2019

  • Powell pris en étau

    MARCHES INTERNATIONAUX Monsieur Jerome Powell, le patron de la Réserve fédérale américaine (FED), rame dans une véritable galère. Pourtant, c’est le Président américain qui l’a mis justement à ce poste. Le problème pour être dans les petits papiers de Monsieur Trump, ce n’est pas d’être le meilleur, mais de lui être soumis. Grand paradoxe, car le président de la FED est censé être indépendant. L’économie américaine était bien partie, avec pratiquement le plein emploi. Mais voilà, Monsieur Trump a donné un coup de poing sur la table de jeu et les cartes sont complétement brouillées, au grand dam des marchés boursiers. En pétard avec tout le monde sur la planète terre, sauf avec les américains et encore, c’est peut-être pour ça qu’il veut retourner sur la lune. Il n’en fait qu’à sa tête, réclamant des baisses de taux. Monsieur Powell est donc pris en étau sur les taux d’intérêts. On sait que le président américain adore tweeter, mais le moins que l’on puisse dire c’est qu’il a traité son poulain et la FED de tous les noms d’oiseaux, à se demander comment il a fait pour le nommer à ce poste, jugez plutôt : « enfant têtu, qui a tout raté, qui ne sait plus ce qu’il fait » etc…… Pourtant c’est bien celui qui a brouillé les cartes qui est responsable de ce gâchis. MARCHE SUISSE Hésitations sur la bourse suisse mais à quelques minutes de la cloche, l’indice phare SMI perd 0,47% à 9855 points. Parmi les baisses, citons Novartis qui perd 1,80% à 89,25 francs. La faute à qui ? Monsieur Trump, qui a critiqué le prix des médicaments. Les bancaires retrouvent des couleurs à l’image de Crédit Suisse qui gagne 1,77% à 11,52 francs. Concernant Nestlé, étonnant de voir que certains courtiers abaissent leur objectif à 90 francs, alors que d’autres l’augmentent à 115 francs, pour un cours actuel d’environ 101 francs. DEVISES Contre franc suisse, 1 dollar vaut 0,9760 franc et 1 euro 1,1095 franc. FRANCIS CORPATAUX Gestion de fortune – Bulle 026 919 24 43

  • G20 ou G2 ?

    MARCHES INTERNATIONAUX La finance internationale est suspendue à la rencontre ce vendredi au Japon entre les deux grands acteurs majeurs de la planète, Donald Trump pour l’Amérique et Xi Jinping pour la Chine. Officiellement on parle d’un G20 qui comprend les 20 chefs d’Etats les plus puissants du monde, mais on pourrait parler d’un G2, car les professionnels s’intéresseront uniquement aux déclarations des deux grands. Ils devraient certes se parler, mais la question est de savoir s’ils vont s’entendre, dans tous les sens du terme. Chacun a des arguments à faire valoir. Dans ce genre de situation, comme le disaient les anciens, pour que la sauce prenne, il faut deux ingrédients en même temps : le bon sens et la bonne foi. On peut avoir du bon sens mais n’être pas de bonne foi et inversement on peut être de bonne foi et n’avoir pas de bon sens. Un acteur qui risque aussi de faire des siennes c’est l’or. Son hibernation a été longue, mais il est réveillé. Il vaut actuellement environ 1430 dollars l’once ou 45'000 francs le kilo. Si les discussions avec Monsieur Trump se passent mal, il risque de s’envoler. Certains estiment que dans le contexte des tensions avec l’Iran, son prix pourrait dépasser les 1600 dollars l’once. Rappelons pour la petite histoire que c’était déjà l’Iran qui avait fait exploser l’or dans le début des années huitante, avec la prise d’otages à l’ambassade américaine à Téhéran. MARCHE SUISSE Hésitations sur la bourse suisse mais à quelques minutes de la cloche, l’indice phare SMI termine pratiquement inchangé à 9893 points. Bien des titres sont dans le rouge, à l’image d’Adecco qui perd 1,50% à 57,66 francs. Novartis termine en tête des hausses avec un gain de 0,83% à 90,97 francs. Un tribunal américain aurait protégé son médicament Gilenya (sclérose en plaques) en interdisant le lancement de versions génériques. DEVISES Contre franc suisse, 1 dollar vaut 0,9720 franc et 1 euro 1,1070 franc. FRANCIS CORPATAUX Gestion de fortune – Bulle 026 919 24 43

