La Banque Cantonale de Fribourg (BCF) a pu maintenir le cap malgré la crise sanitaire. Après dotation de 21,0 millions de francs aux réserves pour risques bancaires généraux, le bénéfice net augmente à 133,3 millions de francs (+1.3%). Le bilan progresse de 2,1 milliards de francs pour atteindre 26,7 milliards de francs (+8.4%). Forte augmentation aussi des dépôts de la clientèle +1,5 milliard de francs (+10.4%).

Un versement supplémentaire et extraordinaire de 8 millions de francs a été versé à l’Etat pour soutenir les mesures cantonales liées à la pandémie.

M. Edgar Jeitziner prendra sa retraite à fin février 2021. M. Daniel Wenger est entré en fonction au début de cette année (communiqué de presse du 01.09.2020).

Ces résultats démontrent une fois de plus le bien-fondé de la stratégie appliquée et confirment la solide position de la BCF sur le marché. Ils permettent de répondre au triple impératif de servir au mieux nos clients, d’apporter un soutien déterminant à l’économie du canton et de dégager une très bonne rentabilité opérationnelle.

L’incertitude créée par le coronavirus s’est fortement accrue et met l’économie au-devant de défis d’envergure. La BCF est sensible aux effets de cette crise sanitaire sur les entreprises touchées. Soucieuse d’offrir des mesures concrètes à sa clientèle la plus impactée, la banque a mis en place une structure dédiée spécifiquement aux entreprises et indépendants en difficulté. La BCF examine avec une attention particulière les situations individuelles dans les secteurs d’activités les plus directement exposés et propose des solutions adaptées aux besoins de financement à court terme. Une réponse rapide, simple et efficace est apportée afin d’accompagner et d’aider les commerçants, professionnels, petites et moyennes entreprises à traverser cette crise. Dans ce cadre, la BCF a participé activement au programme des crédits COVID-19 et a procédé à des reports d’amortissements.
En dépit des conditions opérationnelles difficiles, la mobilisation de l’ensemble des collaborateurs au service de la clientèle témoigne notre attachement, notre soutien et notre solidarité en cette période de crise.

A l'actif, les avances à la clientèle, correctifs de valeurs pour risques de défaillance déduits, dépassent pour la première fois les 20 milliards de francs. L’ensemble des crédits augmentent de 868,8 millions de francs ou de 4.5%. Cette progression résulte entre autres des crédits transitoires octroyés aux entreprises dans le cadre du programme d’aide de la Confédération, ainsi que des financements de transmissions d’entreprises. Avec un volume de crédits COVID-19 octroyés de 342 millions de francs, la BCF figure parmi les 10 banques les plus actives du programme. Les créances hypothécaires atteignent 17 milliards de francs en augmentation de 803,2 millions de francs (+4.9%).

Cette double progression confirme le soutien important de la BCF aux PME et respectivement au marché immobilier du canton de Fribourg, tout en pratiquant une saine gestion des risques.

Au passif, les dépôts de la clientèle, toutes formes confondues, progressent de manière exceptionnelle de 1,5 milliard de francs à 15,9 milliards de francs (+10.4%).

Au compte de résultat et en dépit de l'impact des taux d'intérêts négatifs, le résultat brut des opérations d’intérêts augmente de 3,9 millions de francs à 247,8 millions de francs. Cette évolution s’appuie d’une part sur l’augmentation du volume des crédits et, d’autre part, sur une diminution des coûts de couverture du risque de taux.

Le résultat net des opérations d’intérêts progresse de 0.3%. La variation des corrections de valeur pour risque de défaillance augmente de 3,0 millions de francs à 12,0 millions de francs, notamment pour couvrir les risques latents comprenant également ceux en lien avec le programme des crédits COVID-19.

L’importante augmentation de nos affaires a ainsi permis de compenser la diminution des marges due aux effets des taux négatifs, effets non répercutés de manière systématique sur notre clientèle individuelle et entreprises.

