MARCHÉS INTERNATIONAUX
Début de semaine maussade pour les marchés chinois qui ont terminé la journée dans le rouge. Le Trésor américain a néanmoins démenti les rumeurs affirmant qu’il avait l’intention de restreindre l’accès des entreprises chinoises aux marchés de capitaux américains. Le PMI manufacturier chinois, indice reflétant la confiance des directeurs d’achat des entreprises du secteur manufacturier, s’est repris puisqu’il s’est établi à 51,4. Il s’agit de la valeur la plus haute enregistrée pour cet indice depuis février 2018. Les traders de Shanghai auront toutefois le temps de revenir longuement sur ces informations puisque leur marché sera fermé jusqu’à la fin de la semaine. Le Nikkei 225 a baissé également de 0,85%. L’indice phare japonais a été visiblement attentiste vis-à-vis de plusieurs évènements prévus cette semaine, dont la hausse de la TVA mardi qui devrait avoir un impact important sur l’économie nippone.

À la mi-journée, le CAC40 et le DAX évoluaient à l’équilibre. L’indice parisien était porté par les sociétés du domaine bancaire mais fortement pénalisé par les sociétés actives dans la technologie. La même analyse était valable pour le voisin de Franckfort, qui voyait des sociétés comme Wirecard et Infineon s’égratigner de 1%.

MARCHÉ SUISSE
La dernière journée du mois de septembre a été positive sur le marché suisse. En effet, les financières parvenaient à tirer leur épingle du jeu, Crédit Suisse tout comme UBS gagnant respectivement 0,95% et 0,62%. De plus, le poids lourd de l’industrie alimentaire mondiale, Nestlé, a maintenu le cap indiqué en gagnant 0,54%. Par conséquent, le SMI termine la journée à 10'078,32 points, en hausse de 0,40%. L’indice élargi s’est établi à 12'228,38 points, progressant de 0,37%.

Le métal jaune n’a pas profité de l’apathie générale régnant sur les marchés puisque l’once égarait 0,65% en milieu d’après-midi.

Eric Boschung
Gestion de fortune – Fribourg
026 350 74 06

Stock exchange commentary logo