  • Des milliers de points perdus

    Marchés internationaux Début de la semaine relativement calme sur les places boursières mondiales malgré quelques prises de bénéfices après ces derniers jours d’euphorie. La semaine sera marquée, entre autres par la rencontre de Donald Trump et Xi Jinping dans le cadre du sommet du G20 au Japon. On attend impatiemment des nouvelles dans le dossier des accords commerciaux. Le président américain s’est d’ailleurs à nouveau distingué à travers ses tweets en attaquant la Réserve Fédérale américaine (FED). Il accuse les dirigeants de la FED d’avoir relevé les taux trop rapidement et, tout simplement, de ne pas savoir ce qu’ils font. D’après lui, sans l’intervention de la FED, le Dow Jones devrait se situer à des milliers de points plus haut… Pour rappel, le Dow Jones, indice des 30 valeurs leaders de leur secteur, se monte à 26'800 soit à quelques points près au plus haut de tous les temps. Du côté des valeurs, Daimler était en fort recul après le « profit warning » annoncé. A la suite du scandale sur le diesel, la société doit provisionner plusieurs centaines de millions d’euros. L’action chute de près de 3 %. Bourse suisse Quant à la bourse suisse, le Swiss market Index navigue proche des 9'900 points. Swisslife affichait lundi la meilleure progression tandis que LafargeHolcim fermait la marche. L’or continue de grimper à 1'409 dollar l’once, l’euro s’échange à 1.1075 et le dollar à 0.9720. FRANÇOIS JELK Conseiller gestion de fortune – Bulle 026 919 24 45

  • Toujours le même refrain

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Après avoir été portés ces derniers jours par les perspectives d’un soutien à la conjoncture par les banques centrales, par le biais de potentielles baisses des taux directeurs ou de programmes de rachat d’actifs, les marchés terminent la semaine sur une note négative. En effet, le regain de tensions géopolitiques, notamment entre les Etats-Unis et l’Iran, ont pesé sur les intervenants qui préfèrent adopter un positionnement attentiste, avec en ligne de mire le sommet du G20 de la semaine prochaine, en marge duquel Trump et son homologue chinois devraient se rencontrer afin de discuter de leurs différends commerciaux. Dans cet environnement incertain, l’appétit au risque des investisseurs s’en trouve réduit, impactant négativement les places boursières. En Asie, la bourse de Tokyo clôture ainsi la séance en baisse, l’indice Nikkei 225 enregistrant un repli de 0,95% à 21’258 points. En Europe, la publication de données macroéconomiques mitigées n’a pas permis d’inverser la tendance. En effet, malgré un indicateur PMI Composite pour la Zone Euro faisant état d’une accélération de l’activité, celle-ci n’est pas généralisée à l’ensemble des sous-secteurs, le secteur manufacturier continuant de se replier en zone de contraction. Aux Etats-Unis, les indicateurs des directeurs d’achat affichent quant à eux un repli généralisé, l’indice composite affichant son plus bas en plus de 3 ans. En fin d’après-midi, l’indice DJ Eurostoxx 50 affiche donc un repli de 0,05%. Outre-Atlantique, la situation est toute autre, les marchés étant encore portés par l’espoir d’une baisse des taux par la Fed dès le mois prochain. L’indice S&P500 affiche ainsi une hausse de 0,23% en début de séance. MARCHÉ SUISSE A l’instar de ses consœurs européennes, le Swiss Market Index termine nettement dans le rouge, enregistrant une baisse de 0,56% à 9’922 points. Il en va de même pour l’indice élargi Swiss Performance Index, qui affiche un recul de 0,56% à 11’983 points. Sur la séance, Richemont avait la faveur des investisseurs (+0,76%), tandis que Lonza termine lanterne rouge, enregistrant une baisse de 1,5%. YANNICK MULLER Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 04

