MARCHÉS INTERNATIONAUX
Le mot vaccin a dû être mentionné une quan-tité inchiffrable de fois ces derniers temps et en parlant de vaccins, celui de l’économie amé-ricaine est aussi sorti sur le marché et il s’appelle « Stimulus ». Bien évidemment cette fois ce n’est pas une multinationale qui est l’initiateur de ce stimulus économique.
Si ce n’est pas une big Pharma ou une autre grosse firme cotée en bourse qui va nous sauver, qui est-ce alors ?! Et oui, c’est encore lui, le nou-veau super-héros de notre époque, l’incontournable, Joe Biden.

Et pendant que la Federal Reserve va statuer sur ce qu’elle a l’intention de faire avec ses taux, l’Italie est en train de s’engouffrer dans une énième crise politique avec en prime, une démission du premier ministre Conte. Pour une fois qu’on entend parler de l’Italie pour autre chose que le football ou le Covid-19.

Quoi qu’il en soit, si le Coronavirus et l’économie américaine a trouvé son vaccin, on ne peut pas en dire autant des pays Europe qui se permettent le luxe de tenter des changements de gouvernements en pleine pandémie.

Les traders japonais à Tokyo ont vu le Nikkei fermer en baisse de 0.96% contrairement aux américains qui ont ouvert en hausse en plein élan de confiance.

MARCHÉ SUISSE
Dans les salles des marchés à Zurich, les traders étaient tenus en haleine car le flirt avec la fameuse barre psychologique des 11'000 points sur le SMI s’est concrétisé telle deux adolescents tentant de danser ensemble lors d’une Boom de fin de camp de ski. Le devant de la scène du Swiss Market Index étais occupé par UBS qui a clôturé à +2.4%, suivi de Zurich Assurances (+1.69%) et de Partners Group qui clôture en hausse de 1.59%. Le SMI, lui, a fermé ses portes à +0.35%.

Marco Gorgoni
Gestion de fortune - Fribourg
026 350 74 19

Stock exchange commentary logo