2019

  • Optimisme retrouvé

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Sur fond de mesures de soutien à l’économie en Chine et en Allemagne, les marchés débutent la semaine sur un ton optimiste. En effet, durant le weekend, la Chine a annoncé la mise en place dès mardi de réformes de son taux de crédit de référence, qui devrait se traduire selon les analystes par une baisse des coûts d’emprunt, soutenant ainsi une économie qui affiche des signes de ralentissement. En Allemagne, les dernières nouvelles font état d’une possible augmentation du déficit budgétaire ainsi que la mise en place de mesures de stimulus afin de relancer l’économie. En effet, alors que l’économie allemande s’est contractée au second trimestre (PIB à -0,1%), le Ministre des Finances a annoncé qu’en cas de nouvelle crise, le gouvernement serait prêt à implémenter un plan de relance pouvant atteindre jusqu’à 50 milliards d’euros, comme cela avait été le cas lors de la dernière crise de 2008. Il n’en fallait pas plus pour attiser l’appétit au risque des investisseurs, ce regain d’optimisme profitant aux marchés globalement. En Asie, la bourse de Tokyo clôture ainsi la séance en hausse, l’indice Nikkei 225 enregistrant une progression de 0.71% à 20'563 points. Même constat en Europe, avec notamment l’indice DJ Eurostoxx 50 qui affiche en fin d’après-midi une hausse de 1,26%. Outre-Atlantique, Wall Street débute résolument dans le vert, l’indice S&P 500 progressant de 1,20% en début de séance. MARCHÉ SUISSE A l’instar de ses consœurs européennes, le Swiss Market Index termine nettement dans le vert, enregistrant une hausse de 1,0% à 9’825 points. Il en va de même pour l’indice élargi Swiss Performance Index, qui affiche une progression de 1,03% à 11'947 points. Concernant les nouvelles d’entreprises, Alcon annonçait le lancement d’une nouvelle lentille aux Etats-Unis dès le 1er septembre de cette année alors que les analystes s’attendaient plutôt à un lancement pour début 2020. Ce nouveau produit qui se veut plutôt axé sur l’entrée de gamme, devrait permettre à Alcon d’acquérir de nouvelles parts de marchés dans un segment sur lequel la société n’est pas encore active Outre-Atlantique. Sur la séance, l’ensemble des valeurs terminent en positif, avec LafargeHolcim terminant en tête (+2,11%), suivi de Alcon (+2,01%) et Swiss Life (+1,77%) qui vient clôturer le podium. YANNICK MULLER Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 04  

  • Récession ?

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La forte volatilité des marchés durant la semaine reflète clairement les importants risques d’un probable retournement de l’économie mondiale. Le crin retenant l’épée de Damoclès, représentant la récession que nous redoutons tous, semble fortement s’effiler. Le ralentissement de plusieurs économies majeures pourrait plonger le monde dans une nouvelle récession. La guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis, principales puissances mondiales, affecte l’économie dans son ensemble. Les premiers ralentissements commencent à se faire ressentir en Allemagne avec un deuxième trimestre en baisse pour son activité économique. La Suisse, très dépendante du commerce extérieur, devrait également connaitre une période de ralentissement. MARCHÉ HELVÉTIQUE Après une semaine chahutée, notre indice phare a terminé la séance de vendredi sur une forte hausse de +1.27% à 9'728 points. Du côté des sociétés suisses, bonne reprise pour nos bancaires qui terminent sur une hausse de +1.73% pour l’UBS, de +1.75% pour Crédit Suisse et de +2.34% pour Julius Baer. Principaux détracteurs de la journée, Richemont (+0.22%) et Geberit (+0.49%). Les meilleures performances du jour sont réalisées par Swisscom (+2.98%), Alcon (+1.98%) et Crédit Suisse (+1.75%). DEVISES Au niveau des changes, notre devise nationale restant la monnaie refuge de référence, oblige la BNS à intervenir sur les marchés afin de diminuer la pression haussière. L’or confirme également être une valeur refuge en période d’instabilité avec une importante hausse sur les dernières semaines. A contrario, nous constatons une baisse sur le pétrole, miné par l’inquiétude d’un ralentissement de l’économie et l’augmentation des stocks américains. Nicolas Tercier Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 28

  • Sauvé par le Gong !

