terminées dans le rouge du côté de Wall Street, le Nikkei a connu lui aussi un coup d’arrêt en perdant 0,5%. Le groupe SoftBank, mastodonte japonais des investissements dans les nouvelles technologies, a courbé l’échine devant les décotes du Nasdaq américain égarant plus de 7%. Les chiffres très moyens du commerce extérieur chinois ont provoqué une chute de l’indice de Shanghai (-1,87%) et de celui de Shenzhen (-2,22%). Le pétrole connaissait également une mauvaise journée. Les inquiétudes se sont poursuivies quant à la reprise de la demande. De plus, l’Arabie Saoudite a massivement baissé ses prix pour sa production destinée à l’Asie. Tous ces facteurs ont amené le cours de l’or noire au plus bas depuis deux mois. L’Europe connaissait une séance plus agréable. Le CAC 40 confirmait son rebond au-dessus des 5’000 points hier en début d’après-midi. Comme souvent, le DAX imitait l’indice parisien en gagnant 1,61% à la mi-journée. Nous verrons jeudi si l’annonce de la politique de la Banque centrale européenne et les mesures prises par la présidente Christine Lagarde parviendront à confirmer le bon cap sur lequel se sont engagés les marchés cette semaine. MARCHÉ SUISSE Belle journée que ce lundi sur le marché suisse. Après la fin de semaine déprimante que nous avons connue, nous avons profité du Labor Day américain pour souffler un peu et enregistrer un gain de 1,43% à 10'297,80 points sur le SMI. Pendant que les marchés américains étaient fermés, l’ensemble des valeurs vedettes évoluaient dans le vert. Le SPI, l’indice élargi, n’était pas en reste puisqu’il a grimpé de 1,62% à 12'830,86 points. Le secteur des assurances, gros distributeurs de dividendes, était particulièrement recherché. Certes, Swiss Life, Swiss Re et Zurich grimpaient respectivement de 2,31%, 2,20 et 1,52%. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • Manque de visibilité

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les marchés terminent la semaine sur une note négative malgré la décrue du chômage aux Etats-Unis et au Canada ainsi que les injections massives de liquidités par les banques centrales. Toutefois, la visibilité sur les marchés est toujours mauvaise entre l’inconnue sur l’évolution et les effets du Covid, les tensions sino-américaines ou encore l’élection présidentielle américaine. De plus, les valeurs technologiques corrigent après avoir presque doublé depuis le creux de mi-mars. En effet, l’indice Nasdaq est passé de 8’972 points fin 2019 à plus de 9'800 points le 19 février avant de tomber à 6'800 points le 20 mars puis de franchir les 12'000 points mercredi. En deux jours, cet indice a lâché près de 1'000 points et cote à 11'090 points à la clôture de notre marché (-3,25%). MARCHÉ HELVÉTIQUE Notre indice limite les dégâts avec un recul de 0,66% à 10'153 points. Seuls 3 titres terminent la séance en territoire positif, soit ABB (+1,22% à 23,23 francs), Sika (+0,66% à 213,10 francs) et, une fois n’est pas coutume, Swatch (+0,18% à 199,65 francs). Roche (-0,87% à 317,25 francs) a obtenu une homologation urgente pour son test de dépistage du Sars-Cov-2 (Covid-19) qui permet également de différencier le coronavirus de la grippe, ce qui est plutôt bien venu avant l’arrivée de l’hiver. Sur le marché élargi, on note enfin une bonne nouvelle pour groupe technologique vaudois Kudelski qui bondit de 15,71% à 3,65 francs grâce à la signature d’un contrat avec Amazon concernant son assistant virtuel Alexa. DEVISES Le dollar gagne 0,63% à 0,9150 contre notre monnaie et l’euro s’adjuge 0,30% à 1,0809. STEPHANE PEREY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 34

  • COUP DE MOU OCCIDENTAL

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Asie – La bourse de Tokyo, boostée par la vigueur des marchés US la veille, a vu son indice Nikkei 225 clôturer la journée de jeudi en hausse de 0.48%. La Chine a quant à elle terminé à -0.58% pour l’indice Shanghai, -0.84% pour l’indice Shenzhen et -0.45% pour l’indice Hang Seng de Hong Kong, plombés par un nouvel épisode de tensions avec les Américains. En effet, ces derniers exigent désormais des diplomates chinois qu’ils demandent une autorisation pour se rendre dans les universités américaines ou pour rencontrer des élus locaux. Etats-Unis – Les marchés ont ouvert en net repli, après plusieurs jours marqués de records notamment pour l’indice S&P500 et Nasdaq. L’annonce d’une baisse plus forte que prévue des inscriptions au chômage n’est pas parvenue à soutenir la tendance des derniers jours. La décision mercredi de la Reserve Fédérale (FED) de maintenir ses taux inchangés jusqu’en 2022, avec un redémarrage économique lent, expliquerait en partie ce repli boursier. Europe – Sur le vieux continent, les marchés principaux réagissent dès l’ouverture de New York et leurs indices boursiers amorcent également une correction. SUISSE Après une première demi-journée dans sa lancée positive de la veille avec +0.99% dès 09h00, le marché national a fini également par réduire sa voilure dès l’ouverture de Wall Street, pour basculer clairement dans le rouge avec -1.58% pour l’indice SMI et -1.62% pour l’indice plus large SPI. Nathalie Wyss Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 12

  • La fête continue

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Au vu du déroulement de la journée de mercredi, les marchés asiatiques étaient un peu à la traîne. Ils ont poursuivi le statu quo d’hier. En Chine, le CSI 300 trainait son spleen et stagnait à +0,04%. Au pays du Soleil-levant, la hausse était timide. En effet, le Nikkei grapillait 0,47% porté par les valeurs technologiques. Sur le Vieux Continent, tous les feux étaient au vert sur le CAC 40. Certes, en début d’après-midi, aucune valeur de l’indice n’était en baisse. De ce fait, l’indice boursier parisien s’envolait de plus de 2,3%. Le DAX suivait son rival français puisqu’il progressait de 2,26%. Seule Deutsche Bank, mouton noir de la mi-séance, égarait -0,46%. Outre-Atlantique, New-York ouvrait résolument en hausse. Les entreprises de consommation de base ont été les plus grands artisans de cet optimisme. Pour une fois, les sociétés technologiques ont été les mauvais élèves de la classe. Pris dans la spirale de la baisse de Apple et Netflix, le secteur vivait un début de séance compliquée. MARCHÉ SUISSE Ce mercredi a été une journée radieuse également sur le marché suisse. En effet, le SMI avait le vent en poupe et augmentait de 1,92% à 10'384,84 points. L’ensemble des valeurs vedettes terminaient dans le vert. Les valeurs du luxe que sont Richemont et Swatch essayaient de combler leurs retards sur leurs compagnons en bondissant respectivement de 2.38% et 2,51%. Une journée comme ce mercredi était particulièrement bienvenue pour une industrie qui a largement sous-performée dans l’indice depuis le début de l’année. Crédit Suisse, malgré l’annonce de l’ouverture d’une enquête à son encontre dans la sombre affaire des filatures zurichoises, parvenait tout de même a terminé la journée en progressant de 0,93%. Roche surplombait la bourse de Zurich grâce à l’annonce du lancement de son test rapide pour le Covid-19 et gagnait 3,18%. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • ZOOM SUR… ZOOM

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Etats-Unis – Wall Street a ouvert en hausse la séance de mardi. En vedette incontestée : Zoom Video Communication. Pour le trimestre clos en juillet, la société a affiché des ventes de 663.5 millions de dollars, soit plus de 355% en glissement annuel. L’action du spécialiste de la vidéo-conférence, qui avait déjà profité du confinement (+569% depuis de début de l’année), gagnait en effet plus de 40% après une heure de marché. Pour sûr que les actions du secteur informatique/technologique/télécommunication profitent pleinement des besoins accrus tant des particuliers que des entreprises. Ainsi l’indice Nasdaq 100, représentant fortement ce secteur, caracole en tête, affichant crânement près de 40% de hausse depuis de début de l’année contre 8,7% pour le S&P500 et -0.1% pour le DJ Industrial Average. L’Asie, la stagnation fut le mot d’ordre de ce mardi. L’indice tokyoïte Nikkei 225 a terminé à -0.01%, le Hang Seng hongkongais à +0.03%. En Chine, le Shanghai Composite a pris 0.44%, profitant de signes de redémarrage de l’activité dans le pays, avec une activité manufacturière en hausse pour le second mois d’affilée. En Europe, les annonces de PIB en chute pour ce deuxième trimestre ne rassure guère. Dès lors, les indices des principales places boursières sont restés moroses. SUISSE Notre marché national conserve son brin d’optimisme malgré des indicateurs maussades. Après avoir tutoyé les 10'300 points, notre indice phare SMI s’essouffle et repasse au-dessous des 10'200 points pour terminer la journée à 10'188.85 points, soit +0.53%. Côté devises, l’euro reprend du galon et s’échange à 1.0848 contre franc suisse. NATHALIE WYSS Gestion de Fortune - Fribourg 026 350 74 12

  • Maintien des taux

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Le discours en fin de semaine passée du patron de la Réserve fédérale Jerome Powell a envoyé un message positif aux marchés. Ce dernier a en effet implicitement reconnu que les taux directeurs resteraient bas ces prochaines années tout en évacuant le risque inflationniste des préoccupations. Cette fuite en avant monétaire consistant à maintenir les taux bas devrait favoriser l’emploi et soutenir les marchés actions. Il s’agit d’un revirement historique pour la Réserve fédérale américaine qui souhaite à tout prix éviter le scénario japonais. MARCHÉ HELVÉTIQUE Sur le marché suisse, les entreprises pharmaceutiques ont augmenté leur importance économique que cela soit au niveau des exporta-tions ou au niveau de la capitalisation boursière. Au cours des vingt dernières années, le poids dans les exportations a plus que doublé. Il en est de même en ce qui concerne la capitalisation boursière avec Roche et Novartis qui représentent plus d’un tiers du SMI. Ce dernier a par ailleurs terminé la journée de lundi sur une baisse de -0.28% à 10'135.56 points. Du côté des entreprises, fort rebond d’Aryzta (+9.15%) suite à des rumeurs d’achat par la société américaine Elliott Management. Les meilleures performances du jour sont réalisées par Lonza (+1.37%), Sika (+1.12%) et Roche (+0.7%). Principaux détracteurs, Swiss Life (-2.04%), Zurich (-1.68%) et SGS (-1.6%). DEVISES Sur le marché des changes, le dollar continue à s’affaiblir face aux différentes devises avec un USD/CHF très proche de la résistance des 0.9. Du côté des matières premières, le cours du pétrole se replie légèrement après un ouragan heureusement moins vigoureux que prévu. NICOLAS TERCIER Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 28

  • UNE HISTOIRE D'ANXIOLYTIQUES

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Bien que la FED et son patron, Jerome Powell, ont décidé d’administrer une forte dose d’anxiolytiques au marché et aux investisseurs en annonçant le maintien des taux historiquement bas et donc un soutien à l’économie, il semble que ces messages n’ont un effet positif que très éphémère. En effet, tout l’espoir que la Reserve Fédérale nous a lancé à la figure jeudi soir est parti en fumée telle la mèche d’un pétard chinois quand des investisseurs qui sont encore sur le « Qui-vive », pensent à l’arrivée de l’automne et de la grippe saisonnière qui va se mélanger à un COVID19 plus tenace que jamais. Ce qui est bien avec ces annonces, c’est que pour une bonne nouvelle, nous avons deux mauvaises nouvelles, et tout cela gratuitement. Ça c’est de l’action commerciale. Tandis que les USA gardent leurs taux bas, qu’ils soutiennent l’économie, tout en restant sereins, la France est officiellement rentrée en récession. Il ne manque plus que l’Allemagne et nous aurons toute la collection. Youhou. Vous l’aurez compris, nous allons devoir augmenter nos ordonnances d’anxiolytiques et séance tenante ! Pendant que les Européens peinent à joindre les 2 bouts et que le monde brûle littéralement, le marché boursier Américains était au top de sa forme. L’indice phare Dow Jones débutait sa journée en hausse de 0.30% à l’instar du NASDAQ à forte coloration technologique qui prenait +0.47% à l’ouverture. MARCHÉ SUISSE Zurich a décidé de suivre le trend de la météo et l’humeur maussade l’a emporté sur les bonnes nouvelles de la veille et de la journée. Bien évidemment, nous pouvons remercier vous savez qui, celui dont on ne prononce plus le nom sous peine de se faire lyncher, celui qui est là sans qu’on ne le voie, celui qui n’a ni frontières ni âge, j’ai nommé : Coronavirus. Ce n’est plus une surprise je sais. Le SMI clôture donc a -0.74%.   Gorgoni Marco Gestion de Fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • Le P.I.B. malade au 2ème trimestre

    Marchés internationaux Au Japon, l’indice vedette Nikkei, qui avait stagné la veille, a perdu 0.35% à 23'208,86 points. Les échanges sont restés « modérés » et dominés par « l’attitude attentiste » des investisseurs avant le discours que le président de la Banque centrale américaine (Fed) allait prononcer plus tard dans la journée de jeudi. Les tensions sino-américaines ont aussi été scrutées de près, alors que les Etats-Unis ont annoncé mercredi des sanctions contre des entreprises et des responsables chinois accusés de contribuer à la « militarisation » de la mer de Chine méridionale. A Hong Kong, l’indice Hang Seng a ainsi terminé en retrait de 0,83% à 25'281,15 points. Aux Etats-Unis, le président de la Fed Jerome Powell a annoncé un changement de politique de l’institution, laissant désormais l’inflation augmenter afin de permettre à l’économie de créer plus d’emplois en faveur du plus grand nombre et particulièrement des foyers à faibles revenus. La Fed est prête à utiliser sa gamme complète d’outils pour soutenir l’économie a expliqué le président de l’institution. Marché suisse En Suisse, le secrétariat d’Etat à l’économie (Seco) a rapporté un P.I.B. en chute de 8,2% au deuxième trimestre, accusant un plongeon historique en glissement séquentiel. L’évolution positive dans le secteur de la pharma a atténué une érosion de 9% du secteur manufacturier dans son ensemble. A Zurich, le SMI (Swiss Market Index) a terminé la journée en baisse à 10'240,46 points (-0,67%). La meilleure performance est à mettre à l’actif du spécialiste genevois du luxe, Richemont, qui termine en hausse de 0,47% À l’autre bout du tableau, le mastodonte pharmaceutique rhénan, Roche, a pesé sur l’indice en abandonnant 1,58% à la clôture. Sur le marché élargi, Bâloise (-0,75%), qui a été plus durement frappé que prévu par la crise sanitaire, a publié des résultats semestriels se situant largement en-dessous des attentes, avec un volume d’affaires en baisse de 10,4% à CHF 5,39 milliards et un bénéfice net qui a plongé de 55% à CHF 177,7 millions. David Hartmann Gestion de fortune 026 350 74 29

  • EN ATTENDANT…POWELL

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Tokyo a terminé la journée de mercredi plus ou moins stable par rapport à la veille avec -0.03%, après trois séances de hausses consécutives. Les investisseurs ont préféré prendre les bénéfices en attendant l’intervention jeudi de Jerome Powell, président de la Reserve fédérale américaine (FED). Côté Hong Kong, l’indice Hang Seng a également stagné avec à +0.02%. Le grand perdant de la journée asiatique fut la Chine avec le Shanghai Composite à -1.3%. Sur l’Europe, après une valse d’hésitation à l’ouverture, semble peiner à trouver une direction claire. Le vieux continent semble également en attente des annonces de Monsieur Powell, lors de la réunion des dirigeants des banques centrales (FED, Banque d’Angleterre et Banque centrale européenne) à Jackson Hole. Dû à la pandémie, elle se tiendra uniquement en ligne. Les Etats-Unis enfin, ont ouvert en ordre dispersé : l’indice NASDAQ continue son ascension dès l’ouverture, tandis que l’indice DJ Industrial peine à l’équilibre. SUISSE Après une ouverture en léger négatif, le marché suisse a repris quelques couleurs hier pour clôturer à +0.77%, conforté par des perspectives conjoncturelles en légère amélioration par rapport au mois dernier. Toutefois, toujours et encore, la prudence reste de mise auprès des investisseurs car le niveau des exportations demeure préoccupant et une embellie de ce secteur risque bien de se faire attendre.

  • Rebond Fragilisé

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Après un rebond né à la suite du plan de relance européen de 750 milliards ainsi que d’une politique monétaire accommodante de la Banque centrale européenne, l’effet semble malheureusement petit à petit s’estomper. Le procès-verbal de la dernière réunion de la BCE publié ce lundi indique clairement de nombreuses incertitudes quant à l’évolution à venir de l’économie européenne. Le manque de visibilité sur le développement de cette pandémie met de plus en plus les gouvernements sous pression. Cette vision semble d’autant plus inquiétante sachant qu’un certain nombre de mesures de soutien arrivent à échéance. Une augmentation des faillites ainsi que du chômage est donc redoutée. De plus, de l’autre côté de l’océan Atlantique, le ralentissement économique constaté ainsi que le lancement des conventions démocratiques et républicaines battant leurs pleins, rajoutant un degré d’incertitude qui, en règle générale, déplait aux investisseurs. MARCHÉ HELVÉTIQUE Le marché suisse a terminé la journée de mar-di sur une baisse de -0.75% à 10'231.25 pour le SMI. Du côté des entreprises, Crédit Suisse (-0.69%) a annoncé une vaste réorganisation de ses activités suisses en assimilant sa filiale Neue Aargauer Bank avec, malheureusement, un effet négatif sur l’emploi concernant jusqu’à 500 postes. Tous les titres du SMI sont dans le rouge avec comme principaux détracteurs, Adecco (-1.86%), Swisscom (-1.70%) et Lafar-geHolcim (-1.43%). DEVISES Sur le marché des changes, nous assistons encore en ce début de semaine à une forte volatilité du dollar américain. Ce dernier navigue entre 0.90 et 0.92 contre le franc suisse. Du côté des matières premières, le cours du pétrole est légèrement en hausse, poussé par les tempêtes dans le Golfe du Mexique. NICOLAS TERCIER Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 28

  • Positivisme sur les marchés

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Sous l’impulsion de la clôture de Wall Street de vendredi, les marchés asiatiques ont enregistré une journée positive. Tokyo gagnait lundi 0,28%. La flambée des entreprises du Nasdaq se répercutait timidement sur la bourse nipponne à forte pondération technologique également. Hong Kong réagissait plus fortement en bondissant de 1,74%. Sur le Vieux Continent, le CAC 40 se sentait également pousser des ailes. L’indice boursier parisien s’envolait à la mi-journée de plus de 2%. Le DAX faisait encore mieux puisqu’il progressait de 2,22% porté par les fleurons de son industrie chimique que sont Bayer et BASF. Outre-Atlantique, les marchés poursuivaient leur marche en avant. Après leur bond de vendredi, ils n’avaient pas l’air de vouloir s’arrêter en si bon chemin. En fin de journée, le Dow Jones grapillait plus de 1%. Apple, après avoir établi vendredi sa capitalisation à plus de 2'000 millards, s’appréciait encore de 1,07%. Le Nasdaq battait encore son plus haut historique et affirmait que les valeurs technologiques sont fortement recherchées. MARCHÉ SUISSE Ce lundi a été une journée radieuse également sur le marché suisse. En effet, le SMI avait le vent en poupe et augmentait de 0,88% à 10'308,39 points. L’ensemble des valeurs vedettes terminaient dans le vert avec parmi le peloton de tête les industries chimiques. Que ce soit le chimiste de la construction Sika (+1,13%) ou Lonza (+0,90%), nous remarquons que ces deux sociétés sont parvenues à tirer leur épingle du jeu malgré le contexte économique actuel. L’indice élargi, le SPI, grimpait de 0,84% à 12'832,24 points. AMS, fabriquant de microprocesseurs, profitait de la performance d’Apple de vendredi pour prendre 3,44% à 16,085 francs. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • Chiffres en berne

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les chiffres macroéconomiques concernant la santé de l’économie américaine publiés cette semaine semblent annoncer un nouveau ralentissement après la reprise récemment ressentie. En effet, les inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis pour la période du 9 au 15 août repassent la barre du million avec 1,1 million d’inscriptions. Il s’agit d’un chiffre supérieur aux attentes. De même en ce qui concerne l’indice des indicateurs avancés américains représentant la tendance économique américaine, il a progressé de 1,4%, mais bien en deçà des 3% en juin et des 3,1% en mai. Malgré ces annonces décevantes, la reprise inéluctable des cas de COVID-19 ainsi que le ton prudent de la Fed, les marchés, principalement tirés par les valeurs technologiques, continuent leurs hausses avec un nouveau record pour le Nasdaq. Cette situation semble fragile étant donné la décorrélation des marchés face à la réalité économique. MARCHÉ HELVÉTIQUE Le marché suisse termine la journée de vendredi sur une légère baisse de -0.11% à 10'218.2 pour le SMI. Du côté des entreprises, bonne nouvelle pour Novartis (+0.5%) qui a reçu de l’autorité sanitaire américaine FDA, l’homologation d’un médicament pour le traitement de la sclérose en plaques. De même concernant Cosmo Pharmaceuticals (+5.79%) avec l’homologation, cette fois de la Commission européenne, pour son bleu de méthylène. Les meilleures performances du jour sont réalisées par SGS (+0.64%), Geberit (+0.54%) et Sika (+0.52%). Principaux détracteurs, Roche (-1.08%), Richemont (-0.58%) et Adecco (-0.46%). DEVISES Sur le marché des changes et réagissant aux chiffres économiques américains décevants, nous avons assisté cette semaine à une forte volatilité du dollars américains. Ce dernier s’est même rapproché de 0.90 contre le franc suisse avant de reprendre quelques couleurs. Du côté des matières premières, après un pic à plus USD 2'000.-, l’or s’est stabilisé autour des USD 1’950.-. NICOLAS TERCIER Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 28

  • Ambiance mitigée

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Le compte rendu de la dernière réunion de la réserve fédérale a mis un bémol à l’envolée des indices boursiers. L’indice S&P500, composé des 500 plus grandes capitalisations cotées aux Etats-Unis battait des nouveaux records. Après la publication du compte rendu, la tendance s’est inversée, les craintes liées à la fragilité de la reprise économique sur fond de pandémie ont repris le dessus. Du côté du pétrole, les cours ont également été touchés. Ils ont cédé du terrain malgré une baisse des stocks de pétrole brut aux Etats-Unis pour la quatrième semaine consécutive. Sorties en cours de journée, les demandes d’allocations chômage pour la semaine aux Etats-Unis ont augmenté à 1.1 millions alors les analystes tablaient sur 923'000 demandes d'allocations. MARCHÉ HELVÉTIQUE En Suisse, le commerce extérieur a continué son amélioration en juillet avec une hausse de +1.1% à 17.7 milliards de francs. Les chiffres de juin étaient certes plus importants avec +7.4%, la croissance reste cependant positive. Les importations ont augmenté de +2.5%, la balance commerciale affichait un excédent de 2.6 milliards. Le recul des exportations horlogères a ralenti, la baisse n’était que (!) de 17% en juillet. La Fédération de l'industrie horlogère veut rassurer et souligne que cette baisse a été deux fois moins marquée qu’en juin. Le SMI clôture la journée avec -0.78% à 10’229 points. Les meilleures performances du jours sont Swiss Life (+1.48%) et Roche (+0.39%). Les principaux détracteurs sont Alcon (-3.55%) et Swatch Group (-2.73%). Enfin, pour ce qui est du marché des devises, un euro se négocie à 1.0773 (-0.54%) franc et un dollar américain s’échange à 0.9086 (-0.66%) franc. MATTHIAS NEUBRAND Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 37

  • Magie chinoise !

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les marchés ne profitent pas des bons chiffres provenant des Etats-Unis, notamment ceux des nouveaux logements ainsi que ceux des détaillants Walmart et Home Depot qui ont bénéficié d’excellentes ventes en ligne. Les intervenants se focalisent sur les tensions sino-américaines suite au report des discussions entre les deux superpuissances. Les effets de la pandémie se font cruellement sentir dans certains secteurs, notamment pour les chaînes de grands magasins. En effet, après les annonces de Manor dans notre pays, c’est au tour des britanniques Marks and Spencer de supprimer 7'000 emplois. Les chiffres officiels chinois concernant le coronavirus sont pour le moins étonnants avec seulement 22 nouveaux cas dans les dernières 24 heures et aucun décès. Ceux-ci se montent à 4'634 pour 84'871 cas depuis le début de la pandémie alors que l’Allemagne a confirmé 225'404 cas pour 9'236 morts... Un de mes anciens professeurs de mathématiques m’avait dit que la comptabilité est une addition de chiffres faux et je me demande si ce n’est pas un adage chinois ! MARCHÉ HELVÉTIQUE Notre indice a suivi la tendance générale avec un recul de 0,58% à 10'168 points. Nestlé termine quasiment inchangé suite au rachat de la société américaine IM Healthscience par sa filiale Nestlé Health Science. Malgré une chute des ventes de plus de 10%, Geberit a limité les dégâts en parvenant même à améliorer sa marge opérationnelle. L’action du groupe saint-gallois a terminé la séance sur un léger gain de 0,15% à 520.20 francs. Parmi les gagnants on trouve également Swisscom, Swiss Life et Swiss Re. Du côté des perdants on retrouve les valeurs bancaires avec CS qui abandonne 2,04% et UBS qui lâche 1,3%. Néanmoins, la pire performance est réalisée par Alcon avec un recul de 3,71%. DEVISES Le dollar s’oriente gentiment mais sûrement vers une cotation sous la barre de 0,90 contre notre monnaie (-0,35% à 0,9030), Par contre, l’euro est stable à 1,0772). STEPHANE PEREY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 34

  • Une semaine pour pas grand chose

    MARCHES INTERNATIONAUX Le Président Donald Trump peut enfin se réjouir d’un succès en diplomatie internationale. Vu ses compétences et sa propension aux compromis et aux discours apaisés, cette entremise entre Israël et les Emirats arabes unis tient presque du miracle. Cependant, il faut rendre à César ce qui est à César et le poids des américains dans cet accord de paix est tout sauf sans importance. Probablement que les affinités idéologiques entre Donald Trump et Benyamin Netanyahou ont fortement « aidé » les israéliens à trouver un accord avec les émiratis. Finalement, ce succès en politique extérieure permet au candidat Trump de redorer sa personne quelque peu. D’une manière générale, les marchés internationaux souffrent du peu de volume de transactions. Les vacances du mois d’août en plus d’une prudence de mise ne permettent pas aux bourses d’avoir une tendance bien affirmée. La baisse des nouvelles demandes d’allocations chômage aux Etats-Unis semble anecdotique tant la situation reste tendue et difficile. La saison des résultats semestriels pour les entreprises bat son plein et malheureusement ce qui était à craindre se produit, les chiffres sont dans l’ensemble plutôt mauvais. Reste à savoir quelle sera la réaction des investisseurs à la rentrée. MARCHE SUISSE Le manque d’impulsions positives, les doutes sur la découverte rapide d’un vaccin anti COVID, ainsi que les résultats des entreprises en net recul ne permettent pas à notre bourse de s’orienter vers la hausse. A quelques encablures de la clôture, le SMI est en baisse de 1,02 % à 10’155 points et revient pratiquement sur le même niveau que lundi à son ouverture. Une des seules bonne nouvelle est la petite hausse de l’action Swiss Life, dans un contexte de marché négatif. L’action se hisse vers les 355 francs. Pratiquement tous les autres titres du SMI sont en recul. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9105 et l'euro s'échange à CHF 1,0755. MARCO LEVIS Gestion de fortune - Bulle 026 919 24 30

  • Equilibre précaire

    MARCHES INTERNATIONAUX A juste titre, tout tourne autour de la pandémie du COVID19 et ses conséquences sur le plan humain et économique. Mercredi soir, Wall Street clôture en hausse de 1,05 % sur fond d’espoir lié à la création rapide d’un vaccin et d’un accord entre les partis républicain et démocrate pour un accord sur un plan de relance économique. En ce moment, c’est plutôt l’or noir qui prend de la valeur que l’or jaune. C’est vrai que l’on ne les utilise pas de la même manière. Les stocks de brut ayant baissés aux USA, les prix restent donc sur un trend haussier. Concernant l’or, la problématique est différente du fait que ce n’est pas uniquement la consommation qui fait monter les prix mais bien plus la spéculation. La nomination de Mme Kamala Harris comme colistière par le candidat Joe Biden sera peut-être l’atout qui permettra aux démocrates de remporter l’élection présidentielle 2020. En tous cas, Donald Trump sent la tension monter et devient de plus en plus agressif dans ses propos qui sont, comme à son habitude, toujours aussi recherchés. Malheureusement pour le peuple américain, il semble bien plus concentré sur sa personne que sur le bien-être de l’ensemble de ses concitoyens. Le fait d’en faire systématiquement une affaire personnelle l’empêche de trouver des compromis et l’économie US en souffre de plus en plus. MARCHE SUISSE Une pléthore de résultats de sociétés ont alimenté la séance boursière de cette journée. L’indice SMI commence la séance en zone rouge pour se reprendre en cours de matinée. Dans l’après-midi, il se cherche quelque peu et à quelques minutes de la clôture, le SMI est en très légère perte de 0,15 % à 10’262 points. Zurich Insurance recule de 2,71 % à la suite de la publication de ses chiffres semestriels. Cependant, il a amorti l’entier des coûts liés au coronavirus sur la première partie de l’année. Le groupe maintient ses objectifs annuels. A l’opposé, Swiss Life, malgré un bénéfice en recul de 13 %, est en hausse de 1,72 %. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9105 et l'euro s'échange à CHF 1,0780. MARCO LEVIS Gestion de fortune - Bulle 026 919 24 30

  • Rumeur quand tu nous tiens

    MARCHES INTERNATIONAUX Les russes ont été les premiers à aller dans l’espace, mais ce sont les américains qui ont été les premiers sur la lune. Peut-être qu’une certaine analogie se produira à nouveau avec la recherche du vaccin contre le COVID19. Des russes annonçant in primis avoir trouvé un vaccin (non testé) et finalement les américains qui auront les premiers un vaccin (testé) à disposition des populations mondiales. En tous cas, les bourses marchent essentiellement à la rumeur. Mardi soir, Wall Street évoluait en hausse une grande partie de la séance, sur des espoirs de vaccin russe et d’un accord sur un énième plan de relance US, pour finalement terminer sur une consolidation en légère baisse de 0.38 %. Conséquence immédiate, la correction à la baisse du prix du métal jaune. Les spéculateurs doivent toujours avoir à l’esprit que d’abord l’or ne distribue aucune rétribution, puis qu’il s’agit bien d’une valeur refuge. Cependant, on peut légitimement penser que les beaux jours ne sont probablement pas encore terminés. Le Royaume-Uni enregistre la pire récession de son histoire au 1er semestre avec un très fort recul de 20,40 % de son économie. Peut-être que les britanniques vont regretter une Union Européenne qu’ils ont voulus quitter, malheureusement pour eux, trop tôt. MARCHE SUISSE En matinée, notre marché helvétique évolue cahin-caha, toutefois avec de plus en plus d’entrain au fur et à mesure que la journée se déroule. A quelques minutes de la clôture, le SMI est en hausse de 1,25 % à 10’280 points. Les bancaires qui ont longtemps été mises de cotés se reprennent avec les actions CS et UBS qui effectuent parmi les meilleures performances de l’indice. Le titre CS est en hausse de 2,24 % et UBS gagne 0,97 %. Tous les titres du SMI sont en hausse, emportés par l’optimisme de cette journée. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9135 et l'euro s'échange à CHF 1,0750. MARCO LEVIS Gestion de fortune - Bulle 026 919 24 30

  • Reprise es-tu là ?

    MARCHES INTERNATIONAUX On constate de plus en plus une volonté marquée de retrouver une normalité dans la consommation des biens et services. En Chine, le marché automobile se reprend en juillet avec une forte progression des ventes sur un an à + 7,9%. L’empire du Milieu semble en avance sur le reste du monde avec des prémices de reprise économique plus concrètes que dans le reste du monde. Cependant, tout reste très fragile et les pays occidentaux sont encore aux prises avec les conséquences du confinement précédent cet été. Les marchés internationaux s’accrochent aux moindres nouvelles positives qui peuvent ou pourraient soutenir un sursaut de l’économie mondiale. Toutefois, la consommation s’exerce de plus en plus localement avec nettement moins de déplacement de population. Les destinations de vacances souffrent du manque de touristes et cela va se ressentir sur les PIB futurs. En conséquence et heureusement, nous pouvons redécouvrir notre beau pays et consommer localement. En Grande-Bretagne, la précarité gagne du terrain avec un marché de l’emploi à la peine. A contrario, en Allemagne le moral des investisseurs est au plus haut avec l’espoir d’une reprise rapide, après le choc de la pandémie mondiale. Cet espoir est le fruit d’une production industrielle et des exportations en forte hausse sur le mois de juin. MARCHE SUISSE Notre bourse helvétique poursuit sa reprise avec un SMI qui à quelques encablures de la cloche est en hausse de 0.39 % à 10’130 points, tout en ayant titillé la barre des 10'200 points durant la séance. Le titre Lonza est le perdant de la séance avec un recul sous la barre des 550 francs et plus de 3 % de baisse. Aujourd’hui, c’est le secteur du luxe qui est à la fête avec Swatch et Richemont qui grimpent de près de 3 %. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9115 et l'euro s'échange à CHF 1,0750. MARCO LEVIS Gestion de fortune - Bulle 026 919 24 30

  • Résilience

    MARCHES INTERNATIONAUX Les intervenants s’accrochent à tout ce qui leur permet de penser que l’économie ne peut qu’aller mieux. Les plans de relancent se multiplient aux quatre coins de la planète et les banques centrales inondent le monde de billets de banque. Aux USA, le Président Trump brandit à nouveau ses armes favorites. Soit, les sanctions économiques envers ses « partenaires » commerciaux et les décrets, au niveau interne, faute de consensus. Cependant, vu le contexte économique mondial actuel, personne ne fait trop la fine bouche et toutes les mesures qui peuvent ou pourraient favoriser la consommation sont acceptées, sans trop se poser de questions sur les conséquences à moyen et long terme. En outre, le « Chacun pour soi et Dieu pour tous » est la maxime en vogue, en ce moment. La solidarité entre pays reste une chimère et au niveau individuel, la grogne gagne du terrain. Au Royaume-Uni, une entreprise sur trois pense devoir supprimer des emplois au 3ème trimestre de cette année. Le Brexit qui doit encore se concrétiser définitivement ne fait qu’ajouter de l’incertitude aux britanniques. Les investisseurs se posent des questions sur la suite et cette réflexion se reflète sur le niveau élevé du prix de l’or qui est stablement au-dessus des 2'000 USD l’once. Aussi, la réduction de la production d’or noir permet au prix du brut de continuer sa reprise à la hausse. MARCHE SUISSE Notre bourse suisse navigue sans cap et à vue. Le manque d’intervenants couplé aux incertitudes actuelles ne permet pas à notre SMI de progresser. A quelques minutes de la cloche, l’indice est presque à l’équilibre en légère hausse de 0,07 % à 10’075 points. Les bancaires sont à la fête avec CS qui repasse la barre des 10 francs. UBS consolide son titre au-dessus des 11 francs. Alcon a la vue qui se trouble aujourd’hui et subit une baisse sous la barre des 56 francs. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9140 et l'euro s'échange à CHF 1,0770. MARCO LEVIS Gestion de fortune - Bulle 026 919 24 30  

  • Voyons le verre à moitié plein

    MARCHES INTERNATIONAUX Dans le climat actuel, il y a quand même quelques nouvelles encourageantes. Citons la consommation qui repart, notamment en Suisse mais aussi dans le reste du monde. Certes la tendance n’est pas aux grands achats, mais une petite embellie se dessine quand même. Pour citer Lafontaine, les cigales continuent à pleurer, mais les fourmis continuent à bosser. Les chiffres de l’emploi publiés ce jour aux Etats-Unis montrent un chômage en baisse plus forte que prévue. Les banques internationales se montrent prudentes et prévoyantes, car l’heure est à la création de provisions en milliards pour faire face à d’éventuels défauts de paiement. A souligner que nos banques suisses font plutôt partie des bons élèves. Aux Etats-Unis, malgré des négociations difficiles entre les Républicains et les Démocrates, il faudra bien trouver un accord sur un plan de relance de l’économie. A quelques mois des élections américaines, Monsieur Trump ne peut pas se permettre de laisser les choses en l’état et il a déjà brandi la menace du bâton « décret » qui lui permettrait de passer outre les décisions du Congrès. Le fameux bâton décret vient d’ailleurs d’être utilisé, en interdisant toute transaction avec les applications TikTok et WeChat d’ici 45 jours. Ces sociétés sont soupçonnées de faire des chinoiseries en cachette. Elles sont donc sommées de céder leurs activités US à des sociétés américaines, plus fiables, car il est bien connu que les Etats-Unis eux n’espionnent personne. BOURSE SUISSE A quelques minutes de la cloche, la bourse suisse progresse de 0,30% à 10'097 points pour l’indice phare SMI. Alcon figure dans le peloton de tête avec un gain de 1,44% à 56,30 francs. Nos deux grandes banques sont dans le rouge, à l’image de Crédit suisse qui perd 0,45%. DEVISES Contre franc suisse, 1 dollar vaut 0,9130 franc et 1 euro 1,0760 franc. FRANCIS CORPATAUX Gestion de fortune – Bulle 026 919 24 43

  • La BNS veille

    MARCHES INTERNATIONAUX La Banque nationale suisse (BNS) joue pleinement son rôle de gardien des finances helvétiques. Les résultats sous influence de la pandémie continuent à jouer au yoyo. Elle a pu annoncer un bénéfice au premier semestre qui a ainsi effacé une perte de 38,2 milliards au premier trimestre. Les réserves en devises ont péjoré le résultat, alors que l’or a permis de dégager d’importants bénéfices. Comme ce métal précieux est au plus haut de tous les temps, on peut essayer de deviner quel serait le bénéfice si la BNS n’en avait pas vendu des tonnes, à l’image des autres banques centrales. Ne chipotons pas et saluons l’engagement de la BNS qui a accordé des prêts gagés aux banques suisses pour plus de 10 milliards, afin que ces dernières puissent soutenir sans risques les entreprises en difficultés avec le coronavirus. Une action cotée en Suisse qui reprend des couleurs c’est bien AMS, unanimement recommandée par les courtiers. Ce producteur autrichien de semi-conducteurs arrive à tirer son épingle du jeu et se montre prudemment confiant pour la suite. Il comptera toujours sur les commandes de son grand client Apple qui a annoncé de solides résultats. La marque à la pomme semble avoir la pêche, se jouant des perturbations provoquées par la pandémie. Signalons également qu’AMS, en collaboration avec Midge Medical, fait des essais pour un test de dépistage virus en format de poche qui livrerait les résultats sur téléphones portables dans un délai d’un quart d’heure. BOURSE SUISSE A quelques minutes de la cloche, la bourse suisse perd 0,41% à 10'057 points pour l’indice phare SMI. Adecco est en tête des rares hausses avec un gain de 0,25% à 44,70 francs, après l’annonce de ses résultats démontrant une amélioration progressive des recettes. Encore une séance de baisse pour Swiss Ré qui perd 1,71% à 70,08 francs. DEVISES Contre franc suisse, 1 dollar vaut 0,9110 franc et 1 euro 1,0780 franc. FRANCIS CORPATAUX Gestion de fortune – Bulle 026 919 24 43

  • Il faut tenir

    MARCHES INTERNATIONAUX La pandémie continue à peser de tout son poids sur notre vie de tous les jours. Au niveau sanitaire la prudence reste de mise. Au niveau économique, certains secteurs souffrent plus que d’autres, notamment pour Dufry avec ses boutiques dans les aéroports désertés. L’entreprise essaye de tenir le coup en gardant les pieds sur terre, même si en fait elle vit des activités du ciel. Une autre action qui retient l’attention, active dans la consommation cette fois, c’est le boulanger industriel Aryzta qui semble intéresser des acheteurs potentiels. L’entreprise est en difficultés et ce n’est pas le brave artisan boulanger qui fait des croissants frais au beurre qui se plaindrait de sa disparition. Situation paradoxale pour Aryzta qui rêve de voir sa situation se dégeler, alors que c’est le grand spécialiste des produits surgelés. Dans les choses qui vont « trop » bien, citons l’or qui a enfoncé le plafond historique de 2000 dollars l’once. Du jamais vu et certains prédisent 3000 dollars comme prochain objectif, mais prudence et gare aux phénomènes de mode. Pour rappel, l’or valait environ 1837 dollars en 2011 et l’on prédisait qu’il allait dépasser les 2000 dollars, ce qu’il n’a jamais fait… jusqu’à ce jour. Au contraire, il est retombé à 1100 dollars environ fin 2015 et il a fallu un événement extraordinaire et historique comme la pandémie pour lui faire dépasser enfin les 2000 dollars aujourd’hui. Alors quand on prédit les 3000 dollars, c’est possible, mais avec du temps et beaucoup, beaucoup de patience. Mais justement… l’or a le temps. BOURSE SUISSE A quelques minutes de la cloche, la bourse suisse perd 0,49% à 10'112 points pour l’indice phare SMI. Adecco clôture en hausse avec un gain de 2,01% à 44,72 francs. Petit coup de mou pour les Blue chips qui perdent environ 1% en moyenne, à l’image de Novartis qui perd même 1,34%. DEVISES Contre franc suisse, 1 dollar vaut 0,9060 franc et 1 euro 1,0770 franc. FRANCIS CORPATAUX Gestion de fortune – Bulle 026 919 24 43

  • Il faut consommer

    MARCHES INTERNATIONAUX La philosophie a totalement changé par rapport aux surfaces commerciales. Les entreprises frileuses par rapport au télétravail sont en train d’encourager cette méthode de travail. Du coup, elles auront moins besoin de surfaces de bureau ou en tout cas des surfaces moins grandes. Par voie de conséquence, les prix des loyers de bureau baissent. Etonnant de constater que dans certains pays comme la France par exemple, la consommation des ménages augmente, au point que les dépenses de juin ont été plus fortes qu’avant la crise. En parlant de consommation, une société qui se porte comme un charme c’est Nestlé. Le courtier JPMorgan a d’ailleurs relevé l’objectif de cours de l’action à 123 francs, ce qui représenterait un plus haut de tous les temps, contre environ 108 francs actuellement. A noter toutefois que c’est surtout le secteur de produits pour animaux qui participe le plus à la croissance actuelle. Sans vouloir être cynique, cela devrait continuer, quand on voit le comportement bête d’une partie des êtres dit humains face à la pandémie. L’horloge du temps continue son chemin pour Monsieur Trump qui se bat pour assurer sa réélection. Cela dit une horloge en particulier l’agace qui fait Tik Tok avec un accent chinois. La Maison blanche veut lui couper le sifflet, en faisant éventuellement racheter la branche américaine par Microsoft, mais pas sûr que la tactique soit payante. BOURSE SUISSE A quelques minutes de la cloche, la bourse suisse baisse de 0,81% à 10'147 points pour l’indice phare SMI. Autant tous les titres étaient dans le vert hier, autant le rouge est de mise pour cette séance. Une exception l’action UBS qui termine en hausse de 1,10% à 11,01 francs. SGS est en forte baisse de 3,13% à 2'383 francs, l’actionnaire de référence la famille von Finck a décidé de vendre le solde de ses parts dans la société. DEVISES Contre franc suisse, 1 dollar vaut 0,9160 franc et 1 euro 1,0766 franc. FRANCIS CORPATAUX Gestion de fortune – Bulle 026 919 24 43

