MARCHÉS INTERNATIONAUX
Les marchés asiatiques ont fait grise mine en ce milieu de semaine à la suite de la nouvelle menace du président américain Donald Trump de relever les droits de douane sur les importations chinoises faute de conclusion d’un accord. La bourse de Shanghai abandonnait 0,09% et le Nikkei 0,85%. Le climat politique tendu à Hong Kong a poussé les autorités à fermer les écoles. Les banques ont conseillé à leurs employés de travailler depuis leur domicile afin d’éviter la tension qui règne dans la rue. Ce contexte crispé a fait perdre plus de 2% à l’indice boursier hongkongais.

À la mi-journée, le DAX de Frankfort évoluait en territoire fortement négatif à -0,78%. Impacté par les propos du dirigeant de la 1ère puissance mondiale qui a critiqué la politique commerciale européenne, l’indice allemand subissait la mauvaise performance journalière des titres de l’industrie automobile. À Paris, le CAC40 faisait à peine mieux en égarant 0,50%. Les bancaires Société Générale et Crédit Agricole prenant activement part à la mauvaise journée des traders français.

MARCHÉ SUISSE
Les paroles autoritaires du résident du bureau ovale ont porté préjudice à un marché suisse qui a marqué le pas. Crédit Suisse et UBS ont été les deux principales victimes de la journée, baissant respectivement de 2,30% et de 2,11%. Les deux principaux instituts financiers helvétiques souffrent de l’instabilité stagnant sur l’ex colonie britannique du sud de la Chine. Nestlé a été le point vert de la journée, gagnant 0,83% pour clôturer à 104,64 francs. Le SMI a terminé la journée en baisse de 0,14% à 10'299,22 points. L’indice élargi a battu son grand frère en terminant à l’équilibre à 12'446,37 points. Le métal jaune quant à lui s’est repris après plusieurs jours en rouge. L’once d’or coûtait en milieu de journée 1'465,80 dollars.

Eric Boschung
Gestion de fortune – Fribourg
026 350 74 06

Stock exchange commentary logo