    La séance de mardi a commencé sur les mêmes teintes maussades aperçues lundi, le sentiment de prudence dominant face aux épineux dossiers du moment en Italie, à Hong Kong et dans les relations commerciales entre la Chine et les Etats-Unis. La Chine est vraiment au cœur de l’actualité et laisse toujours plané un certain doute sur ses intentions et la vigueur avec laquelle elle peut agir. Il semble qu’à une époque le cas de Hong Kong aurait été réglé de manière plus radicale. La Chine serait-elle devenue plus tolérante et plus diplomatique dans ses relations avec les autres ? On peut en douter ce qui entretient la crainte d’une possible intervention à Hong Kong. Du côté américain le président Trump quant à lui poursuit sa politique des grandes menaces pour tenter de faire plier l’Empire du Milieu. Ses annonces de sanctions douanières à grands fracas font souvent place peu après à un retour à la raison ou à une étonnante disposition à négocier. L’annonce hier du report à décembre des nouvelles taxes sur les produits électroniques a permis à tout le marché de retrouver rapidement de l’entrain, de ramener les indices en terrain positif et de faire bondir les actions du secteur comme Apple, gros consommateur de composants chinois. La Suisse a profité du coup de pouce pour finalement enregistrer une journée positive, ramenant notamment à l’équilibre des titres bancaires bien mal en point. Dans la foulée, l’or cassait subitement sa dynamique de hausse et le prix du pétrole s’envolait de plus de 3 %. Et tout ça en réaction des humeurs d’un seul homme ! Laurent Genoud Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 03

  • Début de semaine hésitant

    Après une ouverture très encourageante sur la lancée de la fin de semaine passée, la séance boursière de lundi a dû rapidement faire face à des intervenants plus hésitants rattrapés par les incertitudes géopolitiques du moment dont l’Italie et Hong Kong. Le gouvernement italien semble une nouvelle fois se retrouver dans une impasse dépourvu de coalition entre la droite et du centre gauche ce qui n’arrange pas la situation déjà chaotique du pays. A Hong Kong les manifestations pour défendre leur souveraineté n’ont pas baissé d’intensité avec le risque d’un bras de fer toujours plus tendu avec Pékin. Le climat général reste dominé par les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine et les craintes de voir la croissance affectée. Goldman Sachs a d’ailleurs revu ses prévisions à la baisse ne s’attendant pas à un accord entre les deux pays avant les élections de novembre 2020. L’institut allemand d’études économiques IFO annonçait également une dégradation des perspectives économiques mondiales. Sur le marché suisse, finalement sans grande évolution, les projecteurs étaient tournés vers AMS qui a relancé sa proposition d’acquisition de la société Osram. Active dans les luminaires, la société a vécu à une journée plutôt sombre. Le fabricant autrichien de semi-conducteurs, côté à la bourse suisse et qui compte Apple comme très important client, s’y était déjà intéressé à mi-juillet retirant tout aussi rapidement son offre. Ces hésitations et le manque de clarté de la stratégie de AMS dans ce dossier ont été très mal accueillis par le marché sanctionnant le titre de plus de 10 %. Les valeurs bancaires étaient également malmenées. Meilleure journée pour ABB où l’arrivée d’un nouveau chef en la personne du Suédois Rosengren a valu une solide progression du titre. Laurent Genoud Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 03

  • Quo vadis ?

