MARCHÉS INTERNATIONAUX
L’inflation a été le thème de cette courte semaine, pour ceux qui ont la chance de faire le pont. Mardi, la Chine annonçait une hausse généralisée de ses prix de production. Les marchés ont donc logiquement eu peur que cette augmentation des coûts se répercutent sur le coût général de la vie et freine les envies de consommation. Mauvaise nouvelle alors que nous commençons à voir les effets de la vaccination et que la perspective de vider une partie de son compte en banque pour des loisirs post-Covid pointe le bout de son nez.

Mercredi, Washington annonçait une accélération des prix à la consommation plus franche qu’attendu au mois d’avril. L’indice des prix à la consommation (CPI) a progressé de 4,2% en une année. Les investisseurs craignent de voir la Fed resserrer sa politique monétaire. Une augmentation des taux ou une diminution des injections de liquidités pourraient freiner la reprise économique tant attendue.

Toutefois, les indices européens semblaient bien digérer la nouvelle. Le DAX allemand augmentait de 0,5% en milieu d’après-midi. Son homologue français, le CAC 40 faisait un peu moins bien en grapillant 0,4%.

MARCHÉ SUISSE
En Suisse, comme en Europe, nous n’avons pas cédé à la panique. Même si le SMI a fait un bref passage dans le rouge après l’annonce de la hausse des prix aux Etats-Unis, l’indice boursier a bien su se reprendre pour finalement clôturer à +0,41% à 11'033,90 points. Les bancaires soutenaient le marché. En effet, après un début de semaine maussade, Crédit Suisse gagnait 1,81% tandis que UBS raflait 1,28%. L’indice élargi, le SPI, empochait 0,38% à 14'160,36 points.

Eric Boschung
Gestion de fortune – Fribourg
026 350 74 06

Stock exchange commentary logo