  • Drôle d'époque

    MARCHES INTERNATIONAUX Nous vivons une époque extraordinaire et même nos anciens ne peuvent pas nous conseiller, car cette expérience de coronavirus est inédite. Certes, en 1918 il y a eu la grippe dite espagnole, appelée ainsi bien que les premiers cas soient apparus aux Etats-Unis, mais cela date de plus de 100 ans. A l’époque la médecine n’était pas aussi performante qu’aujourd’hui et surtout on ne prenait pas l’avion comme la bicyclette. Beaucoup se demandent comment font les bourses mondiales pour résister à ce choc tant sanitaire qu’économique. Il faut se rappeler que les principaux détenteurs d’actions sont les grands fonds de placements et les caisses de pensions, investisseurs plutôt stables dans leurs décisions. Seulement ou heureusement ils sont limités dans leur répartition du patrimoine et ne peuvent pas mettre tous les œufs dans le même panier, que le panier s’appelle bourse ou immobilier. Un véhicule de placement qui a peut-être été négligé par ces grands investisseurs c’est l’or et ce dernier vient se rappeler à nos souvenirs. A l’époque, il était de bon ton de mettre 10% de son portefeuille en or, puis c’est tombé à 5% et finalement plus rien, même les banques centrales ont vendu des tonnes d’or. Les investisseurs ont peut-être oublié ce métal précieux mais lui a suivi nos vies en estimant qu’avec le petchi que nous vivons il était temps de redevenir tendance, donc son prix est au plus haut de tous les temps. BOURSE SUISSE A quelques minutes de la cloche, la bourse suisse progresse de 2,50% à 10'256 points pour l’indice phare SMI. Un optimisme prudent semble être de retour et tous les titres terminent dans le vert, avec des gains de plus de 3% pour certains. ABB figure dans le peloton de tête avec un gain de 4,13% à 23,71 francs, également Sika avec une progression de 3,49% à 207,60 francs. DEVISES Contre franc suisse, 1 dollar vaut 0,9230 franc et 1 euro 1,0820 franc. FRANCIS CORPATAUX Gestion de fortune – Bulle 026 919 24 43

  • L’or respire, et poursuit la hausse

    MARCHÉS INTERNATIONAUX En Espagne, le taux de chômage est monté à 15.3% au deuxième trimestre contre 14.4% au premier. 800'000 postes ont disparu, surtout dans les services et l’industrie touristique. La reprise du tourisme laissant à désirer, les chiffres du troisième trimestre ne réjouiront certainement pas non plus. L’or respire un peu, phénomène de courte durée en début de séance, avant de reprendre du poil de la bête. Il ne touchera cependant pas les 2'000 dollars l’once ce jour là à la clôture des marchés européens. Le métal jaune s’est envolé de plus de 31% depuis son point le plus bas cette année. Ceci s’explique par plusieurs facteurs ; la baisse du dollar, les tensions entre les Etats-Unis et la Chine, les taux d’intérêt bas et les craintes d’un retour de l’inflation. Du côté des sociétés, McDonald’s a vu son chiffre d’affaires baisser de 30% et son bénéfice net s’écraser de 68% au deuxième trimestre, le groupe l’explique dans son communiqué par « une activé limitée et des changements de comportement des consommateurs à la suite du Covid-19 ». Le fabricant des post-it, 3M a également publié ses chiffres du deuxième trimestre. Le chiffre d’affaire a reculé de 12% malgré une hausse des ventes de masque et de produits de nettoyage. Le bénéfice net était en hausse de 14% sur la même période, ce qui n’a pas réjoui car les analystes tablaient sur un bénéfice par action de 1.80 au lieu des 1.78 dollars annoncés. MARCHÉ HELVÉTIQUE La banque zurichoise Vontobel a publié ses résultats semestriels. Le produit d’exploitation est en baisse de 0.4% et le bénéfice net en recul de 1.4% par rapport à la même période que l’année passée. Le groupe reste toutefois confiant dans cet « environnement difficile » et « extraordinaire ». Le SMI clôture la journée avec +0.05% à 10’277 points. MATTHIAS NEUBRAND Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 37

  • Oeil pour oeil

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La semaine se termine dans un environnement tendu, trois jours après la décision des Etats-Unis de fermer le consulat de Chine à Houston dans le Texas, sur des accusations d’espionnage. La Chine a répliqué en demandant la fermeture du consulat américain de la ville de Chengdu. Contrairement à l’administration Trump qui avait donné 72 heures aux diplomates chinois pour plier bagage, Pékin n’a pas énoncé de délai. De ce fait, les places financières ont terminé en forte baisse. Hong-Kong a chuté de 2,19% et Shanghai a plongé de 3,9%. En fin d’après-midi, l’indice DJ Eurostoxx 50, indice regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, s’affaiblit de 1,77%. De l’autre côté de l’Atlantique, l’indice Dow Jones Industrial Average ouvre la séance sur une notre négative, tiré vers le bas par Intel, dont le titre s’effondre de plus de 15%, après l’annonce que ses processeurs gravés en 7 nm ne sortiront pas avant 2022. MARCHÉ SUISSE Nos indices helvétiques ont terminé la journée dans le rouge. Le Swiss Market Index perd 1,63% et l’indice élargi Swiss Performance Index recule de 1,74%. Du côté des sociétés, Lonza a publié pour le compte du premier semestre un chiffre d’affaires en progression de 3,3% à 3,07 milliards et un bénéfice net en augmentation de plus d’un cinquième à 478 millions de francs. Le chimiste et sous-traitant de l’industrie pharmaceutique poursuit son recentrement dans le domaine de la santé, avec la mise en vente de sa subdivision Speciality Ingredients. Schindler a enregistré un recul du chiffre d’affaires de 8,7% à 4,96 milliards, ainsi qu’une chute de 28,2% du bénéfice net à 313 millions de francs. Dans le cadre d’un programme d’économies lancé en raison de la crise sanitaire du coronavirus, le fabricant lucernois d’ascenseurs et d’escaliers mécaniques annonce prévoir la suppression de 2'000 postes au niveau mondial, et ceci durant les deux prochaines années. Julius Bär a relevé plusieurs de ses objectifs de cours. ABB voit le sien passer de 23 francs à 27 francs et le développeur de logiciels bancaires Temenos voit son cours cible augmenter de 20 francs à 140 francs. JEROME DOUGOUD Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 24

  • Roche déçoit

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La bourse de Tokyo a terminé la séance de vendredi en baisse sur fond d’escalade des tensions sino-américaines. L’indice Nikkei 225 perd ainsi 0,58% à 22'751,61 points alors que les bourses chinoises de Shanghai et Shenzhen résistent mieux avec des reculs respectifs de 0,24% et 0,02%. En Europe, les principales places boursières évoluent proches de l’équilibre et, en fin d’après-midi, l’indice DJ Eurostoxx 50 des valeurs les plus importantes cotées en euros enregistre un gain de 0,03% à 3'371.74 points. A New York, Wall Street ouvre en baisse en réaction notamment à une hausse des inscriptions hebdomadaire au chômage, la première depuis la décrue entamée début avril. Après avoir atteint mercredi son plus haut niveau en neuf ans, l’or continue de susciter l’intérêt des investisseurs soucieux de préserver leur épargne. En effet, les annonces successives de programmes de relance économique et de stimuli monétaires ou fiscaux font craindre aux détenteurs de capital une explosion de la dette mondiale et une perte de valeur des principales monnaies. MARCHÉ SUISSE L’indice Swiss Market Index (SMI) recule de 0,53% à 10'383.38 points, pénalisé par mauvaise performance de Roche (-3,13%) suite à la publication de ses résultats au deuxième semestre. Le groupe bâlois a en effet vu son chiffre d’affaires reculer de 4% sur la période en raison notamment de la baisse du nombre de consultations et d’hospitalisations hors Covid-19. Autre perdant du jour, Swiss Re (-3,61%) publie des résultats préliminaires décevants en raison des coûts et provisions liés à l’épidémie de coronavirus. Sur le marché élargi, l’indice Swiss Performance Index (SPI) perd 0,35% à 12’870.97 points. Malgré une chute des commissions tirées des cartes de crédit au premier trimestre, Cembra Money Bank (+5,59%) publie un résultat positif au premier semestre grâce à l’acquisition de Cashgate, consolidé depuis septembre. DEVISES Le franc suisse reste stable face à la monnaie unique à 1,0748 francs pour un euro. Contre le billet vert, la monnaie helvétique continue de s’apprécier à 0,9256 franc pour un dollar. JULIEN YERLY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 78

  • Marché en consolidation

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les marchés asiatiques ont connu des fortunes diverses. Hong-Kong a chuté de 2,25% et Shanghai a grapillé 0.37%. A la Bourse tokyoïte, pour son dernier jour de cotation avant deux jours fériés, l’indice vedette Nikkei 225 a fini en baisse de 0,58%. Le constructeur automobile Toyota a annoncé prévoir dès le mois d’août un retour à la normale de sa production dans ses 15 usines japonaises. De l’autre côté de l’Atlantique, l’indice Dow Jones Industrial Average ouvre la séance sur une tendance stable avant de connaître les chiffres trimestriels du géant de l’informatique Microsoft. MARCHÉ SUISSE Nos indices helvétiques ont terminé la journée proche de l’équilibre. Le Swiss Market Index s’allège de 0,05% et l’indice élargi Swiss Performance Index prend 0,07%. A la suite de la baisse de fréquentation de ses points de ventes due au confinement, l’exploitant de kiosques et de commerces de proximité Valora a vu au premier semestre 2020 ses ventes chuter de 19% à 815,6 millions de francs. Ceci a conduit le groupe à une perte de 15,9 millions de francs. Sur la même période, le gestionnaire de fortune EFG International a communiqué des résultats en progression. Le bénéfice net a augmenté de 10,5% sur un an à 34,8 millions de francs et l’afflux d’argent net s’est inscrit à 4,2 milliards de francs. ABB a publié ses résultats pour le deuxième trimestre 2020. Le conglomérat industriel zurichois a fait nettement mieux qu’attendu. Les entrées de commandes sont montées à 6,05 milliards de dollars et le bénéfice net à 319 millions. Ce jeudi nous suivrons les publications de résultats de nombreuses sociétés, dont le groupe pharmaceutique bâlois Roche et le chimiste de la construction Sika. Credit Suisse a relevé plusieurs de ses objectifs de cours. Le fabricant d’arômes et de parfums Givaudan voit le sien passer de 2'500 francs à 3'100 francs avec une recommandation inchangée à sousperformer et au lendemain de ses résultats, UBS voit son cours cible augmenter de 50 centimes à 14,50 francs avec la mention surperformer. JEROME DOUGOUD Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 24

  • UBS rassure et Novartis déçoit

    Marchés internationaux Les grandes bourses asiatiques ont terminé dans le vert mardi, surfant sur de nouveaux espoirs de vaccins contre le coronavirus et bénéficiant de l’annonce d’un projet du géant du paiement en ligne Ant Group, proche du mastodonte chinois du commerce électronique Alibaba, pour une double introduction en Bourse à Hong Kong et Shanghai. A Tokyo, le Nikkei s’est ainsi enrobé de 0,73% à 22'884,22 points et les gains ont été encore plus élevés à Hong Kong ou l’indice Hang Seng s’est apprécié de 2,31% à 25'635,66 points. À Wall Street, Coca-Cola a annoncé un bénéfice net attribuable aux actionnaires en recule, à USD 1,78 milliards (41 cents/action) contre USD 2,61 milliards (61 cents/action) un an auparavant. Les volumes unitaires ont chuté de 16% avec les mesures de confinement qui ont plombé l’activité habituellement réalisée auprès de partenaires tels que McDonald’s ou AMC Entertainment Holdings.   Marché suisse À la bourse suisse, la journée était animée par la publication des résultats semestrielles de plusieurs sociétés dont UBS, qui malgré la constitution de nouvelles provisions pour risques de crédits, a dépassé les attentes en enregistrant un bénéfice net de USD 1,23 milliard, en baisse de 11,5% sur un an. En raison de l’incertitude engendré par la crise sanitaire, il faut tabler sur des provisions pour crédits élevées au second semestre, mais en dessous de celles enregistrées au premier semestre, précise la grande banque. Cependant, la majorité de l’exposition aux crédits est en Suisse ou dans la gestion de fortune, soit de bonne qualité. Les opérateurs ont bien accueilli ses nouvelles et le titre s’est enrobé de 2,62% à CHF 11,56. À l’inverse, le géant pharmaceutique Novartis a publié des résultats décevants avec notamment un chiffre d’affaires en baisse de 4% entre avril et fin juin, pénalisé par un recul de 11% des recettes de son unité génériques et biosimilaires Sandoz. En conséquence, le titre a été boudé par les investisseurs et a terminé la journée en queue de classement, en baisse de 1,92% à CHF 81,12.Sur la marché élargi, Lindt & Sprüngli (nominative -4% ; porteur -4,35%) a vu ses résultats sérieusement amputés à cause de la pandémie de coronavirus au premier semestre avec le sabotage de la très importante période de Pâques. La direction s’attend à un repli des ventes sur l’ensemble de l’année. David Hartmann Gestion de Fortune 026 350 74 29

  • Regards tournés vers Bruxelles

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La bourse de Tokyo a terminé la séance de vendredi en baisse, impactée de manière négative par le nombre record de nouveaux cas quotidiens de Covid-19 enregistrés dans la capitale japonaise. L’indice Nikkei 225 perd ainsi 0,32% à 22'696,42 points alors que les bourses chinoises de Shanghai et Shenzhen enregistrent des gains respectifs de 0,13% et 0,69%, soutenues par la publication jeudi d’une croissance de 3,2% du produit intérieur brut (PIB) chinois au deuxième trimestre après la baisse d’activité de 6,8% enregistrée sur les trois premiers mois de l’année. En Europe, tous les regards sont tournés vers Bruxelles où se réunissent les dirigeants des vingt-sept pays de l’Union européenne (UE) pour s’accorder sur le plan de relance de 750 milliards d’euros crucial pour l’économie européenne. Dans ce contexte, les principales places boursières du Vieux Continent évoluent proches de l’équilibre et, en fin d’après-midi, l’indice DJ Eurostoxx 50 des valeurs les plus importantes cotées en euros enregistre un gain de 0,01% à 3'365.60 points. Aux Etats-Unis, l’indice de confiance des consommateurs calculé par l’Université du Michigan s’affiche en baisse de près de 5 points à 73.2 pour le mois de juillet alors que les économistes tablaient sur un niveau de 79 points, preuve s’il en faut que la confiance des consommateurs reste dépendante de la situation sanitaire en Amérique du Nord. MARCHÉ SUISSE L’indice Swiss Market Index (SMI) recule de 0,22% à 10'410.52 points, lesté par la mauvaise performance des valeurs cycliques et financières. Sur le marché élargi, l’indice Swiss Performance Index (SPI) perd 0,10% à 12’880.80 points. Le grossiste en médicaments et exploitant de pharmacies Zur Rose fait partie des gagnants. Le titre du groupe thurgovien s’apprécie de 2,44% à 294 francs dans le sillage de l’acquisition de l’allemand Teleclinic et de la publication des détails de son augmentation de capital. DEVISES Le franc suisse reste stable face à la monnaie unique à 1,0739 francs pour un euro. Contre le billet vert, la monnaie helvétique s’apprécie à 0,9393 franc pour un dollar. JULIEN YERLY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 78

  • Espoirs d'un vaccin

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La société biotechnologique Moderna Therapeutics a annoncé dans la nuit de mardi à mercredi avoir obtenu des résultats prometteurs pour un vaccin expérimental contre le Covid-19. Dès la fin juillet, elle va entrer en phase trois de ses essais cliniques, avec la participation de trente mille personnes. La moitié d’entre elles recevront une dose de 100 microgrammes et les autres un placebo. Cette information encourageante rend les investisseurs euphoriques. Au Japon, l’indice vedette Nikkei 225 a fini sur un gain de 1,59%, porté par le constructeur automobile Nissan qui a pris 7,25%, après avoir dévoilé un nouveau modèle 100% électrique, qui sera le crossover Ariya. En fin d’après-midi, le DJ Eurostoxx 50, indice regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, monte de 1,71% et de l’autre côté de l’Atlantique, Wall Street ouvre sur une note positive, aidé par les résultats trimestriels meilleurs qu’attendus de la banque d’affaire Goldman Sachs. MARCHÉ SUISSE Nos indices helvétiques ont terminé la journée en forte hausse. Le Swiss Market Index prend 1,95% et l’indice élargi Swiss Performance Index progresse de 2,14%. Du côté des sociétés, le fabricant de solutions d’assemblage et de fixation Bossard a enregistré des ventes de 399,4 millions sur les six premiers mois. Celles-ci sont en repli de 11,4% sur un an, mais cela reste malgré tout meilleur qu’espéré par les analystes. Sur la même période, le facilitateur de distribution DKSH a vu ses recettes baisser de 5% en rythme annuel à 5,34 milliards de francs et son bénéfice net s’est étiolé de 11,9% à 60,2 millions de francs. La banque américaine Citigroup a relevé plusieurs de ses objectifs de cours. Le gestionnaire de fortune EFG International voit le sien passer de 6,20 francs à 6,60 francs, Julius Bär de 41,50 francs à 45 francs et Vontobel de 54 francs à 67 francs. Pour les trois titres la recommandation reste inchangée à neutre. DEVISES En fin d’après-midi, sur le marché des devises, notre monnaie helvétique s’échange à 0,9440 pour un dollar américain et se négocie à 1,0780 pour un euro. JEROME DOUGOUD Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 24

  • L'optimisme retombe

    Les grandes bourses asiatiques ont clôturé en baisse mardi, leur optimisme de la veille ayant été refroidi par de nouvelle restrictions aux Etats-Unis pour lutter contre le COVID-19 ainsi qu’un regain de tensions sino-américaines suite aux propos du secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo qui a jugé « illégales » les revendications territoriales de Pékin en Mer de Chine méridionale. À Tokyo, l’indice vedette Nikkei a ainsi perdu 0,87% à 22'587,01 points après avoir gagné 2,22% la veille. À Hong Kong, où des restrictions sont aussi de retour pour contrer une recrudescence locale du nouveau coronavirus, le Hang Seng a lâché 1,14% à 25'477,89 points. A Wall-Street, la séance du jour était marquée par l’annonce des résultats des banques pour le 2ème trimestre, avec JP Morgan Chase, Citigroup et Wells Fargo. Les deux premières ont dévoilé des résultats supérieurs aux attentes, ainsi, malgré des provisions pour créances douteuses qui se sont envolées à USD 10,47 milliards, JP Morgan Chase a enregistré un bénéfice net de USD 4,69 milliards sur les trois mois clos fin juin. Soutenue par son activité de trading obligataire et de devises ainsi que par sa banque d’investissement, Citigroup a dégagé un profit net de USD 1,3 milliards sur la même période, tandis qu’à l’inverse, pour la première fois depuis 2008, Wells Fargo est tombé dans le rouge au deuxième trimestre, avec un résultat net négatif à hauteur de USD 2,84 milliards, lequel est péjoré par la constitution de provisions pour créances douteuses d’un montant de USD 9,5 milliards. A la bourse de Zurich, le SMI (Swiss Market Index) a navigué dans le rouge tout au long de la journée pour finalement se délester de 0,4% à 10'259.5 points. Sur les vingt valeurs qui composent l’indice, 10 ont fini dans le rouge et 10 ont terminé dans le vert. La meilleure performance est à mettre à l’actif de l’assureur zurichois Swiss Life (+1,71%) tandis que le géant bâlois de la pharma Roche (-1,59%) tenait la lanterne rouge. Le groupe Swatch a essuyé sur les six premiers mois de l’année la première perte semestrielle de son histoire. Largement anticipé par les analystes dans un contexte de pandémie, le déficit qui se monte à CHF 308 millions s’avère plus sévère que pronostiqué.   David Hartmann Gestion de fortune 026 350 74 29

  • Il est l'or

    MARCHES INTERNATIONAUX Yves Montand l’avait bien dit « Il est l’or monseignor ». Et c’est effectivement l’heure du réveil de l’or qui brille de mille feux au firmament des records aux environs de 1800 dollars l’once et aux portes des 55'000 francs le kilo. Remarquez qu’un vieil objectif ou fantasme de 2000 dollars l’once semble revenir à la mode, ce qui représenterait encore plus de 12% de hausse. Cet objectif n’est pas forcément irréaliste avec tous les tourments qui nous assaillent actuellement, notamment une possibilité de deuxième vague du coronavirus. Et que dire de ceux qui mettent de l’huile sur le feu, surtout pour des questions d’orgueil électoral, avec les joutes belliqueuses entre la Chine et les USA ? Ce bluff est dangereux pour le président américain qui n’a plus que quelques mois pour assurer son éventuelle réélection afin de rendre l’Amérique great again, alors que le président chinois a toute la vie devant lui. Ce dernier s’est en effet fait élire pour un nouveau mandat et avec la nouvelle constitution, il pourra se représenter autant de fois qu’il le voudra, sans concurrence, pour gouverner la Chine elle-même qualifiée d’éternelle. Alors ce n’est pas l’actuel 45ème président des Etats-Unis M. Trump qui dressera la Chine, mais peut-être… le 50ème ou aucun. Il est reconnu que les marchés boursiers aiment la stabilité, mais là c’est trop avec des présidents à vie, également d’ailleurs en Russie. BOURSE SUISSE A quelques minutes de la cloche, la bourse suisse progresse de 0,74% à 10'218 points pour l’indice phare SMI. Lonza figure dans le peloton de tête avec un gain de 2,28% à 539,20 francs. Bonne tenue de nos deux grandes banques qui gagnent plus de 1%. Une action qui rencontre la faveur des investisseurs c’est l’action Schindler aux environs de 238 francs, certains n’hésitant pas à fixer des objectifs de cours à 270 francs. DEVISES Contre franc suisse, 1 dollar vaut 0,9390 franc et 1 euro 1,0630 franc. FRANCIS CORPATAUX Gestion de fortune – Bulle 026 919 24 43

  • On vous livre

    MARCHES INTERNATIONAUX Si vous cherchez un des principaux gagnants (et il y en a toujours) de ce séisme coronavirus ou connard de virus comme le chante Renaud, un nom vient immédiatement sur les lèvres Amazon. Cela n’a pas échappé à la bourse américaine qui a fait s’envoler l’action, passant de 1900 dollars début janvier 2020 à plus de 3110 dollars actuellement. Même les gens qui normalement rebutent à commander sur internet ont été motivés pour se faire livrer des marchandises à la maison, sans risques alors qu’ils étaient confinés. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que tout y a passé et que les gens ont commandé de tout. L’avenir dira si c’est engouement perdurera, mais il faut reconnaître, qu’à l’image du scepticisme envers le télétravail avant covid19, les opinions ont drastiquement évolué et que beaucoup de tabous sont tombés, pour le meilleur et le pire. Les marchés boursiers continuent leur rattrapage, car ils se concentrent sur les nouvelles économiques qui annoncent que le commerce redémarre. L’indice américain Nasdaq continue d’ailleurs de voler de record en record. Confirmation par le président de la Réserve fédérale de St-Louis qui dit s’attendre à une baisse du chômage aux Etats-Unis aux environs de 7%. Au niveau sanitaire, il y a encore une progression de nouveaux cas de contamination au coronavirus, mais heureusement pas suivie d’explosion de nouveaux décès. BOURSE SUISSE La bourse suisse continue son bonhomme de chemin et, à quelques minutes de la cloche, notre indice phare SMI termine en baisse de 0,45% à 10'132 points. Belle progression de Givaudan qui gagne 0,82% à 3568 francs. Adecco perd à nouveau 1,20% à 44,37 francs. A noter que cette action va quitter l’indice SMI le 21 septembre au profit de Partners Group. Petit coup de mou pour Crédit suisse qui perd plus de 2% à 9,626 francs. DEVISES Contre franc suisse, 1 dollar vaut 0,94 franc et 1 euro 1,0610 franc. FRANCIS CORPATAUX Gestion de fortune – Bulle 026 919 24 43

  • La vie continue

    Marchés internationaux La pandémie économique semble se remettre gentiment et même plus vite que prévu, au contraire de la pandémie sanitaire. Au niveau économique, les gens ont réalisé qu’il faudrait toujours se nourrir, se loger etc… même si des faillites restent possibles. Les bourses mondiales résistent et l’on assiste même au record de tous les temps pour le Nasdaq américain. Intéressante étude de la BCV qui dit que finalement si un courtier était absent du 1er janvier au 30 juin 2020 et qu’à son retour il scrute les graphiques d’indices boursiers, il n’y verrait qu’une légère baisse, alors que les marchés se sont effondrés de 25% en un mois, pour se reprendre pratiquement de la totalité de leurs pertes sur les 3 mois suivants. Encore une fois les vieux adages restent valables, ceux qui ont fait du gras survivront et les maigres périront. On peut comparer avec cigale et fourmi de La Fontaine, avec toutefois une différence de taille car la cigale était inconsciente, alors que l’histoire imprévisible du Covid19 a frappé tout le monde, que l’on soit cigale ou fourmi. Pour l’aspect sanitaire, tout est encore sous haute surveillance, car une deuxième vague pointe son nez. Evidemment il y a les hommes de pouvoir inconscients qui qualifient toujours le coronavirus comme « grippette », alors qu’ils n’ont bientôt plus de place dans les cimetières, à l’image du Brésil ou des Etats-Unis. Pour le Brésil, la situation va certainement évoluer, car maintenant même le président est contaminé. Marché suisse La bourse suisse essaye de tirer son épingle du jeu mais à quelques minutes de la cloche, l’indice phare SMI perd 0,31% à 10'176 points. La plupart des titres terminent dans le rouge. Dans les rares hausses, citons l’incontournable Nestlé qui gagne 0,53% à 105,82 francs. A l’inverse, Adecco chute de 2,97% à 45,02 francs. Devises Contre franc suisse, 1 dollar vaut 0,9380 franc et 1 euro 1,0624 franc. FRANCIS CORPATAUX Gestion de fortune – Bulle 026 919 24 43

  • Aveuglement ou fatalité ?

    MARCHES INTERNATIONAUX Soit ce sont les intervenants qui semblent aveugle devant la situation sanitaire et économique mondiale, soit la fatalité prend le dessus et on fait comme si…. Bien entendu, personne ne veut revivre le confinement du début de l’année et on commence à apprendre à vivre avec le Covid-19. Dès lors, les spéculateurs estiment que le pire est passé, économiquement parlant, et parient sur une reprise plus ou moins rapide. Ceux-ci sont largement « sponsorisés » par une masse de liquidité versée par les banques centrales mondiales. Pourtant, aux USA première puissance économique, la barre des 130'000 décès a été franchie et le Président US continue de claironner que la crise s’achèvera très bientôt. Le dicton dit que « riche et fou font ce qu’ils veulent », on sait déjà que M. Trump est milliardaire… En Europe, la commission estime que le PIB de la zone euro devrait chuter de 8,7 % en 2020 et parle d’une récession sans précédent. La reprise des économies européennes se fait très lentement et le manque de vacanciers estivaux ne va pas aider des pays comme l’Italie, l’Espagne, la Grèce et la France à se relever plus vite. En outre, il existe encore le problème de l’accord à trouver avec le Royaume-Uni, même si un no-deal pénaliserait probablement plus Londres que Bruxelles. Les prochaines semaines seront cruciales avec la publication des résultats des entreprises au 2ème trimestre et pourraient sonner le glas sur les bourses mondiales. MARCHE SUISSE A quelques minutes de la cloche, l’indice SMI se retrouve en recul de 0,57 % à 10'194 points. Les poids lourds que sont Nestlé, Novartis et Roche n’ont pu jouer de leur statut défensif et de soutien à l’indice. Alcon continue de perdre des plumes et voit son titre baisser de 2,01 % à 54,54 francs. Pour une fois, le luxe est à l’honneur avec l’action Richemont qui grignote 1,44 % à 63,32 francs. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9415 et l'euro s'échange à CHF 1,0640. MARCO LEVIS Gestion de fortune - Bulle 026 919 24 30

  • L'optimisme malgré tout

    MARCHES INTERNATIONAUX L’optimise sur les marchés internationaux à quelque chose d’irréel voire d’entêté et tant mieux pour les spéculateurs. Tous les acteurs économiques indiquent avoir de grosses difficultés à s’en sortir et ce sur toute la planète, mais les bourses restent sur des niveaux élevés et ont la volatilité nécessaire pour être « appétissantes » aux yeux des investisseurs. Les nombreux cas qui se développent à nouveau sur le front des infections au Covid-19 dans toute l’Europe et la situation dramatique qui se joue dans les deux Amériques, ne freinent pas l’enthousiasme des marchés financiers. Il faudra attendre les premiers résultats d’entreprises sur le 1er semestre, afin d’avoir une idée un peu plus claire de la situation économique réelle dans laquelle nous nous trouvons. Il est clair que si les « promesses » du Président Trump, d’un vaccin avant la fin de l’année, s’avèrent, les marchés ont à nouveau de beaux jours devant eux. A ce jour, les intervenants se nourrissent d’espoir de reprise économique et d’un non-retour à un confinement dû à des deuxièmes vagues de contagion. Aux Etats-Unis, la création de près de 5 millions de postes de travail en juin est plutôt réjouissante. En Europe aussi, la situation économique semble moins pire que prévue. La soif de consommation semble prendre le dessus sur les craintes de contagion au virus. En effet, l’activité dans les services renoue avec la croissance en juin selon l’indice ISM à 57,1 % au lieu de 49 % attendu. MARCHE SUISSE A quelques encablures de la clôture de la bourse, l’indice SMI se retrouve en nette hausse avec une progression de 1,10 % à 10'236 points. L’action ABB réalise la meilleure performance de l’indice avec une hausse de 2,16 % à 22,75 francs. La moins bonne performance et tout de même positive avec un léger gain du titre Alcon de 0,11 % à 55,68 francs. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9400 et l'euro s'échange à CHF 1,0640. MARCO LEVIS Gestion de fortune - Bulle 026 919 24 30

  • Independence Day étoilé

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Le marché boursier américain est fermé en raison de la commémoration de la déclaration d’indépendance du 4 juillet 1776. En France, le premier ministre a démissionné. Il assurera le traitement des affaires courantes jusqu’à la nomination du nouveau gouvernement. En Allemagne, Daimler a conclu un accord stratégique incluant une prise de participation de 3% dans Farasis, le fabricant chinois de cellules de batteries. Le constructeur automobile souhaite ainsi sécuriser davantage l’approvisionnement de ses modèles électriques. De plus, Farasis construira une usine en Allemagne. MARCHÉ HELVÉTIQUE Implenia décroche la construction sous forme de consortium à parts égales du nouvel hôpital cantonal à Aarau. Stadler Rail livrera quatre trams-trains bimodes supplémentaires à la société hongroise de chemins de fer Mav-Start. Swisscom participera à internet gratuit dans les trains, le service sera disponible dès le deuxième semestre 2021. Le projet est appelé FreeSurf, la CFF offrira à ses clients la possibilité d’accéder gratuitement à internet avec leur abonnement existant. Les CFF prennent à leur charge les frais de connexion auprès des opérateurs mobiles durant le voyage en train. Le SMI clôture la journée avec une baisse de 0,61% et la semaine avec une performance de 0,84% à 10'126 points. Les meilleures performances du jour sont Lonza (+1,06%), Adecco (+0,33%) et Alcon (+0,11%). Les principaux détracteurs sont Roche, Sika et Geberit. Enfin, pour ce qui est du marché des devises, un euro se négocie à 1.062 (–0,05%) franc et un dollar américain s’échange à 0,94 (–0,10%). MATTHIAS NEUBRAND Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 37

  • La tech au plus haut !

    MARCHÉS INTERNATIONAUX L’indice américain Nasdaq, principalement composé d’entreprises de technologie, d’internet et telecom a atteint un nouveau niveau record. Et ceci malgré plus de 50'000 contaminations en un jour aux Etats-Unis. Les sociétés technologiques profitent en effet pleinement du confinement mondial. Les besoins et investissements dans le domaine s’accélèrent. Sans surprise, les entreprises avec les plus importantes capitalisations boursières mondiales sont Microsoft, Amazon et Apple. Leurs performances depuis le début de l’année sont respectivement +30%, +24% et +56%. Il en va de même pour le secteur de l’automobile, Tesla vient de détrôner Toyata avec une capitalisation boursière de 220 milliards de dollars ! Du côté de l’économie, 4.8 millions d’emplois ont été créés en juin, ce qui représente une belle surprise car les économistes tablaient sur une hausse plus faible. Parallèlement, les chiffres du chômage ont baissé de 13.3% en mai à 11.1% en juin. De côté de l’Union européenne, les chiffres du chômage sont sortis sans amélioration, soit 6.7% en mai contre 6.6% en avril. MARCHÉ HELVÉTIQUE Novartis paiera un total de 730 millions de dollars pour mettre fin à des poursuites engagées par la justice américaine. Cette dernière accusait notamment le groupe pharmaceutique d'avoir versé d'importants dessous-de-table à des médecins. Les meilleures performances du jours de notre indice principal sont LafargeHolcim (+3.3%), Adecco (+3.23%) et Swiss Re (+2.98%). Aucune action n’a terminé dans le rouge aujourd’hui. Le SMI clôture la journée avec une hausse de +0.97% à 10’187 points. MATTHIAS NEUBRAND Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 37

  • Sur la réserve

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Au Japon, la confiance des grandes entre-prises est au plus bas depuis 2009. Cet indice nommé Tankan est publié chaque trimestre par la Banque du Japon (BoJ). Le Nikkei225 perd 0.75%. Le Fonds monétaire international (FMI) s’attend pour 2020 à une contraction de l’économie asiatique, une première. Tandis qu’en avril, les expectatives étaient encore neutres, les chiffres sont revus à -1.6% pour l’année 2020. Bonnes nouvelles en Europe, les chiffres de l’indice des directeurs d'achat (PMI) pour le mois de juin s’améliorent de 39.4 à 47.4 points. Cet indicateur avancé de l’évolution conjoncturelle base ses prévisions sur les connaissances des responsables des achats, situés en début de la chaîne de création de valeur. Le seuil de croissance est 50 points. MARCHÉ HELVÉTIQUE Selon une étude du comparateur en ligne Moneyland, le rendement moyen des actions suisses depuis 1926 est de 5.8% par année, et ceci malgré une performance négative environ une année sur trois. Ce chiffre, corrigé de l’inflation, est bien supérieur que le niveau du taux d’épargne qui se situe juste au-dessus de 0% sur la même période. C’est à se demander si, pour un investisseur qui sait garder son sang-froid même dans les marchés les plus turbulents, il n’est pas plus risqué de ne pas être investi ! Implenia a décroché quatre nouveaux contrats de près de 200 millions de francs. ABB a finalisé la cession de son unité Réseaux électrique à la société japonaise Hitachi. Le conglomérat industriel versera une partie du gain aux actionnaires à hauteur de 10% du capital-actions, ceci après la publication des résultats du deuxième trimestre. Notre indice principal clôture la journée avec une performance de +0.44% à 10’089 points. MATTHIAS NEUBRAND Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 37

  • Premier semestre noir pour le pétrole

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les cours de l’or noir sont toujours pénalisés par la faiblesse de la demande. Le Brent et le WTI ont perdu respectivement 37% et 35% depuis le début de l’année. En conséquence, les prix continuent à peser sur les résultats des sociétés pétrolières. Après la déclaration en faillite de Chesapeake Energy en début de semaine, Royal Dutch Shell a annoncé des dépréciations d’actifs de 15 à 22 milliards de dollars au deuxième trimestre de cette année. Il y a deux semaines, BP annonçait les mêmes mesures pour 13 à 17.5 milliards de dollars. MARCHÉ HELVÉTIQUE Les chiffres d'affaires du commerce de détail, publiés par l'Office fédéral de la statistique ont rebondi en mai. Le sous-segment « habillement et chaussures » affiche la plus importante progression, +433.5% ! Les meilleures performances du jour de notre indice principal sont réalisées par Givaudan (+2.11%) qui a atteint son plus haut historique à 3'528 francs, Swiss Life (+0.92%) et ABB (+0.85%). Les principaux détracteurs sont Novartis (-1.14%), Roche (-0.94 %) et Sika (-0.57%). L’indice SMI clôture la journée avec une nouvelle séance sans fantaisie avec -0.15% à 10’045 points. Enfin, pour ce qui est du marché des devises, un euro se négocie à 1.065 (-0.38%) franc et un dollar américain s’échange à 0.946 (-0.48%). MATTHIAS NEUBRAND Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 37

  • Pirouette et clôture positive

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Le coronavirus a dépassé la barre des 10 millions de cas dans le monde. En conséquence et par peur de revoir l’économie mondiale ralentir, le Nikkei a enregistré une baisse de 2.3% repassant à nouveau en-dessous des 22'000 points. L’indice des actions européennes Eurostoxx50 a réussi en cours de séance à sortir sa tête de l’eau pour terminer en positif à +0.87%. Du côté des sociétés, Chesapeake Energy s’est placé sous la protection du régime des faillites aux Etats-Unis suite à la chute des prix du pétrole, l’objectif de cette opération est de restructurer sa dette de sept milliards de dollars. La valorisation boursière d’Airbus a été divisée par deux depuis le début de l’année se situant actuellement à 50 milliards d’euros. La société réagit à une baisse de demande d’avions et annonce réduire sa production et ses livraisons de 40% sur les deux prochaines années. MARCHÉ HELVÉTIQUE La Banque nationale suisse a modifié son taux d’intérêt spécial de 0.5% à 0%, il permet aux banques commerciales de faire face à un resserrement passager et inattendu des liquidités. La balance des transactions courantes de la Suisse a avancé de 17 milliards au premier trimestre de cette année. Comparé au même trimestre de l’année précédente, ceci représente cependant 3 milliards de moins. Roche et Novartis ont reçu l’approbation des autorités japonaises pour commercialiser respectivement un et cinq médicaments. Notre indice principal clôture la journée avec une performance de +0.18% à 10’060 points. MATTHIAS NEUBRAND Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 37

  • Prudence à Wall Street

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Alors que les bourses chinoises de Shanghai et Shenzhen étaient fermées pour cause de jour férié, la bourse de Tokyo a terminé la séance de vendredi en hausse, récupérant ainsi presque entièrement la perte enregistrée la veille. A Hong Kong, l’indice Hang Seng des entreprises chinoises perd 0,93% en raison notamment de l’adoption par le Sénat américain d’un texte prévoyant des sanctions à l’encontre de responsables chinois dans le cadre de la défense de l’autonomie de la ville-état. En Europe, les principales places boursières ouvrent en hausse, soutenues par les propos tenus par Christine Lagarde dans le cadre d’un forum virtuel. La présidente de la Banque centrale européenne (BCE) a en effet estimé que le « pire » de la crise économique liée à l’épidémie de coronavirus était « probablement passé ». Ce regain d’optimisme des investisseurs a cependant été de courte durée et les marchés européens ont replongé dans le rouge dès l’ouverture de la bourse de New York. En effet, Wall Street évolue en territoire négatif en réaction à la décision de la Réserve fédérale américaine (Fed) d’interrompre les programmes de rachat d’actions des 34 plus grandes banques américaines et de limiter également leurs paiements de dividendes dans le but de préserver leur capital. De l’avis de plusieurs analystes, cette décision fait directement écho à l’augmentation du nombre de contaminations au Covid-19 dans plusieurs Etats américains. MARCHÉ SUISSE L’indice Swiss Market Index (SMI) recule de 0,47% à 10'041.91 points, affaibli par la chute du géant pharmaceutique Novartis (-1,69%), sanctionné par les autorités américaines d’une amende de 345 millions de dollars en lien avec ses activités en Grèce, en Corée at au Vietnam. Sur le marché élargi, l’indice Swiss Performance Index (SPI) perd 0,34% à 12’427.07 points. DEVISES Le franc suisse reste stable face à la monnaie unique à 1,0636 francs pour un euro. Contre le billet vert, la monnaie helvétique s’affaiblit légèrement à 0,9499 franc pour un dollar. JULIEN YERLY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 78

  • Orages en perspective

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La forte hausse du nombre des contaminations de Covid-19, cumulée à l’annonce du Fonds Monétaire International (FMI), amène à une prévision d’une récession mondiale de 4,9% en 2020. Pour mémoire en avril la contraction était estimée à 3%. Ceci signifie que l’impact de la pandémie est plus élevé qu’anticipé et que la reprise sera également plus lente qu’espéré précédemment, malgré les plans d’aide conséquents des Etats et des banques centrales. Les marchés évoluent malgré tout dans le vert. En fin d’après-midi, l’indice DJ Eurostoxx 50, indice regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, progresse de 0,71%. De l’autre côté de l’Atlantique, l’indice Dow Jones Industrial Average ouvre la séance sur une note négative, pénalisée par les 1,48 million de nouvelles demandes hebdomadaires d’allocations chômage. Ce nombre est supérieur aux 1,25 million attendu par les analystes. MARCHÉ SUISSE Nos indices helvétiques ont terminé la journée à la hausse. Le Swiss Market Index prend 0,68% et l’indice élargi Swiss Performance Index monte de 0,43%. Du côté des nouvelles d’entreprises, le fabricant zougois d’appareils électroménagers V-Zug, désormais séparé du groupe Metall Zug, a effectué ses débuts à la Bourse suisse ce jeudi. Son ancienne maison-mère reste un investisseur stratégique en conservant 30% de la société. Le spécialiste des équipements de télécommunications Ascom a remporté un contrat d’environ 1,9 million de francs auprès de l’hôpital universitaire d’Helsinki. Le gestionnaire de fortune Julius Bär (-0,28% à 39,67 francs) ne profite pas de l’augmentation d’objectif de Deutsche Bank qui passe de 36 francs à 44 francs, avec une recommandation inchangée à garder. La banque allemande augmente aussi son cours cible pour l’action Credit Suisse de 10 francs à 11 francs, avec la mention acheter. DEVISES En fin d’après-midi, sur le marché des devises, notre monnaie helvétique s’échange à 0,9490 pour un dollar américain et se négocie à 1,0640 pour un euro. JEROME DOUGOUD Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 24

  • Crise de la quarantaine?

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La bourse de Tokyo a terminé la séance de mercredi en légère baisse en raison notamment d’une appréciation du yen face au dollar et de la crainte d’une deuxième vague de Covid-19 dans la métropole japonaise. En effet, même si le Japon a été jusqu’à présent relativement épargné par la pandémie, l’annonce de 55 nouveaux cas de contamination pour la journée de mercredi constitue un record depuis le mois de mai. L’indice Nikkei 225 perd ainsi 0,07% à 22'534,32 points alors que les bourses chinoises de Shanghai et Shenzhen enregistrent des gains respectifs de 0,30% et 0,01%. En Europe, les bonnes nouvelles conjoncturelles de la veille ont vite été oubliées par les investisseurs dont l’attention se focalise à nouveau sur les résurgences de foyers de contamination sur le Vieux Continent. En effet, le rétablissement partiel de restrictions en Allemagne, au Portugal et en Espagne font craindre pour la saison touristique à venir, laquelle sera déterminante à bien des égards pour l’économie de la zone euro. En particulier, la part importante du secteur touristique dans le produit intérieur brut (PIB) des pays du sud de l’Europe laisse penser qu’une absence des touristes estivaux pourrait péjorer encore davantage l’équilibre budgétaire de ces Etats et remettre en cause certaines mesures de soutien décidées à Bruxelles. En fin d’après-midi, l’indice DJ Eurostoxx 50 des valeurs les plus importantes cotées en euros recule de 3,11% à 3'196,12 points. Outre-Atlantique, Wall Street ouvre en baisse et les investisseurs sont incités à la prudence par la propagation du coronavirus sur le territoire américain ainsi que le retour des tensions commerciales entre les Etats-Unis et l’Europe. MARCHÉ SUISSE L’indice Swiss Market Index (SMI) recule de 2,19% à 10'021,99 points, entraîné par la chute des valeurs cycliques et des bancaires. Sur le marché élargi, l’indice Swiss Performance Index (SPI) perd 1,95% à 12’415.97 points. DEVISES Le franc suisse reste stable face à la monnaie unique à 1,0683 francs pour un euro. Contre le billet vert, la monnaie helvétique s’affaiblit à 0,9485 franc pour un dollar. JULIEN YERLY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 78

  • Comme si de rien n'était .........