    MARCHES INTERNATIONAUX L’Italie va être le prochain soucis de l’Union européenne. Comme d’habitude, la difficulté récurrente qu’ont les politiques à gouverner le pays dans le calme et la durée, fait que la botte se retrouve rapidement derrière eux et fait le ménage à coup de... L’entente, quelque part contre nature, du Mouvement cinq étoiles de Di Maio avec la Ligue de Salvini ne pouvait qu’aboutir à ce résultat. Tant il est vrai que les idées de base de ces deux formations sont diamétralement opposées. A la base, ce fut l’appât du pouvoir qui fit en sorte que ces deux formations se mettent d’accord pour gouverner ensemble, la réalité du terrain les a rattrapé. Comme précédemment, ce sera les marchés financiers qui mettront fin à tout ça. Le spread de crédit avec le Bund allemand ne fait que grimper et se retrouve déjà à plus de 230 points de base. Or dans ce malheur, la chance de l’Italie est que les taux sont tellement bas que les dommages sont limités. Par contre, l’été terminé, le budget devra être entériné par l’Union européenne et ce n’est vraiment pas acquis d’avance. Aujourd’hui, les marchés font un peu de surplace. Ils se cherchent une direction et surtout une motivation d’aller de l’avant. Les romains disaient que le courage croît en osant et la peur en hésitant. En ces périodes d’incertitudes sur les marchés, les intervenants sont dans cette logique et laissent parler leurs hésitations. L’or est au plus haut depuis 6 ans. La valeur refuge par excellence à la cote auprès des investisseurs prudents. Ce métal risque d’avoir encore pas mal de beaux jours devant lui et l’once d’or repasse la barre des 1'500 dollars. BOURSE SUISSE Notre bourse helvétique se tâte toute la séance sur la direction à adopter. A quelques encablures de la clôture et ce malgré l’ouverture négative de New York, le SMI est en légère hausse de 0,15 % à 9'766 points. Les valeurs défensives soutiennent l’indice avec Nestlé et Roche en progression par rapport à la veille. Sika enregistre une des moins bonnes performances avec un recul de 1,94 % à 139,15 francs. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9735 et l'euro s'échange à CHF 1,0899. Gestion de fortune Marco Levis - Bulle 026 919 24 30

  • Rebond

    MARCHES INTERNATIONAUX Après quelques tentatives infructueuses ces deux dernières séances, le rebond des marchés se concrétise. Une des bonnes nouvelles de la journée concerne les exportations chinoises qui sont reparties à la hausse en juillet. Ce malgré les pressions commerciales des Etats-Unis. D’autre part, la chasse aux bonnes affaires bat son plein et les investisseurs reviennent sur des titres qui ont été quelque peu martyrisés ses derniers jours. Toutefois, les tensions économiques sont toujours là et en plus dans certains pays, les tensions politiques sont importantes. Près de chez nous en Italie et même si ce n’est pas une nouveauté, le gouvernement risque de sauter. Les divergences entre les deux partis au pouvoir sont importantes et les deux figures qui dominent le gouvernement pense plus à défendre bec et ongles leur pré carré que de s’occuper de la relance économique d’un pays qui est à la traîne en Europe. Les marchés réagissent à cette situation en provoquant une hausse du spread de crédit à 206 points. Signe aussi d’un regain d’optimisme, les prix du pétrole remontent quelque peu, aussi dû à l’annonce que l’Arabie saoudite contacterait d’autres pays producteurs afin de réduire la production. L’once d’or se stabilise en dessous des 1'500 dollars US. BOURSE SUISSE A quelques minutes de la clôture de la bourse, le SMI est en fort rebond avec un gain de 2,12 % à 9'736 points. Les intervenants semblent avoir mis leurs craintes actuelles en berne et se sont concentrés sur les opportunités existantes et certains chiffres économiques positifs de différentes sociétés. Adecco a présenté ses chiffres du 2ème trimestre de l’année. Ils sont mitigés, cependant la rentabilité du groupe se maintient quelque peu et a été légèrement meilleure qu’attendue. Le titre est en hausse de plus de 2% et repasse la barre des 53 francs. Le titre Roche se rattrape et progresse de 2,36 %, comme l’action Novartis qui gagne 2,80 %, amortissant ainsi la plus grande partie de ses pertes de la veille. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9780 et l'euro s'échange à CHF 1,0955. Gestion de fortune Marco Levis - Bulle 026 919 24 30