Le résultat des opérations de commissions et de prestations de services est en progression de 1.5% à 31,6 millions de francs.

Le résultat des opérations de négoce, composé essentiellement des produits des devises, de change et des métaux précieux, diminue de 1,7 million de francs à 8,4 millions de francs (-16.7%). La diminution provient notamment de la chute des opérations de change consécutive à la baisse des activités touristiques.

Les autres résultats ordinaires augmentent de 1,1 million de francs à 5,4 millions de francs.

Malgré une augmentation prononcée des correctifs de valeur pour risques de défaillance et des effets du COVID-19, les produits d'exploitation progressent de 0.2% à 281,2 millions de francs.

Le total des charges d'exploitation ordinaires de 101,7 millions de francs reste en deçà du budget et confirme la parfaite maîtrise des coûts.

Le résultat opérationnel, soit le niveau déterminant pour évaluer la performance de la banque, diminue de 3,6 millions de francs à 162,0 millions de francs, en raison des effets de la crise mentionnés précédemment, mais aussi en fonction d’importantes rénovations de succursales et de projets de digitalisation impactant le volume des amortissements nécessaires sur nos immobilisations corporelles.

Le bénéfice net est en augmentation de 1,7 million de francs à 133,3 millions de francs, après déduction de l’attribution de 21,0 millions de francs aux réserves pour risques bancaires généraux.

Ces résultats permettent à la BCF de jouer son rôle de contributeur cantonal en versant au canton, aux communes et aux paroisses une contribution de 69,9 millions de francs, soit près de l’équivalent du capital de dotation. Ce versement comprend les impôts, la rémunération du capital de dotation, ainsi que celle de la garantie de l’Etat et un versement supplémentaire et extraordinaire de 8,0 millions de francs a été effectué à l’Etat pour soutenir les mesures cantonales liées à la pandémie.

Après répartition du bénéfice, l’ensemble des fonds propres atteint 2,2 milliards de francs, en progression de 92 millions de francs. Le ratio CET1 (Common Equity Tier 1 ou noyau dur des fonds propres de base) s’élève à 17.82%. Il respecte amplement les exigences minimales fixées à 12.15%.
L’organisation a été mise à rude épreuve. Les contacts personnels avec nos clients, soit dans les rencontres individuelles ou lors des nombreuses manifestations soutenues par la banque, ont dû être abandonnés du jour au lendemain. Les mesures organisationnelles, telles que la réorganisation des activités, l’alternance des équipes en télétravail, l’accélération de la robotisation pour faire face au volume de travail en forte augmentation, la mise en place des mesures de sécurité en vue de préserver la santé des clients et des collaborateurs, ou encore la gestion des demandes d’aides de clients en difficulté, ont été très rapidement mises en œuvre. Les procédures instaurées nous permettent de réagir rapidement aux changements imposés, notamment en relation avec le confinement ou le déconfinement des équipes.

En 2021, nous poursuivrons nos efforts dans la gestion des conséquences du Covid 19 et continuons d’investir dans des projets d’innovation, dans la digitalisation des processus, dans la modernisation de notre réseau des succursales.

Les effets de la crise vont perdurer et influencer l’exercice 2021. La banque s’attend toutefois à atteindre des résultats semblables à 2020.

Lors de sa dernière séance, le conseil d'administration a arrêté les comptes présentés. Il propose la répartition suivante du bénéfice de l'exercice 2020 :

Bénéfice de l'exercice CHF 133'343'995.-

  • Bénéfice reporté CHF 71’0883.-
  • Bénéfice au bilan CHF 133'415'083.-

Répartition du bénéfice

  • Indemnité pour la garantie de l'Etat CHF 43'000’000.-
  • Rémunération du capital de dotation CHF 11'000'000.-
  • Versement extraordinaire à l’Etat CHF 8'000’000.-
  • Attribution au fonds de réserve CHF 71'000’000.-
  • Report à nouveau CHF 415’083.-

Fribourg, le 11 février 2021