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Malgré un bref passage en zone rouge, les principales places financières de la zone Asie-Pacifique ont clôturé en hausse mardi matin, dans le sillage du nouveau record établi sur le Nasdaq la veille. A Tokyo, le Nikkei a progressé de 0,5%, à 22'549 points, et à Hong Kong, l’indice Hang Seng s’est enrobé de 1,62% à 24'907 points. Les marchés européens étaient également bien orientés en ce mardi et ont clôturé la journée en nette hausse. À la bourse de Frankfort, Wirecard a repris des couleurs et remontait de près de 20% après sa chute vertigineuse des derniers jours, le titre perdant près de 85% entre jeudi et lundi. A Paris, le CAC40 est repassé au-dessus de la barre des 5'000 points, avec Renaut et Peugeot en tête des gagnants. Le secteur automobile était particulièrement bien orienté dans l’espoir de mesures additionnelles de soutien à l’achat de véhicules à l’échelle européenne.A Wall Street, la tendance boursière positive se confirmait malgré l’accélération de la propagation du coronavirus au niveau mondial et, autant les signaux de reprise économique sont salués, autant les craintes sanitaires sont ignorées. Les indicateurs PMI américains d’IHS Markit ont dépassé les attentes pour le mois de juin 2020. Ainsi, l’indice composite américain s’est redressé à 46,8 en juin, contre 45 de consensus de place et 36,4 un mois auparavant. L’indice manufacturier s’est élevé à 49,6 en juin, tout proche de la barre des 50 indiquant une activité stable, contre 45,2 de consensus et 39,8 un mois plus tôt. L’indicateur des services a progressé à 46,7 contre 44 de consensus et 36,9 en mai. MARCHÉ SUISSE La bourse suisse ne faisait pas exception et le SMI est resté solidement ancré dans le vert tout au long de la journée. Richemont (+3.63%) a fini la journée sur la plus haute marche du podium tandis que Swisscom et Sika (-0.54% chacun), se partageaient le bonnet d’âne. Credit Suisse (+2.06%) a conclu avec la banque en ligne brésilienne Modalmais, un accord prévoyant le rachat de jusqu’à 35% du capital-actions du second par le numéro 2 bancaire helvétique. Sur le front macroéconomique, en relation avec la crise du coronavirus, le panel d’économistes interrogés par le Centre de recherches conjoncturelles KOF anticipe une chute de 5% du PIB helvétique pour 2020. Au marché élargi, Meyer Burger (+9.18) a poursuivi sur la lancée positive des deux dernières séances. David Hartmann Gestion de Fortune - Fribourg 026 350 74 29

  • Plan de relance européen

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Après l’annonce fracassante du plan de relance de 750 milliards d’euros, les dirigeants des 27 pays de l’Union européenne se sont réunis en visioconférence ce vendredi afin d’entamer le 1er round des négociations. L’objectif principal étant de trouver un accord entre les 27 sur le plan de relance le plus adapté pour la zone euro. Les négociations vont certainement être âpres mais elles auront un but commun : Sortir au plus vite l’UE de la récession. Pour la première fois, ce plan de relance serait financé par des emprunts communautaires avec des remboursement s’échelonnant sur trente ans. MARCHÉ HELVÉTIQUE Belle progression des marchés financiers sur la semaine en terminant la journée de vendredi sur une hausse de +0.64% à 10'266.29 pour le SMI. La forte baisse des exportations horlogères suisses en raison du Covid semble se stabiliser en mai avec une baisse de 67,9% en comparaison annuelle. Cette baisse est certes importante mais légèrement meilleure que le mois d’avril qui avait été marqué par un effondrement des exportations de 81,3%. Du côté du SMI, les meilleures performances du jour sont réalisées par Richemont (+2.44%), Sika (+1.38%) et Roche (+1.75%). Principaux détracteurs, UBS (-1.47%), Swiss Re (-1.18%) et Swiss Life (-1.29%) particulièrement affecté par l’augmentation des tensions sino-américaines. DEVISES Au niveau de l’évolution des devises, l’EUR/CHF ainsi que l’USD/CHF sont restées stables. Du côté des matières premières, l’or s’est stabilisé aux alentours des USD 1’700.- après une hausse depuis le début de l’année de +14%. Quant au pétrole, les cours progressent légè-rement aidés par les baisses de production annoncées par l’OPEP. NICOLAS TERCIER Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 28

  • Seconde vague ou non ?

    MARCHES INTERNATIONAUX Les marchés internationaux sont en quête de certitudes qui ne sont et ne seront jamais présentes. Une éventuelle seconde vague détruirait toute la reprise affichée depuis fin avril et l’économie subirait un terrible deuxième arrêt. Cette crainte alimente les peurs et font que les bourses après quelques séances positives, voir très positives, subissent des prises de bénéfice rapide. Toutefois, le propre de l’homme est d’être positif et d’avoir une rapide mise à zéro de sa mémoire. Ainsi, la spéculation continue d’aller bon train tant que les résultats des entreprises ne seront pas clairement communiqués. Les spéculateurs préfèrent déjà passer outre les informations concernant l’évolution économique qui indique une forte baisse des PIB de tous les pays de la planète. Le retour à la réalité pourrait être brutal ! Wall street a fini sa séance sur une baisse de 0,65%, minée par les nouvelles en provenance de la Chine ainsi qu’un retour à la normale au niveau de son économie, de plus en plus incertain. Surtout lorsque l’on voit la progression toujours importante du Covid 19 dans divers états américains. En Europe, l’Italie annonce un déficit commercial très important au mois d’avril. D’autre part, les exportations ont chuté de plus de 40 %. On estime la chute du PIB entre 9 et 14 % sur cette année. MARCHE SUISSE A quelques encablures de la clôture de la bourse, l’indice SMI se retrouve en légère baisse de 0,20 % à 10'180 points. En Suisse, le PIB devrait reculer d’environ 6% cette année. Toutefois, la bonne santé relative de l’économie Suisse permet à notre pays de s’en sortir mieux que les autres, à ce stade. L’intervention de la BNS a été très faible, en comparaison avec les banques centrales européennes et américaines. Pour le moment, elle maintient son taux directeur à -0,75 %. La meilleure performance de l’indice est l’œuvre du titre Swisscom qui grimpe de près de 1% pour tutoyer la barre des 500,--. A l’autre bout de la chaîne, nous avons l’action Lonza qui perd 1,07 % et revient à 489,70 francs. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9520 et l'euro s'échange à CHF 1,068. MARCO LEVIS Gestion de fortune - Bulle 026 919 24 30

  • COMME EN 300 APRÈS J.-C.

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Telle la chute de l’Empire Romain d’Occident, le monde entier semble avoir une santé misérable. Que des mauvaises nouvelles ! Les manifestations non-violentes et violentes se multiplient, la police tape sur tout le monde et tout le monde jette des pierres sur la police, les bureaux de chômage sont overbookés, l’économie a besoin d’être soutenue sans arrêt et en plus de ça, Pékin annonce un nouveau foyer épidémique. Mais la Chine nous rassure, tout est sous contrôle. En effet, c’est rassurant. Il faut quand même avouer que les champions du monde de tout ce qui a été évoqué ci-dessus, sont nos chers et tendres amis, les Américains. Trump s’auto-félicite de la gestion du COVID-19 aux USA et on ne comprend plus bien s’il a décidé de lâcher l’affaire en se concentrant uniquement et purement à redorer le blason de la Police qui mène une vraie course à « celui qui fait la bavure la plus médiatisé a gagné ». Le marché se montre donc, et on ne peut pas lui en vouloir, quelque peu chahuté par tout cela. Le Nasdaq a ouvert sa journée en hausse de 0.18% parce que COVID ou non, on achète toujours des téléphones et des ordinateurs. L’Indice phare DowJones a démarré lui en baisse de 0.36%. Nos voisins Européens ont eux aussi des élans de panique quant à une deuxième vague et en France, en plus de gérer le déconfinement, Macron doit commencer à calmer les agents de police qui pètent littéralement les plombs contre des gens qui ne portes pas de masques de protections en les plaquant au sol. Stratosphérique. MARCHÉ SUISSE En Suisse, mis à part une météo de mauvaise qualité, nous continuons à être le pays le plus sûr et le plus stable en termes de contaminations COVID-19… et pas que. Le SMI a clôturé en baisse de 0.15% comme le SPI (-0.19%).   Gorgoni Marco Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • HORS TENSION…

    MARCHÉS INTERNATIONAUX En Chine, après la fermeture mardi des écoles, c’est au tour des deux aéroports de Pékin de prendre des mesures et d’annuler mercredi matin plus de mille deux cents vols de et vers la capitale, suite au rebond des cas de Covid-19. La crainte de cette fameuse deuxième vague vient réveiller à nouveau les esprits. En effet, après une accalmie depuis deux mois, les Pékinois découvrent plus de cent nouveaux cas en cinq jours, de quoi inquiéter… L’indice Shanghai Comp. termine sans grande conviction à +0.14%. Au Japon, les prises de bénéfice ont dominé la journée et, une fois n’est pas coutume, Wall Street (sur fond d’indicateurs économiques américains positifs mardi) n’a pas joué son rôle directeur. De plus, la chute des exportations s’est accélérée en mai, conséquence de la pandémie, et pèse lourdement sur l’économie et le commerce international. L’indice nippon Nikkei 225 accuse un repli de 0.56%. Côté européen, les marchés sont restés positifs. Wall Street a quant à lui démarrer la journée en demi-teinte, tantôt positif, tantôt négatif. Seul l’indice Nasdaq, à forte coloration technologique, semblait tirer vers le haut. Pas de panique sur l’ensemble des marchés à l’idée d’une deuxième vague de cas de coronavirus mais la prudence semble rester de mise auprès des investisseurs. SUISSE Pour la troisième journée consécutive, le marché suisse clôture en hausse avec l’indice principal SMI à +1.67% et +1.71% pour l’indice plus large SPI. Ce qui gomme ainsi les corrections de fin de semaine dernière. Merci à Nestlé, Novartis et Roche qui ont terminé à, respectivement, +3.15%, +2.99% et +2.49%. A noter également l’ascension spectaculaire ce mercredi du titre Swissquote, avec +12.72%. Le courtier en ligne a profité de l’explosion de la volatilité des marchés financiers depuis le début de l’année et voit son chiffre d’affaires en nette hausse. NATHALIE WYSS Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 12

  • L'ombre d'une deuxième vague

    MARCHÉS INTERNATIONAUX En Asie, la crainte d’une deuxième vague fait tomber les marchés. En effet, le Nikkei a reculé de 3,47% à 21'530,95, soit sa plus forte baisse depuis le 1er avril. Du côté de Hong-Kong, la baisse est à peine plus timide avec une chute de 2,16%. On craint que la résurgence de cas chinois vienne perturber l’ouverture de l’économie anticipée par les marchés. Le pétrole subissait également la recrudescence de contaminations en Chine. Le baril américain de WTI perdait 2,34%. Paradoxalement, les traders chinois ont su garder leur calme. Certes, Shenzhen enregistrait une perte de seulement 0,29% et Shanghai de 1,02%. Outre-Atlantique, l’augmentation aux Etats-Unis du nombre d’hospitalisations liées au Covid-19 donnait des cheveux gris aux différents acteurs de la place financière. De peur que la reprise économique ne soit finalement pas si belle que prévue, le Dow Jones évoluait à -2% lundi après-midi. Or, la région de New York a signalé que son activité manufacturière est nettement en train de se redresser durant le mois de juin. Le doux réveil de la capitale économique mondial devrait entraîner dans son sillage l’économie tout entière. MARCHÉ SUISSE La panique s’est emparée de notre place boursière helvétique à l’ouverture des salles de marchés à la suite des mauvaises nouvelles relatives au coronavirus. À l’ouverture, notre SMI perdait plus de 1,6%. Heureusement, le calme est revenu et le marché s’est repris. Encore une fois emmené par la locomotive Lonza (+ 2,60%), l’indice principal a clôturé à 9'842.56 points à +0,47%. Fortement affectées par le marché asiatique, les valeurs du luxe ont souffert durant la journée, Richemont et Swatch égarant respectivement -1,41 et – 1%. Sur le marché élargi, le SPI gagnait 0,61% à 12'199,50 points. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • Rebond freiné

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Il aurait fallu porter un casque et non un masque pour passer la journée précédente sans dégâts. Les marchés ont essayé de remonter aujourd’hui, ce qui n’était pas tâche facile. L’économie britannique a chuté de 20.4% en avril, la plus importante baisse mensuelle jamais enregistrée. Plus tard dans la journée et sans doute pour nous remonter le moral, l’Office européen des statistiques annonce un effondrement record de la production industrielle sur la même période. 17.1%, c’est pire qu’en 2008 ! L’économiste en chef du Fonds monétaire international a indiqué qu’il y a une grande incertitude sur la reprise, les séquelles et pour combien de temps. Une reprise économique en forme de V parait de plus en plus lointaine. Sera-t-elle en U, L ou même W ? Le temps nous le dira. MARCHÉ HELVÉTIQUE Du côté helvétique, la filiale Nestlé Waters de la société veveysanne souhaite se concentrer davantage sur des produits internationaux haut de gamme. Elle compte actuellement une cinquantaine de marques d’eau et vise pour 2025 la neutralité carbone pour l’eau en bouteille. Stadler Rail a reçu une commande de 172.9 millions de francs. Il s’agit de nouvelles rames qui circulerons dans le canton des Grisons. La société qui a fêté son entrée en bourse en avril 2019 cote à nouveau proche de son prix d’émission en bourse après s’être envolée de 30% en cours de route. Notre indice principal clôture la semaine et la journée avec une performance de -3.87% et -0.33% respectivement. MATTHIAS NEUBRAND Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 37

  • Pause

    MARCHÉS INTERNATIONAUX L’indice mondial des actions MSCI World Index ne traite qu’à 8% en-dessous de son point le plus élevé ! Suite à la hausse irréelle cette semaine, les marchés s’accordent une pause. Premiers signes d’essoufflement ? Les mesures de soutien tournent à plein régime. L’Allemagne a mis en place un plan de relance de 130 milliards d’euros pour les années 2020 et 2021. La Banque centrale européenne a annoncé qu’elle allait augmenter son « programme de rachat d'urgence de dettes publiques et privées » (PEPP). Le nouveau montant s’élève à 600 milliards d’euros et sera prolongé jusqu’à juin 2021. Il s’additionne aux 750 milliards d’euros déjà communiqués en mars. La Banque centrale européenne s’attend à une contraction économique de la zone européenne de l’ordre de 8.7% cette année suivi d’un rebond de 5.2% en 2021 et de 3.3% en 2022. L’objectif des 2% d’inflation ne sera sans doute pas atteint dans les prochaines années. MARCHÉ HELVÉTIQUE L’indice des prix à la consommation (IPC) publié par l’Office fédéral de la statistique est resté stable à 101.3 points en mai par rapport à avril. Sur un an, il baisse cependant de 1.3%. Notre indice helvétique principal clôture la séance à -1.06% et reste ainsi au-dessus des 10’000 points. Swisscom et Swiss Re sont les deux seuls titres en positif. DEVISES Un euro se négocie à CHF 1.0826 (+0.23%) et un dollar américain s’échange à CHF 0.9564 (-0.53%). MATTHIAS NEUBRAND Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 37

  • DE L’OPTIMISME À L’EUPHORIE

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Alors que Hong Kong et Tokyo clôturent ce mercredi en bonne disposition avec respectivement +1.37% et +1.29%, Shanghai termine plutôt flat avec +0.07%. Les investisseurs veulent croire en un redémarrage, même si timide, des activités économiques grâce à l’assouplissement des règles de confinement. En effet, la levée progressive des actions de confinement accélère la reprise. Du côté de Wall Street, les marchés ouvrent également en confortable hausse. Les 2,7 millions d’emplois privés supprimés aux Etats-Unis pour le seul mois de mai paraissent énormes mais il s’agit malgré tout d’une bonne mauvaise nouvelle ! En effet, le chiffre est finalement « moins pire » que celui attendu par les analystes, lesquels tablaient sur 9 millions. Il est surtout en nette amélioration par rapport à avril qui en a vu disparaître 20 millions. Chaque nouvelle négative nous fait penser qu’elle va s’améliorer et chaque nouvelle positive positionne les investisseurs dans l’idée que le pire est passé. Les marchés européens sont également à la fête en ce mercredi et les principaux marchés tels l’Allemagne et la France enregistrent plus de 3% de hausse. SUISSE Le marché suisse clôture la journée en hausse avec l’indice principal SMI à +2.33% et +1.76% pour l’indice plus large SPI. Pour la deuxième journée consécutive Swiss Re mène la danse et termine à +8.21%. Devises : contre le franc suisse, l’euro continue de s’apprécier à 1.08. Le dollar quant à reste relativement bas à 0.961. NATHALIE WYSS Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 12

  • La reprise continue

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Enchantés par le déconfinement mondial et appuyés par les mesures de soutien, les marchés continuent leur reprise en ignorant toutes nouvelles négatives, et ceci depuis le 23 mars 2020, point le plus bas de l’année. Aux Etats-Unis, les tensions intérieures continuent depuis plus d’une semaine. Alors que des centaines de milliers de personnes protestent contre le racisme et les brutalités policières, le président veut déployer l’armée. Pékin a ordonné à ses sociétés étatiques d’interrompre les achats de soja et de porc en provenance des Etats-Unis. En avril, les importations chinoises de produits américains avaient déjà diminué de 11.1% par rapport à la même période de l’année précédente. Le gouvernement français annonce une baisse plus importante du produit intérieur brut que prévue, soit 11% ou lieu de 8% pour 2020. MARCHÉ HELVÉTIQUE En mai, le PMI - indice des directeurs d'achat - s’est redressé de 1.4 point à 42.1 pour le se-teur industriel et de 15 points à 36.2 pour les services. Le climat de confiance s’est ainsi légèrement amélioré, il reste cependant en-dessous du seuil de croissance des 50 points. Notre indice principal clôture cette séance positive avec +1.22% à 9’951 points. Les titres bancaires et assureurs sont à la hausse, Swiss Re affiche la meilleure performance du jour avec +7.31%. DEVISES Un euro se négocie à CHF 1.0745 (+0.41%) et un dollar américain s’échange à CHF 0.961 (+0.03%). MATTHIAS NEUBRAND Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 37

  • Retour des inquiétudes

    MARCHES INTERNATIONAUX De façon étonnante, les marchés boursiers poursuivent leur reprise comme si de rien n’était. Le chômage explose, les chiffres d’affaires reculent fortement, sans parler des bénéfices qui s’amenuisent et tous les acheteurs de ces dernières semaines pensent que la situation s’améliore, vu que l’on déconfine. Au Japon, la production industrielle plonge de 9,1 % sur un an, en avril. En France, la consommation des ménages s’effondre en avril et le PIB du 1er trimestre est revu à la baisse à -5,3 %. Sans parler de l’Italie qui subit une dégringolade de son PIB à -5,3 %. Ces exemples n’illustrent que le 1er trimestre, attendons encore le 2ème trimestre pour nous rendre compte définitivement que l’économie réelle aura un impact sur les marchés boursiers, obligatoirement… En outre, le Président Trump continue de jouer avec le feu et s’amuse à créer des contre-feux afin de masquer certaines incompétences et des gaffes à répétition. Si même des Républicains se lassent de lui, son éventuelle réélection s’avère de plus en plus difficile. Preuve de l’esprit d’ouverture qui caractérise Donald Trump, il a pris des dispositions, via un décret, contre la liberté des réseaux sociaux dans la modération de leurs contenus. Faite comme je dis, pas comme je fais. Un jour, vous êtes son meilleur et plus grand ami et le lendemain vous êtes son ennemi. C’est difficile ainsi d’avoir des relations politiques et économiques stables avec les autres nations. MARCHE SUISSE A quelques encablures de la clôture de la bourse, l’indice SMI se retrouve en dessous des 9'900 points. La séance avait plutôt mal commencé, puis le marché s’est quelque peu redressé pour terminer toutefois la journée à nouveau sur ses niveaux les plus bas. Les poids lourds que sont Nestlé et Novartis ont soutenu l’indice une grande partie de la séance, en lâchant du lest à une heure de la clôture. A l’autre bout de la chaîne se trouve le titre Crédit Suisse qui recule de près de 4 % vers les 8,71 francs. Une des meilleures performances de l’indice est pour le titre Swisscom qui se rapproche de la barre des 500 francs, avec une hausse de plus de 1 %. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9620 et l'euro s'échange à CHF 1,07. MARCO LEVIS Gestion de fortune - Bulle 026 919 24 30

  • La vie continue

    Marchés internationaux La pandémie aura au moins eu cela de bon qu’elle a essayé de redonner une vraie valeur aux choses de la vie et par extension au prix des actions en bourse. Les gens méditeront longtemps les leçons de cette dramatique aventure, unique dans les annales aussi bien pour les personnes de plus de 65 ans que celles de 20 ans. Malgré le respect des distances, tous dans le même bateau et ça rame. Comme si les drames provoqués par ce virus ne suffisaient pas, voilà que le professeur Donald Trump, accessoirement Président des Etats-Unis, s’en repart en guerre contre les Chinois, en les accusant de tous les maux, notamment d’avoir provoqué la pandémie. Alors que le monde entier réouvre, lui veut refermer les frontières au moyen de sanctions et autres taxes. En plus, son outil de communication, l’oiseau bleu Twitter, risque de se voir couper les ailes ou le sifflet, au grand dam de Monsieur Trump qui prétend avoir le droit de dire tout ce qu’il veut et qu’on doit le croire sur parole, il est président de la plus grande nation au monde quand même. Cela rappelle le sketch de Fernand Raynaud qui disait : j’suis pas un imbécile, j’suis douanier. La nervosité va rester de mise sur les bourses internationales avec de tels agissements. Même la Suisse qui a pourtant relativement bien résisté au choc va devoir réfléchir à diminuer sa dépendance face à l’étranger. L’impensable s’étant produit, il faudra revoir nos stratégies. Marché suisse La bourse suisse philosophe vit le présent, tournée vers le futur, pratiquement tous les feux sont au vert. A quelques minutes de la cloche, l’indice phare SMI progresse de 2,27% à 9936 points. Les pharmas mènent le bal, avec des gains de 3% à l’image de Novartis. Belle performance d’Alcon qui gagne 4,06% à 61 francs. Devises Contre franc suisse, 1 dollar vaut 0,9650 franc et 1 euro 1,0670 franc. FRANCIS CORPATAUX Gestion de fortune – Bulle 026 919 24 43

  • Etats providence

    Marchés internationaux Incroyable de constater ce déversement de milliards autant en francs qu’en dollars qu’en euros de la part des Etats. Pensant nous annoncer une bonne nouvelle, on nous dit que l’Etat a débloqué de l’argent. Qui peut comprendre ce terme débloquer ? En quoi cet argent était bloqué et où ? Quand on pense qu’il y a peu certaines personnes ont manifesté dans la rue, en investissant dans des gilets jaunes par exemple, pour demander des revalorisations ou augmentations de salaire dans le cadre de leur profession. Aujourd’hui, cela semble anecdotique quand on voit que les Etats ont ouvert tout grand les robinets voire les hydrantes tant les sommes paraissent aussi importantes que le débit des chutes du Niagara. Ne pas oublier que statistiquement en cas de sinistre l’eau fait souvent plus de dégâts que le feu. Tous ces milliards ont peut-être sauvé ou calmé la situation à court terme, mais la facture va arriver, car quelqu’un devra bien payer. Les déficits budgétaires vont exploser, notamment celui de l’Italie et l’Espagne. Les spécialistes, dont fait partie Monsieur Jean-Pierre Roth (ancien président de la BNS), mettent en garde contre l’utilisation de la planche à billets qui pourrait devenir savonneuse. Officiellement les banques centrales sont indépendantes, comme un gendarme, mais là il faut reconnaître que la mission devient difficile. Et d’ailleurs, la BCE vient de mettre en garde contre des sorties possibles de l’euro des pays les plus lourdement endettés. Marché suisse A quelques minutes de la cloche, l’indice phare SMI perd 1,50% à 9684 points. Les héros du jour sont les titres de nos 2 grandes banques avec des gains de plus de 3%. Sika dégringole de 6,66% à 166 francs, suite à la décision de Saint-Gobain de vendre son paquet de 15,2 millions d’actions. Devises Contre franc suisse, 1 dollar vaut 0,9695 franc et 1 euro 1,0640 franc.   FRANCIS CORPATAUX Gestion de fortune – Bulle 026 919 24 43

  • De mon temps...

    Marchés internationaux Les temps troublés que nous vivons nous font redéfiler les images du passé, à la fois si loin et si proche suivant les générations. Qui n’a pas entendu des aînés prononcer la phrase « de mon temps » ? A l’époque, on avait peu et on savait apprécier. De nos jours, on a tout et du jour au lendemain, plus rien, mais vraiment plus rien de ce qui faisait notre plaisir ou nos loisirs devenus si importants. C’est dur. Même si les gens n’ont jamais autant épargné pour si peu d’intérêts, des mots comme livret d’épargne n’existent plus. On parle bien d’épargne, car à l’époque la bourse c’était pour les riches. Tout le monde ne s’appelait pas Jo Kennedy pour savoir tout vendre juste avant le crash boursier de 1929 et tout racheter ensuite après le massacre des valeurs. A l’époque prendre un avion, c’était un rêve. Aujourd’hui vous payez le prix d’une course en taxi pour aller de l’autre côté du monde, sauf que les avions sont cloués au sol. En parlant d’avion, on ne peut s’empêcher de faire un parallèle entre l’époque du Concorde et celle actuelle de l’Airbus A380 qui a du plomb dans l’aile et qui va gentiment être abandonné. Même discours, trop cher mais on l’a fait quand même. Quand on pense aussi à l’époque tout ce qui était produit en Suisse par les Suisses, d’une certaine manière, on était plus indépendant qu’aujourd’hui. Mais foin de toutes ces mélancolies, une ère nouvelle s’ouvre à nous dès 2021, pleine de promesses, de santé et de… raison. Marché suisse A quelques minutes de la cloche, la bourse suisse termine pratiquement inchangée avec une hausse de 0,24% à 9845 points pour le SMI. La palme revient à Swiss Life qui progresse de 6,86% à 344,40 francs. Bien entourées également les valeurs du luxe Richemont et Swatch qui gagnent plus de 4%, à l’image de nos 2 grandes banques avec des progressions de plus de 3%. Dans les baisses, prise de bénéfices sur Lonza qui perd 2,66% à 487,50 francs. Devises Contre franc suisse, 1 dollar vaut 0,9670 franc et 1 euro 1,0620 franc. FRANCIS CORPATAUX Gestion de fortune - Bulle 026 919 24 43

  • Que d'émotions

    Marchés internationaux Oui on peut le dire, que d’émotions en deux mois depuis la mi-mars. Dans les aventures d’Astérix, les Gaulois n’avaient peur que d’une chose, que le ciel leur tombe sur la tête et cela faisait rire tout le monde. A la mi-mars, plus personne ne riait en pensant que c’était arrivé par Toutatis. Le monde a failli s’écrouler, car comment imaginer ne plus avoir le droit de sortir (ni de sa maison ni de son pays), d’aller au restaurant, de voyager, de rencontrer ses amis ou sa famille. L’économie suisse pourtant si forte a risqué de se trouver privée de pièces détachées pour fabriquer et transformer et exporter, plus de main d’œuvre étrangère pour les récoltes et les vendanges. Deux mois ont passé et finalement, comme après un tsunami, il va falloir faire le bilan des dégâts, on n’ose pas dire tirer les leçons car notre mémoire est si fragile. Néanmoins, on pourra dire on l’a vécu. Les bourses mondiales ont repris des couleurs, les usines vont à nouveau ouvrir et dès la mi-juin on pourra en principe à nouveau voyager. La reprise sera lente, mais les envies énormes de reprendre une vie dite normale. Il n’y a qu’à voir les terrasses des bistrots, les garden-centers littéralement dévalisés et le boom des réservations de voyages pour l’été à venir. Restons toutefois prudents et la principale envie réaliste est de tourner la page de cette foutue année 2020 et pouvoir se souhaiter le 31 décembre une meilleure année 2021. Marché suisse Bonne tenue de la bourse suisse qui récupère, à quelques minutes de la cloche, 1,35% à 9820 points pour l’indice phare SMI. Pratiquement tous les titres sont dans le vert et un optimisme prudent se fait sentir, malgré les nouvelles tensions entre les Etats-Unis et la Chine. L’action Adecco mène le bal avec une hausse de 3,54%. Petit coup de mou pour Swisscom qui perd 0,45% à 490,70 francs. Devises Contre franc suisse, 1 dollar vaut 0,9712 franc et 1 euro 1,0580 franc. FRANCIS CORPATAUX Gestion de fortune - Bulle 026 919 24 43

  • Si l'Histoire se répétait ?

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La tension entre Washington et Pékin reprend de plus belle après une pause de quelques mois en lien avec la pandémie. En effet, le président américain s’est à nouveau attaqué à la Chine à la suite d’un tweet accusant le pays d’avoir provoqué une « tuerie de masse mondiale ». Donald Trump accuse violemment son homologue chinois d’être responsable de la mauvaise gestion de la crise à la suite de l’apparition du virus à Wuhan et d’être de connivence avec l’OMS. Ce qui nous promet un retour de nombreuses passes d’armes entre ces deux pays. Fortement impactés, les Etats-Unis s’approchent tristement de la barre des 100'000 morts. De plus, avec près de 39 millions d’Américains au chômage depuis l’arrêt mi-mars à la suite de mesures massives de confinement, la première économie mondiale est forcée de mettre un genou à terre. En une semaine, le nombre de nouveaux chômeurs a augmenté de plus de 2.43 millions de personnes amenant le taux de chômage à plus de 15%. MARCHÉ HELVÉTIQUE Après un jour de pause en raison de l’Ascension, le marché suisse a terminé la journée de vendredi sur une baisse de -1.04% à 9'688.99. Le secteur aérien, particulièrement touché, va à son tour commencer le déconfinement. En effet, après avoir stoppé tous ses vols depuis le 23 mars, EasyJet a annoncé jeudi le lent retour de ses avions sur le tarmac à partir du 15 juin. Du côté du SMI, les meilleures performances du jour sont réalisées par Sika (+0.65%), Lonza (+0.54%) et Swisscom (+0.39%). Principaux détracteurs, Crédit Suisse (-3.06%), Swiss Life (-2.44%) et Richemont (-4.15%) particulièrement affecté par l’augmentation des tensions sino-américaines. DEVISES Au niveau de l’évolution des devises, bonne progression de l’euro après une proposition de relance de la France et de l’Allemagne. Du côté des matières premières, l’or continue son bonhomme de chemin avec une performance depuis le début de l’année de plus de 14%. Quant au pétrole, il semble se stabiliser aux dessus des USD 30.-. NICOLAS TERCIER Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 28

  • LE BATON OU LA CAROTTE

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Que des bonnes nouvelles en ce mardi ! Le prix du pétrole recommence à grimper, l’Europe veut créer un fonds de relance de 500 milliards en plus des 540 déjà octroyés et par dessus tout ça, le déconfinement se géné-ralise dans le monde. Tellement de bonnes nouvelles qu’elles sont presque trop bonnes pour être crues, comme si nous nous sommes remis en question sur le fait que la réalité est tout autre. Nous avions pourtant bien commencé la journée sur les marchés mais nous nous sommes bien vite défilés tel quelqu’un qui craque son pantalon en plein milieu de sa journée de travail, et devant tous ses collègues. Avouons-le-nous, ce n’est pas la situation la plus agréable qui soit… Une sorte de sentiment d’insécurité et d’inconfort à conquis nos voisins européens qui n’ont clairement pas hésité à montrer leur mécontentement et ce, malgré les données positives qui ont été affichées. Outre Atlantique, les investisseurs se sont vite rendu compte que même si l’économie allait être soutenue ces prochains mois, la probabilité de rester bloqués plus que prévu dans cette situation sanitaire comme si on resterait coincés dans une cage avec un tigre qui n’a pas vu un humain depuis huit semaines se faisait de plus en plus probable. Oui, ce sentiment est donc dû aux propos de J. Powell qui évoque sans pression « la pire récession depuis la Seconde Guerre mondiale ». Bien évidemment, le Dow Jones cédait 0.85% à l’ouverture à l’instar du S&P 500 qui se dépréciait de 0.5%. MARCHÉ SUISSE À Zurich, nous avons connu un parcours peu confiant. Comme si on ne savait pas vraiment quoi faire. Mais finalement, comme ce sont souvent les gentils qui gagnent, notre indice phare SMI a fièrement arboré une hausse de 0.24% tout comme le SPI qui clôture en grimpant de 0.43%.     Gorgoni Marco Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • Powell rassure

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Au Japon, l’ambiance était mitigée. Les chiffres économiques mis en avant confirment une baisse du PIB de l’archipel pour un deuxième trimestre consécutif, scellant ainsi l’entrée du pays du soleil levant dans une récession technique. Toutefois, ce scénario était fortement anticipé par les investisseurs et ceux-ci ont préféré parier sur une reprise de l’économie. Dans ce contexte, le Nikkei a terminé la séance sur un gain de 0,48%. Après ses propos de mercredi qui ont eu un impact négatif sur les marchés, Jérôme Powell s’est voulu plus rassurant dans une interview dimanche soir. « Sur le long terme, je déconseillerais vraiment de parier contre l’économie américaine. Cette économie va se remettre », affirmait le patron de la Réserve fédérale américaine. Comme mercredi, il a confirmé que le ralentissement serait plus long qu’envisagé précédemment. Cependant, M. Powell jugeait que l’économie pourrait reprendre dès le troisième trimestre de cette année. Les traders de la place financière du Nouveau Monde s’extasiaient après cette prise de position. En effet, Dow Jones évoluait en territoire positif lundi en fin d’après-midi à +3,53%. MARCHÉ SUISSE La bonne humeur régnait aussi sur le marché suisse. Rassurée par les propos du président de la banque centrale, la Bourse suisse prenait le parti de l’optimisme malgré la succession de nouvelles conjoncturelles peu rassurantes. Ainsi, notre indice principal clôturait en hausse de 2,72% à 9’740,77 points. Toutes les valeurs de l’indice étaient dans le vert, à l’exception du groupe pharmaceutique Roche. Crédit Suisse représentait l’une des principales valeurs haussières de la journée (+10,08%). Le n°2 bancaire helvétique essayait de compenser les pertes réalisées la semaine dernière. Le même son de cloche retentit du côté de notre indice élargi. Certes, le SPI progressait de 2,23% à 12'116,73 points. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • JEUDI NOIR

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Au lendemain du discours plutôt pessimiste du patron de la FED, Jérôme Powell, évoquant les dommages durables de la pandémie et non une reprise en « V » de l’économie américaine, les marchés asiatiques ont clôturé en repli ce jeudi. Deux autres nouvelles viennent également égratigner la confiance des investisseurs. D’une part, la nouvelle poussée des tensions diplomatiques sino-américaines, ces derniers accusant la Chine d’espionnage de leurs travaux de recherche sur le co-ronavirus et d’autre part l’alarmant message de l’Organisation mondiale de la Santé sur une possible incapacité à éradiquer complètement le Covid 19 dans le futur. Ainsi le Nikkei japonais perdait 1.74%, le Hang Seng de Hong Kong 1.45% et le Shanghai de Chine continentale 0.96%. Côté européen, les marchés prennent l’eau… Plombées par les dernières nouvelles et l’accentuation du chômage, les principales bourses du vieux contient accusent le coup. Wall Street démarre également dans le rouge, après les chiffres des nouvelles inscriptions au chômage. Le pétrole quant à lui bénéficie d’une nouvelle inattendue : une baisse des stocks de brut aux Etats-Unis. Les stocks baissent, les prix remontent. Le cours du baril récupère ainsi une partie des pertes de la séance de mercredi. D’autre part, avec le début du déconfinement, les prévisions de la reprise de la demande se font moins pessimistes. SUISSE Le marché suisse ne fait pas exception à la disgrâce des nouvelles internationales et clôture la journée en net repli avec -1.90% pour l’indice principal SMI qui repasse largement la barre des -10% depuis le début de l’année et -1.77% pour l’indice plus large SPI. NATHALIE WYSS Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 12

  • Le chômage inquiète

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La pandémie a mis à genoux de nombreuses économies faisant fortement grimper le taux de chômage au niveau mondial. Ce dernier atteint même un sommet aux Etats-Unis au cours du mois d’avril avec 20,5 millions d’emplois supprimés et un taux de chômage qui a bondi, passant de 3,5% en février à 14,7% fin avril. Il s’agit du plus haut niveau depuis 80 ans. Cet événement est malheureusement comparable à la crise de 1929, la plus célèbre de l’histoire boursière, marquant le début de la Grande Dépression et de la plus grand crise économique du XXème siècle. Selon certains économistes, et malgré un début de déconfinement avec la lente reprise de certains pans de l’économie, le taux de chômage à fin mai pourrait atteindre, voire même dépasser, les 20%. Cette situation devrait malheureusement perdurer ces prochains temps amenant également des turbulences sur les marchés financiers. MARCHÉ HELVÉTIQUE Le marché suisse a terminé la journée de jeudi sur une baisse de -1.05% à 9'631.62. Au niveau des résultats d’entreprises, le fabricant d’accessoires et de périphériques informatiques Logitech qui a dépassé les attentes du marché, profitant malgré lui des effets du confinement, continuait sur sa lancée avec une performance sur la journée de +2.07%. Les meilleures performances du jour sont réalisées par Alcon (+4.88%) qui caracolait en tête suite à la publication mardi soir de résultats trimestriels largement supérieurs aux attentes, Lonza (+0.99%) et Swisscom (+0.84%). Principaux détracteurs, Swiss Re (-5.31%), Swatch Group (-5.31%) et Richemont (-5.22%). DEVISES Au niveau de l’évolution des devises, léger raffermissement du franc suisse face aux différentes devises avec un USD/CHF aux alentours de 0.97 et 1.05 pour l’EUR/CHF. NICOLAS TERCIER Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 28

  • L’ECONOMIE EN 3 DÉ-

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Dé-confinement, jour deux dans plusieurs pays dont le nôtre. La Russie commence prudemment ce mardi. Les réactions : Dé-sordre sur les marchés européens. Alors que Francfort et Londres prennent plutôt positivement la réouverture des activités économiques, Paris déprime… En effet, la crainte une deuxième vague de contamination en France force ses investisseurs à la prudence face à un peut-être trop rapide rebond (plus de 23%) de son indice CAC40 depuis son plus bas niveau, le 16 mars dernier. Les Etats-Unis quant à eux ouvre cette journée de mardi en timide hausse. Le pétrole reprend des couleurs avec un baril de Brut autour des USD 30. Dé-croissance. Si certains secteurs tireront leur épingle du jeu à l’issue incertaine de cette pandémie, tels les pharmaceutiques, les technos etc, d’autres rencontreront de sérieuses difficultés. Ainsi les compagnies aériennes, voyagistes, commerces de détail dont les pertes sont difficilement quantifiables. Leurs perspectives de reprise d’activité semblent compromises à court terme. Les bancaires souffrent également car le « coût du risque » qui a flambé pourrait bien amputer lourdement les bénéfices. En effet, les banques européennes ont toutes mis de côté des réserves de capital supplémentaires pour parer aux éventuels défauts de paiement de leurs clients. SUISSE Le marché suisse termine sa journée en léger positif avec notre indice phare SMI à +0.45%. A noter la jolie performance de Logitech +4.86% après l’annonce de solides résultats 2019-2020 ainsi que de belles perspectives pour l’année en cours, malgré la crise. A l’inverse, Dufry est fortement pénalisé et perd 5.58%. NATHALIE WYSS Gestion de Fortune - Fribourg 026 350 74 12

  • Manque de visibilité

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Alors que plusieurs pays, dont le nôtre, débutent le déconfinement, la saison des résultats d’entreprise se termine. Bien évidemment, les résultats du premier trimestre ont été très mauvais mais ce n’est rien par rapport à ce qui s’annonce pour le deuxième trimestre ! Tant les chefs d’entreprises que les intervenants ont la tête dans le brouillard quant à l’impact du coronavirus sur l’économie. Ce manque de visibilité ne permet à personne d’y voir très clair. Le paradoxe réside dans la valorisation des marchés qui semblent décorrélés étant donné leur niveau actuel. Toutefois, le manque d’alternative favorise toujours l’investissement des importantes liquidités créées par les banques centrales dans le marché des actions. Les marchés internationaux terminent la séance en ordre dispersé mais plutôt en négatif pour les principales places boursières. Habitué à prendre des décisions abruptes, l’Arabie Saoudite n’a pas failli à sa réputation en triplant la TVA qui passe de 5 à 15% pour compenser la chute sans précédent de ses recettes fiscales qui dépendent fortement du secteur pétrolier. De plus, le ministre des finances a annoncé l’abandon d’une allocation qui avait été créée pour compenser la hausse du coût de la vie, notamment pour les défavorisés. MARCHÉ HELVÉTIQUE La journée fût volatile pour notre indice principal. En effet, le SMI a fluctué de plus de 130 points durant la séance pour terminer sur un gain de 0,25% à 9689 points grâce aux valeurs défensives, telles que les pharmas. En effet, Novartis et Roche ont progressé de plus de 1% en fin de séance. Par contre, les valeurs bancaires ont été à la peine avec la plus mauvaise performance de l’indice pour Credit Suisse dont l’action abandonne 2,43% à 7,95 francs. Sa concurrente UBS a limité les dégâts avec un recul de 1,41% à 9,48 francs. Les analystes de Independent Research ont réduit leur objectif de cours sur l’action de la première banque suisse de 14,50 à 12 francs tout en maintenant leur recommandation d’achat. LafargeHolcim se fissure de 1,51% à 39,05 suite à l’annulation d’un contrat de cession de sa filiale aux Philippines. DEVISES Le marché des devises est calme avec un dollar à 0,9727 (+0,07%) contre notre monnaie alors que l’euro recule légèrement à 1,0518 (-0,15%). STEPHANE PEREY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 34

  • « LIBÉRÉS, DÉLIVRÉS »

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Le dernier jour de la semaine est un symbole libératoire d’une semaine de travail passée mais ce dernier vendredi, c’est un symbole encore plus fort vu qu’il annonce la fin d’une fermeture forcée de tous les commerces en Suisse. Les restaurants se préparent et il semblerait qu’il faille avoir fait un doctorat en organisation pour pouvoir mettre en place la nouvelle forme des restaurants. Nous sommes donc tous en attente de voir comment cela va se goupiller tel des parents qui surveillent leur enfant en bas âge pour éviter qu’il ne mette sa main sur la vitrocéram' chaude. Après avoir vu partir en fumée 20 millions d’emplois et un taux de chômage au plus haut depuis 1930 aux USA, l’Europe se déconfine et amorce une aventure vers la liberté. On entend déjà les gens chanter « Délivrée, libérée » dans la rue. Tout cela, bien évidemment, sous le regard des gouvernements qui gardent leur main sur le robinet, prêt à fermer le flux. Du coup, dans un élan de réjouissement, tous les marchés ont pris l’ascenseur. Le Japon s’envolait de 2.56%, pendant que le Nasdaq ouvrait en hausse de 0.95% pendant que le DowJones s’appréciait à l’ouverture de 1.38%. Nos voisins Européens se réjouissaient de retrouver un semblant de vie normale et grimpaient à l’unisson. MARCHÉ SUISSE Nous aussi nous nous préparons à notre déconfinement et comme tout le monde est content, nous aussi on voulait être content. On était tellement content que nous avons même invités les personnes à risques de se déconfiner, totalement. C’est ultra raisonnable. Le SMI a donc clôturé en hausse de 0.49% à l’instar de son cousin plus large SPI qui termine sa semaine à +0.39%.   Gorgoni Marco Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • Bon du chômage