  • Après la tempête, le retour au calme

    MARCHES INTERNATIONAUX Après l’orage, les eaux se calment et les marchés font de même. Les esprits se reprennent et le raisonnement se fait plus rationnel et pragmatique. Finalement, un premier geste a été fait par Pékin qui n’accentue pas la dévaluation de sa monnaie. D’autre part, comme déjà exprimé maintes fois, le manque d’alternative aux actions n’autorise pas le déplacement de sommes énormes sur d’autres supports économiques. Bien entendu, tout n’est pas terminé et les tensions restent. Cependant, certaines voix se font entendre comme celle du conseiller économique de la Maison blanche, Larry Kudlow qui indique que le Président Trump cherche toujours un accord commercial avec la Chine. Est-ce du lard ou du cochon ? L’avenir nous le dira. Toutefois, les deux pays ont vraiment intérêt à s’entendre car les économies tant américaine que chinoise ralentissent presque à vue d’œil. La seule chose qui est, somme toute, dangereuse actuellement, c’est le fait que nous avons à faire à un Président américain qui est en campagne pré-électorale, qui met son égocentrisme au premier plan et qui fera ce qu’il faut pour satisfaire sa base ultra-conservatrice. En Europe, on assiste au recul de la production industrielle de l’Allemagne, au mois de juin de l’ordre de 1,50 %. Ceci ne rassure pas sur la bonne santé de l’économie de la zone euro. Quant à l’or, valeur refuge par excellence, son prix en once frôle les 1'500 dollars US, avec une progresse de plus de 15% depuis le début de l’année. BOURSE SUISSE A l’instar des autres marchés européens, la bourse helvétique se reprend quelque peu durant la matinée. Dès l’après-midi, aussi à cause de l’ouverture négative de New-York, le SMI se retourne et perd quelques plumes. Finalement, à quelques encablures de la clôture, l’indice est en très légère baisse de 0.17 % à 9'537 points. Le titre Novartis pâtit de l’accusation faite par la FDA américaine d’avoir transmis des données manipulées sur un médicament lié à une thérapie génique. L’action recule de 3,00 % à 86,02 francs. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9728 et l'euro s'échange à CHF 1,0915. Gestion de fortune Marco Levis - Bulle 026 919 24 30

  • Ne pas trop vite hurler avec les loups

    MARCHES INTERNATIONAUX Déjà nous entendons certain dire que le moment est arrivé et que la grande lessive va commencer, avec une chute importante des marchés. Mais il ne faut pas oublier que les alternatives de placements sont minces et que la demande est toujours bien présente. La correction que nous avons eu ces dernières séances est certes justifiée par les grandes incertitudes actuelles, cependant vu la « spontanéité » des décisions prises par le locataire de la Maison Blanche, nous pourrions avoir de quoi nous raviser rapidement. En Chine, la réponse du berger à la bergère ne s’est pas fait attendre. Pékin a laissé chuter sa monnaie contre le dollar et ainsi avoir une compensation sur les charges supplémentaires qui pèsent sur l’exportation chinoise, après l’augmentation des taxes voulue par M. Trump. En conséquence, les analystes tablent déjà sur une nouvelle baisse des taux directeurs US à la prochaine réunion. Le chiffre de 100 points de base est articulé d’ici à 2020. Toutefois déjà, la Réserve Fédérale précise qu’elle ne veut et ne peut pas modifier sa politique monétaire en fonction de chaque menace d’un côté ou de l’autre. Belle remise en place à qui de droit… Dans tout ça, l’Europe ne peut que regarder et subir. L’Union européenne n’a ni les moyens économiques ni la cohérence politique pour combattre les deux puissances économiques mondiales que sont les USA et la Chine. BOURSE SUISSE En Suisse, les deux principaux soucis actuels sont la force de notre franc et la situation des taux d’intérêts. A 10 ans, le taux comptant de la Confédération a encore baissé à -0,822 %. Plusieurs banques se posent la question du maintien des taux positifs pour leur clientèle et aussi si ça ne vaudrait pas la peine de prêter à des taux négatifs. C’est le monde à l’envers. L’éventuel retour, dans un futur plus ou moins proche, à une situation plus « normale » se fera dans la douleur et beaucoup auront du mal à le supporter. Notre bourse helvétique voit son indice SMI tenter de se reprendre durant la séance, après la forte chute de lundi. Toutefois, à quelques minutes de la clôture, le SMI est en très légère baisse de 0,28 % à 9'572 points. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9780 et l'euro s'échange à CHF 1,0940. Gestion de fortune Marco Levis - Bulle 026 919 24 30  