  • Recul en attendant la FED

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Le marché tokyoïte a terminé la séance de mercredi en forte hausse , +1,72% à 21'333.87 points, après les propos accommodants de Mario Draghi, président de la BCE, qui ouvre la voie à une éventuelle baisse des taux d’intérêt. Au niveau des devises, on constate également une légère dévaluation du yen par rapport au billet vert, favorisant les exportations japonaises qui représentent une partie importante de l’économie du pays. Les marchés chinois suivent la tendance de leur homologue nippon et clôture sur une importante progression. L’annonce de la rencontre en marge du G20 entre Donald Trump et Xi Jinping a boosté Hong-Kong (+ 1,75%), Shanghai (+1,50%) et Shenzhen (+2%). De plus, le président américain a déclaré qu’il avait eu une « très bonne » conversation avec son homologue chinois. Certes, le dialogue a repris et c’est encourageant mais l’issus de celui-ci semble très incertain tant les positions de Pékin et Washington sont éloignées dans ce conflit. Désormais, les regards des investisseurs sont tournés vers la Réserve fédérale américaine qui va à son tour faire le point sur sa politique monétaire. MARCHÉ SUISSE Tous les espoirs de passer à nouveau les 10'000 points sur le SMI sont malheureusement anéantis suite à la piètre performance des poids lourds de notre principal indice national. En effet, dans la journée de mercredi, Nestlé perdait -0,86% à 101.38 alors que les deux géants pharmaceutiques Novartis et Roche abandonnaient chacun -0,82% et -0,50%. Le grand gagnant de la journée était Swatch qui a profité de la reprise du dialogue entre les deux géants du commerce international. À l’inverse, SGS ,le géant de l’inspection et de la certification est le mauvais élève de la journée suite à une dégradation de recommandation. Bell se fait punir par les détenteurs de capitaux, l’action perdait -7,50% mercredi après-midi. L’industriel rhénan a prévenu que son excédent d’exploitation n’excéderait pas les 50 millions de francs (contre plus de 55 millions l’année dernière) suite au renchérissement des prix pour la viande de porc. Eric Boschung Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 06

  • Le SMI franchit les 10'000 points

    MARCHÉS INTERNATIONAUX La Bourse de Tokyo a terminé la séance de mardi en baisse, pénalisée par le renchérissement du yen, valeur refuge aux yeux des investisseurs. L’indice Nikkei 225 recule ainsi de 0,72% à 20'972,71 points. Les marchés européens ouvrent en légère baisse avant de s’orienter clairement à la hausse en réaction à l’intervention de Mario Draghi dans le cadre du forum annuel de la Banque centrale européenne (BCE). En effet, soulignant la faiblesse persistante de l’activité que laissent présager les indicateurs économiques, le président de la BCE a laissé entendre que celle-ci pourrait avoir recours à de nouvelles baisses de taux pour remplir son objectif de stabilité des prix. Il n’en fallait pas plus pour réveiller l’appétit des investisseurs pour le marché des actions, seul véritable source de rendement dans un contexte de taux d’intérêt bas, voire négatifs. Plus tard dans la journée, ce sont les déclarations de Donald Trump qui ont accentué la hausse des bourses mondiales. En confirmant que sa rencontre avec son homologue chinois Xi Jinping aurait bien lieu la semaine prochaine lors de la réunion du G20 à Osaka, le président américain a fait renaître l’espoir de voir les Etats-Unis et la Chine mettre fin à la guerre commerciale dans laquelle ils se sont embourbés. En fin d’après-midi, l’indice DJ Eurostoxx 50 des valeurs les plus importantes cotées en euros progresse de 2,06% à 3'452,89 points. MARCHÉ SUISSE En Suisse, l’indice Swiss Market Index (SMI) progresse de 1,39% à 9'988.55 points après avoir franchi pour la première fois de son histoire le seuil des 10'000 points durant la journée. Sur le marché élargi, l’indice Swiss Performance Index (SPI) gagne 1,31% à 12'055,62 points. Plusieurs analystes ont relevé leur objectif de cours sur l’action Sika, permettant au titre du groupe zougois de gagner 2,58% à 163,30 francs. DEVISES Sur le marché des changes, le franc suisse reste stable face à la monnaie unique à 1,1195 francs pour un euro. Contre le billet vert, la monnaie helvétique s’échange au-dessus de la parité à 1,0008 franc pour un dollar. JULIEN YERLY Gestion de fortune - Fribourg 026 350 74 78

  • Semaine des banques centrales

    MARCHÉS INTERNATIONAUX En ce début de semaine, la prudence est de mise avant les prochaines annonces concernant les politiques monétaires des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne et du Japon. La plus attendue est la réunion de la Fed. Cette dernière va retenir toute l’attention des investisseurs car le Comité monétaire de la banque centrale américaine pourrait préparer le terrain à une prochaine baisse des taux et publiera également de nouvelles prévisions économiques. Les places financières asiatiques ont terminé en hausse. La Bourse de Hong-Kong profite de la suspension du projet de loi controversé autorisant les extraditions vers la Chine et progresse de 0,45%. L’indice composite de Shanghai prend 0,20% et au Japon, l’indice Nikkei 225 termine la journée sur un très léger gain de 0,03%. En fin d’après-midi, l’indice DJ Eurostoxx 50 monte de 0,12% et de l’autre côté de l’Atlantique, le Dow Jones Industrial Average ouvre la séance sur une note légèrement positive. MARCHÉ SUISSE Nos indices helvétiques ont terminé la journée en progression. Le Swiss Market Index gagne 0,04% à 9'851 points et l’indice élargi Swiss Performance Index avance de 0,07% à 11'899 points. Le groupe industriel Oerlikon crée un partenariat avec l’allemand MT Aerospace qui est spécialisé dans l’usinage de pièces métalliques légères. Ce rapprochement vise à renforcer les activités des deux partenaires dans l’impression 3D ainsi que le traitement de surface destinée à l’aéronautique et la défense. Le fabricant bâlois d’emballages flexibles pour l’industrie du café, du thé, des produits pharmaceutiques, de la nourriture pour animaux, de la confiserie et des produits laitiers Aluflexpack AG a confirmé la date du 28 juin pour son introduction en Bourse suisse (IPO) avec un prix d’émission entre 20 et 26 francs. L’offre publique de souscription se terminera le jeudi 27 juin prochain à midi. DEVISES En fin d’après-midi, sur le marché des devises, notre monnaie helvétique s’échange à 0,9985 pour un dollar américain et se négocie à 1,1215 pour un euro. JEROME DOUGOUD Gestion de fortune – Fribourg 026 350 74 24