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les incertitudes quant à l’évolution à venir de cette pandémie engendrent toujours de la volatilité sur les marchés et cette dernière devrait se poursuivre. Les plans de déconfinement progressifs annoncés depuis quelques jours dans de nombreux pays sont des messages positifs tant au niveau sanitaire qu’économique. Mais attention, car s’il devait s’avérer que ces allègements engendrent une recrudescence marquée des nouveaux cas Covid-19, nous retournerions très rapidement dans la tourmente avec une aggravation de la situation. Une attention toute particulière doit également être portée en direction des chiffres économiques, en effet le taux de chômage a pris l’ascenseur en Suisse en avril en passant de 2,9% à 3,3% en un mois. De plus, les tensions entre les Etats-Unis et la Chine se ravivent à la suite des accusations répétées du premier concernant la responsabilité de la Chine dans cette pandémie. MARCHÉ HELVÉTIQUE Le marché suisse a terminé la journée de jeudi sur une légère hausse de +0.48% à 9'617.98 points, principalement grâce aux titres cy-cliques. En pleine période des résultats d’entreprises, beaucoup d’entre elles, cotées à la Bourse suisse, sont durement touchées par cette crise liée au coronavirus. Avec comme objectif de préserver des liquidités en cette période, une entreprise sur dix a décidé de renoncer au paiement du dividende. Les meilleures performances du jour sont réalisées par Alcon (+4.02%), Swiss Life (+3.21%) et Adecco Group (+3.02%). Principaux détracteurs, Roche Hldg (-1.47%), Swisscom (-0.89%) et Novartis (-0.54%). DEVISES Pas de grand changement au niveau des devises avec un USD/CHF aux alentours de 0.977 et 1.05 pour l’EUR/CHF. En revanche, le prix du baril de pétrole s’échangeait en hausse de 7% pour le WTI et de 3% pour le Brent. NICOLAS TERCIER Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 28

  • À contre-courant

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Au Japon, les marchés sont toujours fermés. Néanmoins, le reste de l’Asie a profité de la belle journée de mardi pour enregistrer une timide hausse. Les acteurs de la place financière de Shanghai profitaient d’un gain de 0,6%. En descendant un peu plus au sud, du côté de Hong Kong, l’indice boursier prenait une direction plus assumée en augmentant de 1,10%. Dans son bureau ovale, Donald Trump semble prêt à mettre de côté l’aspect sanitaire au profit du capitalisme. En effet, le président souhaite relancer l’économie au plus vite et pour cela, il dit miser sur la sécurité et l’ouverture. Deux mots qui s’opposent généralement quand on parle de l’épidémie du Covid-19. La cellule de crise de Washington menée par Mike Pence devrait être démantelée dans les semaines à venir, preuve que Trump souhaite amorcer un changement de direction radical. Alors que les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine autour des origines de la pandémie s’accentuent, le Dow Jones restait insensible en ouvrant à l’équilibre en milieu d’après-midi. MARCHÉ SUISSE Dans le contexte actuel, il est difficile pour les investisseurs de prédire l’avenir. D’un côté, nous avons un début de déconfinement qui est censé relancer l’économie mais de l’autre des entreprises qui devront faire face aux conséquences de la crise. Si nous ajoutons à cela les tensions commerciales qui resurgissent entre les deux géants précités, l’issue semble se trouver au bout d’un labyrinthe bien tortueux. Le SMI semblait prendre la situation du bon côté et balayait sereinement les ondes négatives, grapillant 0,63% à 9'571,70 points en fin de séance. Notre principal indice helvétique était notamment porté par le secteur pharmaceutique. Les actions de Roche et de Novartis s’appréciaient fortement, respectivement de 1,95% et de 1,44%. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • SAVOIR RETOURNER SA VESTE

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Si être lunatique était un sport, les marchés boursiers seraient les champions toutes caté-gories dépassant largement nos amis les chats qui se roulent sur le dos pour attirer votre main proche de leur ventre douillet pour l’agripper fermement de leurs 10 griffes. Donc oui, la veille, il était important de paniquer vu les tensions qui sont en train de se profiler entre USA et Chine et aujourd’hui, aucun problème, nous avons un regain d’optimisme et tout va bien. Même le pétrole remonte ! Nos amis tokyoïtes sont en congé et donc leur marché n’a pas pu profiter de ce bel élan insufflé par cette positivité journalière. Sur le vieux continent, on continue à dénombrer les décès, de telle manière que l’Angleterre devient le premier pays d’Europe à dépasser les 30'000 morts. Et donc, dans le plus grand des calmes, les marchés européens tous confondus sont en pleine hausse. Normal. On savait que les Etats-Unis étaient maîtres dans l’art cinématographique et d’avoir toujours les meilleurs scénarios de rebondissements. Ça n’a pas manqué cette fois non plus, ils ont réussi à nous faire oublier, au moins pour un jour, qu’ils ont plus de 30 millions de nouveaux chômeurs et que la situation n’est pas près de se stabiliser de sitôt. Si l’on écoute Trump et ses conseillers, l’économie devrait donc reprendre comme avant et tout le monde semble accepter cette intervention sans broncher. Vous l’aurez compris, les principaux indices US ont continué à prendre l’ascenseur. Le Nasdaq à forte coloration technologique démarrait sa journée à + 1.76% à l’instar du DowJones qui a ouvert en hausse de 1.44%. MARCHÉ SUISSE Dans nos salles des marchés à Zurich, nous étions également prêts à prendre notre part du gâteau. Notre indice vedette SMI a clôturé en hausse de 1.3% tout comme son cousin plus large SPI qui clôture à +1.39%.     Gorgoni Marco Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • BACK TO SCHOOL

    Vendredi nous avons eu l’occasion de terminer notre semaine en entamant un nouveau mois de mai. Qui dit mois de mai pense donc à la fête du travail mais aussi à l’adage financier « Sell in May and go away ». Le problème c’est que nous ne pouvons aller nulle part pour le moment donc je vous propose que l’on reste tous bien assis devant notre poste de télévision à écouter les nouvelles statistiques sur ce qui est devenu l’ennemi public n° 1 : COVID 19. L’économie reste donc toujours autant tétanisée par ce virus mais ça ne saurait durer, car 5 jours après avoir libéré les coiffeurs des griffes de l’inactivité forcée, nos biens aimés chérubins sont officiellement invités à reprendre les cours, en groupes alternés et ceci sans compter l’obstacle des jours fériés qui s’annoncent en mai. Un vrai casse-tête chinois pour l’organisation des parents. Comme si on manquait de cadeaux en provenance de Chine… Cela dit, dans 10 jours exactement, nous pourront nous rendre à nouveau dans des restaurants pour plonger notre manque en matière d’organisation scolaire dans les boissons alcoolisées. Ces annonces laissent place également aux sceptiques et à tous ceux qui savent juste ce qu’ils ne veulent pas, donc préparez-vous, Mesdames, Messieurs, à écouter encore les critiques envers Alain Berset & Co. Néanmoins, en parlant de marchés financiers, la situation mondiale n’est pas des plus roses et des plus tendre pour la croissance mondiale qui s’est décidemment transformée en décroissance. Ajoutez à cette décroissance une hausse complète du chômage et une hausse des défauts des sociétés en difficultés, je vous laisse imaginer l’état dans lequel nous retrouverons notre économie dans quelques mois. Je termine ce commentaire en vous souhaitant de continuer à bien prendre soins de vous en respectant les directives afin de pouvoir se retrouver tous ensemble, comme avant.   Gorgoni Marco Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • Résultats mitigés

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Au Japon, les marchés ont clôturé en hausse, dopés par la séance de mercredi sur Wall Street. En effet, le Nikkei 225 profitait de franchir la barre symbolique des 20'000 points en enregistrant un gain de 2,14%. Tous les secteurs d’activité sur la bourse nipponne nageaient dans le vert à l’exception de l’industries gazière et électrique qui pâtissaient du rebond du pétrole. Le pétrole parlons-en. L’or noir a défrayé la chronique il y a un peu plus d’une semaine en tombant à des niveaux records. Cependant, le baril semble reprendre des couleurs en même temps que les mesures de déconfinement sont dévoilées en Europe et que les premiers signes de reprises sont observés aux États-Unis. Outre-Atlantique justement, quelques mastodontes ont publié leurs résultats. À commencer par Tesla qui a annoncé un bénéfice de 16 millions. Ce n’est pas grand-chose mais comme les analystes attendaient une perte pour le trimestre, l’entreprise dirigée par le fantasque Elon Musk progressait de plus de 9% après la clôture de mercredi. Facebook au contraire annonçait des chiffres en dessous des attentes mais étant donné qu’ils auraient pu être pire, le titre gagnait plus de 10% à l’ouverture jeudi. Au chapitre des bonnes nouvelles, Gilead semble avoir fait un pas supplémentaire dans le développement d’un remède contre le Covid-19. MARCHÉ SUISSE Les entreprises suisses sont également en période de publications de résultats. Difficile de satisfaire les attentes des investisseurs quand celles-ci ont tourné durant une bonne partie du trimestre au ralenti. Geberit a réussi pourtant à surprendre son monde en affichant un profit inespéré. Le spécialiste des installations sanitaires a progressé de 2,46%. Dans ce contexte général, le SMI perdait 2,39% à 9'629,4 points. L’indice élargi, le SPI, égarait 2,11% pour terminer la séance à 11'905,85 points. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • Toujours plus haut !

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Plus rien ne semble arrêter le rebond des marchés qui anticipent la reprise économique post-coronavirus. Pourtant, si certains secteurs ne seront que faiblement impactés par les conséquences de la pandémie, les dégâts seront très importants dans d’autres, sans parler de la perte de pouvoir d’achat des consommateurs, ce qui pénalisera l’ensemble de l’économie. La première estimation de l’évolution du produit intérieur brut américain sera publiée ce mercredi. La Fed tiendra sa réunion suivie par son homologue européenne ce jeudi. MARCHÉ HELVÉTIQUE Un exemple des secteurs fortement impactés par la pandémie est celui de l’automobile, dont les ventes de voitures neuves ont dégringolé de 73% sur une année selon l’association suisse du commerce automobile indépendant ! Notre indice suite la tendance des autres marchés européens et clôture la séance sur un gain de 1,34% à 9'889 points. Credit Suisse réalise la meilleure performance de la journée avec un bond de 7,26% à 8,68 francs, bénéficiant des bons résultats publiés par son concurrent UBS (+7,05% à 10,14 francs). ABB reprend également de belles couleurs avec une hausse de 5,3% à 18,28 francs suite à la publication de résultats trimestriels supérieurs aux attentes. À l’inverse, on trouve Novartis (-1,45% à 86,75 francs) qui a pourtant annoncé des résultats solides. Plusieurs sociétés publieront leurs résultats trimestriels ce jeudi, dont Swisscom (+0,97% à 519,80 francs) qui devrait connaître un recul de son chiffre d’affaires de 3,5% et du bénéfice brut de 2,5% selon le consensus des analystes. Ceux-ci sont plus pessimistes pour Swiss Re (+3,26% à 72,16 francs) qui subit les dégâts collatéraux du Co-vid-19, par exemple le report des jeux olympiques de Tokyo à 2021. Ce report est évalué à 250 millions de dollars pour le réassureur zurichois, qui devrait faire face à des coûts estimés entre 500 millions et un milliard de dollars dans ce secteur d’activité. Le programme de rachat d’action a d’ailleurs été stoppé mais pas le dividende qui a été versé en date du 21 avril dernier. Enfin, LafargeHolcim (+3,8% à 39,03 francs) devrait annoncer un chiffre d’affaires trimestriel de 5,2 milliards de francs contre près de 6 milliards il y a un an. DEVISES Statu quo sur le marché des changes avec un euro à 1,0560 et un dollar à 0,9740. STEPHANE PEREY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 34

  • Prudence chez les investisseurs

    MARCHES INTERNATIONAUX Comme toujours, la faiblesse de l’Union européenne est son système de gouvernance qui est très démocratique mais tellement peu centralisé que lorsque les décisions doivent être prises rapidement, il y a trop de temps qui s’écoule jusqu’à ce qu’un consensus se détermine. Le plan de relance de l’économie post-covid n’est de loin pas prêt d’être sur les rails. Les pays avec des économies « encore » saines peinent à mettre la main au portemonnaie pour les pays déjà en difficulté avant l’épidémie. C’est là que là que le bât blesse. Ce n’est déjà pas évident de demander aux gens d’être solidaire, alors imaginons à des pays dont les dirigeants ont des comptes à rendre à leurs populations respectives. Même les américains qui en majorité réchignent à voir l’état fédéral se mêler de leur vie espèrent dans l’aide du gouvernement central. La Suisse qui vit le fédéralisme est contente d’avoir un conseil fédéral qui prend les choses en main et décide. Un dirigeant connu m’a dit un jour que le meilleur management possible se fait lorsqu’un nombre impair de personnes, inférieur à trois, prend les décisions finales ! Sur le front du prix du pétrole, le brut voit son cours continuer sa lente reprise après sa forte chute du début de semaine. Malheureusement, le déséquilibre entre la demande et l’offre ne permet pas au cours du brut de se reprendre. Aux Etats-Unis, les commandes de biens durables ont chuté sur le mois de mars de plus de 14%. MARCHE SUISSE Sur notre marché helvétique, le SMI doit une fière chandelle au titre Nestlé. Notre fleuron national permet à notre indice phare de se maintenir à flot. A quelques minutes de la cloche, le SMI stagne sur ses niveaux de la veille à 9'610 points. L’action Nestlé profite des très bons chiffres trimestriels. Ceux-ci sont bien entendu à mettre en liaison avec la forte demande de produits alimentaires liée à la pandémie. Le titre grimpe de près de 1,25 %. A l’autre bout de l’échelle figure Swatch Group qui voit son action reculer fortement de plus de 3 % et revenir vers les 180,-- francs. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9745 et l'euro s'échange à CHF 1,0520. MARCO LEVIS Gestion de fortune - Bulle 026 919 24 30

  • Rebond de l'or noir !

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Après avoir même coté en territoire négatif sur le marché américain en début de semaine, le baril de pétrole brut WTI poursuit sa reprise avec un bond de 29% à plus de 17 dollars. Ce rebond est dû essentiellement aux espoirs suscités par les plans de relance européens et américains ainsi que du regain de tension entre l’Iran et les Etats-Unis. Ce dernier point profite également à l’or qui continue de grimper en franchissant la barre des 54'000 francs le kilo. La présidente de la Banque Centrale Européenne, Mme Christine Lagarde, a prévenu les dirigeants européens contre le danger d’agir trop peu et trop tardivement face aux conséquences économiques de la pandémie de coronavirus. MARCHÉ HELVÉTIQUE Notre marché termine quasiment inchangé à 9625 points après avoir évolué la plus grande partie de la journée en territoire négatif. Les titres défensifs sont les perdants de cette séance avec notamment Nestlé qui abandonne 1,41% à 104,70 francs. Les actionnaires de la multinationale veveysane toucheront 2,70 par action lundi prochain. Ils ont reconduit son président, M. Paul Bulcke pour une année. Pour le premier trimestre, le groupe alimentaire s’attend à une croissance organique de 2,8%. Credit Suisse (+2,28% à 7,88 francs) a réalisé un excellent premier trimestre, ce qui lui a permis de constituer un milliard de francs de réserve supplémentaire. Toutefois, une partie de ces bons résultats provient de la cession d’InvestLab. La plupart des analystes conseillent de garder le titre alors que ceux d’UBS et Morgan Stanley conseillent de l’acheter. Le nouveau président de la banque aux deux voiles, M. Thomas Gottstein, a indiqué qu’ils ne procèderaient à aucun licenciement durant la pandémie. DEVISES Statu quo du côté des devises avec un euro à 1,0520 contre notre monnaie et un dollar à 0,0725. BANQUE CANTONALE DE FRIBOURG Gestion de fortune Stéphane Perey 026 350 74 34

  • Se voile-t-on la face?

    MARCHES INTERNATIONAUX Les investisseurs ne semblent vouloir voir que le verre à moitié plein. En tous cas, un certain optimisme reste de mise auprès des intervenants. La recherche, à tout prix, d’un retour à la normale dans nos sociétés chamboulées par le coronavirus semble faire oublier que la menace n’est de loin pas écartée. Les dégâts économiques ne seront véritablement estimables que dans quelques mois et d’ici lors il peut malheureusement encore s’en passer des choses. Sur le front des prix du pétrole, le brut américain reste sur des niveaux extrêmement bas, malgré le rebond important de ce jour. La situation ne semble pas prête de changer. Les stocks sont pleins et les besoins continuent de rester modeste, la production actuelle ne fait qu’alimenter une fontaine où personne ne veut boire. Quant à l’autre matière première à la une des attentions des investisseurs, soit le métal jaune, il se maintient sur les niveaux atteints ces dernières séances. Une attention particulière doit être portée sur le fait qu’en soit cet investissement ne rapporte rien en le détenant, mais qu’il fait office de valeur refuge. Donc, le gain ne se fait qu’en le revendant au moment le plus opportun. MARCHE SUISSE Notre marché helvétique se comporte positivement toute la séance. Les incertitudes actuelles ne pénalisent pas le SMI et à quelques minutes de la cloche, l’indice est en hausse de 0,70 % à 9’615 points. L’action Roche est la vedette du jour. La société bâloise a dépassé les attentes des analystes et maintient ses prévisions pour l’année ainsi que sa politique de dividende. Le titre repasse la barre des 340,-- francs et progresse de près de 2 %. A contrario, l’action Swatch Group poursuit sa descente et voit son action retutoyer la barre des 185,--. Le fort recul des exportations horlogères suisses, à cause des restrictions de transport et des confinements, pénalisent grandement les fabricants de montres. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9690 et l'euro s'échange à CHF 1,0525. MARCO LEVIS Gestion de fortune - Bulle 026 919 24 30

  • Prudence est mère de sureté

    MARCHES INTERNATIONAUX En cette journée plutôt maussade, la réalité rattrape les intervenants sur les marchés boursiers internationaux. La dégringolade du prix du baril de brut américain provoque un vent de panique chez les investisseurs et traders spécialisés. Une vision biaisée de la situation économique mondiale par certains dirigeants (in primis au pays de l’oncle Sam) et puis auprès de tous les producteurs de brut n’a fait que provoquer la baisse des prix. En effet, ce n’est pas en inondant le marché et en se faisant la guerre économique que la demande sera stimulée. Les acheteurs stockent tout ce qu’ils peuvent mais au-delà ils ne peuvent plus acheter. La conséquence dramatique qu’induit cette forte baisse du prix du brut concerne bien entendu les producteurs et les raffineurs qui ont déjà de gros problèmes liés à leurs chiffres d’affaire, mais bientôt aussi des difficultés liées au remboursement de leurs dettes. En corollaire, les grands établissements bancaires internationaux ont aussi du souci à se faire. Un autre « risque » latent qui pourrait pénaliser les économies mondiales concerne la tentation d’un protectionnisme fort et d’un trop important repli sur soi. A nouveau, l’exemple vient de notre « ami » Donald Trump qui indique vouloir fermer totalement les frontières à l’immigration afin de protéger l’emploi US. Il est vrai que les Etats-Unis ont la chance d’avoir une proportion importante de la création de leur PIB qui vient de la consommation des ménages US et si une masse importante de la population est au chômage, elle ne va plus consommer. Cependant, à trop vouloir penser qu’à soi, lorsqu’on aura besoin des autres, on risque d’avoir une petite surprise. MARCHE SUISSE Notre marché helvétique s’inscrit dans la situation négative de cette séance. Notre SMI, à quelques minutes de la cloche, est en nette baisse de 2,33 % à 9’557 points. Cependant, d’un point de vue économique, les chiffres liés à l’exportation ont réservé une bonne surprise venant de la branche pharmaceutique et chimique qui ont fortement soutenu les exportations. Toutefois, les autres secteurs, sans surprise, ont bien souffert au mois de mars. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9725 et l'euro s'échange à CHF 1,0525. MARCO LEVIS Gestion de fortune - Bulle 026 919 24 30

  • J'y vas ou j'y vais pas ?

    MARCHES INTERNATIONAUX De façon étonnante, vu la situation actuelle, les marchés internationaux ont d’abord rapidement repris plusieurs dizaines de pourcent depuis leur plus bas, datant de la mi-mars, mais surtout se maintiennent à des niveaux élevés malgré les menaces qui pèsent sur les entreprises et sur l’économie mondiale. Il est vrai que les états ainsi que les banques centrales ont rapidement agi en faveur de l’économie et la mémoire de l’évolution très positive des bourses en 2009, après la crise financière de 2008, a fait le reste. Maintenant, les questions que l’on peut se poser sont plus de l’ordre macro-économique ainsi que sur les effets économiques de cette crise du Covid19 sur le bilan humain et comptable des entreprises. Toutes les études économiques convergent vers une baisse importante des PIB des états ainsi qu’une hausse importante du chômage. Si la masse des gens ne consomme plus ou nettement moins, l’impact sur les chiffres d’affaires et en corollaires sur les bénéfices des sociétés sera violent. En conséquence, les valorisations boursières actuelles sont à remettre dans une perspective plus négative. Dans le même esprit, le prix du baril de pétrole américain continue sa descente aux enfers avec une chute de 30% ce lundi. Le manque flagrant de consommation et le fait que beaucoup ont déjà profité de faire des stocks continue de pénaliser les prix. Toutefois, la spéculation bat son plein avec un différentiel de prix important selon les dates de livraison. MARCHE SUISSE Sur notre marché helvétique, la prudence revient au goût du jour. L’euphorie de la semaine dernière avec les annonces de reprise de l’activité et un passage, sommes toutes, assez rapide à une situation plus normalisée laisse la place à un certain pragmatisme. A quelques minutes de la cloche, l’indice SMI était en hausse de 1,40 % à 9'748 points. Les 3 poids lourds de l’indice que sont Nestlé, Novartis et Roche favorisent la hausse du SMI, après que celui-ci effectue une brève incursion en territoire négatif en tout début d’après-midi. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9676 et l'euro s'échange à CHF 1,0520. MARCO LEVIS Gestion de fortune - Bulle 026 919 24 30

  • Tout le monde au balcon !

    Marchés internationaux Plus de 22 millions de personnes se sont inscrites au chômage en quatre semaines aux Etats Unis et malgré cela, Wall Street a terminé sa séance dans le vert. L’indice Dow Jones a gagné 0,14% à 23’537 points. A relever que Le Nasdaq a notamment été soutenu par les valeurs de la santé et d'internet, dont Amazon (+4,3%) et Netflix (+2,9%), soit des records historiques. Le PIB chinois est en repli de 6,8% pour le premier trimestre. Finalement les mesures adoptées pour freiner la pandémie auraient pu avoir un impact plus grave pour l’économie. Quant au Japon, l’indice Nikkei avait pris 3,15% de hausse pour terminer à 19'897 points dans une optique positive, en regard aux indicateurs chinois et américains. On l’avait presque oublié, mais le BREXIT, ce n’est pas terminé ! Le premier ministre, Boris Johnson, actuellement en convalescence, a des décisions importantes à prendre quant à la gestion de la crise. De plus, dès la semaine prochaine, des réunions sont prévues pour discuter et négocier encore bon nombre de dossiers avec l’Union Européenne. Une sortie au 31 décembre semble peu réaliste et surtout pas réalisable avec cette pandémie et récession. Marché suisse L’optimisme va bon train, tout au long de la journée, presque la totalité des valeurs sont au vert dans notre indice SMI. Les déclarations de nos autorités ont réussi à convaincre d’un redémarrage. Une pensée pour nos coiffeurs, esthéticiennes, masseurs et physiothérapeutes qui ont dû être assaillis en cette journée pour remplir leur agenda. Une surprise avec le titre Adecco qui a la fièvre et prend jusqu’à 10% dans la fin de l’après-midi, au lendemain de son assemblée générale, avec la nomination de Monsieur Jean-Christophe Deslarzes comme nouveau président. Les deux grandes banques reprennent de la couleur avec des hausses de plus de 4% pour UBS et plus de 3% pour CS. La pharmaceutique Roche se démarque avec la mise au point d’un test de dépistage à postériori du Covid-19. Dès le mois de mai, elle pense être prête à le commercialiser pour le marché européen. Devises Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.9663 et l'euro s'échange à CHF 1,0518. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 919 24 29

  • One step beyond ! (Madness)

    Marchés internationaux Au lendemain d’une bourse plombée par les mauvaises nouvelles, la gestion de la crise du Covid-19 va devoir se mettre en place rapidement. Tout comme les stratégies de déconfinement pour un retour à la presque normale, les bourses se calment et l’espoir renaît. Bien que nous allons encore découvrir comment ressortir du marasme, en plus de porter un masque, des gants, gel désinfectant en poche, la mission est : recouvrer une santé pour les entreprises. Le chômage a atteint des niveaux jamais vus, jeudi plus de 5,2 millions de nouvelles inscriptions. Donald au pays de l’oncle Sam nous surprend encore une fois, parce qu’il a toujours une idée inattendue, comme de suspendre la contribution allouée à l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) en pleine crise du coronavirus ! Il accuse l’organisation d’avoir eu une mauvaise gestion et d’avoir dissimulé la propagation du virus. Dans les faits, il n’a même pas peur… c’était lui le premier à le dire du reste. Soudainement, il n’aimerait pas que dans les livres d’histoire de nos gamins, on puisse le décrire en tant que personnage « téméraire ». Pour l’heure en période électorale, il cherche aussi à se laver les mains. Marché suisse Pour une fois, il semblerait que la Suisse soit moins ébranlée par l’issue de la sortie de la pandémie, une vision un peu plus optimiste selon les sondages. Les solutions de chômage partiel offrent un temps de répit. Un scénario de reprise dans un délai d’un à deux mois semble possible pour quelques secteurs d’activités. Cet après-midi, les directeurs cantonaux de la santé estiment qu’il est important de séparer chaque étape par une quinzaine de jours, comme présenté par le Conseil fédéral. L’optimisme s’affiche avec notre indice SMI qui évolue au-dessus des 9'400 points. Les bancaires Crédit Suisse et UBS continuent à être malmenées. ODDO abaisse leurs ratings, selon leurs analystes les mesures de soutien sont jugées insuffisantes pour compenser la hausse du risque. Devises Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.96 et l'euro s'échange à CHF 1,05. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 919 24 29

  • Du pétrole dans la piscine ?

    Marchés internationaux En Asie, les marchés sont en léger repli. L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo perdait 0,6% en fin de séance. A Hong Kong, le Hang Seng cédait 0,1%. En Chine, l'indice Shanghai Composite reculait de 0,2%. Une amélioration du commerce extérieur chinois en mars indique que la sortie de la crise devrait se concrétiser dans les mois à venir. La bourse de New York a pour ainsi dire enterré le coronavirus et la bonne humeur est de retour. Les statistiques de propagation donnent l’espoir de bientôt laisser redémarrer l’économie en Europe et aux Etats Unis. Les décisions de baisses de production de pétrole prises par les principaux producteurs mondiaux n’ont pas convaincu et les cours ont replongé. Le prix du baril de brut léger américain WTI est au plus bas depuis 2002, il se négocie à 19,6 dollars. C’est le résultat de l’effondrement de la demande mondiale, évaluée à 9% de baisse de la consommation par l’Agence Internationale de l’énergie. Une raison imminente de s’inquiéter du stockage des barils, éventuellement dans les piscines ! Les indices sont en baisse avec la perspective d'une récession mondiale historique.    Marché suisse Dès l’ouverture, notre bourse suisse affichait une séance mitigée, puis elle glisse dans le rouge en deuxième partie de journée. Les indicateurs conjoncturels anéantissent la bonne nouvelle concernant le Covid-19. Le Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO) se base sur des analyses mensuelles pour communiquer qu’il faudra un semestre, voire jusqu’en 2021, pour progressivement retrouver une stabilité en Suisse. Dufry, exploitant de boutiques hors-taxes dans les aéroports, doit communiquer ses intentions quant à la rémunération de ses actionnaires. L’assemblée générale est repoussée et le conseil d'administration examine la situation en continu. Il doit prochainement communiquer la proposition définitive de dividende avec sa nouvelle convocation à l'assemblée générale. La nouvelle est mal perçue et l’action perd 10%. Seule, notre multinationale Nestlé, reste proche de l'équilibre. Devises Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.96 et l'euro s'échange à CHF 1,05. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 919 24 29

  • Après l’élan pascal

    Marchés internationaux En effet, la semaine passée a vécu la plus forte hausse hebdomadaire depuis 1974 pour les indices américains, voyant le Dow Jones rebondir de 12,6% et 12,1% pour le S&P 500, et 10,6% pour le Nasdaq. Les plans de soutien monétaire et budgétaire américains ont donné un regain d’optimisme aux investisseurs, qui de plus, sont restés bien sagement confinés dans l’espoir d'un ralentissement de la propagation du virus. Les marchés asiatiques ont réagi positivement à l’amélioration de la situation sanitaire en Europe. Hier soir, l’OPEP et ses principaux partenaires ont conclu un accord qualifié « d’historique » pour réduire la production mondiale de pétrole de 9,7 millions de barils. Si l’on en croit les experts, la demande mondiale aurait chuté de 30 à 35% en raison des mesures prises pour lutter contre la pandémie de Covid-19. On peut se poser la question quant à l’efficacité de cette mesure visant à soutenir les cours du pétrole. Le pétrole brut WTI est en baisse, il se négocie aux alentours de 21,40 dollars. Le Fond monétaire international (FMI) indique que la pandémie actuelle aura un impact bien plus important que la crise financière de 2008-2009. L'économie mondiale devrait connaître une récession de l’ordre de 3% sur la croissance en 2020, pour autant que les mesures de confinement se lèvent à fin juin. Bourse suisse Notre indice phare le SMI ouvrait en hausse, puis il restait au vert dans l’après-midi, continuant sa route en dessous des 9'600, après les bonnes nouvelles de la régression du Coronavirus. En effet, la Suisse est assez bon élève, les citoyens sont respectueux des règles. Les bancaires CS et UBS évoluent en terrain négatif. Givaudan a le vent en poupe, profitant de la demande en produits d’hygiène et de sécurité alimentaire, elle pourrait durablement en profiter, elle prend 4.46% et se traite à 3'208 francs. Devises Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.96 et l'euro s'échange à CHF 1,05. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 919 24 29

  • Trêve pascale

    MARCHÉS INTERNATIONAUX. Avant le long week-end pascal, les investisseurs sont divisés entre doutes et espoirs quant à l’évolution de la pandémie du coronavirus. Les marchés asiatiques ont terminé en ordre dispersé. La Bourse de Hong-Kong a progressé de 1,38% et l’indice composite de Shanghai a gagné 0,37%. Au Japon, l’indice Nikkei 225 a terminé la séance sur une légère baisse de 0,04%. De l’autre côté de l’Atlantique, l’indice Dow Jones Industrial Average a ouvert la séance dans le vert, porté par l’annonce de mesures supplémentaires de la Réserve fédérale (Fed) pour soutenir l’économie américaine face aux conséquences du Covid-19. MARCHÉ SUISSE Nos indices helvétiques ont terminé la journée en petite hausse. Le Swiss Market Index prend 0,22% et l’indice élargi Swiss Performance Index grapille 0,04%. Mise sous pression par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA) concernant le versement des dividendes 2019, les deux géants bancaires helvétiques, UBS et Credit Suisse, ont adopté une solution alternative. Leurs actionnaires respectifs seront payés en deux fois, à savoir une moitié ce printemps et le solde cet automne. Cependant, cette manière de faire devra encore être validée en assemblée générale. La banque d’investissement américaine Goldman Sachs abaisse son objectif de cours pour l’action du géant du travail intérimaire Adecco à 43 francs contre 48 francs précédemment, tout en maintenant sa recommandation à la vente. La grande banque américaine JP Morgan revoit son cours cible pour le titre du réassureur Swiss Re. Ce dernier passe de 108 francs à 98 francs, accompagné de la mention surpondérer. DEVISES En fin d’après-midi, sur le marché des devises, notre monnaie helvétique s’échange à 0,9660 pour un dollar américain et se négocie à 1,0560 pour un euro. JEROME DOUGOUD Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 24

  • Retour de l'optimisme

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La bourse de Tokyo a terminé la séance de mardi nettement dans le vert en réaction aux premiers signes de ralentissement de l’épidémie de coronavirus en Europe. L’indice Nikkei 225 gagne ainsi 2,01% à 18'950,18 points. L’embellie se fait également sentir en Chine où aucun décès lié au coronavirus n’a été signalé pour la première fois depuis le début de la pandémie au mois de décembre. Dans le sillage de ces nouvelles encourageantes sur le point sanitaire, les bourses de Shanghai et Shenzhen enregistrent des gains respectifs de 2,05% et 3,18%. En Europe, les ministres des finances des pays membres de la zone euro tentent de s’entendre sur de premières mesures économiques communes dans la lutte contre le coronavirus. Si les discussions avancent au sujet des prêts du fonds de secours de la zone euro et du fonds de garantie pour les entreprises, il n’y a actuellement aucun accord permettant la création d’instruments de dette communs à l’ensemble des pays membre, les fameux « coronabonds », auxquels l’Allemagne et les Pays-Bas sont pour l’instant opposés. En fin d’après-midi, l’indice DJ Eurostoxx 50 des valeurs les plus importantes cotées en euros enregistre un gain de 2,21%% à 2'857,67 points. Outre-Atlantique, où l’épidémie n’a pas encore atteint son pic, Wall Street ouvre à nouveau en hausse après avoir enregistré un bond de plus de 7% lundi, et ce en dépit de prévisions peu encourageantes pour les marchés actions. En effet, à une baisse importante des bénéfices attendus et des dividendes payés en 2020 s’ajoute une diminution de l’ordre de 50% selon certains analystes des rachats de leurs propres actions par les entreprises elles-mêmes, véritable moteur de la performance du marché américain depuis la crise financière de 2008. MARCHÉ SUISSE Malgré la possibilité offerte aux employeurs helvétiques de recourir au chômage partiel, le taux de chômage a augmenté à 2,9% au mois de mars contre 2,5% le mois précédent. L’indice Swiss Market Index (SMI) progresse néanmoins de 0,55% à 9'514.60 points. Sur le marché élargi, l’indice Swiss Performance Index (SPI) gagne 0,11% à 11'557.23 points. JULIEN YERLY Gestion de Fortune - Fribourg 026 350 74 78

  • Début de semaine rebondissant

    MARCHÉS INTERNATIONAUX En Asie, l'indice Nikkei de Tokyo a terminé la séance sur un rebond de plus de 4% alors que la Bourse de Hong Kong inscrit sa meilleure clôture depuis trois semaines en avançant de 2,2%. La semaine démarre bien aussi en Europe, où les investisseurs retrouvent le moral grâce à un vent d’espoir de voir l’Europe se diriger vers un possible pic du coronavirus. L'Italie et l'Espagne, les deux pays européens les plus touchés par la pandémie, voient un ralentissement du nombre de décès dus au coronavirus. En Allemagne, le nombre de nouvelles contaminations a baissé pour la quatrième journée consécutive et en France, le nombre de morts en milieu hospitalier a reculé durant le week-end. Dans l'Etat de New York, épicentre de l'épidémie américaine, le nombre de nouveaux décès a diminué dimanche pour la première fois en une semaine tout en restant à un niveau extrêmement élevé. Le cours du pétrole repart à la baisse (près de -6%) après le report à jeudi d'une réunion prévue lundi entre l'Opep et la Russie, qui a éloigné la perspective d'un accord permettant de soutenir les cours. Toutefois, la Russie et l’Arabie saoudite, qui se livrent depuis plusieurs semaines une guerre des prix, sont apparemment proches de trouver un accord. A 17h30, le DJ Eurostoxx 50, indice regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, avance d’un peu plus de 5% à 2'800.67 points, tout comme à Wall Street où les principaux indices entament la journée avec une performance proche de 5%. MARCHÉ SUISSE Le marché suisse profite des signes encourageants concernant l’évolution du coronavirus, le Swiss Market Index avance de 2,38% à 9'462,34 points. Swatch est le grand gagnant de la journée (+7,3%) alors que Lonza recule de 0.27% mais garde la première place depuis le début de l’année avec sa performance de plus de 13%. Selon une étude du cabinet de conseil Deloitte, les entreprises helvétiques semblent mieux armées pour redémarrer rapidement leur activité après la crise. Le cabinet souligne des finances publiques saines et une optimisation permanente des sociétés du fait de la cherté du franc suisse. JULIE MURITH Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 99

  • Mauvais chiffres américains

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Pour la dernière séance de la semaine, Hong-Kong a reculé de 0,19%. En Chine continentale, l’indice composite de Shanghai s’est allégé de 0,60%. Au Japon, après quatre séances consécutives de baisse, l’indice Nikkei des 225 valeurs vedettes a clos sur une infime progression de 0,01%, ce qui lui fait une perte hebdomadaire de 8%. En fin d’après-midi, l’indice DJ Eurostoxx 50, indice regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, perd 0,95%. De l’autre côté de l’Atlantique, l’indice Dow Jones Industrial Average ouvre la séance sur une tendance négative à la suite des mauvais chiffres sur l’emploi américain. En effet, le taux de chômage, qui était tombé en février à 3,5%, le niveau le plus bas en 50 ans, est brutalement remonté à 4,4%. Ceci signifie que l’économie américaine à détruits 701'000 emplois sur un mois. MARCHÉ SUISSE Nos indices helvétiques ont terminé la journée en ordre dispersé. Le Swiss Market Index égare 0,31% et l’indice élargi Swiss Performance Index avance de 0,17%. Du côté des nouvelles d’entreprises, lors de l’assemblée générale qui s’est tenue à huis clos par le technicien de l’aération et de la climatisation Zehnder, il a été décidé de réduire le dividende de 1 franc à 0,70 franc. Cette baisse est une mesure préventive en vue de préserver les liquidités du groupe, dans un contexte international très incertain, et ceci malgré le bilan solide de la société. Par contre, l’assureur Bâloise va proposer lors de son assemblée générale qui aura lieu le 24 avril prochain une hausse de son dividende de 0,40 franc à 6,40 francs. La banque Julius Baer rabote l’objectif de cours du fabricant d’accès sécurisés aux bâtiments Dormakaba à 460 francs, contre 520 francs précédemment, tout en maintenant sa recommandation à garder. Le gestionnaire de fortune revoit également son cours cible pour le chimiste de spécialités Clariant à 17 francs contre 21 francs auparavant avec une mention inchangée à neutre. JEROME DOUGOUD Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 24

  • Gros rebond du pétrole

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les bourses asiatiques ont terminé la séance en ordre dispersé ce jeudi, le marché japonais poursuivant sa dégringolade, entre tendance négative à New York et craintes liées au Co-ronavirus, tandis que les places chinoises ont fini dans le vert grâce au rebond du pétrole, dont les cours ont été dopés par les déclara-tions du président américain qui s’attend à un accord sur la production entre la Russie et l’Arabie saoudite dans les prochains jours. A Tokyo, le Nikkei a clôturé en baisse pour une quatrième séance consécutive (-1,37% à 17'818,72 points) dans l’impossibilité de rebon-dir malgré un gros plongeon de 4,5% la veille. A l’inverse, les bourses chinoises ont terminé en hausse de respectivement 0,84% à 23'280,06 points pour Hong Kong et 1,69% à 2'780,63 points pour le Shanghai Composite. Les marchés européens ont clôturé proche de l’équilibre grâce au soutien du pétrole et mal-gré la publication des inscriptions hebdoma-daires au chômage aux Etats-Unis où la crise du Covid-19 a fait de gros dégâts sur le mar-ché de l’emploi. Le nombre de chômeurs ins-crits a ainsi atteint un plus haut historique de 6,548 millions, en hausse de 3,341 millions par rapport à la semaine précédente ! Avant que la pandémie ne stoppe la majeure partie de l’économie américaine, le précédent record datait de 1982 avec 695'000 inscrits, soit près de 10 fois moins que le niveau publié hier. Dans la foulée, Wall Street a ouvert en baisse avant de se reprendre, toujours grâce à la remonté du prix du baril. MARCHÉ SUISSE A la bourse de Zurich, l’indice de référence SMI (Swiss Market Index) a terminé en hausse de 1,11% à 9'270,96 points. Le trio de tête se composait de Swiss Re (+2,76% à CHF 71,50), Givaudan (+2,65% à CHF 2'985.00) et Novartis (+2,38% à CHF 80,78), tandis qu’on retrouve, en queue de peloton, Alcon (-3,23% à CHF 47,58) devant Sika (-2,66% à CHF 152,10) et Lonza (-1,04% à CHF 391,30). Sur le marché élargi, le président du conseil d’administration d’Idorsia (-2,06% à CHF 23,76) a annoncé son retrait au terme de la pro-chaine assemblée générale le 13 mai pro-chain, laquelle, coronavirus oblige, se tiendra par voie électronique. Une augmentation de capital est également prévue. David Hartmann Gestion de fortune 026 350 74 29

  • L'économie souffre

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La bourse de Tokyo a terminé la séance de mercredi en net recul alors que les investisseurs craignent de voir Tokyo touchée par des mesures de confinement. L’indice Nikkei 225 perd ainsi 4,50% à 18'065,41 points, alors que les bourses chinoises résistent mieux. En effet, alors que le nombre de cas de contamination menace d’exploser dans l’archipel nippon, la Chine de se remet quant à elle au travail et les bourses de Shanghai et Shenzhen enregistrent des reculs respectifs limités de 0,57% et 0,35%. En Europe, les conséquences économiques de la pandémie continuent également de se faire sentir. Ainsi, plusieurs banques anglaises ont annoncé qu’elles renonçaient à verser des dividendes cette année à la demande de la Banque d’Angleterre qui désire les voir consolider leurs fonds propres en vue des semaines difficiles à venir. La publication des indices PMI des directeurs d’achat pour le secteur manufacturier au mois de mars laisse entrevoir les conséquences des mesures de prévention du coronavirus sur les chaînes d’approvisionnement. L’activité manufacturière au sein de la zone euro est ainsi tombée à son plus bas niveau depuis la crise de la dette de 2012. Outre-Atlantique, les investisseurs s’inquiètent également des conséquences de la chute du cours du baril sur les sociétés du secteur de l’énergie. Dans ce contexte, Wall Street ouvre en baisse et, en fin d’après-midi, l’indice DJ Eurostoxx 50 des valeurs les plus importantes cotées en euros enregistre une perte de 3,83% à 2'680,30 points. MARCHÉ SUISSE L’indice Swiss Market Index (SMI) recule de 1,54% à 9'168.98 points. Sur le marché élargi, l’indice Swiss Performance Index (SPI) perd 1,11% à 11'194.22 points. L’augmentation de capital lancée par le fabricant de semi-conducteurs AMS n’a été souscrite qu’à hauteur de 70% par les actionnaires existants et le titre du groupe autrichien perd 9,12% à 8,67 francs. DEVISES Sur le marché des changes, le franc suisse s’affaiblit face au billet vert à 0,9673 franc pour un dollar et s’apprécie légèrement face à la monnaie européenne à 1,0576 francs pour un euro. JULIEN YERLY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 78