  • Les nuages sombres s'amoncellent

    MARCHES INTERNATIONAUX Est-ce déjà l’orage ou simplement de gros nuages noirs qui s’amoncellent dans le ciel des investisseurs ? En tous cas les marchés internationaux ont beaucoup d’infos négatives à se mettre sous la dent. Entre les égos qui se déchirent et la couverture qui s’étire entre les Etats-Unis et la Chine concernant la balance commerciale, les tensions géopolitiques ravivées entre la Corée du Nord et le Japon, entre l’Inde et le Pakistan et enfin l’Iran qui montre ses muscles dans le détroit d’Ormuz en arraisonnant un troisième pétrolier, n’en jetez plus, il y en a assez pour se mettre à l’abri. Les niveaux très élevés de la plupart des bourses mondiales font que les intervenants ne prennent pas de pincettes pour se délester des quelques titres qui ont bien performé ces derniers mois. Comme toujours, le franc suisse s’apprécie rapidement contre la plupart des monnaies et la Banque Nationale Suisse aura bien à faire sur le marchés afin de maintenir les rapports de change sur des niveaux acceptables pour l’économie helvétique. Ce qui est dangereux avec ces invectives de part et d’autre, on pense surtout à M. Trump et sa verve tweetienne, c’est que l’effet escompté est loin d’être atteint. Le Président américain bombe le torse en cette période pré-électorale, mais c’est surtout le consommateur américain qui va payer plus cher les produits chinois et européens qu’il voudra acheter. D’autre part, les grands producteurs de soja et autres denrées exportées devront aussi passer à la caisse en rabotant leurs marges si ils désirent vendre à la Chine ou en Europe leurs produits US. BOURSE SUISSE A quelques minutes de la cloche, notre SMI est en fort recul de 2,15 % à 9'593 points. En essentiellement deux séances notre indice principal est passé du niveau de 10'000 points à près de 9'600 points. A l’instar des autres marchés internationaux, notre bourse réagit brusquement aux tensions macroéconomiques actuelles. Sans surprise, le luxe pâtit le plus de la situation difficile des marchés. On voit l’action Richemont chuter de plus de 6% et le titre Swatch reculer de plus de 4%. Les valeurs défensives se maintiennent tant bien que mal avec Novartis et Roche qui perdent moins de 2%. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,9725 et l'euro s'échange à CHF 1,0885. Gestion de fortune Marco Levis - Bulle 026 / 919 24 30