  • MAYDAY

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Donald Trump a promis, après une visite de son homologue polonais, de déployer mille soldats supplémentaires en Pologne. Cette décision, approuvée par l’Otan, viserait à contrebalancer la présence de l’armée russe. A ce propos, le président américain envisagerait des sanctions économiques contre les pipelines russes dont l’Allemagne est accusée de fortement dépendre. La tension monte dans le Golfe d’Oman où un incident a secoué les prix du pétrole, grimpant de près de 3% dans la journée de jeudi. Un mois après de supposés actes de sabotage, deux tankers, l’un norvégien et l’autre japonais, auraient été la cible d’attaques près des côtes iraniennes. Un lien entre ces événements et la visite du Premier Ministre japonais à Téhéran est suspecté. MARCHÉ SUISSE Le SMI enregistre un nouveau record au cours de la journée mais termine en baisse dérisoire de 0.04% à 9'856.17 points. Hors SMI, la société Stadler Rail, introduite en bourse le 12 avril 2019 au prix de CHF 38.00, a signé avec l’Allemagne une importante commande de 100 millions d’euros. Le titre du constructeur de matériel ferroviaire clôturait alors en hausse de 0.44% à CHF 45.96. D’autre part, la Banque nationale suisse considère que la dynamique conjoncturelle de notre pays continue sur une lancée positive depuis le début de l’année. Les prévisions de croissance économique sont donc maintenues à 1.5% pour cette année malgré les risques que l’on connait : incertitudes politiques et tensions commerciales. Selon les calculs de la même institution, le PIB aurait progressé de 2.3% au premier semestre sur la base d’un marché du travail favorable et des capacités de production gérées de manière efficace. Enfin, la BNS a annoncé son nouveau taux directeur, -0.75%, appliquant ainsi une politique monétaire expansionniste. DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar vaut 0.9947 franc et un euro 1.1212 franc. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 919 24 29

  • Quelle ménagerie

    MARCHES INTERNATIONAUX Une des plus célèbres fables de Jean de La Fontaine parlait d’un lièvre qui se lamentait en disant « Que faire en un gîte à moins que l’on ne songe ». Aujourd’hui, le bestseller serait « Que faire en un tweet à moins que l’on ne songe ». Et la réponse serait : de gros dégâts, notamment pour les marchés boursiers… et le lièvre de la fable s’appellerait Donald Trump. Sauf qu’avec le lièvre Trump, ce n’est pas le lièvre qui a peur mais bien lui qui menace, notamment le tigre asiatique ou l’ours russe. Et il n’est pas question de songer trop longtemps, car de toute façon notre lièvre américain change d’avis comme de pelage. Chaque message façon oiseau bleu fait frissonner la finance internationale qui n’apprécie pas ces combats de coqs. Les analystes prédisaient de nouvelles hausses des taux d’intérêts aux USA, mais Monsieur Trump n’en veut pas. Du coup, il attaque par la bande en proférant moult menaces de guerres commerciales internationales. Méthode habile, car ces dernières seraient synonymes de récession et nécessiteraient, par ricochets, des baisses de taux pour justement éviter la récession. En tout cas, ni le tigre asiatique ni l’ours russe ne s’en laisseront conter par l’arrogance de ce lièvre américain belliqueux. Preuve en est la rencontre cordiale la semaine passée entre les Présidents Poutine et Xi Jinping. Imaginez que le tigre et l’ours s’unissent contre le lièvre, ce dernier n’a pas fini de vagir, pardon de tweeter. MARCHE SUISSE Hésitations sur la bourse suisse mais à quelques minutes de la cloche, l’indice phare SMI perd 0,13% à 9848 points. La plupart des titres sont dans le rouge, notamment ABB qui perd 2,24% à 18,80 francs. Adecco a travaillé dur, malgré cette journée de grève féminine, en soutenant l’indice avec une progression de 1,59% à 57,38 francs. DEVISES Contre franc suisse, 1 dollar vaut 0,9975 franc et 1 euro 1,1190 franc. FRANCIS CORPATAUX Gestion de fortune – Bulle 026 919 24 43

  • Celui qui hésite, regrette.