  • FIN DE TRIMESTRE SUR UNE BONNE NOTE

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les bourses asiatiques ont clôturé la journée de mardi en ordre dispersé. À Tokyo, suite aux inquiétudes liées à un possible confinement de la capitale nippone, l’indice Nikkei des 225 valeurs vedettes japonaise a reculé de 0,88% à 18'917,01 points. À l’inverse, les bourses chi-noises ont progressé de respectivement 0,11% à 2'750,29 points pour le Shanghaï Composite et de 1,85% à 23'603,48 points pour l’indice Hang Seng de Hong Kong, alors que les ventes au détail (en valeur) affichent désor-mais 13 trimestres consécutifs de baisse dans l’ex colonie britannique, après un plongeon historique de 44% en février. Sur le vieux continent, les bourses de Francfort et de Paris ont clôturé dans le vert, en hausse de 1,22% pour le DAX et de 0,4% pour le CAC40. En Allemagne, le taux de chômage est resté stable à 5% en mars, avant que la crise du coronavirus ne mette l’économie au ralenti. Les attentes reposent désormais sur le recours massif des entreprises au chômage partiel comme arme permettant à terme de préserver l’emploi. En Zone euro, le taux d’inflation annuel a nettement ralenti en mars avec une estimation à 0,7% contre 1,2% pour le mois de février, selon l’office statistique de l’Union européenne. Cette évolution trouve son explication principalement par la chute des prix de l’énergie. Après une ouverture en baisse, Wall Street est repassé dans le vert et parvenait tout juste à se maintenir en terrain positif à l’heure de clô-ture des marchés européens. Avec un rabo-tage d’environ 20% depuis le début de l’année, le Dow Jones réalise sa plus mau-vaise performance sur trois mois depuis la chute de 25% du quatrième trimestre 1987 ainsi que le pire premier trimestre de son histoire. MARCHÉ SUISSE A Zurich, le SMI (Swiss Market Index) a terminé la journée sur un gain de 1,5% à 9'311,92 points et seulement quatre valeurs ont clôturé en baisse. La meilleure performance est à mettre à l’actif de Swiss RE qui fini largement en tête (+6,06% à CHF 74,56), devant Adecco (+3,7% à CHF 38,14) et Zurich (+3,31% à CHF 343,40). A l’autre bout du tableau, le bonnet d’âne est pour la défensive Swisscom qui ter-mine la journée en baisse de 2,95% à CHF 520,20. Sur le marché élargi, le chocolatier zurichois Lindt & Sprüngli (+7,51% à CHF 8'155.00) a an-nulé ses objectifs 2020 au regard des consé-quences du coronavirus sur ses activités. La société maintien toutefois son dividende spécial anniversaire et se dit paré pour affronter la crise. David Hartmann Gestion de fortune Fribourg 026 350 74 29

  • Fin de semaine saignante

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Au Japon, les marchés progressent après avoir accusé une lourde perte la veille, l’indice Nikkei 225 affichant une performance de 3,9%, dans la foulée de Wall Street jeudi soir. Sur la semaine, l’indice rebondit d’un peu plus de 17%. En Europe comme aux Etats-Unis, les marchés font profil bas avec des pertes entre 3 et 5% selon les indices alors que la pandémie continue de se propager. Avec plus de 82'000 cas, les Etats-Unis sont devenus le pays le plus touché par le coronavirus. La Chambre des représentants doit voter sur le vaste plan de relance de 2'000 milliards de dollars validé par le Sénat pour soutenir l’économie américaine puis il devra être promulgué par Trump. Alors qu’en Europe, les investisseurs perdent patience suite au report de la décision quant à des mesures fortes de soutien à l’économie lors de la réunion des 27 pays de l’Union européenne. La partie est encore loin d’être gagnée, les milliers de milliards déversés par les Banques centrales et les Etats sont parvenus à calmer jeu dans un premier temps, mais la durée et l’ampleur de la pandémie ainsi que les avancées concernant la commercialisation d’un vaccin seront vraisemblablement les vraies clés de résolution de cette crise. A 17h30, le DJ Eurostoxx 50, indice regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, recule de 4,7%, alors que sur la semaine, l’indice récupère près de 6,7% de performance. Au niveau des taux, ces derniers continuent de baisser après que la Banque centrale européenne (BCE) ait annoncé qu'elle suspendait ses propres règles limitant à 33% les rachats de dette d'un pays dans le cadre de son programme de 750 milliards d'euros. La BCE peut ainsi apporter son aide aux pays les plus gravement touchés, l’Italie notamment. MARCHÉ SUISSE La Suisse avec son marché défensif limite la baisse, le Swiss Market Index reculant de 2,26%. Seul Swisscom parvient à se hisser en territoire positif (+0,27%), suivi de Roche (-0,25%) alors que Credit Suisse est le grand perdant de la journée avec une perte de 7%. JULIE MURITH Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 99

  • Le rebond continue

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les bourses asiatiques ont clôturé largement dans le vert mercredi, dans la foulée de l’accord aux Etats-Unis sur un plan de soutien massif à l’économie de près de USD 2'000 mil-liards ! A Tokyo, l’indice vedette Nikkei a fini sur un bond de 8,04%, sa plus forte hausse en pour-centage depuis octobre 2008 alors qu’il avait déjà terminé en hausse de plus de 7% la veille. En Chine, l’indice composite de Shanghai a pris 2,17% et le Hang Seng de la Bourse de Hong Kong s’est enrobé de 3,81%. Après une ouverture en forte hausse, les mar-chés européens peinaient à rester dans le vert à la mi-journée mais l’ouverture à Wall Street a pu redonner un élan positif aux indices qui ont ter-minés en hausse de plus de 4% pour le CAC40 parisien et en plus légère progression (1,8%) pour le DAX allemand. Après une hausse de plus de 11% la veille, la bourse de New-York continuait sa progression et le Dow Jones s’enrobait de plus de 4% à l’heure de clôture des marchés européens tandis que les Etats-Unis sont appelés à devenir le prochain grand foyer de contamination du COVID-19 selon de nombreux observateurs d’autant que Donald Trump entend « rouvrir » le pays pour Pâques. L’économie avant tout……… MARCHÉ SUISSE A la bourse Suisse, ce sont surtout les valeurs financières qui se sont démarquées avec la médaille d’or pour l’assureur Zurich (+ 7,32%). Le spécialiste valaisan de la chimie Lonza a pris la deuxième place sur le podium (+6.93%) devant le réassureur Zurichois Swiss Re (+6,45%). A l’autre bout du tableau, les deux seules valeurs à terminer en baisse sont Givaudan (-0,77%) et le géant bleu Swisscom qui tient la lanterne rouge (-1,35%). Sur le marché élargi, Dufry s’est envolé de près de 12% alors que Moody’s a pourtant abaissé la note de crédit de l’exploitant bâlois de com-merce hors taxe de « Ba » à « Ba3 ». David Hartmann Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 29

  • CHOC SUR L'EMPLOI

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La bourse de Tokyo a terminé la séance de jeudi en forte baisse après deux séances consécutives de hausse marquée. Les investisseurs craignent de voir Tokyo touchée par une flambée du coronavirus alors que la capitale japonaise n’a pas encore pris de mesures de confinement à l’encontre de ses habitants, à la différence des principales métropoles mondiales. L’indice Nikkei 225 perd ainsi 4,51% à 18'664,60 points alors que les bourses chinoises de Shanghai et Shenzhen résistent mieux, comme c’est le cas depuis le début de la crise du coronavirus, et enregistrent des reculs respectifs de 0,60% et 0,80%. Outre-Atlantique, la journée a été marquée par la publication du nombre de nouvelles inscriptions au chômage durant la semaine dernière, lesquelles ont explosé pour atteindre un record absolu à plus de 3 millions en réaction aux mesures de confinement adoptée dans le cadre de la lutte contre la pandémie. La comparaison avec le précédent record de 695'000 inscriptions hebdomadaires établi en 1982 donne une mesure de la tempête qui s’abat actuellement sur le marché de l’emploi américain. Néanmoins, Wall Street ouvre en hausse dans l’espoir que les mesures de soutien annoncées par les autorités monétaires et fiscales, bien plus importantes encore que celles prises durant la crise financière de 2008, suffisent à soutenir l’économie américaine. En Europe, les principales places boursières ouvrent en baisse et s’orientent à la hausse à la mi-séance. En fin d’après-midi, l’indice DJ Eurostoxx 50 des valeurs les plus importantes cotées en euros enregistre un gain de 1,70% à 2'847,78 points. MARCHÉ SUISSE L’indice Swiss Market Index (SMI) progresse de 2,39% à 9'203.98 points, soutenu par la bonne performance des géants bancaires UBS et Credit Suisse. Sur le marché élargi, l’indice Swiss Performance Index (SPI) gagne 2,20% à 11'147.02 points. DEVISES Sur le marché des changes, le franc suisse s’apprécie face au billet vert à 0,9642 franc pour un dollar et reste stable face à la monnaie européenne à 1,0631 francs pour un euro. JULIEN YERLY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 78

  • Nouvelles encourageantes

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Pour la séance de mardi, les marchés ont été influencés positivement par les annonces cumulées de la Réserve fédérale américaine, afin de limiter les conséquences économiques du coronavirus, ainsi que l’appel de Pékin à favoriser la reprise du travail. En effet, les habitants de Wuhan, où le Covid-19 a été identifié en décembre 2019, sont désormais autorisés à reprendre le travail sous certaines conditions. Ces diverses nouvelles ont provoqué un important rebond des indices boursiers. La bourse de Hong Kong a progressé de 4,5% et, en Chine continentale, la Bourse de Shanghai a gagné 2,34%. Au Japon, l’indice Nikkei des 225 valeurs vedettes a flambé de 7,13%. En fin d’après-midi, l’indice DJ Eurostoxx 50, indice regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, monte de 9,24%. De l’autre côté de l’Atlantique, l’indice Dow Jones Industrial Average ouvre également en forte hausse. MARCHÉ SUISSE Nos indices helvétiques ont terminé la journée dans la même tendance. Le Swiss Market Index prend 7,02% à 8'733 points et l’indice élargi Swiss Performance Index avance de 6,20% à 10'609 points. Du côté des sociétés, le groupe pharmaceutique Roche informe qu’il augmente ses capacités de fabrication pour maximiser la production d’Actemra, dans le but d’accroître l’offre disponible dans le monde. Ce médicament est destiné aux patients les plus touchés par le virus. La banque Société Générale a revu à la hausse l’objectif de cours pour l’action du groupe pharmaceutique. Ce dernier passe de 285 à 365 francs avec une recommandation à l’achat. Le spécialiste du chocolat Barry Callebaut voit son titre recommandé à surperformer par les analystes de Crédit Suisse avec un cours cible à 2'225 francs. DEVISES En fin d’après-midi, sur le marché des devises, notre monnaie helvétique s’échange à 0,98 pour un dollar américain et se négocie à 1,06 pour un euro. JEROME DOUGOUD Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 24

  • Vivez cachés !

    Marchés internationaux Après les décisions prises par les banques centrales pour calmer la tempête en sortant les grands moyens d’urgence, les bourses américaines ont terminé en hausse. Il devient urgent d'apaiser les tensions sur les marchés pour essayer de limiter l'impact économique de la pandémie de coronavirus. Le Dow Jones affichait 20’087,19 points, légèrement au-dessus d’une barrière psychologique. Le Nasdaq se démarquait avec 7’150,58 points, soit une hausse marquée de 2,30% pour les valeurs technologiques, et l’indice S&P 500 à 2’409,39 points. On croit reprendre un peu son souffle dans la journée, puis dans l’après-midi nous retournons dans un mouvement baissier. Bourse suisse La Bourse suisse ouvrait avec un regain d’énergie, notre indice SMI se valorisait de 4,83% à 9’165,9 points. Au fil de la journée, son entrain s’amenuisait, en raison des mesures prises par la Confédération qui finalement sont perçues comme faibles, aussi bien pour notre santé que pour l’économie du pays. En effet, c’est surprenant pour un petit pays comme le nôtre qui a la chance d’être le fief des organisations internationales et qui est mieux placé que d’autres pour la compréhension des problématiques de catastrophes. Comment est-il possible de ne pas mettre rapidement des mesures plus radicales pour stopper l’évolution du virus ? La crise est évidemment médicale, mais c’est toute l’économie mondiale qui risque d’être paralysée. En fin de séance, l’indice phare SMI peine à garder le cap et à la veille de la clôture, il évolue à 8'744 points. Devises Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.9860 et l'euro s'échange à CHF 1,055. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 919 24 29

  • Cash is King !

    Marchés internationaux Toutes les bourses sont malmenées par le Covid-19, décrété comme l’ennemi public numéro 1. Les banques centrales ont à nouveau pris des mesures pour éviter de rentrer en récession. La FED a mis en place un nouveau programme pour préserver les Fonds de placement du marché monétaire de retraits massifs. De son côté, la BCE a également pris des dispositions pour calmer le marché obligataire européen, en rachetant des dettes à hauteur de 750 milliards d’euros. A ce stade, on se demande si ces programmes d’urgence pourront maintenir l’économie mondiale «sous perfusion» jusqu’à ce que cela se calme ? Comme toute maladie pour laquelle nous n’avons pas de solution de traitement ou suffisamment de ressources pour la contrer, le facteur « temps » devient très important ! Encore combien de temps cela va-t-il durer ? A ce stade, il vaut mieux ne plus parler du taux de contamination, peut-être serait-il plus efficace de rendre les directives plus sévères et qu’une fois pour toute, que tout le monde s’y tienne ! Cela va sans dire que la plupart des entreprises souffrent déjà de cette pandémie, avec un ralentissement ou tout simplement un arrêt momentané de leur activité. Sans surprise, les inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis ont déjà été impactées par le virus. Elles ont atteint le plus haut niveau la semaine passée, plus connu depuis septembre 2017 ! Bourse suisse Notre Banque nationale suisse laisse son taux directeur inchangé à -0,75 pourcent. Silencieusement elle continue à intervenir sur le marché des changes pour contribuer à stabiliser la situation. Elle vise ainsi à réduire l’attrait des placements en francs suisses. Les résultats des entreprises parus ce jour sont passés inaperçus. La bourse suisse s’acheminait dans le vert, avec une amélioration significative. Dans les poids lourds, Nestlé affichait plus de 3 pourcents de hausse. La multinationale rhénane, Roche, annonce le lancement d’une étude clinique sur 330 cas de malade du Covid-19. En administrant le médicament « Tocilizumab », elle veut ainsi vérifier l'efficacité et la sécurité de l'administration en cas de pneumonie, le titre est recherché et affiche une progression de 6 pourcents. Devises Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.98 et l'euro s'échange à CHF 1,05. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 919 24 29

  • Lundi noir

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La décision a été prise, le Nord de l’Italie est mis sous quarantaine jusqu’au 3 avril. Les villes de Milan, Venise, Parme et Rimini ainsi que les régions les entourant qui regroupent près de 15 millions de personnes sont donc techniquement coupées du monde. Après la Chine, l’Italie est le deuxième pays le plus touché par le Covid-19 avec plus de 7'000 cas recensés et près de 400 morts. En Chine, les effets du Coronavirus se font sentir dans les chiffres d’exportation publiés samedi avec une chute de 17,2% en janvier-février en rythme annuel. Le cours du pétrole est en chute libre (près de -30%), après l’échec des discussions entre l'Opep et la Russie sur un nouvel accord d'encadrement de la production. L'or noir n'avait pas connu un tel décrochage depuis la première guerre du Golfe, en 1991. La décision de l’Arabie saoudite d'augmenter sa production et de baisser ses prix de vente a semé la panique dans un contexte déjà très tendu avec le Coronavirus. A Wall Street, les « coupe-circuits » ont dû être activés à l’ouverture des marchés, suite à l’effondrement des grands indices. Les échanges ont été interrompus pendant un quart d’heure alors que l'indice Standard & Poor's 500 cédait plus de 7%. En particulier, les valeurs pétrolières accusent le coup à l’image de Schlumberger qui cède environ -30%. A la clôture, le DJ Eurostoxx 50, indice regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, recule de 8,45% à 2'959,1 points. MARCHÉ SUISSE En Suisse, les conséquences de la propagation du virus se font ressentir, les deux indices vedettes cèdent le pas, à l’image du SMI (-5,55%) et le franc suisse, valeur refuge, s’apprécie. Aux cotations, les valeurs bancaires sont particulièrement malmenées à cause de la baisse marquée des taux d’intérêt, Credit Suisse recule de 12,9% alors que UBS cède 10,4%. Les valeurs défensives limitent en relatif les dégâts, mais finissent toutefois largement dans le rouge : Nestlé (-3,14%), Novartis (-4,07%) et Givaudan (-4,33%). JULIE MURITH Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 99

  • Nouvelle baisse

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La bourse de Tokyo a terminé la séance de vendredi en forte baisse, impactée comme l’ensemble des places boursières par la menace grandissante que fait peser sur l’économie l’épidémie de coronavirus. L’indice Nikkei 225 perd ainsi 2,72% à 20'749,75 points alors que, à la surprise générale, ses consœurs chinoises de Shanghai et Shenzhen résistent mieux et enregistrent des reculs respectifs de 1,21% et 0,74%. En Europe, les investisseurs délaissent également les actions au profit des obligations d’Etat dont les rendements tombent à leur plus bas niveau historique, à l’exception des pays dont l’endettement public réduit l’appétit des investisseurs. C’est le cas de l’Italie dont le taux d’emprunt à dix ans a connu une légère hausse suite à l’annonce d’un plan de 7,5 milliards d’euros pour faire face à l’épidémie de Covid-19. En effet, cette dépense représente une hausse de 0,3% du déficit 2020 de l’Italie initialement chiffré à 2,2% du produit intérieur brut (PIB). En fin d’après-midi, l’indice DJ Eurostoxx 50 des valeurs les plus importantes cotées en euros recule de 3,91% à 3'232,07 points. Outre-Atlantique, les investisseurs placent leurs espoirs dans l’annonce de mesures fiscales supplémentaires de soutien à l’économie et Wall Street subit des pertes plus limitées qu’en Europe. Enfin, l’or a bénéficié en début de séance de la baisse des rendements obligataires, laquelle réduit le coût d’opportunité lié à la détention du métal jaune. La publication de chiffres de l’emploi américain encourageants pour le mois de février a cependant eu raison de cet enthousiasme et l’or termine la journée en légère baisse. MARCHÉ SUISSE L’indice Swiss Market Index (SMI) recule de 4,01% à 9'736.82 points, entraîné par la chute du géant pharmaceutique Roche, en baisse de 5% à 313,70 francs. Sur le marché élargi, l’indice Swiss Performance Index (SPI) perd 3,96% à 11'859.33 points. DEVISES Sur le marché des changes, le franc suisse joue pleinement son rôle de valeur refuge et poursuit son appréciation à 1,0592 francs pour un euro et 0,9356 franc pour un dollar. JULIEN YERLY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 78

  • Marchés embourbés

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Au Japon, les marchés ont clôturé en hausse, dopé par la séance de mercredi sur Wall Street. En effet, Le Nikkei 225 profitait du retour en forme du centriste Joe Biden dans les primaires démocrates après le « Super Tuesday ». Les valeurs pharmaceutiques japonaises ont vu d’un bon œil la déconfiture du candidat Bernie Sanders, hostile au système privé d’assurance maladie. Celles-ci ont pris l’ascenseur. Le geste fort de la Fed qui a baissé ses taux directeurs d’un demi-point ne parvient pas à avoir un impact à long terme sur les marchés européens. En effet, le CAC 40 égarait plus de 2% en fin d’après-midi alors que le DAX de Frankfort faisait un peu mieux en chutant de plus de 1,8%. Les dégâts de la journée sont évidemment à attribuer à l’épidémie de Covid-19 qui commence à frapper l’industrie automobile européenne. Les commandes et les immatriculations de voitures neuves ont été en forte baisse durant le mois de février et selon les analystes il est probable que la tendance se prolonge durant les prochains mois. MARCHÉ SUISSE En Suisse, le scénario mis en scène par le coronavirus était le même que celui projeté sur les écrans des bourses européennes. Dans ce contexte difficile, le SMI a enregistré une perte de -1,05% pour terminer la journée 10'143,57 points. Les principales victimes de la journée étaient Adecco (-3,74%) et les bancaires. Le spécialiste du placement de personnel a subi une dégradation de recommandation de la part des analystes de JPMorgan. Cette révision fait suite aux conséquences du coronavirus difficiles à prédire pour la branche. Crédit Suisse a également subi les foudres des spécialistes de la banque américaine qui ont raboté son objectif de cours. De ce fait, l’établissement financier helvétique a perdu 3,22%. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • Un retour aux achats

    MARCHÉS INTERNATIONAUX En zone euro, l’activité globale s’est redressée par rapport à janvier avec un indice IHS Markit qui ressort à 51,6 en février, soit la plus forte expansion du secteur privé depuis six mois. A ce stade, il est encore difficile de voir l’impact du fort ralentissement chinois dans ces statistiques. Le Fonds monétaire international (FMI) annonce qu’il révisera prochainement ses prévisions de croissance à la baisse, probablement en dessous de celle de l’an dernier (2,9%). Le FMI continue de travailler sur des scénarios, la durée de l’épidémie étant la variable déterminante pour ces estimations mais aussi très difficile à prédire à ce stade. A la clôture, le DJ Eurostoxx 50, indice regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, avance de 1,44% à 3'420,6 points. Après avoir été secoués par la baisse de taux surprise de 50 points de la Réserve fédérale la veille, les marchés américains ouvrent sur un rebond d’environ 2% selon les indices. En effet, la perspective de voir le candidat centriste, Joe Biden, affronter Donald Trump aux élections présidentielles redonne du baume au cœur aux investisseurs. Le secteur de la santé en profite avec une hausse de plus de 3%, puisque la mise en place d’un grand système de santé publique tel que voulu par le démocrate Bernie Sanders devient moins probable. La publication d’une statistique sur la croissance du secteur non-manufacturier, l’indice ISM donne aussi une impulsion positive en sortant à 57,3, soit bien au-dessus de la barre des 50 ce qui est synonyme d’une expansion de l’activité. MARCHÉ SUISSE Sans information particulière, Alcon est le grand perdant de la journée avec un recul de 3,85%, alors que les valeurs défensives Swisscom (+3,46%), Nestlé (+2,5%), Novartis (+2,04%) et Roche (+3,12%) progressent fortement. A la clôture, le Swiss Market Index avance de 1,63% à 10'251,4 points, alors que l’indice plus large Swiss Performance Index gagne 1,48% à 12'482,8 points. DEVISES En fin d’après-midi, le franc suisse gagne du terrain face à l’euro et s’échange à 1,0634 franc, tout comme face au dollar et se négocie à 0,9554 franc. JULIE MURITH Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 99

  • Pari sur les banques centrales

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Après avoir connu une des plus violentes baisses hebdomadaires depuis la crise financière de 2008, les marchés rebondissent. Les investisseurs parient sur l’espoir de voir les grandes banques centrales venir à la rescousse des marchés, en annonçant de nouvelles mesures de soutien monétaire, dans le but d’atténuer l’impact économique de l’épidémie du coronavirus sur l’économie mondiale. Les marchés asiatiques ont terminé en ordre dispersé. Hong-Kong a égaré 0,03% et Shanghai s’est valorisé de 0,74%. Par contre, la Bourse tokyoïte n’a pas suivi la même tendance. La montée du yen face au dollar est défavorable pour les valeurs japonaises exportatrices et l’indice vedette Nikkei 225 termine en baisse de 1,22%. En fin d’après-midi, l’indice DJ Eurostoxx 50 monte de 0,99% et de l’autre côté de l’Atlantique, au lendemain de sa plus forte progression quotidienne depuis 2009, l’indice Dow Jones Industrial Average a ouvert en hausse pour ensuite corriger à la baisse, malgré l’annonce surprise d’une réduction des taux de 0,5% de la part de la Fed . MARCHÉ SUISSE Nos indices helvétiques ont terminé la journée en forte progression. Le Swiss Market Index prend 1,37% à 10'087 points et l’indice élargi Swiss Performance Index s’envole de 2,10% à 12'300 points. Du côté des sociétés, le concepteur de logiciels et périphériques informatiques Logitech réduit ses prévisions de bénéfice opérationnel pour son exercice en cours 2019/20 qui se terminera fin mars, mais confirme ses perspectives de vente qui sont attendues en hausse de 5 à 9%. Le groupe industriel schwytzois Oerlikon termine l’année 2019 sur une perte nette de 66 millions, liée au désinvestissement de 284 millions de la division Drive Systems Segment. Son conseil d’administration propose le versement d’un dividende de 1 franc par action. La banque d’investissement américaine Jefferies a fait une nouvelle étude sur le groupe énergétique et d’automation ABB. Elle fixe un objectif de cours à 18,85 francs accompagné d’une recommandation à souspondérer. DEVISES En fin d’après-midi, sur le marché des devises, notre monnaie helvétique s’échange à 0,9560 pour un dollar américain et se négocie à 1,0690 pour un euro. JEROME DOUGOUD Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 24

  • SEMAINE DE PAGAILLE

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les marchés mondiaux ont terminé la semaine comme entamée, largement dans le rouge. En cette seule semaine, tous les indices ont non seulement gommé les hausses engrangées depuis le début de l’année mais sont passés largement en négatif. Haro sur LE virus ! Et de ce côté-là, on ne sait sur quel pied danser. On entend tous les sons de cloche à nouveau : ceux qui tentent de calmer le jeu en informant qu’à ce stade, il s’agit encore d’une forme de grippe et ceux qui au contraire attisent les peurs en annulant manifestations et autres. Le monde semble s’immobiliser au fur et à mesure des annonces de nouveaux cas. D’autant plus que l’OMS vient de porter, vendredi après-midi, à « très élevé » le niveau de la menace liée au coronavirus. Et comme toujours en cas de « crise » sur les marchés, ces derniers tournent leurs espoirs vers les banques centrales. Si la banque centrale des Etats-Unis a encore un peu de marge de manœuvre pour une baisse de taux, il n’en va pas de même pour la banque centrale européenne, qui applique déjà des taux négatifs. Les futures conséquences économiques de cette crise sanitaire restent difficilement évaluables. SUISSE Le marché suisse a également souffert depuis le début de cette semaine et l’indice principal SMI qui, il y a une semaine encore caracolait à 11'110.78 points a terminé vendredi à 9'807.82 points, soit une perte de près de 12% en une semaine. Ce qui porte la performance de notre indice phare à -7.62% depuis le début de l’année. Le spectre d’une baisse de taux aux Etats-Unis et en Europe pourrait bien avoir raison d’une nouvelle baisse également en Suisse. Les investisseurs se réfugient dans les valeurs refuge telles les lettres de gage, les emprunts de la Confédération et ceux de débiteurs de première classe. Le franc suisse s’échangeait vendredi à 1.06 contre EUR et 0.9670 contre USD. NATHALIE WYSS Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 12

  • TROUVEZ-MOI UN VACCIN !

    MARCHÉS INTERNATIONAUX C’est assez fou de voir le comportement que nous, Occidentaux avons face à des situations comme l’expansion de la contagion du Coronavirus sur notre continent. En effet, tant qu’il n’y avait des cas recensés qu’en Chine, personne ne s’est dit que ça allait être la catastrophe. Il a suffi d’un foyer de contagion en Italie, donc devant notre porte, pour que tout le monde se mette à paniquer, acheter des boites de conserves, les stocker dans tous les abris PC qu'on trouve et dévaliser les stocks de munitions pour se prémunir face à une éventuelle invasion de Zombies atteints par le virus COVID-19. Je m’excuse donc auprès des lecteurs de ce commentaire boursier de devoir à nouveau parler de cette épidémie qui commence, en plus de faire mal aux marchés boursiers, à pomper l’air de tout le monde. Littéralement. L’Europe entière s’est donc mise à brûler des montagnes de cash et personne n’a été épargné. L’Europe entière s’est donc faite saigner à blanc toute la journée sans une seule ombre d’espoir. Les Américains sont également en mode « tête entre les genoux, mains sur la nuque et cachons-nous sous la table » et devinez pourquoi ? Coronavirus bien évidemment. Le Nasdaq a ouvert en nette baisse de 2.88% tout comme le Dow Jones qui perdait 2.42%. Dites-vous quand même que l’épidémie est bien contenue aux USA, donc la vraie question à se poser est : Que va-t-il se passer le jour où les USA seront pleinement touchés ? MARCHÉ SUISSE Dans nos frontières, là où nous avons enfin pu recenser un cas de contagion et ne pas être les derniers à suivre un mouvement à la mode, ce n’est pas mieux. Le SMI s’est littéralement fait tabasser et a perdu 2.92% comme son cousin SPI qui a perdu 2.53%.   Gorgoni Marco Gestion de Fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • Covid 19

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les incertitudes quant à l’évolution à venir du coronavirus engendrent une très forte volatilité sur les marchés financiers. La propagation du Covid-19 préoccupe fortement les entreprises qui annoncent des mesures importantes afin de protéger leurs collaborateurs. En effet, un grand nombre d’entre elles ont demandé de stopper tous les voyages d’affaires non seulement en Chine, mais également dans le reste du monde. Signal fort démontrant, s’il est encore nécessaire, que la situation pourrait rapidement s’aggraver tant au niveau sanitaire qu’économique. MARCHÉ HELVÉTIQUE Après la forte correction des marchés mardi, le marché suisse a terminé la journée de mercredi sur un léger rebond de +0.32% à 10'512.15 points. Du côté des résultats, Alcon, entreprise suisse active dans le secteur pharmaceutique et ancienne filiale de Novartis, a enregistré une progression de ses ventes au 4eme trimestre ainsi que sur l’ensemble de l’exercice 2019 permettant au titre de fortement progresser. Résultat 2019 également positif pour Adecco qui annonçait dans le même temps le lancement d’un nouveau programme de rachat d’actions. Les meilleures performances du jour sont réalisées par Alcon (+6.95%), Sika (+3.16%) et Adecco (+2.08%). Principaux détracteurs, Crédit Suisse Group (-1.38%), Lonza (-0.82%) et Swiss life (-0.81%). DEVISES Une fois de plus, face aux incertitudes concernant le virus chinois, notre devise nationale, au même titre que l’or, progressait face aux principales devises. Par ailleurs, le prix du baril de pétrole continue sa forte baisse de mardi sur les craintes d’un ralentissement de l’économie mondiale engendrant une diminution de la demande mondiale d’or noir. Nicolas Tercier Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 28

  • Hécatombe sur les marchés

    MARCHÉS INTERNATIONAUX En Asie, les marchés ont clôturé en ordre dispersé. En effet, Hong Kong et Shanghai terminaient la journée de lundi en négatif alors que la bourse de Shenzhen finissait très légèrement dans le vert. La place boursière japonaise était fermée en raison de la fête nationale. Celle-ci correspond à la date de naissance de l’empereur régnant et change donc à chaque avènement d’un nouvel empereur. Sur le Vieux-Continent, les nouvelles de propagation du virus Covid-19 ont effrayé les investisseurs. En effet, à la suite du recensement de 165 cas contaminés et aux décès de quatre victimes en Italie, les acteurs du marché ont cédé à la panique. En fin d’après-midi, le CAC 40 parisien chutait de 3,92%. Son homologue allemand faisait encore pire en perdant 3,97%. C’est Lufthansa (-8,74%) qui souffrait le plus de la séance de hier. La compagnie aérienne allemande est particulièrement exposée à l’épidémie de coronavirus avec les nombreuses mesures de quarantaine et autres annulations de dessertes. MARCHÉ SUISSE En Suisse, la complainte n’était pas différente que celle entonnée par les voisins européens. Dans ce contexte difficile, le SMI a enregistré une baisse de -3,44% à 10'729,04 points. Les principales victimes de la pandémie ont été les valeurs du luxe Swatch et Richemont qui restent des sociétés très sensibles aux évènements qui affectent négativement les flux touristiques. Le groupe biennois égarait 3,84% pour s’établir à 235,40 francs. Seul Swisscom parvenait quelque peu à tirer son épingle du jeu parmi les 20 plus grandes capitalisations helvétiques en clôturant à -0,63%. Tous les titres de notre indice principal terminaient dans le rouge. L’indice élargi fondait de 3,42% à 12'942,15 points. C’est l’or qui a profité de la tension présente sur les marchés puisque l’once grimpait de 1,8% à 1'672,1 dollars. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • V COMME VENDREDI

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La lettre V est à l’honneur pour ce commen-taire car oui, Vendredi commence avec cette lettre tout comme le prénom que l’on fête ce jour et comme le mot Virus qui continu de faire peur. En effet, il y a de fortes chances que la transmission du coronavirus soit en pleine croissance ce vendredi à cause de tous les baisers et des rapprochements amoureux qui ont eu lieu dans le monde entier. Si je peux vous conseiller quelque chose c’est d’éviter d’embrasser n’importe qui pour les 6 prochains mois donc… Le vrai problème ne réside pas dans le fait que pleins d’amoureux vont se transmettre le virus et qu’ils vont probablement être mis en quarantaine et qu’ils ne pourront plus sortir de chez eux et qu’au bureau il y aura pleins d’absents. Mais le gros souci que nous avons, c’est que la conjoncture mondiale pourrait se prendre une droite à cause du manque de consommation. Episode à suivre lors de la fin du 1er trimestre… En attendant cela et sous cette pression, le Nikkei de Tokyo a perdu 0.59%. Nos voisins Européens ne savent plus comment gérer leurs aéroports et en laissant passer un infecté sur deux, ils se disent qu’il vaut mieux hésiter. C’est donc ce qu’ils ont fait et ont hésité toute la journée sans une vraie tendance claire. Les Shérifs du monde, alias les USA, ont eux ouvert en hausse mais prudemment et pour raison, vous l’aurez deviné, le Coronavirus. Donc le Dow Jones grapillait à peine 0.02% et le Nasdaq, plus technologique, ouvrait en hausse de 0.15%. MARCHÉ SUISSE Dans nos salles des marchés à Zurich, l’humeur était la même que partout ailleurs. Donc le Swiss Market Index a décidé de clôturer en hausse de 0.33% à l’instar son cousin plus large SPI qui termine en hausse également de 0.59%.   Gorgoni Marco Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • Nestlé puni

    MARCHÉS INTERNATIONAUX En Asie, le spectre de la propagation du coronavirus a replongé les marchés dans l’obscurité. Certes, le Nikkei 225 a égaré 0,14%. L’indice nippon a souffert de la chute de Nissan (-1,54%) qui a revu ses prévisions de vente de véhicules à la baisse en plus d’une légère appréciation du yen face au dollar. Du côté de Shanghai, la bourse lâchait 0,71% après une constatation record des contaminations sur les dernières 24 heures alors que l’épidémie semblait faiblir ces derniers jours. Sur le Vieux-Continent, le DAX de Frankfort baissait de 0,31% en milieu d’après-midi. HeidelbergCement a subi la foudre des investisseurs à la suite de la publication de ses résultats. En effet, malgré l’augmentation des ventes et des revenues par rapports à 2018, les chiffres de l’année dernière n’ont pas satisfait les actionnaires. À Paris, les marchés boursiers suivaient la tendance amorcée par les voisins allemands et perdaient 0,58%. Le géant de l’aviation Airbus a annoncé une perte de 1,36 milliard qui faisait baisser le titre de 1,51%. Cependant, les résultats sont à nuancer dans la mesure où le déficit résulte principalement d’une amende infligée au géant toulousain et que les carnets de commande ainsi que les ventes dépassent celles de Boeing. MARCHÉ SUISSE En Suisse, c’était Nestlé qui plombait le moral des acteurs du marché. Dans un SMI qui a clôturé à l’équilibre à +0,03 à 11'092,35 points, le paquebot de l’alimentaire a perdu 2,22% à 104,70 francs. Le géant de Vevey a publié des chiffres solides mais les analystes ont estimé que les perspectives de croissance ne prenaient pas en compte toutes les conséquences de l’épidémie de coronavirus. Sachant que l’Empire du Milieu représente 8% des revenus du groupe, la sanction était immédiate. L’indice élargi SPI égarait 0,22%. Victime d’une recommandation à la vente d’UBS, Logitech représentait la principale victime de la journée en chutant de 4,94%. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • RALENTISSEMENT DE L’EPIDEMIE

    MARCHÉS INTERNATIONAUX L’Asie a terminé la journée de mercredi largement en positif. Le ralentissement de la progression du coronavirus semble se confirmer en Chine et ce, malgré un bilan de plus de 1'100 décès. L’indice Nikkei 225 (Japon) a terminé à +0.74%, le Hang Seng (Hong Kong) et le Shanghai Composite (Chine) tous deux à +0.87%. La vigilance reste néanmoins de mise et avec elle l’importance primordiale d’une coordination de tous les pays pour enrayer le virus. Ralentissement également des ventes en Chine avec de nombreux commerces ou entreprises de la région, fermés ou ouverts partiellement. Difficile aujourd’hui de connaître l’impact de l’épidémie sur l’économie mondiale tant que cette dernière ne sera pas « sous contrôle ». Aux Etats-Unis, ouverture également en nette hausse. Lors de l’intervention de Jerome Powell ce mercredi devant le Congrès, ce dernier s’est montré plutôt optimiste sur la croissance américaine. Les marchés espèrent que le pic de l’épidémie a été atteint et apprécient le fait que les entreprises redémarrent lentement leur production en Chine, après deux semaines de paralysie. Wall Street ouvre sur de nouveaux records en début de séance. Le S&P500 s’octroyant +0.42%, le Nasdaq +0.37% et le DJIA +0.65%. Le baril de brut WTI gagne quant à lui 2,8% après le rapport hebdomadaire sur les stocks domestiques américains de pétrole. SUISSE La bourse suisse marque le pas en ce mercredi et notre indice SMI termine en léger ralentissement avec -0.11%. A noter les belles reprises des valeurs du luxe : Swatch 1.58% et Richemont +1.52%, longtemps boudées par les investisseurs suite au conflit sino-américain puis à l’épidémie. NATHALIE WYSS Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 12

  • Nouveau record pour le SMI !

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Le coronavirus a désormais un nom officiel, le covid-19. Cela ne va pas changer grand-chose au Schmilblick mais évitera au moins les confusions avec une certaine marque de bière mexicaine. Le barre des 1'000 décès dus à ce virus a dépassé les 1'000 morts, soit plus que le SRAS. Par contre, il est très difficile de se faire une idée claire sur les conséquences humaines, sanitaires et économiques de cette épidémie. On ne sait pas s’il faut s’alarmer ou relativiser vu la taille du pays de Mao. De son côté, la Réserve Fédérale américaine estime que sa politique monétaire actuelle est adaptée à la situation tant sanitaire qu’économique. L’inflation s’approche de l’objectif de la Fed, soit 2%. Son président, M. Powell, estime qu’il faudrait profiter de la situation actuelle pour réduire le déficit budgétaire alors que Donald Trump a repoussé à 2035 l’objectif d’équilibre budgétaire ! Ces deux présidents ne sont décidément pas près de s’entendre… MARCHÉ HELVÉTIQUE Le covid-19 ne devrait avoir qu’un impact limité sur notre économie (-0,1% du produit intérieur brut) selon les chercheurs de l’Ecole Polytechnique fédérale de Zurich. Les investisseurs n’ont pas l’air d’être inquiets à propos de cette épidémie vu que le SMI termine la séance à 11'101 points. Il a même touché 11'114 points 45 minutes avant la clôture du marché, soit un nouveau record. La meilleure performance du jour est réalisée, une fois n’est pas coutume, par Credit Suisse (+2,13% à 13,19 francs). Le deuxième groupe bancaire helvétique devrait annoncer jeudi un bénéfice trimestriel net de 881 millions de francs selon le consensus des analystes. À l’inverse Nestlé est en recul de 0,75% à 108,44 francs avant la publication de ses résultats prévus le même jour. ABB a décidé de réduire ses capacités de production en Hongrie via la fermeture d’une usine, ce qui devrait entraîner 1'000 suppressions d’emploi. Cela semble ravir les investisseurs, l’action grimpant de 1,77% à 24,15 francs. DEVISES Notre monnaie est toujours recherchée, de même que le dollar qui a touché un nouveau plus bas contre l’euro suite au discours du président de la Fed. STEPHANE PEREY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 34

  • Rebond décisif pour Julius Baer ?

