Après une entame de semaine plutôt morose, les marchés se sont quelque peu réveillés ce mardi portés par des espoirs de reprise a Wall Street. Ce rebond plutôt technique des indices nécessitait d’être confirmé au vu d’un certain empressement de racheter, à bon compte, des titres baissiers ces derniers temps. Le constat a été plutôt amer ce mercredi avec une chute généralisée mais finalement contenue des places boursières grâce à redressement inespéré des cours outre-atlantique. Le contexte d’incertitude et le spectre d’une nouvelle augmentation de la dette américaine ont soudainement créer une forte tension sur les rendements du bon du Trésor, exprimant une pression plus forte sur les prix et l’inflation. En Allemagne, les commandes de l’industrie ont fortement reculé en août et dans l’Espace européen ce sont les ventes de détail qui battaient de l’aile, alimentant ce retournement des marchés. Dans ce marasme, la société pharmaceutique

Bayer sortait légèrement la tête de l’eau grâce à une première victoire juridique dans le cadre des poursuites interminables engagées contre son désherbant Roundup accusé de provoquer des cancers. Un tribunal californien a jugé que le lien de causalité entre ce produit et le cancer contracté en 2016 par un enfant alors âgé de quatre ans. C’est le quatrième verdict et le seul pour l’instant en faveur de Bayer. Pour rappel, le géant allemand avait racheté en 2018 le fabricant de semences et de pesticides Monsanto et doit toujours s’en mordre les doigts face aux quelques cinq milliards provisionnés jusqu’ici pour indemniser les plaignants.

Laurent Genoud
Gestion de fortune – Fribourg
026 350 74 03

Stock exchange commentary logo