À la bourse de Zurich, Swiss Re a publié ses résultats pour le premier semestre 2021 et a, comme attendu, renoué avec les chiffres noirs. Grâce à la hausse des primes et des revenus encaissés, le réassureur zurichois a réussi à dégager un bénéfice net de 1,04 milliard de dollars (930 millions de francs), contre une perte de 1,13 milliard un an plus tôt, dépassant largement les attentes des analystes. Sans la prise en compte des charges et des prétentions relevant de la pandémie de Covid-19, lesquelles ont fortement baissé par rapport à l’année dernière, de 2,5 milliards à 825 millions de dollars, le bénéfice net du groupe s’est inscrit à 1,73 milliards de dollars pour le numéro deux mondial de la réassurance, derrière l’allemand Munich Re. À l’échelle du groupe, les primes nettes encaissées et les honoraires ont augmenté de 7,6% sur les douze derniers mois à 20,8 milliards de dollars. À taux de change constants, la progression s’est élevée à 3,2%.

Sur le premier semestre, les pertes liées à la crise sanitaire ont surtout pénalisé les activités de réassurance d’affaires vie et santé en raison des décès. Dans le segment des couvertures de dommages, les charges liées à la pandémie devraient atteindre un montant inférieur à 200 millions pour le restant de l’année. Au sujet des récentes inondations en Europe ainsi que les troubles sociaux en Afrique du Sud, le réassureur anticipe une perte de plusieurs millions de dollars, mais devrait rester dans les limites des prévisions de gros sinistres pour le 3ème trimestre. Dans le cadre du renouvellement des contrats, Swiss Re a encore réussi à améliorer la rentabilité de son portefeuille, signalant que les tarifs ont été relevés de 4% en moyenne et soulignant que de manière générale, le marché est de plus en plus conscient que les coûts des sinistres sont plus importants qu’auparavant.

David Hartmann
Gestion de fortune
026 350 74 29

Stock exchange commentary logo