    MARCHÉS INTERNATIONAUX À Tokyo, le Nikkei des 225 plus importantes capitalisations japonaises a abandonné 0,60%. Les investisseurs font preuve d’une grande prudence face à la propagation de l’épidémie du coronavirus. Du côté des valeurs japonaises, les constructeurs automobiles ont connu des fortunes diverses. En effet, Honda a profité de la revue à la hausse de ses prévisions de résultats annuels pour bondir de 2,86%. En revanche, ses concurrents Toyota et Nissan ont tous deux baissé, le premier de 1,45% et le second de 1,47%. En Chine, la bourse de Shanghai a pris 0,51%. Celle-ci continue donc de remonter la pente. Sur le Vieux-Continent, le DAX de Frankfort baissait de 0,37% à la mi-journée. Les investisseurs ont appris par l’intermédiaire de la Handelsbaltt que Daimler souhaitait supprimer jusqu’à 15'000 emplois dans le cadre d’un plan d’économies. Ces licenciements massifs permettraient au géant de l’industrie automobile allemande de réaliser une économie de 1,4 milliards d’euros. Les actionnaires semblaient satisfaits par cette annonce car le titre gagnait 0,55% en début d’après-midi. À Paris, les marchés boursiers suivaient la tendance amorcée par les voisins allemands et perdaient 0,38%. MARCHÉ SUISSE En Suisse, les espoirs des acteurs du marché pour une maîtrise rapide des autorités chinois de l’épidémie se sont amenuisés. Sans toutefois céder à la panique, la bourse de Zürich a augmenté de 0,35% pour s’établir à 11'039,78 points. Au chapitre des gagnants, Julius Baer a profité de la recommandation à l’achat de Morgan Stanley pour engranger 4,41%. Après l’annonce de l'échec d'une étude clinique contre une forme héréditaire rare de la maladie d'Alzheimer, Roche est venu timidement garnir le camp des perdants en égarant 0,07% sur la séance. L’indice élargi SPI a pris 0,39% pour caracoler à 13'331,64 points. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • Europe éternelle

    Marchés internationaux L’Europe essaye de digérer son divorce avec le Royaume-Uni à la suite du Brexit. L’avenir sera compliqué pour les deux parties si aucun accord n’est trouvé d’ici au 31 décembre 2020. Même si cet ex-couple ne sera plus intime, il doit garder des relations platoniques commerciales, tant ils sont dépendants l’un de l’autre. Avec plus de 25 membres, l’Union européenne reste une grande famille, mais les défis seront énormes. Le Président français Macron ne ménage pas ses efforts pour que l’on continue à se parler et à s’échanger des biens. Il se rendra d’ailleurs à Londres en juin. A noter également qu’il a choisi la Pologne pour son premier voyage européen, car de ce côté-là aussi ça rue dans les brancards, avant l’élection présidentielle polonaise en mai. Au niveau des marchés financiers européens, l’Autorité bancaire européenne (ABE) a annoncé qu’elle va procéder à de nouveaux tests de résistance bancaire, avec des critères beaucoup plus sévères. Dans son communiqué, elle s’inquiète des dangers d’une possible récession accouplée avec des taux d’intérêts négatifs durant une période longue. La Suisse suivra de près ces résultats. Marché suisse La bourse suisse s’accorde une petite pause bien méritée après l’euphorie déployée ces derniers jours en battant son record historique. A quelques minutes de la cloche, l’indice phare SMI perd 0,17% à 10'993 points. La vedette malheureuse du jour est l’action Crédit Suisse qui chutait de plus de 4% en cours de séance mais qui se rattrape en ne perdant que 0,23% à 12,75 francs. Le départ de son directeur général Monsieur Tidjane Thiam est confirmé pour le 14 février. Entre parenthèses, original d’attendre le jour de la Saint Valentin pour un divorce, mais bon le principal est de ramener le calme dans l’établissement. Saluons à nouveau la progression de Swisscom qui gagne encore 2,34% à 560,40 francs. Devises Contre franc suisse, 1 dollar vaut 0,9760 franc et 1 euro 1,07 franc. FRANCIS CORPATAUX Gestion de fortune - Bulle 06 919 24 43

  • USA great again... with Trump and only with Trump

    Marchés internationaux Aux Etats-Unis l’économie poursuit sur sa lancée. Certains indices comme l’inflation ont accéléré en décembre à 1,60%. Le secteur privé a créé 291'000 emplois en janvier, largement plus qu’anticipé par les courtiers. Avec pratiquement le plein emploi et un taux d’inflation de 2%, l’Amérique serait un paradis sur terre, notamment pour le patron de la Réserve fédérale américaine (FED), Monsieur Jerome Powell, qui se fait taper dessus régulièrement par le Président Donald Trump. Remarquez que ce dernier s’était calmé sur ce sujet, car il devait sauver sa propre place. Depuis hier c’est bon M. Trump peut rester, alors…. Jerome prends garde. Et quand on voit la cacophonie pardon le caucus démocrate, le candidat Trump a de grandes chances de se faire réélire. En plus, avec l’arrivée malheureuse de cette contamination de virus, Monsieur Trump pourrait atteindre son objectif d’inciter les citoyens américains à éviter les produits chinois en consommant local, principale locomotive de la croissance américaine. Arme à double tranchant, car les USA ont besoin que la Chine achète des produits américains, notamment agricoles, pour plaire à l’électorat céréalier. Marché suisse La bourse suisse s’installe au-dessus des 11'000 points à l’indice phare SMI et elle s’y sent bien, même pas le vertige. A quelques minutes de la cloche, elle gagne encore 0,21% à 11’017 points, niveau jamais vu de mémoire humaine. Swisscom est au taquet avec un gain de plus de 2,29%, malgré des résultats mitigés pour certains mais un dividende stable de 22 francs. Nos deux grandes banques progressent de 1,10% en moyenne. La banque aux deux voiles, Crédit Suisse, risque de devoir affronter des vents mauvais : selon certains intervenants le Président Urs Rohner veut renvoyer le directeur général Tidjane Thiam et la Fondation Ethos veut renvoyer le Président Rohner voire les deux. Devises Contre franc suisse, 1 dollar vaut 0,9740 et 1 euro 1,0710. FRANCIS CORPATAUX Gestion de fortune - Bulle 026 9^19 24 43

  • Mal assurés

    Marchés internationaux Un autre secteur économique est sous surveillance actuellement, celui des assurances avec toutes ses grandes compagnies internationales notamment suisses. Selon une étude récente de Barclays, les risques liés au virus chinois semblent gérables sur la base des données actuelles, mais l’évolution sera scrutée de près. Cela tient surtout au fait que les grandes assurances n’ont pas écumé le continent asiatique, donc peu de gens sont assurés, tant pour le médical qu’en cas de décès. Toujours selon cette étude, au niveau des entreprises si certaines devaient fermer il parait que le risque d’arrêt d‘exploitation n’est pas couvert si la raison est la maladie. En fait, les sociétés d’assurance sont aussi inquiètes pour leurs placements en bourse, car une pandémie mondiale ferait chuter les cours des actions de manière drastique. Ces sociétés doivent diversifier leurs placements et elles ont fait le plein d’immobilier et surtout d’actions. Une situation dramatique comme cette propagation de virus n’empêche pas les gens de penser au nerf de la guerre, l’argent. Sans être cynique, on peut citer l’anecdote sur les Polonais qui dit qu’ils ont abandonné le communisme mais gardé le capital. Marché suisse La bourse suisse est euphorique, car elle a battu son record historique de tous les temps. En effet, à quelques minutes de la cloche, elle parvient à gagner 1,74% ce qui place l’indice SMI à 10'988 points. Toutes les valeurs veulent participer à la fête et la palme revient à ABB qui flambe avec un gain de 4,63% à 24,39 francs. Certes les recettes 2019 sont plus faibles mais globalement les résultats ont été salués par les investisseurs qui les estiment conformes aux promesses. Aucun titre du SMI en baisse, même les valeurs du luxe et les bancaires se rappellent à notre bon souvenir avec de belles progressions. Devises Contre franc suisse, 1 dollar vaut 0,9730 franc et 1 euro 1,0702 franc. FRANCIS CORPATAUX Gestion de fortune - Bulle 026 919 24 43

  • Or noir englué

    Marchés internationaux Un des nombreux secteurs en souffrance à cause de l’épidémie de virus c’est bien le pétrole, l’or noir. Cela semble évident, car si plus personne n’ose voyager, que ce soit en avion, bateau et autres croisières, la demande en hydrocarbures chute. Même Swatch a annulé son salon horloger prévu fin février à Zurich, salon baptisé, ironie du sort et ça ne s’invente pas « Time to move », dans le contexte où justement plus personne ne bouge. On assiste à une nouvelle forme de racisme, le racisme médical. Cela tourne à la paranoïa et pardon pour l’expression, mais pour bien des personnes, il suffit de croiser du jaune pour voir rouge. Quand on pense comment on accueillait les Chinois pour faire du business en leur ouvrant toutes les portes et maintenant on leur ferme les mêmes portes. Les preuves nous sont apportées tous les jours par la presse, par exemple une cliente qui renonce à acheter un fruit parce qu’une personne asiatique l’a touché juste avant. Et que dire de tout le personnel chinois engagé par les magasins de luxe en France pour faire plaisir à une clientèle dans sa langue ? Le Président américain avait bloqué puis repris les échanges commerciaux avec la Chine sur décision politique et voilà que tout est à nouveau bloqué sur décision médicale. Rappelons dans ce chaos que les bourses mondiales sont électroniques, pas besoin de contacts physiques pour passer des ordres… de ventes. Marché suisse La bourse suisse ne veut pas se laisser intimider par cette méfiance générale et à quelques minutes de la cloche, elle progresse à nouveau de 1,13% à 10'785 points pour le SMI. Tous les titres sont dans le vert, seule exception la chute de SGS qui perd 4,18% à 2613 francs, son actionnaire de référence s’étant délesté d’un gros paquet d’actions. Et revoilà les valeurs du luxe qui reprennent des couleurs à l’image de Richemont qui gagne 2,68%. Devises Contre franc suisse, 1 dollar vaut 0,9690 francs et 1 euro 1,07 franc. FRANCIS CORPATAUX Gestion de fortune - Bulle 026 919 24 43

  • Marchés grippés

    MARCHES INTERNATIONAUX Un ciel sans nuages nous était prédit par les augures, notamment le plus célèbre, le Président américain Donald Trump. Toutefois, même avec les mécanismes les mieux huilés, le moindre grain de sable peut tout chambouler. L’année 2019 peut être qualifiée d’année du siècle en terme de performance boursière et 2020 était bien partie. Mais voilà, un virus découvert en Chine a changé les perspectives et donne le masque, à tous points de vue, à la planète entière. Depuis quelques temps, c’était Monsieur Trump qui faisait la pluie et le beau temps avec ses tweets rageurs. Maintenant les financiers du monde sont braqués sur les messages de l’OMS (Organisation mondiale de la santé). Il faut bien reconnaître que la situation est inquiétante et unique par le fait de mettre en quarantaine un si grand pays tel que la Chine. En théorie, plus personne ne rentre ni ne sort de la Chine. Si ces mesures devaient perdurer, il est évident que les économies mondiales vont souffrir, tant la finance a pris l’habitude de compter sur les Chinois pour dépenser de l’argent en venant nous acheter des biens. Ce n’est pas l’industrie du luxe qui dira le contraire. MARCHE SUISSE La bourse suisse tente de résister à la morosité ambiante et à quelques minutes de la cloche, elle gagne tout de même 0,34% à 10'665 points pour l’indice phare SMI. Difficile de séparer le bon grain de l’ivraie pour procéder à des achats, car tous les secteurs de l’économie mondiale risquent d’être infectés par la propagation du virus. Une action sur qui on peut toujours compter c’est bien Nestlé qui gagne 0,66% à 107,08 francs. En revanche, les bancaires sont dans le rouge, à l’image de Julius Bär qui chute de près de 4%, à la suite de résultats décevants. Crédit Suisse fait à nouveau la une avec une affaire d’infiltration dans Greenpeace. DEVISES Contre franc suisse, 1 dollar vaut 0,9660 franc et 1 euro 1,0670 franc. FRANCIS CORPATAUX Gestion de fortune – Bulle 026 919 24 43

  • A VOS MASQUES, PRÊTS, PARTEZ

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Même si les masques de protection n’ont pas l’air de servir à grand-chose, il faut dire qu’il y en a certains qui sont quand même assez stylisés en arborant des logos de grandes marques. Ils ne sont pas plus efficaces mais au moins vous tousserez avec style. Du coup tout le monde s’arrache les masques de protection après que l’OMS ait annoncé l’urgence internationale. Et comme le dis si bien l’adage financier : Quand la Chine tousse, l’Europe s’enrhume. Et cette fois elle a toussé tellement fort que même les USA ont attrapé le virus. Vous l’aurez compris, le Coronavirus fait peur à tout le monde, non pas à cause du fait qu’il est très contagieux et qu’il se propage à une vitesse folle, mais parce que si les chinois ne voyagent plus et sont obligés de rester confinés dans leurs frontières où leurs maisons, ça signifie que les revenus futurs de nos multinationales vont sûrement baisser… ça se ressens donc sur les marchés. Le Nikkei s’est apprécié de 0.99% pour donner suite au message de l’OMS qui n’est pas réputé alarmiste. En Europe c’est autre chose, les pays Européens commencent à instaurer des niveaux d’urgence maximum afin de contrer une épidémie dans leurs frontières. Pour exemple l’Italie. Les USA sont tétanisés également par cette épidémie qui avance rapidement et Wall Street a décidé d’ouvrir dans le rouge directement. Prévenir est mieux que guérir… Le Nasdaq a ouvert en baisse de 0.69% à l’instar de l’indice phare Dow Jones qui cédait 0.87%. MARCHÉ SUISSE En Suisse nous nous étions levés avec le sourire mais l’euphorie du soleil printanier n’a pas duré et nous nous sommes dis que peut-être il faut s’inquiéter et que le Coronavirus va finalement tous nous changer en zombies. Le SMI s’est donc déprécié de la sorte en perdant 1.13% à l’instar du SPI qui perdait -0.97%.     Marco Gorgoni Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • Apple au sommet

    MARCHÉS INTERNATIONAUX À Tokyo, l’indice a rebondi après les pertes importantes du début de semaine. En effet, le Nikkei 225 a repris 0,71% pour terminer la séance à 23'379,40 points. Les investisseurs ont semblé avoir profité d’un point d’entrée intéressant sur des marchés qui sont devenus plus abordables. Cependant, les incertitudes relatives au coronavirus qui ont causé les baisses de lundi et mardi sont loin d’être levées. La Bourse de Hong Kong, qui était fermée depuis la fin de la semaine passée, a perdu 2,8%. La propagation du virus a fortement inquiété les acteurs du marché du territoire administré par Pékin. Aux États-Unis, Apple a annoncé des chiffres impressionnants pour son 1er trimestre fiscal. Les ventes d’iPhones, d’accessoires et les revenus issus des services (AppleTV par exemple) ont été supérieures aux attentes des analystes. Seule ombre au tableau, l’épidémie chinoise pourrait freiner l’appétit des consommateurs de l’Empire du Milieu pour la marque à la pomme et impacter quelques un de ses fournisseurs. Sur le Vieux Continent, les investisseurs ont semblé rassurés par les mesures prises par le gouvernement chinois afin d’endiguer la propagation de la maladie. En milieu d’après-midi, le CAC 40 parisien poursuivait son rebond de la veille et gagnait 0,46%. Pendant ce temps, son homologue allemand, le DAX, grapillait 0,17%. MARCHÉ SUISSE En Suisse, comme souvent, nous avons suivi les bourses européennes. Le SMI s’est renchéri de 0,72% pour clôturer à 10'859,88 points. Le pilier de l’industrie pharmaceutique Novartis a convaincu les actionnaires avec l’annonce ce ses résultats. Grâce à une augmentation de ses ventes de 6% et une performance annuelle conforme aux attentes des analystes, le géant bâlois a pris 1,23% à 93,73 francs. Sur un marché élargi en hausse de 0,77%, AMS a augmenté de 2,71%. Le fabricant de micro-processeurs a réagi positivement à l’annonce des résultats du géant de la Silicon Valley. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • Volatilité sur les marchés

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les incertitudes concernant l’évolution à venir du coronavirus engendre passablement de volatilité sur les marchés financiers. Entre le scénario catastrophique que tout le monde redoute et la méchante grippe, l’écart est important et il est à l’heure actuelle impossible de connaître la suite du scripte. Bien entendu en premier lieu la Chine est concernée par un ralentissement de son économie, mais également le monde entier. Pour la Suisse, les premiers acteurs touchés sont les entreprises en lien direct avec la Chine, à l’exemple de l’horlogerie par le biais de leurs nombreux produits exportés, mais également le tourisme suisse qui pourrait également être mis sous pression par une forte diminution des touristes en provenance de l’empire du milieu. MARCHÉ HELVÉTIQUE Le marché suisse a terminé la journée de ce mardi sur une performance positive de +0.99% à 10'781.98 points. Du côté des résultats d’entreprises, SGS, leader mondial de l’inspection, de la vérification, de l’analyse et de la certification a publié des résultats 2019 supérieurs aux attentes. Un dividende de 80 francs par action a été proposé, en hausse de CHF 2.- en comparaison à 2018. Les prochains résultats d’entreprises suisses sont attendus ce mercredi pour Novartis et jeudi pour Roche. Les meilleures performances du jour sont réalisées par SGS (+4.48%), Novartis (+2.07%) et Swisscom (+1.63%). Principaux détracteurs, CS Group (-0.2%), Geberit (-0.08%) et Alcon (-0.05%). DEVISES Une fois de plus, face aux incertitudes concernant le virus chinois, notre devise nationale, au même titre que l’or, progressait face aux principales devises. Par ailleurs, deux importantes Banque centrales, que sont la Réserve fédérale américaine (FED) la Banque d’Angleterre vont se réunir cette semaine. Un statu quo des taux est attendu par les marchés financiers. Nicolas Tercier Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 28

  • COUP DE FROID VIRAL

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les marchés asiatiques ont donné le ton ce lundi, à l’exception de la Chine, fermée pour le Nouvel An, avec un fort recul des indices boursiers. L’augmentation des contaminations liées au coronavirus ce week-end est venue réveiller les inquiétudes des investisseurs. Sur tous les marchés, la nervosité touche plus particulièrement les secteurs du transport, du tourisme et du luxe, en première ligne pour subir les baisses de ventes. Quelques prises de bénéfice sont aussi à noter pour les valeurs ayant fortement progressés ces derniers mois. Les risques d’épidémie de cette pneumonie virale ont poussé le gouvernement chinois à prolonger le congé du Nouvel An et ce, dans l’espoir de retarder les pics d’affluence dans les transports et ainsi réduire le risque de contamination. De plus, soucieux d’endiguer au plus vite le virus, Pékin a adopté des mesures de confinement drastiques et une suspension des voyages organisés tant en Chine que vers l’étranger. Les répercussions pourraient se faire sentir ailleurs en Asie et notamment du Japon à la Thaïlande, où les dépenses des touristes chinois représentent un apport économique crucial. Le spectre d’une épidémie du type de celle de 2002-3 qui avait vu le virus SRAS faire des centaines de morts, ressurgit. Le trafic de passagers s’était alors contracté de 50% en un an et la croissance des ventes au détail avait été amputée de 50% en quelques mois. Aux Etats-Unis, ouverture également en nette correction. En attente cette semaine, les résultats des géants de la « Tech » : Apple, Microsoft, Facebook et Amazon. Intel les a publiés vendredi, très supérieurs aux attentes. D’autre part, la réunion de la FED mardi et mercredi devrait voir un statu quo sur les taux. SUISSE La bourse suisse n’est pas épargnée par la forte correction de ce premier jour de la semaine. Les indices principaux terminent à -1.60% pour le SMI et -1.65% pour le SPI. Le franc suisse se renforce à 1.0679 contre EUR et 0.9690 contre USD. NATHALIE WYSS Gestion de Fortune - Fribourg 026 350 74 12

  • SUR CRAINTES D’EPIDEMIE

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Malgré les inquiétudes sanitaires en Asie, les marchés asiatiques ont clôturé mercredi dans le vert avec +0.7% pour le Nikkei 225 au Japon, +1.27% pour le Hang Seng à Hong Kong et +0.28% pour le Shanghai Composite. Toutefois, si le nouveau coronavirus, dont le dernier bilan fait état de 17 morts, devait « muter » et se propager plus facilement, une épidémie de grande ampleur pourrait bien avoir rapidement des répercussions sur l’activité économique, à commencer par l’Asie. L’OMS (organisation mondiale de la santé) pourrait décréter une « urgence internationale ». En Europe, les yeux sont naturellement restés tournés vers les résultats des sociétés mais également vers le Forum de Davos. Divers sons de cloches retentissent : pendant que le secrétaire du Trésor américain menace à nouveau l’Europe avec de nouvelles taxes sur l’automobile en cas de taxation « arbitraire » européenne sur les entreprises numériques américaines, la présidente de la Commission européenne annonce que, après une très bonne conversation avec Donald Trump, un accord commercial pourrait être possible d’ici quelques semaines… Comprenne qui pourra. Les Etats-Unis ont ouvert ce mercredi en positif, les marchés quelque peu rassurés par la réactivité chinoise face au problème du virus. Les publications trimestrielles continuent d’arriver à Wall Street avec notamment de solides résultats pour Netflix et IBM mais décevants de Johnson&Johnson. Tesla bondit de plus de 7% à la mi-journée et pèse désormais plus de 100 milliards de dollars en bourse. C’est deux fois plus que la capitalisation de GM et trois fois celle de Ford. SUISSE La bourse suisse quant à elle continue son ascension. Les inquiétudes d’une éventuelle propagation du virus en Asie ne semblent pas affecter le moral des investisseurs. L’indice SMI termine à +0.1%. Nathalie Wyss Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 12

  • GRETA CONTRE DONALD

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Telle une entrée spectaculaire de 2 boxeurs pour une finale incontestable au Madison Square Garden, Greta Thunberg et Donald Trump sont arrivés à Davos pour le WEF 2020. La militante écologique de 17 ans s’est déplacée accompagnée de ses fabuleuses tresses, sa pancarte faite main et d’une centaine de militants, comme à son habitude. Contrairement au locataire de la maison blanche qui les as survolé en hélicoptère dernier cri, car la route était bouchée par ses « amis » les verts. Du coup le combat a commencé par l’élocution de la jeune Thunberg qui a estimé que rien n’a été fait de la part des grands patrons et grandes entreprises de ce monde et qu’il faut commencer à réellement écouter les scientifiques. Au moins elle ne s’est pas plainte de l’attention qu’on lui donne vu que dans sa plus grande humilité elle a annoncé et je cite qu’on « l’écoutait tout le temps ». Greta à donc laisser place à un Trump plus convaincu et autocongratulé que jamais. Le monde économique et les USA ne se sont donc jamais autant bien portés qu’aujourd’hui, selon lui. Nous l’avons donc bien compris, la stratégie des deux acteurs de la journée n’était pas du tout la même et nous pouvons remercier Trump pour sa tirade qui s’est plutôt dessinée en meeting de campagne électorale. Merci Donald. Les marchés internationaux n’ont évidemment pas tenu compte des dires des deux humoristes présents à Davos et ont regardé d’un œil méfiant le virus qui se propage en Asie ainsi que le ralentissement économique mondial qui se généralise. MARCHÉ SUISSE À Zurich, la bourse Suisse a évolué toute la matinée dans le rouge avant de se dires que les résultats des entreprises Suisses n’étaient pas si mauvais que ça. Le SMI a augmenté de 0.35% et son cousin plus large SPI a clôturé en hausse de 0.33%.   Gorgoni Marco Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • Nouveaux records

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les principaux indices de la Bourse new-yorkaise ont atteint de nouveaux sommets avec une progression hebdomadaire du Dow Jones de 1.3%, du Nasdaq de 1.7% ainsi que du S&P 500 de 1.5%. Cette belle progression se retrouve également sur le continent européen avec un plus haut historique du SMI en clôture à 10'846.29 points. Ces fortes progressions sont à mettre sur le compte de solides résultats d’entreprises ainsi que de la signature d’un accord commercial entre les Américains et les Chinois ouvrant la voie à une belle accalmie sur les marchés. L’ouverture du Forum économique mondial (WEF) demain à Davos accueillera deux vedettes médiatiques que sont Donald Trump et Greta Thunberg. Cette jeune activiste du climat aura notamment l’occasion de s’entretenir avec le Président pour un engagement à renoncer à tout investissement financier concernant des énergies non renouvelables. La rencontre ne manquera certainement pas de piquants. MARCHÉ HELVÉTIQUE Le marché suisse a terminé la journée de ce lundi sur une performance légèrement positive de +0.04% à 10'846.29 points. Du côté des résultats d’entreprises, Richemont, après avoir annoncé vendredi une belle croissance de ses ventes malgré les manifestations à Hong Kong, était fortement sous pression à la suite de recommandations négatives sur le marché de l’horlogerie. Les prochains résultats d’entreprises suisses, sont attendus ce mardi pour UBS, Lonza et Logitech. Les meilleures performances du jour sont réalisées par Swiss Re (+1.44%), Zurich (+1.17%) et Swiss Life (+1%). Principaux détracteurs, Richemont (-3.36%), Swatch (-3.11%) et Geberit (-1.08%). DEVISES Sans grand changement, notre devise nationale reste une valeur refuge, au même titre que l’or. Cette tendance s’est même aggravée à court terme face à l’euro mis sous pression par le billet vert. NICOLAS TERCIER Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 28

  • VERT…DREDI

    MARCHÉS INTERNATIONAUX L’Asie termine la journée de vendredi dans un positivisme modeste, temporairement apaisée suite à la signature mercredi d’un accord préliminaire sino-américain. Toutefois, les chiffres de la croissance en Chine n’en finissent pas de ralentir. Le score de 6.1% annoncé vendredi pour 2019 que, soit dit en passant, les économies occidentales pourraient envier, est en effet le plus faible depuis 1990. Outre la guerre des taxes qui a durement affecté l’économie du pays, la baisse régulière des natalités depuis plusieurs années maintenant voit également la population active diminuer progressivement. Des experts appellent désormais à la levée complète de la limitation des naissances pour contrer ce phénomène mais le coût croissant de la vie en décourage plus d’un. L’économie chinoise devenant plus développée, le ralentissement pourrait faire partie de la nouvelle normalité. Toutefois, les autorités chinoises ne le souhaitent pas trop rapide. Etats-Unis : un nouveau venu dans le très select club des entreprises américaines affichant une capitalisation boursière de plus de 1000 milliards de dollars : Alphabet (Google). Côté bourse, ouverture en timide hausse, après quelques déceptions sur la création d’emploi de novembre et une production industrielle en retrait pour décembre. En Europe, la dernière séance de la semaine finit sur une note positive, les principaux marchés clôturent dans le vert. SUISSE Après sa publication de résultats trimestriels légèrement supérieurs aux attentes, Richemont démarrait en trombe ce vendredi gagnant plus de 5% à 09H40 pour terminer la semaine à +4.9%. Notre indice phare SMI termine quant à lui à +1.39%. Côté monétaire, notre devise nationale reste une valeur refuge. A ce rythme et si les cours de change devaient encore voir le franc suisse s’apprécier, face à l’euro notamment, on pourrait bien voir la BNS l’impacter dans une nouvelle hausse du taux négatif. Affaire à suivre… NATHALIE WYSS Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 12

  • LA SIGNATURE DU SIÈCLE

    MARCHÉS INTERNATIONAUX À l’instar de l’extraordinaire et fameux « Match du Siècle » entre l’Italie et l’Allemagne lors de la demi-finale de la coupe du monde de football 1970, où les Italiens sont sortis victorieux 4 à 3 après un match haut en émotion, les USA et la Chine ont réussi à signer la phase numéro 1 du Trade Deal ! Enfin ! Cependant il y avait quand même plus d’enthousiasme au bord du terrain en 1970 que sur les marchés après que Trump ait twitté l’événement concernant l’accord. À croire que tout le monde en avait par-dessus la tête de ces 22 mois de bagarre sur la guerre commerciale. Vous l’aurez compris le marché n’a quasiment pas réagi. Il faut quand même avouer que les Américains ont une aisance en termes de négociation vu que les Chinois sont obligés, et je répète : Obligés, d’acheter pour USD 200 milliards de biens de consommation USA. Donc Bravo à Donald J. Trump pour sa première victoire politique internationale de 2020 qui le met en position confortable pour entamer sa campagne électorale pour Novembre de manière sereine. Les tokyoïtes du Nikkei ne savaient pas trop quoi en penser et se sont dit qu’il valait mieux rester prudemment optimiste et ont clôturé à +0.07%. Les Américains sont plus excités par l’éventualité d’amener le DowJones vers les 30'000 points qu’ils ont décidé d’ouvrir en hausse de 0.55% tout comme le Nasdaq qui s’est envolé à l’ouverture de 0.81%. Mais bon ils ont gagné contre les chinois, c’est déjà ça. MARCHÉ SUISSE À Zurich, on a regardé ce Trade Deal version 1.0 d’un œil méfiant tout en se disant que c’est déjà un bon point que les Chinois et les Américains se soient serrés la main. Le SMI a clôturé en hausse de 0.21% à l’instar du SPI qui clôture à +0.13%.     Gorgoni Marco Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • En attendant les résultats

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Au Japon, le Nikkei a profité d’un net recul du yen favorable aux exportations pour glaner 0,73%. La bourse de Tokyo, qui était fermée lundi, a réagi positivement aux bonnes nouvelles concernant le conflit commercial sino-américain. La Chine, quant à elle, a annoncé une chute de 8,5% de son excédent commercial vis-à-vis des États-Unis. Cette baisse, conséquence directe du front opposant Donald Trump et son homologue Xi Jinping, constitue une victoire pour Washington et fait céder 0,28% à la bourse de Shanghai. En Europe, les investisseurs semblent attendre le coup d’envoi de la saison des résultats. Dans ce contexte, le CAC 40 évoluait à l’équilibre en milieu de journée. Renault se stabilisait après les rumeurs d’une éventuelle rupture de l’alliance avec Nissan. Le président du groupe français est parvenu à rassurer les investisseurs grâce à un discours apaisant. En Allemagne, le DAX de Frankfort se maintenait en légère hausse en début d’après-midi. MARCHÉ SUISSE Les analystes n’attendent pas un impact important de la signature de l’accord commercial sur le marché suisse. Celui-ci devrait déjà être largement intégré dans les valorisations des entreprises de notre pays. Par conséquent, les investisseurs se focalisaient sur les futures publications de résultats. Le SMI a enregistré une hausse de 0,31% pour terminer la séance à 10'655,82 points. L’indice élargi, le SPI, a gagné de 0,17% pour clôturer à 12'879,21 points. Selon les prévisions, les 20 plus grandes capitalisations de notre pays devraient verser plus de 40 milliards de dividendes pour l’exercice 2019 aux actionnaires, soit un montant en légère progression sur un an. De quoi encourager les placements en actions en période de taux d’intérêts négatifs. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • Enfin un accord

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Ce mercredi un accord global portant sur le renforcement des échanges commerciaux, l’agriculture ainsi que les tarifs douaniers va enfin être signé entre les Etats-Unis et la Chine sous forme de victoire pour Donald Trump. De bon augure pour le Président qui brigue un nouveau mandat avant le lancement des élections américaines. C’est également une bonne nouvelle politique au niveau des relations sino-américaines. Seul bémol, et non des moindres, les pertes déjà engendrées par ces deux économies mondiales seront difficiles à rattraper et pourraient engendrer un ralentissement de la croissance de l’économie mondiale. MARCHÉ HELVÉTIQUE Le marché suisse a terminé la journée de ce lundi sur une performance négative de -0.16% à 10'622.41 points. Concernant les informations à venir et étant dans la saison des résultats, les actions suisses, avec principalement UBS, Lonza et Logitech vont publier leurs chiffres la semaine prochaine. Par ailleurs, Lonza (+1.21%) a annoncé avoir été sélectionné par Indapta Therapeutics pour la production d’une thérapie cellulaire expérimentale, permettant au titre de prendre sur la journée quelques couleurs. Les meilleures performances du jour sont réalisées par Alcon (+1.92%), Lonza (+1.21%) et Nestle (+0.58%). Principaux détracteurs, Geberit (-1.29%), ABB (-0.94%) et Swatch (-0.89%). DEVISES Grosse volatilité sur le pétrole depuis le début de l’année marquée par les tensions au Proche-Orient. Le tir de missiles iraniens sur des bases militaires abritant des soldats américains ayant, à ce jour, marqué un plus haut de ces derniers mois à USD 63.27 pour le WTI. Une fois de plus et face à l’instabilité géopolitique, notre devise nationale redevient une valeur refuge, au même titre que l’or, et remonte face aux différentes devises. Nicolas Tercier Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 28

  • LUNATIQUES MAIS CONTENTS

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La première semaine complète de travail de la nouvelle année 2020 pour le monde de la finance a été quelque peu mouvementée et chahutée. Par conséquent, notre humeur a fait n’importe quoi, en passant par des états de panique totale, désespoir, tristesse extrême, euphorie printanière pour finir notre semaine par une tranquillité presque dérangeante vu le nombre d’événements géopolitiques qui se produisent en une semaine. En même temps qui peut nous en vouloir de se comporter de telle manière quand le locataire de la maison Blanche et le gouvernement Iranien décident de se bombarder mutuellement sur sol Irakien ; et qu’ensuite la FED vient calmer tout le monde en annonçant haut et fort qu’elle continuerait à soutenir l’économie américaine ; que le lendemain un avion de ligne Ukrainien se prend un missile d’origine « anonyme » en décollant de l’aéroport de Téhéran et qu’au final, après que tout le monde aie mis son casque et son gilet pare-balles, on décide de ne plus croire à une possible 3ème guerre mondiale parce que c’est quand même plus cool de pouvoir observer le DowJones à 29'000 points. Du coup, taper des records boursiers nous va si bien qu’on a décidé de croire en nos rêves et de partir à l’apéro tout en douceur. Le Nikkei a repris des couleurs en s’arrêtant en hausse de 0.47%. Du côté de nos voisins Européens la tendance n’était pas différente à l’instar des Américains qui ont affiché une ouverture à 0.12% pour le DowJones et 0.30% pour le Nasdaq. MARCHÉ SUISSE Dans nos salles des marchés à Zurich, la tendance était relativement calme juste avant la fin de la semaine. Notre indice vedette SMI a donc navigué de manière plate et n’as pas fait grand-chose pour clôturer à -0.11%. Son cousin plus large Swiss Performance Index a évolué de la même manière est clôture proche de l’équilibre à -0.01%.   Gorgoni Marco Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • AH…L’OR !

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Si l’ennui nous guettait avec le Brexit ou le conflit commercial sino-américain en 2019, voici venu le conflit ô combien explosif irano-américain 2020. La riposte iranienne ce mercredi contre les Etats-Unis, faisant suite à l’élimination du général Qassem Soleimani, provoque une nouvelle vague d’inquiétude sur les marchés. Dès lors, nous assistons à une remontée spectaculaire d’une valeur refuge : l’or. En effet, ce dernier a atteint ce mercredi des sommets qu’il n’avait plus tutoyés depuis 7 ans. Dans ce contexte de tensions géopolitiques, les investisseurs déplacent les actifs à risque vers l’or afin de réduire la volatilité des portefeuilles. De plus, chez les Chinois, qui raffolent du précieux métal, janvier et février sont généralement des mois de forte demande : avant les vacances du Nouvel An lunaire et le rééquilibrage des portefeuilles. Les places boursières européennes sont quant à elles restées assez incertaines. Les Etats-Unis résistent bien et ouvrent à la hausse… La crainte d’un conflit « musclé » inquiète l’économie mondiale. En effet, avec les taux bas, en cas de crise profonde, les banques centrales disposent de peu de « munitions » pour une relance de l’économie, bien que la politique budgétaire ne soit pas dans leur cahier des charges. SUISSE La Suisse, qui figure dans le top ten des pays détenant les plus grandes réserves d’or, l’institut d’émission helvétique devrait bénéficier d’une jolie plus-value. Côté Bourse, notre marché national trahissait une certaine appréhension avec la riposte iranienne et ouvrait ce mercredi en net rouge. La prudence ayant été le leitmotiv des investisseurs toute la journée pour une clôture de notre indice phare SMI à 10'652.16, soit -0.32%. NATHALIE WYSS Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 12

  • Recul du déficit américain

    MARCHÉS INTERNATIONAUX D’un montant de 43 milliards de dollars, le déficit commercial américain est tombé à son niveau le plus bas depuis plus de 3 ans sous l’effet d’un recul important des importations en provenance de Chine. Cela fait évidemment le beurre de Donald Trump en vue de sa réélection, lui qui en avait fait une priorité. De plus, l’accord commercial sino-américain devrait être signé le 15 janvier prochain à la Maison Blanche. La journée est faste pour le président américain avec l’annonce d’un rebond de la croissance de l’activité dans les services. D’ailleurs, cela fait 119 mois d’affilée que celle-ci est en expansion, soit bientôt 10 ans. Par contre, le secteur manufacturier continue de se contracter, à son plus faible niveau depuis juin 2009. MARCHÉ HELVÉTIQUE Notre indice termine la séance sur un gain de 0,20% à 10’686 points, porté par des valeurs bancaires à l’unisson. En effet, UBS et Credit Suisse s’adjugent respectivement 2,64% et 2,54%. Le numéro un bancaire helvétique devrait procéder à un vaste remaniement de son unité de gestion de fortune, ce qui entraînerait la suppression de 500 postes de travail. Les poids lourds de l’indice ont connu des fortunes diverses, avec une hausse de 0,27% pour Novartis et de 0,13% pour Roche alors que Nestlé subit des prises de bénéfices (-1% à 105,20 francs). La plus mauvaise performance du SMI est réalisée par Givaudan qui abandonne 1,02% à 3'020 francs. Sur l’indice élargi, la meilleure performance de la séance est réalisée par AMS (+4,67% à 41,03 francs) qui bénéfice des bons chiffres d’un concurrent. Enfin, Clariant (+2,27% à 21,67 francs) serait candidat à un rachat, ce qui pousse Vontobel à passer le titre de garder à acheter avec un objectif fixé à 35 francs d’ici 12 mois ! DEVISES Le dollar reprend quelques couleurs contre notre monnaie (+0,37% à 0,9720) suite à la publication des bonnes données macroéconomiques. À l’inverse, l’euro recule de 0,16% à 1,0823 contre notre monnaie. STEPHANE PEREY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 34

  • Dégâts limités !

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Je vous souhaite, au nom de la BCF, une excellente année 2020 remplie de joie, bonheur et santé ! La séance du jour de l’Epiphanie avait plutôt mal commencé suite aux derniers évènements en Irak, mais les places financières ont limité les dégâts à la clôture des marchés. Si seulement les Rois Mages pouvaient amener un peu de calme et de paix dans une région qui en a bien besoin. Celle-ci n’est pas à un paradoxe près. En effet, le parlement irakien a voté une résolution demandant le retrait des troupes étrangères de son sol, visant notamment les américains. Or, il se trouve qu’il y a nettement plus de soldats iraniens sur son sol que de GI’s… MARCHÉ HELVÉTIQUE Notre indice joue une fois de plus son rôle défensif avec une baisse limitée de -0,32% à 10'665 points. D’ailleurs, la meilleure performance est, sans surprise, réalisée par Swisscom (+0,47% à 517,60 francs), titre défensif par excellence. À l’opposé, on trouve l’action de la Compagnie Financière Richemont (-1,72% à 75,26 francs). Nestlé (-0,06% à 106,26 francs) et Roche (-0,11% à 315,75 francs) terminent la séance proche de l’équilibre. Novartis recule de 0,21% à 92,09 francs. Pourtant, le géant de la pharma bâloise a bouclé son offre de rachat sur le laboratoire américain « The Medicines Company » qui produit un traitement anticholestérol expérimental, l’Inclisiran. Cette opération se monte à près de 10 milliards de dollars (environ 5% de sa capitalisation boursière) et ne fait pas l’unanimité auprès des analystes. Il ne reste plus qu’à espérer que ce traitement prometteur ne bouche pas les artères des actionnaires de Novartis. À noter encore que Stadler Rail (-0,16% à 48,10 francs) a décroché un contrat pour 14 trams à Darmstadt ainsi que 6 nouvelles rames pour la Compagnie Nyon-St-Cergue. DEVISES Notre monnaie recule légèrement contre le dollar à 0,9690 et contre l’euro à 1,084. STEPHANE PEREY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 34

2019

  • Accalmie sur les marchés

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Comme cadeau de Noël avant l’heure, Pékin a annoncé une série de baisses de droits de douane sur un grand nombre de produits technologiques et alimentaires censées entrer en vigueur les 1er janvier et 1er juillet prochains. Cependant, il est important de préciser que cette annonce concerne tous les partenaires commerciaux de l’Empire du Milieu et ne semble pas directement liée au différend avec Donald Trump qui noircit ces lignes depuis bien longtemps. Cette nouvelle influençait négativement l’indice boursier de Shanghai et Shenzhen qui a baissé de 1,25%. Au Japon, l’ambiance était meilleure puisque le Nikkei 225 gagnait 0,02%. Le principal indice boursier nippon a capitalisé sur la levée partielle du gouvernement chinois de l’interdiction d’importer du bœuf japonais. En Europe, il semble que les investisseurs sont déjà partis en vacances. Par conséquent, les volumes échangées étaient très faibles et les indices boursiers évoluaient tranquillement. Tant le DAX de Frankfort que le CAC 40 parisien se maintenaient à l’équilibre lundi en milieu d’après-midi. Renault enregistrait toutefois un net repli (-1,70%) qui s’expliquait en partie par une grève annoncée par les salariés coréens du groupe. MARCHÉ SUISSE Sur le marché suisse, on constatait une modeste hausse du SMI, +0,42% à 10'724,34 points. Swatch emmenait le bal des plus importantes capitalisations boursières du pays avec une progression de 1,81% pour clôturer à 269,80 francs. Le groupe horloger biennois a cette fois pu profiter de la communication de la Chine, lui qui a si souvent souffert des restrictions commerciales imposées par Xi Jinping en réponse à celles dictées par Washington. Richemont, l’autre titre vedette du secteur du luxe, augmentait également de 1,29% pour terminer la séance à 76,72 francs. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • Comme dans un rêve

    MARCHES INTERNATIONAUX Cette année nous a réservé une évolution des marchés qui frôle la perfection. Nous avons eu notre lot d’incertitudes, notre lot de « peur » ainsi que beaucoup de lots de satisfactions. Les incertitudes ont comme toujours été liées aux paroles des « puissants » de ce monde. In primis, le Président américain Donald Trump en deuxième le nouveau Premier ministre britannique Boris Johnson. Pour des raisons diverses, ces deux personnalités ont gratifié de leur parole, je devrai dire de leurs tweets le monde entier. Leurs prises de position allant d’un extrême à l’autre ont chamboulé les intervenants et ont dynamisé l’évolution des bourses. Dans nos lots de satisfactions, il y a bien sûr l’évolution très positive des marchés. Nous sommes à des niveaux jamais vu et on peut presque affirmer que les arbres peuvent monter jusqu’au ciel. Comme souvent, l’Amérique a été le moteur de l’économie mondiale avec le soutien de son antagoniste, la Chine. A eux deux, ils font tourner l’économie mondiale. Ce n’est pas l’Europe avec ses divisions et ses peurs qui a contribué fortement à l’essor du commerce mondial. Aujourd’hui, nos préoccupations vont en direction de l’avenir. Comment vont évoluer les marchés financiers alors que les plus pessimistes prévoyaient déjà un crash à défaut d’une forte chute tout le long de 2019 ? Et bien, peut-être qu’une partie de la réponse vient simplement de l’offre et la demande. Comme les alternatives existent peu, la demande risque bien de continuer à favoriser la progression des bourses. Bien entendu, un évènement ou une succession de mauvaises nouvelles pourraient enrayer la mécanique. Mais si nous avons survécu aux lots de mauvaises nouvelles de 2019 en ayant une telle performance, nous pouvons rester prudemment optimiste pour 2020. MARCHE SUISSE Notre bourse helvétique nous offre un joli cadeau de Noël en terminant la semaine vers son record absolu. A quelques encablures de la cloche, le SMI est à 10'661 points. A ce jour, le SMI est sur une performance de plus de 25% depuis la clôture de 2018. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9790 et l'euro s'échange à CHF 1,0880. MARCO LEVIS Gestion de fortune - Bulle 026 919 24 30

  • Il est l’or mon segnor

    Marchés internationaux A Wall Street les indices ont terminé sur une note mitigée mercredi soir. La mise en accusation du Président américain lors d’une votation du Congrès par la Chambre des représentants, à majorité démocrate, ouvre une procédure de destitution envers l’ex-homme d’affaires. Monsieur Trump ne devrait pas être inquiété du procès qui va débuter en janvier au Sénat, car contrôlé par le clan républicain. Bien que la nouvelle soit de taille, pour être le 3ème président américain dans cette situation, la réaction est à peine perceptible dans l’humeur des marchés. De son côté la Chine a établi une nouvelle liste d’exemptions de tarifs douaniers sur les importations provenant des Etats-Unis. L’accord commercial protège mieux les brevets et marques, ce qui améliore la protection des secrets commerciaux et de la propriété intellectuelle sur les produits pharmaceutiques. Sans surprise, la banque d’Angleterre a laissé inchangé son principal taux directeur ce jeudi à 0,75%. Le programme de rachat d’obligations d’Etat est maintenu à 435 milliards de livres sterling. Avec cette politique, la BOE favorise la reprise économique. D’une part, en cas de ralentissement de la croissance mondiale et d’autre part, si le Brexit reste encore non abouti ! Marché suisse En début d’après-midi notre marché avec notre indice SMI est en recul. Les valeurs du luxe sont en baisse de 26,7% pour le mois de novembre. En octobre les exportations régressaient de 29,7%. La Fédération de l’industrie horlogère suisse explique que cette forte baisse concerne le marché de Hong Kong, qui pourtant reste le plus important pour le secteur. Swatch et Richemont, les géants du luxe, seraient selon les analystes moins cotés que les Rolex, Patek Philippe, Audemars Piguet et Omega. Le Swatch Group est en repli de 1,5% et se négocie au prix de 270 francs. La pharmaceutique Roche affiche la meilleure performance de la journée, avec l’annonce de l’homologation dans l’Union Européenne du médicament Kadcyla contre le cancer du sein. Devises Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.97 et l'euro s'échange à CHF 1,08. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 919 24 29

