MARCHÉS INTERNATIONAUX
Un mardi en demi-teinte pour les marchés asiatiques. En effet, à Tokyo, on craint un nouvel état d’urgence alors que le Japon enregistre une hausse inquiétante des cas de Covid-19. Cette tension a été ressentie par les investisseurs. Dans cette ambiance morose, le Nikkei perdait 0,37%. Le son de cloche est différent pour la Chine. Les analystes restent optimistes quant à la reprise économique de l’Empire du Milieu. D’autant plus que la bourse de New York a renoncé à retirer de la cotation trois sociétés de télécom chinoises. D’aucuns voient cet acte comme un signe de retombée des tensions sino-américaine.

Au chapitre des devises, le Bitcoin continuait de profiter de l’appétit de certains investisseurs institutionnels qui le considère, au même titre que l’or, comme une valeur refuge. De plus, cet actif numérique est en train d’être adopté par plusieurs grandes plateformes de paiement en ligne. L’omniprésence de la pandémie et le développement de l’e-commerce participe également à son renchérissement. Dans ce contexte, La cryptomonnaie gagnait 2% en milieu d’après-midi et corrigeait un peu la journée décevante de hier.

Sur le Vieux Continent, le CAC40 baissait de 0,88% en milieu d’après-midi tandis que son voisin allemand, le DAX de Frankfort, chutait de plus de 1%. L’industrie automobile était à la traîne et plombait la performance de l’indice national.

MARCHÉ SUISSE
Le marché suisse faisait mieux que ses voisins européens mais n’était pas au beau fixe pour autant. La bourse de Zurich a fait le yo-yo entre le vert et le rouge toute la journée pour finalement égarer -0,41% à 10'694,09 points. Lonza s’est à nouveau mis en évidence en glânant 1,66%. Le sous-traitant pharmaceutique est reparti comme en 2020, année durant laquelle il a enregistré la plus forte progression du SMI.

Eric Boschung
Gestion de fortune – Fribourg
026 350 74 06

Stock exchange commentary logo