  • Reprise des tensions

    MARCHÉS INTERNATIONAUX L’annonce du projet de Donald Trump d’imposer de nouveaux droits de douane de 10% sur 300 milliards de dollars de produits d’importations chinois jusque-là encore épargnés a eu l’effet d’une bombe sur les marchés. Cette nouvelle a évidemment fortement impacté les marchés asiatiques. L’indice tokyoïte, qui subit le renchérissement du yen dans cet environnement de menaces commerciales, a perdu 2,16%. Du côté de l’Empire du Milieu qui n’entend pas se laisser faire, la pilule est également dure à avaler puisque Hong-Kong a abandonné 2,30% tandis que Shanghai a égaré 1,80%. En Europe, les investisseurs maudissaient les propos de l’hôte de la Maison Blanche qui provoquent une nouvelle escalade de tensions dans une saga dramatique dont tout le monde se lasse mais à laquelle personne n’entrevoit une issue positive à court terme. En milieu de journée, le DAX de Frankfort diminuait de 2,60%, plombé notamment par le secteur automobile. Le CAC 40 français évoluait dans des eaux encore plus troubles puisque celui-ci était dépouillé de 2,70%. MARCHÉ SUISSE Le lendemain du 1er août a aussi été compliqué pour les acteurs du marché financier helvétique. La bourse suisse a encaissé les tweets du président américain et cela a constitué de nombreuses victimes. Le SMI, pour commencer, qui a baissé de 1,17% pour clôturer à 9'803,69 points. Swatch Group, qui est très fortement exposé au marché asiatique, a souffert en chutant de 3,55% et a terminé la journée à 279,50 francs. L’autre valeur du luxe, Richemont, a fait un peu moins pire en réalisant -3,40% pour en finir à 82,50 francs. Dans cet océan de rouge, seul Roche est parvenu à surnager. Le géant pharmaceutique bâlois a réussi à afficher du vert au tableau, +0,23% à 267,25 francs. Comme l’on peut s’y attendre dans ce contexte économique et politique tendu, notre monnaie refuge nationale s’est appréciée. L’euro est passé en dessous de 1,10 francs et un dollar s’échangeait contre 0,983 francs. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • Bons résultats

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Ce mercredi l’attention des investisseurs est focalisée sur les décisions et commentaires résultant de la réunion de la Réserve fédérale américaine. Malgré une dynamique économique soutenue, la Fed devrait baisser ses taux d’intérêts directeurs d’un quart de point de pourcentage. Conséquence des critiques de Donald Trump à l’encontre de la Chine, les marchés asiatiques ont clôturé en baisse. Hong-Kong a reculé de 1,31% et Shanghai a perdu 0,67%. A la Bourse de Tokyo, l’indice vedette Nikkei 225 a abandonné 0,86%, malgré la hausse de 5.30% du géant japonais de l’électronique Sony, suite à la publication de ses résultats trimestriels montrant une forte hausse de rentabilité. En fin d’après-midi, le DJ Eurostoxx 50, indice regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, avance de 0,12% et de l’autre côté de l’Atlantique, l’indice Dow Jones Industrial Average ouvre la séance sur une note positive. MARCHÉ SUISSE Nos indices helvétiques ont terminé la journée en hausse. Le Swiss Market Index prend 0,29% et l’indice élargi Swiss Performance Index monte de 0,31%. Du côté des sociétés, le groupe bancaire Credit Suisse (+ 2,38% à 12,03 francs) a publié ses chiffres trimestriels qui se sont avérés supérieurs aux attentes. Son bénéfice a fait un bond de 45% à 937 millions de francs. Le numéro deux mondial de la réassurance Swiss Re (+ 1,30% à 96,56 francs) a également fait mieux que les prévisions du marché avec un bénéfice net pour le premier semestre à 953 millions de dollars. Au lendemain de ses résultats, l’exploitant de boutiques hors-taxes Dufry voit son objectif de cours confirmé par Credit Suisse à 95 francs avec une recommandation inchangée à neutre. DEVISES En fin d’après-midi, sur le marché des devises, notre monnaie helvétique s’échange à 0,99 pour un dollar américain et se négocie à 1,1025 pour un euro. JEROME DOUGOUD Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 24