  • La Suisse en hausse

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les marchés asiatiques ont subi un petit coup d’arrêt dans leur progression. En effet, malgré la bonne journée de mardi réalisée par la bourse de New York, le Nikkei 225 n’a pas réussi a enchaîné une deuxième séance dans le vert. L’indice tokyoïte a terminé le milieu de semaine en baisse de 0,55%. Le rival chinois a marqué le pas également. Alors que la Banque Populaire de Chine a procédé pour la première fois depuis près d’un mois à des injections de liquidités, l’indice boursier regroupant les principales capitalisations du pays a diminué de 0,22%. Sur le sol américain, des données macroéconomiques positives ont été publiées concernant la production industrielle et la mise en chantier des logements. Ces bonnes surprises devraient attiser l’appétit des acteurs des marchés financiers. Si bien que Wall Street montait légèrement à l’ouverture et était parti pour un sixième jour de gain consécutif. Sur le vieux continent, le spectre d’un Brexit sans accord entre Londres et l’Union Européenne a freiné les investisseurs. Par conséquent, le DAX de Frankfort évoluait à l’équilibre à la mi-journée. À Paris, le CAC 40 ne gagnait que 0,1% grâce notamment au groupe PSA qui a officialisé mercredi matin le mariage en vue avec Fiat Chrysler. Ainsi, le fleuron de l’industrie automobile française progressait de plus de 1%. MARCHÉ SUISSE Si la tendance était hésitante sur les autres marchés, tous les feux étaient au vert sur notre place de bourse helvétique. Le SMI a progressé de 0,17% pour s’établir à 10'556,74 points. Nestlé, encore une fois, était un titre très recherché dans la journée de hier. Le géant de l’industrie alimentaire a terminé en hausse de 0,44%. L’annonce de changements au sein de la direction de ABB en vue d’une réorganisation stratégique n’a pas eu de fortes conséquences sur le cours de l’action, celle-ci a clôturé à 23,56 francs, perdant 0,04%. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • Retour de la prudence

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La bourse de Tokyo a terminé la séance de mardi en hausse, soutenue entre autres par un léger affaiblissement du yen face au dollar américain. L’indice Nikkei 225 gagne ainsi 0,47% à 24'066,12 points alors que ses consœurs chinoises de Shanghai et Shenzhen profitent de manière plus directe du regain d’optimisme dans les négociations commerciales sino-américaines et enregistrent des progressions respectives de 1,27% et 1,33%. En Europe, le Brexit suscite à nouveau quelques craintes suite aux dernières déclarations de Boris Johnson laissant la porte ouverte à un « no deal » et les principales places boursières ouvrent en baisse. Preuve que les investisseurs demeurent prudents, le cours de l’or reste bien orienté sur la semaine malgré la décision mercredi dernier de la Fed de ne pas procéder à une baisse de taux après trois baisses consécutives entre juillet et octobre, un évènement habituellement de nature à réduire l’intérêt des investisseurs pour les métaux précieux. MARCHÉ SUISSE La bourse suisse ne fait pas exception et ouvre en baisse. Également orienté à la baisse dès l’ouverture, le poids lourd Nestlé subit l’avertissement sur résultats publié par son concurrent Unilever. En effet, le géant néerlandais de l’agroalimentaire et des cosmétiques a surpris les investisseurs en indiquant que la progression de ses ventes serait inférieure à son objectif pour l’année 2019 en raison notamment d’un ralentissement constaté en Asie du sud. Sur le marché élargi, Bâloise se distingue suite à l’annonce du transfert de son segment assurance-vie liée à des fonds du Liechtenstein au Luxembourg, une opération qui devrait permettre à l’assureur bâlois d’activer le potentiel de synergie au sein du groupe. DEVISES Sur le marché des changes, le franc suisse reste stable face à la monnaie unique à 1,0927 francs pour un euro. La monnaie helvétique s’apprécie cependant contre le billet vert et s’échange au-dessous de la parité à 0,9796 franc pour un dollar. JULIEN YERLY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 78

  • Noël avant l'heure

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Après un regain d’espoir des investisseurs en fin de semaine dernière suite à un éventuel accord sino-américain ainsi que l’écrasante victoire de Boris Johnson aux législatives, les marchés financiers ont terminé en forte hausse la séance de lundi. De nombreuses zones d’ombres subsistent tant au niveau des négociations commerciales qu’au niveau des élections britanniques, mais la perspective d’un double accord offrirait aux investisseurs deux beaux cadeaux de Noël. Mais n’ayons pas la mémoire trop courte et sachons raison garder. Il y exactement une année, les marchés subissaient une forte correction et passaient le Réveillon dans le rouge foncé. MARCHÉ HELVÉTIQUE Nos Blue chips, plus précisément Novartis (+0.35%), étaient sous pression après avoir annoncé deux échecs dans des études cliniques avancées sur l’asthme. De son côté, Roche (+1.18%) se portait mieux grâce à la validation du régulateur britannique pour son projet de reprise de la société Spark Therapeutics. Les meilleures performances du jour sont réalisées par CS Group (+2.1%), UBS Group (+1.91%) et Lonza (+1.73%). DEVISES Lors d’une émission à la radio alémanique SRF, le Président de la Banque nationale suisse Thomas Jordan a affirmé que la situation actuelle en Suisse ne permettait pas de changer la politique monétaire. De plus, si la situation devait perdurer voire s’aggraver, il serait tout à fait envisageable d’abaisser encore les taux. La devise britannique, par suite de l’annonce de la victoire de Boris Johnson, a fortement rebondi. Même si les investisseurs anticipaient une victoire des conservateurs, l’écrasante réussite les a finalement surpris et va permettre de valider plus rapidement la sortie de l’UE. NICOLAS TERCIER Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 28

  • VENDREDI 13…

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Pour le dernier vendredi 13 de 2019, les perspectives étaient plutôt bonnes et les investisseurs peu superstitieux. En effet : La victoire sans discussion jeudi de Boris Johnson, et avec elle sa promesse d’un Brexit à temps, à savoir au 31.01.20 et ce, après 3 ans de désaccords Le (sûrement pas) dernier tweet de Monsieur Trump mentionnant être TRES proche d’un ACCORD MAJEUR avec la Chine et la confirmation vendredi : les Etats-Unis renoncent à la nouvelle taxation sur les 160 milliards de dollars de produits chinois prévue pour dimanche, ce que redoutaient fortement les marchés Le premier grand oral jeudi de Christine Lagarde à la tête de la BCE, manifestement plutôt réussi de l’avis général, a été quelque peu relégué au second plan après les deux « bombes » Johnson/Trump. Que des bonnes nouvelles !!! Les investisseurs en sont tout ragaillardis en début de journée ! C’est Noël avant l’heure. L’Asie a globalement terminé ce vendredi sur les chapeaux de roues avec +2.57% pour le Hang Seng (Hong Kong) +2.55% pour le Nikkei 225 (Japon) et +1.78% pour le Shanghai Composite (Chine). L’Europe ne boude pas son plaisir non plus et laisse entrevoir déjà de futures étroites collaborations avec le Royaume-Uni. New York se laisse également bercer par la vague verte et ouvre donc la dernière séance en hausse… Tout est bien, qui finit(ra) bien : on veut y croire. Sauf que la confusion entre les annonces chinoises et américaines pourrait bien venir chatouiller la confiance en cours de séance. N’oublions pas que la rumeur d’un accord a déjà été nombre de fois « achetée » par le marché… SUISSE Côté helvétique, l’optimisme est resté modéré. Après une entame de journée dans le vert, la deuxième partie de journée s’est vue bicolore. Du vert au rouge, puis du rouge au vert… et ainsi de suite, ne trouvant pas de direction claire. Notre indice principal SMI termine péniblement la journée en léger négatif à -0.21% Dur-dur ! NATHALIE WYSS Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 12

  • AMS achève son OPA

    MARCHÉS INTERNATIONAUX L’indice Nikkei 225 de la bourse de Tokyo a terminé la séance de mardi en légère baisse dans l’attente des réunions de la Réserve fédérale américaine (Fed) mercredi et de la Banque centrale européenne (BCE) jeudi. L’indice Nikkei 225 perd ainsi 0,09% à 23'410,19 points alors que ses consœurs chinoises de Shanghai et Shenzhen résistent mieux et enregistrent des progressions respectives de 0,10% et 0,38%. La progression de l’indice chinois des prix à la consommation pour le mois de novembre, en hausse de 4,5% sur un an, indique que l’inflation est proche de son niveau le plus élevé en près de huit ans. Si cette progression des prix est en partie attribuée au renchérissement de la viande de porc consécutif à l’épidémie de peste porcine, elle ne facilite guère la tâche des autorités monétaires chinoises qui voient ainsi se limiter leur marge de manœuvre pour la mise en pratique d’une politique monétaire expansionniste destinée à relancer la croissance. En Europe, les principales places boursières ouvrent en baisse et évoluent durant la journée au gré des rumeurs quant à l’éventuelle mise en place de nouvelles taxes frappant les importations américaines de produits chinois. En fin d’après-midi, l’indice DJ Eurostoxx 50 des valeurs les plus importantes cotées en euros recule de 0,01% à 3'671,78 points. MARCHÉ SUISSE L’indice Swiss Market Index (SMI) recule de 0,43% à 10'390.53 points. Sur le marché élargi, l’indice Swiss Performance Index (SPI) perd 0,49% à 12'561,99 points. Le spécialiste autrichien des puces et capteurs AMS a annoncé détenir 59,27% des titres de Osram Licht à l’issue de son OPA sur le spécialiste allemand de l’éclairage. Certains analystes doutent cependant du bien fondé de ce rachat à crédit par le groupe AMS d’une proie plus grosse que lui et son action perd 5,14% à 43,72 francs. DEVISES Sur le marché des changes, le franc suisse reste stable face à la monnaie unique à 1,0928 francs pour un euro. La monnaie helvétique s’apprécie cependant contre le billet vert et s’échange au-dessous de la parité à 0,9851 franc pour un dollar. JULIEN YERLY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 78

  • 99%

    MARCHÉS INTERNATIONAUX 99% est un pourcentage qui fait plaisir à voir et parfois qui nous fait peur aussi. Par exemple, nous avons 99% de chances que notre iPhone se brise quand il tombe par terre alors qu’il n’est pas protégé par une coque de protection. Ou encore, il y a 99% de chances que le Real Madrid gagne un match de gala contre une équipe de 5ème ligue locale. Mais les 99% de chances qu’il faut surveiller aujourd’hui, ne sont rien d’autre que la statistique publiée sur le fait que la Banque Centrale Américaine ne bouge pas les taux. Nous sommes donc tenus en haleine sur les dires de FED et nous allons enfin savoir si nous avons eu raison et si nos cours universitaires de statistiques nous auront servis à quelque chose… Les traders japonais du Nikkei sont restés très calme et n’ont perdu que 0.08% sur la journée. Du côté de l’Europe, la New Entry au sein de la BCE, Christine Lagarde, a annoncé la couleur en essayant de nous rassurer en disant de ne pas prendre à la lettre ce qu’elle allait dire jeudi sous prétexte « qu’elle était en phase d’apprentissage du jargon financier et de manier l’art de dire les choses sans les dires » … En effet, ça rassure. Outre Atlantique, Wall Street se réserve en attendant le jugement de la FED et a hésité à l’ouverture. Le Dow Jones ouvrait en baisse de 0.06% et le Nasdaq, grimpait lui, de 0.20%. MARCHÉ SUISSE À Zurich, et comme à notre habitude en Suisse, nous ne prenons aucune décision franche et avons donc hésité toute la journée ! Les investisseurs, traders, banquiers et toute autre personne susceptible d’investir de l’argent attendait donc également les décisions de la FED… Cette attente est passionnante. Le SMI clôture donc en hausse de 0.14% à l’instar de son cousin plus large SPI qui a progressé de 0.14%.   Gorgoni Marco Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • Semaine cruciale

    MARCHES INTERNATIONAUX Vendredi, Wall Street avait terminé la semaine en hausse grâce à des nouvelles macroéconomiques positives. La création d’emplois nettement supérieure à l’attente des analystes avait emballé les investisseurs US. Cette semaine les bourses seront mises à l’épreuve des banques centrales. La Réserve Fédérale US, la BCE et la BNS se réunissent entre mardi et jeudi pour décider de leurs politiques monétaires. D’autre part, les élections législatives en Grande-Bretagne ainsi que l’éternelle négociation commerciale entre la Chine et les Etats-Unis sont aussi à l’honneur, cette semaine. La livre anglaise continue sa hausse face aux autres monnaies. Le marché anticipe une élection de Boris Johnson qui indiquerait une résolution rapide du Brexit et donc une notion concrète à se mettre sous la dent. Le choix éventuel du travailliste Jeremy Corbyn est, pour l’instant, mal vu par les marchés vu son programme politique faisant état de hausses de taxes, d’impositions et de nationalisations. Les intervenants s’inquiètent aussi de l’enlisement des négociations sino-américaines qui pénalisent l’économie chinoise et probablement aussi celle des Etats-Unis. Ceci fait courir un risque de récession à l’économie mondiale. MARCHE SUISSE Après un faible sursaut en fin de matinée et à quelques encablures de la cloche de clôture, le SMI stagne sur ses niveaux de vendredi, toutefois en léger recul à 10'437 points. Le soutien principal à l’indice vient du titre Nestlé. Cependant en fin de séance l’action recule quelque peu pour terminer en dessous de la barre avec une petite baisse de 0,06 %. L’action Lonza réalise la moins bonne performance de l’indice avec un recul de 1,09 %. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9890 et l'euro s'échange à CHF 1,0950. MARCO LEVIS Gestion de fortune - Bulle 026 919 24 30

  • Bonne tenue de l’emploi américain

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Après les turbulences du début de semaine, les investisseurs sont tranquillisés par les chiffres de l’emploi américain. Et pour cause, l'économie américaine a généré 266.000 emplois non agricoles le mois dernier, selon le Département du Travail, alors que le consensus ne tablait que sur 180'000 créations, soit leur plus forte augmentation depuis dix mois, grâce notamment au retour au travail des grévistes de General Motors et des embauches dans le secteur de la santé. Le taux de chômage reste quasiment stable à 3,5% (un plus bas en 50 ans) contre 3,6% précédemment et le taux de salaire horaire progresse de +0,3%, ce qui porte la moyenne annuelle à plus de 3%, soit une excellente nouvelle pour les employés. Ces différentes données sur l’emploi confirment que l’économie américaine tient le cap malgré le repli prolongé de l’activité manufacturière. La consommation, véritable moteur de l’économie américaine, demeure robuste et soutient la croissance et stabilise les perspectives mondiales. En fin d’après-midi, le DJ Eurostoxx 50, indice regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, avance de plus de 1% tout comme la bourse de Wall Street qui démarre la séance avec une performance proche des 1% ce qui devrait permettre au marché américain de clôturer la semaine en hausse. MARCHÉ SUISSE Le marché suisse ne fait pas exception et avance de près de 1% en fin d’après-midi. Sur le front des nouvelles d'entreprises, Swiss Re est en tête du classement grâce à la cession de sa division britannique « Reassure » à Phoenix Group pour plus de trois milliards de livres sterling. La transaction sera financée en partie en espèce (1,2 milliards de livres) et le reste en actions. Les investisseurs saluent cette opération qui aura un impact positif sur les résultats et qui fait du sens d’un point de vue stratégique, le titre avance de près de 3%. DEVISES En fin d’après-midi, le franc suisse gagne du terrain face à l’euro et s’échange à 1,0949 franc, alors qu’il s’affaiblit face au dollar et se négocie à 0,9916 franc. JULIE MURITH Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 99

  • Jeudredi : Champagne !

    Marchés internationaux Après 3 séances de correction, la place boursière américaine reprend après avoir subi un recul de 2%. L’humeur des investisseurs est meilleure depuis que la pression est retombée, avec de nouvelles avancées quant aux négociations. M. Trump a déclaré que les discussions avec Pékin se déroulaient très bien, puis il a rajouté qu’il n’était pas pressé de signer, que l’accord pouvait attendre après les élections présidentielles américaines de l’an prochain. C’est dire son indice de confiance ! Huwei, le géant chinois des télécoms porte plainte pour la deuxième fois contre l’administration américaine. Mercredi, les cours du pétrole se sont envolés à la suite de la publication d’une forte baisse des stocks de brut aux Etats Unis. Aujourd’hui le calme revient, à Vienne se tient la réunion des membres de l’OPEP. Le ministre de l’énergie, le Prince Abdulaziz ben Salmane, plaide pour une stabilité des prix et un équilibre du marché, soit une situation win-win pour les producteurs et les consommateurs. A Bruxelles, les Ministres des finances européens sont réunis et doivent se mettre d’accord sur le sujet brûlant des budgets, pas facile ! Bourse suisse En fin de matinée, notre indice SMI se requinquait avec un nouveau passage du seuil des 10'400 points, porté notamment par la pharmaceutique Novartis. Elle a présenté un point de situation sur son incubateur de projets cliniques et précliniques. Selon son directeur général, les processus opérationnels commencent à porter leurs fruits grâce à une maîtrise des coûts ainsi qu’une productivité améliorée, sans compromettre la qualité. De plus, elle lance officiellement son offre de rachat sur « the Medicines Company » pour un montant d’environ 10 milliards. La gagnante du jour, Swatch Group se targue d’une progression de plus de 1.9% à un prix de 273.90.  Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 919 24 29

  • L'ire de Pékin

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Mercredi soir, la promulgation par le président américain Donald Trump d’une loi soutenant les manifestations pro-démocratie à Hong Kong a suscité la colère de la Chine. Pékin a qualifié ce texte d’abomination absolue et menace Washington de représailles. En pleine guerre commerciale entre les deux pays, ces nouvelles déclarations ont quelque peu refroidi les investisseurs. Les marchés asiatiques ont terminé en recul. La Bourse de Hong Kong a perdu 0,22% et l’indice composite de Shanghai a cédé 0,47%. Au Japon, après avoir enregistré quatre séances consécutives dans le vert, l’indice Nikkei des 225 valeurs vedettes a affiché une baisse de 0,12%. En fin d’après-midi, l’indice DJ Eurostoxx 50 s’affaiblit de 0,23%. De l’autre côté de l’Atlantique, la Bourse de New York est fermée en raison du jour férié de Thanksgiving et rouvrira ce vendredi pour une séance raccourcie, à l’occasion du Black Friday. MARCHÉ SUISSE Nos indices helvétiques ont terminé la journée à l’équilibre. Le Swiss Market Index est resté stable et l’indice élargi Swiss Performance Index avance de 0,04%. Du côté des nouvelles d’entreprises, l’assureur Zurich Insurance a finalisé la reprise d’une participation de 80% dans la compagnie indonésienne Adira et devient ainsi le premier assureur international dans ce pays pour la couverture de dommages. Ce rachat avait été annoncé en septembre 2018. La banque d’investissement Goldman Sachs a revu ses objectifs de cours pour deux titres suisses. Le premier est le fabricant d’appareils auditifs Sonova (- 0,31% à 228,70 francs), qui voit son action recommandée à la vente, avec un cours cible à 194 francs. Le second est le gestionnaire de fortune Julius Bär (+ 0,59% à 47,71 francs) qui voit le sien fixé à 55 francs, assorti d’une recommandation à neutre. Les plus fortes variations au niveau du SMI sont à la hausse, Swiss Re 0,61%, Swiss Life 0,40% et à la baisse on trouve Alcon 1,13% suivi de Sika 0,93. DEVISES En fin d’après-midi, sur le marché des devises, notre monnaie helvétique s’échange à 0,9990 pour un dollar américain et se négocie à 1,10 pour un euro. JEROME DOUGOUD Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 24

  • Légère progression

    MARCHÉS INTERNATIONAUX En Europe, les marchés progressent, toujours portés par l’optimisme sur le dossier commercial sino-américain. Vers la fin de séance, le DJ Eurostoxx 50, indice regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, avance de 0,2% à 3’712,0 points. La Bourse de New York évolue en ordre dispersé lors des premiers échanges, dans le sillage d'une série de bons indicateurs sur l'économie américaine et dans un marché calme à la veille de Thanksgiving. Les différentes statistiques sont de manière générale supérieures aux attentes et relatent un risque de récession diminué. Entre autres, la croissance de l'économie américaine au troisième trimestre a été révisée en hausse, à 2,1% en rythme annuel, alors que la consommation, véritable moteur de l’économie américaine, reste soutenue à +2,9%. Du côté des valeurs, Boeing cède près de 1,5% au début des échanges suite à des informations de presse qui relatent un report de la mise en service de ses 737 Max. MARCHÉ SUISSE Le marché suisse continue sa montée vers de nouveaux sommets, l’indice phare Swiss Market Index franchit pour la première fois de son histoire la barre des 10'500 points, toujours porté par des espoirs de résolution du conflit commercial qui oppose la Chine et les Etats-Unis. Aux cotations, Lonza est le grand perdant de la journée avec un recul de 0,96% alors que Richemont finit en tête avec une performance de 1,3%. Credit Suisse (+0,8%) et UBS (+0,5%) ont les faveurs du marché. Le Conseil fédéral a décidé, nos deux géants bancaires devront prévoir 24 milliards de francs de fonds supplémentaires pour absorber les pertes. A la clôture, le Swiss Market Index avance de 0,21% à 10'529,3 points, alors que l’indice plus large Swiss Performance Index gagne 0,12% à 12'699.96 points. DEVISES En fin d’après-midi, le franc Suisse reste stable face à l’euro et s’échange à 1,0987 franc, alors qu’il perd légèrement du terrain face au dollar et se négocie à 0,9991 franc. JULIE MURITH Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 99

  • Tout est au vert

    MARCHES INTERNATIONAUX Un ciel sans nuages semble promis aux investisseurs boursiers. Autant les Etats-Unis que la Chine se fendent en déclarations comme quoi ils seront à nouveau amis et que surtout ils vont suspendre ces taxes douanières réciproques qui empoisonnent les échanges. En fait, on parle d’un accord de round no 1, suivi d’autres, faisant plutôt penser à un match de boxe. On se demande bien qui est le gagnant de tout ce cirque qui a le don de mettre les nerfs des marchés boursiers à rude épreuve. Pour rappel, au début de cette guerre commerciale, les marchés avaient violemment chuté, ce qui est normal. Depuis, ils restaient en standby, réagissant de manière épidermique à la moindre évolution du conflit, ce qui est compréhensible. Depuis que des nouvelles ou rumeurs rassurantes voient le jour, les marchés reprennent le chemin de la hausse, ce qui est logique. Ce qui est anormal, c’est que les bourses explosent de record historique en record historique, alors qu’on parle juste de reprise normale et traditionnelle des échanges commerciaux. Restons prudents, car il suffit d’un tweet rageur pour tout remettre en question. Bien que l’oiseau soit traditionnellement un messager de paix, l’oiseau bleu utilisé par le Président des Etats-Unis serait plutôt une version d’Hitchcock qui nous fait trembler à chaque apparition. MARCHE SUISSE La bourse suisse est partie à la conquête du record historique des 10'500 points pour son indice phare SMI. A quelques minutes de la cloche, elle parvient à le dépasser en gagnant 0,50% à 10’520 points. Credit Suisse termine en baisse de 0,26% à 13,26 francs. Elle ne financera pas la plus grande partie de la méga introduction en bourse d’Aramco, la pétrolière saoudienne. Certains avaient tendance à propulser l’action suite à cette opération qui aurait procuré de juteux bénéfices. DEVISES Contre franc suisse, 1 dollar vaut 0,9970 franc et 1 euro 1,0985 franc. FRANCIS CORPATAUX Gestion de fortune – Bulle 026 919 24 43

  • Rappelons-nous d'Icare

    MARCHES INTERNATIONAUX Loin de vouloir ressasser l’éternelle légende d’Icare, mais disons qu’il y a quand même des similitudes avec les marchés boursiers actuels. Déjà, Icare était le fils de Dédale et quand on vient d’un dédale on est mal parti. Si on pense à la somme de conflits ou dangers actuellement en vigueur sur la planète terre, et la liste serait trop longue à énumérer avec les énergumènes au pouvoir dans certains pays, on se demande comment on peut être au top historique pour plusieurs indices boursiers et en plus… ça continue. Oublions les légendes et autres fantasmes, parlons d’expérience, par exemple Monsieur Rothschild qui avait comme philosophie de toujours laisser les derniers 10% aux autres. Force est de reconnaître que cela ne lui a pas mal réussi. Tout le monde est d’accord pour affirmer que les arbres ne montent pas jusqu’au ciel, mais la question est à quelle hauteur est le ciel ? A part les grandes banques qui doivent redorer leur blason, on ne voit pas bien les autres entreprises qui pourraient augmenter les dividendes pour leurs actionnaires, tant la concurrence est rude. Or, si les cours explosent et que les dividendes stagnent voire baissent, le rendement diminue et le risque augmente. En technique on appelle ça le rapport cours/bénéfices ou price earnings ratio en anglais. Cet indice vaut ce qu’il vaut, mais pour les professionnels il détermine si une action est chère. MARCHE SUISSE Chez nous on ne parle pas d’Icare mais de Winkelried et rien ne semble pouvoir l’arrêter, à l’image de l’indice phare suisse SMI qui gagne encore 0,92% à 10'464 points, soit pratiquement le plus haut de tous les temps. La majorité des titres sont dans le vert, hormis une petite faiblesse d’Alcon qui perd 0,34%. C’est le luxe qui mène le bal, surtout Swatch qui progresse de 1,97% à 284,50 francs. DEVISES Contre franc suisse, 1 dollar vaut 0,9975 franc et 1 euro 1,0980 franc. FRANCIS CORPATAUX Gestion de fortune – Bulle 026 919 24 43

  • #TRUMP

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Alors que le monde s’apprête à terminer sa semaine, jeudi aura été marqué par une vague d’incertitude et notamment sur tous les dossiers liés à Donald Trump. Et quand je dis « tous » les dossiers, c’est vraiment tous les dossiers. En commençant par le fameux accord commercial tant attendu qui semble ne plus arriver, parce que les Messieurs compétents du moment ont recommencé à se faire la gueule, et tout ça pour une histoire de « calendrier ». On ressort donc l’étendard de l’espoir et on espère qu’en 2020 un accord sera trouvé. Le deuxième dossier à suivre est celui de Hong Kong. Et qu’est-ce que Trump a à avoir dans cette histoire me direz-vous ? et bien déjà que la situation n’est pas bonne, vu que la police commence à tirer à bout portant sur les manifestants, Trump s’est mis à critiquer la répression du mouvement prodémocratie à Hong Kong. Je vous laisse donc imaginer l’état des relations diplomatiques entre USA et Chine… Et les conséquences que cela a sur le reste du monde. L’indice Japonais Nikkei s’est donc, des suites de ces nouvelles, délesté de 0.48%. Heureusement que l’Europe a quelque chose d’autre à raconter en accueillant à bras ouverts La Française des Jeux qui est entré sur le marché boursier à une valeur de EUR 19. Ceci n’a tout de même pas suffit pour pousser les indices vers le vert. Du côté de Wall Street, les marchés ne sont pas plus sereins qu’ailleurs. En même temps, leur président se brouille avec le monde entier et une procédure de destitution est mise en place. On peut les comprendre. MARCHÉ SUISSE A Zurich, la situation n’est pas différente et notre indice phare SMI clôture à -0.45% à l’instar de son cousin plus large SPI qui a per-du 0.41% durant la journée.     Gorgoni Marco Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • La Suisse vers des sommets historiques

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les Bourses européennes ont terminé en baisse, mais au-dessus de leurs plus bas du jour, affectées comme les marchés asiatiques et Wall Street par un regain de tension entre les Etats-Unis et la Chine. Pékin a demandé aux Etats-Unis de cesser d'interférer dans ses affaires intérieures au lendemain de l'adoption à l'unanimité par le Sénat américain d'un texte de soutien à la démocratie et aux droits de l'homme à Hong Kong. Ce vote est intervenu quelques heures après la menace du président américain de relever à nouveau les droits de douane sur des produits chinois en l'absence d'accord commercial entre Washington et Pékin. Les investisseurs craignent de voir la Chine irritée et empêcher la résolution de négociations qui étaient déjà très difficiles. A la clôture, le DJ Eurostoxx 50, indice regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, recule de 0,34% à 3'683,9 points. MARCHÉ SUISSE Le marché suisse commençait la journée dans le rouge mais est finalement reparti vers des sommets toujours plus haut. Les poids lourds défensifs, Nestlé, Novartis et Roche ont soutenu l’indice. Alors que Alcon (-2,1%) a terminé lanterne rouge, pénalisé par la publication mardi soir de ses résultats au troisième trimestre. La phase de transition persiste et inquiète les investisseurs. En effet, les frais de la séparation d'avec l'ancienne maison-mère Novartis et des amortissements élevés ont entraîné des résultats négatifs malgré la hausse du chiffre d'affaires. Le groupe lance par ailleurs un nouveau programme d'économies qui n’offre pour l’heure que peu de visibilité. A la clôture, le Swiss Market Index avance de 0,19% à 10'385,7 points, alors que l’indice plus large Swiss Performance Index gagne 0,22% à 12'537,6 points. DEVISES En fin d’après-midi, le franc suisse gagne du terrain face à l’euro et s’échange à 1,0975 franc, tout comme face au dollar et se négocie à 0,9915 francs. JULIE MURITH Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 99

  • Toujours plus haut

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les marchés chinois parient sur de nouvelles mesures de soutien à l’économie et profitent également de la deuxième prolongation de trois mois, accordée par le gouvernement américain aux entreprises américaines, qui vont devoir cesser de faire des affaires avec le géant chinois Huawei. La firme de Shenzhen est considérée comme une menace potentielle pour la sécurité des Etats-Unis. Les places financières continuent leur progression. Hong-Kong a bondi de 1,55% et l’indice composite de Shanghai a pris 0,85%. De l’autre côté de l’Atlantique, le Dow Jones Industrial Average, l’indice vedette de Wall Street, continue sa marche en avant vers de nouveaux sommets, en ouvrant la séance dans le vert. MARCHÉ SUISSE Nos indices helvétiques ont terminé la journée sur de nouvelles hausses. Le Swiss Market Index prend 0,18% et l’indice élargi Swiss Performance Index grappille 0,09%. Du côté des sociétés, le fabricant d’appareils auditifs Sonova a publié ses résultats semestriels pour son exercice décalé clos fin septembre. Son chiffre d’affaires a atteint 1,43 milliards de francs, en hausse de 9,4% sur un an. Son bénéfice net progresse de 15,1% à 215,5 millions de francs. L’entreprise a également relevé ses perspectives de croissance des ventes de 8 à 10%, contre 6 à 8% auparavant. Le gestionnaire de fortune zurichois Julius Baer lance un programme de rachat d’actions de 400 millions de francs dès ce mercredi jusqu’à février 2021. Les titres Swatch (+0,77% à 276.20 francs) et Richemont (+0,40% à 75,08 francs) profitent de la croissance de 1,5% des exportations horlogères suisses. La banque britannique Barclays relève l’objectif de cours du spécialiste des emballages aseptisés pour l’industrie alimentaire SIG Combibloc à 13,50 francs, contre 11,50 francs précédemment. La recommandation à neutre est confirmée. DEVISES En fin d’après-midi, sur le marché des devises, notre monnaie helvétique s’échange à 0,99 pour un dollar américain et se négocie à 1,0975 pour un euro. JEROME DOUGOUD Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 24

  • TUTOYER LES SOMMETS

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les marchés boursiers mondiaux continuent de grimper vers le 7ème ciel et tout le monde se demande si on a loupé le train et si on peut le rattraper en lui courant après. Ce qui serait intéressant serait de prendre le prochain mais l’horaire de son arrivée n’est absolument pas indiqué. En effet, la Guerre commerciale entre Chine et USA semble bien se passer, mais ça, on le savait déjà. La saison des résultats trimestriels est terminée. Il ne nous reste plus qu’à attendre le « fameux rallye de fin d’année », enfin, s’il aura lieu. Les marchés asiatiques sont motivés et ont clôturés en hausse. Pour preuve, le Nikkei était en hausse de 0.7%. Les Européens sont rassurés par des propos optimistes du conseiller économique de Donald Trump qui annonce à nouveau que les négociations se passent toujours bien. Il en faut vraiment peu pour être heureux. Les principaux indices du Vieux Continent ont donc clôturé leur semaine de manière plus ou moins stable. Outre Atlantique, nous nous sommes réjouis d’une hausse de consommation de la part des ménages. Les Américains ont recommencé à acheter des voitures et à consommer de l’essence comme seuls eux savent le faire ! L’indice vedette de Wall Street, Dow Jones, a ouvert en hausse de 0.39% et le Nasdaq, à forte coloration technologique, progressait de 0.43%. MARCHÉ SUISSE Dans nos salles des marchés nationales, malgré des chiffres peu encourageants sur l’industrie des machines, l’indice phare Swiss Market Index a progressé de 0.75%, à l’instar de son cousin plus large Swiss Performance Index qui a grandi de 0.73%. Le podium des bons élèves est coloré de luxe avec en première place un Richemont (+1.82%) suivi d’une des grandes banques CS Group (+1.69%). Givaudan clôture la marche en grimpant de 1.45% sur la journée.   Gorgoni Marco Gestion de Fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • Ralentissement en Chine

    MARCHÉS INTERNATIONAUX L’indice Nikkei 225 de la bourse de Tokyo a terminé la séance de jeudi en baisse de 0,76% à 23'141,55 points en raison notamment de l’annonce d’une croissance de l’économie japonaise inférieure aux attentes des économistes pour le troisième trimestre de l’année en cours. En effet, alors que les prévisions faisaient état d’une croissance de 0,8% en rythme annualisé, la progression du PIB japonais n’a finalement atteint que 0,2% sur la période, faisant craindre une contraction de l’activité économique dans l’archipel nippon sur les trois derniers mois de l’année. Ailleurs en Asie, la bourse de Hong Kong continue de subir les conséquences des manifestations en cours dans la ville-état et perd 0,93% alors que ses consœurs chinoises de Shanghai et Shenzhen enregistrent des progressions respectives de 0,16% et 0,61% malgré la publication en Chine d’indicateurs économiques moroses, à l’image des ventes au détail qui ont enregistré entre janvier et octobre leur plus faible progression en 16 ans. En Europe, les principales places boursières ouvrent proche de l’équilibre, soutenues par la publication d’une croissance de l’économie allemande de 0,1% au troisième trimestre alors que bon nombre d’analystes redoutaient de voir la première économie de la zone euro entrer en récession. En fin d’après-midi, l’indice DJ Eurostoxx 50 des valeurs les plus importantes cotées en euros recule cependant de 0,29% à 3'688,21 points. MARCHÉ SUISSE L’indice Swiss Market Index (SMI) recule de 0,64% à 10'233.23 points. Sur le marché élargi, l’indice Swiss Performance Index (SPI) perd 0,61% à 12'370,51 points. Zurich Insurance fait partie des gagnants du jour, en progression de 0,03% à 386,40 francs. A l’occasion de sa journée des investisseurs, le groupe des bords de la Limmat a en effet dévoilé des objectifs ambitieux sur la période allant jusqu’en 2022, parmi lesquels une croissance organique du bénéfice par action d’au moins 5% par an. DEVISES Sur le marché des changes, le franc suisse s’apprécie face à la monnaie unique à 1,0879 francs pour un euro. Contre le billet vert, la monnaie helvétique s’échange au-dessous de la parité à 0,9895 franc pour un dollar. JULIEN YERLY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 78

  • Trump impatient

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les marchés asiatiques ont fait grise mine en ce milieu de semaine à la suite de la nouvelle menace du président américain Donald Trump de relever les droits de douane sur les importations chinoises faute de conclusion d’un accord. La bourse de Shanghai abandonnait 0,09% et le Nikkei 0,85%. Le climat politique tendu à Hong Kong a poussé les autorités à fermer les écoles. Les banques ont conseillé à leurs employés de travailler depuis leur domicile afin d’éviter la tension qui règne dans la rue. Ce contexte crispé a fait perdre plus de 2% à l’indice boursier hongkongais. À la mi-journée, le DAX de Frankfort évoluait en territoire fortement négatif à -0,78%. Impacté par les propos du dirigeant de la 1ère puissance mondiale qui a critiqué la politique commerciale européenne, l’indice allemand subissait la mauvaise performance journalière des titres de l’industrie automobile. À Paris, le CAC40 faisait à peine mieux en égarant 0,50%. Les bancaires Société Générale et Crédit Agricole prenant activement part à la mauvaise journée des traders français. MARCHÉ SUISSE Les paroles autoritaires du résident du bureau ovale ont porté préjudice à un marché suisse qui a marqué le pas. Crédit Suisse et UBS ont été les deux principales victimes de la journée, baissant respectivement de 2,30% et de 2,11%. Les deux principaux instituts financiers helvétiques souffrent de l’instabilité stagnant sur l’ex colonie britannique du sud de la Chine. Nestlé a été le point vert de la journée, gagnant 0,83% pour clôturer à 104,64 francs. Le SMI a terminé la journée en baisse de 0,14% à 10'299,22 points. L’indice élargi a battu son grand frère en terminant à l’équilibre à 12'446,37 points. Le métal jaune quant à lui s’est repris après plusieurs jours en rouge. L’once d’or coûtait en milieu de journée 1'465,80 dollars. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • Début de semaine en douceur

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La première séance de la semaine a été très calme sur les marchés financiers. Les craintes d’un échec des négociations commerciales entre la Chine et les Etats-Unis refont quelque peu surface mais sans grand impact sur les places financières. Tokyo a terminé en recul de 0,26% et New York abandonne 0,41% à la clôture de notre marché. Aucune nouvelle d’importance n’est à signaler au niveau macroéconomique. MARCHÉ HELVÉTIQUE Notre indice a terminé la séance quasiment inchangé à 10'305 points (-0,04%). Il n’y a heureusement pas eu besoin de recompter les points pour déterminer les vainqueurs de la séance que sont Novartis (+0,71% à 88,12 francs) Swiss Life (+0,24% à 500,20 francs) et Nestlé (+0,21% à 104,34 francs). Novartis indique avoir obtenu des données positives concernant le tropifexor, un traitement de la stéatose hépatique non alcoolique, soit une lésion du foie pouvant conduire à une cirrhose et qui pourrait toucher 5% de la population mondiale. Sandoz, filiale de Novartis, va racheter les activités japonaises de son concurrent sud-africain Aspen Pharmacare pour un montant de 300 millions d’euros. Roche (+0,18% à 297,95 francs) a aussi annoncé des nouvelles positives pour le risdiplam, un traitement de l’atrophie musculaire spinale. Les valeurs bancaires sont en recul. Credit Suisse perd 0,23% à 13 francs après l’annonce de changements à la tête de sa division Investment Banking & Capital Markets alors qu’UBS abandonne 0,54% à 12,28 francs suite à une amende de plus de 50 millions de francs infligée par le gendarme hongkongais des marchés financiers. La lanterne rouge revient à Richemont qui recule de 2,25% à 73 francs, pénalisé par les troubles à Hong Kong qui est un important débouché pour ses produits. De plus, les analystes de Credit Suisse, JP Morgan, Deutsche Bank et Vontobel ont réduit leurs objectifs de cours sur l’action Richemont. De son côté, Swatch parvient à limiter un peu la casse avec une baisse de 1,26% à 274 francs. DEVISES Notre monnaie se renforce légèrement contre le dollar (-0,36% à 0,9940) et l’euro (-0,17% à 1,0970). STEPHANE PEREY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 34

  • On reprend son souffle

    MARCHES INTERNATIONAUX Après les fortes hausses des marchés ces dernières séances, les intervenants semblent vouloir reprendre leur souffle et leur esprit. Nous avons des indices qui tutoient leurs records respectifs depuis plusieurs jours. Cet optimisme est alimenté par un certain vent de pragmatisme sur le front politico-économique. Les Etats-Unis et la Chine se reparle et surtout parle d’accord commercial, enfin les soucis liés au Brexit font une pause, en tous cas jusqu’à la fin de l’année. Toutefois, le Président Trump comme à son habitude joue avec le chaud et le froid, afin de pouvoir donner l’impression que c’est lui qui dirige et dicte le tout. A suivre… Cependant reste le problème de fond, c’est-à-dire la croissance économique qui s’essouffle aux USA et qui n’a pas de souffle du tout en Europe. Cela fait beaucoup et nos poumons d’investisseurs risquent un début d’asthme. En outre, après tant de belles séances, le besoin de prendre quelques bénéfices se fait sentir et trop d’appât du gain peut nuire au résultat final. MARCHE SUISSE Notre bourse helvétique continue de se porter à merveille. Certes, cette séance se caractérise par une très légère baisse qui ramène notre indice SMI vers les 10'300 points, mais la semaine a été positive et des records ont été battus. A quelques minutes de la cloche, le SMI est à 10’303 points. Le marché suisse a été aussi soutenu par de bons résultats des entreprises au 3ème trimestre et nous avons beaucoup de titres qui sont à leur plus haut niveau de l’année. Aujourd’hui c’est la journée des valeurs défensives avec Novartis et Roche qui permettent à notre indice phare de rester, grosso modo, sur ces niveaux de la veille. A contrario, le luxe pâtit des résultats du groupe Richemont qui voit son titre reculer fortement de plus de 5%. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9960 et l'euro s'échange à CHF 1,0980. MARCO LEVIS Gestion de fortune - Bulle 026 919 24 30

  • Et les arbres grimpent, grimpent....