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Les marchés sont teintés de rouge en ce mercredi. A Hong-Kong, des milliers de manifestants bloquaient le centre-ville et encerclaient les bâtiments du gouvernement. Ils s’opposent à un projet de loi, soutenu par Pékin, visant à autoriser les extraditions vers la Chine. Les autorités ont donc décidé de reporter les débats à une date ultérieure. Aux Etats-Unis, la société Beyond Meat, fabricant de burgers végétariens, est sur le devant de la scène. Le titre, introduit à 25 dollars début mai, a atteint plus de 180 dollars en quelques mois. Or, l’action a fortement chuté ces derniers jours suite à la décision de JP Morgan d’abaisser l’objectif à neutre avec un cours à 120 dollars. Selon eux, l’avenir de la société reste tout de même prometteur. Il parait surprenant, selon la Fed, qu’en période de plein emploi l’inflation soit en ralentissement. La hausse des prix est moins importante que prévu, soit 1.8% au lieu de 2%. Le secteur de l’alimentation a largement contribué à une progression positive contrairement à l’énergie, en particulier le prix de l’essence en recul de 0.5%. A la City, Boris Johnson vient de lancer sa campagne pour le poste de Premier Ministre tout en affirmant renégocier l’accord du Brexit. MARCHÉ SUISSE Notre marché helvétique est à nouveau dominé par les doutes sur l’évolution des relations commerciales entre les deux puissances mondiales. L’indice phare débute la séance sous l’eau, reprend l’air en début d’après-midi pour terminer en hausse de 0.39% à 9'874.05 points. Le numéro deux bancaire, Crédit Suisse, qui perd 2.05% dans la journée, a vu son rating confirmé à « A- » par l’agence de notation Fitch. Cette dernière attend un progrès dans la restructuration du capital de risque et une diminution de la volatilité des performances de la banque. DEVISES Contre le franc suisse, un euro s’échange à 1.1253 et un dollar à 0.9940.   Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 919 24 29

  • Après la pluie, le beau temps

    MARCHÉS INTERNATIONAUX Wall Street poursuit son ascension après l’annonce du Mexique, concernant la mise en place de mesures afin d’empêcher l’immigration illégale, écartant ainsi les menaces de taxes proférées par le Président Trump. Toujours du côté des Etats-Unis, les deux géants de l’aéronautique et de la défense, United Technologies et Raytheon, prévoient de fusionner d’ici le premier semestre 2020. Cette fusion s’inscrit comme la plus importante de l’année dans le secteur. Le groupe devrait générer des revenus à hauteur de 74 milliards de dollars. La transaction doit cependant être validée par les autorités de régulation. Les marchés asiatiques s’affichent en hausse, profitant d’une lueur d’espoir quant aux négociations commerciales avec la Chine. De certaines avancées pourraient voir le jour lors de la rencontre entre Donald Trump et Xi Jinping au G20, au Japon à la fin du mois. Toutefois, la présence de Pékin n’ayant pas encore été confirmée, Trump a profité d’accentuer la pression en se disant prêt à instaurer des droits de douane sur la totalité des importations chinoises s’il ne parvient pas à un accord lors de cette rencontre. Les cours du pétrole sont orientés à la hausse malgré une demande incertaine pesant sur les prix à court terme. MARCHÉ SUISSE Ce week-end prolongé a permis à la Bourse suisse de reprendre des forces, l’indice vedette atteignant un plus haut historique à 9'871.44 points. La séance est remportée par Crédit Suisse (+ 2.59%), Lonza (+ 2.52%) et LafargeHolcim (+ 1.98%). Ce dernier a vu son objectif de cours ainsi que sa recommandation relevés par les analystes d’UBS. Les plus faibles de ce jour sont Nestlé (- 0.24%), Swisscom (+ 0.08%) et Swiss Re (+ 0.08%). DEVISES Contre notre monnaie nationale, un dollar américain se négocie à CHF 0,99 et l'euro s'échange à CHF 1,12. Mireille Overney Gestion de fortune Bulle 026 919 24 29