  • Credit Suisse en bas du classement

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Au Japon, la Banque centrale (BoJ) annonce comme à son habitude un statu quo sur sa politique monétaire expansive avec des taux d’intérêt négatifs à -0,1%. Selon son discours, la BoJ prendra « sans hésitation » d’autres mesures si nécessaire pour soutenir son économie et se rapprocher de son objectif d’inflation de 2%. L’indice Nikkei 225 accueille cette nouvelle sans grande émotion en avançant que de 0,43%. En Europe, les marchés sont hésitants alors que les négociations sino-américaines reprennent de plus belle. A la clôture, le DJ Eurostoxx 50, indice regroupant les 50 plus importantes valeurs cotées en euro, recule de 1,7%. A New-York, les investisseurs sont eux aussi sur leurs gardes, la veille du verdict de la Réserve fédérale américaine (Fed) où l’on s’attend à une baisse des taux de 25 points de base. Si la Fed prend effectivement cette décision, ce sera la première fois depuis 2008 qu’elle procède à une baisse de taux. Donald Trump ne se cache pas à dire qu’il espérerait un geste de plus grande ampleur. MARCHÉ SUISSE Le marché suisse ne fait pas exception et termine la journée dans le rouge, le Swiss Market Index reculant de 0,8%. Aux cotations, Credit Suisse fait partie des plus grands perdants de la journée (-2,45% à 11,75 francs), la veille de la publication de ses résultats trimestriels. Les investisseurs se montrent inquiets au vu des performances déjà publiées par la concurrence et des conditions de marché, en particulier le niveau des taux d’intérêt. Son concurrent numéro un, UBS, a fait part la semaine dernière de résultats peu convaincants alors que les banques américaines ont vu souffrir leurs activités de négoce. De plus, les investisseurs seront particulièrement attentifs à l’évolution des coûts puisque Credit Suisse a clôturé à fin 2018, un exercice sur trois ans de restructuration de ses activités en vue de réaliser des économies. Grâce à ce programme, la banque est parvenue à économiser près de quatre milliards de francs par rapport à 2015, reste à s’assurer que ce cap puisse être maintenu. JULIE MURITH Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 99

  • EN ATTENDANT LA FED

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les records enregistrés vendredi sur Wall Street ne suffisent pas à enflammer les marchés asiatiques. En effet, les acteurs des marchés orientaux ont semblé être dans l’expectative avant d’amorcer une semaine riche, comptant les réunions des banques centrales japonaise et américaine ainsi que de nombreux résultats de sociétés. De plus, deux jours de négociations doivent débuter mardi concernant les taxes douanières entre la Chine et les Etats-Unis. Le scepticisme semble de mise de ce côté-ci du Pacifique puisque dans ce contexte, le Nikkei 225 perdait 0,19% et Shanghaï peinait à faire mieux en égarant 0,11%. Sur le vieux continent, le CAC40 gagnait 0,16% en début d’après-midi. Le principal indice boursier français était porté par Sanofi. La firme pharmaceutique parisienne prenait 3,2% après l’annonce de ses résultats trimestriels. Malgré une perte de 87 millions d’euros, les investisseurs ont salué le relèvement des objectifs annuels du laboratoire industriel. Le DAX allemand suivait le chemin tracé par son voisin français étant donné qu’il grappillait 0,13%. Deutsche Telekom prenait l’ascenseur, +3,2%, après l’autorisation de fusion délivrée par le Département américain de la Justice entre T-Mobile US, la filiale américaine de l’opérateur allemand et Sprint. MARCHÉ SUISSE Le marché suisse lui aussi a les yeux rivés sur la réunion du comité monétaire de la Fed qui se déroulera mercredi. A cela s’ajoute une pause dans la saison de publication des résultats de nos entreprises helvétiques. Tous ces non-évènements nous ont provoqué une journée terne qui a vu le SMI clôturé à 9'970,87 points, en hausse de 0,03%. Nestlé a profité de la révision à la hausse de son objectif de cours pour augmenter de 1,13% à 105,22 francs. L’indice élargi a terminé la séance à 12'108,89 points en progression de 0,12%. Notre monnaie nationale est restée stable sur la journée face à l’euro. En revanche, elle s’est légèrement renchérie par rapport au billet vert. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06