    MARCHES INTERNATIONAUX Icare était attiré par le soleil et il s’est brûlé. On dit que les arbres ne montent pas jusqu’au ciel, mais les marchés semblent plus proches d’une forêt de séquoias que d’un bonzaï. Maintenant, il est vrai que le ciel s’éclaircit à nouveau sur l’océan Pacifique, entre la Chine et les Etats-Unis. Le Président Trump s’est peut-être fait la réflexion, entre un burger et un tweet, que son pays avait aussi beaucoup à perdre, en terme de croissance, avec cette guerre économique. Les élections de 2020 lui rappellent aussi que sa base électorale commerce, entre-autres pays, avec la Chine. Toutefois, le monde des investisseurs se partage en deux. Ceux qui pensent que les marchés vont au pire stagner ou au mieux continueront leur progression. Ceci grâce au manque d’alternative (surtout) ainsi qu’à la détente observée entre les USA et la Chine et la pause forcée sur le Brexit. Puis, il y a ceux qui estiment qu’au mieux les marchés vont faire du surplace ou sinon s’attendent à un crash boursier dans les mois qui viennent. En attendant, les arbres grimpent, grimpent….Ce qui laisse penser qu’une majorité d’intervenants opte pour un optimisme, même forcé et contraint. Les taux d’intérêts à zéro, voir négatifs sont toujours d’actualité et encore pour un moment. MARCHE SUISSE Sur notre marché helvétique, le SMI manque d’impulsions, avec peu de nouvelles à se mettre sous la dent. L’indice progresse quelque peu par rapport aux niveaux de la veille, surtout vers la fin de la séance. A quelques minutes de la clôture, le SMI est à 10'319 points, proche de son niveau record. Pour mémoire, le SMI est en hausse de plus de 21% depuis la clôture de 2018. Swiss Life annonce ses résultats au troisième trimestre qui sont accueilli fraichement. Toutefois, le volume des primes a progressé, à contrario des rendements nets des placements qui sont en légère baisse. Le volume des affaires est, sommes toutes, conforme aux attentes. L’action gagne 0,24 %. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9930 et l'euro s'échange à CHF 1,1010. MARCO LEVIS Gestion de fortune - Bulle 026 919 24 30

  • Et de trois

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Sans surprise et dans le but d’aider l’économie des Etats-Unis, la Banque centrale américaine (FED) a annoncé une troisième baisse en trois mois de son taux directeur de 0,25%, le ramenant dans la fourchette de 1,5% à 1,75%. Au lendemain de cette décision, les marchés asiatiques ont terminé en ordre dispersé. La Bourse de Hong-Kong a avancé de 0,9% tandis que l’indice composite de Shanghai a reflué de 0,35%. Au pays du Soleil levant, la Banque du Japon (Boj) a pour sa part opté pour le statu quo concernant sa politique monétaire. L’indice Nikkei 225 a terminé la séance en hausse de 0,37%. MARCHÉ SUISSE Nos indices helvétiques ont terminé la journée à la baisse. Le Swiss Market Index perd 0,34% et l’indice élargi Swiss Performance Index recule de 0,39%. Du côté des nouvelles d’entreprises, le géant zurichois de la réassurance Swiss Re a publié des résultats solides pour les neuf premiers mois de l’année. Il a dégagé un bénéfice net en hausse de 23% à 1,34 milliard de dollars. Cependant, suite aux récentes catastrophes naturelles qui ont touché le Japon, soit le typhon Hagibis en octobre et l’ouragan Faxai en août, le réassureur a décidé de renoncer au lancement de la deuxième tranche de son programme de rachat d’actions. L’opérateur de télécommunications Swisscom a également publié ses chiffres arrêtés au 30 septembre et force est de constater que sur un marché saturé, l’érosion se poursuit. Son chiffre d’affaires s’est réduit de 2,7% à 8,69 milliards de francs et son bénéfice de 2,6% à 1,21 milliard. Le spécialiste des produits structurés Leonteq voit son titre recommandé à neutre par UBS avec un objectif de cours abaissé à 36,40 francs. DEVISES En fin d’après-midi, sur le marché des devises, notre monnaie helvétique s’échange à 0,9870 pour un dollar américain et se négocie à 1,10 pour un euro. JEROME DOUGOUD Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 24

  • En ordre dispersé

    MARCHÉS INTERNATIONAUX En Europe, les marchés évoluent en ordre dispersé, la prudence étant de mise avant les annonces de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed) attendues mercredi. La communauté des investisseurs s’attend à une baisse de taux de 25 points pour la troisième fois de l’année mais est aussi impatiente de savoir si Jerome Powell, président de la Fed, laissera une porte ouverte à un autre assouplissement monétaire cette année. La majorité des secteurs de la cote terminent la séance dans le rouge avec en particulier le secteur défensif des télécommunications, à l’image de Orange (-2,6%) qui accuse le coup de la concurrence en Espagne. A la clôture, le DJ Eurostoxx 50, indice regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, recule de 0,1% à 3'622,1 points. A l’ouverture à Wall Street, les investisseurs ne savent pas dans quelle direction aller avant la réunion de la Fed et devant la salve de résultats d’entreprises, dont ceux décevants, de la maison mère de Google, Alphabet (-2,5% en début de séance). Les laboratoires Merck et Pfizer ont en revanche les faveurs du marché (+4% et 3% respectivement lors des premiers échanges), rebondissant après avoir souffert dernièrement des risques politiques. Au niveau des indicateurs économiques, la confiance des consommateurs américains s’est dégradée contre toute attente en octobre, les ménages s’inquiètent sur la conjoncture économique et les perspectives d’emploi. MARCHÉ SUISSE Sur le marché suisse, Swisscom est le grand perdant de la journée avec un recul de 1%. Le géant bleu publiera ses résultats jeudi, mais les analystes tablent sur une nouvelle baisse du chiffre d’affaire. A l’inverse, Lafargeholcim termine sur le podium avec une performance de 1,9%, profitant encore de sa récente annonce de résultats. A la clôture, le Swiss Market Index avance de 0,25% à 10'257,7 points, alors que l’indice plus large Swiss Performance Index gagne 0,21% à 12'369,8 points. DEVISES En fin d’après-midi, le franc suisse cède légèrement du terrain face à l’euro et s’échange à 1,1046 franc, alors qu’il se renforce face au dollar et se négocie à 0,9938 francs. JULIE MURITH Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 99

  • Le SMI au sommet

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les marchés chinois suivent la tendance positive amorcée par Wall Street en ce début de semaine. Cette hausse est due à de nouvelles avancées dans les discussions entre Pékin et Washington au sujet du Trade Deal. En effet, les deux pays seraient proches de signer durant le mois de novembre une première phase d’un accord. Rien de concret toutefois, le manque de précisions pousse donc les investisseurs à une euphorie modérée. Dans ce contexte, la bourse de Shanghai grimpait de 0,76%. L’indice nippon gagnait timidement 0,30% malgré un léger renchérissement du yen. À la mi-journée, le CAC40 évoluait sans grande tendance en cette période de résultats trimestriels. Michelin parvenait toutefois à sortir son épingle du jeu en enregistrant une hausse de plus de 3%. Les investisseurs semblaient approuver la politique de réduction des coûts qui a permis au fabricant de pneumatique de conserver ses objectifs malgré un environnement compliqué. Le DAX francfortois naviguait avec un léger vent en poupe qui lui permettait de glaner 0,30% à la suite de la clarification de la situation du Brexit. En effet, les 27 états membres ont donné leur accord pour reporter la date de sortie du Royaume-Uni de l’UE jusqu'au 31 janvier. Aux Etats-Unis, la Fed devrait annoncer une nouvelle baisse des taux directeurs selon les attentes des intervenants des marchés financiers. Il s’agirait de la troisième baisse de taux de Jérôme Powell en vue de soutenir l'activité économique américaine. MARCHÉ SUISSE Toutes les conditions ont été réunies pour que la journée soit belle sur le marché suisse et elle l’a été puisque le SMI a atteint un sommet historique. Celui-ci a progressé de 0,34% pour s’établir à 10'231,80 points, profitant de la bonne performance des bancaires. UBS et Crédit Suisse ont porté notre indice principal en engrangeant +1,66% et 1,52%. L’indice élargi fait un peu moins bien et terminant la séance à +0,31% à 12'344,53 points. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • MARIO, CI VEDIAMO !

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Ce commentaire boursier aurait dû être rédigé en italien pour honorer l’esprit et le mandat du président sortant de la BCE, Mario Draghi. Mais comme notre canton est bilingue et que l’italien ne fait pas parti du bilinguisme, nous allons nous contenter de rédiger, comme à son habitude, dans la langue de Molière. Mais nous n’allons cependant pas nous priver d’élogier et d’applaudir le banquier central européen pour autant. Cette fois c’est la bonne, Monsieur Draghi passe donc la patate bouillante à Christine Lagarde, qui devra trouver des solutions pour mettre toute l’Europe d’accord et faire repartir le Vieux continent. En plus d’avoir les yeux rivés sur l’institution bancaire centrale de Francfort, les investisseurs doivent continuer à suivre les résultats du troi-sième trimestre pour prendre les meilleures dé-cisions de placement. Les Japonais du Nikkei ont clôturé en hausse de 0.55% soutenus par le maintien de leur note d’endettement « A1 » par Moody’s. Nos voisins européens ont eux digérés le fait que le Brexit devrait être une fois de plus reporté et se tournent, à titre de remède homéopathique, vers les bilans partiels des sociétés. À Wall Street, les avis sont plus dispersés que dans le reste du monde. Les solides résultats des mastodontes Microsoft et Tesla ont boosté les indices mais les inquiétudes liées aux commandes des biens durables ont reculé, ce qui a fortement déçu les investisseurs. Le Dow Jones ouvrait en baisse de 0.23% et le Nasdaq progressait de 0.42%. MARCHÉ SUISSE Du côté de Zurich, notre indice phare Swiss Market Index a commencé a flirté sérieusement avec la barre des 10'100 points. Pour cause, les résultats partiels de certaines sociétés qui ont convaincu. Notamment Sika qui est maître dans le dépassement des attentes. Le SMI a donc clôturé en hausse de 0.83% et l’indice plus large SPI en hausse de 0.89%.   Gorgoni Marco Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • RECETTE MIRACLE ?

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Tel des grands Chefs étoilés, nous sommes obligés de dégoter les recettes miracles qui auraient le don de nous remettre sur pieds et de nous pousser à arriver à la fin de l’année avec le sourire. Avant de trouver la fameuse recette nous avons donc dû choisir nos ingrédients du moment pour élaborer le meilleur menu. Nous nous sommes donc déplacés au marché aux nouvelles et avons élu les résultats du 3ème trimestre et l’accord commercial Sino-américain qui est en train de prendre forme comme ingrédients phares du moment. Les Japonais n’ont pas ouvert leur marché car ils ont préféré fêter l’intronisation de leur empereur. Du côté de l’Europe, l’attente quant à des dénouements concrets sur le Brexit devient insoutenable et les investisseurs préfèrent ne pas trop prendre de risques. Les principaux indices du Vieux Continent ont navigué prudemment et calmement autour de l’équilibre. Outre Atlantique, les traders de Wall Street ont pu se mettre autre chose sous la dent car leurs yeux étaient rivés sur les résultats, ce qui leur a permis d’oublier pour une journée, la guerre commerciale. L’indice phare Dow Jones ouvrait ses portes à +0.05% à l’instar de son homologue technologique Nasdaq qui débutait sa journée sereinement en hausse de 0.13%. MARCHÉ SUISSE Dans nos salles des marchés Zurichoises, l’humeur était également détendue en vue des résultats d’entreprises qui ont été assez bien accueilli par le marché. Le Swiss Market Index a progressé de 0.26% tout comme son cousin plus large Swiss Performance Index qui a progressé de x%. La palme de la meilleure performance est attribué au chimiste Lonza Group (+2.31%) suivi en deuxième position de notre sanitaire national Geberit (+1.04%) et du géant Bâlois de la pharmacie Novartis (+0.95%). Du côté des mauvais élèves, LafargeHolcim est le cancre de la journée en clôturant à -1.18% suivi par Swiss Life (-0.49%) et Swatch Group (-0.42%).   Marco Gorgoni Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • “TOP MODEL” OU MODELES PAS TOP ?

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Un feuilleton en tous les cas ! Brexit ou pas Brexit ? Avec ou sans l’Autre ? Depuis 2016, c’est une histoire sans fin. Prévu durer initialement une saison, il s’est vu prolonger pour une nouvelle saison et, ni une ni deux, nous voici déjà dans la troisième. Cette dernière pourrait bien nous en annoncer une quatrième, si le feu vert n’est pas donné rapidement par le Parlement britannique. Certains acteurs ont certes été changés mais les rôles restent les mêmes. Décidément, la série tient en ha-leine les marchés et, avec eux, les investisseurs. Ces derniers voudraient voir le verre à moitié plein mais… hésitent. De plus, les récents événements d’Hong Kong pourraient-ils venir fragiliser les accords préliminaires conclus entre la Chine et les Etats-Unis ? Le nouveau recul des exportations japonaises, pour le dixième mois consécutif, est-il un signe ? Le Japon a malgré tout terminé ce lundi en léger positif, porté par les derniers développements encourageants sur le front des relations commerciales sino-américaines. Mais là aussi, le scénario ne semble pas avoir de fin. L’indice Nikkei termine à 22.548,90 points (+0,25%) dans un marché calme, à la veille d’un jour férié en raison de la cérémonie d’intronisation formelle de l’empereur Naruhito. La Chine et Hong Kong quant à elles commencent cette semaine timidement dans le vert avec, respective-ment, le Hang Seng à +0.02% et le Shanghai Comp. à +0.05%. Les marchés européens, tiraillés entre positivisme et prudence, voient finalement la première journée se terminer en « happy end » …pour ce lundi du moins. SUISSE La Suisse se maintient également dans le vert en ce début de semaine, sans toutefois faire preuve d’excès de zèle. Notre indice national, après avoir tutoyé la barre des 10'000 points termine à 9'991.42 points, soit +0.26%. NATHALIE WYSS Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 14

  • IL Y EN A MARRE !

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Le titre de ce commentaire en dit long sur son contenu parce que oui, tout le monde en marre. Tout le monde en a marre de parler des mêmes sujets jours après jours, semaines après semaines et mois après mois… Tout indique que les marchés veulent réellement en finir avec ces négociations commerciales sino-américaines et celles liées au Brexit. D’autant plus que les négociations du Brexit n’ont plus beaucoup de temps pour aboutir… Rassurant. Mais surtout, tout le monde n’en peut plus de suivre les One-Man shows de l’humoriste, et accessoirement Président des USA, Donald Trump sur l’affaire des accords commerciaux avec la Chine. Le Nikkei a clôturé sa journée en hausse de 1.2%, sans trop de pression et grâce à leurs exportations. En Europe, les yeux sont tous rivés encore et toujours sur le fameux Brexit, étonnement. La prudence est donc le mot de la journée pour nos voisins Européens. Du coté de New York, nous nous sommes penchés sur la statistique de la vente au détail qui a chuté de 0.3% dans le contexte d’incertitude commerciale avec la Chine. Également étonnant. Le Brexit a mis son grain de sel également et a donc poussé l’ouverture de Wall Street dans le rouge. L’indice vedette Dow Jones a ouvert en recul de 0.4% à l’instar de l’indice Nasdaq, à forte coloration technologique, qui s’affaissait de 0.34%. MARCHÉ SUISSE À Zurich, comme à notre habitude, nous suivons l’humeur des autres. En ligne de mire, comme par hasard, la guerre commerciale et le Brexit… Du coup, le Swiss Market Index s’est pris un coup bas et clôture à -0.17% tout comme son cousin plus large SPI qui finit sa journée en baisse de -0.14%. Sur le podium des meilleures valeurs de la journée, Sika (+1.23%) finit en tête, suivie de CS Group (+1.18%) et LafargeHolcim (+0.63%).   Gorgoni Marco Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 19

  • L’OPTIMISME… DU JOUR

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Avec l’annonce ce mardi d’une prévision de croissance mondiale pour 2019 la plus faible depuis la crise financière, l’économiste en chef du Fonds Monétaire International (FMI), Gita Gopinath, a exhorté les décideurs politiques mondiaux à réduire urgemment les tensions commerciales. En premier lieu, la crise sino-américaine. Washington et Pékin, qui se livrent une guerre des tarifs douaniers depuis 18 mois, enregistrent tous deux des croissances moins fortes qu’estimées en juillet dernier. L’impact se fait également ressentir sur les autres marchés. D’autres sujets créent également de l’incertitude : Le Brexit, les tensions au Moyen-Orient ou encore le secteur manufacturier (plus particulièrement automobile). Dès lors, chaque annonce d’avancement dans des négociations boostent momentanément l’optimisme des investisseurs. C’est le cas ce mardi avec les dernières nouvelles provenant de Chine : la situation semblant bien se décanter du point de vue commercial avec les Etats-Unis. Elles font suite à l’accord sino-américain présenté comme « Phase 1 » vendredi dernier. Cet accord commercial partiel portait notamment sur une forte hausse des achats de biens agricoles américains par la Chine et, en signe de trêve, la suspension par le président américain de la hausse des droits de douanes prévue ce jour et portant sur 250 milliards de dollars de marchandises chinoises importées. Aucune décision toutefois concernant les tarifs douaniers de 15% sur les produits de grande consommation qui devraient entrer en vigueur en décembre. Quelques lueurs d’espoir également semblent se profiler sur l’aboutissement possible d’un accord sur le Brexit avant la date butoir du 31.10.19. Les principales places boursières européennes terminent dans le vert. SUISSE Le marché suisse ne fait pas exception et, après une matinée des plus timides, l’indice principal SMI repasse la barre des 10'000 points pour terminer à 10'048.75, soit +0.85%. L’indice plus large (SPI) clôture quant à lui à 12'200.47, soit +0.68%.

  • Pharmaceutiques

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Après un regain d’espoir des investisseurs en fin de semaine concernant un éventuel accord sino-américains, les incertitudes semblent reprendre le devant de la scène ne permettant pas à la bourse suisse de poursuivre sur sa lancée positive. De nombreuses zones d’ombres subsistent, principalement concernant le retrait des taxes sur les produits chinois exportés vers les Etats-Unis. Ce point impacte fortement les exportations de la Chine avec un fort repli sur le mois de septembre. MARCHÉ HELVÉTIQUE La volatilité actuelle sur les marchés reste bien marquée. Après trois dernières séances dans le vert, la bourse suisse a été pénalisée ce jour par les menaces américaines envers nos sociétés pharmaceutiques. Le gouvernement amé-ricain songerait à taxer plus durement l’importation de médicaments. Nos Blue chips, plus précisément Roche (-0.38%) et Novartis (-0,84%) pèsent ainsi sur notre indice SMI, l’empêchant de repasser la barre des 10'000 points. Les meilleures performances du jour sont réalisées par Alcon (+0.89%), Richemont (+0.36%) et Lonza (+0.21%). Principaux détrac-teurs de la journée, Swiss Re (-2.17%) et SGS (-1.34%). DEVISES Au niveau des changes, belle reprise de la livre sterling, poussée par les investisseurs sur l’espoir d’une possible résolution de l’impasse du Brexit. L’euro a également profité de cet optimisme ainsi que de la reprise des négociations sino-américaines. Le pétrole, après une forte hausse en fin de semaine passée suite à une attaque d’un tanker iranien au large des côtes saoudiennes, semble quelque peu rassuré par l’annonce de la reprise des négociations. NICOLAS TERCIER Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 28

  • C'est l'heure de l'apéro !

    Marchés internationaux Un regain d’optimisme sur les marchés ce matin. Les négociations commerciales entre Monsieur Donald Trump et le vice-Premier Ministre Liu He vont reprendre, toujours dans l’espoir qu’un accord puisse être conclu à la Maison Blanche. Si l’on en croit les tweets du Président américain, cela n’est pas encore gagné ! Nos voisins européens outre-manche, sont occupés à régler les divergences en faveur d’une sortie de l’UE, si possible sans trop de dégâts vis-à-vis de l’Irlande, avec le rétablissement d’une frontière. A Bruxelles, il semblerait que les choses se passent, mais pour le moment aucune fuite d’information au sujet du divorce de l’histoire européenne. La livre sterling continue de s’apprécier, à des niveaux plus vus depuis 5 mois, gagnant 1,62% face au dollar américain à 1,2644 à la mi-journée. Les marchés s’envolent et les indices confirment leurs gains, c’est la fièvre du vendredi après-midi ! Marché suisse A l’ouverture du marché, notre indice phare le SMI ouvre sur une note positive. Il va même tutoyer le sommet de 10'000 points en début d’après-midi. SGS se taille une belle part, avec une ouverture à 2'490 francs, recommandée par Vontobel avec un objectif de cours à 2'800 francs. Le spécialiste de la certification et de l’inspection a racheté certaines activités du FIOH, Finnish Institute of Occupational Health. Les bancaires reviennent dans la course, les titres UBS et CS gagnent environ 3.5%, Julius Bär s’affiche à + 4,26%. En effet, la pression diminue un peu pour les banques, la FED a adopté des normes moins strictes en ce qui concerne les exigences de fonds propres et les réserves de liquidités. L’exploitant de boutiques dans les aéroports, Dufry anticipe une restitution d’impôts pour une somme de l’ordre de 40 à 50 millions au Brésil. Cette nouvelle est bien accueillie, après avoir passé le premier semestre dans le rouge. Les ventes de détail hors-taxes ont progressé de 2%, améliorant la croissance organique à 2.2%. L’action affiche une prise de 3,5% à 82.90 francs en fin d’après-midi. Nestlé est en repli avant l’annonce prévue de ses résultats pour jeudi prochain. Devises Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.99 et l'euro s'échange à CHF 1,10. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 919 24 29

  • Perplexité

    Marchés internationaux Est-ce que nous allons enfin pouvoir nous reposer ? Est-ce possible qu’un accord puisse être conclu entre Washington et Pékin ? Les marchés financiers aspirent à un temps de répit dans cette spirale infernale de l’escalade des droits de douane. Tous espèrent que cette journée de négociations aboutisse enfin à un accord, même partiel. Le fait est que Washington a planifié des sanctions dès le 15 octobre prochain, en prélevant des taxes sur 250 milliards de dollars de marchandises chinoises pour la première étape. Ensuite une deuxième étape est prévue pour décembre, avec l’instauration de taxes sur la totalité des biens chinois importés. De plus, le ministère chinois des affaires étrangères demande aux USA de stopper la pression sur les firmes chinoises. Le pétrole change de direction pour partir en forte hausse, résultat d’une augmentation des stocks de brut américains pour la semaine passée, soit de 2,9 millions au lieu de 1,9 millions de barils. Les chiffres des prix à la consommation aux USA sont en stagnation pour le mois de septembre. Quant à l’inflation elle se maintient à 1,7%, en dessous des attentes de la FED qui pourrait bien essayer de stimuler encore l’économie en baissant ces taux de 0,25% à fin octobre. Du côté de Londres, le Premier ministre britannique Boris Johnson et son homologue irlandais Leo Varadkar se rencontrent dans la journée pour la problématique de la frontière irlandaise dans la sortie de l’UE. Marché suisse Notre bourse ouvre en hausse suivant l’élan venu d’outre-Atlantique. Les valeurs du luxe se reprennent et La Cie Financière Richemont se place au top avec plus de 2% de hausse, suivie du titre Swatch Group avec 1,42%. Givaudan se fait remarquer par le lancement d’un nouveau produit qui détermine rapidement les types de peau. Elle est en bonne voie pour assurer une croissance à deux chiffres, ses revenus ont augmenté de 4,66 milliards sur les 9 premiers mois de l’année. Des rumeurs de marchés laissent entendre que le cimentier LafargeHolcim pourrait racheter la division active dans la chimie de la construction de l’allemand BASF, en reprise de 1,73%. Devises Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.99 et l'euro s'échange à CHF 1,09. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 919 24 29

  • Wait and see, take a cup of tea !

    Marchés internationaux Avec les craintes que le conflit commercial ne s’aggrave, les investisseurs sont d’humeur très maussade en ce milieu de semaine. En effet, Washington a mis sur liste noire 28 entités chinoises dont 8 sociétés technologiques et 20 organisations gouvernementales, ce qui a mis en colère la partie adverse selon le commentaire du porte-parole de la diplomatie chinoise, Monsieur Geng Shuang. Les tensions entre les deux pays concernés ont fait fléchir les indices à la clôture de Wall Street. Les titres les plus touchés sont les valeurs chinoises dont Alibaba, Baidu et JD.com. L’indice Dow Jones a cédé 1,19% à 26164 points, le S&P500 a reculé de 1,56% à 2893 points, quant au Nasdaq, il s’est contracté de 1,67% à 7823 points. L’or noir est resté presque stagnant, avec le brut léger américain WTI qui a cédé 0,23% à 52.63 dollars et le Brent qui a reculé de 0,19% à 58,24 dollars. Du côté de la City, Michel Barnier a déclaré à la chaîne de télévision Sky News, qu’un accord est possible, très difficile mais possible ! Selon des sources britanniques, lors de la dernière conférence téléphonique entre Boris Johnson et Angela Merkel, beaucoup de points restaient encore à régler, n’ayant pas trouvé d’accord. Marché suisse Après une ouverture en baisse marquée par la Trade War, notre indice phare SMI s’affiche à nouveau en positif en fin de matinée, soutenu par les valeurs pharmaceutiques. Le titre Swatch prend même la première place du classement avec une progression de 1,64% à 253.80 francs, suivi par Adecco Group avec 0,94% à 53,72 francs pour les TOP du jour. Le chimiste du bâtiment SIKA est en baisse, bien que recommandé à l’achat par des analystes avec un objectif de cours à 195 francs, et il clôture en file du jour. Onze mois après la banque aux trois clés, c’est maintenant la deuxième banque de suisse, CS, qui envisage un retour sur le terrain de la gestion de fortune pour la clientèle des Latino-américains à Miami. Devises Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.99 et l'euro s'échange à CHF 1,09. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 919 24 29

  • N'ayez pas peur !

    Marchés internationaux Un début de semaine mi-figue, mi-raisin… entre le vert et le rouge les investisseurs restent dans l’hésitation ! Quid d’un accord commercial entre les deux grandes puissances, qui de Donald Trump ou Xi Jinping aura le dernier mot ? Bien que Monsieur Powell affirme que dans l’ensemble l’économie est dans une bonne position, on comprend bien qu’il joue le rôle de la tempérance ! Force est de constater que les résultats des indicateurs chiffrés ne sont pas au top, que la FED conserve des taux d’intérêts faibles, face à une inflation faible et une croissance faible. Les indices américains, Dow Jones, Nasdaq et S&P 500 sont en recul pour continuer la baisse de la veille. Les marchés sont peu optimistes quant à un débouché possible d’accord global de négociation entre les Etats Unis et la Chine. En Allemagne, bien que l’on soit en phase de récession technique, la production industrielle a augmenté de 0,3% sur un mois en août. La France enregistre un déficit commercial à 5 milliards d'euros pour ce mois d’août. Monsieur Johnson confirme vouloir une sortie « coûte que coûte » de l’UE le 31 octobre prochain. Ce qui n’est pas pour calmer le jeu avec l’Irlande du Nord. En effet, avec un « no deal », elle risque de se retrouver privée d’emplois et en même temps perdre 6% de PIB au passage. Pour contrer cet impact, elle devrait injecter 1,2 milliard d’euros pour soutenir son économie. Marché suisse Après une ouverture du marché suisse en baisse, la journée est au rouge, seule Nestlé résistait jusqu’au moment de l’ouverture de Wall Street en baisse, qui a fait plonger notre indice SMI. Il se détériore encore pour finalement passer la barrière en dessous des 9800. Dans le classement des valeurs en fin d’après-midi, on peut dire ainsi qu’au top du flop, c’est le titre LafargeHolcim qui perd 2,8%, suivi d’Adecco et Swatch Group qui reculent de 2%. Quand même une bonne nouvelle pour cette journée, le taux de chômage est stable avec 2,1% à fin septembre. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 919 24 29 Devises Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.99 et l'euro s'échange à CHF 1,08.

  • Chaud froid ...

    Marchés internationaux Après les annonces des indicateurs avancés en nette baisse, un ralentissement se profile avec des conséquences négatives pour l’ensemble de l’économie mondiale. Un grand merci à Monsieur Trump, grâce à lui et sa guerre commerciale, il n’a fait qu’accélérer les baisses des échanges, amenant aussi une diminution de la consommation de biens industriels. En sus, viennent s’ajouter de nouvelles contraintes liées aux problèmes environnementaux qui entraînent également une contraction. Tous ces éléments amènent à croire que le cycle d’expansion arrive à bout de souffle. A Bruxelles, les discussions ont repris pour négocier la sortie des Britanniques de l’UE. Sir Boris Johnson a jusqu’à ce vendredi pour modifier les propositions présentées la semaine passée aux Européens, encore un épisode difficile. En contrecoup, l’euro et la livre sterling perdent du terrain face au dollar. Marché suisse Sur le marché suisse, un regain d’optimisme est à l’ordre du jour. Au top, nous avons SIKA qui se démarque avec une augmentation de plus de 3,5%. Le groupe cimentier table sur une croissance annuelle future de 6 à 8%. Du côté du secteur de la pharma, la multinationale Novartis se positionne avec une hausse de 0.6% dès l’ouverture. Elle a récemment acquis AveXis, société à l’origine d’un développement d’une nouvelle thérapie avec le médicament le plus cher de l’histoire, du nom de Zolgensma. Ce médicament présenté dans un congrès a semble-t-il démontré une efficacité prouvée pour soigner l’amyotrophie spinale ou SMA, maladie génétique rare. N’ayant pas subi des catastrophes redoutées, comme des ouragans dans l’hémisphère nord, la compagnie de réassurance Swiss Re est recherchée par les investisseurs, elle s’apprécie de plus de 1%. La Zurich Assurance suit le mouvement avec une hausse de 1%. Malgré la crainte d’un ralentissement mondial, le pétrole reprend un peu de vigueur et se traite à 53,7 dollars le baril de Brent WTI en fin d’après-midi. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 919 24 29 Devises Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0.99 et l'euro s'échange à CHF 1,09.

  • Léger rebond

    Marchés internationaux Suite à la forte correction des marchés ces 2 derniers jours, on espérait voir un rebond des indices boursiers mais celui-ci fût relativement modéré. En effet, les derniers chiffres économiques liés à la croissance américaine ont plombé l’ambiance jeudi et continuent de faire croire à une prochaine récession. Les données à scruter vendredi étaient les chiffres liés au chômage et à la variation de l’emploi aux Etats-Unis. Ceux-ci se sont révélés encourageants. Le taux de chômage est ressorti à 3.5 % alors que la moyenne des analystes tablait sur 3.7%. Quant à la création de l’emploi, ceux-ci sont ressortis légèrement inférieur aux attentes. Autre nouvelle rassurante dans le secteur technologique, Apple annonce vouloir augmenter sa production d’iPhone 11 de 10 %. La firme à la pomme semble être victime de son succès sur son nouveau téléphone. La semaine prochaine sera marquée par les rencontres des divers intervenants dans le dossier de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine et devrait donc nous ramener un nouvel élan. Bourse suisse A la bourse suisse, on prend les mêmes et on recommence. Les financières, UBS et Credit Suisse, ainsi que ABB figuraient à nouveau dans le bas du classement. Le Swiss Market Index retrouve les 9'800 points avec une hausse de 40 points. Aryzta, le spécialiste des plats industriels, grimpait de plus de 7 % après s’être séparé de 43 % du Groupe Picard. La transaction se monte à un prix de 156 millions d’euros et devrait lui permettre de retrouver des chiffres noirs. Contre le franc suisse, l’euro se négocie en hausse à 1.0920 et le dollar à 0.9965. L’once d’or est stable à 1'500 dollars FRANÇOIS JELK Conseiller gestion de fortune – Bulle 026 919 24 45

  • Craintes sur la croissance

    MARCHÉS INTERNATIONAUX L’indice Nikkei 225 de la bourse de Tokyo a terminé la séance de jeudi en baisse de 2,01% à 21'341,74 points en raison de nouvelles craintes quant à l’évolution de la conjoncture internationale. La bourse de Hong Kong résiste mieux et termine dans le vert, soutenue par l’espoir d’un retour au calme dans le cadre des manifestations pro-démocratie. En Europe, les principales places boursières ouvrent proche de l’équilibre et évoluent sans direction claire malgré la publication de l’indice PMI des directeurs d’achats au sein de la zone euro, en baisse de 0,3 points à 50,1 pour le mois de septembre. A noter que l’estimation du ralentissement de l’activité économique est plus importante au Royaume-Uni, où l’indice des directeurs d’achat est passé au-dessous du seuil de croissance des 50 points en raison de l’incertitude grandissante au sujet de l’issue du Brexit. En fin d’après-midi, l’indice DJ Eurostoxx 50 des valeurs les plus importantes cotées en euros progresse de 0,12% à 3'417,37 points. A New York, Wall Street ouvre en baisse en réaction à la publication du même indice des directeurs d’achats pour le secteur des services aux Etats-Unis. En effet, le recul de cet indice fait échos à la contraction constatée en début de semaine dans le secteur manufacturier et ravive le spectre d’une récession dans les mois à venir. MARCHÉ SUISSE L’indice Swiss Market Index (SMI) progresse de 0,03% à 9'760.44 points. Sur le marché élargi, l’indice Swiss Performance Index (SPI) gagne 0,12% à 11'882,52 points. Le groupe Sika fait partie des gagnants du jour, en progression de 1,94% à 147,25 francs. A l’occasion de sa journée des investisseurs, le chimiste zougois a en effet relevé son objectif de marge à l’horizon 2023 et dévoilé la stratégie qu’il entend appliquer pour atteindre cet objectif. DEVISES Sur le marché des changes, le franc suisse s’affaiblit face à la monnaie unique à 1,0959 francs pour un euro. Contre le billet vert, la monnaie helvétique s’échange au-dessous de la parité à 0,9972 franc pour un dollar. JULIEN YERLY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 78

  • Statistiquement possible

    Marchés internationaux Début du 4ème trimestre pour les marchés qui présentent tous jusque-là une performance positive avoisinant même les 20 % de hausse pour certains. Si on se remémore la fin d’année passée et les divers commentaires des analystes, on devrait plutôt se retrouver dans le meilleur des cas 20 % plus bas. Cela dit, on se souvient que l’année boursière 2018 fût bonne voire même d’un excellent cru jusqu’en décembre, moment où les plus grands spécialistes des marchés ont annoncé leur pari pessimiste sur l’année à venir et que 1 mois a suffi pour en détruire 11 autres. Statistiquement, octobre est le pire mois de l’année. En effet, il est connu pour être le mois des fameux crash boursiers, 1929, 1987 ou encore 2008. Mais bon, tout ceci relève uniquement de statistiques et comme dirait l’économiste Aaron Levenstein, les statistiques c’est comme le bikini. Ce qu’elles révèlent est suggestif. Ce qu’elles dissimulent est essentiel. Le mois d’octobre sera notamment marqué par la poursuite des négociations dans le dossier Chine-USA à Washington au tour du 10 et par la pression des démocrates sur le président Trump pour une éventuelle destitution. De plus, plusieurs entreprises présenteront leurs résultats du 3ème trimestre. De quoi alimenter les marchés. Bourse suisse Sur fond d’inquiétude quant à un éventuel ralentissement économique, le Swiss Market Index (SMI) chute en-dessous des 10'000 points. En tête, Sika grimpe de 0.75 % tandis que LafargeHolcim fait les frais des analystes et recule de 3.60%. Du côté des changes, l’euro remontre à 1.0870 alors que le dollar s’échange à 0.9960. L’or remonte à 1'485 dollars l’once FRANÇOIS JELK Conseiller gestion de fortune – Bulle 026 919 24 45

  • SMI au beau fixe

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Début de semaine maussade pour les marchés chinois qui ont terminé la journée dans le rouge. Le Trésor américain a néanmoins démenti les rumeurs affirmant qu’il avait l’intention de restreindre l’accès des entreprises chinoises aux marchés de capitaux américains. Le PMI manufacturier chinois, indice reflétant la confiance des directeurs d’achat des entreprises du secteur manufacturier, s’est repris puisqu’il s’est établi à 51,4. Il s’agit de la valeur la plus haute enregistrée pour cet indice depuis février 2018. Les traders de Shanghai auront toutefois le temps de revenir longuement sur ces informations puisque leur marché sera fermé jusqu’à la fin de la semaine. Le Nikkei 225 a baissé également de 0,85%. L’indice phare japonais a été visiblement attentiste vis-à-vis de plusieurs évènements prévus cette semaine, dont la hausse de la TVA mardi qui devrait avoir un impact important sur l’économie nippone. À la mi-journée, le CAC40 et le DAX évoluaient à l’équilibre. L’indice parisien était porté par les sociétés du domaine bancaire mais fortement pénalisé par les sociétés actives dans la technologie. La même analyse était valable pour le voisin de Franckfort, qui voyait des sociétés comme Wirecard et Infineon s’égratigner de 1%. MARCHÉ SUISSE La dernière journée du mois de septembre a été positive sur le marché suisse. En effet, les financières parvenaient à tirer leur épingle du jeu, Crédit Suisse tout comme UBS gagnant respectivement 0,95% et 0,62%. De plus, le poids lourd de l’industrie alimentaire mondiale, Nestlé, a maintenu le cap indiqué en gagnant 0,54%. Par conséquent, le SMI termine la journée à 10'078,32 points, en hausse de 0,40%. L’indice élargi s’est établi à 12'228,38 points, progressant de 0,37%. Le métal jaune n’a pas profité de l’apathie générale régnant sur les marchés puisque l’once égarait 0,65% en milieu d’après-midi. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • Surenchère d'AMS

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Pour la dernière séance de la semaine, les places financières asiatiques ont terminé en ordre dispersé. Hong-Kong s’est allégé de 0,33% et Shanghai a grignoté 0,11%. Au pays du Soleil levant, l’indice Nikkei des 225 valeurs vedettes a perdu 0,77%. En fin d’après-midi, l’indice DJ Eurostoxx 50, indice regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, monte de 0,39%. De l’autre côté de l’Atlantique, l’indice Dow Jones Industrial Average ouvre la séance sur une tendance positive. MARCHÉ SUISSE Nos indices helvétiques ont terminé la journée dans le vert. Le Swiss Market Index prend 0,27% et se maintient en dessus des 10'000 points. L’indice élargi Swiss Performance Index avance de 0,25% à 12'188 points. Du côté des nouvelles d’entreprises, le fabricant vaudois de périphériques informatiques Logitech se renforce dans le domaine des jeux vidéo, en rachetant la société américaine du streaming Streamlabs. Cette dernière est spécialisée dans les logiciels et outils utilisés par les joueurs diffusant en direct leurs parties sur la plateforme Twitch. Le prix d’acquisition pour cette société juvénile fondée en 2011 sera d’environ 118 millions de dollars. Autre annonce de rachat, le groupe de luxe Richemont reprend l’intégralité du joaillier Buccellati Holding Italia, qui est actif dans l’horlogerie et l’argenterie. Les détails financiers de l’opération n’ont pas été dévoilés. Le fabricant de puces électroniques AMS surenchérit dans la bataille qui l’oppose aux américains Bain Capital et Advent pour la reprise du fabricant allemand d’ampoules et de solutions d’éclairage Osram, et relève son offre de 6,5% à 41 euros par action. Le numéro un mondial des arômes et parfums Givaudan (-0,57% à 2’772 francs) voit son titre recommandé à neutre par JP Morgan avec un objectif de cours à 2'720 francs. DEVISES En fin d’après-midi, sur le marché des devises, notre monnaie helvétique s’échange à 0,99 pour un dollar américain et se négocie à 1,0850 pour un euro. JEROME DOUGOUD Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 24

  • Le marché, c'est Trump

    Marchés internationaux En mythologie, on dit que c’était les dieux tout-puissants qui avaient le pouvoir de maîtriser la pluie et le beau temps. Et bien en économie, on peut désormais affirmer que c’est celui qui se prend pour le dieu tout puissant, qui a le pouvoir de faire monter et baisser les marchés. Vous comprendrez donc que le dieu en question, n’est ni plus ni moins que, le président Trump. En effet, il a le pouvoir de vous faire bondir un indice en annonçant qu’un super accord sur le commerce va arriver tout soudain et avant même que quiconque ne puisse l’imaginer. De plus, en partant du principe qu’un dieu est indétrônable, on peut donc estimer que les bourses ont de beaux jours à venir devant elles. A moins que celui-ci soit américain et qu’il soit sous le coup d’un «impeachment ». Bref, c’est donc en territoire positif que les marchés ont évolué jeudi, emportés par cet élan d’optimisme quant à l’issue prochaine de l’accord sino-américain. S’il devait y avoir un dieu de la bourse, il devrait se réjouir comme nous de l’épilogue de cette histoire tant le sujet monopolise toute l’attention des investisseurs. Bourse suisse A la bourse suisse, les poids lourds du Swiss Market Index (SMI) étaient bien disposés et ont reconduit l’indice au-delà des 10'000 points. Bonne nouvelle pour l’opérateur téléphonique Sunrise, qui a reçu l’accord de la commission de la concurrence pour le rachat du groupe UPC. Après les envolées des 2 derniers jours, Kuros Bioscience marquait le pas et cédait 9 %. L’euro est légèrement en recul à 1.0870 et le dollar s’échange à 0.9930. FRANÇOIS JELK Conseiller gestion de fortune – Bulle 026 919 24 45

  • Limitation des dégâts

    MARCHÉS INTERNATIONAUX En Europe, les marchés étaient très mal orientés en début de séance mais ont finalement limité les pertes dans le sillage de l’ouverture positive de Wall Street. Dans les premiers échanges, les investisseurs étaient sur leur garde, au lendemain de l'annonce par les Démocrates du lancement d'une procédure de destitution du président américain Donald Trump. Cette procédure est très rare puisqu’elle n’a été utilisée qu’à trois reprises et n’a que très peu de chance d'aller jusqu'à la destitution. Dans l’après-midi, les marchés limitent la casse avec Donald Trump qui surprend favorablement en assurant qu'un accord commercial avec la Chine pourrait être conclu plus tôt qu'on ne le pense. Les secteurs les plus exposés aux tensions commerciales ont réduit leurs pertes en fin de séance mais figurent toutefois parmi les plus grands perdants de la journée. Aux cotations, la plus forte baisse est observée sur le titre EDF (-6,6%), sanctionné par l’annonce de surcoûts sur le chantier d’une centrale nucléaire britannique. De son côté, British American Tobacco (+3,3%) profite de l’abandon du projet de fusion entre ses deux grands concurrents américains, Philip Morris et Altria. A la clôture, le DJ Eurostoxx 50, indice regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, recule de 0,54% à 3'513 points. MARCHÉ SUISSE Le marché suisse ne fait pas exception et termine la séance dans le rouge. A la clôture, le Swiss Market Index recule de 0,77% à 9'914,82 points, tout comme l’indice plus large Swiss Performance Index. Credit Suisse est le grand perdant de la journée avec une performance de -1,9%, alors que la compagnie d’assurance, Zurich, termine la séance en tête du classement avec une performance de 1%. DEVISES En fin d’après-midi, le franc suisse reste stable face à l’euro et s’échange à 1,0855 franc, alors qu’il se déprécie face au dollar et se négocie à 0,9919 francs. Le dollar profite du soudain regain d’espoir sur le front du commerce international. JULIE MURITH Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 99

  • Un jour oui, un jour non

    Marchés internationaux On sait désormais qu’il n’y a plus qu’un futur espoir de voir un accord sur le commerce qui fait monter les marchés et que c’est la future probable (ou pas) récession qui les font baisser. Dans ce cas de figure, un jour on vous parle de la fin de la hausse des marchés actions et que désormais tout va s’écrouler, et le lendemain on apprend qu’une délégation entre américains et chinois se prépare afin de trouver le fameux accord commercial. Du coup, je vous annonçais hier que la volatilité était de retour, et bien aujourd’hui elle a disparu et les indices évoluaient donc dans le vert. Ce n’était pas l’allégresse non plus, mais une hausse certes. Afin de soutenir le marché, l’indice allemand IFO , traduction du climat d’affaires, est ressorti à 94.6 points en légère hausse face au dernier sondage ainsi qu’aux attentes. Ce jeu de patience risque donc de perdurer encore un moment tant qu’aucune décision ne tombe et tant que les Banques Centrales continuent d’inonder les marchés à gros coups de milliards. Mais pour ceux qui trépignent d’impatience de voir les marchés corriger, Goldmann Sachs a publié un rapport dans lequel il annonce que la volatilité devrait fortement augmenter en octobre. Ah oui ? Et pourquoi ? Et bien tout simplement, parce qu’en octobre, elle monte en moyenne de 25 % et ceci depuis 1928. Si tout était si simple… Bourse suisse Nestlé continue de vivre de bons jours à la bourse Suisse et évoluait mardi à nouveau en tête du Swiss Market Index. Dans le marché secondaire, Kuros s’envolait de plus de 50 % à 2.30 francs après la commercialisation de Magnetos, un substitut osseux. Les assureurs SwissLife et Zurich s’affichaient quant à eux en bas de classement. Contre le franc suisse, l’euro est légèrement en recul à 1.0870 et le dollar stable à 0.9880. FRANÇOIS JELK Conseiller gestion de fortune – Bulle 026 919 24 45

  • Retour de la volatilité

    Marchés internationaux Début de semaine relativement en recul pour les places boursières européennes. Les craintes de récession, ou tout simplement d’un ralentissement économique important, à la suite de propos de M. Powell, pèsent sur le moral des investisseurs. En effet, les marchés sont en manque de bonnes nouvelles et se laissent donc emporter vers le bas avec des prises de bénéfices et un retour de la volatilité. La semaine devrait être relativement calme avec peu d’intervention. On portera tout de même attention au rapport final du président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, dans le cadre de son départ. Du côté des sociétés, les touristes sont désormais orphelins du plus ancien organisateur de voyage. Thomas Cook, créé il y a 178 ans, a demandé au gouvernement britannique de prendre le contrôle du groupe. L’action qui valait encore 3.45 pences vendredi, (-88 % depuis le début de l’année), a été suspendue à la bourse de Londres. Après les envolées des cours du pétrole de la semaine passée, le Brent de la mer du nord revenait à 64 dollars le baril tandis qu’avec le regain de volatilité, l’or et l’argent progressaient. Du côté des changes, l’euro recule face au franc suisse à 1.0880 alors que le dollar reste stable à 0.9910. Bourse suisse A la bourse suisse, Nestlé affichait largement la meilleure performance (+1 %) et a maintenu le Swiss Market Index (SMI) proche des 10'000 points. La multinationale de Vevey conserve son rating de «AA-» évalué par l’agence Fitch et rassure les investisseurs. En recul, les financières avec notamment UBS qui lâchait plus de 2.4 %. Le secteur du luxe était également sous pression avec Richemont qui cédait -2.5 %. FRANÇOIS JELK Conseiller gestion de fortune - Bulle 026 919 24 45